Auteur Sujet: Peering, transit,...  (Lu 73522 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

vivien

  • Administrateur
  • *
  • Messages: 27 094
    • Twitter LaFibre.info
Peering, transit,...
« le: 27 mars 2007 à 00:07:48 »
Vivien va mieux expliquer ca que moi :P

C'est pas compliqué, pour que le trafic passe entre 2 opérateurs il faut un accord on appel cela du peering (sinon tu ne peut pas joindre l'autre). Comme tu ne peut pas joindre les milliers de fournisseurs directement, cela peut être un accord en passant par le réseau d'un autre.

Quand tu es un petit fournisseur d'accès à Internet personne ne veut signer avec toi pour le faire gratuitement (pas d'intérêt pour le gros mais beaucoup pour toi) => tu es obligé d'acheter à une grosse société qui vend du trafic qui elle a des accord. Pour cela tu paye et cela s'appel du Transit.

La grosse société A qui te vend du transit a signé des accord de peering mais cette société A ne peut pas joindre tous les opérateur du monde entier directement, donc elle aussi passe avec des accord via des réseaux d'autres opérateurs (B). Quand la grosse société A est aux USA, le français c'est pas sa première préoccupation et les accord pour joindre un réseau Français peut être fait avec un réseau B américain ce qui ne pose aucun problème pour les abonnés américains :

Quand les américains surf sur un site Français C il passent de cette société A => B => lien transatlantique => C

Maintenant si toi en France tu achète ton transit à A, le seul moyen de joindre C qui est en France c'est de passer par B.
A => lien transatlantique => B => lien transatlantique => C



Conséquence le ping est vraiment pas bon.

Heureusement cela n'est pas le cas pour tous les réseaux car comme passer par les USA coûte cher à A, il limite autant que possible ce problème en signant des accord sur le vieux continent. On 3 place important pour faire du Peering : Londres, Amsterdam et Paris.

Bref, avec Neuf, opérateur majeur français, on a moins de Pb  ;)

Ce n'est pas systématique. Par exemple un opérateur Français, qui à 50% du marché se permet d'imposer ses tarifs et veut pas d'accord gratuits. Le trafic vers lui étant cher, certains fournisseurs on un débit très mauvais vers celui là.

En janvier 2003, Free pour pas le nommer, est suffisamment gros pour faire pression en coupant le peering et en demandant aux abonnés Wanadoo d'appeler leur hotline pour demander l'upgrade du lien Free <-> Wanadoo...
Pour rappel, à l'époque Wanadoo avait 80% du marché ADSL. Free ne faisait presque pas d'ADSL mais beaucoup d'abonnés Wanadoo avait les boites mails gratuites Free mais surtout surfait sur des sites de 2 hébergeurs : Online, 2ème hébergeur Français ou d'OVH qui tous les 2 n'étaient relié à l'Internet que par Free.

=> internet était coupé en 2 !

Les posts de Free :

Citer
Message du jeudi 19 décembre 2002 01:29:
Le peering avec Wanadoo qui est en 1Gbs arrivera à saturation sous 2-3 semaines environ. Des discussions durent déjà depuis 2 mois entre FreeTelecom et France Telecom pour essayer d'upgrader le lien, mais ça n'avance pas bien. France Telecom est très lent à réagir puisque ça ne sature pas encore !! D'autres part ils manqueraient de capacité réseau pour prendre plus de trafic ! Vu que les décisions sont longes à se faire chez eux, n'hesitez pas les sensibiliser de tous les moyens que vous connaissez. On espère qu'ils vont ramener la capa avant que le peering sature (prévu mi janvier s'ils ne font rien). La saturation concernera directement PariX et donc touchera les autres clients de PariX !

Message du jeudi 6 janvier 2003 18:23:
Comme prévu le peering avec wanadoo (1Gbs) sature dans la journée.
Des négociations sont en cours pour l'upgrader en 2x1Gbs ou plus.
On espère que rapidement FT mettra en place la capa nécessaire
puisque le problème se situe de leur côté.

Message du jeudi 9 janvier 2003 13:30:
Le peering avec wanadoo est prêt pour le passage en 2.5Gbs. De notre côté tout est okey. On attend plus que FT fasse le nécessaire de leur côté. Il se peut donc que ça continue à saturer dans l'après midi encore pendant quelques heures ? jours ? On espère rapidement.

Message du dimanche 19 janvier 2003 17:22:
Comme vous pouvez constater le peering avec wanadoo est régulièrement saturé dans la journée. Dans la semaine, on essaie en arrêtant les miroirs (free/ovh) et newsgroups (free) faire de sorte que le trafic reste inférieur à 1Gbs mais c'est de plus en plus difficile.

De notre côté nous avons mis tout en place depuis plusieurs semaines mais rien n'est fait de côté de wanadoo puisqu'ils n'ont pas de feu vert de leur direction !

