Auteur Sujet: Des chiffres sur le fixe, le mobile & autres  (Lu 693666 fois)

0 Membres et 3 Invités sur ce sujet

Hammett

  • Client Bbox fibre FTTH
  • *
  • Messages: 3 711
  • Bois Colombes (92)
Des faits & des chiffres sur l'Adsl, le THD, le mobile
« Réponse #2592 le: 11 avril 2019 à 07:17:40 »
Alors que les opérateurs ont publié leurs résultats à fin décembre 2018, quelques statistiques sur le très haut débit peuvent en être tirées.

Lignes commercialisables
Le nombre de lignes commercialisables pour chaque opérateur (selon les chiffres des opérateurs et selon une définition "élastique" de commercialisable). Pour Bouygues, Free et Orange, il s’agit des lignes Ftth. Pour SFR, ce sont celle de son réseau ftth et câble upgradé (>= 100Mb/s).

Pour information, il y a également deux données de l’Arcep : l’évolution du nombre de lignes éligibles au Ftth et plus globalement l’évolution du nombre de ligne éligible au très haut débit (30 Mbit/s).

Orange poursuit sa dynamique et Free fait mieux que SFR. De son côté, l’ARCEP note : "Le rythme du déploiement des réseaux FttH s’est accéléré par rapport au troisième trimestre de l’année dernière, et s’établit à +1 013 000 lignes sur le trimestre. Au 31 décembre 2018, 13.6 millions de logements étaient éligibles aux offres FttH, soit une hausse de 32 % en un an. Les acteurs doivent toutefois encore intensifier leurs efforts pour atteindre les objectifs de couverture qu’ils se sont fixés. Au total, à la fin du 4e trimestre 2018, 20.1 millions de logements étaient éligibles à des services à très haut débit, toutes technologies confondues, dont 13.9 millions en-dehors des zones très denses.".



Taux d’occupation
Le taux d’occupation est le rapport du nombre de clients par rapport au nombre de lignes "connectables". Free commence à engranger. Bouygues également et sont toujours en phase de conquête assez fortes.  Orange et SFR – eux - déploient autant qu’ils conquièrent de nouveaux clients



Hammett

  • Client Bbox fibre FTTH
  • *
  • Messages: 3 711
  • Bois Colombes (92)
Des faits & des chiffres sur l'Adsl, le THD, le mobile
« Réponse #2593 le: 14 avril 2019 à 15:33:15 »
En regardant de plus près les chiffres du T4 de SFR, la situation sur le fixe est la suivante.

Par rapport à ma dernière publication, les clients OTT ont été retirés. Pour le T3, c'est 114 000. Par contre pour le T4, c'est l'inconnu, mais il semble que SFR ait compté également un minimum de 114 000 clients sur ce trimestre. SFR n'a pas donné de chiffres sur l'OTT soulignant ainsi un peu plus le flou sur ses chiffres (rien sur le cable, le ftth, le m2m, le secteur entreprise, les mvno's).

Lors de sa conférence de presse jeudi, Alain Weill a précisé que le nombre de clients en OTT avaient été multipliés par 10 en moins d'un an. Il y a un an Les Echos donnait 15 000 clients à RMC Sport, soit +/- 150 000 à ce jour. Entre une estimation à la louche (150 000) et une chiffre publié (114 000), j'ai pris 114 000 pour le T4, ce qui fait un différentiel supplèmentaire de 114 000, qui sont donc décomptés du total SFR du T4.

De fait, globalement, cela ne joue que sur 4 dixièmes sur l'ensemble du fixe et ne remet pas en cause les tableaux sur le THD et le FTTH. SFR passe de 20,6% à 20,2% de parts de marché sur le fixe (adsl, ftth, fttla, satellite, 4g box pour les particuliers + entreprise).

