Auteur Sujet: Carte du déploiement fibre optique dans le Finistère  (Lu 65917 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

lwan

  • Client Bouygues Telecom 4G
  • *
  • Messages: 159
Carte du déploiement fibre optique dans le Finistère
« Réponse #24 le: 16 mars 2018 à 16:40:18 »
Quimper, brest, lorient, morlaix aussi je crois, enfin pour toutes les grandes villes la couverture est partagée entre les opérateurs qui n'en veule. Ces villes ne font même pas parti de la liste des activités de THD bretagne (filiale d'orange). Qui est un peu au point mort, ça c'est vrai, mais pas tant que ça. Dans les villes moyennes et communes de plus de 1000 habitants, ça bouge. Pour les autres, vivement 2030!

newlan

  • Client Free fibre
  • *
  • Messages: 34
  • Quimper (29)
Carte du déploiement fibre optique dans le Finistère
« Réponse #25 le: 16 mars 2018 à 17:15:49 »
Ca n'avance plus depuis plusieurs mois, c'est au point mort ici à Quimper, pas besoin de mettre des cartes, orange a voulu le monopole pour déployer, au détriment de la concurrence, ce qui a pour effet de tout retarder. Problème, on n'est plus avec le monopole de France télécom et heureusement, encore . Il n'y a que l'arrogance des techniciens d'Orange pour confirmer cette hérésie.

Sur Brest, Quimper, Morlaix, Concarneau, Douarnenez c'est Orange qui déploie et les autres opérateurs sont libre de co-financer le réseau (zone AMII : https://fibre.guide/deploiement/zone-amii).
C'est n'est donc pas au détriment de la concurrence, au contraire, car les co-financeurs ont accès aux PM et à une partie de la boucle locale optique.

Le retard est du à d'autres raisons dont je ne connais pas les détails.

llegoff

  • Client Orange Fibre
  • *
  • Messages: 172
  • Gouesnou 29
    • @laurent_le_goff
Carte du déploiement fibre optique dans le Finistère
« Réponse #26 le: 17 mars 2018 à 13:36:58 »
Non! Quimper n'est pas au point mort, il suffit de regarder les chiffres





une partie des équipes monopolisées sur Brest vont à n'en pas douter être affectées  à Quimper

on ne pourra parler de retard que lorsque les dates butoires seront passées (2020 pour Brest métropole,et 2021 pour Quimper communauté)
« Modifié: 19 mars 2018 à 11:00:06 par llegoff »

BernflasherBZH

  • Client Free vdsl
  • *
  • Messages: 109
  • Quimper 29000
Carte du déploiement fibre optique dans le Finistère
« Réponse #27 le: 27 avril 2018 à 22:30:30 »
Non! Quimper n'est pas au point mort, il suffit de regarder les chiffres

Moi, je regarde dehors, depuis 5 ans que j'habite ici et toujours rien !

Nico

  • Modérateur
  • *
  • Messages: 34 252
  • FTTH 1000/250 sur Paris 15ème (75)
    • @_GaLaK_
Carte du déploiement fibre optique dans le Finistère
« Réponse #28 le: 27 avril 2018 à 22:32:06 »
Comme quoi visiblement les chiffres sont plus fiables que " regarder dehors".

llegoff

  • Client Orange Fibre
  • *
  • Messages: 172
  • Gouesnou 29
    • @laurent_le_goff
Carte du déploiement fibre optique dans le Finistère
« Réponse #29 le: 28 avril 2018 à 18:53:03 »
Moi, je regarde dehors, depuis 5 ans que j'habite ici et toujours rien !
Je risque de te décevoir, mais tu n'est pas le centre du monde

la carte du niveau de débit de l'été 2017 (ci-dessous) montre que le déploiement avance, et si j'ai bien suivi, tu habite au centre ville de quimper, où le débit en adsl est bon, perso avec plus de 10mbps je serai content, et je trouve normal que le déploiement commence par les zones où le débit est mauvais

35000 prises par an entre Brest et Quimper ça n'est pas rien


BernflasherBZH

  • Client Free vdsl
  • *
  • Messages: 109
  • Quimper 29000
Carte du déploiement fibre optique dans le Finistère
« Réponse #30 le: 03 mai 2018 à 16:07:58 »
Tu devrais zoomer la carte :) Là, c'est de la mauvaise foi

vida18

  • Client Orange Fibre
  • *
  • Messages: 1 874
  • Vierzon (18)
Carte du déploiement fibre optique dans le Finistère
« Réponse #31 le: 14 février 2019 à 18:47:44 »
Fibre optique. 122 000 prises installées dans le Finistère

Avec 122 000 prises de fibre optique à ce jour, Orange, vise 186 000 installations d’ici fin 2020 dans les agglomérations de Brest et Quimper. Côté réseau mobile, il veut densifier le service en zone rurale et le long des grands axes de transport. L’opérateur de téléphonie a fait, ce jeudi, le point sur le déploiement de ses réseaux finistériens.

