Auteur Sujet: Carte du déploiement fibre optique en Seine-et-Marne  (Lu 144362 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

obinou

  • AS197422 Tetaneutral.net
  • Modérateur
  • *
  • Messages: 1 385
  • Montgesty (46150)
    • Tetaneutral.net
La seine et marne contre les zones AMII
« Réponse #12 le: 13 novembre 2012 à 09:01:10 »
@corrector :

Je sais bien, mais je ne vois pas ce que ça change. Les autoroutes coûtent cher, mais globalement, le service est rendu (en terme d'entretien, d'assistance, ...). Dans le cas de certaines DSP , ça coûte cher à la collectivité, mais les entreprise ou les opérateurs préfèrent quand même s'en passer tellement le prix et les services proposés ne sont pas en adéquation avec les possibilités des clients.

@ vivien:
J'ai bien compris. Ce n'était pas ma question, je sais bien qu'un opérateur peux "vendre" du L2 sur ce qu'il veux en dessous (ça fait même peur, parfois)
Ce que j'ai constaté c'est que l'un des points bloquant des opérateurs pour le déploiement, c'est les derniers mètres et surtout l'entrée dans les habitations et les contacts avec les "gens" (beurk !)
Par contre c'est ce qui coûte le plus cher, en terme de déplacement de personnel.
D'ou ma question concernant la réutilisation des derniers mètres de fibre entre l'armoire de rue et l'habitation, dans un contexte de déploiement déjà déployé en actif.

Techniquement ça me parait nettement moins compliqué que l'inverse (ajouter de l'actif dans une infra prévue pour du passif).

Je continue de penser qu'un déploiement actif , pour une DSP, n'est pas idiot: Ca permet à des petits FAI de venir rapidement sur une infra (donc de fournir un service aux administrés) sans avoir à pâtir des conditions changeantes des gros, de leur je-m'en-foutisme, et du temps que ces gros mettraient a déployer leurs propres infra active dans leurs propre NRO dans la techno qui leur plaît.

Il n'en reste pas moins vrai que les DSP, d'autant qu'elles sont financées par nous, ne doivent pas pour autant imposer des choix techniques en profitant de leur position géographique, et encore moins dans un objectif commercial.

vivien

  • Administrateur
  • *
  • Messages: 32 518
    • Twitter LaFibre.info
La seine et marne contre les zones AMII
« Réponse #13 le: 13 novembre 2012 à 09:41:37 »
Dans l'Ain ce qui pose problème c'est le fait que les armoires concentre trop peu de personnes pour pouvoir en faire un PMZ.

Regarde les demandes de Bouygues Telecom. Ce n'est pas une question d'énergie ou de manque de place :


Bouygues Telecom demande un minimum de 2 000 logements. Bouygues Telecom souligne que l'installation de points de mutualisation de moins de 300 lignes génère des surcoûts importants : l'installation de point de mutualisation de 100 lignes, par exemple, renchérirait le coût du déploiement de plus de 30 %.
Bouygues Telecom considère qu’un point de mutualisation de 300 lignes n’est pas économiquement viable pour un opérateur ayant 10 % de part de marché. En effet, Bouygues Telecom estime qu’avec une pénétration du haut débit de 60 %, cette taille conduit à un volume de 18 clients, insuffisant pour remplir de manière satisfaisante les équipements actifs.
Bouygues Telecom estime tout d’abord que le coût d’installation du réseau en aval du point de mutualisation change peu, qu’il regroupe 300 ou 2 000 logements. En outre, Bouygues Telecom indique que les points de mutualisation de 2 000 lignes n’entrainent pas de surcoût de redevance de génie civil, et qu’il est même moins onéreux de remonter un câble de 720 fibres, entre un point comptant 576 lignes et un point comptant 2 000 lignes, que 4 câbles de 12 fibres (dans le cas de 4 réseaux de collecte).
Bouygues Telecom estime ainsi que la principale contrainte s’opposant à des tailles de points de mutualisation élevées réside dans l’encombrement potentiel du génie civil en aval. Toutefois, Bouygues Telecom indique qu’il existe des solutions de désaturation, dont le coût ne remet pas en cause la validité économique d’une solution avec des points de mutualisation de 2 000 lignes. Bouygues Telecom estime aussi que les locaux techniques et les shelters permettent une meilleure sécurisation, au contraire des armoires de rue qui seront davantage soumises au risque de vandalisme et aléas divers.

