Auteur Sujet: Brèves du sport business et de la tv payante  (Lu 31224 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hammett

  • Client Orange Fibre
  • *
  • Messages: 2 661
  • Bois Colombes (92)
Brèves du sport business et de la tv payante
« le: 02 avril 2014 à 08:01:50 »
Alors que l’appel ce Canal+ n’a pas été entendu en appel (L’Equipe, 01/04), c’est aujourd’hui que sont remises à la Ligue de Football Professionnel (LFP) les copies de l’appel d’offre pour la diffusion du championnat de Ligue1 et de Ligue2. La LFP espère que la concurrence en Canal+ et beIN Sports permettra de faire grimper les droits jusqu’à 750 millions et ainsi de faire remonter la France à la troisième place européenne.

Actuellement par saison et jusqu’à la saison 2015/2016, Canal+ paye 430 millions d'euros pour les deux affiches + diffusion dans les hôtels et bars et continuité tablette/Smartphone. beIN Sports paye 153 millions d'euros pour 8 matches 1, Orange, 25 millions pour les droits mobiles et tablettes, YouTube, Dailymotion, L’Equipe, 2 millions pour un résume de la journée.
Soit un total de 607 millions (auquel il faut rajouter les droits de la Ligue2 pour 18 millions et des ventes à l'international pour 31 millions) au lieu de 668 millions lors du précédent accord, à noter que les droits internationaux passent de 17 à 31,5 millions (beIN Sports) et que ceux de la ligue 2 de 13 à 18 millions (beIN Sports et Eurosport).

Quelques chiffres publiés de-ci de-là.
   
L’évolution des droits TV en France et un comparatif européen

Le Figaro du 15/03.

Un comparatif européen sur la valeur des championnats

Le Journal du Dimanche du 16/03.
« Modifié: 20 septembre 2017 à 14:25:20 par Hammett »

Hammett

  • Client Orange Fibre
  • *
  • Messages: 2 661
  • Bois Colombes (92)
Brèves du sport business et des médias
« Réponse #1 le: 04 avril 2014 à 07:49:31 »
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°79

Droits tv de la Ligue 1 et de la Ligue 2
C’est aujourd’hui à 10h que la Ligue de football professionnelle (LFP) ouvre les enveloppes financières pour les lots de son appel d’offre pour les droits tv de la Ligue 1 et de la Ligue 2 pour la période 2016 à 2020. Mercredi, selon L’Equipe, 02/04), cinq diffuseurs ont répondu : Canal+, beIN Sports, Eurosport, Orange et le groupe L'Equipe.

Sur le lot 1 de Ligue 1 (en gros, deux des meilleurs matches de chaque journée), les offres étaient à la fois qualitatives et financières. Comme pour l'ensemble de la Ligue 2. En revanche, sur les cinq autres lots de Ligue 1, les offres sont seulement qualitatives, les propositions financières étant attendues pour aujourd’hui.
 
La LFP va ouvrir les enveloppes financières pour le lot 1 à 10h. Une fois le vainqueur du lot 1 dévoilé, les diffuseurs auront de 10h à 12h pour soumettre leur meilleure offre pour les lots 2 et 3. Les candidats pour ces lots seront prévenus des résultats à 13h et les lots 4,5 et 6 seront mis en jeu entre 13h et 14h pour tous les diffuseurs intéressés.
La LFP annoncera à 15h30 les résultats de l’appel d’offres et dévoilera si le prix de réserve fixé par la ligue a été atteint pour attribuer les lots, ou si elle décidera de remettre certains lots en jeu.

Après la première bataille sur les droits du football français, les diffuseurs entameront la seconde dès lundi pour les droits de Ligue des Champions et de Ligue Europa mis en jeu par l’UEFA pour la période 2015-2018.

Droits tv du rugby
Alors que la Ligue Nationale de Rugby (LNR) a vendu les droits tv du Top14 à Canal+ pour cinq ans et 355 millions d’euros, soit 71 millions par saison en moyenne, la LNR espère rajouter au moins 9 millions par saison, car il lui reste à vendre les droits tv de la Pro D2, les droits mobiles et internet, les droits internationaux et la finale en clair du Top14.

beIN Sports va-t-il se faire un peu la main en s’emparant des droits de la Pro D2 ? D’autant que d’autres arrivent à échéance. Et notamment ceux des Coupes d’Europe, l’ex H Cup  et Challenge Européen. Cela permettrait d’étoffer l’offre rugby, beIn Sports a acheté les droits (hors matchs de l’Equipe de France) des différentes tournées d’automne et qu’il diffuse le championnat anglais ainsi que la Ligue Celte. 

