Auteur Sujet: AMEL - Hautes Alpes  (Lu 1021 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

tdamienjd

  • Client Free adsl
  • *
  • Messages: 1 611
    • Twitter @tdamienjd
AMEL - Hautes Alpes
« le: 05 décembre 2018 à 13:42:37 »
Alpes du Sud : très haut débit, « nous sortirons du SMO pour nous appuyer sur les opérateurs privés »

POLITIQUE / Gérard Tenoux, 8ème vice-président du Conseil Départemental des Hautes-Alpes en charge du numérique, vice-président du syndicat PACA THD dans les Hautes-Alpes et vice-président de la Communauté de Communes du Sisteronais-Buëch.


L’aménagement numérique des territoires des Alpes du Sud a pris trop de retard, sur le déploiement du très haut débit et de la fibre. Chacun en convient, et pour Gérard Tenoux, 8ème vice-président du Conseil Départemental des Hautes-Alpes en charge du numérique et vice-président de la Communauté de Communes du Sisteronais-Buëch, il est temps d’avoir le courage de dire et surtout de prendre les bonnes décisions : « nous sortirons du SMO pour nous appuyer sur les opérateurs privés ». Plus qu’un point de vue personnel, c’est une position que partage également le président (LR) du Département, Jean-Marie Bernard.

Dans le viseur des élus haut-alpins : le syndicat mixte ouvert (SMO) PACA THD, qui n’aura pas tenu ses promesses. Créé en 2012, pour pallier le déficit des opérateurs privés « qui n’allaient déployer la fibre optique que sur Gap », le syndicat voit le jour dans les Hautes-Alpes et les Alpes de Haute-Provence, aidé par l’État, l’Europe et la Région. Il doit, à l’horizon 2020 et avec 100 millions d’euros répartis sur les deux départements alpins, couvrir 70 % de la population en fibre en desservant en priorité les principaux sites à enjeux que sont les zones économiques, les sites touristiques et les pôles d’éducation et de santé, et permettre à tous un accès haut débit minimum de 10 Mbit/s. En tout, 80.000 foyers et entreprises devaient être équipés.

Sauf que… le constat est tout autre aujourd’hui, « sur les 36.000 prises à l’abonné promises sur cinq ans, essentiellement sur les 11 communes les plus peuplées, seule une prise a été commercialisée. Et alors que l’ensemble du département devait être concerné par une montée en débit généralisée, seul 30 % du territoire est concerné », regrette Gérard Tenoux.

 
Place aux opérateurs privés pour la suite du déploiement et sans argent public

Chaque année, les départements des Alpes du Sud versent 1,4 million d’euros dans l’investissement et 300.000 euros de fonds de fonctionnement, depuis cinq ans. « Cet argent pourrait trouver facilement d’autre attribution », constate Gérard Tenoux, qui souhaite maintenant s’appuyer sur un nouveau dispositif pour le déploiement du numérique, annoncé par le Premier ministre en début d’année : les Appels à manifestation d’Engagements Locaux (AMEL).

En clair, l’État ayant garanti une meilleure rentabilité aux opérateurs privés grâce à l’ouverture de nouvelles fréquences, ceux-là trouvent un intérêt commercial nouveau pour des territoires ruraux comme les Alpes du Sud. Conséquence élèmentaire pour l’élu haut-alpin, « aujourd’hui les opérateurs privés nous permettent de réduire les délais et de faire des économies avec une garantie de couverture des habitants à 100 % en 2022. »

Une sortie du SMO qui devrait être actée la semaine prochaine par les Hautes-Alpes, alors que dans les Alpes de Haute-Provence, ils ne sont qu’une minorité de voix dans l’opposition, dont le sénateur (DVG) et conseiller départemental, Jean-Yves Roux, à souhaiter prendre la même décision.


