Auteur Sujet: Visite de l'ancien Centre Radio-Électrique PTT de Sainte-Assise (77)  (Lu 50149 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

vivien

  • Administrateur
  • *
  • Messages: 28 792
    • Twitter LaFibre.info
Le Centre Radio-Électrique PTT de Sainte-Assise (77)
« Réponse #24 le: 31 décembre 2013 à 14:14:36 »
On passe maintenant au bâtiment que j'ai noté (3) sur le plan.

Il a une clôture, mais ne semble pas appartenir a la marine (il y a des panneaux réguliers pour annoncer quand c'est une "zone de défense hautement sensible")



La bâtiment plus récent et toujours entretenu semble vide :


Enfin pas complètement vide car des ruches ont étés installées !

vivien

  • Administrateur
  • *
  • Messages: 28 792
    • Twitter LaFibre.info
Le Centre Radio-Électrique PTT de Sainte-Assise (77)
« Réponse #25 le: 31 décembre 2013 à 14:22:29 »
Pour terminer voici une vue du Téléport de la filiale d'Orange GlobeCast.

Les antennes satellite qui permettent l'émission des signaux montant vers les satellites de télécommunication font de 4 à 16 mètres de diamètre.


C'est une vue de Google Map un peu ancienne, car il y a depuis un nouveau bâtiment au nord ouest (nouveau bâtiment construit en abattant des arbres).


Le Téléport est situé au niveau du (5) sur ces cartes :





Dans un but de partage des connaissances et des savoirs, les photos couleurs et le texte (hors citation) de ce reportage est sous licence libre : Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions. Il est donc possible de le reprendre sur d'autres sites.

vivien

  • Administrateur
  • *
  • Messages: 28 792
    • Twitter LaFibre.info
Le Centre Radio-Électrique PTT de Sainte-Assise (77)
« Réponse #26 le: 31 décembre 2013 à 14:33:18 »
Mistic77 me signale deux articles sur la fermeture de la route qui traverse le terrain militaire.

Article du 26 juin 2013 :

Polémique autour de la demande de l’Armée pour fermer la voie communale
Évoquant des raisons de sécurité, la Marine nationale souhaite fermer la voie communale reliant Boissise-la-Bertrand à Cesson. Une procédure juridique a été entamée. Décryptage.


La Marine nationale veut fermer la route qui coupe le terrain militaire en deux afin de développer son réseau d'émission d'ondes

Une affaire frappée du sceau du « secret défense ». La Marine nationale, qui occupe le terrain militaire de Saint-Assises, a demandé à la préfecture la fermeture de la voie communale 3. Cette route, longue de 2,2 km, mène de Boissise-la-Bertrand à Saint-Leu, un lieu-dit de Cesson. « C’est un sujet de défense nationale et l’impératif de sécurité m’a paru justifié », insiste Nicole Klein, la préfète. Le terrain, acheté par la Marine nationale à France Télécom en 1991 existe depuis l’après – guerre. Il sert notamment de centre de transmission pour les sous-marins européens.

En 2007, une première demande a été faite par l’armée pour acheter cette voie pour des raisons de sécurité. Une nouvelle sollicitation de la Marine nationale a abouti, en novembre 2012, a un arrêté préfectoral visant à engager une procédure de transfert de gestion de la voie. Les mêmes motifs de sécurité nationale étant évoqués mais également la prévention, liée au développement d’antennes d’émission (voir ci dessous). En réponse à l’arrêté préfectoral, la mairie de Boissise-la-Bertrand a engagé une procédure au tribunal administratif pour demander la nomination d’un expert.
Contournement

« Ce chemin existe depuis le Moyen-Âge , insiste Michel Ménard, adjoint au maire de Boissise-la-Bertrand, en charge de l’urbanisme. Dans le cadastre de 1825, on voit déjà la voie communale, l’armée savait que le terrain était coupé en deux ! » Pour autant, la municipalité n’est pas forcèment contre la cession de cette voie à la Marine nationale mais demande que des solutions soient trouvées pour éviter que le village ne soit enclavé. « En cas de fermeture de la voie d’accès, la RD 39 (qui dessert la commune par le sud, ndlr), la ville serait complètement bloquée, insiste Michel Ménard. En cas d’inondation de la Seine ou de graves accidents de circulation, et cela s’est déjà produit, l’accès peut être bloqué.»