En effet, nous avons eu la confirmation que le problème d'upgrade du peering est un problème de _politique_ et wanadoo ne souhaite pas l'upgrader !

Il ne nous reste plus qu'à vous demander de faire les actions au près de wanadoo pour faire la pression sur la direction afin qu'elle donne le feu vert à leur équipe technique pour l'upgrade. Téléphonez à leur support, envoyez l'email à leur support, faites savoir l'information au près des journalistes, affichez l'information sur votre site, faites passer l'information aux autres sur les pratiques que France Telecom vis à vis de leurs concurrents !

Voici l'histoire raconté par le journal du net :
Citer
Mercredi 22 janvier 2003

Des semaines que Free voit grossir le mur : entre les deux poids lourds de l'Internet Français, il n'y a qu'un seul et unique câble, qui n'a pas été remplacé depuis deux ans. Problème : l'Internet a bien grossi entre temps, et le calibre du tuyau - 1 Gbit/s - n'est plus à la hauteur. Résultat : entre Free et France Telecom, les débits chutent spectaculairement et la qualité de service se dégrade.

"Free a bien tenté de prévenir France Telecom il y a deux mois, mais sans succès : FT n'a pas réagi, et les temps d'accès vers certains sites ont fini par devenir intolérables pour les internautes de Wanadoo et de Free" - affirme Octave Klaba, DT de l'hébergeur OVH.

La conséquence ? Pour peu qu'un site se trouve de l'autre côté du tuyau - et c'est souvent le cas -, les informations circulent aussi vite qu'une voiture dans un embouteillage. Sur les forums de discussion, on peut trouver des phrases de ce genre émanant d'internautes mécontents: "J'ai l'impression d'être en 14,4 Kbit/s" - faisant référence à la vitesse anémique à laquelle plafonnaient les tous premiers modems.

Coupure pure et simple
Mais c'est surtout du côté des propriétaires de sites commerciaux hébergés par Free ou FT que l'inquiétude est la plus vive : impossible d'accéder à leurs pages dans de bonnes conditions depuis l'autre côté du tuyau qui relie FT à Free.

Pourtant, le pire reste à venir : hier matin, Free coupe tout simplement l'accès à ses serveurs pour tous les internautes de Wanadoo : ils sont privés d'une partie du Web et de certains services mail. Officiellement, Free n'a pas voulu mettre le couteau sous la gorge de France Telecom : il s'agissait simplement de soulager ses serveurs, qui croulaient sous le temps d'accès, et qui dégradaient la qualité de service de ses abonnés. Mais de là à dire que Free a voulu réveiller (brutalement) Wanadoo, qu'il tentait - rappelons-le - de prévenir depuis des mois, il n'y a qu'un pas.

Un pas que ne franchira pas Free : "C'est un petit problème qui se règlera bien vite, nous faisons confiance à France Telecom". A n'en pas douter, Free ne souhaite pas froisser le géant des télécoms.

Service rétabli mercredi soir ?
Dans tous les cas, l'électrochoc a fait son effet : dans la soirée de mardi, FT et Free parviennent à un accord : "d'ici mercredi à 17h, le calibre du tuyau sera multiplié par 2,5, et Free rendra aux "Wanadiens" leur liberté" - communique France Telecom.

Mais la bataille n'est pas terminée : FT précise que "les négocations commerciales n'ont pas encore abouti, et que le service sera - à titre exceptionnel - rétabli avant même que les conditions soient clarifiées". En clair : Free va sans doute devoir bourse délier.

La pilule sera difficile à avaler pour Free : "Il y a deux ans, lorsque le FAI développe son propre 'point de peering' - la porte d'accès à son réseau privé -, FT l'autorise à se connecter à son propre point de peering gratuitement. Aujourd'hui, FT souhaite faire payer Free. Pour quelle raison ? Il y a autant de traffic dans un sens que dans l'autre, et FT a autant besoin de Free que Free a besoin de FT" explique Octave Klaba, DT d'OVH. FT reconnait ces faits, mais l'opérateur laisse entendre que Free va devoir payer.

vivien

  • Administrateur
  • *
  • Messages: 27 094
    • Twitter LaFibre.info
Peering, transit,...
« Réponse #1 le: 27 mars 2007 à 00:56:28 »
Citer
-- Annonce complète de Grenouille.com --

Le black-listage des wanadiens chez Free (méthode extrême mais semble-t-il nécessaire) et le battage médiatique autour de cette affaire auront semble-t'il porté leurs fruits...

Wanadiens black-listés chez Free Le conflit est latent depuis le mois de novembre : Free a averti France Telecom que leur peering (lien permettant le transit entre les deux opérateurs) allait bientôt arriver à saturation et qu'il était nécessaire d'en augmenter la capacité. Les deux sociétés n'ayant pas trouvé de terrain d'entente, le peering est arrivé à saturation début janvier et les performances sont devenues exécrables. Afin de réduire la saturation du peering, Free a réagit cette nuit : un filtrage empêchant les abonnés Wanadoo d'accéder aux services Free a été mis en place afin de soulager le lien saturé et les serveurs Free inondés de requêtes.

