Auteur Sujet: Chevigny-Saint-Sauveur  (Lu 1772 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

vida18

  • Abonné Free fibre
  • *
  • Messages: 4 177
  • Vierzon (18)
Chevigny-Saint-Sauveur
« le: 18 décembre 2019 à 18:02:48 »
NUMÉRIQUE : Orange au rendez-vous de la fibre optique à Dijon et la métropole

La vidéo 4K, le son HD, le cloud, les jeux... en simultané ! C'est la «révolution numérique» de la fibre optique. Dans le cadre d'un plan national Internet à très haut débit, Orange déploie son réseau dans la métropole. Exemple à Chevigny-Saint-Sauveur.

Véritable outil d'aménagement numérique du territoire, le Programme National Très Haut Débit remonte à 2010. Tous les gouvernements l'ont soutenu et renforcé depuis. Aujourd'hui, l'objectif de «l'accès au très haut débit pour tous» en 2022 est d'atteindre la couverture de 100% du territoire dont 80% par la fibre optique.

On parle de «fiber to the home» ou FttH pour «la fibre jusqu'au domicile». Selon le ministère de l’Économie, en 2018, 56% du territoire était couvert en très haut débit (plus de 30 Mbits/s) et 85% en «bon haut débit» (plus de 8 Mbit/s). Dans les grandes agglomérations, ce sont les opérateurs privés qui déploient les réseaux sur leurs fonds propres. Pour le reste du territoire, les collectivités installent des réseaux publics avec le soutien de l’État et en ayant recours à des emprunts.

Dans la version lancée en 2013, le Plan France Très Haut Débit, vingt milliards d'euros sont mobilisés sur dix ans dont 3,3 milliards d'euros de subventions de l’État, 6,5 milliards d'euros venant des collectivités territoriales, le restant venant des opérateurs privés (Orange et SFR) et des recettes d'exploitation. Ce plan est articulé étroitement avec les collectivités territoriales et suivi par l'autorité de régulation des télécommunications, l'ARCEP.

Orange raccordera 100% de la métropole en 2020

Pour toute la France, entre 2015 et 2018, Orange a investi 3 milliards d'euros spécifiquement pour le développement de la fibre optique dans 3.600 communes et 220 agglomérations. Un investissement représentant l'équivalent de 13 Airbus  A380. Cela mobilise «des dizaines de milliers de salariés d'Orange et de partenaires industriels». Fin 2018, 12 millions de logements et locaux professionnels étaient éligibles à la fibre en France. 70% étaient commercialisés par Orange.

En ce qui concerne la Bourgogne-Franche-Comté, Orange ambitionne d'avoir raccordé 45% des logements à fin 2020 soit 740.000 habitations dans 337 communes. Cela représente un travail important puisque, à ce jour, 270.000 foyers et entreprises sont raccordables à la fibre optique dans la grande région.

Dans la métropole, dans l'immédiat, 122.000 logements ou entreprises sont raccordables dont 84.000 à Dijon. L'objectif est de couvrir en 2020 la totalité des habitants des communes composant la communauté d'agglomération en 2010. C'est à dire les communes de Dijon métropole aujourd'hui sauf Corcelles-les-Monts et Flavignerot. Une page dédiée permet de vérifier l'éligibilité de son logement (cliquer ici).

L'exemple de Chevigny-Saint-Sauveur

À Chevigny-Saint-Sauveur, la directrice régionale Bourgogne d'Orange Véronique Morlighem a célébré ce mardi 17 décembre 2019 l'installation d'une nouvelle armoire de raccordement par un geste inaugural avec le maire LR de la commune Guillaume Ruet. Une fois le ruban coupé – non pas tricolore mais orange – une démonstration de technique de soudure de fibre optique a été effectuée par Pascal Afflard, technicien d'intervention.

Parmi ses activités, Orange a une division commerciale liée à la fourniture d'abonnement et une division d'intervention technique liée au déploiement des réseaux. C'est cette dernière qui amène les câbles de fibre optique et installe les armoires de raccordement. Dans le cadre du droit à la concurrence, les différents fournisseurs d'accès à Internet (FAI) peuvent se raccorder et proposer des abonnements aux entreprises ou aux particuliers.

Dans la commune de Chevigny-Saint-Sauveur, 19 points de mutualisation ont été positionnées depuis 2017 et couvrent ainsi 60% de la population – soit 4.000 logements – avec l'objectif de 100% fin 2020. Chaque armoire peut accueillir les câbles de 360 à 400 logements. Pour en arriver là, plusieurs phases sont nécessaires : études en coordination avec l'équipe municipale, installation des armoires de rue, tirage de la fibre optique dans les fourreaux de génie civil ou sur les supports aériens existant.

« Tous les usages en simultané sur tous les écrans »

L'implication des propriétaires est incontournable notamment pour les immeubles collectifs. Les assemblées générales de copropriétaires ont à voter le raccordement de l'immeuble pour que l'opérateur puisse intervenir pour installer des points de branchement en face de chaque logement. Il reste ensuite à l'habitant de choisir un FAI qui interviendra à son tour pour effectuer le raccordement final du domicile.

Avec son réseau de fibre optique, Orange «garantit la performance de la technologie jusqu'au logement» et vante «la possibilité de profiter de tous les usages en simultané sur tous les écrans du foyer» : contenus vidéos en Ultra Haute Définition (UHD ou 4K), son haute définition, stockage sur le cloud, caméra 360°... L'entreprise annonce un débit allant de 500 Mbit/s à 1Gbit/s.

Les usages spécifiques de petites entreprises peuvent être eux aussi couvert par une fibre de type domicile : usages de la data, multiplication de terminaux connectés, espaces de travail partagés, sauvegarde en réseau, hébergement des applications de l'entreprise dans le cloud...

« Une excellente nouvelle pour la commune »

Que «d'ici fin 2020 tous les Chevignois puissent accéder au très haut débit» est «une excellente nouvelle pour la commune» selon Guillaume Ruet. Le maire voit là une «révolution dans notre quotidien» avec la dématérialisation, le télétravail, la télévision à la demande... «L'accès à la fibre optique est un des critères d'attractivité pour une commune» souligne le maire. Celui qui est également conseiller métropolitain rappelle que «cela ne coûte pas un euro d'argent public» puisque Orange réalise l'intégralité de l'investissement sur ses fonds propres.

Pour autant, Guillaume Ruet est vigilant face à l'«e-exclusion» ou «illectronisme» c'est-à-dire la forme moderne d’illettrisme en matière d'outils numériques : «il y a des personnes qui auront le très haut débit à leur porte et qui ne sauront pas l'utiliser parce qu'il y a des gens qui ne savent pas maîtriser les usages du numérique». Il a le souci notamment «des personnes âgées», mais pas seulement, pour contribuer à ce que tout le monde puisse franchir «la porte d'entrée du XXIème siècle».


Source : Infos Dijon, écrit le 18 décembre 2019 par Jean-Christophe Tardivon.