Auteur Sujet: Classe d'adresses IP  (Lu 3372 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hakujou

  • Client Free fibre
  • *
  • Messages: 98
  • Trilport (77)
Classe d'adresses IP
« le: 14 septembre 2016 à 22:04:27 »
Bonjour à tous,

Je m'oriente vers vous car j'ai entendu aujourd'hui en cours de réseau quelque chose m'ayant pas mal surpris. Je replace un peu le contexte : étant actuellement étudiant en Licence 3 MIAGE par Apprentissage, j'exerce le métier d'administrateur système trois jours par semaine dans un grand groupe, je n'ai que de "bonnes" bases en réseau, étant plutôt spécialisé dans les systèmes que les réseaux.
J'ai eu aujourd'hui un cours de réseau où nous révisions les classes d'adresses IP (qui sont obsolètes, mais persistent dans le programme) pour la troisième année consécutive (oui, même programme de réseau en première, deuxième et troisième années...).

En revanche, lors du TP, la première question se présente sous la forme : "Nous disposons d'un réseau dont l'adresse est 14.200.20.0/24, quelle est la classe de ce réseau ?". Je réponds sans l'ombre d'un doute une classe C, ayant vu la notation CIDR "/24". Le professeur me reprend immédiatement et répond qu'il s'agit d'une classe A, le bit de poids fort de la partie réseau étant à 0, et que par conséquent toutes les adresses entre 0.0.0.0 et 127.255.255.255 sont nécessairement des classes A. Je le questionne alors sur l'utilisation du CIDR en "/24", et demande pourquoi ne pas avoir utilisé le "classique" 10.x.x.x en /8.

Il me répond que pour ce TP, c'est comme si internet n'existait pas, que seul notre réseau de TP existe et que les standards n'y ont donc pas d'importance, et qu'en l'occurrence, la notation CIDR correspond à une adresse de sous-réseau, mais qu'il est strictement impossible d'établir la classe d'une IP à partir de son masque de sous réseau, alors que l'inverse est vrai.
Il me "force" à reconnaître qu'il a raison, et je finis par céder, étant étudiant, ne pouvant pas gagner ce débat stérile.

Maintenant, étant d'un naturel curieux, et admettons-le, très têtu, je me questionne : s'agit-il vraiment d'une classe A ? Internet donne des réponses contradictoires là-dessus, certains sites disant que c'est l'IP qui le détermine par son bit de poids fort (0 -> A, 10 -> B et 110 -> C) là où certains autres disent que le masque de sous-réseau 255.255.255.0 (donc CIDR /24) est forcèment une classe C. La RFC 1878 sur les VLSM semble en revanche dire qu'un CIDR /24 correspond à bien à une classe C.

J'aimerais donc avoir une réponse définitive sur le sujet, si possible à l'appui d'un extrait de RFC que je puisse montrer à mon professeur pour prouver ma bonne foi.

Merci pour vos réponses !

alegui

  • Client Bbox fibre FTTH
  • *
  • Messages: 429
  • FTTH Courbevoie (92)
Classe d'adresses IP
« Réponse #1 le: 14 septembre 2016 à 22:25:16 »
D'après ce que j'ai appris, la classe A commence à 0.0.0.0 et finit à 127.255.255.255, et est obligatoirement découpée en 128 groupes de 2^24 adresses. Donc ton sous-réseau n'a pas de classe, puisqu'il ne respecte pas le schéma établi pour les classes réseau.
Le fait que la taille d'un bloc de classe C soit égale à un /24 n'intervient pas dans le calcul (en tout cas c'est toujours comme ça que je l'ai vu)

Par contre dire que l'on fait un TP comme si internet n'existait pas pour pouvoir s'asseoir sur les standards, comment dire...
Je lui montrerai bien la RFC 1518 et la RFC 4632, à lui ou plutôt au responsable de département, parce que c'est quelque chose qui est très très largement suivi depuis des années sur internet (comme IPV6  :-[)

Hakujou

  • Client Free fibre
  • *
  • Messages: 98
  • Trilport (77)
Classe d'adresses IP
« Réponse #2 le: 14 septembre 2016 à 22:32:04 »
Donc si le réseau est exprimé comme étant en "/24", la notion de classe n'a pas lieu d'être ? D'après la RFC 791, je lis tout de même :
"There are three formats or classes of internet
    addresses:  in class a, the high order bit is zero, the next 7 bits
    are the network, and the last 24 bits are the local address; in
    class b, the high order two bits are one-zero, the next 14 bits are
    the network and the last 16 bits are the local address; in class c,
    the high order three bits are one-one-zero, the next 21 bits are the
    network and the last 8 bits are the local address."
Qui ont tendance à me faire penser qu'il n'a pas tort, qu'il s'agit bien d'une classe A si l'IP démarre par 14.x.x.x et peu importe le reste, même si l'utilisation d'un "/24" sur une classe A a l'air mal choisi.
Quelles parties dans les RFC que tu me donnes établissent une contradiction avec le réseau donné ?

Pour être honnête, je préférerai éviter d'en arriver là. La responsable du département Informatique étant une enseignante de droit, elle ne comprendrait pas de quoi nous parlons, et je ne veux pas non plus foutre mon année en l'air pour une broutille.

