Auteur Sujet: Canicule: risque "très élevé" pour les datacenters  (Lu 21653 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Florian

  • Client Bbox fibre
  • *
  • Messages: 1 970
  • Offre 2Gb/s BT - Argenteuil (95)
PUE DC3 canicule 2019
« Réponse #12 le: 24 juillet 2019 à 09:06:31 »
Je suis loin d'être un expert, mais 42 est fréquent dans certaines régions du monde.. En quoi cela pousse le système de DC3 sans ses retranchements, ou n'importe quel système de refroidissement de datacenter ? Et pourquoi spécialement DC3 ?

Ce n'est pas juste une espèce de coup de comm' gratuit ?

kgersen

  • Modérateur
  • Client Free Pro
  • *
  • Messages: 8 052
  • Paris (75)
PUE DC3 canicule 2019
« Réponse #13 le: 24 juillet 2019 à 09:23:49 »
Ce n'est pas juste une espèce de coup de comm' gratuit ?

C'est l'impression que ca donne.

macmonac

  • Client K-Net
  • *
  • Messages: 140
  • DOUVRES LA DÉLIVRANDE (14)
Canicule 2019: risque "très élevé" pour les datacenters
« Réponse #14 le: 24 juillet 2019 à 09:31:54 »
Bonjour,

DC3 n'est pas un datacenter en freecooling sans refroidissement actif ?

A+

vivien

  • Administrateur
  • *
  • Messages: 38 758
    • Twitter LaFibre.info
Canicule 2019: risque "très élevé" pour les datacenters
« Réponse #15 le: 24 juillet 2019 à 09:56:39 »
Non, c'est DC5 qui est en Freecooling direct.

DC3 est en Freecooling indirect, cela ne donne un gain que quand il fait froid dehors. C'est des groupes froids traditionnels.

Optix

  • AS41114 - Expert OrneTHD
  • Client Orne THD
  • *
  • Messages: 2 932
  • Im Elsass !
    • OrneTHD
Canicule 2019: risque "très élevé" pour les datacenters
« Réponse #16 le: 24 juillet 2019 à 10:01:53 »
Voyez... OVH n'est pas emmerdé vu qu'ils sont en watercooling.   ::)

* Optix sort  ;D

lebordelais

  • Client Orange vdsl
  • *
  • Messages: 70
  • Marcheprime 33
PUE DC3 canicule 2019
« Réponse #17 le: 24 juillet 2019 à 10:34:03 »
Je suis loin d'être un expert, mais 42 est fréquent dans certaines régions du monde.. En quoi cela pousse le système de DC3 sans ses retranchements, ou n'importe quel système de refroidissement de datacenter ? Et pourquoi spécialement DC3 ?


Les gaz utilisés dans les clim en Europe ne sont peut être pas les même que dans les pays cités. Nous avons surement des normes différentes sur la pollution des gaz a effet de serre  dont les proprietes de condensations sont différente. Ce n'est qu'une idée mais je suis loin d’être un expert sur le fonctionnement des groupes froid.

Enfin pour ma part je viens de couper mes serveur sur DC2 apres backup et j'ai basculé les services DC2 sur DC5 sait on jamais :) mieux vaut prévenir que guérir  ;D
« Modifié: 24 juillet 2019 à 11:01:07 par lebordelais »

online_fr

  • AS12876 Officiel Scaleway
  • Expert
  • *
  • Messages: 103
  • Paris (75)
Canicule 2019: risque "très élevé" pour les datacenters
« Réponse #18 le: 24 juillet 2019 à 12:49:55 »
Quand Arnaud de Bermingham parle d'un risque "très élevé" pour les datacenters, je pense qu'il parle d'un autre risque que celui de la température dans le datacenter qui augmente de 5°c.
La preuve, DC5 n'est pas inclus dans ces risques, or avec 42°c, il va probablement dépasser de 3°c la température cible (aucun impact).
Arnaud semble évoquer une panne d'équipements qui forcerait a arrêter des salles du datacenter.

Quelques précisions techniques, que j'essaye de simplifier/vulgariser au maximum pour la compréhension de tous !

