Auteur Sujet: La fibre sur tout le territoire marseillais, c'est pour quand ?  (Lu 537 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

vida18

  • Client SFR fibre FttH
  • *
  • Messages: 3 167
  • Vierzon (18)
La fibre sur tout le territoire marseillais, c'est pour quand ?

Avec 65 % du territoire couvert en fibre optique, la cité phocéenne accuse un sérieux retard sur d'autres grandes villes françaises.

"Mon domicile est-il éligible à la fibre ? Si ce n'est pas le cas, un déploiement est-il en cours et quand est-ce que je pourrais être raccordé ?" Depuis le début du déconfinement, les questions autour de la fibre optique se sont multipliées dans cette boutique SFR du 11e arrondissement. "C'est vrai qu'on nous sollicite beaucoup plus souvent qu'avant, on sent un véritable intérêt sur le sujet là où, il y a encore quelques mois, la clientèle qui nous posait ces questions était principalement des jeunes qui avaient des besoins précis pour des jeux vidéo ou autres", note un employé. Car pour les foyers qui avaient accès à cette technologie qui permet d'avoir une connexion jusqu'à 100 fois plus puissante que la technologie ADSL, le confinement a permis de démontrer l'utilité d'un tel outil à domicile. Notamment pour pouvoir permettre à la fois aux parents de télétravailler mais aussi aux plus jeunes de suivre leurs cours à domicile, de regarder un film ou jouer à la console. Le tout sans aucun problème. Pour les autres, ça a été plus compliqué.

Trois ou quatre ans de retard, objectif 2024

À Marseille, à ce jour, environ 65 % du territoire est couvert par un réseau de fibre optique. À titre d'exemple, d'autres grandes villes comme Paris, Lyon ou Bordeaux sont fibrées à 100 %. 93,4 % à Nice, 91,4 % à Montpellier, 89,6 % à Toulouse... "Nous devions être à 100 % du territoire déployé en 2020, c'était l'objectif fixé lorsqu'on a débuté en 2012", indique Daniel Sperling, adjoint à la ville de Marseille en charge notamment du Développement par le numérique. "On a pris du retard, c'est une certitude. Il faut savoir que Marseille est classée en tant que 'zone très dense' et, de ce fait, nous n'avons aucun contrat qui nous lie aux opérateurs." Ils sont trois à déployer des prises optiques sur la ville, à des échelles différentes : Orange, SFR et Free. "Il y a une libre concurrence entre eux et ils choisissent de déployer sans nous concerter, précise l'élu. Notre seul levier, c'est d'inciter, pousser les opérateurs à déployer. Nous avons un rôle dans la coordination numérique, dans l'incitation, mais pas dans l'obligation."

Marseille se distingue des autres communes de France car elle possède un nombre d'habitations individuelles très important, environ 70 000. Lyon, par exemple, n'en possède que 8 300 (source Insee). Et c'est ce qui pourrait, en partie, expliquer ce retard pris dans la deuxième ville de France. C'est en tout cas l'un des arguments avancés par le délégué régional Orange, Fabien Finucci, qui tient à souligner qu'Orange "a réalisé 95 % du déploiement des prises optiques dans les zones très denses sur les deux dernières années en France, et 77 % depuis le début".

"À Marseille, on a essayé d'apporter la fibre optique au plus grand nombre le plus vite possible, explique-t-il. Du coup, ça passait par les grands immeubles en premier." En termes d'ingénierie sur la zone très dense, il y a deux modèles de raccordement : les immeubles de plus de 12 logements, qui sont raccordés à une armoire de mutualisation placée en sous-sol en général. "C'est assez simple à réaliser et on a démarré par ça à Marseille", confirme Fabien Finucci. Pour les immeubles de moins de douze logements et les habitations individuelles, il faut des armoires de rue pour pouvoir déployer la fibre. "Pour ça, il faut travailler main dans la main avec la Métropole et la Ville de Marseille pour trouver les bons emplacements... Le problème étant qu'ici les trottoirs ne sont quelques fois pas larges et qu'il faut par exemple l'accord des architectes des bâtiments de France dans les secteurs sauvegardés... Ça rend la chose plus complexe."

