Auteur Sujet: Carte du déploiement fibre optique à Saint-Martin  (Lu 21509 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

vida18

  • Abonné Free fibre
  • *
  • Messages: 4 214
  • Vierzon (18)
Carte du déploiement fibre optique à Saint-Martin
« Réponse #12 le: 21 janvier 2022 à 19:09:47 »
À Saint-Martin, la fibre optique s’adapte aux risques climatiques avec le projet Tintamarre

De la couverture mobile à l’accès Internet, les territoires d’outre-mer entrent de plain-pied dans l’ère numérique. À Saint-Martin, quatre ans après le passage de l’ouragan Irma, l’île des Antilles s’est engagée dans un vaste projet d’enfouissement des réseaux de fibre optique sous l’impulsion de la Banque des Territoires. L’infrastructure souterraine desservira les 18 000 foyers saint-martinois en 2023.

Au cœur des Antilles françaises, Saint-Martin tire aujourd’hui les leçons des risques climatiques en matière d’infrastructure de communication. Baptisé Tintamarre, du nom d’un îlet situé au large de Saint-Martin, le projet est initié par la collectivité territoriale et la Banque des Territoires. « Il vise à enfouir le réseau de télécommunication de l’île, jusque-là aérien et détruit dans sa quasi-totalité lors de la saison cyclonique de 2017 », explique Jennifer Martin, de la direction régionale Antilles-Guyane de la Banque des Territoires. Le programme entend aussi réduire la fracture numérique amplifiée par l’ouragan qui a accentué les inégalités sociales, et a freiné la reprise de l’activité économique de l’île.

72 km de réseaux à enfouir

Cet enfouissement complet des réseaux de télécommunication fixes constitue une première pour la région Antilles-Guyane. « La démarche entend doter Saint-Martin d’une infrastructure numérique ouverte et résiliente, adaptée aux risques climatiques auxquels ces territoires sont exposés », tout en préservant le paysage. Précurseur, le schéma déployé sur l’île antillaise est appelé à faire école en métropole, dans les régions confrontées aux risques d’inondations majeurs, notamment lors des épisodes cévenols.

À Saint-Martin, plus de 72 km de fourreaux (ou fibre noire) seront enterrés. L’infrastructure permettra ensuite aux opérateurs de couvrir 100 % des foyers saint-martinois en très haut débit, contre 16 % au début des travaux. Le coût total de l’opération est estimé à plus de 10 millions d’euros, auquel la Banque des Territoires contribue par un investissement en fonds propres de 1,5 million d’euros. Il s’agit du premier projet d’infrastructure de ce type soutenu par l’entité de la Caisse des Dépôts, souligne la responsable. L’appui concerne l’ingénierie avec une analyse juridique et technique. L’attention porte aussi sur le montage financier en lien avec la collectivité et l’État.

Collectivité territoriale et société privée associés

Créée en septembre 2020, le capital de la SAS Tintamarre est constitué par la collectivité de Saint-Martin (40 %), la Banque des Territoires (40 %) et l’opérateur Dauphin Telecom Infrastructures (20 %). Toutefois, le capital social de la SAS Tintamarre demeure ouvert à tout opérateur souhaitant déployer des services THD sur l’île. Ce projet s’inscrit dans le cadre de la loi Pintat relative à la lutte contre la fracture numérique qui rend possible une prise de participation minoritaire d’une collectivité au capital d’une société privée dédiée à l’enfouissement de réseaux à très haut débit (THD). Du côté des opérateurs FttH (Fiber to the Home ou fibre jusqu’à l’abonné), le programme donne la possibilité à un accès « sans couture » aux fourreaux reconstruits pour déployer la fibre optique dans le cadre de la convention CPSD (convention de programmation et de suivi des déploiements).

7 chantiers lancés en 2022

Sur le terrain, les opérations se décomposent en trente-cinq chantiers correspondants chacun à une zone géographique de l’île. Le premier a débuté à Cul-de-Sac, au nord-est de Saint-Martin. Sept autres seront lancés au cours du premier trimestre 2022. L’enfouissement des réseaux nécessite de compléter la connaissance de la  collectivité et des opérateurs en matière de génie civil local. Et de lever des obstacles juridiques et réglementaires liés à l’enfouissement des réseaux sur des espaces privés. Outre des contraintes géologiques, les travaux prennent en compte la physionomie de l’île desservie par une seule et unique route d’accès. Enfin, signalons que ce projet intègre notamment une clause d’insertion sociale qui vise à favoriser le recrutement de Saint-Martinois.

Des infrastructures aux usages numériques

Au-delà de la sécurisation des infrastructures de télécommunication, l’aménagement numérique du territoire porté par le projet Tintamarre s’accompagne d’enseignements juridiques, réglementaires, économiques et financiers. Il impulse aussi une véritable dynamique, autour de la digitalisation de l’outre-mer. L’enjeu est ainsi de former les Saint-Martinois aux usages des nouvelles technologies. D’ailleurs, le schéma directeur des usages numérique à venir pourra porter aussi bien sur la téléconsultation médicale, la maitrise de la donnée ou la confiance numérique.

En Guadeloupe, l’inclusion et l’acculturation numérique reposent notamment sur la présence de conseillers numériques déployés au sein des différentes communes. Autant d’initiatives qui bénéficient à présent du plan France Relance. Le programme ouvre en effet de nouvelles opportunités en matière d’appels à projets dont l’un porte spécifiquement sur  la couverture mobile des territoires ultra-marins.


