Auteur Sujet: Carte du déploiement fibre optique dans l'Orne  (Lu 55091 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Nico

  • Modérateur
  • *
  • Messages: 44 543
  • FTTH 1000/500 sur Paris 15ème (75)
    • @_GaLaK_
Carte du déploiement fibre optique dans l'Orne
« Réponse #48 le: 30 novembre 2023 à 08:40:43 »
Certes, mais dans ce cas, le cout de l'élagage ne doit pas être supporté par l'agriculteur...
Pourquoi donc devrait-il se soustraire à la loi qui lui impose d'élaguer ?

Steph

  • Abonné K-Net
  • *
  • Messages: 7 802
  • La Balme de Sillingy 74
    • Uptime K-net
Carte du déploiement fibre optique dans l'Orne
« Réponse #49 le: 30 novembre 2023 à 14:35:46 »
Parce que la loi est toujours du coté des forts et jamais des faibles qui n'ont pas les moyens.
Comme d'hab...

DM61

  • Abonné Sosh fibre
  • *
  • Messages: 721
  • Flers (61)
Carte du déploiement fibre optique dans l'Orne
« Réponse #50 le: 30 novembre 2023 à 16:04:33 »
Titre un peu putassier vu qu'il est demandé d'élaguer et non de raser.
Surtout qu'un jour de tempête et qu'un arbre tombe sur la route ou une voiture, qui est responsable ?

Shinsakuto

  • Abonné RED by SFR fibre FttH
  • *
  • Messages: 234
Carte du déploiement fibre optique dans l'Orne
« Réponse #51 le: 30 novembre 2023 à 20:12:49 »
Surtout qu'un jour de tempête et qu'un arbre tombe sur la route ou une voiture, qui est responsable ?

Quel rapport ?

vida18

  • Abonné Free fibre
  • *
  • Messages: 4 218
  • Vierzon (18)

vida18

  • Abonné Free fibre
  • *
  • Messages: 4 218
  • Vierzon (18)
Carte du déploiement fibre optique dans l'Orne
« Réponse #53 le: 28 mars 2024 à 08:21:36 »
La fibre optique partout dans l'Orne avant 2024 : "on nous a raconté n'importe quoi"

Entre travaux sous tension, problèmes de raccordement et retards, la fibre optique, promise avant 2024 dans l'Orne, est devenue sujet de controverse. Des élus témoignent.



80 % des prises à raccorder dans l'Orne sont actuellement reliées à la fibre optique. ©L'Orne Hebdo

« La catastrophe », « aucune information » , «  des promesses non tenues  », «  un manque de respect  »…

Lorsqu’on agite le sujet de la fibre optique au sein de la Communauté urbaine d’Alençon (CUA), il n’y a pas à chercher bien loin pour trouver des élus mécontents.

Du retard pour la fibre optique dans l’Orne

Dès 2018, lors de la signature du contrat avec l’opérateur-aménageur Orange, le Département de l’Orne avait assuré que 100 % du territoire serait raccordable au très haut débit avant 2024, faisant de l’Orne «  l’un des premiers départements ruraux 100 % fibrés  ».

Ce délai est passé depuis quatre mois et force est de constater que le pari, ambitieux, n’a pas été remporté.

Au sein de la CUA, où Orange finance les travaux sur ses fonds propres, des élus voient même carrément rouge lorsqu’on leur demande quand leur commune sera entièrement raccordée.

C’est le cas à Saint-Nicolas-des-Bois, mais aussi à Hesloup, où Sylvie Gaillard tente, depuis des mois, d’obtenir une réponse auprès de l’opérateur.

«  Nous n’avons plus aucun calendrier  »

Chez elle, 80 % des locaux raccordables le sont effectivement. Mais elle désespère de voir les 20 % restants accéder un jour au très haut débit. «  Au départ, on me répondait que c’était en cours, qu’il fallait que je sois rassurée.  » Désormais, elle n’a «  plus aucun élément de calendrier  ».


Citer
Dernièrement, on m’a carrément répondu que, de toute façon, certaines zones ne seraient jamais raccordées et qu’il valait mieux prendre un abonnement 5G par satellite !

Sylvie Gaillard, maire d’Hesloup

Un médecin privé de téléconsultation

Problème, certains habitants se sont récemment installés à Hesloup en comptant sur cette promesse départementale de connexion internet de qualité.

C’est notamment le cas de Parisiens qui pensaient pouvoir télétravailler sans problème. «  Un médecin aimerait aussi mettre en place des téléconsultations, mais c’est impossible dans sa rue  », rapporte la maire.