Selon un dirigeant de Free, les conditions fixées par France Telecom pour résoudre le problème sont inacceptables : alors que Free propose de prendre intégralement à sa charge la construction d'un nouveau peering, FT réclame 3 000 € par mois à ce dernier. Or, à qui profite le peering ? Avant tout à Wanadoo puisque le trafic dans le sens Wanadoo vers Free est largement inférieur au trafic de Free vers Wanadoo. Si une société devait rémunérer l'autre, la logique comptable voudrait donc que ce soit FT.

Dans cette affaire, nous ne disposons toutefois que du point de vue de Free, et nous aimerions beaucoup connaître celui de FT...

[source : http://www.grenouille.com]


-- Réponse de wanadoo --

Bonjour,

Depuis ce matin vous rencontrez des difficultés d'accès au domaine "free.fr" (navigation, acheminement des messages...).
Depuis 16h20, pour des raisons techniques, l'envoi de mails vers le domaine "free.fr" est refusé. Vous recevez immédiatement un message vous
notifiant la non diffusion de votre mail.
Le rétablissement de l'accès au domaine "free.fr" est prévu le 22 janvier 2003 vers 20h00.

Un petit traceroute de Wanadoo vers OVH pour comprendre le problème avant la coupure :

C:\>tracert 90plan.ovh.net

Tracing route to 90plan.ovh.net [213.186.33.2] over a maximum of 30 hops:

  1     1 ms     1 ms     1 ms  192.168.2.1
  2    57 ms    59 ms    59 ms  AClermont-Ferrand-101-1-3-1.abo.wanadoo.fr [217.128.169.1]
  3    57 ms    61 ms    59 ms  GE1-1-111.nccle201.Clermont-Ferrand.francetelecom.net [193.252.240.1]
  4    60 ms    60 ms    63 ms  P2-3.nrlyo101.Lyon.francetelecom.net [193.252.160.162]
  5    65 ms    65 ms    67 ms  193.252.161.242
  6    69 ms    69 ms    65 ms  P7-0.noprx101.Paris.francetelecom.net [193.251.126.18]
  7   718 ms   725 ms   719 ms  193.252.103.245
  8   720 ms   717 ms   717 ms  blackd-th2-1-a6.routers.proxad.net [213.228.3.24]
  9   708 ms   711 ms   712 ms  brutus.paris11-in-1000mbs.routers.ovh.net [213.186.32.241]
 10   718 ms   710 ms   713 ms  90plan.ovh.net [213.186.33.2]

700 Ms, les joueurs aprécirons  ;D

Voila ce qu'on pouvais lire dans les forums :

Citer
Si ce n'était qu'aujourd'hui, je ne me plaindrais pas.
Cela fait 15 jours que cela dure, au moins. C'est à ch... dès 16H en semaine ou 12H le weekend.
De plus, selon le mail d'Octave (OVH) il s'agirait d'un refus _politique_ de FT d'upgrader les fibres.

Je me lève à 6H le weekend pour arriver à bosser un peu avant midi... un comble ! Evil or Very Mad

L'explication d'OVH :

Citer
Certains d'autres vous nous ont demandé ce que c'est peering et les details techniques. [...] explication technique avec explication politique (un peu compliqué) : on/nous = free/ovh

Le peering c'est un lien qui permet d'echanger les informations entre 2 reseaux. Pour peerer on peut utiliser les peering public (freeix, parix, sfinx) et les peering privés une fibre entre 2 routeurs). L'avantage d'un peering est que c'est nettement plus direct, rapide et gratuit.

Pour des questions techniques, France Telecom ne sait pas faire des peering privés. Ils obligent donc d'utiliser leur point de peering public (parix) ce qui apparament leur facilite le travail.

Jusqu'au là, on a toujours bien voulu peerer avec France Telecom et on veut toujours bien leur rendre service en se connectant sur PariX (si ça peut les aider). Le peering est gratuit comme c'est le cas aujourd'hui et tout le monde est heureux. Or France Telecom ne veut pas l'upgrader dans ces conditions et il ne sait toujours pas peerer en privé. En un seul mot, ils cherchent à avoir un nouveau client sur PariX.
Sauf qu'on a nullement besoins de PariX puisque nous utilisons FreeIX (sur lequel il y a nettement plus des membres). A vous de faire pression sur Wanadoo pourqu'on continue à travailer dans les mêmes conditions.

