Auteur Sujet: Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français)  (Lu 90976 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

underground78

  • Expert
  • Client Free fibre
  • *
  • Messages: 5 512
  • Orsay (91)
    • FreePON : suivi géographique du déploiement fibre EPON chez Free
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français)
« Réponse #732 le: 11 octobre 2018 à 08:55:19 »
Je viens de vérifier, Bouygues Telecom c'est 3,5 millions de clients dont 896 000 clients THD (~25,6% du total) dont 391 000 clients FTTH (~11% du total) à fin juin 2018.

chantoine

  • Client Orange 4G
  • *
  • Messages: 472
  • 91
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français)
« Réponse #733 le: 11 octobre 2018 à 09:37:04 »
Tu te trompes !

Mais j'ai vraiment autre chose à faire qu'à perdre du temps avec toi (et surtout pas envie). :D

Réponse standard quand on pointe les imprécisions de tes tableaux.

Rom 1

  • Professionnel des télécoms
  • *
  • Messages: 238
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français)
« Réponse #734 le: 11 octobre 2018 à 12:55:58 »
En tenant compte des différents communiqués de SFR :

Sur le fixe
Au T3 2014 : 6,356k clients Triple Play (SFR+NC)
Au T2 2018 : 5,860k clients Triple Play

Différence -496k clients perdus

Sur le mobile (forfaits, mvno, m2m et prépayés)
Au T3 2014 : 23,063k (y compris NC)
Au T2 2018 : 20,166k

Différence : -2,897k clients perdus.

Il ne reste plus qu’à attendre la publication des résultats d’Altice pour le T3. Sachant que la clarté n’est pas toujours une vertu dans la présentation des résultats de SFR.
Le nombre de clients fixe de 2014 n'est pas exact comme je l'avais déjà indiqué.

Au T3 2014, SFR avait 6,603 millions de clients sur le fixe et non 6,356 millions. Il y a donc 247 000 clients perdus en plus.

Donnée extraite des KPI lors des résultats du groupe SFR du T2 2017. Qui ne sont plus accessibles mais dont j'ai conservé le fichier et qui donne les résultats à l'abonné près.

Hammett

  • Client Orange Fibre
  • *
  • Messages: 3 185
  • Bois Colombes (92)
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français)
« Réponse #735 le: 11 octobre 2018 à 13:37:53 »
De mon coté, je ne prends en compte que les clients SFR/NC avec une connexion internet (histoire de pouvoir comparer avec la concurrence).

A l'époque SFR/NC avait encore des clients avec une offre uniquement tv et NC l'indiquait dans les communiqués. D'ou cette différence de 247k. Différence qui se perpétue dans les communiqués actuels, histoire de noyer le poisson et (aussi un peu) d'augmenter le nombre de clients. Mais à priori, historiquement il y a des clients SFR qui sont uniquement de clients avec une offre tv.



Rom 1

  • Professionnel des télécoms
  • *
  • Messages: 238
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français)
« Réponse #736 le: 11 octobre 2018 à 14:05:47 »
Ils étaient inclus dans les clients FTTB ? Si c'est le cas, mea culpa. En regardant le CP des résultats de l'année 2013, on comptait 305 000 clients TV et 1 041 000 en triple-play.

Hammett

  • Client Orange Fibre
  • *
  • Messages: 3 185
  • Bois Colombes (92)
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français)
« Réponse #737 le: 11 octobre 2018 à 14:30:18 »
305k / 247k on est dans le même ordre d'idée. Et puis sur la totalité, cela ne joue pas beaucoup.

Ceci dit, depuis quelques trimestres, SFR ne détaille même plus. C'est ce que j'explique (ou essaye d'expliquer) lors de chaque publication trimestrielle de SFR.

alain_p

  • Client Free fibre
  • *
  • Messages: 5 879
  • Les Ulis (91)
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français)
« Réponse #738 le: 11 octobre 2018 à 19:50:28 »
Je viens de vérifier, Bouygues Telecom c'est 3,5 millions de clients dont 896 000 clients THD (~25,6% du total) dont 391 000 clients FTTH (~11% du total) à fin juin 2018.

