Auteur Sujet: Mallefougasse  (Lu 139 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

vida18

  • Client Orange Fibre
  • *
  • Messages: 2 174
  • Vierzon (18)
Mallefougasse
« le: 31 août 2019 à 09:09:45 »
Alpes : Orange garde sa fibre rurale

À l'occasion de la venue à Mallefougasse du délégué régional d'Orange, Philippe Daumas, sur les aléas et les chamboulements rencontrés par les départements alpins pour disposer du très haut débit.

Vous êtes venu à Mallefougasse pour annoncer l'amélioration des débits internet sur cette commune ainsi qu'à Cruis.

Philippe Daumas : "Oui, à la suite des travaux de modernisation réalisés sur fonds propres par Orange et le syndicat mixte ouvert SUD THD. La fibre optique est arrivée au noeud de raccordement, ce qui se traduit par une amélioration des débits ADSL sur ces deux communes jusqu'à 50 Mbit/s. Il s'agit du programme "Orange Territoires Connectés". En 2019, 22 communes des Alpes de Haute-Provence en bénéficient."

Mais les foyers ne sont pas encore raccordés à la fibre optique et ses débits encore plus supérieurs.

"Non, c'est à la Région via SFR de le faire. Le gouvernement a validé les engagements de couverture en fibre optique jusqu'à l'abonné pris par cet opérateur sur les départements des Alpes-de-Haute-Provence, des Hautes-Alpes et des Bouches-du-Rhône."

Pourquoi autant de retards dans le déploiement de la fibre optique ?

"Au tout début, chaque Région a voté un schéma directeur qui définit les rôles. Les noeuds de raccordements incombaient à Orange, le SMO SUD THD devait se charger de l'arrivée de la fibre sur certains noeuds. Il a rencontré des aléas (voir ci-dessous le commentaire de SMO SUD THD). Nous, on a été en attente de ces travaux et, en leur absence, nous nous sommes heurtés à des problématiques. La desserte hertzienne commençait sérieusement à dater, les connexions devenaient difficiles pour de nombreux foyers. On était prêt à réinvestir dans des réseaux hertziens, mais pas ceux qui attendaient la fibre optique. Cela revenait à débourser des centaines de milliers d'euros pour une technologie obsolète. Mais finalement on a dû le faire, comme à Mallefougasse où nous nous trouvons. Les habitants étaient confrontés à de trop grosses difficultés de réseaux."

Et en raison de ces aléas du SMO SUD THD, c'est SFR qui est désormais chargé de déployer la fibre optique.

"Pour équiper le territoire en fibre optique, l'État a sollicité les opérateurs. Il s'agissait en première priorité de couvrir les zones denses (grandes agglomérations) et tous les opérateurs ont déployé des réseaux fibrés. La deuxième priorité concernait les zones moyennement denses (communes et intercommunalités), Orange est l'un des rares à avoir répondu. Nous nous occupons de Digne, Manosque, Gap et leur agglomération. Le seul autre opérateur était SFR mais celui-ci n'allait pas à des endroits où des câbles existaient déjà. Au final 80 % du déploiement incombaient à Orange. Enfin il y avait les zones rurales. On a dit qu'on ne pouvait pas le faire, nous avions déjà à nous charger de beaucoup de zones. Il fallait attendre 2020 qu'on les termine, mais les collectivités ne pouvaient pas attendre. Alors elles ont créé le SMO SUD THD."

Qui a rencontré beaucoup de difficultés, au point d'être sur la sellette...

"Il s'agissait de s'occuper d'un réseau d'initiative public avec des fonds publics. C'est ça qui n'a pas marché. Même si l'Europe et l'État contribuaient. Au regard des résultats, des élus sont montés au créneau. Du temps était passé, si à l'époque des opérateurs n'étaient pas prêts à équiper les zones rurales en fibre optique, peut-être que maintenant certains seraient prêts à le faire sur leurs fonds privés. Il y a eu sollicitation."

