Auteur Sujet: Nouvelles suppressions d'emplois chez SFR : 1700 départs  (Lu 9470 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

alain_p

  • Client Free fibre
  • *
  • Messages: 13 130
  • Delta S 10G-EPON sur Les Ulis (91)
Je pense que beaucoup ont vu passer l'information, SFR a annoncé hier un nouveau plan de départs volontaires, après celui de 2017, 1700 d'ici la fin de l'année. SFR/ALtice France met en avant les investissements dans la fibre et la 5G. La crise Covid a pourtant bien profité aux opérateurs, du fait de la forte demande en connexions rapides et fiables. SFR avait même mis une partie de ses employés en chômage technique au printemps dernier, faisant supporter une partie de sa masse salariale sur la collectivité. J'y vois plutôt l'effet des importants frais financiers du groupe, du rachat et de la sortie de la bourse d'Altice Europe, plus cher que prévu, 3.2 milliards d'euros contre 2.5 au départ, ce qui a conduit aussi à la vente des 49.99% restants d'Hivory. Le périmètre est plutôt celui d'Altice France que de SFR strictement.

Voir par exemple Le Figaro :

Citer
Télécoms : SFR va supprimer 1700 postes en France en 2021

C'est le deuxième plan social d'envergure depuis la reprise de SFR par Numericable en 2014. L'opérateur prévoit par ailleurs d'embaucher 1000 jeunes.
Par Elsa Bembaron Publié hier à 15:52, Mis à jour hier à 17:47

Nouveau coup dur pour les salariés de SFR. L'opérateur prévoit de supprimer 1700 postes, sur 9500, selon les syndicats. Soit 18% des effectifs. De son côté, la direction, qui confirme les 1700 emplois concernés prend en compte un périmètre plus large avec un total de 15 000 salariés, incluant toutes les filiales d'Altice France, dont BFM-RMC, ERT et Intelcia. Un amalgame qui irrite les représentants des salariés.

Il s'agit du deuxième plan social d'envergure depuis la reprise de SFR par Numericable en 2014, toujours sur la base de départs volontaires. «Nous avions alors conclu un accord sur l'emploi avec la direction, qui s'était engagée à maintenir les effectifs à 9500 postes. L'accord avait été prolongé en 2017, jusqu'en décembre 2020», explique Abdelkader Choukrane, délégué syndical central de l'Unsa SFR. Les suppressions de postes devraient donc faire chuter les effectifs de SFR sous la barre des 9 500 salariés. «Pourtant, les télécoms sont un secteur d'avenir, on en a besoin comme l'eau et l'énergie», déplore-t-il.

La pilule est d'autant plus amère pour les salariés du groupe que les opérateurs télécoms ont fait preuve de résilience dans la crise actuelle. SFR a enregistré une progression de 2,4% de son chiffre d'affaires en 2020, à 10,4 milliards d'euros avec une amélioration de sa marge nette à la clef. Le groupe devrait en outre empocher 2,3 milliards d'euros, fruit de la cession de sa participation dans sa Tower Co Hivory.

«L'Unsa ne comprend pas cette décision, les salariés sont inquiets. Les suppressions ne sont pas justifiées au regard de la santé d'Altice et du périmètre. Nous ne comprendrions pas que la ministre du Travail n'intervienne pas», ajoute Abdelkader Choukrane. «Il y a quelque part une tromperie. La crise est le prétexte à de nouvelles suppressions d'emplois, qui ne correspondent pas aux résultats, ni aux ambitions affichées par le groupe», renchérit Xavier Courtillat, délégué syndical central CFDT de SFR.

«Nouveaux talents»

Pour certains salariés, Altice - la maison mère de SFR- prend le «prétexte du Covid» pour effectuer ces suppressions de postes. La direction du groupe voit au contraire, dans la crise actuelle «un accélérateur de transformation, avec davantage de numérique dans les organisations». Reflet de cette évolution, 400 des 1700 postes supprimés le seront dans les boutiques, dont la fréquentation a baissé de plus de 30% depuis le début de la pandémie. Par ailleurs, SFR prévoit de procéder à l'embauche de 1000 jeunes sur quatre ans. De «nouveaux talents», pour s'adapter à l'évolution de l'environnement. Il s'agira, par exemple, d'embauches dans le domaine de la cybersécurité.

Paysage concurrentiel français

Le groupe cherche à inscrire ce plan dans le cadre plus large d'une nouvelle orientation stratégique à horizon 2025, avec notamment, la promesse d'accélérer dans le développement de la fibre et de la 5G en Franc. Il a ainsi pour ambition de raccorder 90% des foyers français à la fibre et de couvrir 98% des communes de plus de 10 000 habitants en 5G d'ici 2025. «Il s'agit de pouvoir absorber le trafic qui ne cesse d'augmenter chaque année (+35% de trafic pour SFR en 2020)», explique le groupe. Il veut aussi doubler sa présence sur le marché des PME, en musclant ses offres et en accélérant leur raccordement à la fibre.