1/ Résultats de SFR à fin décembre


2/ Parts de marché sur le fixe à fin décembre (adsl, ftth, fttla, satellite, 4g box pour les particuliers + entreprise)




alain_p

  • Client Free fibre
  • *
  • Messages: 9 421
  • Delta S 10G-EPON sur Les Ulis (91)
Des faits & des chiffres sur l'Adsl, le THD, le mobile
« Réponse #2594 le: 14 avril 2019 à 18:01:27 »
Merci pour ce travail d'exégèse. C'est vrai que travailler sur des chiffres flous, ce n'est pas facile.

Hammett

  • Client Bbox fibre FTTH
  • *
  • Messages: 3 711
  • Bois Colombes (92)
Des faits & des chiffres sur l'Adsl, le THD, le mobile
« Réponse #2595 le: 15 avril 2019 à 06:26:57 »
Après la publication des résultats des opérateurs à fin décembre 2018, il est possible de synthétiser l’évolution du chiffre d’affaires.

Précisions
- Les données (exprimées en milliards) sont compilées à partir des communiqués publiés par Bouygues, Free, Orange et SFR et représentent les données cumulées sur l’année 2018. 
- Le chiffre d'affaires d'Orange France a augmenté de 0,9% entre le T4 2017 et le T4 2018. 
- Les 3 premières colonnes indiquent le chiffre d'affaires annuel pour 2016, 2017 et 2018.



Le détail
Bouygues Telecom poursuit sa remontée financière, mais avec des clients qui lui rapportent moins. Bouygues est en train de reprendre largement ses distances avec Free, alors qu'il y avait match depuis quelques années. Sa rentabilité s'améliore mais reste très loin de ses concurrents.

Free est encore en baisse sur un an, ce qui constitue un événement. Si le chiffre d’affaires baisse, par contre, le taux de rentabilité s’améliore. Les promotions coutent un bras, mais la montée en charge du ftth permet de limiter la tempête. Une mauvaise année, cela peut arriver, une deuxième pourrait faire désordre.

Orange France poursuit sa remontée positive, c’est tranquille, à l’image de sa politique commerciale plutôt modérée. Sa rentabilité s’améliore et devient la meilleure du secteur. La machine tourne sur les acquis.

SFR voit son chiffre d’affaires continuer à baisser, mais c’est moins pire que lors des trimestres précédents. Sa rentabilité s’écroule, mais reste encore d’un bon niveau. La conquête des nouveaux clients lui coute un bras. C'est une gestion de l'urgence et donc déséquilibrée, mais le groupe a des actifs pour pouvoir faire face.

Hammett

  • Client Bbox fibre FTTH
  • *
  • Messages: 3 711
  • Bois Colombes (92)
Des faits & des chiffres sur l'Adsl, le THD, le mobile
« Réponse #2596 le: 17 avril 2019 à 06:34:37 »
Après la publication des résultats de Bouygues, Free, Orange et SFR, voici le tableau récapitulatif sur l’ARPU fixe et l’ARPU mobile à fin décembre 2018.



Précisions
- Les données (exprimées en euros) sont compilées à partir des communiqués publiés par Bouygues, Free, Orange et SFR à partir des moyennes trimestrielles. Pour le détail, se reporter à la définition de chaque opérateur.   
- Free, par pudeur, ne publie pas d’ARPU mobile. Pour ce tableau, c’est donc un calcul : chiffre d’affaire mobile / nombre de clients / nombre de mois.
- SFR fait pire, pas de chiffre d’affaires sur les forfaits mobile, impossible donc de faire un calcul comme pour Free. Pour le fixe, c’est le chiffre d’affaires/nombre clients/12.
- En fonction de nouvelles normes comptables, Orange calcule maintenant l’ARPO (chiffre d’affaire par offre) et plus l’ARPU (chiffre d’affaire par client), globalement, cela augmente sur le fixe, mais baisse sur le mobile, mais au final, c’est équivalent à l’ARPU. La présentation est différente.
- Pour lire le tableau : Orange déclare un ARPO fixe de 38,3€ en baisse de 1,8% sur 12 mois. 