D’autres droits devraient être remis assez rapidement sur le marché : Tournée d’été de l’équipe de France (2016), Tri Nations (2014), Super 15 (2015), Air New Zealand Cup, the Currie Cup and Vodacom Cup (2015).

Hammett

  • Client Orange Fibre
  • *
  • Messages: 2 661
  • Bois Colombes (92)
Brèves du sport business et des médias
« Réponse #2 le: 04 avril 2014 à 17:42:31 »
La répartition des lots de la Ligue 1 et Ligue 2 vient d'avoir lieu. La LFP obtient 748,5 millions par an (dont 22 millions pour la Ligue 2, au lieu de 18 millions actuellement)  à partir de 2016 et jusqu'en 2020...

Par rapport aux droits actuels, C'est une augmentation de 119,5 millions par an pour la Ligue 1 et de 4 millions pour la Ligue 2. Les droits internationaux de 31 millions ne changent pas et restent la propriété de beIn Sport.
Dans le détail, c'st Canal+ qui remporte les deux premiers lots et beIn Sports les autres lots. Eurosport est évincé et remplacé par Canal+ pour la Ligue 2. L'Equipe 21 et Orange n'ont rien.

Le détail des lots Ligue 1 :



Canal+ se renforce et beIn Sport va perdre une affiche (celle du vendredi soir).  Le président de la LFP a déclaré que "Les écarts ont été très sensibles dans les offres de chacun sur les lots 1 et 2 sur le lot 3 ce qui a rendu nos décisions plus faciles.".
Manifestement beIn Sports ne voulait pas faire de folies ou se réserve pour les droits TV de la Ligue des Champions...Car après la perte du Top 14, en l'absence de droits Premium la dégringolade pourrait être sévère.

Hammett

  • Client Orange Fibre
  • *
  • Messages: 2 661
  • Bois Colombes (92)
Brèves du sport business et des médias
« Réponse #3 le: 14 avril 2014 à 08:03:39 »
Selon le quotidien Les Echos (01/04), Netflix (le service de vidéo à la demande par abonnement) pourrait s’installer au Luxembourg pour gérer ses activités en France et ainsi bénéficier d’un asile fiscal offshore et d’une réglementation souple pour ce qui concerne les obligations liées à la production et à la diffusion d’œuvres cinématographiques.
Alors que depuis quelques mois Netflix semblait vouloir "jouer" le jeu de la légalité, cette attitude pourrait être un revirement.
 
En attendant selon une étude de la banque Citi, l’américain pourrait atteindre 5 millions d’abonnés en France à horizon 2020. A ce jour, il compterait 1,8 millions d’abonnés en Grande-Bretagne et en Irlande.

Si Netflix inquiète les diffuseurs comme Canal+ et dans une moindre mesure Orange (via OCS), il déclenche de la joie chez les producteurs, car Netflix a laissé entendre qu’il pourrait des séries françaises afin de plaire au public hexagonal.
     
Avec 31,7 millions de clients aux Etats-Unis, Netflix s'est imposé dans les foyers américains en nouant des accords avec les fabricants de consoles de jeux vidéo, Sony, Microsoft. NetFlix compte aussi 10,9 millions d'abonnés en dehors de son marché d'origine à travers des partenariats avec des fournisseurs d'accès, Com Hem en Suède, et Waoo! au Danemark. Dans ces pays, le service coûte 7,9 euros par mois.

D’autre part, Netflix veut pouvoir installer son propre lecteur sur les box de nos opérateurs, il souhaite également garder le contrôle total de ses clients, c’est-à-dire d’imposer son propre système d’identification, et comme aux Etats-Unis, Netflix souhaite une connexion spécifique entre ses serveurs et le réseau des opérateurs. A ce jour Netflix n’a pas signé d’exclusivité avec un opérateur, mais la mise en place d’une interconnexion directe ne dérangerait pas Orange qui le pratique déjà avec Google et Facebook, moyennant un financement de la bande passante.

Cela fait beaucoup quand même : le beurre, l’argent du beurre, la crémière, la boutique. Netflix veut tout. Netflix si il veut s’imposer ne va pas pouvoir partir en guerre contre tout le monde et devra donc passer des compromis.

