Auteur Sujet: Wattmètre avec une précision de 0,1 Watt sur la plage 0 à 10 Watts  (Lu 864 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

buddy

  • Expert
  • Client Bbox fibre FTTH
  • *
  • Messages: 12 013
  • Alpes Maritimes (06)
Wattmètre avec une précision de 0,1 Watt sur la plage 0 à 10 Watts
« Réponse #12 le: 10 novembre 2020 à 23:25:47 »
Informer les gens ? On le fait bien avec les voitures justement, l'électroménager, le DAS des mobiles, ...  Après c'est informatif... Je doute que ça change quelque chose par contre..

vivien

  • Administrateur
  • *
  • Messages: 36 537
    • Twitter LaFibre.info
Wattmètre avec une précision de 0,1 Watt sur la plage 0 à 10 Watts
« Réponse #13 le: 11 novembre 2020 à 12:29:27 »
Cela change des choses.

Ils doivent revoir l'étiquette énergie car les industriels font attention et dans certains secteurs, les plus mauvais équipements disponible à la vente sont A+ (Les A, B C D, E , F et G qui existait dans le passé ne sont tout simplement plus commercialisés)

Autre exemple :

Le patron du groupe Intermarché annonce vouloir retirer 142 additifs de 900 produits de marque distributeur d'ici un an et demi. L'objectif : obtenir une meilleure note sur Yuka, l'application qui dévoile les compositions des produits alimentaires et qui a déjà séduit 11 millions de Français.

"Deux tiers des Français qui utilisent Yuka ont depuis douze mois décidé d'abandonner une marque ou un produit" justifie Thierry Cotillard, le président d'Intermarché, qui considère que l'engouement pour l'application n'est "pas un feu de paille, mais une tendance de fond". "En tant que distributeur il est essentiel d'être pro-actif pour avoir les produits les mieux notés possibles" ajoute-t-il.

L'équipe de l'application se dit de son côté "ravie de constater cette volonté d'amélioration de la part d'un acteur majeur de l'industrie alimentaire française". "Nous souhaitons également pousser les industriels à proposer une meilleure offre de produits et c'est ce qui est en train de se passer aujourd'hui au travers de cette annonce, ce qui est très positif" constate son attachée de presse. Selon Yuka, 95% des utilisateurs ont arrêté d'acheter des produits contenant des additifs controversés.

Intermarché se donne 18 mois pour arriver à la suppression des additifs visés et n'exclut pas une augmentation des prix à l'achat. Son président parie sur une tendance au "mieux, mais moins" : selon lui, ces douze derniers mois, les consommateurs ont augmenté leurs dépenses de 1,6% en valeur, avec une baisse de 0,8% de la quantité.


Et Cash investigation fait changer les choses.

Il y a un cache investigation sur Herta et les nitrites qui sont mis dans tous les jambons en France (pas que Herta)

A la 24ème minute, Cash interview le patron d'Herta, Arnaud de Belloy, qui explique pourquoi il est impossible de vendre un jambon sans Nitrites (risque de mort, rien que ça). Il explique bien que mettre des nitrites est une exigence de sécurité alimentaire de premier plan.

Quelques mois après la diffusion de Cach, Herta a lancé un jambon sans nitrite. L'impossible devient possible ! Merci Cash.


vivien

  • Administrateur
  • *
  • Messages: 36 537
    • Twitter LaFibre.info
Wattmètre avec une précision de 0,1 Watt sur la plage 0 à 10 Watts
« Réponse #14 le: 25 novembre 2020 à 20:17:10 »
Combien consomme une box internet ?

La consommation d’une box internet (le boîtier internet qui permet de connecter un foyer à Internet par la technologie ADSL ou fibre optique) illustre la non-proportionnalité énergétique des équipements numériques : lorsque le trafic réseau, et donc l’activité de l’équipement, est très faible, sa consommation est loin d’être négligeable, comme le montre la figure ci-dessous.