Le détail
Bouygues Telecom, la baisse se poursuit sur le fixe et sur le mobile, même si c’est un peu moins fort que sur le T3. Sa moyenne est de 22,6 contre 22,3 pour Free.

Free comme sur le trimestre précédent, est en forte baisse sur le fixe et le mobile, quand Free gagne des clients, cela se fait essentiellement via des promotions, et maintenant Free arrive à en perdre, et donc cela fini par avoir une incidence.
Afin de financer le mobile, l’Arpu fixe va devoir rester un à bon niveau, d’ou la sortie de la nouvelle box premium. Cela suffira-t-il et combien de temps cela lui prendra-t-il ?

Orange France, baisse maintenant sur le fixe alors que cet indicateur était plutôt à la hausse lors des trimestres précédents. Sur le mobile, c’est une baisse un peu plus forte que lors des trimestres précédents. En moyenne (fixe + mobile), il présente le meilleur chiffre des 4 opérateurs. En contrepartie, ses parts de marché s’effritent sur le mobile.

SFR, baisse sur le fixe dans l’inconnu sur le mobile, ce qui indique quand même plutôt un mauvais chiffre. La baisse est moins pire, mais reste importante. SFR a choisi de regagner des clients. SFR devrait reprendre la publication de son ARPU sur le fixe et le mobile.

alain_p

  • Client Free fibre
  • *
  • Messages: 9 421
  • Delta S 10G-EPON sur Les Ulis (91)
Des faits & des chiffres sur l'Adsl, le THD, le mobile
« Réponse #2597 le: 17 avril 2019 à 08:47:03 »
J'ai un doute sur le calcul chiffre d'affaire fixe/nbre d'abonnés/3 pour SFR, car passer de 31.7 € au T3, à 35.4 € au T4, cela me parait très étonnant, connaissant les promotions en cours.

P.S : Par exemple, si je prends les chiffres du T4 2017 (tels que publiés dans les derniers résultats, et c'était avant l'OTT) :
CA fixe : 697.9 M€
Nbre abonnés fixes : 5.943 M
ARPU calculé : CA/nbre abonnés/3 = ~39.1 €.

Or le chiffre qui avait été publié était de 36.5 € (dans ton tableau). Il y a donc une différence de +2.6 €, je ne sais pas à quoi elle doit être attribuée. Mais donc elle pourrait se retrouver aussi dans le T4 2018.
« Modifié: 17 avril 2019 à 10:26:32 par alain_p »

alain_p

  • Client Free fibre
  • *
  • Messages: 9 421
  • Delta S 10G-EPON sur Les Ulis (91)
Des faits & des chiffres sur l'Adsl, le THD, le mobile
« Réponse #2598 le: 17 avril 2019 à 16:43:38 »
- SFR fait pire, pas de chiffre d’affaires sur les forfaits mobile

Il y a quand même le chiffre d'affaires global (forfaits + prépayés), et le nombre de forfaits, 13.5 M, est largement supérieur au nombre de pré-payés, 1.5 M, donc le chiffre qui peut-être calculé donne quand même une assez bonne idée du niveau de l'ARPU (aux incertitudes près sur ce type de calcul), et s'il est recalculé sur les trimestres précédents, de son évolution.

Par exemple, sur le T4 2018 :
CA mobile B2C : 1060.9 M €
Nbre abonnés total : 15.064 M
ARPU global : ~23.5 €

Sur le T4 2017 :
CA mobile B2C : 1152 M €
Nbre abonnés total : 14.351 M
ARPU global : ~26.75 €

Hammett

  • Client Bbox fibre FTTH
  • *
  • Messages: 3 711
  • Bois Colombes (92)
Des faits & des chiffres sur l'Adsl, le THD, le mobile
« Réponse #2599 le: 18 avril 2019 à 06:30:55 »
Récapitulatif des investissements de chaque opérateur à fin décembre et ce qu’ils représentent par rapport au chiffre d’affaire. Investissements dans le réseau (fixe et/ou mobile), les investissements immobiliers (boutiques) et ceux dans le SI. Ne sont (logiquement) pas pris en compte les coûts d’acquisition des clients. Les montants s’entendent hors acquisition de fréquences et achats dans les contenus. 