K-net

  • AS24904 Officiel K-Net
  • Expert
  • *
  • Messages: 962
    • K-net
La seine et marne contre les zones AMII
« Réponse #14 le: 13 novembre 2012 à 10:05:15 »
Arreter de prendre l'exemple des sociétés d'autoroutes comme gestion à long terme équitable de leurs investissements.
On dépasse 15% de Bénéfices par an

http://www.marianne.net/Autoroutes%C2%A0-des-profits-a-fond-la-caisse-grace-a-l-Etat_a202438.html
Citer
Les15,5 milliards glanés en 2005 par la privatisation doivent notamment être comparés aux 40 milliards de bénéfices qui seront engrangés par les sociétés attributaires d’ici 2032, durée de leur concession. Fort de ce constat le président du Modem était allé jusqu’à contester la légalité d’une privatisation à ses yeux contraire à l’intérêt général et illégale car menée sans autorisation du parlement.
Source : blog Henri Moreigne

Si les RIP ont si mauvaise presse auprès des opérateurs nationaux, c'est qu'à mon sens ils attendent d'être payer ou à minima de ne rien payer pour rendre un service public.
Et en attendant ce sont ces mêmes opérateurs nationaux qui construisent à prix d'or les réseaux fibre sans ce soucier de raccorder des clients.

obinou

  • AS197422 Tetaneutral.net
  • Modérateur
  • *
  • Messages: 1 385
  • Montgesty (46150)
    • Tetaneutral.net
La seine et marne contre les zones AMII
« Réponse #15 le: 13 novembre 2012 à 10:43:48 »
Regarde les demandes de Bouygues Telecom. Ce n'est pas une question d'énergie ou de manque de place :

[...]


Merci de cette citation.

Bon, par contre, je ne vois décidèment pas comment BT va faire alors pour relier des bleds de 800 âmes (donc nettement moins de maisons, comme le fait le SIEA) avec les contraintes qu'il se pose.
M'enfin on s'éloigne du sujet & de ma question - qui ne concernait, en fait que les infra actives *déjà posée* (Comme dans l'Ain ou à Pau).
Bien sur que sur de nouveaux déploiements, on peut toujours tout prévoir, par exemple avec des armoires suffisamment grandes, assez de fibres de collecte, ...

@K-net.
On sais tous ce qu'il en est des sociétés d'autoroute concernant la sur-profitabilité - En l'occurence, à mon sens, là c'est l'état qui s'est fait enfler, c'est à lui qu'en revient la responsabilité. Comme la "vente" du cuivre et du GC à France Télécom en 98 , d'ailleurs...

Mais quoi qu'il en soit, même si le prix des péages est élevé, elles sont tout de même plébiscité par les usagers (un peu comme les opérateurs de tel. mobile avant Free Mobile): Il y a un usage, derrière, bon gré mal gré.
Dans le cas des DSP, il n'y a pas forcèment cet usage, car le prix et les contraintes sont telles que les utilisateurs potentiels en sont dissuadés et, quitte à payer trop cher, préfèrent encore choisir les offres de France Télécom.

Si le prix au péage des autoroutes était de 150€ entre Tour et St-Arnoux, et qu'en plus t'a le droit de la prendre que si tu conduis une voiture louée chez Europcar , je pense que les autoroutes seraient moins profitable. Or, c'est exactement la situation que certaines DSP essaient d'imposer aux opérateurs nationaux :-)



Nico

  • Modérateur
  • *
  • Messages: 34 625
  • FTTH 1000/250 sur Paris 15ème (75)
    • @_GaLaK_
La seine et marne contre les zones AMII
« Réponse #16 le: 13 novembre 2012 à 10:53:02 »
Bon, par contre, je ne vois décidèment pas comment BT va faire alors pour relier des bleds de 800 âmes (donc nettement moins de maisons, comme le fait le SIEA) avec les contraintes qu'il se pose.
Qui a dit qu'un PM ne pouvait couvrir qu'une seule commune ? Comme c'est le cas avec les NRAs aujourd'hui, un PM pourrait couvrir plusieurs communes afin d'être de taille raisonnable.

K-net

  • AS24904 Officiel K-Net
  • Expert
  • *
  • Messages: 962
    • K-net
La seine et marne contre les zones AMII
« Réponse #17 le: 13 novembre 2012 à 11:11:16 »
concernant la présence des opérateurs nationaux sur l'ensemble du territoire, la présidente de SFR collectivité (la division qui construit les réseaux) expliquait que 10% de la population ne serait pas couvert pas les opérateurs nationaux et qu'il faudrait s'appuyer sur l'offre activée de l'opérateur d'opérateur (sous-entendu subventionné) pour que les opérateurs alternatifs ou locaux puissent répondre au besoin de cette frange de la population.

