Auteur Sujet: Proximus lance le projet « La fibre en Belgique »  (Lu 13252 fois)

0 Membres et 2 Invités sur ce sujet

vivien

  • Administrateur
  • *
  • Messages: 36 537
    • Twitter LaFibre.info
Proximus lance le projet « La fibre en Belgique »
« Réponse #36 le: 03 septembre 2020 à 11:29:07 »
Comparer le pourcentage de fibre FTTH entre la France et la Belgique est un non sens.

La France est un pays où l'ADSL a été très tôt dégroupé par des opérateurs tiers et il y a vive concurrence sur l'ADSL.

Le câble lui s'est peu développé et constitué à l'origine par des opérateurs locaux qui ont fini par fusionner quand l’interdiction a été levée. Bref le câble en France est peu développé et peu utilisé.

"Pièces à conviction" N°58 sur France 3 du Vendredi 6 avril 2007 : Noos-Numericable, voyage au cœur d'une crise



La Belgique a de son coté un réseau câblé qui désert presque tous les logements. La concurrence à Belgacom (qui s’appelle Proximus aujourd'hui, c'est opérateur historique, notre France Telecom à nous) sur l'ADSL n'a jamais bien fonctionné, c'est bien expliqué dans le reportage ci-dessous :

Pourquoi payons-nous internet plus cher ?" diffusé le 16 avril 2008 sur la RTBF (Questions à la une), la chaîne publique Belge :



Bref pour des raisons historiques :
- La France a beaucoup d'ADSL et peu de câble
- La Belgique a beaucoup de câble et relativement peu d'ADSL comparé à la France.

Le xDSL voit son débit augmenter de façon bien moindre que le câble. J'ai connu l’époque où l'ADSL avait de bien meilleurs débits que le câble. Donc la France a de nombreuses zones où l'ADSL plafonne à 4 Mb/s car trop éloigné du NRA, là où la Belgique à du très haut débit (30 Mb/s) presque partout. Le besoin de fibre FTTH était donc bien plus important en France qu'en Belgique et il est donc logique que la Belgique soit en retard, même si je pense que aujourd'hui la Belgique a toujours un plus grand pourcentage de logements éligible au très haut débit (30 Mb/s et +) que la France.

A noter que d'autres pays, comme les USA sont dans une situation plus proche de la Belgique que de la France, avec un réseau câblé fort et peu de xDSL.

Si vous vous demandez pourquoi l'upload est aussi important sur nos offres la réponse est simple : Le câble permet de suivre sur le débit descendant et la latence, mais pas sur le débit montant. Un moyen pour les opérateurs FTTH de se distinguer du câble et de vendre des débits montant que le câble ne saura pas faire. C'est comme ça que chez Orange l'entrée de gamme (SOSH) est du 300 Mb/s symétrique.

Le débit montant est la principale différence mise en avant pour distinguer câble et le FTTH en 2015 : (et je passe sur les nombreux épisodes judiciaires pour savoir si la câble peut s'appeler fibre, vu que cela a pas mal évolué au fil des années, il y a des attaques d'Orange vers Numericable que Numericable à gagné, puis de SFR vers Bouygues Telecom que SFR a arrêté après avoir racheté Numericable, puis une décision de l'Arcep qui font que aujourd'hui on ne parle plus de fibre pour du câble, mais de "Très haut débit")


q05

  • Client Proximus (Belgique)
  • *
  • Messages: 65
Proximus lance le projet « La fibre en Belgique »
« Réponse #37 le: 03 septembre 2020 à 11:57:42 »
Proximus:
En belgique le vdsl2 vectoring est courant grâce aux +-35.000 ROP qui amène la fibre à moins de 700m de la plupart des habitations.
Il n'est pas rare d'avoir 100Mb/s. Note: pas de vectoring possible pour les clients raccordés directement au dslam du central (en diminution, il n'y a presque plus de centrale téléphonique et les bâtiments sont vendus).
Les zones blanches, principalement dans la province du Luxembourg, commencent à être comblées avec des liaisons point à point radio.
Telenet et voo: telenet a fini je pense la mise à jour de son réseau vers le 1Gb/s. voo a aussi une offre >100Mb/s.