Globalement, les investissements augmentent pour l’ensemble des opérateurs. Free est au dessus car, il faut aussi compter le rachat de l’opérateur EIR. Bouygues et SFR mutualisent, Orange reste à un niveau maitrisé.

Pour Altice Europe, les investissements dans les contenus représentent 1,014 milliard sur l’année 2018, contre 46,6 millions en 2017. Pour un chiffre d’affaires négatif de 227 millions contre 222 millions en 2017.

Précisions
- Les données (exprimées en milliards) sont compilées à partir des communiqués publiés par Bouygues, Free, Orange et SFR.
- Pour lire le tableau : Orange a augmenté ses investissements de 3,6% entre décembre 2017 et décembre 2018 et ils ont représenté 20,1% du chiffre d'affaire à fin décembre 2018.
« Modifié: 18 avril 2019 à 09:18:03 par Hammett »

alain_p

  • Client Free fibre
  • *
  • Messages: 9 421
  • Delta S 10G-EPON sur Les Ulis (91)
Des faits & des chiffres sur l'Adsl, le THD, le mobile
« Réponse #2600 le: 18 avril 2019 à 09:07:30 »
Pour Free, le niveau des "investissements" a toujours été très élevé, depuis des années. A priori, ce n'est pas le seul effet des investsisements en Italie et en Eire. Il est plus probable qu'il y compte des choses que les autres ne comptent pas, comme le coût des box, selon une remarque il y a quelques années de Sébastien Sorriano. Évidemment, Iliad ne précise pas ce qu'il compte sous la rubrique 'CAPEX', comme les autres d'ailleurs, à part Orange.

P.S : il y cette phrase dans le CP de la présentation des résultats d'Iliad, p4,  qui conforte l'hypothèse qu'ils comptent bien les box :

Citer
Investissements ambitieux à 1,55 milliard d’euros, soutenant l’extension rapide du réseau FTTH, l’allumage de nouveaux sites mobiles et le lancement des nouvelles Freebox.

Bon, d'un autre côté, le lancement d'une nouvelle box comme la delta est bien un investissement (d'ailleurs retardé), mais c'est plutôt de l'acquisition de nouveaux abonnés.
« Modifié: 18 avril 2019 à 19:33:38 par alain_p »

Hammett

  • Client Bbox fibre FTTH
  • *
  • Messages: 3 711
  • Bois Colombes (92)
Des faits & des chiffres sur l'Adsl, le THD, le mobile
« Réponse #2601 le: 19 avril 2019 à 06:34:03 »
La publication des résultats à fin décembre 2018 par Bouygues, Free, Orange et SFR permet de faire le point sur le niveau d’endettement de chacun à fin décembre 2018.

Synthèse du ratio d’endettement
Le ratio d’endettement est calculé comme suit : endettement/Ebitda.

Pour Bouygues télécom avait fait de gros effort afin de diminuer son taux d’endettement, et le laisse un peu filer, mais reste largement maitrisé, c’est une gestion de bon père de famille.

Free, le ratio augmente assez sensiblement depuis deux ans, ce n’est pas alarmant, car Free est très peu endetté, mais à terme, cela peut laisser moins de marge de manœuvre, surtout si il y a d'autres trimestres décevants. Le niveau d’endettement est calculé au niveau groupe et donc en prenant en compte l’endettement italien.

Orange France voit son taux augmenter, les investissements restent importants et la rentabilité est largement maintenue, donc l’endettement file. Orange va-t-il se lancer dans quelques ventes non-stratégiques afin de faire baisser ce taux ?

