Auteur Sujet: Comparatif des perf graphiques de Unity, Xfce, KDE, LXDE, GNOME 3, MATE, Openbox  (Lu 3360 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

vivien

  • Administrateur
  • *
  • Messages: 29 672
    • Twitter LaFibre.info
Quel environnement est le plus performant pour les jeux sous Linux ?
Unity, Xfce, KDE, LXDE, GNOME 3, MATE, Openbox ?


Phoronix a réalisé un test pour voir les performances graphiques sous Ubuntu 16.04 avec les différents environnement de bureau.

Le matériel utilisé : Core i5 de 6ème génération avec 4 cœurs à 3,5 Ghz + la solution graphique intégrée Intel Skylake HD Graphics 530 et le pilote open-source par défaut.


Les résultats avec OpenArena :


vivien

  • Administrateur
  • *
  • Messages: 29 672
    • Twitter LaFibre.info
Les résultats avec Tesseract :


Les résultats avec Team Fortress 2 :

vivien

  • Administrateur
  • *
  • Messages: 29 672
    • Twitter LaFibre.info
Les résultats avec Xonotic :


Conclusion :
Unity 7.4 (environnent par défaut d'Ubuntu 16.04) est le plus performant, mais les différences sont faibles avec Openbox ou LXDE, l’environnement qui prend très peu de ressource (environnement par défaut de Lubuntu)
Gnome 3 a un bug avec Team Fortress 2 qui explique ses mauvais résultats.
Enfin on note que Mate, Xfce et KDE sont en retrait dans les performances.


Source : Phoronix, le 17 avril 2016 par Michael Larabel.

Marin

  • Client Bbox vdsl
  • Modérateur
  • *
  • Messages: 2 754
  • île-de-France
Il ne me semble pas que le fait qu'un composant non déterminé (mis à part peut-être un gestionnaire de fenêtres composite, dans quel cas il mériterait tout autant d'être testé isolèment, et la décorrélation avec d'autres agents logiciels ne saurait être avancée de manière plausible avec les seuls élèments fournis) d'un environnement de bureau doive influer de manière constante sur le performances des applications d'un système relève du savoir commun. Donc sans un minimum d'analyse technique et d'explication sur la manière dont devraient être interprétés correctement ces élèments de mesure, et sans la fourniture d'un minimum de contexte supplèmentaire, ces chiffres ne gagnent probablement pas à être interprétés ou interprétables de manière utile.

 

Mobile View