Auteur Sujet: Bouygues Telecom investit dans la fibre optique à Paris  (Lu 3452 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

majdi33

  • Client SFR sur réseau Numericable
  • *
  • Messages: 35
Bouygues Telecom investit dans la fibre optique à Paris
« le: 11 avril 2010 à 13:25:41 »
Bouygues Telecom investit dans la fibre optique à Paris

Fort de ses 311.000 abonnés ADSL, l'opérateur va investir " plusieurs dizaines de millions d'euros " cette année dans le très haut débit. Critiquant les décisions du régulateur en la matière, il s'apprête à saisir le Conseil d'Etat.

C'est encore officieux mais la décision est prise et les travaux ont même débuté. Bouygues Telecom a commencé à construire son propre réseau de fibre optique à Paris, pour permettre à ses clients d'accéder à l'Internet à très haut débit. L'opérateur a donc franchi le pas et pose ses fibres sous les trottoirs de la capitale. Il investira " quelques dizaines de millions d'euros " dans la fibre optique cette année, selon un dirigeant de Bouygues Telecom. Une équipe d'une soixantaine d'ingénieurs de l'opérateur travaille activement sur le sujet. Orange, SFR et Free devront compter avec Bouygues Telecom. C'est déjà le cas dans l'ADSL depuis un an. A la fin de l'année dernière, le fournisseur d'accès à Internet détenait 311.000 clients à sa Bbox. En un an, il a recruté plus d'abonnés à l'ADSL qu'Iliad. Sur les trois derniers mois de 2009, il s'est même payé le luxe de séduire plus de nouveaux clients qu'Orange. Ce succès dans l'ADSL est d'ailleurs à l'origine de la décision de se lancer dans la fibre optique. Sans cette technologie, Bouygues Telecom risque en effet de se retrouver dépasser par les ses concurrents, en terme de débit, dans quelques années. Pourtant, Martin Bouygues hésite encore à se lancer dans de coûteuses dépenses dans d'autres villes françaises. Et pour cause : le patron est fondamentalement opposé aux choix faits par le régulateur des télécoms.

L'Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (Arcep) souhaite que, dans les zones très denses, un seul opérateur installe ses fibres optiques par immeuble. Si les concurrents veulent que cet opérateur leur pose une fibre, ils doivent lui demander, et participer au financement des travaux. "Avoir quatre fibres en parallèle, c'est un choix techniquement inutile", a estimé hier Martin Bouygues évaluant la facture pour les Français à "5 milliards d'euros". C'est un choix qui "semble favoriser la position de l'opérateur dominant" et qui "requiert de disposer d'une base de clients (dans le) fixe importante pour pouvoir rentabiliser les investissements", a-t-il continué.

Officiellement, l'opérateur "travaille avec l'Arcep pour que le processus de déploiement de la fibre soit plus efficace et véritablement concurrentiel". En réalité, Bouygues Telecom a clairement menacé le régulateur de saisir le Conseil d'Etat si l'Arcep ne change pas sa position. Selon nos informations, cette saisine devrait être effectuée dans les prochains jours. Car Bouygues Telecom ne veut pas non plus dépenser des centaines de millions dans la fibre optique. A court terme, le groupe a trouvé une parade en lançant une offre à l'Internet très haut débit en utilisant le réseau de Numericable. Mais l'opérateur est à la recherche d'une alliance avec d'autres pour construire un réseau mutualisé dans le pays. Le but est de "privilégier les partenariats pour réduire les coûts", selon Martin Bouygues. L'homme d'affaires doit en effet déjà investir près de 600 millions d'euros par an dans son réseau de téléphonie mobile. Or, avec l'arrivée prochaine de Free sur ce marché, ses marges vont baisser, a-t-il prévenu. Bouygues Telecom n'embauchera d'ailleurs aucun salarié cette année.


Source : Les Echos G. de C. 03 mars 2010

 

Mobile View