SFR comme Orange mais en nettement pire. A noter qu’Altice a réorganisé sa structure et que pour le groupe, le ratio est de 5,2x, les différentes ventes effectuées devraient faire baisser ce taux. Pour SFR la première grosse échéance de remboursement est pour 2022 avec 4 milliards à décaisser auquel il faut ajouter 4,4 milliards pour le groupe. D’ici là, ce ne sont "que" 2,6 milliards que le groupe devra rembourser. La pression est moins importante à court terme, c'est déjà cela.



A noter que lors de la présentation de ses résultats, le niveau d’endettement d’Orange est présenté au niveau du groupe. Toutefois, dans le document de référence, la situation d’endettement est donnée par entité, ce qui permet de calculer le taux d’endettement pour Orange SA qui est la structure française du groupe.

Endettement par entité Orange


alain_p

  • Client Free fibre
  • *
  • Messages: 9 421
  • Delta S 10G-EPON sur Les Ulis (91)
Des faits & des chiffres sur l'Adsl, le THD, le mobile
« Réponse #2602 le: 19 avril 2019 à 09:38:56 »
Pour SFR, non, il n'y a plus 4 milliards à rembourser en 2022, depuis qu'il a contracté un emprunt en Juillet 2018 pour rembourser ses échéances de 2022, ce qui repousse à 2026/2027. Voir l'échéancier SFR présenté avec les résultat d'Altice, p22 :
http://altice.net/sites/default/files/pdf/AENV-Fourth-Quarter-2018-Pro-Forma-Results_2019-03-28.pdf

Par contre, la filiale luxembourgeoise qui a 6 milliards de dette et aucun revenu, a bien 4 milliards à rembourser en 2022, et il faudra bien que les autres filiales aident à un moment donné (en attendant aussi nouvel emprunt pour rembourser ?). Voir :
https://lafibre.info/chiffres/point-sur-la-dette-dalticesfr-au-31122018/

Pour Free/Iliad, je pense que là où il y a des interrogations, c'est plutôt est-ce que la filiale italienne sera un jour rentable, malgré son bon démarrage en terme d'abonnés ? Les niveaux de prix sont encore plus faibles qu'en France, il y a une très forte concurrence aussi, et les investissements sont très lourds, on l'a vu avec les enchères pour les fréquences 5G, et il y a tout le réseau à construire...

Hammett

  • Client Bbox fibre FTTH
  • *
  • Messages: 3 711
  • Bois Colombes (92)
Des faits & des chiffres sur l'Adsl, le THD, le mobile
« Réponse #2603 le: 23 avril 2019 à 07:42:04 »
Après la publication de l’observatoire de l’AFNR au 31 mars, un récapitulatif sur les supports 4G en service via l’observatoire 2G, 3G et 4G publié par l’ANFR.

A ce jour, sur la 4G, SFR et Bouygues revendiquent un taux de couverture de 99%, Orange de 98,6% et Free 92%.

Avec 66,153 sites au total, le cumul des supports 4G en service augmente de 2,8% par rapport à fin décembre 2018 (5,7% sur le T4, 5,1% sur le T3, 5,3% sur le T2, 5,0% sur le T1) et de 20,2 % entre mars 2018 et mars 2019 (22,8% à fin décembre, 24,5% à fin septembre, 26,5% à fin juin, 34,9% a fin mars 2018). 
La tendance est à la décélération douce.

A noter que pour l'ANFR : "Certains des sites autorisés dans les différentes bandes de fréquences sont mutualisés et utilisent donc un même support. Ceci explique pourquoi la somme des sites autorisés par bande de fréquences n’est pas égale à la totalité des sites 4G autorisés."



Sur 12 mois, Orange a rattrapé son retard et a très sensiblement augmenté son avance avec la volonté d'être le meilleur tant en qualité qu'en couverture. Bouygues et SFR via leur mutualisation ont légèrement freiné, mais dans ce couple, c’est SFR qui mène la danse, alors que c'était Bouygues il y a un an. Free garde la cadence, mais n’a de toute façon pas le choix. Bref, les tendances lourdes ne changent pas.

 

Mobile View