Auteur Sujet: Marchés du haut et du très haut débit fixe : Orientations de l'ARCEP  (Lu 2955 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

alain_p

  • Client Free adsl
  • *
  • Messages: 3 511
  • Arpajon (91)
Marchés du haut et du très haut débit fixe : Orientations de l'ARCEP
« Réponse #12 le: 12 janvier 2017 à 09:07:13 »
Citer
C'est pourquoi dans les zones denses, là où les opérateurs se plaignent d'avoir du mal à rentrer dans les immeubles, Orange va avoir l'obligation de les aider à se raccorder.

Je pense que Free n'attend que cela pour s'installer dans les NRA/NROs d'Orange en ZTD, comme il le fait en ZMD, pour déployer là aussi le 10G-EPON, en faisant l'économie d'acheter et équiper ses propres NROs. Et Orange devra probablement rajouter des fibres pour raccorder les PM, co-financées par Free (et probablement Bouygyes Telecom aussi ?).

Philoutix

  • Expert Orange
  • Client Orange adsl
  • *
  • Messages: 728
  • Lyon (69)
Marchés du haut et du très haut débit fixe : Orientations de l'ARCEP
« Réponse #13 le: 12 janvier 2017 à 09:09:09 »
C'était évident, je l'avais déjà écris sur ce forum, dés qu'Orange aura trop d'avance, l'ARCEP interviendra pour laisser les concurrents accéder aux infras de l'opérateur historique. Il fallait être franchement naïf pour croire le contraire. Aucun intérêt à Free, Bouygues et SFR de réellement forcer le développement du FTTH et ce n'est pas une question de CAPEX lorsqu'on voit le prix auquel était prêt à racheter Illiad un opérateur Telco Américain, idem pour ALTICE qui investit à tout azimut aux US et ailleurs. Depuis des années, l'ARCEP entrave systématiquement le développement d'Orange en France, toujours la faute de l'opérateur historique, la rengaine habituelle, faut faire vivre la concurrence sur le dos de la bête.

De même lorsqu'on lit Sorantino dans sa dernière interview, tout content de son effet ces derniers jours, semblant moyennement heureux d'un retour à trois opérateurs on peut se poser des questions sur la compétence de ce monsieur, c'est un dogmatique, rien de plus. Il peut toujours se plaindre des investissements de SFR et Orange dans respectivement les médias et la banque mais ce dernier oublie que ses entreprises sont cotées en Bourse et ne sont pas des associations loi 1901. Je n'ai pas eu le temps de calculer l'évaporation du capital d'Orange en bourse suite à sa délcaration le jour même, il faudrait peut-être qu'il réfléchisse avant de faire le malin dans la presse et sur twitter.






alain_p

  • Client Free adsl
  • *
  • Messages: 3 511
  • Arpajon (91)
Marchés du haut et du très haut débit fixe : Orientations de l'ARCEP
« Réponse #14 le: 12 janvier 2017 à 09:14:41 »
Je n'ai pas eu le temps de calculer l'évaporation du capital d'Orange en bourse suite à sa délcaration le jour même, il faudrait peut-être qu'il réfléchisse avant de faire le malin dans la presse et sur twitter.

N'exagérons rien, l'action Orange est en ce moment à 14,50 € contre 14.80 € il y a quelques jours. Ce n'est pas une catastrophe non plus, et reste dans les variations quotidiennes que l'on voit souvent.

P.S : Paradoxalement, l'action Iliad baisse plus que l'action Orange ce matin, de 186 € à 184 €, -1%.
« Modifié: 12 janvier 2017 à 10:44:48 par alain_p »

Nico

  • Modérateur
  • *
  • Messages: 26 437
  • FTTH 300Mbps sur Paris 15ème (75)
    • @_GaLaK_
Marchés du haut et du très haut débit fixe : Orientations de l'ARCEP
« Réponse #15 le: 12 janvier 2017 à 09:15:23 »
Toujours le même soucis, c'est plus simple de déployer quand l'infrastructure est à toi... Bref je ne vais pas rentrer dans ce débat sans fin plus que ça.

eruditus

  • Client Orange adsl
  • Modérateur
  • *
  • Messages: 7 667
  • Montfort-l'Amaury (78)
Marchés du haut et du très haut débit fixe : Orientations de l'ARCEP
« Réponse #16 le: 12 janvier 2017 à 10:41:36 »

Mais... mais... les ZTD ont été actées avec le plan THD par le régulateur. Ce n'est pas nouveau comme situation.
En ZTD, il y a déjà eu réduction de ces zones en 2011, il me semble pour la même raison.