Et si les habitants interrogent les opérateurs ? «  Ils ne donnent aucune date et remettent ensuite la responsabilité sur le dos des collectivités.  »

«  Je ne m’y intéresse même plus  »

Même son de cloche à Gandelain, l’une des trois communes de la CUA qui ne comptent toujours aucune prise raccordée à la fibre.


Citer
Ils ont lancé des travaux, par petits bouts, en plantant des poteaux et tout a été stoppé.

Éric Morin, maire de Gandelain

«  Nous avons dégagé toutes les lignes téléphoniques comme cela nous avait été demandé. Nous sommes prêts depuis deux ans… Depuis, je ne suis parvenu à obtenir aucun calendrier. Les délais n’ont jamais été tenus, on nous a raconté n’importe quoi. Aujourd’hui, je ne m’y intéresse même plus  », reconnaît l’élu de Gandelain.

«  La dernière roue du carrosse  »

C’est aussi le cas pour le premier édile de la commune voisine de Saint-Denis-sur-Sarthon, «  très déçu d’être le parent pauvre  » au sein de la CUA.


Citer
On est vraiment la dernière roue du carrosse, et rien ne justifie ce retard.

Guillaume Julien

Guillaume Julien rappelle qu’une entreprise implantée sur sa commune «  compte tout de même 75 salariés.  »

Lui aussi déplore le manque de communication d’Orange. «  L’ancien contact des collectivités parlait beaucoup, mais ne faisait pas grand-chose. Avec le nouveau, c’est pas de son, pas d’image !  »

Des communes n’ont toujours aucune fibre optique

Signalant à Orange que la presse l’avait contacté sur le sujet, Guillaume Julien a finalement obtenu un retour : «  on m’a répondu sans me répondre, en me disant qu’Orange ne communiquait pas de date de déploiement… et en proposant des offres commerciales pour des abonnements à la 5G.  »

Pourtant, «  en 2022, on m’avait dit que la fibre serait disponible dans toute la commune à la fin de l’année 2023.  »

Aucune maison de Saint-Denis-sur-Sarthon ne peut, à ce jour, se raccorder au très haut débit.


Source : L'Orne Hebdo, écrit le 28 mars 2024 par Antoine Sauvetre.

poddestroy

  • Abonné Orange Fibre
  • *
  • Messages: 303
  • Meyzieu (69330)
Carte du déploiement fibre optique dans l'Orne
« Réponse #54 le: 28 mars 2024 à 15:03:24 »
Si les besoins de débit sont important, il existe Starlink si on ne peut pas attendre.
Il ne faut pas s'étonner que cela n'avance pas avec les ouin ouin des locaux qui ne veulent pas planter des poteaux ou élaguer malgré la loi qui l'impose à tous les français.

vida18

  • Abonné Free fibre
  • *
  • Messages: 4 218
  • Vierzon (18)
Carte du déploiement fibre optique dans l'Orne
« Réponse #55 le: 29 mars 2024 à 09:16:27 »
La fibre optique partout dans l'Orne avant 2024 : c'était "un objectif optimiste, mais réaliste"

Le Département de l'Orne et l'opérateur Orange n'ont pas atteint leur objectif de couvrir 100 % du territoire en fibre optique avant 2024. Dominique Cortès revient sur ce pari.



Dominique Cortès, directeur du pôle infrastructures territoriales en charge, notamment, du déploiement de la fibre optique dans l'Orne,
aux côtés de Christophe de Balorre, le président du Département. ©CD Orne

L’objectif « L’Orne 100 % fibrée » avant 2024 n’a pas été atteint. Où en sont les installations dans le département ?

« Au lancement du projet, en 2018, nous avions identifié 169 441 prises à faire. Au 1er février 2024, 156 858 étaient raccordées. 92 % de l’objectif initial a donc été réalisé.

Cependant, entre temps, nous avons ajouté des prises, pour atteindre un total de 196 976 prises à raccorder, soit un peu plus de 27 500 nouvelles installations dans l’ensemble du département. Avec ce nouveau chiffre, nous sommes donc à 80 % du territoire fibré. »

Fibre optique : 92 % de l’objectif initial atteint malgré le Covid

Pourquoi un tel écart de prises à raccorder ?


« Le monde de l’entreprise s’est montré plus gourmand que ce que l’on avait imaginé. Certaines ont demandé deux ou trois fois plus de prises que prévu.

