Auteur Sujet: OneWeb : 648 satellites en orbite basse pour Internet  (Lu 12973 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Snickerss

  • Expert Free + Client Bbox fibre FTTH
  • Modérateur
  • *
  • Messages: 4 109
  • Mes paroles n'engagent que moi :)
OneWeb : 600 satellites orbite basse pour Internet
« Réponse #12 le: 19 juillet 2015 à 23:49:07 »
Je ne sais pas si c'est moi qui suis vieux mais ce projet me paraît complètement bancal.

Autant de sat, même low cost, ça rivalisera difficilement avec les moyens/technos actuels, sans compter les risques du projet lui même

J'ai plus d'espérance dans l'hyper loop d'Elon Musk (pour parler projet dèmesuré) ou dans les ballons atmosphériques de Google (pour parler du sujet)

Leon

  • Client SFR sur réseau Numericable
  • Modérateur
  • *
  • Messages: 4 299
OneWeb : 600 satellites orbite basse pour Internet
« Réponse #13 le: 20 juillet 2015 à 07:01:40 »
J'ai plus d'espérance dans l'hyper loop d'Elon Musk (pour parler projet dèmesuré) ou dans les ballons atmosphériques de Google (pour parler du sujet)
Etrange comme avis.

Pourtant, l'hyperloop est beaucoup moins avancé, pas financé. OneWeb est réellement engagé, même si l'avenir est incertain.

Pour les ballons atmosphériques de Google, il faut bien voir qu'ils on plusieurs énormes défauts par rapport aux satellites : ils ont une durée de vie plus limitée, et surtout il est très compliqué voir impossible de piloter leurs déplacements de manière fiable et précise dans les vents de haute altitude. Sans compter qu'il en faudrait une quantité monstrueuse pour couvrir une surface raisonnable du globe.

Leon.

vivien

  • Administrateur
  • *
  • Messages: 32 845
    • Twitter LaFibre.info
OneWeb : 648 satellites en orbite basse pour Internet
« Réponse #14 le: 20 juillet 2015 à 07:54:56 »
C'est Airbus Space, en France, qui va concevoir les satellites : "The first 10 microsatellites will be designed and produced in facilities located in Toulouse, following which a dedicated plant in the United States will handle full series production."

La rentabilité joue sur des satellites low-cost, et des lanceurs (fusées) low-cost réutilisables (SpaceX). Sachant que ce sont 2 concepts innovants qui n'ont pas encore fait leur preuve. Mais c'est tout le principe d'une start-up!

SpaceX ou Ariane ?

Ils parlent d'Ariane sur leur site.






kgersen

  • Client Bouygues FTTH
  • Modérateur
  • *
  • Messages: 6 276
  • FTTH 1Gb/s sur Paris (75)
OneWeb : 648 satellites en orbite basse pour Internet
« Réponse #15 le: 20 juillet 2015 à 18:06:28 »
Dur de savoir la part 'd'annonces' et la part de 'concret' la dedans...

En plus, je croyais que tout les lanceurs (civils) étaient archi-bookés pendant des années ...ils vont trouver ou des créneaux de lancement supplèmentaires pour leur 600+ satellites ?

Le mec a l'origine de ca (Greg Wyler) était chez Google X sur un projet similaire,  budget illimité, puis est parti un temps chez SpaceX puis finalement a trouvé des financements avec Virgin et Qualcomm pour ce truc ( http://spacenews.com/virgin-qualcomm-invest-in-global-satellite-internet-plan/ ). Le projet n'est pas nouveau (WorldVu avant) et le seul truc est qu'il a 'sécurisé' est la licence radio qui va bien.
et la startup est implantée a Jersey...