Hammett

  • Client Orange Fibre
  • *
  • Messages: 2 661
  • Bois Colombes (92)
Brèves du sport business et des médias
« Réponse #4 le: 15 avril 2014 à 07:49:45 »
Les droits tv de la Ligue 1 pour les saisons 2016/2017 à 2020/2021 viennent d’être attribués. Qui va payer quoi en France ? Et dans les autres championnats européens ?

En France
Canal+ va payer 540 millions pour les trois meilleurs matchs de Ligue 1 et 10 millions pour 1 match de Ligue 2. Lors de l’appel précédent, Canal+ payait 430 millions pour deux affiches. C’est donc une augmentation de 110 millions (+25,6%) et même de 120 millions avec le match de Ligue 2.
beIn Sport va payer 186,5 millions pour les autres lots de la Ligue 1 et 12 millions pour les 9 matchs de Ligue 2. Lors de l’appel précédent, be In Sport payait 153 millions pour une affiche et le multiplex de Ligue 1 et 12 millions pour la Ligue 2. C’est donc une augmentation de 33,5 millions (+21,9%).

Orange qui payait 25 millions pour les droits pour Smartphone et tablette ainsi qu’Eurosport qui payait 6 millions pour un match de Ligue 2 et l’Equipe TV, Dailymotion et YouTube qui payaient 2 millions sont évincés.

Les droits de vente à l’international n’étaient pas remis en jeux et sont détenus par Al-Jazeera qui assure au minimum 31 millions par an à la LFP.

Au total, la LFP va donc recevoir 748,5 millions au lieu de 628 millions dans l’accord précèdent. Les droits à l’international ne change pas, le total est donc de 779,5 millions au lieu de 659 millions, soit une augmentation de 120 millions (+18,2%). La LFP attendait 800 millions d’euros…

Dans les autres championnats européens
En Angleterre, les droits de la Première League rapportent 1,220 milliards jusqu’en 2016. Sky et British Telecom se partagent la diffusion. Les droits internationaux rapportent 530 millions par an. Total = 1,750 milliard. Jusqu’à la fin de la saison 2015/2016, Canal+ paye 50 millions par an jusqu’en 2016.

En Italie, les droits s’élèvent à 829 millions par an et jusqu’en 2015. Sky Italia et Mediaset se partagent la diffusion. Les droits internationaux rapportent 131 millions par an. Le nouveau contrat signé devrait rapporter 990 millions d’euros au lieu d’un total de 960 millions. beIn sport et Canal+ payent 22 millions par an (avec les droits de la Bundesliga) jusqu’en 2015.

En Espagne, les droits s’élèvent à 676 millions par an jusqu’en 2016. MediaPro et Prisa se partagent la diffusion. Les droits internationaux rapportent 74 millions par an. Total = 750 millions. beIn Sports paye 22 millions par an jusqu’en 2015.

En Allemagne, les droits s’élèvent à 628 millions par an jusqu’en 2017. Sky Deutschland est le seul diffuseur. Les droits internationaux rapportent 47 millions par an. Total : 675 millions. beIn sport et Canal+ payent 22 millions par an (avec les droits du Calcio) jusqu’en 2015.

Si la LFP a rattrapé son retard et porte les droits de la Ligue1 à la troisième place, elle devrait être vite dépassée et rattrapée par ses voisins.

Hammett

  • Client Orange Fibre
  • *
  • Messages: 2 661
  • Bois Colombes (92)
Brèves du sport business et des médias
« Réponse #5 le: 17 avril 2014 à 08:11:01 »
Après avoir perdu les droits tv du Top 14 et une affiche de la Ligue 1, beIN Sports vient de remporter les droits tv de la Ligue des Champions pour les saisons 2014/2015 à 2017/2018. Canal+ pour 50 millions d’euros va voir ses droits baisser par rapport à la période précédente. De son coté, beIn Sports aurait déboursé pour près de 95 millions par an pour diffuser les meilleures affiches à partir des huitièmes de finale, contre 61 millions actuellement. En tout l’UEFA va toucher 145 millions contre 111 millions pour la période précédente.

beIn sports va pouvoir diffuser le PSG et ainsi s’assurer des meilleures audiences. De fait, l’augmentation de ces droits va permettre un plus grand retour financier pour les clubs français qui participent à la C1. L’année dernière le PSG avait touché 45 millions de l’UEFA dont 25 millions de droits TV, Montpellier 22,7 millions sur 32,3 millions, Lille 12,5 millions sur 22 millions. Pour le détail, lire ici