La climatisation est un procédé qui consiste d'un coté à condenser un gaz en le compressant (coté condenseur, qui dégage de la chaleur), et à évaporer le gaz le détendant (coté évaporateur, qui produit du froid). On retire des calories d'un milieu pour le restituer à l'autre, c'est le principe de la pompe à chaleur.

Entre les deux il y a un gaz frigorifique. Nous utilisons depuis les années 2005 le gaz frigorifique R134A, qui a la particularité d'avoir un faible impact environnemental.
Depuis les années 2000, au gré des règlementations, les gaz à changé :
- R22 Interdit en Europe depuis 2004 (gaz neuf) et 2015 (gaz recyclé) en raison de son potentiel sur la couche d'ozone
- Le R407C gaz de substitution au R22, de merde, avec une perte de puissance assez importante et ingérable en maintenance (car composé de plusieurs gaz/molécules de densité différente)
- Le R134A qui est depuis le gaz de référence depuis 2015, mono-composant, adapté aux fortes puissances (utilisé principalement avec les compresseurs à vis)

Bref, on s'adapte.

Chaque gaz à ses plages de fonctionnement en pression, seuils qui dépendent directement de la température. C'est purement physique.
Le R134A à un seuil critique à environs 16 bars. C'est à dire que la "compression" (condensation) ne peut pas se faire au delà de 16 bars au risque d'un emballement du compresseur et explosion.
Ce seuil de 16 bar correspond à une température de condensation d'environs 55-57°C.
Par sécurité, les pressostat sont réglés à 15 bars et la soupape de sécurité à 17 (? pas sur) bars.

En pratique, certains groupes froids pour éviter de tomber en sécurité réduisent automatiquement leur puissance. C'est notre cas.
D'autres machines moins puissantes ou moins perfectionnées vont attendre le seuil et couper lorsque le seuil est atteint. (c'est le cas de toutes les armoires en détente directe notamment)

Ces fameux pressostat sont les "fameux" petits boutons rouge à coté du compresseur.
Si la pression est atteinte, il ferme un contact électrique pour arrêter physiquement/électriquement la machine en sécurité.
Pour redémarrer, il faut le "reset" si les conditions de condensation sont réunies.

Maintenant, cette condensation est effectuée sur un milieu :
- Pour les groupes froids à air, les échangeurs remplis de gaz frigorifiques échangent leurs calories avec l'air. Le pincement entre le gaz et l'air est d'environs 20°C en moyenne
- Pour les groupes froids à eau, les échangeurs remplis de gaz frigorifiques échangent leurs calories avec de l'eau. Le pincement entre l'eau/air et eau/gaz est d'environs 4°C pour les installations
Spécificité française, cette eau est ensuite échangée avec de l'air avec des dry-coolers.

Pour être très concret, à cette heure, il fait 34.5°C à Vitry.
Les groupes froids à eau (DC3) : l'eau des dry-coolers revient à 39,3°C et les groupes froids condensent à 45°C
Petite projection (c'est totalement proportionnel) : l'installation étant conçue pour 40°C, vérifions : à 40°C extérieurs on condense donc à 50.5°C - Donc ça colle
Alors forcèment entre 50°C et la limite de 55-57°C, la puissance du groupe froid sera réduite et sa consommation électrique plus élevée.
Et au delà de 55°C il va réduire sa puissance pour éviter de déclencher son pressostat.

Il n'y a pas de magie.
Avec des dry-coolers et du gaz frigorigène R134A, au delà de 40°C, quelque soit le type de groupe (air ou eau) le seuil critique est très proche.
Et encore, avec une installation maintenue aux petits oignons et des condenseurs / dry-coolers parfaitement propres et bien exposés.
Alors il n'y a qu'une seule solution : arroser les dry-coolers pour faire le même principe que l'adiabatique : l'évaporation de l'eau sur le dry-cooler produit du froid et abaisse la température de retour des dry-coolers. Ca permet de gagner 4°C.
Demain avec 42°C annoncés, ça devrait passer tout juste, nous fleurtons avec des limites physiques, alors on a préféré prévenir nos clients (Mon choix)

Dans les pays chauds, ils utilisent non pas des dry-coolers, mais des tours aéroréfrigérante.
Ils utilisent non pas du R134A mais encore du R22 dont la température de condensation est bien plus élevée.
La particularité des tours ? Ils rendent de l'eau nettement plus fraiche que que la température extérieure, sur le même principe que l'adiabatique (une partie de l'eau de refroidissement s'évapore, et donc refroidit). Même dans les pires conditions, même à 50°C extérieurs, ils rendent de l'eau qui dépasse rarement les 38°C. La magie de l'évaporation de l'eau, c'est le principe de DC5.
Mais en France, il est devenu quasiment impossible d'installer des tours aéro en raison de la parano de la légionellose.