La consommation sur une journée d’une box internet connectée par fibre optique (en vert, représentée par la puissance instantanée consommée moyennée sur 10 minutes) n’est jamais nulle, même lorsque la box n’est pas utilisée (en rouge, la variation du trafic sur la même journée).
© Anne-Cécile Orgerie/Pour la Science

Par exemple, aux alentours de 4 heures du matin, le trafic est quasiment nul, mais la box consomme environ 15 watts. On nomme cette valeur « consommation statique » : il s’agit de la puissance consommée lorsque l’équipement est allumé, mais n’est pas utilisé et n’a donc pas de charge de travail. La partie restante est nommée « partie dynamique » et dépend de l’utilisation de l’équipement.

Cette non-proportionnalité, combinée à la variabilité de l’utilisation, complexifie le calcul d’un coût énergétique pour cet équipement. Par exemple, si l’on souhaite calculer un coût de consommation énergétique par bit traité, plusieurs options sont envisageables.

Coût dynamique instantané : cette méthode fait l’hypothèse que la box est toujours allumée et ne considère que la partie de la consommation qui dépend de l’utilisation, c’est-à-dire, dans notre exemple, la partie au-dessus de 15 watts. Ainsi, pour calculer le coût à 8 heures du matin, on considère qu’il faut 0,15 watt (uniquement la partie dynamique) pour un débit de 0,65 mégabit par seconde (Mbps). Ces valeurs donnent un coût énergétique de 0,23 microjoule par bit : chaque bit induit une consommation supplémentaire de 0,23 microjoule.

Coût instantané total : cette méthode considère la consommation instantanée totale de la box incluant la partie statique, soit 15,15 watts pour 0,65 Mbps à 8 heures du matin, par exemple. Ces valeurs correspondent à un coût de 23,3 microjoules par bit. Si l’on calcule ce coût à un autre moment, par exemple à 20 heures, où on a une consommation de 16,05 watts pour 4,75 Mbps, le coût est alors de 3,38 microjoules par bit. Le coût instantané total varie donc fortement suivant le trafic : un bit n’induit pas la même consommation suivant le moment de la journée où il est traité.

Coût journalier total : cette méthode considère la consommation moyennée sur la journée, soit 15,35 watts pour 1,55 Mbps en moyenne. Le coût est alors de 9,9 microjoules par bit. Le trafic variant d’un jour à l’autre, cette méthode indiquera un coût différent en fonction de l’utilisation moyenne pour chaque jour.

Coût minimal total : cette méthode considère les valeurs maximales jamais observées sur la box, en l’occurrence 25 watts pour 60 Mbps. Le coût est alors de 0,42 microjoule par bit. Cette valeur est théorique puisque la box ne fonctionne pas à pleine capacité à chaque instant. Elle constitue donc une borne inférieure théorique de la consommation totale induite par le traitement d’un bit sur la box.

Comme on peut le voir à travers cet exemple, la méthode de calcul influe considérablement sur la valeur finale : on observe jusqu’à deux ordres de grandeur de différence suivant la méthode choisie. Ce choix dépend de l’utilisation que l’on souhaite en faire : calculer le surcoût lié au traitement de données, comparer l’efficacité de deux équipements, calculer la consommation de l’émission d’un e-mail, etc. Ce type d’indicateur de coût est indispensable pour estimer l’efficacité énergétique d’un équipement.

La non-proportionnalité énergétique observée ici pour une box touche en fait tous les équipements numériques dans une proportion plus ou moins forte. Dans le cas de notre box, le poids de la partie dynamique atteint au maximum 40 % de la puissance consommée, puisque la box consomme au maximum 25 watts pour une partie statique de 15 watts. Mais cette proportion dynamique maximale peut descendre jusqu’à moins de 10 % pour certains équipements comme les routeurs du cœur d’Internet, dont la consommation varie très peu en fonction de l’utilisation.

Pour ces équipements déjà en service, une façon efficace d’économiser de l’énergie consiste à les éteindre lorsqu’ils ne sont pas utiles. Dans le cas de la box, l’éteindre pendant la nuit, lorsqu’elle n’est pas utilisée, permettrait d’économiser 15 watts pendant toute la durée de la nuit, soit environ 38 kilowattheures d’électricité par an (l’équivalent de la consommation annuelle d’un four à microondes selon l’Ademe), si l’on considère des nuits de 7 heures. C’est une petite économie en termes de coût financier pour un foyer, mais ramené aux millions de box allumées en France, cela représente une réduction énergétique et environnementale non négligeable.