Quoi qu'il en soit, les foyers marseillais non éligibles à la fibre peuvent espérer l'être d'ici 2024. "Ce sera peut-être avant, mais ça dépend de beaucoup de paramètres...", avance Daniel Sperling.


Citer
Fabien Finucci : "La crise a perturbé le calendrier du déploiement"

Vous faites partie des trois opérateurs à déployer la fibre à Marseille, quelle est votre stratégie ?
Fabien Finucci :
En premier lieu, nous faisons un constat, c'est qu'aujourd'hui nous sommes pratiquement les seuls, chez Orange, à continuer à fibrer en zones très denses. Nous avons réalisé 95 % du déploiement en France entre 2018 et 2020 dans ces zones. C'est énorme.

À Marseille, nous avons déployé dans tous les arrondissements et sans distinction de secteur. Nous avons débuté par les logements de plus de 12 habitations (Ndlr : voir ci-dessus), que nous allons d'ailleurs bientôt terminer, il n'en reste plus beaucoup. Concernant les petits collectifs et les habitations individuelles, 700 armoires de rue ont déjà été déployées sur les 2 000 qui seront nécessaires pour couvrir la totalité du territoire marseillais.

Quelles sont les difficultés à fibrer à Marseille ?
Fabien Finucci :
De manière générale, il n'y a pas de point noir sur Marseille. Quand on rencontre une difficulté, on essaie de trouver des solutions avec les services de la Métropole et de la Ville. C'est vrai que les voies ne sont pas toujours très larges et que, quelques fois, c'est un peu compliqué, mais rien d'insurmontable.

On peut constater que certains secteurs sont bien moins desservis que d'autres... Notamment le 16e arrondissement, qui compte moins de 3 000 prises. Comment l'expliquez-vous ?
Fabien Finucci :
Déjà, cet arrondissement est moins peuplé. Mais, en plus, le central téléphonique est au cœur du 16e, ce qui fait que, globalement, les habitants de ce secteur ont un bon débit ADSL. Certains ont même du VDSL. Du coup, il y a moins d'urgence ici que dans certains endroits de Marseille où les débits ne sont pas bons. Mais, je peux vous assurer qu'aucun secteur n'est laissé de côté.

Vous sentez une vraie impatience autour de la fibre ?
Fabien Finucci :
Oui, on sait que les Marseillais l'attendent impatiemment. D'autant plus depuis le début de la crise du Covid-19, qui a démontré l'importance d'avoir une bonne connexion à la maison. Les gens se sont aperçus que ce n'était pas juste un confort.

Quel est l'impact de la crise du coronavirus sur le calendrier de déploiement ?
Fabien Finucci :
La crise a forcément perturbé le calendrier du déploiement. Ça a impacté nos services, mais aussi nos sous-traitants. Et même si le déploiement ne s'est jamais complètement arrêté, nous n'étions pas sur le volume habituel, que ce soit à Marseille ou ailleurs.

Vous êtes-vous fixé des objectifs de fin de déploiement à Marseille ?
Fabien Finucci :
Les engagements vis-à-vis du gouvernement portent sur les zones dites " Amii". En zone très dense, nous n'avons pas d'engagement signé sur une date. Mais, en ce qui concerne Orange, il n'y a pas d'ambiguïté, on fera tout. Si on parle de 2023, ce n'est pas une date contractuelle, mais on pense que ce sera dans ces eaux-là.

Source : La Provence, écrit le 17 juin 2020 par Rémi Simonpietri.

Free_me

  • Client Free fibre
  • *
  • Messages: 2 075
  • Marseille
La fibre sur tout le territoire marseillais, c'est pour quand ?
« Réponse #1 le: 17 juin 2020 à 12:59:46 »
la ville est aussi 5 fois plus grande que lyon et 2,5 fois plus grande que paris, donc bon
Et oui des rues entieres de maisons individuelles, ca existe en pagaille a marseille, et je trouve ca plutot pas mal

Nico

  • Modérateur
  • *
  • Messages: 41 807
  • FTTH 1000/500 sur Paris 15ème (75)
    • @_GaLaK_
La fibre sur tout le territoire marseillais, c'est pour quand ?
« Réponse #2 le: 17 juin 2020 à 14:02:23 »
Tu as quand même des départements entiers avec un taux de logements fibrés plus important que Marseille.