Source : Alpes 1, 04/12/2018

vida18

  • Client Orange Fibre
  • *
  • Messages: 2 248
  • Vierzon (18)
AMEL - Hautes Alpes
« Réponse #1 le: 19 décembre 2018 à 17:28:03 »
Hautes-Alpes : la sortie du SMO PACA THD... ce n'est pas pour le moment

POLITIQUE / Alors que Gérard Tenoux, vice-président en charge du numérique au sein du Département, semblait sûr de lui : les Hautes-Alpes sortiront du syndicat, la décision ne semble pas être fixée aujourd'hui. Et c'est un débat qui s'engagera vendredi.

Hautes-Alpes

Gérard Tenoux se serait-il un peu trop avancé quant à la position du Département des Hautes-Alpes ? Le 8ème vice-président de l'hémicycle en charge des infrastructures numériques avait annoncé sur Alpes 1, le 4 décembre dernier, que le Département irait vers une sortie du Syndicat Mixte Ouvert (SMO) PACA Très Haut Débit. Selon l'élu, le SMO n'aurait pas tenu ses promesses.

Le Syndicat Mixte Ouvert Très Haut Débit, levier pour compenser l'absence des opérateurs privés

Créé en 2012 afin de pallier le déficit des opérateurs privés, le SMO voit le jour dans les Hautes-Alpes et les Alpes de Haute-Provence, aidé par l'État, l'Europe et la Région. Il doit, à l'horizon 2020 et avec 100 millions d'euros répartis sur les deux départements alpins, couvrir 70 % de la population en fibre en desservant en priorité les principaux sites à enjeux que sont les zones économiques, les sites touristiques et les pôles d'éducation et de santé, et permettre à tous un accès haut débit minimum de 10 Mbit/s. En tout, 80.000 foyers et entreprises devaient être équipés.

Un SMO qui n'est pas au rendez-vous selon G. Tenoux

Sauf que le constat dressé par Gérard Tenoux est tout autre, « sur les 36.000 prises à l’abonné promises sur cinq ans, essentiellement sur les 11 communes les plus peuplées, seule une prise a été commercialisée. Et alors que l’ensemble du département devait être concerné par une montée en débit généralisée, seul 30 % du territoire est desservi ». Une adhésion au Syndicat Mixte Ouvert qui a un coût pour le département, « 1,4 millions deuros pour l'investissement et 300.000 euros de fonctionnement »,  précisait alors Gérard Tenoux qui souhaite désormais s'appuyer sur les opérateurs privés pour le déploiement du numérique par le biais des AMEL, les Appels à Manifestation d'Engagements Locaux annoncés en début d'année par le Premier ministre.


Citer
« Il faut sortir du SMO PACA THD », G. Tenoux

Des opérateurs privés qui garantiraient alors une couverture numérique à 100 % à l'horizon 2022 « sans contrepartie financière »« Il faut sortir du SMO PACA THD, insistait Gérard Tenoux, et pour cela nous choisirons un schéma et un modèle qui nous conduira naturellement vers cette sortie ». Une décision qui devait intervenir, selon lui, dans les prochains jours notamment lors de la prochaine session plénière au sein du Département... sauf que...

Il semblerait que la position du vice-président en charge du numérique ne soit pas un avis partagé. En tout cas, pas pour le moment. Et Jean-Marie Bernard, le président du Conseil Département, a décidé d'ôter cette question du numérique lors de cette session plénière de mardi, pour la repousser à vendredi matin 8h30 « lors d'une réunion extraordinaire particulière sur le numérique où nous débattrons du schéma ».