A titre de comparaison, pour la Ligue 1 et selon le détail[/u] publié par la LFP, pour la saison écoulée, c’est l’OM qui s’en tire le mieux avec 47,9M€ de gains. Le PSG est deuxième avec 44,1M€, Lyon est troisième avec 43,9M€. Bordeaux est quatrième avec 32,1M€ devant Lille avec 32,1M€. Nancy, Brest et Troyes, soit le trio des relégués en D2 ferment la marche avec 15,1 M€, 13,7M€ et 12,9M€.
Pour la méthode de calcul, lire le communiqué de la LFP. Prévoir de l’aspirine…

Le quotidien l’Equipe du 12/04 publie un récapitulatif des droits tv payés dans les grands pays européens.


Reste à attribuer les droits de la Ligue Europa. Actuellement,  W9 et beIN Sports versent 16 millions par an. Enfin, il reste à attribuer un autre lot, celui des autres rencontres organisées par l’UEFA soit un total impressionnant de 546 matches. Le prix de réserve est de 30 millions d’euros. beIn Sports aurait proposé 20 millions et Canal+ beaucoup moins selon l’édition papier de l’Equipe du 22 décembre dernier.

Hammett

  • Client Orange Fibre
  • *
  • Messages: 2 661
  • Bois Colombes (92)
Brèves du sport business et des médias
« Réponse #6 le: 22 avril 2014 à 08:13:22 »
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°80

Après avoir perdu les droits tv du Top 14 et une affiche de la Ligue 1, beIN Sports vient de remporter les droits tv du championnat de Handball pour 5 ans et ceux de l’ensemble de la Coupe du Monde de foot auprès de TF1. Les droits du tournoi de Roland Garros ont été attribués aux mêmes diffuseurs qu’actuellement.

Handball - D1
C’était annoncé depuis quelques mois, BeIN Sports a décroché les droits de diffusion de la Division 1 de handball masculin pour la période 2014-2019. Le montant total du contrat serait de 20 millions d’euros, soit 4 millions par saison. Un record pour cette compétition.

Football - Coupe du Monde
Certainement contre un chèque de 50 millions d’euros, BeiN Sports a racheté à TF1 la totalité des matchs pour la coupe du monde de football La chaine devrait avoir 36 matchs en exclusivité et le reste de la co-diffusion avec TF1 (L’Equipe, 12/03). Joli coup de prestige et pour l’image. 

Tennis - Roland Garros
La Fédération Française de Tennis a finalement trouvé un accord avec France Télévisions et Eurosport pour l'acquisition des droits télé de Roland-Garros pour la période 2014-2018 (L’Equipe, 03/03). Le cumul des droits s'élève désormais à 87 millions d'euros pour les cinq ans, soit une moyenne de 17,5 millions d'euros par an. Cette légère augmentation par rapport à l'ancien contrat (15 millions d'euros par an) est due à un apport d'Eurosport plus conséquent.
Que va faire Orange qui avait les droits mobiles de ce tournoi ?

Rugby – Tournoi des 6 Nations
Le Tournoi des 6 Nations s'est terminé il y a quelques semaines. C’est l’occasion de rappeler les droits TV que payent les différents  diffuseurs. La BBC verse 62 M€/an (jusqu’en 2016), ces droits couvrent l’Angleterre, l’Ecosse et le Pays de Galles. France TV verse 25M€/an (jusqu’en 2017), Sky Italia verse 10M€/an, pour l’Irlande, la RTE verse 5M€/an.
Le sponsor,  la banque RBS verse 51M€/an, à comparer aux 120M€/an versés par la banque Barclays pour le sponsoring du championnat de foot anglais.

Rugby - Coupe d'Europe
A noter qu'près une longe bataille, la Coupe d'Europe de Rugby change d'organisation, de format et de gouvernance et que les droits tv vont être remis sur le marché. L’appel d’offre devrait être connu mi-mai pour une attribution début juin. Les Coupes d'Europe de rugby sont pour l'instant principalement diffusées par France Télévisions et Canal+, pour un montant global d'une quinzaine de millions d'euros par saison. Les organisateurs espèrent un doublement de cette somme avec une participation de beIn Sports et veulent un visibilité publique. Même si la chaine a encore à l'esprit la conclusion "border line"  de l'attribution des droits du Top 14 entre la LNR et Canal+.