wait & see

Leon

  • Client SFR sur réseau Numericable
  • Modérateur
  • *
  • Messages: 4 299
OneWeb : 648 satellites en orbite basse pour Internet
« Réponse #16 le: 20 juillet 2015 à 18:24:28 »
La faible latence signifie une faible altitude, qui elle-même suppose une vitesse "de défilement" plus élevée, trop élevée si l'orbite était plus "tropicale" (là, comme on le voit sur l'animation, les satellites évoluent dans l'axe nord sud et les continents défilent sous eux, les 2 vitesses ne s'additionnent pas), ou un coût trop élevé en carburant pour maintenir l'altitude, et signifie qu'avec de fortes distances entre satellites, le pointage des lasers serait perturbé par les hautes couches de l'atmosphère (le plus proche serait "derrière" une partie de l'atmosphère / ou éventuellement qu'au lieu d'être en mesure de sauter plusieurs satellites pour économiser les rebonds, on ne pourrait atteindre que le plus proche et non le xième plus proche...).
Je ne comprends toujours pas. Où est le rapport entre l'inclinaison de l'orbite, l'altitude, la consommation de carburant, etc...
Avoir des satellites à orbite inclinée permet entre autre (et contrairement à ce que tu dis) d'avoir une vitesse de défilement par rapport à la terre plus faible, sous réserve que le satellite tourne dans le même sens que la terre (vers l'Est).
De plus, pour une orbite circulaire, à altitude identique, les contraintes de consommation de carburant seront les mêmes entre une orbite polaire, une orbite inclinée, et une orbite équatoriale. Tout pareil pour les perturbations des faisceaux lasers par l'atmosphère.

SpaceX ou Ariane ?

Ils parlent d'Ariane sur leur site.
Vu les différents communiqués, plusieurs lanceurs seront utilisés. SpaceX ne sera peut-être pas prête à temps pour les premiers lancements. Et puis, pour un tel projet, vu le nombre de satellites, il vaut mieux diversifier les différents "prestataires", pour gérer le volume et le risque.

Leon.

kgersen

  • Client Bouygues FTTH
  • Modérateur
  • *
  • Messages: 6 276
  • FTTH 1Gb/s sur Paris (75)
OneWeb : 648 satellites en orbite basse pour Internet
« Réponse #17 le: 20 juillet 2015 à 19:56:29 »

Vu les différents communiqués, plusieurs lanceurs seront utilisés. SpaceX ne sera peut-être pas prête à temps pour les premiers lancements. Et puis, pour un tel projet, vu le nombre de satellites, il vaut mieux diversifier les différents "prestataires", pour gérer le volume et le risque.
Leon.
J'avais cru comprend que c'étais un projet concurrent a Space X/Musk justement...donc pas de lanceurs SpaceX pour OneWeb...

De ce que j'ai compris: Greg Wyler 'travaille' la question depuis longtemps. Il a tenté avec Google puis avec Space X (Musk). Finallement il a trouvé un financement avec Virgin et Qualcomm , Virgin permettant des lancements grace a ses fusées Virgin (cité de "65 rockets including 21 Soyuz launch orders from Arianespace and 39 launches from Virgin Galactic’s LauncherOne").

Space X de son coté a trouvé un accord avec Google , ce dernier injectant $1Mds avec d'autres dans un projet de communication globale.

On se retrouve donc a 2 projets LEO (Low Earth Orbit) concurrents, OneWeb (Virgin/Qualcomm) et celui de SpaceX/Google (nom du projet?).

Il serait intéressant de savoir pourquoi et Google et SpaceX n'ont pas voulu du projet de OneWeb et plutôt partir sur un truc a eux...

miky01

  • Expert. Réseau RESO-LIAin (01)
  • Client K-Net
  • *
  • Messages: 3 895
  • Farges (01)
OneWeb : 648 satellites en orbite basse pour Internet
« Réponse #18 le: 20 juillet 2015 à 20:37:44 »
Je ne comprends toujours pas. Où est le rapport entre l'inclinaison de l'orbite, l'altitude, la consommation de carburant, etc...

Ben meme question que Leon... la seule chose qui s'explique c'est que en orbite geostationaire, p.ex internet sur Astra, tu te ramasse un ping de 400 ms... plus bas on peut faire plus court, mais ce projet me parait plus que boiteux, pour le reste pas compris.