Fibre optique. L’opérateur a installé à ce jour 122 000 prises, environ, sur les agglomérations de Brest et Quimper. Son objectif est d’équiper 186 000 locaux (le terme recouvre à la fois des logements et des locaux professionnels) d’ici fin 2020. La fibre optique a vocation à remplacer le cuivre des lignes traditionnelles (technologie ADSL). « L’essentiel sera fait », a assuré Damien de Kerhor, délégué régional Bretagne pour Orange. Dans le détail, Orange estime que quatre locaux sur dix de l’agglomération quimpéroise sont raccordables à la fibre. En 2019, les premières prises sont attendues à Guengat, Plomelin, Plogonnec, après Pluguffan en 2018. Sur Brest-Métropole, huit logements sur dix sont raccordables. Des prises seront installées cette année à Gouesnou, Plougastel-Daoulas, après Guipavas l’an dernier.

Cuivre (ADSL). Orange rejette les critiques sur un supposé désinvestissement au profit de la fibre. Il vante, chiffres à l’appui, l’énergie « considérable » dépensée sur le réseau cuivre : 210 000 interventions de techniciens dans le département en 2018, 2 800 poteaux remplacés et une hausse de 17 % du coût des interventions sur ce réseau sur les deux dernières années. À ceux qui ne sont pas connectés à la fibre et pour qui le réseau cuivre ne permet pas une utilisation optimale, il propose deux alternatives, souvent méconnues : la connexion par satellite. « 100 % des habitants y ont accès », insiste Damien de Kerhor. Ou la 4G fixe, une box dans laquelle l’utilisateur glisse une carte SIM. 70 % des communes du Finistère y sont éligibles, via Orange.

Mobile. En attendant la 5G, « 99 % de la population finistérienne reçoit la 4G », explique Damien de Kerhor. « Le déploiement est continu, silencieux ». Orange compte ajouter des fréquences basses qui permettront à l’utilisateur de mieux « capter » à l’intérieur de certaines habitations. Elle veut aussi densifier le réseau en zone rurale. Cela passera, concrètement, par la construction de nouvelles antennes. Où ? Combien ? L’opérateur n’a pas souhaité communiquer sur ce point sensible. Orange veut enfin densifier le réseau le long des grands axes de transport (train Rennes-Quimper, Rennes-Brest, Brest-Quimper) et sur les 2x2 voies qui traversent le département. « Aujourd’hui, on peut surfer en 4G pendant l’intégralité d’un Paris-Rennes », avance Delphine Escure, en charge des relations presse chez Orange Bretagne. L’objectif est de réaliser la même performance sur les axes desservant le Finistère depuis la capitale bretonne.

Pratique
Pour connaître la couverture de ces différents réseaux par Orange près de chez vous, connectez-vous sur reseaux.orange.fr


Source : © Le Télégramme, écrit le 14 février 2019 par Jérôme Bouin.

vida18

  • Client Orange Fibre
  • *
  • Messages: 1 874
  • Vierzon (18)
Carte du déploiement fibre optique dans le Finistère
« Réponse #32 le: 26 mars 2019 à 21:00:02 »
Internet. La fibre optique se fait attendre

La fibre arrive dans le pays de Morlaix. Les quelque 13 000 foyers recensés à Morlaix et Saint-Martin-des-Champs seront raccordables fin 2020 au plus tard. Pour le reste du territoire, ça s’étalera de 2019 à après 2023, en trois phases. Explications.

1. 87 149 foyers à raccorder dans le pays de Morlaix. Dans le pays de Morlaix, ce sont au total 87 149 foyers qui sont à raccorder à la fibre. Si Morlaix et Saint-Martin-des-Champs sont équipées par SFR (lire par ailleurs), pour le reste, soit 73 865 prises, c’est Mégalis Bretagne qui s’en occupe. Ce syndicat mixte est né de la volonté de la région Bretagne de prendre en main le déploiement de la fibre dans tous les endroits en Bretagne non couverts par les opérateurs privés, soit 60 % de la population (90 % du territoire) et 1,2 million de prises à construire.