Le plus stupide dans tout cela c'est de déployer 2 réseaux dans chaque rue au lieu de co-investir. D'autant plus que VOO appartient encore provisoirement aux intercommunales et proximus à 51% à l'Etat donc aux contribuables. C'est mauvais pour la planète et pour les clients. Il aurait mieux valu que l'Etat garde le monopole du réseau et laisse ouvert à la concurrence les services qui sont offerts dessus.

vivien

  • Administrateur
  • *
  • Messages: 36 537
    • Twitter LaFibre.info
Proximus lance le projet « La fibre en Belgique »
« Réponse #38 le: 03 septembre 2020 à 12:53:37 »
Le VDSL2 ne peut fonctionner que si le câble dans lequel passent plein de paires de cuivres sont branchées sur un seul et unique DSLAM.

C'est une solution qui empêche toute concurrence par les infrastructure, c'est pour cette raison qu'elle est, il me semble, interdite en France.

En France on a vu que la concurrence par les infrastructures est essentielles dans les zones denses.

L'infrastructure mutualisée par les opérateurs est passive, les opérateurs gardent la main sur tous les équipements actifs (en France quand on fait de la montée en débit, terme pour désigner des armoires de rues qui héberge des DSLAM, il y a les DSLAM des 4 opérateurs).

Exemple d'armoire de montée en débit : 2 DSLAM par baie + une baie répartiteur cuivre.


DSLAM SFR en haut et Free en bas :


Ces opérations pour rapprocher les DSLAM des habitations sont couteuses et donc limitées (c'est bien plus utilisé en Belgique, encore un choix qui ne favorise pas le FTTH)

eloicf

  • Client Proximus (Belgique)
  • *
  • Messages: 12
  • Charleroi (BE)
Proximus lance le projet « La fibre en Belgique »
« Réponse #39 le: 05 septembre 2020 à 21:36:52 »

Il n'est pas rare d'avoir 100Mb/s. Note: pas de vectoring possible pour les clients raccordés directement au dslam du central (en diminution, il n'y a presque plus de centrale téléphonique et les bâtiments sont vendus).



c'est faux... il y a que quelques batiments mais il reste facilement 95% des batiments encore en service

eloicf

  • Client Proximus (Belgique)
  • *
  • Messages: 12
  • Charleroi (BE)
Proximus lance le projet « La fibre en Belgique »
« Réponse #40 le: 05 septembre 2020 à 21:39:00 »
Le VDSL2 ne peut fonctionner que si le câble dans lequel passent plein de paires de cuivres sont branchées sur un seul et unique DSLAM.

C'est une solution qui empêche toute concurrence par les infrastructure, c'est pour cette raison qu'elle est, il me semble, interdite en France.


le VDSL est disponible pour n'importe qui signe un contrat commerciale.
il y a d'ailleurs quelques société dites "OLO" qui utilisent le VDSL

vida18

  • Client SFR fibre FTTH
  • *
  • Messages: 2 792
  • Vierzon (18)
Proximus lance le projet « La fibre en Belgique »
« Réponse #41 le: 12 septembre 2020 à 09:27:09 »
Proximus à la chasse aux millions pour son projet fibre optique

Après sa filiale BICS, Proximus s’interroge sur son positionnement dans Be-Mobile. Revoir ses investissements est une solution pour récupérer des millions pour son projet fibre optique. Mais d’autres options sont également sur la table.

Connecter 2,4 millions de ménages belges à la fibre optique d’ici 2025. Sur le marché fixe, l’ambition de Guillaume Boutin, le patron de Proximus, est désormais bien connue. Si son réseau cuivré fonctionne bien et a l’avantage d’être particulièrement bien fourni, il a fait son temps. Place donc à l’avenir et à la vitesse de la lumière. Le côté piquant d’une telle ambition se situe en bas de la facture. Implanter un réseau de fibre optique coûte un sacré paquet d’argent. En chiffres, cela donne des montants à investir qui dépassent le milliard d’euros.

Comment financer tout ça? Le patron de Proximus dispose de plusieurs cordes à son arc, certaines plus solides que d’autres. Français d’origine, Guillaume Boutin a surement dû jeter un coup d'œil attentif à ce qui se passe actuellement dans son Hexagone natal. Là-bas aussi, il est largement question d’investissement dans la fibre optique. Avec le sérieux avantage pour les opérateurs que le gouvernement français s'est décidé à  donner un joli coup de pouce pour amener la connexion 2.0 chez ses citoyens. Le plan "France très haut débit", lancé en 2013, prévoit un investissement de 20 milliards d’euros pour connecter 80% des Français à la fibre optique d’ici 2022. Merci Cédric O, le secrétaire d’État au Numérique, et ses prédécesseurs, visiblement convaincus de l’intérêt de connecter les Français au très haut débit. Guillaume Boutin a donc sûrement pensé à frapper chez Monsieur De Backer, le ministre fédéral des Télécoms, pour lui faire part de la bonne idée de ses compatriotes. Il y a probablement aussi très vite renoncé. Si un soutien était peut-être envisageable il y a quelques mois, le Covid-19 a mis fin au débat avant même qu’il ne soit mis sur la table. L'État a aujourd’hui des feux à éteindre ailleurs.

