Auteur Sujet: Italie: nouveaux développements fibre  (Lu 6676 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

vida18

  • Client Orange Fibre
  • *
  • Messages: 2 697
  • Vierzon (18)
Italie: nouveaux développements fibre
« Réponse #24 le: 17 septembre 2020 à 16:43:53 »
Tim chute à Milan sur un risque de «non» de l'UE à un réseau unique


Le logo de Telecom Italia au siège social de l'opérateur à Milan, le 25 mai 2016. Stefano Rellandini / REUTERS

Le titre de l'opérateur italien Telecom Italia (Tim) était en baisse ce jeudi matin à la Bourse de Milan, après des informations de presse faisant état d'un possible «non» de la Commission européenne au projet de réseau unique de fibre optique dans le pays. Vers 09h00 GMT, l'action, qui a un temps perdu plus de 7%, cédait 3,22% à 0,36 euro, dans un marché en recul de 1,37%.

Selon l'agence Bloomberg, qui cite des sources proches du dossier, la Commission européenne pourrait s'opposer à la création d'une société unique pour le réseau fibre optique contrôlée par Tim. La crainte de l'autorité serait la création éventuelle d'un monopole. Contacté par l'AFP, Tim s'est refusé à tout commentaire sur ce dossier et la Commission européenne n'a pas donné suite pour le moment.

Fin août, Tim a donné son aval à un projet de réseau unique national en fibre optique afin d'accélérer le développement de l'Internet haut et très haut débit dans la péninsule, très en retard en termes de réseau fixe. Ce réseau doit naître de la fusion entre le réseau du groupe énergétique Enel -OpenFiber- et celui de la société FiberCop – qui va regrouper les réseaux de Tim et de Fastweb —, jusqu'alors concurrents.

Le conseil d'administration de Tim a approuvé la signature d'une lettre d'intention en ce sens avec la Caisse italienne des dépôts (CDP) – un organisme public — afin de mettre en œuvre ce projet de réseau national unique, baptisé AccessCo. Selon les termes de l'accord, Tim détiendra au moins 50,1% d'AccessCo, au sein de laquelle est prévu «un mécanisme de gouvernance partagée avec la CDP».

L'idée du rapprochement, soutenu par le gouvernement italien, est d'éviter des doublons dans les investissements, extrêmement coûteux. La troisième économie de la zone euro est en effet à la traîne en Europe concernant le déploiement de l'Internet fixe, alors même que l'Internet mobile y est extrêmement développé.


Source : Le Figaro

 

Mobile View