La direction de SFR met aussi en avant le paysage concurrentiel français dans les télécoms. La guerre de promotions a beau connaître une trêve, les prix pratiqués sont parmi les plus bas. En lançant la 5G «au prix de la 4G», Free a, une nouvelle fois, coupé l'herbe sous le pied de ses rivaux. Il les prive en grande partie de la possibilité de monétiser cette nouvelle technologie. Enfin, SFR déplore «une fiscalité spécifique au secteur extrêmement lourde» en France.

https://www.lefigaro.fr/secteur/high-tech/telecoms-l-operateur-sfr-prevoit-de-supprimer-1700-postes-en-france-20210303

q05

  • Client Proximus (Belgique)
  • *
  • Messages: 174
Nouvelles suppressions d'emplois chez SFR : 1700 départs
« Réponse #1 le: 04 mars 2021 à 09:35:41 »
Quelques réflexions à deux cents vu de Belgique:
-cybersécurité: la sécurité de base devrait être assurée par le sys-admin (devenu devops), le vrai spécialiste en cyber-sécurité est un oiseau rare qui ne s'élève pas en batterie.
-expert réseau: il y a quelques années on voulait nous faire croire qu'il y aurait de nombreux postes à pourvoir. Avec le sd-wan et l'automatisation une petite équipe peut à présent gérer un vaste réseau.
-Chez les opérateurs cuivre le remplacement du cuivre par la fibre va entraîner de grosses économies: une fois déployé un réseau fibre ne nécessite que peu d'interventions (beaucoup moins de jointeurs sont nécessaires), de nombreux bâtiments deviennent inutiles.
-proximus: 10.000 employés et quelques milliers d'indiens pour un marché beaucoup plus petit. Gardez bien Free chez vous ! L'emploi est garanti jusque fin 2021.
-SFR Altice sera la poule aux œufs d'or quand le déploiement de la fibre sera achevé: relativement peu de personnel est nécessaire pour entretenir un réseau fibre par rapport à la rente mensuelle obtenue.
-Il y aurait tout à gagner en fiabilité et en coût (encore moins de personnel) à ne pas intervenir dans le NRO/PM quand un client change de crémerie: la virtualisation (bitstream)/co-investissement/accords entre opérateurs le permet. Par ailleurs, il n'y a alors même plus besoin de PM !
-Le covid est l'occcasion de tout remettre à plat: le teleworking et l'automatisation vont transformer le salarié en consultant (ou en chômeur).

buddy

  • Expert
  • Client Bbox fibre
  • *
  • Messages: 13 430
  • Alpes Maritimes (06)
Nouvelles suppressions d'emplois chez SFR : 1700 départs
« Réponse #2 le: 04 mars 2021 à 11:06:58 »
-Chez les opérateurs cuivre le remplacement du cuivre par la fibre va entraîner de grosses économies: une fois déployé un réseau fibre ne nécessite que peu d'interventions (beaucoup moins de jointeurs sont nécessaires), de nombreux bâtiments deviennent inutiles.
Pour le coup, ça ne concerne essentiellement Orange çà ..
SFR retirera des DSLAM et ne sera plus présents dans les NRA que Orange fermera, mais pas grand chose de plus ..

-SFR Altice sera la poule aux œufs d'or quand le déploiement de la fibre sera achevé: relativement peu de personnel est nécessaire pour entretenir un réseau fibre par rapport à la rente mensuelle obtenue.
-Il y aurait tout à gagner en fiabilité et en coût (encore moins de personnel) à ne pas intervenir dans le NRO/PM quand un client change de crémerie: la virtualisation (bitstream)/co-investissement/accords entre opérateurs le permet. Par ailleurs, il n'y a alors même plus besoin de PM !
On a déjà débattu dans un autre sujet là dessus, la France a fait le choix de la concurrence par les infrastructures (OLT, technologie GPon vs 10G-EPON par exemple). De Facto ce que tu proposes n'est pas applicable à la France.

q05

  • Client Proximus (Belgique)
  • *
  • Messages: 174
Nouvelles suppressions d'emplois chez SFR : 1700 départs
« Réponse #3 le: 04 mars 2021 à 11:21:32 »
>De Facto ce que tu proposes n'est pas applicable à la France.
Cela se fera d'une manière ou d'une autre: il y a trop d'inconvénients à ne pas le faire et une seule technologie ftth pour le grand public restera: le gpon (et ses variantes futures).
Dans le mobile, au départ chacun avait ses pylones. Maintenant Orange Belgique et Proximus en viennent à partager les antennes et leurs équipements. Comme quoi rien n'est jamais définitif.