C'est simplement que le fait qu'il me fasse lever et dire clairement que lui a raison et moi tort, que mon choix de profession est sans doute à revoir, devant la classe entière, y compris une collègue développeuse web (qui n'aura sans doute pas le même goût d'aller répandre ce genre de ragots, mais malgré tout je trouve ça limite) pour replacer ma fierté d'étudiant sans doute mal placée, c'est pousser un peu.
Le fait est que je voudrais aussi remettre en place sa fierté de professeur visiblement tout aussi mal placée, simplement parce qu'il est l'enseignant et nous les étudiants nous n'avons pas droit à discussion et tout mot de sa bouche doit être considéré comme sacré. Pour moi, c'est la RFC qui est sacrée.

alegui

  • Client Bbox fibre FTTH
  • *
  • Messages: 429
  • FTTH Courbevoie (92)
Classe d'adresses IP
« Réponse #3 le: 14 septembre 2016 à 22:59:42 »
La responsable du département Informatique étant une enseignante de droit
??? C'est peut-être là le problème !

Qui ont tendance à me faire penser qu'il n'a pas tort, qu'il s'agit bien d'une classe A si l'IP démarre par 14.x.x.x et peu importe le reste, même si l'utilisation d'un "/24" sur une classe A a l'air mal choisi.
En relisant bien, ça m'a aussi l'air d'être ça : maladroit mais vrai. Quel point te fait tiquer par rapport à la RFC?
« Modifié: 25 septembre 2016 à 15:47:18 par alegui »

Hakujou

  • Client Free fibre
  • *
  • Messages: 98
  • Trilport (77)
Classe d'adresses IP
« Réponse #4 le: 14 septembre 2016 à 23:08:33 »
Honnêtement, le département est très bien dirigé, c'est d'ailleurs une des plus grandes universités de Paris. J'ai eu mon DUT là-bas l'année précédente, aussi par apprentissage, et les cours sont de manière générale bons, et pour les quelques soucis, la direction du département a su nous écouter et agir en conséquence. Maintenant, on parle de purement technique, et là elle ne sera d'aucun recours.

Ce qui me fait tiquer, c'est l'utilisation de ce fameux "/24" sur une classe A alors que partout, on parle d'utiliser un "/8" sur une classe A.

Je laisserai bien entendu tomber si j'ai tort. Maintenant, si je vois noir sur blanc sur une RFC que non, il a tort, je ne me gênerai pas pour le lui faire remarquer, de la façon qu'il m'a obligé à le faire.
Ceci dit, je ne comprends pas en quoi les RFC que tu as donné posent problème par rapport à cette question. J'avoue que j'aimerai au moins souligner ce point sur le rapport de TP, que ça soit clair.

kgersen

  • Client Orange Fibre
  • Modérateur
  • *
  • Messages: 4 714
  • FTTH 1Gb/s sur Paris (75)
Classe d'adresses IP
« Réponse #5 le: 14 septembre 2016 à 23:12:28 »
'usuellement' quand on désigne 'classe A, B ou C' c'est pour désigner la tranche d'adresse donc conformèment a la RFC 870.

la notion masque est venu apres avec CIDR et ne change pas la classe. Et CIDR (rfc4632) et justement c'est CLASSLESS... donc sans classe.

donc si on parle de classe c'est qu'on ne regarde pas le masque.

4.200.20.0 est donc de classe A
4.200.20.0/24 est sans classe avec un masque a /24.




Hakujou

  • Client Free fibre
  • *
  • Messages: 98
  • Trilport (77)
Classe d'adresses IP
« Réponse #6 le: 14 septembre 2016 à 23:16:55 »
En effet, je n'avais pas pensé à ça ! Il est également intéressant de constater que cette même RFC 4632 déclare le "/24" comme étant "Legacy Class C" et non pas "Class A".

kgersen

  • Client Orange Fibre
  • Modérateur
  • *
  • Messages: 4 714
  • FTTH 1Gb/s sur Paris (75)
Classe d'adresses IP
« Réponse #7 le: 14 septembre 2016 à 23:24:25 »
En effet, je n'avais pas pensé à ça ! Il est également intéressant de constater que cette même RFC 4632 déclare le "/24" comme étant "Legacy Class C" et non pas "Class A".

oui c'est qui a introduit la confusion chez certains.

idealement on devrait parler de "classe de masque" ou "classe de réseau" (ou "class range" en anglais) pour distinguer de "classe d'adresse".

classe d'adresse: A, B et C tel que par la RFC 870
classe de réseau: A = /8, B= /16, C=/24

donc:
4.200.20.0/24 est "un réseau de classe C"  et
4.200.20.0 une adresse de classe A

mais bon le mieux est d'eviter d'utiliser A, B ou C de nos jours. on parle juste de masque. d'ailleurs en IPv6 y'a que cette notion.

Hakujou

  • Client Free fibre
  • *
  • Messages: 98
  • Trilport (77)
Classe d'adresses IP
« Réponse #8 le: 14 septembre 2016 à 23:29:17 »
Merci pour ces explications claires et qui mettent les choses au clair !