Pourquoi SFR l'a emporté ?

"Orange a fait une proposition, le choix s'est porté sur SFR. On a proposé un déploiement à 100 % à fin 2024, SFR a fait la même proposition mais pour 2022."

Selon vous, vont-ils tenir leur délai ?

"Je ne jugerai pas. Je l'espère. Nous sommes toujours partenaires des collectivités et nous serons d'ailleurs aussi présents sur ce réseau fibre optique."

En gros, SFR se charge de déployer la fibre optique dans les deux départements alpins sauf à Digne, Gap et Manosque qui incombent à Orange ?

"Plus Manosque. Dans le cadre d'un accord national SFR-Orange, SFR se charge de déployer la fibre optique dans les zones qui restent à équiper à Manosque.

C'est un accord d'équilibre."

Au regard des problèmes de débit rencontrés on a toujours le sentiment que les opérateurs rechignent à s'occuper des zones rurales. Êtes-vous d'accord ?

"Installer la fibre optique c'est compliqué. Il ne s'agit pas de se contenter de tirer un câble. On remplace un réseau cuivre par un réseau fibre qui n'a pas de limites. Trente ans ont été nécessaires pour le réseau cuivre, la fibre optique on essaye en dix ans. C'est le plus gros chantier industriel du pays. Et c'est d'autant plus dur dans des secteurs très étendus."

Mais que la population soit faible en zone rurale doit aussi jouer un rôle. Les retours sur investissements sont-ils moindres ?

"Non, ici aussi le nombre de clients est important. On a de l'emploi, des entreprises, nous avons équipé toutes les stations de ski. Orange n'a pas vocation à arrêter d'être un opérateur. Nous sommes dans une logique d'investissement long terme, la fibre doit être installée de partout. Avec l'évolution de la ruralité des gens vont venir travailler sur ces territoires. Des entreprises aussi. Il faut que le débit soit à la hauteur. Que cela prenne du temps en zone rurale n'est pas une question de rentabilité ou non, c'est une question de calendrier. La priorité par l'État a été donnée aux zones denses puis aux zones moyennement denses."

Avec les retards enregistrés, le raccordement de tous les foyers à la fibre optique n'est pas encore pour demain ?

"C'est pour ça que nous avons des opérations comme "Orange territoires connectés" qui améliorent le débit et que nous valorisons la 4G (pour les mobiles) et la 4G Home. 107 communes des Alpes-de-Haute-Provence sont couvertes aujourd'hui par la 4G d'Orange, soit 91,5 % de la population du département. Depuis fin 2016, le taux de couverture de la population en 4G est passé de 68,5 % à 91,5 %. Quant à la 4G Home, 20 000 foyers sont éligibles dans 94 communes. Elle permet à des foyers privés d'une connexion de qualité, de bénéficier d'un débit minimal de 8 Mbit/s."


Citer
"Nous avons été trop confiants"

Le syndicat mixte ouvert Paca THD (aujourd'hui SUD THD) a été créé pour développer le numérique dans les Alpes de Haute-Provence, les Hautes-Alpes, Bouches-du-Rhône et le Var. Interrogé sur les problématiques rencontrées, son directeur depuis un an et demi, Benoit Moreau, fait part d'un excès d'optimisme. "Nous avons été trop confiants sur un dossier bien trop complexe. Il y avait plus de 25 contrats de travaux. Beaucoup d'entreprises pour beaucoup de chantiers... Le montage était trop compliqué. Il aurait fallu simplifier, peut-être ne prendre que trois ou quatre entreprises pour ces 25 contrats. En plus les investissements étaient colossaux. Face à ce problème financier on ne pouvait plus continuer. Le syndicat SUD THD existe toujours, mais le Département et la Région s'interrogent sur son futur. On a changé de système, alors..."

Source : La Provence, écrit le 31 août 2019 par Maxime Lancestre.

 

Mobile View