Auteur Sujet: Le Liban se soulève, après l'annonce d'une taxe sur Whatsapp et Viber  (Lu 1239 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

vivien

  • Administrateur
  • *
  • Messages: 36 187
    • Twitter LaFibre.info
Le Liban se soulève, après l'annonce d'une taxe sur Whatsapp et Viber



Le Bénin avait tenté d'installer une taxe sur les réseaux sociaux, retirée quelques heures après sa mise en application.
=> Au Bénin, le gouvernement impose la fin de la neutralité en taxant les clients qui utilisent Youtube, Whatsapp, Facebook, Skype ou Viber !

Au Liban, le ministre de l’Information Mohammad Choucair a annoncé au cours de la journée du 16 octobre 2019 que les usagers seraient facturés 20 centimes de dollar (18 centimes d’euro) pour chaque appel effectué via des services tels que Whatsapp et Viber. Cette taxe avait été approuvée le 15 octobre 2019 par le gouvernement et aurait du entrer en vigueur le 1er janvier 2020.

Le gain espéré pour le gouvernement Libanais, l'un des état les plus endenté au monde, devait être de 200 millions de dollars par an.



Les Libanais sont aussitôt descendu dans la rue et la taxe a été retirée le 17 octobre.







vivien

  • Administrateur
  • *
  • Messages: 36 187
    • Twitter LaFibre.info
Le Liban se soulève, après l'annonce d'une taxe sur Whatsapp et Viber
« Réponse #1 le: 21 octobre 2019 à 09:55:13 »
L’organisation de défense des libertés numériques dans le monde arabe SMEX affirme que les principaux opérateurs téléphoniques envisagent de mettre en place des plateformes de DPI (Deep packet inspection) qui permettent de détecter les appels Internet des usagers.

Sur twitter, le compte de l'organisation de défense des libertés numériques dans le monde arabe (@SMEX) indique que qu'au Liban, le prix de la téléphonie mobile est parmi les plus élevés de la région. Le déport des appels internationaux entrants vers de la VoIP entraîne une baisse de revenus, ces appels étant fortement taxés (le problème est le même que dans de nombreux pays Africains qui perdent les revenus des appels voix au fure et à mesure qu'ils basculent vers Internet).

L'Ouganda reste le principal pays à avoir une type de taxe spécifique pour les réseaux sociaux. Par contre si Encrypted SNI devait être mis en place par ces applications, il est probable que l'Ouganda ne pourrait plus taxer les flux qui utilisent Encrypted SNI.

=> Encrypted SNI où la fin de la surveillance d'internet / bridage DPI

Bref, les politiques devraient un peu plus demander aux experts d'Internet si ce qu'ils mettent en place est possible sur le moyen terme.









joel19

  • Client Orange Fibre
  • *
  • Messages: 921
  • FTTH 10 GB/s Orange VIP
Le Liban se soulève, après l'annonce d'une taxe sur Whatsapp et Viber
« Réponse #2 le: 21 octobre 2019 à 10:57:59 »
Le Liban se soulève, après l'annonce d'une taxe sur Whatsapp et Viber

Non, cette taxe a juste été la goutte d'eau qui a fait déborder le vase, un élèment déclencheur !


La contestation gagne de l’ampleur au Liban, contre les dirigeants accusés d’affairisme et de corruption

Dans tout le pays, les Libanais ont défilé ce week-end pour exprimer leur ras-le-bol.

Des centaines de milliers de Libanais ont manifesté, dimanche 20 octobre, dans une ambiance festive pour réclamer, du nord au sud du pays, le départ d’une classe politique jugée corrompue et accusée d’avoir enfoncé le pays dans une crise sans fin. De Beyrouth à la ville à majorité sunnite de Tripoli, dans le Nord, des localités chiites du Sud aux villes druzes ou chrétiennes de l’Est, les Libanais ont défilé pour exprimer leur ras-le-bol, au quatrième jour d’un mouvement d’une ampleur inédite.

Le mouvement, qui paralyse le pays avec la fermeture des banques, des institutions publiques et de nombreux magasins, a démarré de manière spontanée jeudi après l’annonce d’une taxe sur les appels effectués via WhatsApp. Une mesure destinée à renflouer un peu les finances exsangues du pays mais qui a dû être aussitôt annulée sous la pression de la rue.

(....)

Droits fondamentaux »

Des craintes d’une dévaluation pour la première fois en vingt-deux ans de la livre libanaise, synonyme d’un nouvel appauvrissement dans une économie « dollarisée », avaient déjà fait monter la colère de la population ces dernières semaines. « Nous ne voulons plus que des gens aient à supplier pour obtenir des droits fondamentaux et des services que l’Etat est censé leur prodiguer », déclarait Dani Mourtada, 26 ans, qui manifestait à Beyrouth.


https://www.lemonde.fr/international/article/2019/10/20/la-contestation-gagne-de-l-ampleur-au-liban-pour-la-quatrieme-journee-de-manifestations_6016248_3210.html

https://www.francetvinfo.fr/monde/proche-orient/liban/liban-face-a-la-pression-de-la-rue-les-partis-acceptent-un-plan-de-reformes-du-premier-ministre-saad-hariri_3667959.html

kgersen

  • Client Bouygues FTTH
  • Modérateur
  • *
  • Messages: 7 364
  • FTTH 1Gb/s sur Paris (75)
Le Liban se soulève, après l'annonce d'une taxe sur Whatsapp et Viber
« Réponse #3 le: 21 octobre 2019 à 12:24:44 »
Non, cette taxe a juste été la goutte d'eau qui a fait déborder le vase, un élèment déclencheur !

oui encore un parfait exemple de désinformation/paresse des journalistes (ou blogueurs) et comme quoi bien choisir ses mots pour un titre de news est important et impactant.

"Le Liban se soulève, après l'annonce d'une taxe sur Whatsapp et Viber" c'est limite fake news comme titre. Vu que 80% des gens ne liront pas le contenu ou n'essayeront pas d'en savoir plus. Ils ne retiendront que cela et en reparleront comme ca propageant encore plus la désinformation.


vivien

  • Administrateur
  • *
  • Messages: 36 187
    • Twitter LaFibre.info
Le Liban se soulève, après l'annonce d'une taxe sur Whatsapp et Viber
« Réponse #4 le: 22 octobre 2019 à 22:18:52 »
France 24 avait un titre pas éloigné de celui que j'ai choisit... (Whatsapp n'est pas cité mais c'est bien de ça qu'il s'agit)



Maintenant on voit bien la différence avec avec le Benin où les manifestations se limitait à la taxe sur les réseaux sociaux vs le Liban ou c'est plus large.




 

Mobile View