Citer
Dernière News toute fraîche : En raison du nombre de plaintes, FT organise une conférence de presse téléphonique à 18 h 30, aujourd'hui.
Les nouvelles devraient donc arriver. C'est fou le point auquel il faut arriver pour voir enfin une réaction de la part de France Telecom.

vivien

  • Administrateur
  • *
  • Messages: 27 094
    • Twitter LaFibre.info
Peering, transit,...
« Réponse #2 le: 27 mars 2007 à 10:26:51 »
Pour ceux qui ont aimé mon histoire sur le Peering Wanadoo <=> Free , il en existe d'autre comme Wanadoo <=> Cogent

Pauvres abonnés wanadoo  :(

pour la petite histoire de avril 2006 à janvier 2007 le peering Wanadoo-Cogent était complétement saturé avec de grosses pertes de paquets (20%) et FT avait rédigé de tel sorte le contrat qu'il ne pouvait pas couper comme la fait Free en 2003 ou Cogent en 2005.

On commence par la version FT de l'incident :

Depuis jeudi 14 avril 2005 12H30 le peering entre Cogent Communications et France Télécom est down.

Voici le retour du noc @ opentransit.net à ce sujet, voilà le copier/coller que l'on reçoit en guise de réponse :

-----------------------------------------------------------------------------
Cher monsieur,

Hier, FT a coupé le Peering avec Cogent car ils ne respectaient pas 2 critères de notre politique de peering. Cette politique est officielle et publiée. Malgré cela, l'échange des routes entre les clients Cogent et ceux de FT continuait à être possible à travers les transiteurs (Sprint pour FT).

Par mesure de rétorsion, Cogent a établi un puits de trafic pour les adresses FT, coupant les routes entre leurs clients monohomés et ceux de FT. Cette mesure est en rupture avec les règles communèment admises dans le communauté internet.

FT ne peut être responsable en face de ses clients des conséquences de l'action prise par Cogent qui en porte seul la responsabilité.

FT est prêt, dans les prochains mois, à reconsidérer favorablement une demande de peering de Cogent et de réaliser un trial.

Cordialement.
-----------------------------------------------------------------------------


Source : Présence PC 16/04/2005

Citer
Des problèmes de connexion


Il semble que depuis quelques jours, les utilisateurs de Wanadoo (et pour les professionnels, Oleane) connaissent des problèmes de navigation. Le problème est de taille pour l'Alliance Francophone (dont nous faisons partie), qui participe au projet depuis plus de trois ans (cf. cette actualité) ! En effet, l'opérateur ne permet plus la réception des calculs scientifiques à effectuer et l'envoi de leur résultat vers les serveurs du professeur Vijay Pande, à Stanford. Selon notre confrère JWhy, grand animateur du projet en France : "cette perte de données calculées commence à coûter à l'équipe et au projet".

Un email du professeur Pande, qui fait tout son possible de son coté, indique clairement que : ''
le problème semble être dû au fournisseur d'accès principal de Stanford : Cogent
. Si tout se passe bien ils examineront le problème rapidement
''. Il faut rappeler que Cogent est un opérateur à bas coût dont le réseau est de qualité très moyenne. Cet incident le démontre d'ailleurs bien.

Cogent ne respectait pas les règles


Hélas, il semble que les relations entre France Télécom et Cogent ne soient pas au beau fixe et ce problème n'est peut-être pas qu'un simple désagrèment technique : France Telecom a coupé le peering avec Cogent car celui-ci ne respectait pas 2 critères de la politique de peering de France Telecom, qui est officielle et publiée. Sur un réseau classique, une autre route vers les serveurs de folding@home aurait pu être trouvée, mais dans le cas de Cogent, cela n'a pas pu se faire.

Certaines sources indiquent que, suite à cette décision de France Telecom de ne plus s'interconnecter directement avec Cogent, ce dernier aurait complètement bloqué les visites provenant d'adresses IP appartenant à des utilisateurs de France Telecom ! Et en effet, selon France Telecom : "
Par mesure de rétorsion, Cogent a établi un puits de trafic pour les adresses France Telecom, coupant les routes entre leurs clients monohomés et ceux de France Telecom. Cette mesure est en rupture avec les règles communèment admises dans le communauté internet. France Telecom ne peut être responsable en face de ses clients des conséquences de l'action prise par Cogent qui en porte seul la responsabilité"
.

Du coté de Cogent, on accuse France Telecom. Espérons que la situation ne va pas s'envenimer.

Citer
Depuis jeudi dernier, Wanadoo, ou plutôt Open Transit, la filiale de France Telecom qui s'occupe de gérer les accords de peering de l'opérateur historique, est en conflit commercial avec Cogent, un des plus gros opérateurs américains de transit IP.

La conséquence directe est que les communications directes sur Internet entre le réseau de France Telecom et ceux dont s'occupe Congent ne sont plus possibles. Les conséquences sont par exemple l'impossibilité d'utiliser l'iTunes Music Store ou de contribuer au projet folding@home (calcul partagé sur les protéines impliquées dans des maladies) depuis un abonnement Wanadoo.

Les lecteurs assidus se souviendront de précédents identiques entre France Telecom et le réseau de Free ou encore celui d'OVH.


