Auteur Sujet: Localisation géostratégique pour un data center  (Lu 15158 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

benoit75015

  • Client Free adsl
  • *
  • Messages: 263
Localisation géostratégique pour un data center
« Réponse #24 le: 14 mars 2013 à 15:52:52 »
Les générateurs ne protègent pas que des coupures ERDF.

Je ne sais pas si vous vous souvenez de ce qu'il s'est passé à Redbus en 2006.

De nombreuses coupures de courant, les groupes branchés en direct sur les serveurs (sans onduleurs) cramant de nombreux serveurs, le courant des groupes n'étant pas "propre".

A aucun moment il n'y avais eu de coupure RTE ou ERDF. La machine a café de redbus, qui n'était pas sur les circuits sécurisés du Datacenter, elle n'a pas subit de coupures. Le premier incident à été un disjoncteur haute tension HS un vendredi soir et pas de possibilité de le réparer avant le lundi. Ensuite entre les problèmes techniques non prévus et les mauvaises décisions, cela s'est enchaîné à la Fukushima. (A Fukushima, ils avaient bien des groupes, mais ok cela ne leur a pas servi)

Ce qui circulait à l'époque des soucis de Redbus en 2006 :

Leon

  • Client SFR sur réseau Numericable
  • Modérateur
  • *
  • Messages: 3 806
Localisation géostratégique pour un data center
« Réponse #25 le: 14 mars 2013 à 18:21:21 »
Les générateurs ne protègent pas que des coupures ERDF.
[...]
A aucun moment il n'y avais eu de coupure RTE ou ERDF. La machine a café de redbus, qui n'était pas sur les circuits sécurisés du Datacenter, elle n'a pas subit de coupures. Le premier incident à été un disjoncteur haute tension HS un vendredi soir et pas de possibilité de le réparer avant le lundi. Ensuite entre les problèmes techniques non prévus et les mauvaises décisions, cela s'est enchaîné à la Fukushima. (A Fukushima, ils avaient bien des groupes, mais ok cela ne leur a pas servi)
A mon avis, tu cites un mauvais exemple. La défaillance mise en évidence dans cet épisode, c'est un "point de défaillance unique" qui suffit à faire tomber tout un datacenter. Bref, une erreur de conception de la chaine d'alimentation électrique du datacenter. Un vrai datacenter bien conçu, avec plusieurs arrivées ErDF ou RTE, plusieurs bus-bar en moyenne et en basse tension, plusieurs onduleurs vraiment indépendant, des bypass dans tous les sens, des automates bien programmés, il n'aurai pas vécu ce genre de panne. Même sans groupe.

Certains datacenter poussent même le vice jusqu'à faire plusieurs chaines d'alimentation électrique avec plusieurs fournisseurs différents (d'onduleur, de groupe), pour éviter les pannes similaires.

Leon.

corrector

  • Invité
Localisation géostratégique pour un data center
« Réponse #26 le: 15 mars 2013 à 04:14:11 »
Ensuite entre les problèmes techniques non prévus et les mauvaises décisions, cela s'est enchaîné à la Fukushima. (A Fukushima, ils avaient bien des groupes, mais ok cela ne leur a pas servi)
À Fukushima les circuits électriques d'alimentation des pompes étaient inondés! Pour cette raison ils n'ont pas pu connecter un générateur mobile.

Après il y a eu des mauvaises décisions dont notamment celle de fermer le circuit de l'IC (isolation condenser) pour éviter la fatigue thermique. De toute façon même avec IC à un moment il n'y a plus d'eau de refroidissement.

Il faut restaurer une source froide, sinon, ça craint. Selon la conception du réacteur, des circuits de secours, etc. le délai et la facilité pour remettre en marche la source froide varient.

online_fr

  • AS12876 Officiel Online
  • Expert
  • *
  • Messages: 81
  • Paris (75)
Localisation géostratégique pour un data center
« Réponse #27 le: 18 mars 2013 à 00:54:08 »
Pour les générateurs, l'idée est que moins il y a de systèmes, moins il y a d'intervenants, et moins le risque de panne est élevé. Sans parler des coûts d'investissement et d'exploitation et cela même en tenant compte d'une ferme de batterie plus importante.
Le risque de Black Out total supérieur à la capacité des batteries est toujours envisageable, au même titre que la chute d'une météorite. Mais il peut aussi être modélisé et provisionné économiquement.

Ca c'est pas du tout une bonne idée !