Le charme des partenariats

Il faudra donc se passer de l’aide publique. Mais il ne faut pas nécessairement y aller seul pour autant. Le travail en partenariat est d’ailleurs devenu la marque de fabrique du patron. Quand il parle très gros projets, Guillaume Boutin aime s’entourer. La collaboration récente avec Belfius sur le développement de l’app MyProximus et le partenariat avec Orange sur l’infrastructure mobile en sont les meilleurs exemples. Aujourd'hui, une collaboration sur la partie fixe paraît même presque une évidence. Le CEO le martèle dès qu’il le peut, son réseau fixe est ouvert et tous ceux qui veulent y participer sont les bienvenus. Le déploiement se fera d'ailleurs avec Eurofiber et Delta Fiber, deux entreprises spécialisées dans la mise en place de la technologie. Le patron aimerait encore aller plus loin et pourquoi pas, embarquer un concurrent dans l’aventure. L’appel du pied à Telenet n’est même plus caché sous la table.

Partager la note allègerait la comptabilité. Mais il faudra, quoi qu’il arrive, régler encore une bonne partie de la facture. Proximus a forcément besoin de cash. Le patron a déjà commencé à rassembler sa cagnotte. Il a d’abord diminué le dividende, le faisant passer de 1,5 à 1,2 euro par action. Une décision forte qui n’avait plus été prise depuis l’arrivée de Dominique Leroy à la tête du groupe. Gain estimé: 100 millions d’euros par an. La société a des comptes sains. C’est plutôt une bonne nouvelle lorsqu’il s’agit d’aller parler avec son banquier. Proximus pourra ainsi augmenter sa dette, a priori sans trop de problèmes, de 600 millions d’euros.

Pour boucler le budget, l’opérateur peut aussi faire l’inventaire de ce dont il n’a plus besoin. Ou du moins, revoir les investissements qui ne sont plus considérés comme indispensables. Les discussions ne sont désormais plus cachées. Les investissements dans BICS et Be-Mobile pourraient être les premiers revus à la baisse. "Il s’agit d’une remise en question qui a lieu régulièrement et qui est un processus sain", relativise-t-on chez Proximus. Difficile de donner tort à la communication de l’entreprise qui n’aurait rien à gagner à hâter les annonces de baisse de participation. En réduisant ses parts dans une série de filiales, elle pourra toutefois récupérer plusieurs dizaines de millions d’euros.

Diminuer la brique

Enfin, la voilure immobilière devrait également être revue à la baisse. En avril dernier, Guillaume Boutin avait confirmé étudier l'option. De quoi faire rentrer jusqu’à 700 millions d’euros supplémentaires. L'idée semblait intéressante depuis longtemps. Elle paraît encore plus évidente aujourd'hui. Chez Proximus, le télétravail est encore largement la norme. Au point de se demander si les emblématiques tours à côté la gare du Nord à Bruxelles sont encore si indispensables que cela. Depuis un certain confinement, débuté en mars, la question doit forcément se poser.


Source : L'Echo, écrit le 12 septembre 2020 par Arnaud Martin.

vida18

  • Client SFR fibre FTTH
  • *
  • Messages: 2 792
  • Vierzon (18)
Proximus lance le projet « La fibre en Belgique »
« Réponse #42 le: 30 octobre 2020 à 16:21:42 »
Proximus déploie la fibre optique en Wallonie et envisage un déménagement

Proximus a signé cette semaine un accord définitif avec l'opérateur Eurofiber afin de raccorder au moins 500.000 foyers et entreprises à la fibre en Wallonie, en plus de son propre déploiement, a annoncé vendredi le CEO Guillaume Boutin à l'occasion de la présentation des résultats du troisième trimestre. Il a par ailleurs confirmé le lancement d'une analyse du mode de travail chez Proximus, avec la remise en question du rôle des deux tours bruxelloises de l'entreprise.



Guillaume Boutin

Actuellement, Proximus a déployé la fibre dans 14 villes belges et raccordé quelque 400.000 foyers et entreprises. L'accord avec Eurofiber lui permettra d'accélérer et d'étendre davantage ses plans de déploiement. Une nouvelle joint-venture sera créée entre les deux partenaires pour prendre en charge la conception, la construction et la maintenance du réseau.