Source : Alpes du Sud, écrit le 18 décembre 2018 par C. Michard

vida18

  • Client Orange Fibre
  • *
  • Messages: 2 248
  • Vierzon (18)
AMEL - Hautes Alpes
« Réponse #2 le: 19 décembre 2018 à 17:31:42 »

vida18

  • Client Orange Fibre
  • *
  • Messages: 2 248
  • Vierzon (18)
AMEL - Hautes Alpes
« Réponse #3 le: 20 décembre 2018 à 17:56:22 »
Déploiement de la fibre optique dans le 04 / 05 : ça sera finalement le groupe SFR Altice

Renaud Muselier, le président de la Région SUD PACA a tranché. Le déploiement de la fibre optique et de l’Internet dans les Alpes du Sud pour les prochaines années se fera via des opérateurs privés. Une solution rendue possible grâce aux dispositifs AMEL, les Appels à manifestation d'engagements locaux. Le conseil départemental des Hautes-Alpes avait annoncé mardi lors de la séance plénière que l'adhésion du département se déciderait ce vendredi matin en réunion extraordinaire. Le président Jean-Marie Bernard avait laissé entendre que la solution de l'opérateur privé serait privilégiée.

A l'issue de la réunion de ce jeudi, c'est donc le groupe SFR Altice qui a été choisi pour déployer la fibre sur les Alpes du Sud, à 100 % d'ici 2022. Un investissement de 654 millions d'euros comme le précise Arnaud Murgia, conseiller départemental de Briançon sur sa page Facebook.

Communiqué :

Présidé par Chantal Eyméoud, le Comité syndical Provence-Alpes-Côte d’Azur Très Haut Débit choisit l’opérateur SFR pour une couverture 100 % fibre optique des Alpes de Haute-Provence, Hautes-Alpes et Bouches-du-Rhône.

Le 20 décembre 2018

En avril 2018, Renaud Muselier, Président de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, en accord avec René Massette, Président du Conseil départemental des Alpes de Haute-Provence et Jean-Marie Bernard, Président du Conseil départemental des Hautes-Alpes, a demandé le lancement d’une consultation des opérateurs privés, dans le cadre de l’AMEL, Appel à Manifestation d’engagements locaux, permettant une accélération des déploiements et une économie de ressources publiques.

Dès lors, c’est un long travail collaboratif qui été mené par Chantal Eyméoud, dans la transparence et le respect des positions de chacun des membres, afin de converger vers une décision commune, que la Présidente du Syndicat Mixte Ouvert Provence-Alpes-Côte d’Azur Très Haut Débit a souhaité voir correspondre aux attentes des territoires.

Cette décision, entérinée par un vote des élus, réunis en séance extraordinaire du Comité syndical le 20 décembre 2018, donne une suite favorable à l’AMEL sur l’ensemble de la zone d’initiative publique pour une couverture intégrale et rapide des territoires des Alpes de Haute-Provence, des Hautes-Alpes et des Bouches du Rhône. C’est l’opérateur SFR qui est choisi pour prendre en charge, sur ses seuls fonds propres, le déploiement d’un réseau FttH (fibre optique jusqu’à l’abonné), avec un objectif de déploiement de 100 % des locaux raccordables (logements et locaux professionnels), soit près de 300 000 prises estimées (en dehors de celles déjà déployées par PACA THD) d’ici fin 2022 (2021 pour les Bouches-du-Rhône).

Le Comité syndical du 20 décembre a également validé, en conséquence, la décision de résiliation de la délégation de service public notifiée le 24 décembre 2015 à la société PACT (couvrant les 3 départements) et le principe d’une cession des ouvrages constitutifs du réseau du Syndicat.

Enfin dans le même temps, le Syndicat Mixte Ouvert adopte une nouvelle identité visuelle en créant la marque SUD THD, qui vise à donner plus de cohérence à cet outil régional, au moment où il amorce une évolution de ses missions. « Une nouvelle page se tourne dans l’histoire de l’aménagement numérique en Provence-Alpes-Côte d’Azur, grâce à ce nouveau partenariat, qui offre de nouvelles perspectives, et donne un nouveau cap à mon engagement, depuis maintenant près de 3 années à la tête du Syndicat Mixte Ouvert, au service de nos territoires. »

Chantal Eyméoud


Source : Dici.fr, écrit le 20 décembre 2018 par Sittina Youssouf.

 

Mobile View