Nico

  • Modérateur
  • *
  • Messages: 42 975
  • FTTH 1000/500 sur Paris 15ème (75)
    • @_GaLaK_
Nouvelles suppressions d'emplois chez SFR : 1700 départs
« Réponse #4 le: 04 mars 2021 à 11:27:12 »
Oui oui, d'ailleurs 20 ans de dégroupage sur l'ADSL nous montrent que c'est clairement la voie privilégiée. Oh wait !

Cela dit je veux bien prendre des paris, mais inutile de tergiverser, ça n'intéresse aucun gros opérateur.

q05

  • Client Proximus (Belgique)
  • *
  • Messages: 174
Nouvelles suppressions d'emplois chez SFR : 1700 départs
« Réponse #5 le: 04 mars 2021 à 11:35:59 »
Qui aurait parié il y a 10 ans qu'ils céderaient leurs pilônes ?

fansat70

  • Client Free fibre
  • *
  • Messages: 3 119
  • 70 - St Loup-sur-Semouse
    • Carte ZANRO/ZASRO-PM Haute Saône
Nouvelles suppressions d'emplois chez SFR : 1700 départs
« Réponse #6 le: 04 mars 2021 à 11:42:44 »
Qui aurait parié il y a 10 ans qu'ils céderaient leurs pilônes ?
On ne peut faire aucun parallèle entre la situation outre Quiévrin et hexagonale...
Les marchés, contexte géographique, densités de population sont complètement différents.
A cela, on peut rajouter "l'histoire", entre autres des télécoms, qui fait que ce qui paraît "logique et jouable" là-bas, ne l'est pas du tout ici.
[Humour]
Pour le fun, les belges ont toujours un roi (même sans grand pouvoir...), et ont un système qui leur permet de se passer de gouvernement pendant quasiment 2 années, et les français ont choisi (difficilement) être en république, et ne savent pas se passer de gouvernement plus de 5 minutes (cela les empêcherait de râler...)!  ;)
[/Humour]

q05

  • Client Proximus (Belgique)
  • *
  • Messages: 174
Nouvelles suppressions d'emplois chez SFR : 1700 départs
« Réponse #7 le: 04 mars 2021 à 11:54:18 »
>ce qui paraît "logique et jouable" là-bas
C'est au moins aussi compliqué ici que chez vous. 3 langues officielles, des querelles linguistiques, 3 régions avec des normes environnementales différentes (rendant impossible le déploiement de la 5G à Bruxelles),...

ipe

  • Client Orange Fibre
  • *
  • Messages: 698
  • Paris (75)
Nouvelles suppressions d'emplois chez SFR : 1700 départs
« Réponse #8 le: 04 mars 2021 à 11:58:32 »
Dans le mobile, au départ chacun avait ses pylones. Maintenant Orange Belgique et Proximus en viennent à partager les antennes et leurs équipements. Comme quoi rien n'est jamais définitif.
Hum TDF, TowerCast, ATC, Cellnex .... ça fait bien plus de 10 ans que ces sociétés jouent sur ce business modèle

reprenez les chiffres de cession : 10,5k pylônes, 5,2mdrs€ soit 500k€ le pylône...
Je ne sais pas quelle redevance d'occupation Drahi se tape derrière, mais ça sent soit :
1) le sapin
2) une consolidation future
3) une machine à cash à venir

jacobaci

  • Client SFR THD (câble)
  • *
  • Messages: 658
  • Nice (06)
Nouvelles suppressions d'emplois chez SFR : 1700 départs
« Réponse #9 le: 04 mars 2021 à 17:59:29 »
Et en tant que client
- suppression hier de 2 chaînes Sports (RMC 3 et 4 : le faible contenu bascule sur 1 et 2)
- suppression de l'appli SFR 7 : tout le monde sur la 8 

- accès au Cloud payant pour les non SFR : j'espère que tout ne va pas exploser

alain_p

  • Client Free fibre
  • *
  • Messages: 13 130
  • Delta S 10G-EPON sur Les Ulis (91)
Nouvelles suppressions d'emplois chez SFR : 1700 départs
« Réponse #10 le: 06 mars 2021 à 17:57:23 »
NestInpact a un article intéressant, comme d'habitude bien renseigné sur le sujet. Il relaie des commentaires de la CFDT qui laissent penser que le périmètre est bien SFR seul, et pas Altice France, et que donc le pourcentage d'emplois concernés n'est pas 11% comme dit dans le CP d'Altice France, mais plutôt 18% des effectifs de l'UES SFR (Unité Économique et Sociale).