Après, pour ce qui est d'IPv6, je te laisse imaginer la part qui y est faite dans le cours étant donné que celui-ci parle toujours de classes, pourtant obsolètes depuis un moment, comme tu l'as fait remarquer. Spoiler alert, il a dit en début de cours : "On ne parlera pas d'IPv6, ça ne nous intéresse pas ici, vous ne l'étudierez pas"...

raf

  • AS60032 Expert Coriolis Telecom
  • Professionnel des télécoms
  • *
  • Messages: 326
Classe d'adresses IP
« Réponse #9 le: 14 septembre 2016 à 23:59:57 »
En revanche, lors du TP, la première question se présente sous la forme : "Nous disposons d'un réseau dont l'adresse est 14.200.20.0/24, quelle est la classe de ce réseau ?". Je réponds sans l'ombre d'un doute une classe C, ayant vu la notation CIDR "/24". Le professeur me reprend immédiatement et répond qu'il s'agit d'une classe A, le bit de poids fort de la partie réseau étant à 0, et que par conséquent toutes les adresses entre 0.0.0.0 et 127.255.255.255 sont nécessairement des classes A. Je le questionne alors sur l'utilisation du CIDR en "/24", et demande pourquoi ne pas avoir utilisé le "classique" 10.x.x.x en /8.
Votre prof se trompe lourdement (ce qui est grave) et vous aussi (mais comme vous etes la pour apprendre, on peut dire que c'est normal/moisn grave).
Depuis 1993 il y a le CIDR, ou la premiere lettre veut dire "Classless". 23 ans plus tard, parler de "classe d'addresses" c'est comme dire que la terre et le centre de l'univers et que tout gravite autour.

Il me répond que pour ce TP, c'est comme si internet n'existait pas, que seul notre réseau de TP existe et que les standards n'y ont donc pas d'importance, et qu'en l'occurrence, la notation CIDR correspond à une adresse de sous-réseau, mais qu'il est strictement impossible d'établir la classe d'une IP à partir de son masque de sous réseau, alors que l'inverse est vrai.
Il me "force" à reconnaître qu'il a raison, et je finis par céder, étant étudiant, ne pouvant pas gagner ce débat stérile.
Mais ils est totalement a cote de la plaque votre prof. Il a du oublier (ou jamais apprendre) qu'IP veut dire "Internet Protocol". Le standards ont toute leur importance, sinon, meme sur un reseau prive, deux hotes de constructeur differents ou ayant d'OS different auraient du mal a communiquer.

Maintenant, étant d'un naturel curieux, et admettons-le, très têtu, je me questionne : s'agit-il vraiment d'une classe A ? Internet donne des réponses contradictoires là-dessus, certains sites disant que c'est l'IP qui le détermine par son bit de poids fort (0 -> A, 10 -> B et 110 -> C)
En 1992, c'etait ca. Plus en 2016, puisque les classes ca n'existe plus.

J'aimerais donc avoir une réponse définitive sur le sujet, si possible à l'appui d'un extrait de RFC que je puisse montrer à mon professeur pour prouver ma bonne foi.
En 1992, ton prof aurait eu raison.
En 2016, il est completement a cote. D'ailleurs vous apprenez IPv6 la-bas ?

raf

  • AS60032 Expert Coriolis Telecom
  • Professionnel des télécoms
  • *
  • Messages: 326
Classe d'adresses IP
« Réponse #10 le: 15 septembre 2016 à 00:01:32 »
la notion masque est venu apres avec CIDR et ne change pas la classe.
C'est vrai, le CIDR ne change pas la classe. Ca l'enleve (Classless = sans classe) carement.

cali

  • Officiel Ukrainian Resilient Data Network
  • Client OVH
  • *
  • Messages: 1 850
    • Ukrainian Resilient Data Network
Classe d'adresses IP
« Réponse #11 le: 15 septembre 2016 à 03:37:58 »
Votre prof se trompe lourdement (ce qui est grave) et vous aussi (mais comme vous etes la pour apprendre, on peut dire que c'est normal/moisn grave).
Depuis 1993 il y a le CIDR, ou la premiere lettre veut dire "Classless". 23 ans plus tard, parler de "classe d'addresses" c'est comme dire que la terre et le centre de l'univers et que tout gravite autour.

Ca n'a pas complètement disparu, d'ailleurs la RFC n'est pas marquée obsolète. Ca serait comme dire que l'IPv4 est obsolète alors on l'étudie pas. Dans son exemple le prof peut avoir raison mais pas si il nous dit ce que signifie son /24...
Là où il y a un problème c'est que le prof semble faire comme si c'était le standard de facto. Visiblement on lui a juste appris il y a 25 ans et il n'a jamais pratiqué.

En fait il faut que Hakujou demande à son prof ce que signifie le /24 pour lui, et là je pense que ça va être marrant. Si il a aussi vraiment dit qu'il fallait mépriser les standards alors je me demande pourquoi il parle des classes d'adresses puisque c'est un standard aussi...

Tu devrais enregistrer la conversation ;-)

 

Mobile View