Nous avons aussi ajouté des prises pour des infrastructures qui n’étaient pas fichées, comme les granges, car elles peuvent devenir, à terme, des habitations. Nous avons anticipé pour que ces bâtiments puissent être reliés à la fibre.

Enfin, il y a la hausse « naturelle », c’est-à-dire tous les nouveaux lotissements ou appartements dans des immeubles transformés en habitation. Rien que sur Alençon, la réhabilitation en cours de trois bâtiments, ce sont entre 40 et 50 prises supplémentaires. »

« Orange paie des pénalités de retard »

D’autres facteurs expliquent-ils ce retard ?


« Le Covid, bien sûr. La fibre est le plus gros chantier actuel en France et Orange s’occupe d’une grande partie du pays.

Pendant un an, la crise sanitaire a ajouté des contraintes à tous ces chantiers avec, en plus, des problèmes d’approvisionnement. Et malgré ces aléas conséquents, 92 % de l’objectif initial est atteint. »

Le contrat signé en 2018 prévoyait des sanctions financières pour l’opérateur en cas de retard. Paie-t-il des pénalités ?

« Oui, des pénalités de retard ont été payées et Orange en paie encore. C’est environ 6 € par prise non faite, selon un calendrier défini par zone.

Mais il faut tout de même rappeler qu’il s’agit d’un chantier complexe et qui est, malgré tout, réalisé dans des délais très courts. »

Accès à la fibre partout « d’ici la fin de l’année 2024 »

Quel est le nouveau calendrier envisagé pour que 100 % du territoire soit raccordable à la fibre ?


« La très très grande majorité du territoire, hormis peut-être les quelques cas les plus compliqués, sera raccordée d’ici la fin de l’année 2024.

Parfois, des communes prévoient l’enfouissement prochain de leurs réseaux. Dans ce cas, nous attendons aussi qu’elles soient prêtes pour réaliser les travaux en même temps. C’est logique. »

Certains secteurs semblent moins avancés que d’autres. Pourquoi ?

« Le contrat signé avec Orange prévoit deux volets : 50 % financé sur les fonds propres d’Orange, notamment dans les zones plus urbaines comme la Communauté urbaine d’Alençon (CUA), et 50 % par le Département dans le cadre d’une délégation de service public. Cette dernière est plus avancée que la zone d’investissement privé d’Orange.

Parmi les zones les plus avancées, on peut citer la CUA historique, la ville de Flers ou les secteurs d’Argentan et L’Aigle. »

« On comprend la frustration »

Même dans des communes censées être fibrées, certaines rues sont dans l’incapacité de se raccorder au réseau. Pourquoi ?


« C’est effectivement mal vécu et mal compris par la population, et on le comprend. Mais les travaux représentent des démarches administratives et techniques complexes. La politique est de lancer les chantiers dès qu’un dossier est finalisé. On fait du coup par coup. Cela peut expliquer que, dans certaines communes, des rues ou des hameaux sont raccordés et d’autres pas encore.

L’installation de la fibre est une production de masse, sur l’ensemble du territoire, mais individualisée, car rue par rue, voire maison par maison. Chaque cas est différent et les démarches peuvent donc prendre plus ou moins de temps. »

Certains habitants dénoncent la communication du Département sur l’objectif 2024 non atteint…

« On comprend la frustration que peut créer le fait d’avoir annoncé que l’ensemble du département serait fibré en 2024 lorsque ce n’est pas le cas chez soi.

C’était un engagement très volontariste, le scénario le plus optimiste, mais c’était aussi réaliste, car malgré le Covid, 92 % des prises initiales sont actuellement branchées. Par rapport au reste de la France, en notamment les territoires ruraux, nous ne sommes pas en retard. »

« On ne lâche rien »

Les relations entre le Département et Orange semblent s’être tendues en raison de difficultés rencontrées sur certains chantiers. Est-ce le cas ?


« Les relations ont pu être tendues, mais c’est aussi parce que nous jouons notre rôle de maître d’ouvrage à fond. Nous sommes là pour challenger celui qui travaille pour nous. Nous nous montrons compréhensifs, car le chantier est colossal, mais on ne lâche rien non plus. »

Quel coût représente un tel chantier ?

« Nous ne pouvons pas communiquer sur la partie financée par les fonds propres d’Orange puisqu’il s’agit d’une entreprise privée, mais pour la partie départementale, ce sont 110 M€, financés par le Département grâce à d’importantes subventions de la Région, de l’État et de l’Europe. »


Source : L'Orne Hebdo, écrit le 29 mars 2024 par Antoine Sauvetre.