Citer
Un impact plus important qu'annoncé selon la CFDT

1 300 autres départs volontaires sont concernés dans « les autres fonctions de l'entreprise », sans plus de précisions pour le moment. Un total de 1 700 postes donc, soit 11 % de l'effectif actuel (environ 15 000 salariés pour les activités télécom en France). La CFDT conteste cette présentation évoquant un « tour de passe-passe » dans la communication du groupe, tant sur les motivations de ce plan de départs que sur la réalité de son impact.

En effet, hors activité dans les médias, il serait de 15 % des effectifs de la distribution et 18 % de l'unité économique et sociale (UES) SFR. Le syndicat met aussi en avant les très bons résultats du groupe qui évoque de « vieilles ficelles » sorties par la direction. Une réunion de négociation ce tiendra ce jeudi 4 mars.

On devrait alors obtenir les détails des secteurs visés. « Seules deux directions (des contenus et juridiques, soit 60 salariés au total...) seront « épargnés ». Pour les autres, il est systématiquement précisé qu'il y aura « des conséquences sociales sur les effectifs (qui) seront détaillées et explicitées lors d'une information d'information-consultation dédiée ». L'actualité sociale va donc être particulièrement dense » prévient la CFDT.


https://www.nextinpact.com/article/46304/nouveau-plan-departs-volontaires-chez-altice-france-sfr-qui-promet-recruter-jeunes

Depuis le rachat de SFR par Numericâble en 2014, après le plan de départs volontaires de 2017 qui concernait 1/3 des effectifs, 5000 emplois sur 15000, on serait selon les syndicats à 9500 actuellement chez SFR, on passerait donc à 7800 employés, et donc à peu près à la moitié des effectifs avant le rachat.

Le CP d'Altice France a un air du mail reçu par les abonnés à 5 € comme moi 'Par ici la data', annonçant en fin de mail une hausse de 3 €. Là on présente un nouveau plan 2025 "ambitieux", pour annoncer en fait que l'on supprime 1700 emplois.

Citer
Altice France -SFR propose à ses partenaires sociaux un projet ambitieux sur 4 ans : «Transformation et ambitions 2025»

Pour disposer d’une organisation adaptée à même de parvenir à ses objectifs, Altice France -SFR lance un projet ambitieux en cinq volets.

. Premier volet:une proposition d’évolution des effectifs sur la base exclusive du volontariat.
Pour la distribution, en tenant compte de la baisse de fréquentation dans les boutiques (-30%) et de la progression continue des actes en  ligne, 400 salariés auraient la possibilité de partir dans le cadre de ce projet. De même, l’évolution du réseau de magasins initiée en 2019 se poursuivra pour atteindre comme prévu 568 magasins sur le territoire métropolitain à horizon fin 2022. Ce nombre pourra toutefois évoluer dans les cinq prochaines années afin d’accompagner la digitalisation croissante des actes commerciaux. Concernant les autres fonctions de l’entreprise, 1300 salariés pourraient faire le choix de partir. Soit au total une évolution potentielle de 1700 emplois, à rapprocher des 15000 que compte le groupe pour l’ensemble de ses activités télécoms en France, soit 11% de l’effectif. Ces départs interviendraient courant 2021. L’entreprise souhaite que cette proposition d’évolution se fasse exclusivement sur la base du volontariat et dans des conditions d’accompagnement particulièrement responsables. Pour y parvenir des négociations sont engagées dès à présent avec les partenaires sociaux

https://alticefrance.com/sites/default/files/pdf/20210303_CP_SFR2025.pdf

alain_p

  • Client Free fibre
  • *
  • Messages: 13 130
  • Delta S 10G-EPON sur Les Ulis (91)
Nouvelles suppressions d'emplois chez SFR : 1700 départs
« Réponse #11 le: 06 mars 2021 à 19:18:39 »
Il y a aussi des précisions intéressantes dans un article du Monde de mercredi dernier, sur la répartition des suppressions d'emplois :

Citer
Dans le détail, les boutiques, qui emploient 2 300 personnes en CDI, selon les syndicats, et dont la direction déplore une « baisse de fréquentation », verront leurs effectifs réduits de 400 personnes. Les 1 300 autres suppressions de postes vont concerner la partie « opérateur », qui emploie 7 300 CDI. Tous les services de l’entreprise sont concernés : 650 postes doivent être supprimés au sein de la direction réseaux et services (20 % des effectifs), 290 dans les activités « B2B » (17%), 110 au sein de la direction « Grand public » (19%)... En proportion, c’est le service des ressources humaines qui paye le plus lourd tribut avec 31 % de ses effectifs concernés soit 40 postes.

https://www.lemonde.fr/economie/article/2021/03/03/sfr-veut-se-separer-de-1-700-salaries_6071837_3234.html