Leon

  • Client SFR sur réseau Numericable
  • Modérateur
  • *
  • Messages: 4 299
OneWeb : 648 satellites en orbite basse pour Internet
« Réponse #19 le: 21 juillet 2015 à 06:52:50 »
J'avais cru comprend que c'étais un projet concurrent a Space X/Musk justement...donc pas de lanceurs SpaceX pour OneWeb...
Effectivement, tu as raison, je me suis trompé. SpaceX était envisagé au début pour lancer les satellites OneWeb, mais ça n'est plus le cas, et SpaceX semble vouloir continuer sur un projet équivalent et indépendant. Ca ressemble beaucoup à un combat d'égo entre Elon Musk et Greg Wyler.

J'avoue que j'ai du mal à comprendre ces projets. L'objectif annoncé est de fournir l'accès aux télécommunications (voix+Internet) pour les populations défavorisées. Or, ils parlent aussi de latence des satellites géostationnaires qui est soit disant un problème rédhibitoire.
J'ai du mal à imaginer que la latence des satellites géostationnaire soit un problème majeur pour des populations qui n'ont pas les moyens d'accéder à Internet.
De plus, les réseaux mobiles (GSM, 3G) se déploient à vitesse grand V dans ces pays "en voie de développement", et concurrenceront indiscutablement ce projet. D'ailleurs, dans ces pays, ces réseaux mobiles utilisent des liaisons satellite (géostationnaire) pour raccorder les stations de bases très isolés, qui ne peuvent pas être raccordables facilement par faisceau hertzien.

Bref, 2 ou 3 satellites géostationnaires de haute capacité (de type Viasat/Ka-Sat) ne permettraient-ils pas de résoudre le problème à moindre cout? 3 satellites géostationnaires seront sans doute moins chers que 600 satellites orbite basse!
Le problème principal est, je pense, que les acteurs historiques (Eutelsat et autre) ont une très grande maitrise de ce genre de projet de satellites géostationnaires. Et je pense que les startup cherchent un moyen "innovant" de les concurrencer, avec des solutions "en rupture", même si ça n'est pas forcèment judicieux.

Plus j'y pense, et plus je crois que ces projets ne trouveront jamais la rentabilité.

Leon.
« Modifié: 21 juillet 2015 à 07:23:33 par leon_m »

kgersen

  • Client Bouygues FTTH
  • Modérateur
  • *
  • Messages: 6 276
  • FTTH 1Gb/s sur Paris (75)
OneWeb : 648 satellites en orbite basse pour Internet
« Réponse #20 le: 21 juillet 2015 à 08:11:57 »
L'objectif annoncé est de fournir l'accès aux télécommunications (voix+Internet) pour les populations défavorisées.

C'est une des raisons mais pas la seule, loin de la. Une couverture a l’échelle planétaire permet plus que de toucher les populations défavorisées.

Déjà les zones mal couvertes des pays développés par exemple, en complèment/appoint des technologies actuelles (3G/4G,fibre,cuivre,etc).

L’accès Internet dans les avions (qui ne marche pas au dessus des océans sans solution satellitaire) et autres moyens de transport.

Le tracking de containers, colis, véhicules, objets connectés, etc

Bref avoir une telle couverture permet plein de choses et plus encore si c'est en complèment d'un existant (geosync et au sol).