Partons d'une hypothèse (toutes ressemblances avec la réalité ne serait que pur imagination)
Je suis une collectivité qui veut proposer à ces habitants les mêmes services que dans la grande ville pour éviter l'exode de la population.
Je me renseigne et opte pour une DSP (Délégation de Service Public) de 25 ans.
Le délégataire m'explique que le FTTH coûte chère à construire en zone rural (environ 250 millions) et que son exploitation ne permettra pas à équilibrer les comptes.
Il demande une subvention d'équilibre.
Je lui verse 100 millions.
Le délégataire construit le réseau de transport (travaux 80 millions) en prenant le soin de connecter les points hauts du réseau mobile (les opérateurs mobiles sont des clients à fort pouvoir d'achat et qui payent plutôt bien)
Les zones d'activités (La collectivité est fier de participer à l’essor de l'économie local) et propose une offre activé à 1000€/mois les 10Mbs qui va interesser une centaine d'entreprise (travaux 150'000€)
Il choisit une zone FTTH de 10'000 prises à faible potentiel (un ensemble HLM autour du NRA, travaux 1 million) et inaugure avec les pouvoirs publics le FTTH pour tous (réception 150'000€)
Résultat le FTTH ne décolle pas. Vous savez bien les usages ne sont pas encore là pour que le FTTH soit utilisé, c'est trop tôt il faut patienter, quand le marcher sera présent nous lancerons les travaux sur tout le territoire. Nous nous sommes engagé contractuellement à le faire.
En attendant on va laisser les 18.7 millions qui reste sur son compte pour prévoir les coût dur (tribunal administratif si la collectivité se réveille, avocat, communication, réception, ...)
les 2 millions que payent les opérateurs de mobile couvrent les frais fixes. Tout le monde en à pour son argent (ou presque)

Le FTTH dans tout ca ?
J'ai entendu dire qu'un département prêt de Lyon avait tenté l'expérience en régie.
Pas propre le réseau, plein de procès avec FT, pas d'opérateur nationaux. Aucune chance d'avoir des abonnés, Il faut laisser faire les professionnels, il faut privilégier la DSP.

K-net

  • AS24904 Officiel K-Net
  • Expert
  • *
  • Messages: 962
    • K-net
La seine et marne contre les zones AMII
« Réponse #18 le: 13 novembre 2012 à 11:18:01 »
Qui a dit qu'un PM ne pouvait couvrir qu'une seule commune ? Comme c'est le cas avec les NRAs aujourd'hui, un PM pourrait couvrir plusieurs communes afin d'être de taille raisonnable.

et la limite des 10km ?
Dans le Calvados les PM sont de grandes tailles et même là, les 1000 prises ne sont pas forcement possible
BLONVILLE SUR MER (BLV) 3 877
DEAUVILLE (DEA) 7 127
TOURGEVILLE (TRG) 3 688
TOUQUES (TOU) 2 801
TROUVILLE SUR MER (TRV) 8 544
VILLERS SUR MER (VSM) 8 816
VILLERVILLE (VIL) 615

Nico

  • Modérateur
  • *
  • Messages: 34 625
  • FTTH 1000/250 sur Paris 15ème (75)
    • @_GaLaK_
La seine et marne contre les zones AMII
« Réponse #19 le: 13 novembre 2012 à 11:21:48 »
Si je comprends bien, il n'y en a qu'un qui ne fait pas 2000 prises, ça me semble plutôt pas mal du tout non ?

K-net

  • AS24904 Officiel K-Net
  • Expert
  • *
  • Messages: 962
    • K-net
La seine et marne contre les zones AMII
« Réponse #20 le: 13 novembre 2012 à 11:40:45 »
On va se retrouver avec une 10ene de PM inférieur à 1000 lignes sur 77.
Oui c'est plutôt pas mal, c'est la raison qui nous a pousser à les dégrouper.

vivien

  • Administrateur
  • *
  • Messages: 32 518
    • Twitter LaFibre.info
La seine et marne contre les zones AMII
« Réponse #21 le: 13 novembre 2012 à 12:54:46 »
Dans le Calvados les PM sont de grandes tailles et même là, les 1000 prises ne sont pas forcement possible
BLONVILLE SUR MER (BLV) 3 877
DEAUVILLE (DEA) 7 127
TOURGEVILLE (TRG) 3 688
TOUQUES (TOU) 2 801
TROUVILLE SUR MER (TRV) 8 544
VILLERS SUR MER (VSM) 8 816
VILLERVILLE (VIL) 615

Là on est à en moyenne 5067 prises par PM.
Ca serait intéressant de donner des chiffres sur l'Ain. J'ai compris qu'on est a une galaxy de ces chiffres.

Je pense que la probabilité de voir arriver les FAI nationaux dans le Calvados est sans commune mesure avec l'Ain. (La taille ne fait pas tout, il faut que le process de commande soit interopérable avec les SI des opérateurs, que les PM aient des fourreaux ou fibres de dispo pour les raccorder au réseau des opérateurs,...

K-net

  • AS24904 Officiel K-Net
  • Expert
  • *
  • Messages: 962
    • K-net
La seine et marne contre les zones AMII
« Réponse #22 le: 13 novembre 2012 à 14:23:03 »
d'un coté 1500 PM de l'autre 77.
on est sur une moyenne de 250 prises par PM dans l'Ain

vivien

  • Administrateur
  • *
  • Messages: 32 518
    • Twitter LaFibre.info
Carte du déploiement fibre optique en Seine-et-Marne
« Réponse #23 le: 27 janvier 2013 à 15:20:24 »
Article sur la fibre optique dans le Seine-et-Marne Magazine de décembre 2012 :








 

Mobile View