Cette collaboration permettra de couvrir deux tiers de la région en fibre en moins de 10 ans, a précisé Guillaume Boutin. "C'est un progrès colossal", a-t-il ajouté. "Nous avons le même type d'ambition pour la Flandre, nous espérons faire une annonce similaire dans quelques semaines."

Proximus a enregistré de solides résultats financiers au troisième trimestre, malgré la crise du coronavirus, mais a néanmoins décidé de remettre en question son mode de travail et le rôle de ses bureaux. Face à l'épidémie, près de 85% de ses collaborateurs sont passés au télétravail, qui reste la norme aujourd'hui. L'entreprise a donc entamé une analyse immobilière à court terme pour créer à Bruxelles un "Campus Proximus", "plus petit et plus vert".

"Personne n'imagine revenir à la situation d'avant", a ajouté le CEO. "Nous ne sommes plus persuadès que les tours emblématiques soient idéales et incarnent complètement l'idée que je me fais de ce nouveau Proximus résolument moderne."


Source : Trends Tendances

vida18

  • Client SFR fibre FTTH
  • *
  • Messages: 2 792
  • Vierzon (18)
Proximus lance le projet « La fibre en Belgique »
« Réponse #43 le: 27 novembre 2020 à 09:25:10 »
Proximus s'arme pour satisfaire ses ambitions de fibre optique


Proximus a l'intention de raccorder 4,2 millions de foyers et d'entreprises à la fibre optique d'ici fin 2028. ©BELGA


Proximus et EQT s'allient dans une coentreprise qui permettra l'accélération du déploiement de la fibre optique en Belgique.

Renforcer le déploiement de la fibre optique est une des priorités de Proximus. L'opérateur annonce à cet effet la conclusion d'une collaboration avec EQT Infrastructure. Objectif: "créer un réseau ouvert de référence, qui offre une connectivité haut ou très haut débit à chaque foyer et chaque entreprise en Belgique", lit-on dans un communiqué.

Un protocole d'accord avait été signé cet été. Il prévoit  la création d'une joint-venture, détenue à 49,9% par Proximus. Cette coentreprise prendra en charge la conception, la construction et la maintenance du réseau.

Connecter toujours plus de ménages et d'entreprises

Cet accord permet aussi à Proximus de confirmer son intention de raccorder 4,2 millions de foyers et d'entreprises (70% de couverture nationale) à la fibre d'ici fin 2028.

L'opérateur revoit aussi à la hausse ses ambitions qui passent à au moins 1,5 million de logements et entreprises connectés à la fibre en Flandre et à au moins 500.000 en Wallonie.

En ce qui concerne Bruxelles-Capitale, Proximus ambitionne de connecter l'ensemble de la Région à la fibre de manière autonome. Les plans de déploiement de la fibre à Bruxelles seront détaillés en décembre.


Source : L'Echo, écrit le 27 novembre 2020 par Dominique Liesse.

q05

  • Client Proximus (Belgique)
  • *
  • Messages: 65
Proximus lance le projet « La fibre en Belgique »
« Réponse #44 le: 27 novembre 2020 à 09:38:41 »
Je n'en sais rien mais j'imagine que dans les immeubles/les kots la fibre va permettre le partage "pirate" de l'abonnement.
Ce qui n'est pas du tout un bon plan pour proximus.
Vous avez une idée de l'ampleur du phénomène, un retour d'expérience ?

vida18

  • Client SFR fibre FTTH
  • *
  • Messages: 2 792
  • Vierzon (18)
Proximus lance le projet « La fibre en Belgique »
« Réponse #45 le: 27 novembre 2020 à 09:41:04 »
Qu'entendez-vous par "partage pirate" ? En Wifi ?

q05

  • Client Proximus (Belgique)
  • *
  • Messages: 65
Proximus lance le projet « La fibre en Belgique »
« Réponse #46 le: 27 novembre 2020 à 09:57:04 »
Qu'entendez-vous par "partage pirate" ? En Wifi ?
Prendre un abonnement et le partager à plusieurs familles (en wifi ou câblé peu importe).
Comme ici :
(doivent être contents chez Orange !)
Avec la fibre le débit n'est évidemment plus un problème.
Dans le même ordre d'idée, un syndic d'immeuble n'aurait-il pas intérêt à prendre un abonnement pro et à le partager, cette fois officiellement.
Je sais en France les abonnements sont bon marchés et l'opération pas nécessairement rentable mais en Belgique on est vite à des 50€/mois.

 

Mobile View