Pour les élus, la fermeture causerait également des difficultés de circulation. « Il y aurait des répercussions sur le trafic à Seine-Port mais également au Mée-sur- Seine », estime Michel Ménard. Les revendications de la commune : la création d’une voie de contournement par le nord. La route communale traversant le terrain militaire étant empruntée par près de 800 véhicules par jour d’après la mairie de Boissise-la- Bertrand. Si l’information n’est pas officielle, l a Marine nationale souhaiterait une fermeture de la voie pour le mois de juin. Le tribunal administratif rendra sa décision d’ici 15 jours quant à l’éventuelle nomination d’un expert pour évaluer la situation.

Julien Van Caeyseele


Les ondes en question
Fin décembre, la Marine nationale a organisé une réunion avec des élus pour motiver la décision de fermeture. Le développement des antennes d’émission d’ondes nécessiterait également la fermeture de la voie. Un argument paradoxal aux yeux de la municipalité puisque le terrain militaire abrite une zone d’habitation. Et Michel Ménard d’interroger : « Les ondes s’arrêtent-elles au pied des pylônes ? La sécurité est en question puisque des habitations de Cesson sont également à proximité. »

« Plus de transparence »
Olivier Chaplet, le maire de Cesson a envoyé un courrier au chef de la base de Saint-Assise. Mais la lettre a été renvoyée vers la préfecture. Si l’élu explique comprendre la « sensibilité du sujet », il souhaiterait pouvoir informer la population. En cause, la mise en place de nouvelles antennes de transmission, à proximité d’un quartier de Cesson. « Si on ne dit rien, cela va alimenter les fantasmes, il faudrait plus de transparence pour éviter toute psychose », estime Olivier Chaplet, qui demande « plus de transparence et d’informations pour rassurer les habitants.


Source : La République de Seine-et-Marne, le 26/06/2013

vivien

  • Administrateur
  • *
  • Messages: 28 792
    • Twitter LaFibre.info
Le Centre Radio-Électrique PTT de Sainte-Assise (77)
« Réponse #27 le: 31 décembre 2013 à 14:58:16 »
Article du 27 juin 2013 :

Pourquoi la Marine nationale veut fermer la voie communale ?
La Marine nationale a demandé la fermeture de la voie communale reliant Boissise-la-Bertrand à Saint-Leu (Cesson). Le commandant de la Force océanique stratégique s'explique.


Les nappes d'émissions sont situées au centre des zones jaune. D'après l'amiral, il n'y a aucun danger en dehors de l'enceinte militaire

Avec Kerlouan (Finistère), Rosnay (Indre) et La Régine (Aude), le centre de transmissions (CTM) de la Marine nationale de Sainte-Assise fait partie des lieux stratégiques de l’armée française. « C’est l’un des cœurs de transmission de la force nucléaire française », détaille l’amiral Charles-Édouard de Coriolis, le commandant de la Force océanique stratégique (Fost). Parmi les missions du centre : communiquer avec les sous-marins français et transmettre un éventuel ordre d’attaque nucléaire par le président de la République. Pour pénétrer dans la base, il faut emprunter la voie communale 3 (VC 3) – dont la Marine a demandé la fermeture – qui sépare en deux les installations militaires.

En cause, la volonté de doubler les possibilités de transmissions. « Actuellement nous avons une portée réduite ce qui induit des conséquences opérationnelles, explique l’amiral. Nous pouvons communiquer avec les sous-marins mais un ordre de tir serait impossible à transmettre. » Le site de 166 hectares est composé d’une zone d’habitations, où sont logées les familles des militaires mais également d’une zone technique, qui abrite la compagnie des fusiliers marins, en charge de la protection et de la sécurité du site. Sur le plan technique, l’enceinte abrite 10 pylônes de 250 mètres mais qui n’èmettent aucun rayonnement. Ils servent à soutenir les nappes (dont deux sont actuellement en service), qui sont un ensemble de câbles permettant l’envoi et la réception du signal en très basse fréquence.

“Zone de défense hautement sensible”

« Il n’y aura aucun ajout de pylônes avec les deux nouvelles nappes », insiste Charles-Édouard de Coriolis. Au sol, quatre cabines-antennes permettent de faire rayonner le signal vers les nappes. Grâce à deux générateurs de secours, le site est en totale autonomie, « même en cas d’attaque nucléaire », précise l’amiral.

