Auteur Sujet: Naval Group et Microsoft plongent un data center sous la mer, au large de l'Écos  (Lu 2962 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

vivien

  • Administrateur
  • *
  • Messages: 36 181
    • Twitter LaFibre.info
Petite vidéo : On voit que les disques dur mis dans les serveurs sont des disques dur classiques à plateau tournants et non des SSD :



A noter la communication il y a 3 heures de Microsoft France :

letsar

  • Client Orange vdsl
  • *
  • Messages: 425
  • Ille-et-Vilaine - Accès à la fibre en 2023 - 2030
" Data center sous-marin : Microsoft surveille sa capsule en direct

Le projet Natick sous vidéo-surveillance

Plus de deux ans après avoir commencé à déployer des serveurs sous-marins dans le cadre de son projet Natick, Microsoft est parvenu à la conclusion que rien ne valait une surveillance visuelle des conditions autour de ses data centers d'un nouveau genre. La firme a donc placé des caméras et diffuse les flux en direct depuis les eaux écossaises.


Les poissons aussi s'intéressent de près aux données. (crédit : Microsoft)

En juin dernier, le projet Natick de Microsoft, dont nous vous parlions déjà début 2016, a franchi une nouvelle étape. Le prototype de data center sous-marin conçu lors de la phase 2 du projet a été immergé le long des côtes des Orcades, un archipel situé au nord de l'Écosse. Comme lors de la phase 1, l'objet de ce test est avant tout de s'assurer de la viabilité du concept, qui marie refroidissement passif par l'eau environnante et déploiement de petites unités de stockage pour faciliter une mise en service rapide près des foyers de population.

Un élèment clé dont doit s'assurer Microsoft est bien sûr la vitesse d'usure de son matériel. En particulier, si la capsule venait à se dégrader au bout de quelques mois ou de quelques petites années, les quelque 27,6 pétaoctets de données stockées à l'intérieur seraient vite en danger. Pour surveiller une éventuelle dégradation ainsi que les conditions aux environs immédiats de son engin, la firme a donc décidé après coup d'ajouter des caméras. Celles-ci filment en permanence et retransmettent le flux en direct à l'équipe de Natick, qui partage ces images sur le site du projet. Principale animation à l'écran : un grand nombre de poissons occupés à explorer le tour de la capsule.


Microsoft contrôle la capsule avant son immersion. (crédit : Microsoft)

Par rapport à la phase 1, le data center a grandi, le second prototype mesurant 12,20 mètres pour 2,80 mètres de diamètre. Il vient par ailleurs se fixer sur une base de 14,30 x 12,70 mètres. Techniquement, l'ensemble est conçu pour fonctionner sans intervention humaine pendant cinq ans. Au terme de ce délai, Microsoft envisage un repêchage et un remplacement des baies de stockage avant de remettre la capsule en place pour cinq nouvelles années. La capsule, elle, est prévue pour servir durant 20 ans, puis elle devra être recyclée.


Il reste peu d'espace libre une fois les 864 serveurs mis en place… (crédit : Microsoft)

Selon Microsoft, le projet Natick offre une triple promesse. Celle d'une latence réduite, tout d'abord, grâce à des données stockées le long des côtes, où près de la moitié de la population mondiale se trouve. Celle d'une grande flexibilité, ensuite, car le temps de déploiement d'un nouveau data center n'excède pas 90 jours et que les engins peuvent si nécessaire être déplacés. Celle d'un plus grand respect de l'environnement, enfin, car les capsules peuvent être assemblées à partir de matériaux recyclés, être recyclées elles-mêmes et s'alimenter grâce à des énergies renouvelables produites localement. C'est le cas en Écosse avec de l'électricité générée par des éoliennes. La firme n'évoque pas, pour le moment, la problématique du réchauffement des eaux, qui risque pourtant de se poser avec la perspective d'une multiplication des data centers sur des espaces restreints. "


Le lien de l'article : https://www.generation-nt.com/microsoft-projet-natick-datacenter-sous-marin-webcam-actualite-1956465.html

Le lien du site internet du projet : https://natick.research.microsoft.com/

letsar

  • Client Orange vdsl
  • *
  • Messages: 425
  • Ille-et-Vilaine - Accès à la fibre en 2023 - 2030
Naval Group et Microsoft plongent un data center sous la mer, au large de l'Écos
« Réponse #14 le: 16 septembre 2020 à 11:17:24 »
" Project Natick : Microsoft très satisfait de son datacenter sous-marin

Microsoft a sorti du fond des eaux son concept de datacenter sous-marin issu du Project Natick et annonce que l'expérience s'est avérée concluante.


Assurer le refroidissement des datacenters est une opération sensible et coûteuse et les entreprises étudient diverses méthodes pour tenter de résoudre ce casse-tête. Chez Microsoft, on a testé le refroidissement par l'eau de mer en immergeant un grand caisson étanche faisant office de datacenter.

Le Project Natick est une expérimentation menée sur plus de deux ans et qui vient de trouver une conclusion avec la remontée du caisson réalisée durant l'été. Les deux années d'immersion ont permis d'étudier la faisabilité et la robustesse d'une telle méthode.

Immergé à 35 mètres de profondeur, au nord de l'Ecosse, le caisson a fait l'objet d'une surveillance continue pour évaluer les niveaux de corrosion, les fluctuations de température et les difficultés rencontrées pour la maintenance.

Microsoft Project Natick 02

L'idée derrière ce projet est de pouvoir un jour déployer très rapidement des datacenters fiables et économes en énergie à des populations côtières, avec le moins d'interactions humaines possible.

Après deux ans d'immersion, le container du datacenter s'est recouvert d'algues, de coquillages et d'anémones mais a parfaitement rempli sa fonction. Des échantillons de son atmosphère intérieure, composée d'azote, ont été récupérés pour analyse afin de vérifier si les équipements embarqués n'ont pas relargué des gaz ayant modifié sa composition.

Microsoft Project Natick 03

Microsoft va également soigneusement examiner les équipements tombés en panne durant l'expérience mais note déjà que les datacenters sous-marins sont huit fois plus fiables que leur équivalent terrestre.

Les conclusions de l'étude des différents éléments du Project Natick devrait donc avoir aussi des répercussions sur l'amélioration de la fiabilité des datacenters terrestres. L'utilisation d'une atmosphère très azotée, moins corrosive que l'atmosphère terrestre riche en oxygène corrosif, pourrait ainsi être généralisée.

Le fait que personne ne soit venu perturber les équipements durant toute l'expérimentation explique aussi le fort taux de fiabilité du dispositif, explique encore Microsoft.

Le choix des Iles Orcade comme site sous-marin tient aussi à son alimentation électrique purement éolienne et solaire qui répond aux critères environnementaux du Project Natick, démontrant que ces énergies ne produisant pas un flux régulier peuvent tout de même faire fonctionner un datacenter.

Coupler un datacenter sous-marin à une ferme éolienne en mer pourrait donc être une option d'avenir, tandis qu'il démontre qu'il n'est pas nécessaire de prélever de l'eau sur terre, ressource rare, fragile et nécessaire aux populations, pour refroidir les équipements. "


Le lien : https://www.generation-nt.com/microsoft-project-natick-datacenter-sous-marin-resultats-actualite-1979970.html

 

Mobile View