Source : POUR LA SCIENCE N° 518 "Le vrai coût énergétique du numérique", publié le 25 novembre 2020 par le Anne-Cécile Orgerie et Laurent Lefèvre.

e-TE

  • Client Free fibre
  • *
  • Messages: 851
  • Déville-les-Rouen (76)
Wattmètre avec une précision de 0,1 Watt sur la plage 0 à 10 Watts
« Réponse #15 le: 27 novembre 2020 à 10:10:25 »
Combien consomme une box internet ?
Pour ces équipements déjà en service, une façon efficace d’économiser de l’énergie consiste à les éteindre lorsqu’ils ne sont pas utiles. Dans le cas de la box, l’éteindre pendant la nuit, lorsqu’elle n’est pas utilisée, permettrait d’économiser 15 watts pendant toute la durée de la nuit, soit environ 38 kilowattheures d’électricité par an (l’équivalent de la consommation annuelle d’un four à microondes selon l’Ademe), si l’on considère des nuits de 7 heures. C’est une petite économie en termes de coût financier pour un foyer, mais ramené aux millions de box allumées en France, cela représente une réduction énergétique et environnementale non négligeable.


Source : POUR LA SCIENCE N° 518 "Le vrai coût énergétique du numérique", publié le 25 novembre 2020 par le Anne-Cécile Orgerie et Laurent Lefèvre.
en 2018 90% des foyers avaient internet, donc on arrondie a 26millions de foyers, soit une économie d'énergie de 998 000 000 kilowattheures d’électricité par an....
si je ne me trompe pas... ca commence à faire  :-X

Steph

  • Client K-Net
  • *
  • Messages: 2 375
  • La Balme de Sillingy 74
    • Uptime K-net
Wattmètre avec une précision de 0,1 Watt sur la plage 0 à 10 Watts
« Réponse #16 le: 27 novembre 2020 à 12:18:44 »
Avec la suppression du tél fixe, ceux qui n'hébergent pas de services chez eux peuvent éteindre leur box.
Perso, une partie de mon infrastructure s'éteint la nuit, mais pas toute, parce que cela me gonfle de ne pas pouvoir streamer lors d'une insomnie... ;-)

xillibit

  • Client SFR adsl
  • *
  • Messages: 426
  • Au fin fond de la Haute-Savoie (74)
Wattmètre avec une précision de 0,1 Watt sur la plage 0 à 10 Watts
« Réponse #17 le: 27 novembre 2020 à 13:06:21 »
Au niveau du wifi sur certaines bornes on peut définir des plages horaires pendant lesquelles le wifi est coupé, pourquoi ne pas mettre du wake on lan sur les ports réseau, permettre d'éteindre les LED de la box comme sur les neufbox

buddy

  • Expert
  • Client Bbox fibre FTTH
  • *
  • Messages: 12 013
  • Alpes Maritimes (06)
Wattmètre avec une précision de 0,1 Watt sur la plage 0 à 10 Watts
« Réponse #18 le: 27 novembre 2020 à 15:20:35 »
Chez Bouygues, tu peux éteindre les leds définitivement (comme sur la NeufBox) tu es tranquille ;)
Mais c'est vrai qu'il pourrait ne les allumer que quand il y a une info à afficher (connexion en panne, appel manqué et etc ...) et ne pas allumer toutes les LEDs (une sortie d'option).

Steph

  • Client K-Net
  • *
  • Messages: 2 375
  • La Balme de Sillingy 74
    • Uptime K-net
Wattmètre avec une précision de 0,1 Watt sur la plage 0 à 10 Watts
« Réponse #19 le: 27 novembre 2020 à 15:30:57 »
Les switchs même grand public ont fait de gros progrès du point de vu consommation à vide.
J'aime pas jeter du matériel mais j'ai quand même benner un switch 5 ports 10Mbps alimenté en 230V!  ;)
(Nan, je déconne! En fait, il sert encore ponctuellement en dépannage...)

 

Mobile View