Sécurité du site.
Pour les militaires, un autre problème est induit par la voie qui scinde le centre de transmission. « Il n’y a pas d’unicité du site et de ce fait il est impossible d’activer la zone de défense hautement sensible », explique l’amiral. Et d’ajouter : « Pour rallier la zone est du site (dite de Bel Air), les patrouilles sont vulnérables lorsqu’elles traversent la voie. »

Deux portails seront donc installés pour de fermer l’accès. D’après Serge Gouteyron, le secrétaire général de la préfecture, le tribunal a rejeté la demande de désignation d’un expert, demandée par la commune de Boissise-la-Bertrand. La préfète – en concertation avec la Marine nationale – déterminera donc une date pour le transfert de gestion, synonyme de fermeture de la VC 3. En cas de situation exceptionnelle (inondation de la Seine, accident ou urgence) et sur demande de la préfecture, la Marine nationale s’engage toutefois à rouvrir la voie pour ne pas enclaver la commune. « Hormis les aspects techniques, sujet sensible au cœur de la souveraineté nationale, nous n’avons rien à cacher », conclut l’amiral.

Source : La République de Seine-et-Marne, le 27 juin 2013

vivien

  • Administrateur
  • *
  • Messages: 28 792
    • Twitter LaFibre.info
Le Centre Radio-Électrique PTT de Sainte-Assise (77)
« Réponse #28 le: 31 décembre 2013 à 15:03:18 »
Article du 1er juillet 2013 :

Le bras de fer continue entre préfecture et mairie pour la fermeture de la VC3

La fermeture de la voie communale interviendra le 15 juillet pour permettre à l’armée de développer son potentiel d’émission d’ondes. Mais la mairie ne compte pas rendre les armes.


Elus et habitants de Boissise-la-Bertrand demandent qu'un itinéraire alternatif soit mis en place pour compenser la fermeture du VC3, emprunté par 800 véhicules par jour

La voie communale reliant Boissise-la-Bertrand au quartier cessonnais de Saint-Leu devrait fermer d’ici 15 jours, malgré les protestations de la mairie de Boissise. Fin avril, Nicole Klein, la préfète de Seine-et-Marne a émis un arrêté préfectoral décidant de la fermeture du VC3 pour le 15 juillet, « considérant le caractère hautement sensible du centre de transmission. » Pour la mairie, ce n’est pas une surprise : « on s’y attendait mais nous sommes en total désaccord avec ce transfert de gestion », insiste Michel Ménard, adjoint au maire de Boissise-la-Bertrand, en charge de l’urbanisme. « Il nous a été demandé de prendre les arrêtés de police pour concrétiser la fermeture mais nous ne le ferons pas », prévient l’élu.

Dernier échange en date, une missive de la préfète demandant l’installation de panneaux signalétiques. Mais la mairie reste sur sa position : « nous répondrons encore non. » Seules des pancartes apposées à l’entrée du VC3 annoncent la couleur : « Les Boissisiens disent non à la fermeture du VC 3. » Mais pour la préfète, les questions de sécurité nationale doivent passer en premier (voir l’encadré) : « Je vais prendre cet arrêté de fermeture et me substituer au maire qui refuse de fermer la voie, explique Nicole Klein, c’est un sujet complexe et je comprends la gêne mais il faut privilégier l’intérêt collectif. »
Procédures

Si la cour d’appel du tribunal administratif de Paris a rejeté début juin la demande de la mairie pour le refus du transfert de gestion de la route, deux nouvelles procédures ont été lancées par la mairie de Boissise au mois de juin. « Nous avons engagé une action judiciaire pour excès de pouvoir et une requête en suspension d’exécution auprès du tribunal administratif », détaille Michel Ménard. Ce qu’il redoute ? Le fait que la ville soit enclavée à la suite de cette fermeture. « Où vont passer les 800 véhicules qui empruntent chaque jour cette voie ?  », interroge-t-il. Mais la préfète promet une réunion de travail pour évoquer la mise en place d’une route alternative.