Source : Le Moniteur

vida18

  • Abonné Free fibre
  • *
  • Messages: 4 214
  • Vierzon (18)
Carte du déploiement fibre optique à Saint-Martin
« Réponse #13 le: 09 février 2023 à 15:39:33 »
Orange fait le point sur la pose de la fibre optique

Le réseau aérien d’Orange avait été gravement endommagé après le passage de l’ouragan Irma. Le réseau n’avait pas été réhabilité car il a été décidé de ne pas le reconstruire mais d’installer la fibre optique. Pour réussir à fibrer, il a été décidé d’enterrer le réseau, la société SAS Tintamarre a été créé pour réaliser les travaux d’enfouissement de la fibre.

«En tant qu’opérateur, nous pouvons être impactés par les avancées parallèles des travaux de Tintamarre qui doit construire et fournir l’infrastructure génie civil pour que les opérateurs puissent après passer leur fibre », déclare Laurent Beau, directeur technique d’Orange Antilles-Guyane lors d’un point de presse vendredi dernier.

En attendant la fin des travaux d’installation du réseau de la fibre, Orange avait proposé une solution temporaire, la boucle radio locale (BLR), pour fournir l’internet fixe. Mais le 1er décembre, l’opérateur a annoncé la fermeture de cette solution. Plus de 750 personnes ont bénéficié de ce service. La fin du BLR a été un problème pour de nombreux utilisateurs, en particulier ceux qui vivent dans des zones où la fibre n’a pas encore été déployée.

Dès lors, l’opérateur a proposé deux solutions techniques. Le premier est la fibre optique pour les clients éligibles à la fibre. Pour ceux qui résident dans les quartiers où la fibre n’a pas encore été déployée, il existe la solution appelée 4G Home. Cependant elle reste une solution provisoire comme l’a été la BLR.

Par conséquent, Orange encourage les résidents à se déplacer en boutique afin que les conseillers sur place puissent étudier la situation du client en fonction de sa localisation et lui suggérer des moyens pour remplacer la BLR ou pour voir s’ils sont éligibles à la fibre. « Certains peuvent être éligibles et ne pas le savoir car ce n’est pas visible à l’extérieur », précise Mélanie Macal, attachée de presse d’Orange Antilles-Guyane.

Quant à la fibre, 24 000 prises à déployer avaient été recensées par les trois opérateurs de réseau (Orange, Dauphin Télécom et THD TEL). Orange devait en poser 16 000. « La société Tintamarre a vraiment démarré l’année dernière, nous attendons les premières productions de génie civil cette année et en parallèle nous avons terminé pratiquement le déploiement de ce qu’on peut faire sans Tintamarre sur les 16 000 prises, 9 000 ont été installées à ce jour et sont commercialisables », déclare Laurent Beau. Les 9 000 restantes dépendent des avancées des travaux de génie civil de Sas Tintamarre, en cours.

Il y a des prises dans plusieurs secteurs : Quartier d’Orléans, Orléans Spring, Hope Estate, Mont Vernon, Anse Marcel, Oyster Pond, Marigot, Concordia, Concordia Spring, Galisbay, Friar’s bay, Agrément. Cependant, dans ces mêmes quartiers, une partie du déploiement peut encore répondre des actions de Tintamarre.

«Les prochains ouvrages de génie civil sont prévus à Cul de-Sac et Sandy Ground. Sas Tintamarre a terminé le quartier de Cul de Sac et une partie de Sandy Ground. Nous pourrons donc reprendre le déploiement au fur et à mesure que Tintamarre va livrer le génie civil et finir notre engagement initial de tenir les 16 000 logements », indique le directeur technique. « On espère que Tintamarre va être en capacité d’accélérer maintenant, ça semble bien parti », complète-il.


Source : Soualiga Post

vida18

  • Abonné Free fibre
  • *
  • Messages: 4 214
  • Vierzon (18)
Carte du déploiement fibre optique à Saint-Martin
« Réponse #14 le: 28 septembre 2023 à 09:30:22 »
Le raccordement à la fibre de Saint-Martin a du plomb dans l'aile


Selon les informations publiées par nos confrères du Pélican, les travaux de raccordement à la fibre sont à l'arrêt depuis plus de deux mois notamment en raison d'un problème de trésorerie de l'entreprise chargée du chantier.

Depuis le mois d'août 2023, les travaux de raccordement de l'île à la fibre optique sont à l'arrêt. La SAS Tintamarre, en charge du marché rencontre un double problème de trésorerie. Le premier est dû à l'inflation qui impacte les coûts initiaux du chantier. Le second relève du mode de financement de ces travaux, dont certaines tranches devaient être versées par l'Union Européenne. Or, avant de les recevoir, l'entreprise doit préfinancer les travaux, chose qu'elle ne peut plus faire.

"Nous devons avancer cet argent et le remboursement a pris du retard. Nous n'avons pas les ressources pour poursuivre les travaux." explique au journal Le Pélican, Gilles Gumbs, directeur de la SAS Tintamarre.

Déblocage de la situation

Compte-tenu de l'impact de cet arrêt sur le calendrier de livraison du chantier (prévu pour fin 2023), l'État, la Collectivité de Saint-Martin, les actionnaires et les clients se sont réunis pour trouver des solutions et débloquer le chantier. Une prochaine rencontre est prévue au début du mois d'octobre prochain. Sur la carte de déploiement, six quartiers doivent encore être raccordés, Cul-de-Sac, Sandy Ground, Friar's Bay et le dernier tiers de Grand Case.


Source : France-Antilles