Auteur Sujet: Raccordement en PMI ou en PMZ (armoire de rue) ?  (Lu 113830 fois)

0 Membres et 3 Invités sur ce sujet

vivien

  • Administrateur
  • *
  • Messages: 29 698
    • Twitter LaFibre.info
Raccordement en PMI ou en PMZ (armoire de rue) ?
« le: 02 avril 2013 à 21:52:51 »
Raccordement en :
- PMI
(Point de Mutualisation d'Immeuble)
- PMZ (Point de Mutualisation de Zone de 360 logements)
- PMR (Point de Mutualisation de Rue de 100 logements) ?


Un document d'Orange explique bien les différents cas possibles :


Document ARCEP :


Les recommandation ARCEP pour les immeubles de moins de 12 logements en zone très dense : Recommandations du déploiement des réseaux FTTH dans les zones denses pour les immeubles de moins de 12 logements

Une fois le PM (Point de Mutualisation) prêt à raccorder les premiers clients, l'opérateur qui a déployé le PM (Orange dans la majorité des cas) doit prévenir les autres opérateurs qu'il est possible de se connecter au PM et il faut attendre 3 mois pour commercialiser ses offres. Ce délais de 3 mois a été mis en place pour éviter de donner un avantage à l'opérateur qui déploie le PM qui serais le seul à proposer du FTTH et donc pourrait récupérer de nombreux clients.


Dans cette architecture, le délai de 3 mois court après la mise en place du PRDM (Point de Raccordement Distant Mutualisé)


Dans cette architecture, le délai de 3 mois court après la mise en place du PMI (Point de Mutualisation d'Immeuble) ou PMZ (Point de Mutualisation de Zone).
PMI => Cas où le point de mutualisation est en bas d'immeuble (En zone très denses uniquement)
PMZ => Cas où le point de mutualisation est dans une armoire de rue (regroupant un minimum de 360 logements)
PMR => Uniquement dans les poches de haute densité dans les zone très denses, pour connecter des petits immeubles / maisons.


Dans cette architecture, le délai de 3 mois court après la mise en place du PMZ (Point de Mutualisation de Zone), une armoire de rue.

La liste des 106 villes de l'ARCEP classées en "zones très denses" :
(mise à jour janvier 2014)
(cliquez sur la miniature ci-dessous - le document est au format PDF)


Code INSEE Commune
33063 Bordeaux
63113 Clermont-Ferrand
38151 Échirolles
38185 Grenoble
38229 Meylan
38317 Le Pont-de-Claix
38485 Seyssinet-Pariset
59350 Lille
59410 Mons-en-Baroeul
69029 Bron
69034 Caluire-et-Cuire
69123 Lyon
69142 La Mulatière
69202 Sainte-Foy-lès-Lyon
69259 Vénissieux
69266 Villeurbanne
13055 Marseille
57463 Metz
34172 Montpellier
54395 Nancy
44109 Nantes
06004 Antibes
06029 Cannes
06030 Le Cannet
06088 Nice
45234 Orléans
75056 Paris
77083 Champs-sur-Marne
78158 Le Chesnay
91228 Évry
91345 Longjumeau
91692 Les Ulis
92002 Antony
92004 Asnières-sur-Seine
92007 Bagneux
92009 Bois-Colombes
92012 Boulogne-Billancourt
92014 Bourg-la-Reine
92019 Châtenay-Malabry
92020 Châtillon
92022 Chaville
92023 Clamart
92024 Clichy
92025 Colombes
92026 Courbevoie
92032 Fontenay-aux-Roses
92033 Garches
92035 La Garenne-Colombes
92036 Gennevilliers
92040 Issy-les-Moulineaux
92044 Levallois-Perret
92046 Malakoff
92047 Marnes-la-Coquette
92048 Meudon
92049 Montrouge
92050 Nanterre
92051 Neuilly-sur-Seine
92060 Le Plessis-Robinson
92062 Puteaux
92063 Rueil-Malmaison
92064 Saint-Cloud
92071 Sceaux
92072 Sèvres
92073 Suresnes
92075 Vanves
92076 Vaucresson
92077 Ville-d'Avray
92078 Villeneuve-la-Garenne
93001 Aubervilliers
93006 Bagnolet
93008 Bobigny
93029 Drancy
93045 Les Lilas
93048 Montreuil
93051 Noisy-le-Grand
93053 Noisy-le-Sec
93055 Pantin
93061 Le Pré-Saint-Gervais
93063 Romainville
93064 Rosny-sous-Bois
93066 Saint-Denis
94002 Alfortville
94016 Cachan
94018 Charenton-le-Pont
94028 Créteil
94033 Fontenay-sous-Bois
94037 Gentilly
94041 Ivry-sur-Seine
94042 Joinville-le-Pont
94043 Le Kremlin-Bicêtre
94046 Maisons-Alfort
94052 Nogent-sur-Marne
94067 Saint-Mandé
94069 Saint-Maurice
94080 Vincennes
95127 Cergy
95268 Garges-lès-Gonesse
95680 Villiers-le-Bel
86194 Poitiers
35238 Rennes
76540 Rouen
42218 Saint-Étienne
67482 Strasbourg
83137 Toulon
31555 Toulouse
37261 Tours