D'expérience (de plus en plus visible plus le temps passe), les GE sont vraiment indispensables :
- Systématiquement l'ensemble des arrivées, y compris les "secours" tombent simultanèment en cas d'avarie chez ErDF (incident de manoeuvre, accident au poste source ...), malgré l'architecture en double dérivation que nous avons en région parisienne, réputée fiable
- Les coupures sont de plus en plus fréquentes et longues. Nous avons déjà tourné, il y a 2 ans, presque 5 jours sur groupe électrogène, avec 4 arrivées simultanèment en panne.

D'un point de vue des experts (comme l'Uptime Institute et les principaux assureurs) les arrivées EDF ne sont qu'un confort économique dont la perte est un élèment opérationnel prévu.
Seuls les sources autonomes (groupes électrogènes) sont considérés comme l'alimentation normal du datacenter dans son dimensionnement, et doivent être en mesure de fonctionner 100% du temps à 100% de charge, ce qui nécessite des groupes très spéciaux.

Arnaud

corrector

  • Invité
Localisation géostratégique pour un data center
« Réponse #28 le: 18 mars 2013 à 00:56:14 »
Vous avez compris ce qui cause ces pannes simultanées?

online_fr

  • AS12876 Officiel Online
  • Expert
  • *
  • Messages: 81
  • Paris (75)
Localisation géostratégique pour un data center
« Réponse #29 le: 18 mars 2013 à 01:04:33 »
Bien sur :
- Pannes sur les réseaux HTB (qui impacte toujours plusieurs postes sources régionaux),
- Problème de sélectivité (disjonction simultané de plusieurs artères suite au basculement du défaut d'une arrivée à l'autre),
- Délestage (sujet tabou),
- Accident de manoeuvre au poste source,
- Foudre,

EtherActis

  • Client OVH
  • *
  • Messages: 27
  • Bobigny (93)
Localisation géostratégique pour un data center
« Réponse #30 le: 05 avril 2013 à 17:51:42 »
A mon avis, il y a aussi un truc qui compte pour implanter un datacenter, c'est la proximité:
- pour recruter des employés disposant des compétences nécessaires, donc un bassin d'emploi important,
- pour recruter des clients qui voudront ne pas être trop loin pour installer leurs serveurs et intervenir dessus à 3h00 du mat. Donc un tissu économique aussi.

D'où la proportion importante de datacenter en ville ou à la périphérie d'une grande ville, et rien dans la campagne profonde où les m2 ne coûtent pas cher.

Fred

Nico

  • Modérateur
  • *
  • Messages: 28 277
  • FTTH 300Mbps sur Paris 15ème (75)
    • @_GaLaK_
Localisation géostratégique pour un data center
« Réponse #31 le: 05 avril 2013 à 18:09:37 »
Magny-Les-Hameaux c'est la campagne profonde ou pas par exemple ? Parce que c'est bien paumé quand même et pourtant il y a TH3.

En tout cas pour certains type de DC tes points sont pas faux, pour autant je ne pense pas que ce soit valable tout le temps. Par exemple concernant les clients, tu peux très bien utiliser une société (ou un DC) qui se chargera des gestes de proximité, et du coup pas besoin d'être proche physiquement des machines.

Bref je pense que les choix ont plus été dictés par les réseaux présents (fibre, énergie) que la réelle proximité/la ville.

Enfin voila à mes yeux il y a plusieurs types de DC, qui auront pas le même cahier des charges (clairement j'oppose TH1/TH2 et TH3).

EtherActis

  • Client OVH
  • *
  • Messages: 27
  • Bobigny (93)
Localisation géostratégique pour un data center
« Réponse #32 le: 05 avril 2013 à 18:24:19 »
Questions subsidiaires:

Sur le marché du datacenter, tout le monde rivalise pour proposer le niveau de sécurité le plus élevé possible à tous les niveaux, avec des investissements lourds et donc les coûts subséquents pour le client, et avec des résultats plus ou moins à la hauteur des SLA affichés.

Y aurait-il à votre avis un marché du "low cost" où l'essentiel serait conservé (du jus, de la bande passante,...) mais les prestations périphériques seraient minimales (pas de redondance,...) selon les principes du "best effort"?

Pour faire une comparaison avec l'aviation où il y a 20 ans, le voyageur choisissait sa compagnie en fonction du confort du siège, du plateau repas, et du champagne à volonté, à quel niveau de maturité le business du datacenter est-il arrivé? quelles perspectives?