Alors quelles solutions ?
Réduire le pincement air/eau en sur-dimensionnant les dry-coolers ? Pourquoi pas, mais pour gagner 1°C ? 2°C ?
Changer de gaz frigorigène ? Pas de magie non plus, la technologie évolue mais le R134 reste le seul gaz vraiment valide sur nos puissances
Installer de la brumisation permanente sur les échangeurs ? C'est ce que nous avons à DC2 et ce que nous venons de faire à DC3. Mais pour gagner quoi, 4°C ? Et puis, au niveau de la réglementation, c'est la même chose que les tours aéroréfrigérantes donc normalement pas autorisé sans déclaration préfectorale ...

Voilà. Pas simple donc.
Désolé si j'ai perdu tout le monde, je prendrais le temps de répondre à quelques questions si vous en avez
En tout cas, (je) nous ne souhaitons pas cacher les choses, oui : cet après midi et demain, c'est très tendu. Pour tout le monde.


 
Edit : mauvaise copie d'écran, mais le principe est là :-)
Edit 2 : Copie d'écran corrigée

lebordelais

  • Client Orange vdsl
  • *
  • Messages: 70
  • Marcheprime 33
Canicule 2019: risque "très élevé" pour les datacenters
« Réponse #19 le: 24 juillet 2019 à 13:07:26 »
Merci beacoup pour ton retour sur le sujet et cette communication :D
On sent vraiment que ça peut a tout moment devenir chaud.
 Je me suis donc pas trompé en parlant des gaz utilisés dans les machines c'est bien ce qu'il me semblait.

vivien

  • Administrateur
  • *
  • Messages: 38 758
    • Twitter LaFibre.info
Canicule 2019: risque "très élevé" pour les datacenters
« Réponse #20 le: 24 juillet 2019 à 13:18:58 »
Merci Arnaud pour cette explication technique.

On le sais par différentes expériences passé (récemment l'incendie à coté de DC5) vous êtes très transparents et n'hésitez pas à prévenir des risques, là où d'autres attendent que cela tombe pour communiquer (ou pas).

L'explication technique est par contre nécessaire pour cela ne soit pas interprété comme une faiblesse de vos DC, vis à vis d'autres acteurs qui exploitent les même technologies pour refroidir leur DC, mais ne communiquent pas (Telehouse, Interxion, Equinix,...).

vivien

  • Administrateur
  • *
  • Messages: 38 758
    • Twitter LaFibre.info
Canicule 2019: risque "très élevé" pour les datacenters
« Réponse #21 le: 24 juillet 2019 à 14:21:11 »
Explications d'Aqua Ray France, Hébergeur sur Ivry-sur-Seine (94)


vivien

  • Administrateur
  • *
  • Messages: 38 758
    • Twitter LaFibre.info
Canicule 2019: risque "très élevé" pour les datacenters
« Réponse #22 le: 24 juillet 2019 à 14:28:25 »
Une petite vidéo récupérée sur le twitter de Clèment Cavadore.

On taira son nom
#TeamGardena


lebordelais

  • Client Orange vdsl
  • *
  • Messages: 70
  • Marcheprime 33
Canicule 2019: risque "très élevé" pour les datacenters
« Réponse #23 le: 24 juillet 2019 à 14:46:05 »
J'avais cru comprendre que d'arroser les Dry cooler etait interdit car risque de contamination a la légionellose (inhalation apparement) arretez moi et corrigez moi si je me trompe.
Je sais que cette pratique est souvent utilisée (je l'ai vu plusieurs fois chez des clients) mais non reglementaire ?  :-\ :-X