Liste des 148 villes de l'ARCEP classées en "zones très denses" en janvier 2012 (il y a eu des villes qui ont changé de classement depuis)


Les étapes du déploiement :



vivien

  • Administrateur
  • *
  • Messages: 29 698
    • Twitter LaFibre.info
Raccordement en PMI ou en PMZ (armoire de rue) ?
« Réponse #1 le: 02 avril 2013 à 21:55:40 »
Photo d'un PMI (Point de Mutualisation d'Immeuble) :

Les fibres venant de chaque appartement arrivent sur les "modules clients"
Des fibres partent des modules opérateurs pour raccorder les clients sur les port des modules clients.




vivien

  • Administrateur
  • *
  • Messages: 29 698
    • Twitter LaFibre.info
Raccordement en PMI ou en PMZ (armoire de rue) ?
« Réponse #2 le: 02 avril 2013 à 21:56:05 »
Photo d'un PMZ de 360 lignes : (pour les zones "moins dense" ou pour les zones très denses, dans les poches de base densité)

Armoire Grolleau PM360 (cliquez sur la miniature ci-dessous - le document est au format PDF)


PMZ avec alimentation 230v pour la venue de Free en active Ethernet (ce ne sera pas le cas finalement) :


Sur la partie droite arrivent les fibres de chaque appartement (une fibre = un appartement) sur les "tête client" de 144fo
Sur la partie gauche, les emplacements de tous les FAI (ici seul Orange est présent) avec les coupleurs Gpon.
En bas à droite l’arrivée des 36 fibres en provenance du NRO Orange (on met 32 clients au maximum par fibre).


Voici les photos d'un PMZ sans énergie (ce sont les modèles actuellement utilisés)




PMZ de 100 lignes pour les zones très denses pour les immeubles de moins de 12 logements :

vivien

  • Administrateur
  • *
  • Messages: 29 698
    • Twitter LaFibre.info
Raccordement en PMI ou en PMZ (armoire de rue) ?
« Réponse #3 le: 02 avril 2013 à 21:58:40 »
Pourquoi une commune est en "zones très dense" ? (liste des 106 communes "très dense" après la mise à jour de janvier 2014)

Compte tenu de ce qui précède, l’Autorité retient la méthode suivante, pour la détermination des communes composant les zones très denses :

1 – Le point de départ de l’analyse n’est pas une approche administrative (la commune) mais socio-économique (l’agglomération). Sont donc retenues les principales agglomérations françaises. Ces grandes agglomérations regroupent un ensemble de communes périphériques
autour d’une commune centre. Pour les besoins de l’analyse, on retient l’unité urbaine2,définie au sens de l’INSEE. Un seuil limite est fixé afin de ne retenir que les agglomérations les plus peuplées. Ces agglomérations sont aujourd’hui concernées par les déploiements de réseaux en fibre optique des opérateurs ou sont susceptibles de l’être dans un avenir proche compte tenu de leur importance. Aucune agglomération d’outre-mer n’est retenue à ce stade, d’une part, compte-tenu du critère de taille, d’autre part, en l’absence de projet d’opérateur.