Source : http://www.gnutellaforums.com/archive/index.php/t-36675.html
18th April 2005

Citer
Globalement, Cogent était trop gros CONSOMMATEUR de bande passante sur la liaison de peering qu'il entretient avec France Telecom (dont le réseau international Global One).
Cela a conduit à un différent commercial qui a conduit France Télécom à fermer la liaison de peering, pour réseaux tiers clients américains non-multihomés qui transitaient par Cogent pour acheminer leur traffic via cette liaison de peering.

Cette coupure aurait du obliger les autres réseaux américains à utiliser d'autres points d'échange américains, et répartir leur traffic sur les nombreux autres points d'interconnexion américains mis en place par FT, mais obéissant à untre autre règle que le "peering" (une formule économique dans laquelle les réseaux interconnectés s'engagent à équilibrer leur traffic mutuel, en échange de quoi ils ne se factureront pas mutuellement le traffic échangé).

Mais Cogent US à trop tardé à rééquilibrer ce traffic et donc conformèment au contrat de peering, a coupé ce lien. Cela serait sans conséquence pour FT qui possède bien d'autres connexions pour les Etats-Unis, mais cela peut affecter des liaisons FT<->USA avec les clients exclusifs de Cogent qui ne possèdent pas d'autre interconnexion Internet que celle souscrite auprès de Cogent.

De fait, certains sites américains (notamment en Californie à Berkeley) sont inaccessibles si ils ne sont pas par ailleurs connectés à un second fournisseur: ce peut être le cas notamment depuis la France (où FT achemine via son réseau Global One une grosse partie du traffic vers les Etats-Unis pour le compte de gros fournisseurs Internet Français et Européens).

(Note: FT par la diversité de ses réseaux internationaux est beaucoup plus gros que Cogent implanté pratiquement uniquement aux Etats-Unis, et n'ayant avec le reste du réseau américain pratiquement que des liaisons de peering...)

D'où peut venir cette différence de traffic? Principalement du volume de spam envoyé depuis les clients Cogent (clients spammeurs ou infectés par virus et spamwares) vers le reste du monde. Le P2P n'est pour rien dans cette histoire (au contraire, il aurait eu tendance à ne pas aggraver la balance de traffic car les clients Français utilisateurs de P2P téléchargent de nombreux fichiers depuis les clients de Cogent aux US).

Cependant, Cogent a réagi bizarrement avec ce "puit" de traffic, en limitant très fortement son traffic sortant sur la seule liaison (payante elle) à destination de la France (quelle qu'en soit la nature). De fait, de nombreux sites US connectés uniquement par Cogent sont inaccessibles, et notamment pour le téléchargement P2P depuis des PC utilisateurs abonnés Internet à Cogent.

Au moins, cela a un effet bénéfique pour les utilisateurs français: le puit de traffic limite très sérieusement le spam américain envoyés les sites Cogent. Malheureusement aussi, le courrier légitime et les newsletters souscrites ne sont plus acheminées non plus correctement et les utilsiateurs français (mais aussi des utilisateurs Américains abonnés à un des réseaux clients de FT/Global One) perdent la visibilité de ces sites Cogent américains.

Cela va bien finir par se résoudre car les clients américains de Cogent sont aussi mécontents du comportement de Cogent quand ils ne peuvent plus fournir leur contenu à d'autres réseaux américains initialement acheminé via Global One. Des procès commerciaux sont à attendre aux USA, si Cogent ne se conforme pas aux règles habituelles de fonctionnement Internet (ou si Cogent est dans l'incapacité d'acheter la bande passante tierce dont il a besoin pour acheminer son traffic sortant via les points d'échange payants "GIX", et ne fait rien non plus pour chasser les gros spammeurs qui opèrent depuis leur réseau...)

Au moins si cet incident servait à obliger Cogent à enfin réagir pour faire le ménage chez ses clients spammeurs... Mais il est aussi symptomatique de possible grosses difficultés financières de Cogent. Je serais client américain de ce fournisseur, je m'inquièterait et penserait à voir du côté de chez Sprint, MCI ou AT&T pour avoir au moins une connexion tierce fiable...

Malheureusement de nombreux américains n'ont pas accès à la concurrence concernant leur connexion par réseaux câblé (par exemple les réseaux RoadRunner, qui ne sont de simples franchises locales et indépendantes ne disposant souvent chacune que d'un peering unique vers un des plus gros fournisseur américains tels Cogent, MCI, Sprint ou AT&T).

Par conséquent et jusqu'à nouvel ordre, pas mal d'hôtes connectés via une liaison cablée "RoadRunner" en Californie sont désormais inaccessible pour le P2P...



Pour finir encore un problème entre.... Wanadoo et OVH :


16/02/2005
Wanadoo-Ovh : interrogations sur le rôle de l'hébergeur
Source : Journal du net

Le fournisseur d'accès Internet répond aux accusations d'Ovh en condamnant la mise en place d'une liste noire sur les serveurs de l'hébergeur, à des fins commerciales. Une version corroborée par les acteurs du milieu télécoms.