Hammett

  • Client Orange Fibre
  • *
  • Messages: 2 661
  • Bois Colombes (92)
Brèves du sport business et des médias
« Réponse #7 le: 05 mai 2014 à 08:05:30 »
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°83

Discovery
En décembre 2012, TF1 et le groupe américain Discovery annonçait un accord qui permettait à Discovery de rentrer dans le capital d’Eurosport et des autres chaines thématiques du groupe TF1 (TV Breizh, Histoire, Ushuaïa TV et Stylia). Pour acheter 20% de la chaine sportive et les 20% des chaines thématique, Discovery avait dépensé 184 millions d’euros.

Pour Eurosport, Discovery avait une option pour monter à 51% du capital à partir de décembre 2014 (Les Echos, 08/10), et vient (Le Figaro, 21/01) de devancer l’échéance en activant l’option dès le début de l’année. Cela va lui coûter 902 millions d’euros. Eurosport France n’est pour l’instant pas concerné : un groupe étranger ne peut détenir plus de 20% d’une chaine présente sur la TNT payante.
 
L’Europe est le terrain de Discovery, il vient de racheter des chaines en Italie et en Europe du Nord, car celui des Etats-Unis est devenu très concurrentiel.
Reste à connaitre les intention de Discovery sur les achats de droits, car en France, ce sera compliqué de s’insérer entre Canal+ et beIn Sports.

Foot italien
Droits tv du foot italien : 5,94 milliards d’euros c’est le montant des nouveaux droits tv pour le championnat d’Italie entre 2016 et 2021. C’est le minimum garanti par l’agence de marketing Infront à la Ligue de football italienne pour la commercialisation des droits TV de la Serie A. C’est 990 millions par saison au lieu 960 millions par saison lors de l’accord précédent.
En comparaison, la Ligue 1 perçoit ainsi 626,7 millions d'euros au total pour la saison 2013-2014, l'essentiel étant apporté par Canal+ (427 millions d'euros) et beIN Sports (173,1), et à partir de la saison 2016/2017, le montant sera de 780 millions par saison, soit 3,9 milliards pour 5 ans. 

Pour un récapitulatif des droits tv du foot européen, c’est .

Hammett

  • Client Orange Fibre
  • *
  • Messages: 2 661
  • Bois Colombes (92)
Brèves du sport business et des médias
« Réponse #8 le: 08 mai 2014 à 09:22:26 »
Outre-Manche, il y a un opérateur télécom qui est en train de mettre le feu dans les droits tv sportifs. C’est BT qui a décidé d’aller chercher le monopole de BSkyB dans la retransmission de ces droits, considérant que les contenus sportifs permettront de gagner de nouveaux clients mais d’abord de consolider sa base de 6,7 millions d'abonnés à l'Internet haut débit, dont 1 million à l'Internet dit « super-rapide ».
Celle-ci s'érode et les clients ont tendance à rejoindre les 4,7 millions d'abonnés internet de BSkyB. D’autre part, il s’agit de convertir ses clients au triple play, car il ne concerne que 10 % de ses clients, contre 40 % pour Sky et 65 % pour les câblo-opérateurs comme Virgin.

Pour cela il a commencé racheté les filiales anglaise et irlandaise d'ESPN, la chaîne phare dédiée au sport de Disney. L'opérateur avait ainsi mis la main sur les droits de diffusion de la Coupe d'Angleterre, de l'Europa League et de la Bundesliga allemande, mais également de nombreux clients.

British Telecom a également acquis les droits de diffusion de 38 matchs de la Premier League anglaise pour les trois prochaines saisons (293M€/an), 69 matchs du Premiership de rugby (45,5M€/an au lieu de 20M€/an) pour les quatre prochaines saisons, ainsi que 800 heures de tennis féminin, la HCup de rugby ou son successeur pour 25M€/an (au lieu de 18M€/an).

BT Sport, vient également de s’offrir la diffusion de la Ligue des champions et de Ligue Europa au Royaume-Uni à partir de 2015. Le contrat de trois ans, d'un montant de 358M€/an est environ deux fois supérieur au deal actuel de l'UEFA avec Sky et ITV qui se partagent ces diffusions depuis vingt ans.

