Auteur Sujet: Innovations du réseau SFR: 5G, 4G+ Mimo 4x4 à 1Gb/s, Box 4G, Voix sur WiFi,...  (Lu 23754 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

alain_p

  • Client Free fibre
  • *
  • Messages: 7 590
  • Les Ulis (91)
Tu oublies la dette d'Orange, et accessoirement le fait que très peu parmi ses 100.000 employés vont être en mesure de procéder aux investissements réseau. Il faudra donc là aussi employer des sous traitants.

Le dette d'Orange, c'est deux fois sa marge brute (2x l'EBITDA), contre 4x pour SFR. Quand SFR/Altice sera rendu à 2x, il pourra voir l'avenir avec plus de sérénité. Bouygues Telecom et Free, c'est environ 1x... Certes, dans les 100.000 employés d'Orange, seule une petite partie fait directement du réseau, mais comme je le disais, il faut du personnel aussi, pour sélectionner les sous-traitants, rédiger les contrats, leur donner le travail, vérifier l'exécution, payer les factures, etc... Par exemple, dans le FTTH, il faut contacter tous les syndics pour signer une convention. Ce n'est pas directement du réseau, mais c'est une étape indispensable, pour laquelle il faut du personnel.

Bouygues a démarré tardivement dans l'infrastructure fixe, mais se développe rapidement (le plus rapidement de tous dans le fixe). Il en est déjà à plus de 3 millions de clients, la moitié de SFR.

Pour Free, comme d'habitude, quand il commencera à ralentir dans les recrutements, il se mettra à investir. Il est condamné à ne pas louper le tournant de la 5G. Et il a les obligations de l'ARCEP a respecter, notamment pour la couverture de population, et de territoire. Il a aussi beaucoup recruté ces dernières années (~9000 employés).

chantoine

  • Client Bouygues Telecom 4G
  • *
  • Messages: 621
  • 91
Je ne suis pas certain que les 100.000 salariés soient plus avantageux qu'une dette moins élevée en termes d'EBITDA.

Pour le développement de Bouygues sur le fixe, même phénomène que pour la couverture FM dans le mobile : les premières dizaines de % (ou millions de clients) sont assez faciles à obtenir.

Quant à Free, je veux bien te croire. Mais à force de déployer a minima, au fil de l'eau, de tolérer une qualité de service médiocre sur le mobile, on finir par prendre un retard technique et un déficit d'image difficiles à rattraper.

Freedor

  • Client Free adsl
  • *
  • Messages: 865
Le dette d'Orange, c'est deux fois sa marge brute (2x l'EBITDA), contre 4x pour SFR. Quand SFR/Altice sera rendu à 2x, il pourra voir l'avenir avec plus de sérénité. Bouygues Telecom et Free, c'est environ 1x... Certes, dans les 100.000 employés d'Orange, seule une petite partie fait directement du réseau, mais comme je le disais, il faut du personnel aussi, pour sélectionner les sous-traitants, rédiger les contrats, leur donner le travail, vérifier l'exécution, payer les factures, etc... Par exemple, dans le FTTH, il faut contacter tous les syndics pour signer une convention. Ce n'est pas directement du réseau, mais c'est une étape indispensable, pour laquelle il faut du personnel.

Bouygues a démarré tardivement dans l'infrastructure fixe, mais se développe rapidement (le plus rapidement de tous dans le fixe). Il en est déjà à plus de 3 millions de clients, la moitié de SFR.

Pour Free, comme d'habitude, quand il commencera à ralentir dans les recrutements, il se mettra à investir. Il est condamné à ne pas louper le tournant de la 5G. Et il a les obligations de l'ARCEP a respecter, notamment pour la couverture de population, et de territoire. Il a aussi beaucoup recruté ces dernières années (~9000 employés).
Concernant Free, il ne reste plus que les obligations de couvertures concernant la 4G 700, les autres ont déjà été remplies, avec de l'avance. C'est ce que Chantoine appelle "déployer à minima".

alegui

  • Client Bbox fibre FTTH
  • *
  • Messages: 467
  • FTTH Courbevoie (92)
Concernant Free, il ne reste plus que les obligations de couvertures concernant la 4G 700, les autres ont déjà été remplies, avec de l'avance. C'est ce que Chantoine appelle "déployer à minima".
Les obligations réglementaires (à part celles sur les zones blanches) sont bien inférieures à celles que le marché impose actuellement. Déployer à un petit rythme de croisière tranquille, tout en possédant de base un retard important sur ses 3 concurrents, on peut effectivement appeler cela "déployer à minima".
Disons qu'ils doivent s'y retrouver financièrement pour faire cela : service médiocre ça renforce l'idée inconsciente que l'abonnement n'est pas cher ! ;D

Inversement, SFR qui a pendant longtemps laissé la situation se dégrader, a décidé d'investir massivement pour le réseau. Ça reste un pari sur l'avenir, l'afflux massif de clients premium n'est pas garanti, d'autant que les problèmes de facturation continuent depuis le rachat.