Dans notre édition d'hier, le directeur technique d'Ovh, Octave Klaba pointait du doigt la disparition de plus d'un million d'e-mails en provenance de l'infrastructure de France Telecom et à destination des installations d'Ovh (lire l'article du 15/02/2005).

La réponse officielle de Wanadoo est tombée aujourd'hui : il y a bien un problème de communication entre Wanadoo et Ovh mais Wanadoo n'en est pas à l'origine.

Et derrière cette disparition d'e-mails, la théorie d'une simple brouille commerciale est évoquée par l'ensemble du secteur télécoms. "Cela fait six mois que ça dure. Ovh mène une politique de tarification très basse et son objectif est d'obtenir de la part de Wanadoo des accords commerciaux préférentiels, ce que l'on appelle le peering", souligne ainsi Issam Hakimi, directeur général de l'opérateur Transnode.

Le peering est un accord de principe qui engage deux acteurs télécoms à échanger leurs bandes passantes gratuitement. Sans cet accord de peering, les sociétés doivent faire appel à des fournisseurs de transit qui louent les lignes à des tarifs plus élevés. Obtenir le plus d'accords de peering possible représente donc l'un des moyens de réduire les coûts et faire baisser les prix en bout de chaîne.

Une version confirmée par Wanadoo. "France Telecom a une politique officielle d'éligibilité au peering. La procédure est claire et expliquée. Ovh avait déjà fait une demande de peering qu'ils ont renouvelée en début d'année, suite à une demande d'informations commerciales au sujet d'Open Transit [NDLR : la filiale de gestion de la bande passante chez France Telecom] mais ils [Ovh] ne remplissent pas toutes les conditions d'accès. Nous avons proposé une alternative à laquelle ils n'ont pas répondu. Depuis, ils refusent les adresses e-mails en provenance de Wanadoo afin de faire pression et d'obtenir cet accord", déclare-t-on chez l'opérateur historique.

"Ovh refuse les adresses e-mails en provenance de Wanadoo" - France Télécom

Les termes d'accès au peering chez Wanadoo sont en effet très stricts. "Il y a un an environ, notre trafic avoisinait les 100 Mbits, nous ne pouvions alors prétendre au peering avec Wanadoo car dans leurs conditions, il fallait un débit minimum de 500 Mbits. Nous avons atteint ce type de débit il y a six mois environ, mais ils ont alors changé les conditions d'accès. Il faut désormais avoir une présence nationale", confirme Octave Klaba. Or, l'hébergeur aujourd'hui centré sur la région Ile-de-France, ne dispose pas d'une telle couverture.

Pour Issam Hakimi, directeur de l'opérateur Transnode, "depuis plusieurs mois on assiste à une course à la baisse des prix des principaux discounters du marché, certains allant jusqu'à proposer le Mb/s à 10 euro HT". Selon lui, ces prix sont possibles à cause de 2 facteurs principaux, "la consommation réelle - lorsque 10 Mb/s sont vendus il ne seront consommés qu'en partie - et les accords de peering - permettant d'échanger gratuitement du trafic". Dans ce dernier cas, "Wanadoo est une cible très recherchée mais je ne pense pas que la prise en otage d'un opérateur représente une quelconque solution viable dans le temps", poursuit-il.

Pour France Telecom, cet accord d'échanges n'a tout simplement pas d'intérêt. En effet, le peering s'établit généralement entre acteurs de même taille afin d'échanger autant de données dans un sens que dans l'autre. Or, selon Octave Klaba : "nous consommons plus de bande passante que l'inverse avec Wanadoo". Plutôt qu'un accord unidirectionnel, la direction de France Telecom a proposé une offre de location de bande passante, une proposition écartée par Ovh.

"Conformèment à notre stratégie, nous sommes prêts à acheter du transit mais nous voulions du peering avec", commente Octave Klaba à propos des raisons de ce refus. En août 2004, le directeur technique d'Ovh menaçait de recourir à la manière forte pour régler ce différend avec Wanadoo.

"Si on bloquait le trafic e-mail de France Telecom vers notre réseau, en 3-4 jours tout serait résolu" - Ovh

Sur le site d'Ovh, il écrivait : "pour éviter de jouer au bras de fer et vous mettre au coeur d'un conflit (le trafic e-mail de France Telecom vers notre réseau représente 50Mbps en continu, si on le bloquait en 3-4 jours tout serait résolu, mais bon ...), on vous demande de nous donner un coup de main pour faire 'passer l'information à la personne qu'il faut' pour faire avancer les choses. Si malgré tout, début septembre, notre requête de peering reste toujours dans le vide, nous allons devoir passer par la méthode forte pour se faire entendre. On espère de ne pas devoir aller jusque là".