=> Un premier ensemble est ainsi constitué des unités urbaines de France métropolitaine dont la population est supérieure à 250 000 habitants. À partir des élèments les plus complets et homogènes en termes de date de recensement, en l’espèce les bases de données de population et de topologie d’habitat issues des recensements de 1999 et 2006 disponibles auprès de l'INSEE, ce premier ensemble de 24 unités urbaines regroupe 1294 communes et 9,86 millions de foyers. Ces données seront corrigées, le cas échéant, dans le cadre de la consultation publique.


2 – Au sein de ce premier ensemble, il convient de ne retenir que les unités urbaines présentant des caractéristiques suffisantes en termes de densité et de typologie de l’habitat. La proportion de logements dans les grands immeubles d’habitation est à ce titre un critère important au regard des déploiements de réseaux en fibre optique, dans la mesure où elle détermine le marché immédiatement adressable, au regard des contraintes économiques et des modalités fixées dans la présente décision.

=> Un deuxième ensemble est ainsi délimité en ne retenant que les unités urbaines du premier ensemble pour lesquelles la proportion de logements en grands immeubles, c’est-à-dire dans les immeubles de plus de 12 logements, est d’au moins 20%. À partir des données précédemment mentionnées, ce deuxième ensemble de 20 unités urbaines regroupent 1083 communes et 9,30 millions de foyers.


3 – Au sein de ce deuxième ensemble, on distingue les communes dans lesquelles les opérateurs devraient, dans un premier temps, concentrer leurs déploiements. Il s’agit tout d’abord de la commune centre, puis de certaines communes périphériques.
Certaines communes périphériques présentent en effet des caractéristiques, en termes de densité et de typologie de l’habitat, du même ordre que celles des communes centres, voire même davantage propices aux déploiements de réseaux en fibre optique. Une proportion majoritaire de logements en grands immeubles est à ce titre le critère retenu. En complèment, les projets de déploiements de réseaux en fibre optique des opérateurs connus à ce jour concernent plusieurs communes périphériques qui sont également incluses.

=> Un troisième ensemble est ainsi délimité en retenant, au sein des unités urbaines constituant le second ensemble, d’une part les communes centres et, d’autre part, les communes périphériques pour lesquelles la proportion de logements en grands immeubles, c’est-à-dire dans les immeubles de plus de 12 logements, est supérieure ou égale à 50% ou pour lesquelles un projet de déploiement de réseau en fibre optique a été annoncé à ce jour.

La liste des communes formant les zones très denses est alors déterminée en retenant les communes constituant ce troisième ensemble. Elle figure en annexe de la présente décision. À partir des données précédemment mentionnées, les zones très denses ainsi définies regroupent 148 communes et 5,54 millions de foyers, dont environ 3,5 millions de foyers (soit environ 60%) en grands immeubles ou accessibles via des galeries visitables de réseaux d’assainissement.


Source : ARCEP

vivien

  • Administrateur
  • *
  • Messages: 29 698
    • Twitter LaFibre.info
Raccordement en PMI ou en PMZ (armoire de rue) ?
« Réponse #4 le: 02 avril 2013 à 22:00:42 »
THD : Un quart des IRIS des zones très denses rétrogradées en zones moyennement denses

Il y a deux ans, l’Arcep avait listé 148 communes comme zones très denses, c’est-à-dire où aucune régulation n’était en théorie nécessaire pour faire venir les opérateurs. Dans les faits, ces communes présentent des hétérogénéités fortes au sein de leur territoire avec par exemple des maisons individuelles à proximité immédiate du centre ville. Après avoir reconnu que ces zones demandaient des règles spécifiques eu égard aux coûts de déploiement des FTTH potentiellement très élevés, l’Arcep s’est appuyée sur la classification des INSEE des IRIS (Ilots regroupés pour des indicateurs statistiques) de l’INSEE pour réaliser un redécoupage. Celui-ci vise à « garantir le caractère raisonnable des conditions techniques et économiques de l’accès au réseau ainsi que la cohérence et la complétude des déploiements ». En clair : ces poches sont soumises aux mêmes contraintes de régulation que les zones peu denses avec un point de mutualisation très en amont du réseau (voir ici la recommandation de l’Arcep à ce sujet).