« Ils nous proposent une piste cyclable pour compenser la fermeture, ce n’est pas sérieux », tance Michel Ménard. « Les parents d’élèves ont déjà fait part de leurs inquiétudes et cela va impacter de nombreuses communes. » Et Nicole Klein de répondre : « Il faudra trouver une alternative qui convienne à tout le monde. » « Si le VC 3 ferme, on ne se laissera pas faire car la moindre des choses est une voie alternative, conclut Michel Ménard. L’espoir est faible mais on s’y accroche. » La mairie attend donc le jugement du tribunal administratif qui devra trancher. Ou proposer une conciliation avant le 15 juillet.

Julien Van Caeyseele


Pourquoi fermer le VC3 ?

La fermeture de cette voie est consécutive à une demande de la Force océanique stratégique (Fost), qui souhaite développer son système d’émission d’ondes vers les sous-marins français. Avec l’activation de deux nappes supplèmentaires, les militaires seraient capables d’activer la force nucléaire sur ordre du président de la République. Problème : une des nouvelles nappes qui sera activée se trouve sur l’emplacement de la voie communale. En outre, l’amiral Charles-Edouard de Coriolis – commandant de la Fost – avait confié que “la coupure en deux du terrain militaire (par le VC3, ndlr) ne permet pas d’activer le statut de ‘zone hautement sensible’, ce qui induit des conséquences opérationnelles.”


Source : La République de Seine-et-Marne, le 1er juillet 2013

BadMax

  • Client Free adsl
  • Modérateur
  • *
  • Messages: 3 327
  • Malissard (26)
Le Centre Radio-Électrique PTT de Sainte-Assise (77)
« Réponse #29 le: 31 décembre 2013 à 15:27:43 »
Pour le fonctionnement des antennes, je demanderai confirmation à mon beau-père radio-amateur et qui travailla dans les transmissions lors de son service militaire.

De ce que je sais, la longueur des antennes est directement liée à la fréquence d'émission. Ici on travaille à très basse fréquence (quelques dizaines de kHz ?) car ça porte plus loin que les fréquences HF (à partir de quelques MHz). Donc les antennes sont très, très longues. Pour la forme de l'antenne je demanderai à beau-papa car je ne connais pas les contraintes à ces fréquences. Il doit y avoir des lignes pour former "le plan de sol" (réverbération vers l'antenne réceptrice) et/ou pour faire écran.

Marin

  • Client Bbox vdsl
  • Modérateur
  • *
  • Messages: 2 725
  • île-de-France
Le Centre Radio-Électrique PTT de Sainte-Assise (77)
« Réponse #30 le: 31 décembre 2013 à 19:50:47 »
Merci pour ce reportage !

corrector

  • Invité
Le Centre Radio-Électrique PTT de Sainte-Assise (77)
« Réponse #31 le: 31 décembre 2013 à 23:02:48 »
"la prévention, liée au développement d’antennes d’émission"

la prévention de quoi?

vivien

  • Administrateur
  • *
  • Messages: 28 792
    • Twitter LaFibre.info
Le Centre Radio-Électrique PTT de Sainte-Assise (77)
« Réponse #32 le: 31 décembre 2013 à 23:19:24 »
J'étais sur que cela allait te plaire.

Vu la portée de ces ondes basses fréquences, je pense que être à 500m de l’èmetteur à 100 Km , c'est la même chose.

corrector

  • Invité
Le Centre Radio-Électrique PTT de Sainte-Assise (77)
« Réponse #33 le: 31 décembre 2013 à 23:51:56 »
J'aime bien l'idée que le signal se propage suffisamment bien pour un sous-marin en plongée, mais qu'il faut rester à 50 m de l'antenne. ;)

Super reportage en tout cas. Je m'étonne que la DCRI ne soit pas intervenue pour faire supprimer le topic.

« Pour rallier la zone est du site (dite de Bel Air), les patrouilles sont vulnérables lorsqu’elles traversent la voie. »

Je comprends, l'insécurité routière tout ça. Et puis un fonctionnaire est précieux, surtout un soldat d'élite hyper entraîné, il faudrait pas en perdre.
 
Et si on rajoute un radar automatique pour flasher les excès de vitesse? Ou une chicane?

Ou un passage à niveau qui s'activerait pour permettre le passage des soldats d'un coté à l'autre, et qui interdirait le passage des voitures quand on donne l'ordre de tir nucléaire (pour éviter d'irradier les passants en basse fréquence)? (En plus s'il y a des espions d'un pays qui menace la France, on pourrait s'amuser à baisser les barrières pour les faire flipper.)

