Auteur Sujet: Royaume-Uni: 95% en THD en 2017  (Lu 3142 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

eric957

  • Abonné Orange Fibre
  • *
  • Messages: 320
  • Gif-sur-Yvette (91)
Royaume-Uni: 95% en THD en 2017
« le: 09 janvier 2015 à 14:01:29 »
La news est un peu vieille maintenant mais elle est intéressante à commenter:

http://www.computerweekly.com/news/2240234541/BDUK-passes-15-million-premises

Voir aussi mon précédent message ici .

Le RU a pris le parti, inverse de la France, de généraliser du FTTC dans une approche de MeD. Le résultat est impressionnant pour moi, car bientôt tout le pays aura accès aux usages modernes du THD, càd au-delà de 15-20Mb/s.
Ils auront aussi avec le Gfast le moyen de progresser avec les usages futurs, dans 5 à 10 ans. Pour l'avenir plus lointain et les zones moins accessibles, les bénéfices engrangés dès maintenant (ils disent 20 pour 1) permettent d'investir petit à petit. Rien ne les empêche, dans 20 ans, d'avoir comblé le dernier km en généralisant la fibre grace à ces bénéfices.

En France, une minorité a accès à ces services, à un coût très élevé et avec des bénéfices faibles dus au faible taux de conversion car c'est tellement cher qu'on ne peut déployer que les ZTD déjà bien servies en ADSL. Dans 10, 15 ou 20 ans peut-être, tout le pays sera déployé en fibre, mais en attendant on aura beaucoup dépensé et fait beaucoup de frustrés.

Le témoin, pour moi, du bénéfice qu'il y a à s'appuyer d'abord sur le cuivre déjà déployé, c'est la montée en puissance de Numéricable qui fait cela exactement. Je sais bien que ça n'excite pas les Geeks que nous sommes, car nous sommes attirés par la techno la plus performante et avons peut-être des besoins élevés. Mais c'est à la fois une stratégie commerciale efficace et une option plus égalitaire.
« Modifié: 13 janvier 2015 à 15:08:10 par eric957 »

vida18

  • Abonné Free fibre
  • *
  • Messages: 4 204
  • Vierzon (18)
Royaume-Uni: 95% en THD en 2017
« Réponse #1 le: 10 mars 2023 à 18:37:56 »
Royaume-Uni : le législateur veut différencier la vraie fibre de la fausse fibre

Au Royaume-Uni, le législateur commence à se pencher sur un problème qui a touché la France il y a quelques années, la dénomination des offres fibre quand les derniers mètres sont sur une autre technologie.

Fausse fibre, vraie fibre… un débat avait été lancé il y a quelques années en France afin de différencier la fibre à terminaison coaxiale (FTTLA)n vendue notamment par SFR, de la fibre de bout en bout (FTTH). Et aujourd’hui, ce débat est lancé au Royaume-Uni.

Plus de clarté pour différencier les différentes technologies

Outre-Manche, les opérateurs pourraient à l’avenir utiliser les termes de fibre et de tout fibre sur leur site web et dans leurs contrats uniquement, si le client est desservi par un réseau en fibre optique de bout en bout (FTTH), d’après une consultation de l’Ofcom, le régulateur britannique. De plus, les clients auront le droit à une brève description de la technologie qui est utilisée chez eux, de quoi mieux informer les britanniques.

Comme en France à l’époque, le déploiement rapide de la fibre optique fait que plusieurs technologies cohabitent et vont cohabiter encore quelques années. De quoi apporter de la confusion aux consommateurs, surtout lorsque deux réseaux sont assez proches et qu’ils adoptent le même nom.

Le terme fibre est utilisé de manière assez incohérente, mélangeant plusieurs technologies comme le FTTH à la fibre à terminaison cuivre (FTTDP), où les derniers mètres continuent d’être sur le réseau cuivre. Cela a pour effet d’embrouiller les consommateurs qui ne savent pas qu’elle est la technologie qui est utilisée chez eux.

Ce que tend à prouver l’étude du régulateur. Seuls 46% des utilisateurs pensant avoir du FTTH chez eux ont réellement du FTTH dans les zones où la technologie est disponible. De plus, près de 27% des abonnés à internet manquent de confiance concernant la compréhension des terminologies utilisées par les opérateurs.

Le gendarme des télécoms britannique souhaite que les utilisateurs soient mieux informés à l’avenir afin de mieux choisir leur abonnement à internet et qu’ils puissent bénéficier du FTTH, dès lors qu’il est disponible chez eux.

La consultation publique est ouverte jusqu’au 3 mai prochain et elle pourrait à l’arrivée contraindre les opérateurs à faire plus de clarté dans ce qu’ils proposent aux clients.


Source : Royaume-Uni : le législateur veut différencier la vraie fibre de la fausse fibre

vida18

  • Abonné Free fibre
  • *
  • Messages: 4 204
  • Vierzon (18)
Royaume-Uni: 95% en THD en 2017
« Réponse #2 le: 21 décembre 2023 à 10:22:58 »
17 millions de foyers britanniques éligibles au haut débit en fibre optique

Un nombre record de 17 millions de foyers britanniques ont accès au haut débit en fibre optique, et 4,6 millions d'entre eux l'utilisent désormais, selon l'Ofcom, l'Autorité britanniques de communications.

Pour la première fois, plus de la moitié des foyers des quatre pays du Royaume-Uni disposent d'un haut débit entièrement en fibre optique. L'Irlande du Nord est en tête, avec plus de neuf foyers sur 10 (91 %) en mesure de bénéficier d'une fibre optique.

Dans l'ensemble, 28 % des foyers et des entreprises qui peuvent accéder à la fibre optique l'ont adoptée, avec 4,6 millions de locaux désormais connectés. Dans les zones rurales, le taux d'adoption est presque deux fois plus élevé que dans les foyers urbains (49 % contre 25 %).

En outre, de plus en plus de foyers utilisent le haut débit par satellite, avec environ 42 000 clients britanniques connectés au service par satellite de Starlink (contre 13 000 l'année dernière), la majorité dans les zones rurales.


Source : Télé Satellite, écrit le 20 décembre 2023 par Carlos Pires.

alain_p

  • Abonné Free fibre
  • *
  • Messages: 16 377
  • Delta S 10G-EPON sur Les Ulis (91)
Royaume-Uni: 95% en THD en 2017
« Réponse #3 le: 21 décembre 2023 à 12:59:34 »
Pour comparer, en France, on est à est à 37 millions de locaux raccordables en FTTH, et 20.6 millions d'abonnés FTTH. Donc le Royaume Uni, de population comparable, a encore beaucoup d'investssements à faire.