Auteur Sujet: Tsunami Japon : Internet a fait preuve d'une résilience supérieure au nucléaire  (Lu 29858 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

corrector

  • Invité
une petite liste pas très cool

http://atomicsarchives.chez.com/tcherno_sous_marin.html#ancre257554
Sources?

Je m'étonne que les tirs d'essais soient faits avec une charge nucléaire :
  • quel intérêt?
  • ça gâche de la précieuse matière nucléaire fortement enrichie!

octal

  • Invité
les sources officiels sont classé CD :-X
les intérêts =  pour les générations futures  ???
le poids  est très important quand on fait des tests en grandeurs nature = M51 français  :-[  cherche des infos sur cette belle machine transcontinentale  :-X


Des déchets radioactifs ont été volontairement déversés dans la mére

corrector

  • Invité
les sources officiels sont classé CD :-X
Alors comment l'auteur connait-il ces informations?

les intérêts =  pour les générations futures  ???
Hein?

le poids  est très important quand on fait des tests en grandeurs nature = M51 français  :-[  cherche des infos sur cette belle machine transcontinentale  :-X
Je ne comprends pas.

octal

  • Invité
tu crois que les gens qui ont ces informations vont donner voir grillé leurs sources  :(

tu connais les déplacements du plutonium en France,Angleterre,Israël,Amérique,inde,Chili,Iran,Allemagne,suède,russe et autres ainsi que les quantités ? ;D

quand tu fais des essais surtout en grandeurs nature  il est coutume de mettre le poids exacte pour établir des résultat car la modélisation s'appuie sur des détails déjas établie  ::)

bon je sors  :)

   

corrector

  • Invité
quand tu fais des essais surtout en grandeurs nature  il est coutume de mettre le poids exacte pour établir des résultat car la modélisation s'appuie sur des détails déjas établie  ::)
Et pour avoir la masse correcte il faut mettre quelque chose d'aussi précieux que le plutonium? :o

octal

  • Invité
Le lien qui vous donneras une idée  des dégâts aux quels  les japonais doivent faire face et cela rapidement  :-[

http://photo.sankei.jp.msn.com/panorama/data/2011/0316kesennuma/0315kesennuma/

A + :-[

vivien

  • Administrateur
  • *
  • Messages: 38 732
    • Twitter LaFibre.info
J'ai cherché plusieurs vidéos pour m’informer sur Fukushima, vu que les médias n'en parlent plus...
Voici les 2 meilleurs vidéos d'analyse a froid, les mêmes question ont été posées à deux experts :

La point de vue coté "négatif / anti-nucleaire" :

Yves Marignac, directeur de Wise-Paris (agence d'information sur le nucléaire) nous livre son analyse de la catastrophe nucléaire de Fukushima trois mois après l'accident.


La point de vue "positif / pro-nucleaire" :

Bertrand Barré, conseiller scientifique d'Areva, nous livre son analyse de la catastrophe nucléaire de Fukushima trois mois après l'accident.

Il est intéressant de voir comment ces deux interview, réalisées toutes les deux le 6 juin 2011, ont un point de vue différent.

La seule chose dont ne parle pas ces vidéos, c'est le risque de chute de la piscine du réacteur N°4, perché a 30m au dessus du sol dont les explosions ont abîmé une partie de l'infrastructure - TEPCO a rajouté en urgence des piliers pour éviter qu'elle ne s'écroule mais en cas de fort tremblement de terre, elle pourrait s'écrouler, générant énormèment de radioactivité.

octal

  • Invité
Un bar hautement radioactif pêché au large de Fukushima  :o
Un bar pêché au large de la ville de Hitachi, dans la préfecture d'Ibaraki, à quelques dizaines de kilomètres de Fukushima, présente une quantité de césium radioactif mesurée à plus de 1 000 becquerels par kilogramme, alors que la limite pour les aliments a été fixée à 100 becquerels par kilogramme. Un niveau de radioactivité jusqu'à présent inédit pour un poisson de cette espèce, dix fois supérieur à la limite autorisée au Japon.

Source : Le Monde
BJ a tous

corrector

  • Invité
Cela ne m'étonne pas des masses...

corrector

  • Invité
Tsunami Japon : Internet a fait preuve d'une résilience supérieure au nucléaire
« Réponse #21 le: 22 septembre 2013 à 01:00:14 »
Ce n'est pas très frais, mais bon :

La catastrophe de Fukushima a des retombées positives pour la science marine ?
05/06/2012 09:53 (Par Sandra BESSON)

Des thons rouges du Pacifique ont transporté de la radioactivité depuis le Japon jusqu’en Californie. Cette radioactivité est bien inférieure aux taux qui pourraient susciter l’inquiétude pour la santé humaine, mais des résultats montrent que les retombées de la catastrophe de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi au Japon l’an dernier fournissent une opportunité inhabituelle de suivre les animaux, l’air et l’eau de l’Océan Pacifique.
 
Le thon rouge se reproduit dans les eaux japonaises avant de rejoindre la côte californienne. Des chercheurs qui ont testé 15 poissons attrapés après la catastrophe en Mars 2011 ont découvert que tous contenaient des traces de caesium-134, un radio-isotope soluble dans l’eau et rejeté dans l’océan lors de la crise de Fukushima.
 
Les poissons ayant voyagé jusqu’en Californie avant 2011 ne transportaient pas cet isotope. Les résultats de cette étude ont été publiés cette semaine par le journal Proceedings of the National Academy of Sciences.
 
    Cela peut être utile pour connaître l’absorption de dioxyde de carbone et d’autres sources de pollution
 
L’accident nucléaire de Fukushima a ainsi donné une opportunité aux experts en science marine d’étudier la migration des poissons ainsi que la circulation de l’air dans cette région de l’Océan Pacifique, d'après un article du journal Nature.
 