Ces lourds investissements permettront-ils de transformer BT et de mettre à mal la puissance du monopole de BSkyB de R Murdoch ? Le pari est risqué, puisqu’on peut se rappeler qu’Orange avait s’était également lancé entre 2008 et 2012 dans l’acquisition de droits sportifs pour capter de nouveaux clients, sauf que le catalogue de droits n’était pas assez étoffé pour atteindre cet objectif.

Au 30 juin, l’offre sport n’avait attiré que 830 000 clients à son offre Sport contre 10,6 millions à l’offre payante de Sky. Toutefois, l’accord de distribution avec Virgin Media, devrait porter l’audience des chaines BT Sport à 3 millions de personnes. Les nouveaux clients haut débit de BT - et les anciens qui acceptent de se réengager - ne paieront pas de supplèment pour bénéficier du bouquet sport. Hors abonnement Internet, son prix s'élève à 14€ par mois.

Sources : Les Echos (08/2013), Les Echos (06/2013), L’Equipe (01/2013), Le Figaro (10/2012)

Hammett

  • Client Orange Fibre
  • *
  • Messages: 2 661
  • Bois Colombes (92)
Brèves du sport business et des médias
« Réponse #9 le: 13 mai 2014 à 07:59:17 »
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°84

Orange accélérateur de start-up ?
C’est ce qu’a revendiqué Stéphane Richard en présentant le 1er avril les 7 start-up françaises sélectionnées par Orange (La Tribune (01/04).
 
Le programme dure trois mois pendant lesquels les start-up sélectionnées bénéficient d'un soutien financier (jusqu'à 15.000 euros en obligations convertibles), d'un accompagnement matériel (ressources informatiques à disposition au Technocentre de Châtillon ou au siège d'Orange France à Arcueil), d'un parrainage d'experts spécialisés chez l'opérateur et d'un accès facilité à ses 240 millions de clients dans le monde.
Reste à ne pas les étouffer et à voir ces start-up grandir et à leur donner les moyens pour se développer.

Pour rappel, en mars 2012, Orange et Publicis avaient  annoncé (communiqué de presse de mars 2012) la création d’un fond de capital-risque en partenariat avec Iris Capital Management. Son but : cibler avec des prises de participation minoritaire de 15 à 30 % les sociétés en France et en Europe axées sur les technologies, les services et les contenus. Orange et Publicis Groupe devaient y apporter ensemble 150 millions d’euros. Avec les engagements déjà pris par les investisseurs actuels, dont le Fonds Européen d’Investissement et CDC Entreprises (Groupe Caisse des Dépôts), la capacité d’investissement totale devait dépasser les 300 millions d’euros.

OCS
Orange vient de donner de nouveaux chiffres sur le nombre de clients à OCS. Depuis son repositionnement il y a 18 mois, OCS a séduit 2 millions de clients. Ils étaient 1,600 000 à fin septembre 2013 Le Figaro (04/03). Un chiffre qui devrait progresser puisque OCS va être distribué chez Bouygues et que des négociations sont en cours avec Free.

Reste que l’arrivée de Netflix pourrait être un redoutable concurrent. Le quotidien annonce que d’ici la fin de l’année, OCS pourrait se lancer directement sur internet (OTT) et donc sans passer par une box. Via Dailymotion et une Chromecast like ? 
Ce succès comme celui de beIN Sports, démontre qu’une offre de télévision payante peut exister autrement qu’en s’abonnant à Canal+.

Vod payante
Alors qu’il est de plus en question que Netflix arrive sur nos écrans en 2014, les chiffres de la concurrence ne semblent pas si énormes que cela. 
La box de Videofutur (lancée en septembre 2013) compte 20.000 abonnés et vise 50.000 abonnés d'ici à la fin de l'année et 100.000 abonnés pour atteindre l'équilibre financier. De son coté, CanalPlay compterait 330 000 clients (Les Echos, 04/03). Bref, les places sont à prendre, les consommateurs sont-ils prêts à succomber ?   

Netflix a fin mars, revendiquait 2,25 millions de nouveaux abonnés sur le marché américain et 1,8 million à l’international. La plateforme en compterait 31,7 millions au total aux Etats-Unis et 10,9 millions à l’étranger.