Le marché s'est organisé en fonction de la réglementation. SFR et Bouygues ont réussi à trouver un accord pour déployer "conjointement" en ZTD par exemple. Qu'est ce qui empêche les acteurs de trouver d'autres accords de ce genre ? Il me semble même avoir lu qu'Orange avait une offre pour accompagner les acteurs en ZTD.

Ce qui me gêne, c'est la régulation volatile sur ses principes. Organiser un marché ne signifie pas en changer les règles tous les 4 matins.


Nico

  • Modérateur
  • *
  • Messages: 26 437
  • FTTH 300Mbps sur Paris 15ème (75)
    • @_GaLaK_
Marchés du haut et du très haut débit fixe : Orientations de l'ARCEP
« Réponse #17 le: 12 janvier 2017 à 10:56:20 »
Qu'est ce qui empêche les acteurs de trouver d'autres accords de ce genre ? Il me semble même avoir lu qu'Orange avait une offre pour accompagner les acteurs en ZTD.
Les orientations présentées vont un peu dans ce sens, permettre un tel accord de manière non discriminatoire.

eruditus

  • Client Orange adsl
  • Modérateur
  • *
  • Messages: 7 667
  • Montfort-l'Amaury (78)
Marchés du haut et du très haut débit fixe : Orientations de l'ARCEP
« Réponse #18 le: 12 janvier 2017 à 11:04:26 »
Nous serions donc la théatralité habituelle alors que les mesures qui seront prises vont accoucher d'une souris ?

alain_p

  • Client Free adsl
  • *
  • Messages: 3 511
  • Arpajon (91)
Marchés du haut et du très haut débit fixe : Orientations de l'ARCEP
« Réponse #19 le: 12 janvier 2017 à 11:06:00 »
On verra en Mars, après la consultation...

Hammett

  • Client Orange adsl
  • *
  • Messages: 2 368
  • Bois Colombes (92)
Marchés du haut et du très haut débit fixe : Orientations de l'ARCEP
« Réponse #20 le: 12 janvier 2017 à 11:24:03 »
Oui, il y a aussi les postures habituelles. Par exemple, qu'est-ce qui permet à Bouygues Telecom ou à Free de dire qu'ils sont maltraités par Orange, alors qu'ils déclarent 1,7 et 4 millions de prises commercialisables ?
On verra le résultat final, mais la régulation de l'ARCEP est prévue pour la période 2017-2020. Et à chaque fois, c'est le même cirque. C'est incroyable d'avoir des cycles courts et de ne pas avoir une vision d'ensemble et de s'y tenir. Là, cela ressemble à du boulot d'amateur de la part de l'ARCEP qui semble découvrir de nouveaux problèmes techniques, alors qu'ils devaient déjà être posés en 2013/2014 (voir avant).


alain_p

  • Client Free adsl
  • *
  • Messages: 3 511
  • Arpajon (91)
Marchés du haut et du très haut débit fixe : Orientations de l'ARCEP
« Réponse #21 le: 12 janvier 2017 à 11:40:53 »
Il faut aussi faire le bilan de chaque période, et voir ce qui marche et ne marche pas. Il est clair que Free et SFR ont beaucoup moins déployé le FTTH que prévu initialement en 2013. Maintenant, qu'ils soient maltraités, c'est une autre histoire... C'est vrai que c'est surtout Orange qui a investi, avec quand même un co-financement des autres, en particulier Free.

Kaelhan

  • Client Orange Fibre
  • *
  • Messages: 381
  • Toulouse (31)
Marchés du haut et du très haut débit fixe : Orientations de l'ARCEP
« Réponse #22 le: 12 janvier 2017 à 13:56:17 »
Complément de S.Soriano sur Bfmbusiness ce matin repris par le site La Tribune pour "calmer" le jeu :

Eteindre l'incendie. Tel était l'objectif de Sébastien Soriano, ce jeudi matin, sur BFM Business. Le patron de l'Arcep, le gendarme des télécoms, est revenu sur sa volonté de réguler Orange dans la fibre. Dévoilé ce lundi, son "petit complément" au cadre de régulation a mis le feu aux poudres chez l'opérateur historique. Locomotive des investissements dans la fibre avec une part de marché d'environ 75%, celui-ci estime que l'Arcep vient lui mettre des bâtons dans les roues en favorisant injustement ses concurrents SFR, Free et Bouygues Telecom.

Pour Orange, si ses rivaux ont pris du retard dans le déploiement de la fibre, c'est parce qu'ils n'ont pas voulu mettre la main au portefeuille. Très énervé par le parti-pris de l'Arcep, Stéphane Richard, le PDG d'Orange, n'a pas hésité, avant-hier, à interpeller publiquement son patron dans un tweet rageur :

 "Sébastien Soriano : la France en retard sur le THD [Très haut débit, Ndlr], il faut donc s'attaquer à Orange, seul opérateur qui investit massivement. Cherchez l'erreur."

