Auteur Sujet: Communauté de communes Beauce Val de Loire  (Lu 1645 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

vida18

  • Abonné Free fibre
  • *
  • Messages: 3 642
  • Vierzon (18)
Communauté de communes Beauce Val de Loire
« le: 21 septembre 2019 à 10:12:48 »
Première commune rurale reliée à la fibre optique

C’est fait. Concriers est la première commune rurale de Loir-et-Cher à être reliée à la fibre optique.
Le sénateur Janssens, le vice-président du syndicat mixte ouvert Val de Loire numérique, le directeur général de Val de Loire fibre Patrick Terra, les conseillers départementaux Claude Denis et Maryse Persillard, le vice-président CCBVL André Boissonnet et le maire Pascal Huguet étaient présents pour expliquer le fonctionnement et le développement de la fibre dans les départements de Loir-et-Cher et Indre-et-Loire. « 500 M € vont être consacrés à la fibre pour ce programme bidépartemental, a souligné Bernard Pillefer, et Concriers est la première commune ouverte à la commercialisation ».
Pour Patrick Terra, « nous avons construit le réseau TDF, puis les fournisseurs sont invités à venir se greffer à l’opération ; ensuite, ceux-ci proposent aux particuliers de s’abonner ». A ce jour, il y a quatre abonnés dans la commune.


Source : La Nouvelle République, écrit le 21 septembre 2019 par Manuel Serrano.

vida18

  • Abonné Free fibre
  • *
  • Messages: 3 642
  • Vierzon (18)
Communauté de communes Beauce Val de Loire
« Réponse #1 le: 04 octobre 2020 à 15:24:25 »
Le très haut débit s'invite au château et à la ferme à Talcy


La ferme de la Motte produit oignons, ail, échalotes et pommes de terre. Pour organiser la vente il lui faut le très haut débit comme elle l’a montré aux ministres et élus.
© (Photos NR, Jérôme Dutac)

Départements de Loir-et-Cher, d’Indre-et-Loire, Région et intercommunalités s’entendent pour développer un plan fibre à 100 % d’ici 2023. Et l’État met 39,4 millions d’euros sur la table.

Tout le monde est gagnant sur ce projet de déploiement de la fibre à 100 % et jusqu’aux habitats isolés qui s’achèvera en 2023. Les intercommunalités comme Beauce et Forêt par exemple, qui s’apprêtait à mettre près d’un million d’euros sur la table pour fibrer son seul territoire, mais aussi les Départements. Jean-Gérard Paumier, président du département d’Indre-et-Loire rappelle qu’il comptait « investir 33 millions d’euros, jusqu’à ce que Maurice Leroy ne propose un projet commun au Loir-et-Cher qui ramène la facture à 8 millions ».

Nicolas Perruchot a poursuivi le projet et toutes les collectivités territoriales dont la Région Centre Val de Loire se sont retrouvées au sein du Syndicat mixte Val de Loire numérique, présidé par Bernard Pillefer. Qui a ensuite réalisé un partenariat public-privé avec TDF pour que l’opérateur raccorde tout le monde. « C’est un choix politique de proposer les services du très haut débit à l’ensemble de la population. Essentiel pour l’attractivité de nos territoires », a souligné Nicolas Perruchot. Car si en ville les clients existent, le milieu rural reste peu rentable.

C’est là que l’État est entré en jeu, au titre de la réduction de la fracture numérique et du déploiement du très haut débit sur l’ensemble du territoire. Hier, tous les acteurs du projet se sont réunis à Talcy, pour signer une convention de financement avec la ministre Jacqueline Gourault. Elle apporte un chèque de 39,4 millions d’euros qui en fait le premier contributeur public du projet. « Il faut accélérer le déploiement du très haut débit, pour qu’il n’y ait pas de fracture entre urbains et ruraux. La crise Covid nous a montré le besoin de cet accès à tous pour le travail, l’école », a souligné la ministre.

La ministre a pu découvrir deux réalisations concrètes de ce plan très haut débit. Le château de Talcy, où la signature s’est faite : La technologie permet d’animer et faire connaître le patrimoine. Puis, toujours à Talcy, la ferme de la Motte qui emploie 200 personnes. « Ils nous ont alertés sur leur besoin rapide de la fibre. Le syndicat les a entendus et ils ont pu être raccordés dès mars », a souligné le ministre Marc Fesneau, ici sur ses terres. « Nous avons multiplié par 20 notre débit, nous travaillons en EDI (échange de données informatisées) avec nos clients pour avoir zéro papier et la Wi-Fi couvre nos 3.000 m2 pour préparer toutes les commandes », soulignent les associés.


Source : La Nouvelle République