Abaca91

  • Expert LTE
  • Client K-Net
  • *
  • Messages: 179
  • Essonne (91)
Avec d'un côté une campagne de mesure sur le terrain et de l'autre des maxis théoriques.

C'est, à mon avis ce qui explique l'essentiel de l'écart ainsi que les limites technologiques des smartphones actuellement commercialisés versus des UE prototypes (et souvent des eNode B prototypes) pour les démos.

Comme je l’écrivais hier, concernant les mesures faites sur le Réseau T Mobile US fin 2016, certaines limitations viennent du smartphone utilisé (le Galaxy S7) et son SOC Snapdragon 820 (modem X12, cat.12) qui ne supporte que 6 flux de data en //. Donc en mode 2 CA et MIMO 4x4, il ne sait traiter que 2 fois 3 flux spatiaux (RI = rank indicator = 3) par bande de fréquence.

Le nouveau Snapdragon 835 (cat. 16), utilisé dans certaines variantes du Galaxy S8 et dans le très récent Sony Xperia XZ Premium, doit lever certaines de ces limitations et améliorer ces résultats.

Concernant le rapport complet des tests sur le réseau T- Mobile (une quarantaine de pages datant de janvier 2017), il n’est malheureusement pas public, mais je posterais ce soir un résumé des points les plus significatifs.
« Modifié: 04 juin 2017 à 10:42:14 par Abaca91 »

Freedor

  • Client Free adsl
  • *
  • Messages: 865
Les obligations réglementaires (à part celles sur les zones blanches) sont bien inférieures à celles que le marché impose actuellement. Déployer à un petit rythme de croisière tranquille, tout en possédant de base un retard important sur ses 3 concurrents, on peut effectivement appeler cela "déployer à minima".
Disons qu'ils doivent s'y retrouver financièrement pour faire cela : service médiocre ça renforce l'idée inconsciente que l'abonnement n'est pas cher ! ;D

Inversement, SFR qui a pendant longtemps laissé la situation se dégrader, a décidé d'investir massivement pour le réseau. Ça reste un pari sur l'avenir, l'afflux massif de clients premium n'est pas garanti, d'autant que les problèmes de facturation continuent depuis le rachat.
Sauf que Free mobile est en avance sur ses obligations réglementaires...

alegui

  • Client Bbox fibre FTTH
  • *
  • Messages: 467
  • FTTH Courbevoie (92)
Sauf que Free mobile est en avance sur ses obligations réglementaires...
Très bien, mais à part celles sur les zones blanches, on s'en fout des obligations réglementaires. Les concurrents ont 5 ans d'avance dessus.

Freedor

  • Client Free adsl
  • *
  • Messages: 865
5 ans, vraiment? Tu dois confondre les zones blanches et les zones peu denses...

alegui

  • Client Bbox fibre FTTH
  • *
  • Messages: 467
  • FTTH Courbevoie (92)
5 ans, vraiment? Tu dois confondre les zones blanches et les zones peu denses...
Peut-être un peu moins au jour d'aujourd'hui pour les zones peu denses, mais SFR prévoit 99% de la population fin 2018 (ce qui représente quasiment toutes les zones peu denses) et semble très motivé pour les atteindre. Par la mutualisation, Bouygues va suivre ce développement pour atteindre un chiffre très élevé à cette date-là. Orange s'est réveillé et je les vois très très mal se faire dépasser par ses concurrents. Free, lui, n'a pour l'instant pas bougé, et ça m'inquiète un peu que ni le réseau ni les offres commerciales n'aient vraiment évolués les derniers mois (à part la 4g illimitée)

Freedor

  • Client Free adsl
  • *
  • Messages: 865
Free n'a pas bougé? c'est une plaisanterie?

alain_p

  • Client Free fibre
  • *
  • Messages: 7 590
  • Les Ulis (91)
Pour le développement de Bouygues sur le fixe, même phénomène que pour la couverture FM dans le mobile : les premières dizaines de % (ou millions de clients) sont assez faciles à obtenir.

Non, je ne pense pas que ce soit pareil que la couverture de la population. A un moment donné, la population est beaucoup moins dense, et répartie sur une plus grande superficie du territoire, donc il faut plus d'antennes pour recouvrir de moins en moins de monde.

Mais par contre, au niveau abonnés, Freemobile a souligné dans son bilan du T1 2017, qu'ils en étaient à leur 22eme trimestre successif en tant que n°1 des recrutements grand public, et ils sont même passés devant SFR dans ce secteur. La dynamique est moins élevée dans le fixe chez Bouygues Telecom, mais elle est là depuis longtemps maintenant, et il n'y a pas de raisons qu'elle ne continue pas. Ils ont dépassé les 100.000 (~130k) abonnés en FTTH.

chantoine

  • Client Bouygues Telecom 4G
  • *
  • Messages: 621
  • 91
Non, je ne pense pas que ce soit pareil que la couverture de la population. A un moment donné, la population est beaucoup moins dense, et répartie sur une plus grande superficie du territoire, donc il faut plus d'antennes pour recouvrir de moins en moins de monde.

C'est exactement ce que je disais, s'agissant des progrès de Bouygues sur le fixe.

 

Mobile View