Face à cette fronde du leader français des télécoms, le président de l'Arcep a voulu calmer le jeu. D'emblée, il s'est présenté comme "un arbitre équitable" :

"Ce que nous voulons, c'est booster l'investissement en France. Aujourd'hui, la situation est simple: Orange investit beaucoup, mais ils nous disent être à la limite de ce qu'ils peuvent faire. Il ne s'agit certainement pas de sanctionner cet investissement, mais de trouver des relais, des compléments à [cet effort]. Et ceux-ci viendront des autres opérateurs."

"Un certain nombre de verrous"

Or d'après Sébastien Soriano, les rivaux d'Orange sont confrontés à "un certain nombre de verrous pour déployer leurs réseaux" en fibre optique:

    "Il y a un verrou très simple: la réglementation française impose qu'il n'y ait qu'un opérateur qui déploie la fibre dans l'immeuble. C'est très bien [...], c'est de bonne gestion. Mais il faut à un moment se raccorder à la fibre dans l'immeuble. Or aujourd'hui, dans les zones les plus denses du territoire, Orange est très en avance. Il a installé la fibre dans beaucoup d'immeubles. C'est très bien, sauf que les autres opérateurs n'arrivent pas à y rentrer pour se raccorder..."

D'où la nécessité, pour le patron de l'Arcep, "de demander à Orange [...] d'accompagner les autres opérateurs" pour qu'ils ne soient pas freinés.

"Une mesure chirurgicale"

Sur le fond, Sébastien Soriano voit donc son remède comme une "mesure chirurgicale millimétrée", à dix lieues d'une remise en cause de toute la régulation. Agacé d'être présenté comme celui qui vient plomber la rentabilité des investissements d'Orange, il précise, presque menaçant, que l'Arcep aurait pu aller beaucoup plus loin :

"Vous savez, il y a quelque chose que nous avons décidé de ne pas faire [...] : c'est le dégroupage de la fibre [qui consisterait à donner accès au réseau d'Orange à la concurrence, Ndlr]. Ici, on contrôlerait les prix, tout serait encadré. [...] Sur la fibre, chacun doit déployer sa propre fibre dans les rues. C'est un combat de rues. C'est un combat de caves. Pour passer de la rue à la cave, on a besoin d'Orange, c'est simple, et ce n'est quand même pas une remise en cause totale du cadre de la réglementation."

Puis, pour calmer les esprits, Sébastien Soriano s'est dit "pragmatique":

"Nous mettons aujourd'hui une proposition de régulation sur la table. Si demain Orange avance de sa propre initiative pour régler ces problèmes, peut-être qu'on considérera [qu'il suffit] simplement d'accompagner le mouvement..."

En clair, pour lui, la balle est désormais dans le camp de l'opérateur historique.
(src : http://www.latribune.fr/technos-medias/regulation-de-la-fibre-l-arcep-tente-de-calmer-orange-629899.html)

Je n'ai pas vu l'interview aujourd'hui, donc je n'en sais pas plus.

Ce qui me surprend, c'est la menace à peine voilée qu'il indique sur le dégroupage de la fibre.
Autre chose, l'accès aux immeubles raccordés par Orange serait difficile, y a-t-il eu des chiffres ou une enquête indiquant cela ? Quel est le taux d'échec ? Quelle est la durée moyenne d'accès à l'immeuble par un autre opérateur dans ce cas ?
Les autres opérateurs savent très bien que pour déployer un réseau il faut investir, cela passe par des arbitrages financiers et des décisions stratégiques qu'ils ont prises. A eux de voir s'ils peuvent ou non changer ces décisions....
S'il indique que certaines choses ne fonctionnent pas dans ce cas, comme le justifie-t-il ?
Je me demande surtout quel serait pour lui le meilleur moyen d'augmenter le taux de raccordement par rapport aux nombre de prises ? Comment faire que ceux qui ont une connexion ADSL de qualité (à définir  :)) puissent aller vers le FTTH ?

Thornhill

  • Client SFR fibre FTTH
  • *
  • Messages: 322
  • Saint-Médard-en-Jalles (33)
Marchés du haut et du très haut débit fixe : Orientations de l'ARCEP
« Réponse #23 le: 12 janvier 2017 à 14:05:55 »
Quand il déclare que les autres opérateurs n'arrivent pas à rentrer dans les caves, ça parait logique puisque Orange est le seul à posséder les fourreaux existant depuis des lustres. Ca semblait évident dès le début, donc je suppose que la menace de régulation concerne ces fourreaux non ?