Les chercheurs ont comparé les ratios de caesium-134 et de caesium-137 pour estimer que les thons rouges en question avaient quitté les eaux japonaises environ quatre mois avant d’être capturés. Le calcul a pris en compte la croissance des poissons et le niveau de radioactivité.
 
Les méthodes doivent être affinées mais il est cependant urgent de faire des études : le caesium-134 a une durée de vie de 6 mois à deux ans.
 
Le cycle migratoire du thon rouge est assez bien connu, c’est pourquoi l’étude « ne nous a pas appris grand-chose sur les régimes de migration du thon » a indiqué Daniel Madigan, un biologiste marin pour l’Université de Stanford et co-auteur de l’étude.
 
Mais Daniel Madigan a ajouté que les résultats fournissaient la preuve d’une conceptualisation des manières d’étudier les régimes de migration d’autres animaux du Pacifique, tels que les baleines et les oiseaux de mer.
 
Les scientifiques marquent souvent électroniquement les animaux pour suivre leur migration, mais les isotopes fournissent une autre dimension.
 
« Les marqueurs électroniques enregistrent les mouvement des animaux depuis un certain point. C’est un outil, mais il ne vous permet pas de revenir en arrière » a indiqué Daniel Madigan.
 
Pendant plusieurs décennies, les chercheurs ont exploité les isotopes radioactifs relâchés lors de tests nucléaires pendant la guerre froide. Dans les années 1940 et 1950, les îles Marshall dans le mi-Pacifique ont été le théâtre de nombreuses explosions nucléaires, qui ont relâché du tritium et du carbone-14 dans l’eau.
 
La catastrophe de Tchernobyl en Ukraine en 1986 avait relâché du caesium-137 soluble dans l’eau et du strontium-90. Ken Buesselet, un chimiste marin pour l’Institut Océanographique Hole dans le Massachusetts, a commencé sa carrière en analysant les courants dans la Mer Noire en utilisant des radio-isotopes de Tchernobyl.
 
Il envisage actuellement d’utiliser les fuites radioactives de Fukushima pour des buts similaires. Les chercheurs peuvent déjà suivre le flux horizontal des océans en utilisant des appareils flottant qui èmettent des signaux radio, mais il est plus difficile de suivre les courants sous la surface.
 
Les isotopes de Fukushima pourraient aider à y parvenir : les taux de radioactivité dans l’eau provenant des profondeurs nous indique ce qui arrive aux matériaux absorbés par l’océan.
 
« Cela peut être utile pour connaître l’absorption de dioxyde de carbone et d’autres sources de pollution » a indiqué Ken Buesseler.

http://www.actualites-news-environnement.com/28503-catastrophe-Fukushima-science-marine.html

NBQG1304

  • Client OVH adsl
  • Modérateur
  • *
  • Messages: 1 699
    • Twitter
Tsunami Japon : Internet a fait preuve d'une résilience supérieure au nucléaire
« Réponse #22 le: 19 décembre 2013 à 22:34:48 »
Edit Vivien : Hors sujet déplacé du post https://lafibre.info/meurthe-et-moselle/free-grand-nancy/

Vous avez une piètre opinion des sociétés cotées ! Contrairement à ce que vous insinuez, une société cotée ne peut pas mentir. Si elle le fait, l'AMF lui colle une amende, et les actionnaires trompés s'en vont. L'avantage du marché financier, c'est qu'il oblige à la transparence: rapport trimestriel et annuel, etc. J'ajoute que SFR n'est pas coté. C'est Vivendi qui l'est et SFR ne représente que la moitié du CA. Il en est de même pour Bouygues dont l'activité BTP domine nettement l'activité téléphonie mobile.

En revanche, votre K-net n'étant pas coté, il n'y a aucune obligation d'information et de transparence. La preuve: KWAOO qui est le holding dont toutes les actions sont détenues par un seul homme est une création très récente (mai 2013).

Cela dit, je suis pour la concurrence et je salue l'arrivée de nouveaux "players" comme K-net pour empêcher les "trois gros" de nous refaire le coup d'un cartel se partageant le marché et faisant un max de pognon sur le dos des clients. Ils ont été punis par l'AMF, mais ils peuvent recommencer.

[HS]Il a raison : "une société cotée ne peut pas mentir", c'est tout.
Tepco est l'exemple même de la transparence, en même temps elle est cotée donc obligatoirement elle ne peut pas mentir.
Attendez c'est par parce qu'une centrale nucléaire se prend un séisme, un ras de marrée et le feu dans la même journée que forcèment il se pourrait qu'il y ait des problèmes dans la centrale, ben non. Heureusement qu'il y a des entreprises cotées comme Tepco qui sont là pour nous dire : "Vous inquiétez pas, il n'y a pas de problèmes, tout est sous contrôle, nous sommes des professionnels". Ils n'ont même pas besoin de jurer sur la tête de leur mère pour être cru, attendez ils sont cotés quand même. Les gens voient des mensonges partout de nos jours, je trouve ça dommage, bande de mauvaises langues !
[/HS]

summicron2

  • Client SFR adsl
  • *
  • Messages: 14
  • Fléville-devant-Nancy (54)
Tsunami Japon : Internet a fait preuve d'une résilience supérieure au nucléaire
« Réponse #23 le: 20 décembre 2013 à 09:25:52 »
Tepco n'est plus coté depuis la  cata. C'est bien ce que j'ai écrit.

Quant à savoir qui a accordé un permis de construire à Tepco dans une zone inondable et peuplée.... ???