Pourtant, le directeur technique nie toute intention de passer à l'acte et s'emporte dans un premier temps. "C'est complètement faux de prétendre que nous faisons du chantage en coupant les communications avec Wanadoo. C'est de la diffamation", affirmait-il dans la matinée. Recontacté dans l'après-midi, le directeur technique d'Ovh calme alors le jeu : "si Wanadoo a pu penser qu'il s'agissait d'une tentative de chantage de notre part, nous nous en excusons".

"Nous sommes en train de mettre en place des serveurs MX secondaires en dehors de notre réseau pour rétablir les communications. Il a fallu un certain temps pour monter tout ça et nous pensions que Wanadoo aurait trouvé avant l'origine du problème", déclare Octave Klaba. Cette solution temporaire devrait rétablir les communications entre Wanadoo et Ovh et tend à valider l'hypothèse de la mise en place d'une liste noire par l'un des deux acteurs. Par ailleurs, les services de communication de Free et de France Telecom ont dèmenti avoir rencontré des problèmes similaires au niveau du service Proxad, comme nous l'affirmions hier sur la base de renseignements erronés. Yves DROTHIER, JDN Solutions

news-virtual

  • Pau Broadband Country (64)
  • Client SFR fibre FTTH
  • *
  • Messages: 40
  • FTTH 100 Mb/s sur Pau (64)
Peering, transit,...
« Réponse #3 le: 27 mars 2007 à 15:08:19 »
Pour les passionnés et tous ceux qui espèrent peerer avec eux, neuf annonce :
http://peering.n9uf.net/

On vois la taille des tuyaux....

Une belle carte du réseau :
http://www.groupeneufcegetel.fr/html/Reseau/Carte_du_reseau.html

Sur le nombre de peering, comment on peut savoir cela ? Je suis intéressé par la méthode utilisée...
Avoir plusieurs de transit c'est quasi systématique même pour les petits.

FDN (50 abonnés ADSL au 3 juin 2006) à plusieurs fournisseurs de transit....



Il y a pas mal d'info sur le site n9ws.com sur le réseau de neuf, même si sa n'est pas très récent  ::)

http://www.n9ws.com/page-bande_passante.html

Et pour reprendre l'exemple de lepalois, tout les jeux de blizzard ( war3, wow et... ) est hébergé par l'opérateur Telia
Neuf a un peering privé avec Telia se qui évite de se retrouvé sur des gros routeur comme celui de freeX
Pour free, il faut passé par 2 opérateur de transite pour arrivé jusque telia !
Pour axione n'en parlons pas... La connexion au réseau Telia se fait de l'autre coté du monde.. au US...  :D

Dagnan

  • Eligible Pau Broadband Country (64)
  • Client Free adsl
  • *
  • Messages: 107
  • Pau (64)
Peering, transit,...
« Réponse #4 le: 30 mars 2007 à 16:35:07 »
Merci pour l'explication très complète du début, au moins j'aurais appris quelque chose.

vivien

  • Administrateur
  • *
  • Messages: 27 094
    • Twitter LaFibre.info
Peering, transit,...
« Réponse #5 le: 05 mai 2007 à 19:24:10 »
Une explication trés bien faite, en vidéo est disponible ici.

Source : Les Billautcours sur le Blog de Jean Michel Billaut

thierry9c

  • Officiel SFR
  • Client SFR fibre FTTH
  • *
  • Messages: 2
Peering, transit,...
« Réponse #6 le: 12 mai 2007 à 14:44:09 »

vivien

  • Administrateur
  • *
  • Messages: 27 094
    • Twitter LaFibre.info
Peering, transit,...
« Réponse #7 le: 22 mai 2007 à 19:27:21 »
Un article intéressant sur le peering et le transit IP :

Les accords de Peering ou comment le Sud finance le Nord

willemijns

  • Client Free adsl
  • *
  • Messages: 1 063
Re : Peering, transit,...
« Réponse #8 le: 23 mai 2007 à 11:41:19 »
moi j'ai tout compris sauf ca...

[les transits]
    * Ils peuvent refuser d’acheminer le transit d’un FAI qui chercherait à les concurrencer en acceptant le transit sur son propre réseau (les IBP s’assurent ainsi un monopole sur le transit) ;
    * Ils font également de la discrimination en réduisant la qualité de service pour les concurrents ;
    * etc.

[...]

Le manque de transparence est tel qu’un opérateur de télécommunication peut très bien acheter de la bande passante à un IBP et que celle-ci passe par son propre réseau loué à bas coût par l’IBP.


vivien

  • Administrateur
  • *
  • Messages: 27 094
    • Twitter LaFibre.info
Peering, transit,...
« Réponse #9 le: 23 mai 2007 à 12:07:25 »
    * Ils peuvent refuser d’acheminer le transit d’un FAI qui chercherait à les concurrencer en acceptant le transit sur son propre réseau (les IBP s’assurent ainsi un monopole sur le transit) ;

Cela veut dire qu'une société qui loueraient une fibre paris-newYork pour faire passer son trafic mais aussi louer une partie de cette fibre à qui veut (donc concurrencer l'IPB en faisant de la sous location) seras mal vu.

