Auteur Sujet: Communauté de communes des Deux Rives  (Lu 2688 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

vida18

  • Abonné Free fibre
  • *
  • Messages: 4 217
  • Vierzon (18)
Communauté de communes des Deux Rives
« le: 23 décembre 2019 à 17:28:02 »
Valence. La fibre optique arrive…

Le cinquième NRO de Tarn-et-Garonne a été posé jeudi 19 décembre, à Valence-d’Agen, par les équipes d’Octogone Fibre. Il permettra, à terme, de raccorder 6 600 prises foyers, entreprises ou bâtiments publics à la fibre optique d’ici juin 2022, pour les communes de Clermont-Soubiran, Espalais, Gasques, Golfech, Goudourville, Grayssas, Lamagistère, Malause, Pommevic, Saint-Vincent-Lespinasse et Valence-d’Agen.

Le sixième NRO de Tarn-et-Garonne a été, lui aussi, posé jeudi, à Saint-Loup, par les équipes d’Octogone Fibre. Il permettra, à terme, de raccorder 3 050 prises foyers, entreprises ou bâtiments publics à la fibre optique d’ici juin 2022, pour les communes d’Auvillar, Bardigues, Donzac, Dunes, du Pin, de Mansonville, Merles, Sistels, Saint-Antoine, Saint-Cirice, Saint-Loup et Saint-Michel.

D’ici mars 2020, environ 10 000 premières prises seront commercialisées, à destination des particuliers, établissements publics et entreprises. La deuxième tranche sera de plus de 34 000 prises jusqu’en mars 2021, puis plus de 42 000 prises jusqu’en mars 2022 et enfin, environ 15 000 sur la dernière tranche courant jusqu’en octobre 2022, soit 191 communes hors zone Amii (1).

Les usagers auront le choix, pour leurs offres très haut débit, entre différents opérateurs présents dès l’ouverture commerciale qui leur seront présentés lors de réunions publiques organisées par Tarn-etGaronne Numérique et Octogone Fibre.

Pour connaître la date d’éligibilité de son logement ou entreprise à la fibre optique, il suffit d’envoyer un courriel à contact@octogonefibre.fr


Source : La Dépêche du midi

vida18

  • Abonné Free fibre
  • *
  • Messages: 4 217
  • Vierzon (18)
Communauté de communes des Deux Rives
« Réponse #1 le: 01 mars 2021 à 09:45:56 »
Tarn-et-Garonne : la fibre optique aérienne passe mal


La mairie de Goudourville s’est mobilisée contre la méthode de l’implantation de la fibre qui affecterait le château inscrit aux monuments historiques.Photo DDM, T.D.

Le déploiement de la fibre optique en zone rurale n’est pas sans faire grincer des dents dans le Tarn-et-Garonne. Lenteurs des raccordements, nouveaux poteaux... les griefs contre le département et son opérateur ne manquent pas.

Un peu partout dans le département, les chantiers de raccordement au très haut débit se multiplient. Pour la livraison, le syndicat mixte Tarn-et-Garonne Numérique qui pilote le projet, et Octogone Fibre, le délégataire de service public en charge de tout le déploiement (hors Grand Montauban où Orange opère) viennent d’annoncer un premier retard : l’objectif initialement fixé de couvrir 100 % du territoire en fibre optique fin 2 022 a été reporté à juin 2023 (notre édition du 15 février).

Mais au-delà du calendrier, des communes s’élèvent aujourd’hui contre la méthode de ce déploiement, notamment contre son impact sur les paysages. Pour amener la fibre dans les zones rurales, il y a le souterrain ou l’aérien. La plupart du temps, l’opérateur se sert des poteaux existants pour passer la fibre. Mais parfois, l’ancien réseau ne peut pas supporter le surcroît de charge et de nouveaux poteaux sont donc plantés. Et c’est là que le bât blesse.

"On a manqué d’informations. On nous avertit uniquement lorsqu’on a besoin de notre autorisation de passage. Un minimum de concertation est nécessaire avant de nous installer des lignes aériennes. J’ai du mal à accepter. Même si l’on ne peut pas passer sous terre partout, il y a parfois des solutions à étudier pour limiter l’impact sur nos paysages", explique Henri Martin, le maire de Bardigues.

40 poteaux au pied du château

A Goudourville, Gérard Barros n’est pas non plus contre le progrès. N’empêche ! ce maire est monté encore au créneau ces dernières semaines. Il faut dire qu’on lui promettait, afin de fibrer sa commune d’installer quarante nouveaux poteaux autour du château qui surplombe la commune, un édifice inscrit aux monuments historiques. L’élu s’en est forcément ému : "Heureusement, on a eu depuis une réunion qui s’est tenue avec les responsables d’Octogone fibre à la communauté de communes des Deux-Rives. On a pu se rendre ensuite sur le terrain et on devrait limiter le nombre de poteaux. Mais rien n’est encore signé."

À Lamagistère, Bruno Dousson relève encore une incohérence : "On installe aujourd’hui encore des lignes aériennes, alors que dans quelques années, on nous demandera de mettre de l’argent pour enfouir ces réseaux. Pourquoi ne le faisons-nous pas dès maintenant ?"

De son côté, Bernard Pezous, président de l’association des maires de Tarn-et-Garonne n’a pas noté trop de griefs contre les poteaux, mais plutôt contre les délais.

Pour le syndicat mixte Tarn-et-Garonne fibre, "près de 7 000 km de câble sont en cours de déploiement, majoritairement via des infrastructures existantes avec des fourreaux télécoms (1 255 km), des poteaux Orange (4 055 km) ou des poteaux Enedis (695 km). Lorsque ce recours n’est pas possible (situation estimée à environ 530 km cumulés à l’échelle du département), des infrastructures nouvelles sont prévues, soit en souterrain (estimé à 160 km) et soit via des appuis aériens nouveaux (estimé à 370 km). Ce choix est essentiellement dicté par une logique économique et de calendrier."

Selon le syndicat, "enfouir toutes les artères nouvelles, représenterait une plus-value de 25 M€ à la seule charge des collectivités de Tarn-et-Garonne qui consentent déjà 7,26 M€ sur le programme (communes et établissements publics de coopération intercommunale 2,42 M€ et conseil départemental 4,84 M€)."


Source : La Dépêche, écrit le 1er mars 2021 par Thierry Dupuy.