Un rappel visuel de l'échelle des choses aussi: https://en.wikipedia.org/wiki/Low_Earth_orbit#/media/File:Orbitalaltitudes.jpg (on oublie souvent que la Terre est grande quand meme ...et qu'un geosync c'est vachement loin)

Je pense qu'on peut exploiter l'espace a plusieurs endroits.



chantoine

  • Client Bouygues Telecom 4G
  • *
  • Messages: 618
  • 91
OneWeb : 648 satellites en orbite basse pour Internet
« Réponse #21 le: 21 juillet 2015 à 08:15:26 »
Je ne comprends toujours pas. Où est le rapport entre l'inclinaison de l'orbite, l'altitude, la consommation de carburant, etc...
Avoir des satellites à orbite inclinée permet entre autre (et contrairement à ce que tu dis) d'avoir une vitesse de défilement par rapport à la terre plus faible, sous réserve que le satellite tourne dans le même sens que la terre (vers l'Est).
De plus, pour une orbite circulaire, à altitude identique, les contraintes de consommation de carburant seront les mêmes entre une orbite polaire, une orbite inclinée, et une orbite équatoriale. Tout pareil pour les perturbations des faisceaux lasers par l'atmosphère.

Leon.

Bon ok pour la consommation je ne sais pas trop l'expliquer. Mais des orbites équatoriales supposerait qu'aucun satellite ne passerait à certaines latitudes élevées et donc que la communication de proche en proche ne pourrait pas "faire le tour de la terre".

Les communications laser supposent pour moi une densité élevée de satellites et une couverture totale.

En fait tout découle du postulat de départ : on veut une latence très faible... ce qui impose une faible altitude... ce qui impose... etc.

Je ne crois pas non plus à la viabilité du projet.

vivien

  • Administrateur
  • *
  • Messages: 32 845
    • Twitter LaFibre.info
OneWeb : 648 satellites en orbite basse pour Internet
« Réponse #22 le: 21 juillet 2015 à 08:58:42 »
Très bon schéma de Wikipédia pour comparer les altitudes d’orbites :
source (Je l'ai modifié pour que cela soit visualisable sur un ordinateur.)

Il faut utiliser l’ascenseur horizontal situé sous l'image, pour faire défiler l'image de droite à gauche


Leon

  • Client SFR sur réseau Numericable
  • Modérateur
  • *
  • Messages: 4 299
OneWeb : 648 satellites en orbite basse pour Internet
« Réponse #23 le: 21 juillet 2015 à 09:42:49 »
C'est une des raisons mais pas la seule, loin de la. Une couverture a l’échelle planétaire permet plus que de toucher les populations défavorisées.

Déjà les zones mal couvertes des pays développés par exemple, en complèment/appoint des technologies actuelles (3G/4G,fibre,cuivre,etc).

L’accès Internet dans les avions (qui ne marche pas au dessus des océans sans solution satellitaire) et autres moyens de transport.

Le tracking de containers, colis, véhicules, objets connectés, etc

Bref avoir une telle couverture permet plein de choses et plus encore si c'est en complèment d'un existant (geosync et au sol).

Un rappel visuel de l'échelle des choses aussi: https://en.wikipedia.org/wiki/Low_Earth_orbit#/media/File:Orbitalaltitudes.jpg (on oublie souvent que la Terre est grande quand meme ...et qu'un geosync c'est vachement loin)

Je pense qu'on peut exploiter l'espace a plusieurs endroits.
Les satellites geostationnaires permettent déjà de couvrir une très grande partie du globe (sauf très hautes latitudes ou peu de gens vont), et de répondre aux besoins de l'aviation, du maritime, du tracking de containers.

Inmarsat est le leader pour ces besoins, avec un catalogue de solutions impressionnant, allant du très bas débit (inmarsat D pour le tracking de containers), au haut débit en bande KA (Inmarsat GlobalXpress en cours de déploiement), en passant par le BGAN et plein d'autres solutions.  Tout ça avec une couverture quasi globale.

Et même avec des orbites geostationnaires, donc très loin de la terre, il est possible de faire des terminaux légers. Voir les téléphones satellites d'inmarsat et Thuraya, les terminaux BGAN et les balises Inmarsat D. C'est possible grace aux paraboles géantes de plusieurs dizaines de mètres d'envergure qu'embarquent ces satellites; elles permettent de faire des faisceaux très étroits, même en bande L (~2GHz).

Leon.

 

Mobile View