Bensay

  • Technicien Orange ADSL / FTTH / MIC
  • Client Orange Fibre
  • *
  • Messages: 687
  • Val D'oise
Le Centre Radio-Électrique PTT de Sainte-Assise (77)
« Réponse #34 le: 01 janvier 2014 à 01:10:49 »
Bonjour à tous,

De mémoire "FTA" c'est son petit nom (La partie militarisé du site) travaille à la fréquence de "20.9 Khz & 16.8 Khz" +- précision de èmetteur à 23 kW ERP , voici les quelques infos que j'avais sur mes tablettes au moment ou je me suis passionné pour les VLF "msk 50 Bd".

Ce site est une vrai mine d'or tout comme celui de Rosnay pour ceux qui ont eux la chance de le visiter.

Cdt

Bensay
« Modifié: 01 janvier 2014 à 01:50:57 par Bensay »

Bensay

  • Technicien Orange ADSL / FTTH / MIC
  • Client Orange Fibre
  • *
  • Messages: 687
  • Val D'oise
Le Centre Radio-Électrique PTT de Sainte-Assise (77)
« Réponse #35 le: 01 janvier 2014 à 01:19:08 »
J'aime bien l'idée que le signal se propage suffisamment bien pour un sous-marin en plongée, mais qu'il faut rester à 50 m de l'antenne. ;)

Super reportage en tout cas. Je m'étonne que la DCRI ne soit pas intervenue pour faire supprimer le topic.


Et oui cela m'a fait sourire également CORRECTOR, mais pour la petite info le système "SANGUINE" en ELF sur la fréquence de 76 Hz , voir 45 Hz , appartement à l'US NAVY passe entre 90 et 130 mètres sous le niveau de la mer.
La com ce fait à des vitesses de transmission vraiment lente compte tenu de la fréquence , mais pour indiquer de manière simple au sous-marins de remonté pour pouvoir passer en VLF pour transmettre plus de données cela suffit amplement.

Dans tout les cas c'est un sujet passionnant pour passionnée.

Je pourrais en parler quelques heures d'ailleurs.

Cdt

Bensay

Ps :

Pour le fonctionnement des antennes, je demanderai confirmation à mon beau-père radio-amateur et qui travailla dans les transmissions lors de son service militaire.

De ce que je sais, la longueur des antennes est directement liée à la fréquence d'émission. Ici on travaille à très basse fréquence (quelques dizaines de kHz ?) car ça porte plus loin que les fréquences HF (à partir de quelques MHz). Donc les antennes sont très, très longues. Pour la forme de l'antenne je demanderai à beau-papa car je ne connais pas les contraintes à ces fréquences. Il doit y avoir des lignes pour former "le plan de sol" (réverbération vers l'antenne réceptrice) et/ou pour faire écran.
Techniquement pour la longueur d'une antenne ça ce joue sur cette formule simplifié :

l = C / F

l "lambda" est la longueur d'onde en mètres
C est la vitesse de la lumière dans le vide soit ~ 300 000 km/s
F est la fréquence en Khz

donc ici pour une fréquence de 20.9 Khz :
l = 14354m , soit 14.3 Km.
Difficilement réalisable , mais d'autre astuce existe pour augmenter artificiellement la longeur de l'antenne mais avec une dégradation du rendement radioélectrique de cette dernière.

Concernant les différences BadMax , je ne dirais pas que les VLF ou les fréquences HF portent PLUS l'une que l'autre , elle n'ont par contre pas le même indice de pénétration notamment dans l'eau.
Cf ce site qui est très instructif à ce sujet : http://f5zv.pagesperso-orange.fr/RADIO/RM/RM10/RM10E06.html

Concernant le site également , aucun problème pour le plan de sol au vus des caractéristique locale cité par Vivien plus haut dans le reportage.

Pour en savoir plus par exemple sur le site de Rosnay avec des caractéristiques proche, voici un reportage de TF1 dans ce lieu assez secret : http://videos.tf1.fr/jt-13h/2012/exclusif-les-entrailles-du-centre-de-transmissions-secret-de-7395957.html

Cdt

Bensay
« Modifié: 01 janvier 2014 à 01:57:31 par Bensay »

 

Mobile View