2. Un coût de 148 millions d’euros. Pour Mégalis, fibrer la Bretagne représente un coût de deux milliards d’euros. « On est sur le même niveau d’investissement que la LGV ! », insiste Gwenegan Bui, vice-président du syndicat mixte. Sachant qu’une prise coûte en moyenne 2 000 €, Mégalis investit dans le pays de Morlaix 148 millions d’euros dont 33 millions pris en charge par les communautés de communes (elles participent à hauteur de 445 € par prise).

3. Trois phases étalées de 2016 à après 2023. Des communes seront fibrées entre 2016 et 2020 (phase 1), d’autres entre 2020 et 2023 (phase 2) et les dernières après 2023. Comment se sont faits les choix ? En fonction du débit déjà existant avec l’ADSL : les communes ayant le plus bas débit étant prioritaires. C’est ainsi que l’on retrouve, dans la phase 1 Plounéour-Ménez, Commana, Plougar ou encore Lanhouarneau. D’autres critères ont pu jouer : « À Lanmeur, nous avons un hôpital local, nous avons décidé de la placer en phase 1 », commente Yves Moisan, vice-président de Morlaix communauté.

4. Des kilomètres et des kilomètres de câble. Alors qu’en secteur urbain on doit déployer en moyen une dizaine de mètres de câble de fibre optique entre un point de branchement et le foyer, en zone rurale ce chiffre peut être multiplié par dix ! Pour exemple, dans le secteur de Lanmeur, on déploie en moyenne 119 m de câble pour atteindre un foyer. Au total, pour alimenter les 1 270 locaux visés, il faut compter 152 km de câble !

5. Des communes divisées. Le déploiement de la fibre ne se fait pas en fonction des limites communales. À Lanmeur, par exemple, une partie du nord et du sud de la commune devront attendre… après 2023 alors que la majorité de la commune et des morceaux de communes limitrophes (Saint-Jean-du-Doigt, Garlan, Plouégat-Guérand auront des poches fibrées fin 2019… Pourquoi ? « Tout simplement parce que nous suivons les réseaux téléphoniques créés par France Telecom. Ils font totalement fi des limites des communes », explique Gwenegan Bui.

6. Des poteaux téléphoniques par milliers. Landivisiau (nord), Bodilis, Plougourvest, Plougar ou Saint-Derrien sont déjà raccordables. Lanmeur le sera à la fin de l’année. Mais le chantier est semé d’embûches et prend du retard. « On suit beaucoup les réseaux aériens. Pour cela, nous utilisons les poteaux téléphoniques, qu’il faut vérifier. C’est titanesque ! », lance Gwenegan Bui. Pour exemple, à Lanmeur, on compte 1 532 poteaux électriques. À Guiclan, c’est 1 744. D’autres contretemps peuvent retarder l’avancée du chantier. Quand il faut, par exemple, attendre la validation des Bâtiments de France pour l’installation d’une armoire dans un bourg ou quand il faut attendre l’autorisation de propriétaires pour élaguer des arbres…

7. Une main-d’œuvre très prisée. Des entreprises sous-traitantes, telles que Axiance, Sogetel ou Constructel, travaillent sur le terrain. Ce sont leurs ouvriers que l’on voit installer les armoires ou les fils. Problème : la main-d’œuvre manque. « Cela explique le retard de certains chantiers, quand les entreprises sollicitées sont ailleurs et qu’il faut attendre qu’elles puissent intervenir. Il y a un vrai effort à faire dans la formation et la création d’emploi pour ce qui est de la fibre », indique Gwenegan Bui.

8. Le débit de l’ADSL « boosté » pour patienter. Les communes choisies pour la phase 3 du déploiement, après 2023, sont a priori celles qui bénéficient du meilleur débit ADSL. Pour patienter, à certains endroits, il est prévu des travaux pour des montées en débit, avec l’installation d’armoires spécifiques. Ce devrait être le cas, par exemple, à Guimiliau ou Plouezoc’h ou Saint-Jean-du-Doigt.


© Le Télégramme, écrit le 26 mars 2019 par Monique Kéromnès.

 

Mobile View