Auteur Sujet: Fibre : vent de fronde contre Christian Astruc  (Lu 706 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

vida18

  • Client Orange Fibre
  • *
  • Messages: 1 951
  • Vierzon (18)
Fibre : vent de fronde contre Christian Astruc
« le: 13 mars 2018 à 11:33:07 »
Fibre : vent de fronde contre Christian Astruc

C'est à un véritable vent de fronde des présidents des intercommunalités auquel fait face le président du conseil départemental. Le sujet de discorde ? La mise en place du réseau départemental de fibre optique qui devait être déployée via une délégation de service public (DSP) concessive. Le seul hic, c'est que depuis cet été, sans prévenir personne, ni même le président du syndicat mixte Tarn-et-Garonne numérique ((Jean-Philippe Bésiers), Christian Astruc a choisi une autre option : celle de confier le marché à une société privée, Covage. «Nous sommes tous hostiles à cette privatisation pénalisant en premier lieu la couverture des zones rurales du département», tempête Bernard Garguy qui, lors d'un récent rendez-vous avec l'ancien élu rural de Dunes, pensait pouvoir le faire changer d'avis. En vain. Une décision d'autant plus difficile à comprendre pour le président de la communauté de communes Terres des confluences que le financement de la fibre en DSP est déjà acquis. «26 M€ de l'État et du conseil régional… On ne comprend pas pourquoi, il veut passer outre l'avis voté par son syndicat Tarn-et-Garonne numérique», certifie le maire de Lizac qui a décidé de ne pas en rester là. Après avoir joint les neuf présidents des communautés de communes du département, ces derniers l'ont rejoint pour adresser un courrier au président du département. L'enjeu est clair : la remise en cause de la participation financière des intercommunalités. Ces dernières pourraient ainsi faire cavalier seul pour déployer la fibre si le président du département ne change pas d'avis. «Pour nous, c'est 3 M€ sur 10 ans, nous ne transigerons pas sur la solidarité départementale !», atteste Bernard Garguy livrant quelques chiffres éclairants. «Avec la DSP, ce sont 120 000 prises soit 85 % du département couvert. Avec le projet privé, c'est 80 000 en fibre annoncés et 20 000 en hertziens (soit 10 mâts à construire). Pour y parvenir, Covage doit obtenir 32 000 abonnements avec un investissement de 80 M€ en 3 ans !».

Des annonces auxquelles ne croient pas B. Garguy pointant aussi du doigt la double peine pour les usagers. «Avec ce projet privé, ils paieront deux fois, leur abonnement à leur opérateur (Orange, Free, etc.) et à Covage». Un projet qui mettrait aussi à mal le syndicat Tarn-et-Garonne numérique dont l'utilité serait alors bien compromise.

«Une politique pitoyable»

Initiateur de ce syndicat dédié, Jean-Michel Baylet, ancien président du conseil départemental, voit «dans ce dossier un exemple parmi tant d'autres d'une politique pitoyable. Nous avions réussi à réunir 26 M€ de fonds publics sur ce dossier et ils ont failli être perdus. Nous voulions pérenniser ces actions déterminantes et on voit où tout cela nous mène».

Une intervention experte est venue apporter de l'eau au moulin des tenants de la poursuite de la politique initiée par Jean-Michel Baylet et ses amis.

Dans une note adressée aux délégués de TGN, que nous nous sommes procurés, Pierre Coyaud, directeur de Tarn-et-Garonne Numérique est formel : «mes recommandations stratégiques et économiques portent sur une poursuite rapide de la procédure de consultation DSP

concessive qui permettra, à financement public contrôlé, d'assurer le raccordement de 100 % des foyers et des entreprises de Tarn-et-Garonne en fibre optique, pour entrer dans un cadre sécurisé dans la société numérique de demain. Ce mode contractuel, dont le reste à charge qu'il implique pour les collectivités devrait être limité dans le contexte actuel du marché, est le seul qui garantisse à court terme et durablement l'équité de traitement pour les populations de Tarn-et-Garonne et la sécurité dans sa réalisation, y compris financière, pour les collectivités locales». Une pierre dans le jardin de Christian Astruc et Jean-Philippe Bésiers, directeur de TGN.


Laurent Benayoun et Max Lagarrigue

Source : https://www.ladepeche.fr/article/2018/03/13/2758636-fibre-vent-de-fronde-contre-christian-astruc.html

 

Mobile View