Auteur Sujet: Nordnet travaille pour proposer IPv6...  (Lu 1027 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

vivien

  • Administrateur
  • *
  • Messages: 33 374
    • Twitter LaFibre.info
Nordnet travaille pour proposer IPv6...
« le: 11 septembre 2018 à 21:22:30 »
Nordnet travaille pour proposer IPv6...


Jéjé

  • Client NordNet
  • *
  • Messages: 179
  • Bévillers (59)
Nordnet travaille pour proposer IPv6...
« Réponse #1 le: 06 octobre 2018 à 11:04:33 »
Nordnet travaille pour proposer IPv6...



Très intéressant! Mais c'est quoi?
Ça a un rapport avec le Wifi?

vivien

  • Administrateur
  • *
  • Messages: 33 374
    • Twitter LaFibre.info
Nordnet travaille pour proposer IPv6...
« Réponse #2 le: 06 octobre 2018 à 11:11:13 »
Aujourd'hui NordNet utilise l’IPv4, pour Internet Protocol version 4.

L'IPv4 est utilisé depuis 1983 pour permettre à internet de fonctionner : chaque terminal sur le réseau internet (ordinateur, téléphone, serveur etc.) possède une adresse IPv4. Le protocole IPv4, utilisé sur internet dès ses débuts, offre un espace d'adressage de près de 4,3 milliards d'adresses IP. Or, le succès d'internet, la diversité des usages et la multiplication des objets connectés ont eu comme conséquence directe l'épuisement progressif des adresses IPv4.

Les spécifications d’IPv6 ont été finalisées en 1998. Elles intègrent des fonctionnalités pouvant renforcer la sécurité par défaut et optimiser le routage. Surtout, IPv6 offre une quasi-infinité d’adresses : 667 millions d’IPv6 pour chaque millimètre carré de surface terrestre.

Du fait de la complexité actuelle d’internet, la migration d’IPv4 vers IPv6 ne peut être effectuée brutalement en un seul jour. Elle se réalise donc progressivement, d’abord en parallèle d’IPv4 (phase de cohabitation), puis, quand tous les acteurs auront migré, en remplacement total d’IPv4 (phase d’extinction).

La transition vers le protocole IPv6 a démarré en 2003. Cependant, en 2018, internet n’en est encore qu’au début de la phase de cohabitation.
La lenteur de la migration peut d’une part provoquer le dysfonctionnement de certaines catégories de services sur internet (systèmes de contrôle de maison connectée, jeux en réseau, etc.) du fait de systèmes de partage d’adresse IPv4 entre plusieurs clients mis en place pour faire face à la pénurie. D’autre part, elle est susceptible d’ériger une barrière à l’entrée à l’encontre des nouveaux acteurs du marché. En effet, IPv4 reste nécessaire tant que toute la chaîne technique d’internet n’aura pas migré entièrement vers IPv6. Dans le cas contraire, un site web qui ne serait pas en mesure d’avoir une adresse IPv4 ne sera pas accessible aux clients des FAI qui ne proposent pas d’IPv6. Or la date de fin de disponibilité de l’IPv4 en Europe approche. Estimée à fin 2021, elle entraîne d’ores et déjà une augmentation significative du prix des adresses IPv4, devenues les ressources rares de l’internet du XXIe siècle. Ce prix élevé augmente le coût d’entrée des nouveaux acteurs et engendre un risque de voir se développer un internet scindé en deux, IPv4 d’un côté et IPv6 de l’autre.

Épuisement des IPv4 : Pour l'Europe, c'est la courbe jaune (RIPE NCC) :


Face à cette pénurie annoncée et aux risques encourus, la transition vers un nouveau protocole de communication sur internet apparaît comme un enjeu majeur de compétitivité et d’innovation.


Rapport de l'Arcep: "Accélérer la transition vers IPv6"



Le rapport 2018 à gauche et celui de 2017 à droite sur la transition vers IPv6 : (cliquez sur les miniatures ci-dessous - les documents sont au format PDF)
   

Les slides (.pdf) et le podcast audio (.mp3) de la conférence de presse sur la transition vers IPv6, suivit des questions / réponses :
      


Jéjé

  • Client NordNet
  • *
  • Messages: 179
  • Bévillers (59)
Nordnet travaille pour proposer IPv6...
« Réponse #3 le: 06 octobre 2018 à 22:20:05 »
Ah oui d'accord, j'ai bien compris. Merci.  ;)

 

Mobile View