Hammett

  • Client Orange Fibre
  • *
  • Messages: 2 661
  • Bois Colombes (92)
Brèves du sport business et des médias
« Réponse #10 le: 15 mai 2014 à 07:57:48 »
Le feuilleton de la vente d’une partie de Dailymotion vient d’être relancé suite à une information publiée par la Financial Times (La Tribune, 09/05). Cette fois, c’est l’hypothèse d’une entrée de Canal+ qui refait surface. Comme Microsoft, le groupe de médias pourrait prendre une participation minoritaire. Orange resterait à 51%, Microsoft entre 25 et 35% et Canal+ entre 15 et 25%.
Ce dernier passe par Youtube pour développer son offre de contenus. Quel serait l’intérêt de Canal+ à prendre une participation dans Dailymotion ? Avec ses ventes successives, Vivendi a un peu de cash, mettre quelques millions « pour voir » dans Dailymotion ne devrait pas être une grosse contrainte.

Au mois de février dernier Stéphane Richard avait réaffirmé qu’il était en discussion (Bfmtv, 25/02)avec Microsoft pour trouver un partenaire à Dailymotion : "On a des discussions qui se poursuivent, en particulier avec Microsoft, ce qui ne veut pas dire que nous allons forcèment parvenir à un accord (…) Nous souhaitons garder la majorité de Dailymotion car nous souhaitons rester maître du destin de Dailymotion qui peut encore profiter beaucoup à l'écosystème de l'innovation en France".

Il avait également précisé avoir "des discussions avec d'autres partenaires potentiel y compris français, plutôt dans le monde des contenus (...) Pour l'instant, Dailymotion ou YouTube sont des services 100% gratuits. Mais demain, l'avenir de ces sites est d'aller vers des contenus payants de haute qualité. Ce qui justifie le fait qu'on puisse en discuter avec des éditeurs de contenus", a-t-il développé.

Pour rappel, Dailymotion était quasiment vendu en mai 2013 à Yahoo. Suite à cette  vente manquée Stéphane Richard était revenu dans le quotidien  Les Echos (07/2013) sur l’avenir de Dailymotion en assurant qu’Orange allait réaliser 30 millions d’investissements sur les trois prochaines années et qu'il recherchait des partenaires.
 
Encore une fois, reste à dégager des synergies avec les activités contenus d’Orange. Orange n’a toujours pas trouvé la bonne recette pour Dailymotion. En avril 2011, Orange a acheté 49% de Dailymotion pour 69 millions d’euros et est monté au printemps 2013 à 100% du capital pour 72 millions supplèmentaires.

La suite au prochain épisode.

Hammett

  • Client Orange Fibre
  • *
  • Messages: 2 661
  • Bois Colombes (92)
Brèves du sport business et des médias
« Réponse #11 le: 03 juin 2014 à 07:40:59 »
Netflix devrait « débarquer » en France pour la rentrée de septembre. Pour raisons fiscales, le service serait domicilié hors de France : dans un premier temps au Luxembourg, puis aux Pays-Bas.
A ce jour, il ne semble pas que le service soit repris par une box d’un FAI. Mais selon Electron Libre : "Le service pourrait d’abord être lancé uniquement via internet puis, dans un second temps, sous forme d’une option aux offres des opérateurs ADSL ou câble, via leur box. Mais les négociations achoppent sur les tarifs, car Netflix ne proposerait aux opérateurs qu’une commission de 10%, alors que le tarif habituel va jusqu’à 30%.".

Lors d’un colloque organisé par NPA Conseils le 13 mai, Orange s’est exprimé sur le sujet et semble assez serin.



Pour être distribué correctement, Netflix va devoir passer un deal avec un FAI, sauf que SFR/Numericable est lié à Vivendi et donc Canal+ et CanalPlay, Bouygues Telecom est lié à TF1, Orange est propriétaire d’OCS, et Free ne veut déjà pas payer pour Youtube…
 
Rien d’urgent pour le moment et un accord avec un ou des opérateurs dépendra de la réussite de Netflix. La concurrence va être rude et se jouera sur la profondeur du catalogue. Par contre si le succès est là, nul doute que le tarif Netflix deviendra la référence.

Parallèlement, la chronologie des médias (temps de diffusion d’un film après sa sortie en salle pourrait être modifiée. Pour un abonnement, cela pourrait tomber de 36 mois à 18, le paiement à l’acte pourrait quasiment disparaître si le film n’a pas eu de succès en salle.
Actuellement, après sa sortie en salle, l’exploitation d’un film à la tv est : de 4 mois pour la vidéo à la demande à l'acte, 10 mois pour Canal+ (quand la chaîne a préfinancé le film), 36 mois pour les offres de VOD par abonnement (SVOD) comme CanalPlay ou FilmoTV.

 

Mobile View