Début janvier, l’Arcep a dévoilé la liste définitive des IRIS concernés avec des cartes pour chaque ville. En proportion, 25% des IRIS se retrouvent ainsi reclassés en poche de basse densité mais en surface – bien que le chiffre n’ait pas été publié – la visualisation des cartes montre des territoires très étendus et pas forcèment contigus. Ces cartes sont intéressantes pour les élus des grandes villes car sont clairement listés les quartiers où les opérateurs risquent de tarder à s’implanter alors même que ceux-ci sont aujourd’hui mal desservis en ADSL. Par ailleurs se pose aussi pour ces zones la question de la prise en charge du cout de raccordement final de l’abonné FFTH.


Source :  Le blog TIC - Maires de Grandes Villes le 9 janvier 2012

Pour consulter les cartes par ville selon la nouvelle classification : http://www.arcep.fr/index.php?id=11126

Paris :


Les communes touchant Paris au sud :


Lyon :


Marseille :


Noisy-le-Grand (93) et Champs-sur-Marne (77) :


Le Mée-sur-Seine (77) :

Optrolight

  • Client Orange Fibre
  • Modérateur
  • *
  • Messages: 4 601
  • Grenoble (38) @Optrolight
    • Optroastro
Raccordement en PMI ou en PMZ (armoire de rue) ?
« Réponse #5 le: 02 avril 2013 à 23:24:24 »
Super ce sujet pour bien distinguer les différences et l'architecture suivant les zones. Merci Vivien

tuffy

  • Client Free adsl
  • *
  • Messages: 16
Cout moyen d'un PMZ 300
« Réponse #6 le: 16 avril 2013 à 23:44:02 »
Bonsoir,

je me demande quel est le cout moyen d'un PMZ300 ?
typiquement, un PMZ cablé avec 3 ou 4 modules clients 144FO, mais encore vierge de FAI côté gauche de l'armoire, et sans énergie électrique puisque cela semble être la tendance.
5K€, 10K€ ? 20K€ ? plus ? (sans parler de l'emplacement/terrain à négocier)
merci,

vivien

  • Administrateur
  • *
  • Messages: 29 698
    • Twitter LaFibre.info
Raccordement en PMI ou en PMZ (armoire de rue) ?
« Réponse #7 le: 17 avril 2013 à 13:14:24 »
Ce qui est sur, c'est que le gros du prix n'est pas l'armoire et ses modules, mais les travaux de génie civil nécessaire pour le raccorder au fourreaux existants et les centaines de soudures qu'il faut réaliser.

gogol123

  • Client Bbox fibre FTTH
  • *
  • Messages: 44
Raccordement en PMI ou en PMZ (armoire de rue) ?
« Réponse #8 le: 17 avril 2013 à 14:03:33 »
bonjour

j'ai pas compris qui était responsable de l'installation du PMI ou PMZ ?  Et le fait de ne pas installer de PMZ avec du 220v exclus forcement Free de la zone couverte par ce PMI ?

Merci

Nico

  • Modérateur
  • *
  • Messages: 32 278
  • FTTH 1000/250 sur Paris 15ème (75)
    • @_GaLaK_
Raccordement en PMI ou en PMZ (armoire de rue) ?
« Réponse #9 le: 17 avril 2013 à 14:25:09 »
C'est l'opérateur qui déploie l'horizontal dans la ZMD qui s'occupe du PMI/PMZ. Concernant Free apparemment ils n'ont pas clairement dit qu'ils souhaitaient cette arrivée 220V du coup il faut partir du principe que ça leur va ainsi.

tuffy

  • Client Free adsl
  • *
  • Messages: 16
Raccordement en PMI ou en PMZ (armoire de rue) ?
« Réponse #10 le: 17 avril 2013 à 14:33:05 »
c'est un vrai sujet le coût des soudures en effet, et tu soudes tous les PBO dans les modules clients du SRO dès le départ ?

vivien

  • Administrateur
  • *
  • Messages: 29 698
    • Twitter LaFibre.info
Raccordement en PMI ou en PMZ (armoire de rue) ?
« Réponse #11 le: 17 avril 2013 à 14:38:06 »
Oui, tout est soudé normalement. Les faire une par une entraîne un coût supérieur et un risque de casse.

 

Mobile View