Fred

Leon

  • Client SFR sur réseau Numericable
  • Modérateur
  • *
  • Messages: 3 806
Localisation géostratégique pour un data center
« Réponse #33 le: 05 avril 2013 à 19:36:21 »
A mon avis, il y a aussi un truc qui compte pour implanter un datacenter, c'est la proximité:
- pour recruter des employés disposant des compétences nécessaires, donc un bassin d'emploi important,
- pour recruter des clients qui voudront ne pas être trop loin pour installer leurs serveurs et intervenir dessus à 3h00 du mat. Donc un tissu économique aussi.

D'où la proportion importante de datacenter en ville ou à la périphérie d'une grande ville, et rien dans la campagne profonde où les m2 ne coûtent pas cher.
Pour le bassin d'emploi, je ne pense pas que l'argument soit valable. Un datacenter n'est pas un site qui nécessite tant d'emploi que ça, surtout en comparaison du chiffre d'affaire! Seuls les très gros datacenters génèrent un nombre significatif d'emplois. Un datacenter, c'est, en terme d'emplois, comme une usine très automatisée.

Regarde aussi Google et Facebook, qui implantent des datacenters énormes en pleine campagne. Mais ce sont des datacenters 100% dédiés et 100% privés. Donc inaccessibles à des tiers. Je suis d'accord sur le fait que des datacenters "ouverts" doivent être facilement accessibles, donc à proximité d'agglomération de préférence. Mais regarde le Maxnod, où est hébergé ce site. C'est vraiment en pleine campagne. Et Vivien, notre administrateur préféré, est à des centaines de km de son serveur!

Y aurait-il à votre avis un marché du "low cost" où l'essentiel serait conservé (du jus, de la bande passante,...) mais les prestations périphériques seraient minimales (pas de redondance,...) selon les principes du "best effort"?
C'est une très bonne question à mon avis. Je pense que pour l'instant aucun acteur n'a eu les couilles pour se lancer dans ce genre de marché. Un datacenter sans groupe électrogène, avec des niveaux de redondance limités, ça doit effectivement couter moins cher! Malheureusement, aujourd'hui, tous les acteurs essayent de prouver qu'ils sont tier3 ou 4 alors que ça n'est que rarement le cas!

Dans le genre "low cost", tu as quand même OVH, qui montre de temps en temps ses limites niveau redondance (1 onduleur HS, et c'est ~1000 serveurs en rade pendant 5h). Le pire, c'est qu'Octave se fait un plaisir de montrer tout ça! Mais c'est un datacenter fermé, privé.

Et je pense que Google, Facebook et autre, ont également un niveau de redondance très limité. La très grande majorité de leurs serveurs n'ont qu'une seule alim et 1 seule connexion réseau, et ils n'hésitent pas à le montrer.

Leon.

corrector

  • Invité
Localisation géostratégique pour un data center
« Réponse #34 le: 05 avril 2013 à 19:37:31 »
Question bonus : avec des DC nettement moins cher, est-ce que certains clients ne vont pas préférer répartir des serveurs redondants entre les beaucoup de DC plutôt que d'avoir moins de DC plus sûrs?

Nico

  • Modérateur
  • *
  • Messages: 28 277
  • FTTH 300Mbps sur Paris 15ème (75)
    • @_GaLaK_
Localisation géostratégique pour un data center
« Réponse #35 le: 05 avril 2013 à 19:45:29 »
C'est une très bonne question à mon avis. Je pense que pour l'instant aucun acteur n'a eu les couilles pour se lancer dans ce genre de marché. Un datacenter sans groupe électrogène, avec des niveaux de redondance limités, ça doit effectivement couter moins cher! Malheureusement, aujourd'hui, tous les acteurs essayent de prouver qu'ils sont tier3 ou 4 alors que ça n'est que rarement le cas!
On peut trouver des différences de "redondance" chez les différents FAIs mais effectivement sur les DCs c'est plutôt l'excellence qui prime (ou à minima ce que les gens visent). Après je ne sais pas trop si les serveurs apprécieraient ce genre de choses, on a vu avec Redbus que ça pouvait détruire pas mal de matériel d'avoir une électricité "pas top" (désolé pour le terme un peu approximatif).

Question bonus : avec des DC nettement moins cher, est-ce que certains clients ne vont pas préférer répartir des serveurs redondants entre les beaucoup de DC plutôt que d'avoir moins de DC plus sûrs?
Il y a des chances, sachant que c'est déjà ce que font un certain nombre d'entreprises qui ont besoin d'une très haute disponibilité avec des genre de PCA.

 

Mobile View