Leon

  • Client SFR sur réseau Numericable
  • Modérateur
  • *
  • Messages: 3 842
Peering, transit,...
« Réponse #10 le: 23 mai 2007 à 21:41:14 »
Cela veut dire qu'une société qui loueraient une fibre paris-newYork pour faire passer son trafic mais aussi louer une partie de cette fibre à qui veut (donc concurrencer l'IPB en faisant de la sous location) seras mal vu.
Non.
Quand un opérateur achète du transit à un opérateur plus gros, il ne loue pas une fibre, ou une liaison de donnée. Il achète une prestation de transit qui permet d'acheminer et de recevoir du trafic à destination et en provenance de tout Internet. Cette prestation est livrée en un point donné (Paris). C'est une prestation de connexion, et non pas une prestation de transport d'un point à un autre.

Je vais essayer de traduire clairement, vu que la phrase n'est pas bien comprise:
Citer
    * Ils peuvent refuser d’acheminer le transit d’un FAI qui chercherait à les concurrencer en acceptant le transit sur son propre réseau (les IBP s’assurent ainsi un monopole sur le transit) ;
Les opérateurs nationaux (type FAI français) peuvent aussi déployer de larges réseaux nationaux ou internationaux avec beaucoup de peering dans différents pays voisins et tout et tout. Tous les grands FAI Français le font. Ces opérateurs nationaux sont clients des IBP pour la partie du trafic qu'ils ne peuvent pas écouler eux-même en peering (trafic vers l'asie, une grande partie des US pour les FAI Français).

Ces opérateurs nationaux peuvent très bien vouloir revendre du transit à de petits clients possédant de petits réseaux (entreprise, hébergeurs, petits FAI). On appelle ces opérateurs des "tier-2". Les IBP sont les "Tier-One", des opérateurs internationaux. La grosse différence entre les deux, c'est que le Tier-one n'a besoin d'aucun opérateur pour désservir l'intégralité de l'internet. Ses accords de peering avec d'autes "Tier-One", et tous les raccordements à ses propres clients lui permettent de désservir l'intégralité d'internet.
Le "Tier-2", au contraire, n'est pas assez gros, pas assez étendu, et pas assez puissant, et il est obligé d'acheter du transit à un "tier-one" pour désservir l'intégralité d'internet.

Les tier-two écoulent le trafic de leurs clients (petits réseaux) par du transit auprès de l'IBP, et par du peering auprès d'autes opérateurs nationaux. Le transit acheté par un petit opérateur à un tier-two est généralement moins cher que le transit acheté à un tier-one. C'est tout l'intérêt du tier-two, qui a développé de fortes capacités de peering en local (France ou Europe), et donc qui propose de meilleurs tarifs. C'est avantageux pour un petit hébergeur destiné à une clientelle européenne par exemple. Par contre, ce petit opérateur sera moins bien visible par les US, mais ça n'est pas trop grave.

Dans ces conditions, le tier-two concurrencent l'IBP (= tier-one) dont ils sont eux-même client. L'IBP peut très bien mal le prendre, et refuser cet état de fait, en bidouillant les routes (en n'acceptant pas les routes des clients du tier-two le plus souvent), ou en menaçant de rompre le contrat. Certaines clauses imposées par les tier-one sont très contraignantes à ce point de vue. D'autres Tier-One sont plus ouverts, et acceptent à peu près tout (Cogent).


Il y a plein de truc tordus dans le même genre:
Certains opérateurs sont à la fois Tier-One et opérateur national, avec deux réseaux distincts. C'est le cas d'Orange, et de ses réseaux Opentransit (international) et FT (national). Cela complexifie énormèment les relations avec cet opérateur. Orange, par exemple, en tant qu'opérateur national (réseau FT), refuse par défaut les accords de peering (sauf avec les très gros réseaux nationaux Français et Européens), pour que le trafic vers son réseau soit acheté auprès du Tier-One Opentransit, et pour se faire du pognon là dessus...

Leon.

vivien

  • Administrateur
  • *
  • Messages: 27 094
    • Twitter LaFibre.info
Peering, transit,...
« Réponse #11 le: 23 mai 2007 à 22:54:45 »
Merci pour l'explication !
Axione par exemple achète sa bande passante majoritairement au Tiers-2 Tiscali (c'est terminé Cogent et l'obligation de passer par les USA pour joindre la moitié des AS françaises)

Concernant France Telecom (et ses 2 AS) je ne comprend pas l'intérêt une fois qu'on est sur son réseau a nous faire passer par Londres... (c'est plus cher de peerer avec l'AS qui fait pas un détour à l'international ?)




Le manque de transparence est tel qu’un opérateur de télécommunication peut très bien acheter de la bande passante à un IBP et que celle-ci passe par son propre réseau loué à bas coût par l’IBP.

Il y a aussi cette phrase qui na pas été comprise...

 

Mobile View