Merci Underground d'être allé chercher les chiffres, je n'avais pas eu le temps.

Je rappelle que la définition ARCEP (et UE) du THD, c'est débit down > 30 Mb/s.

Hammett

  • Client Orange Fibre
  • *
  • Messages: 3 185
  • Bois Colombes (92)
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français)
« Réponse #739 le: 15 octobre 2018 à 07:06:53 »
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) – n°312

5G
L’attribution des licences 5G via un système d’enchères a commencé en Europe, et c’est l’Italie qui a ouvert le bal.
Les italiens attendaient 2,5 milliards d’euros et c’est finalement 6,5 milliards que l’Etat italien va empocher. Telecom Italia et le britannique Vodafone vont payer 2,4 milliards chacun. L’italien Wind 517 millions et Iliad 1,2 milliard.

En France la position du gouvernement sur le 5G n’est pas connue. Les détails sur l'attribution des fréquences sont attendus courant 2019. Dans le cadre du new deal dans le mobile, le gouvernement a créé un cadre gagnant-gagnant : renouvellement des fréquences actuelles contre des engagements de couverture de territoire. Pour les opérateurs, au vu des investissements actuels pour le déploiement du très haut débit, ce serait le chemin à suivre pour la 5G en France.

Dans le cas où le gouvernement lancerait un processus d’enchères, cela pourrait accélérer la recomposition et la consolidation du secteur.

Orange Bank
Un an après son lancement, Orange par la voix de Paul de Leusse a fait le point sur son activité Orange Bank (Le Monde, 01/10).
Pas de chiffre global sur le nombre de clients, mais après un tassement : "Ce dernier trimestre, nous gagnons entre 15 000 et 20 000 clients chaque mois, soit 700 ouvertures par jour. Désormais, 60 % des ouvertures de compte sont réalisées dans nos boutiques Orange.", ce qui est paradoxal pour une banque « digitale ».

Au niveau des projets : "Nous voulons concevoir des offres adaptées aux besoins des réseaux. Par exemple, à la demande d’Orange, nous travaillons sur un compte « famille ». Nous allons également proposer des offres croisées banque-téléphone, en nous lançant en 2019 dans le financement du terminal mobile.".

Et sur le développement des néobanques : "Le nombre d’ouvertures de compte en France par des banques digitales est passé de 2,5 millions il y a dix ans à près de 4 millions, et cette progression n’a profité quasiment qu’aux néobanques. Néanmoins, sans réseau de distribution, elles n’attirent qu’un type de clients, plutôt jeunes, urbains, adeptes de la modernité. Donc elles vont faire le tour de leur base de clients potentielle, qui va croître moins vite à l’avenir. C’est pourquoi la force d’Orange Bank est d’être une néobanque qui s’appuie sur un réseau.".

Hammett

  • Client Orange Fibre
  • *
  • Messages: 3 185
  • Bois Colombes (92)
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français)
« Réponse #740 le: 22 octobre 2018 à 07:34:30 »
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) – n°313

SFR Ftth
Pour financer le déploiement du FTTH de SFR et alléger sa dette de 31 milliards, Altice recherche des partenaires financiers qui pourraient être des fonds d'investissement (Le Figaro, 27/08).

Selon Les Echos (16/10), l'américain KKR, l'australien Macquarie et le français Mirova sont dans la short-list pour une transaction qui pourrait atteindre selon SFR entre 2 et 3,8 milliards d’euros.
Altice va créer SFR FTTH et regrouperait ses actifs dans les zones dites moyennement denses pour un total de 4/5 millions de lignes tout en gardant la main sur cette filiale. A terme cela va permettre à SFR de poursuivre son désendettement.

Réponse fin novembre.

Bouygues et la consolidation des télécoms
Olivier Roussat – le pdg de Bouygues Telecom a déclaré au micro de France-Inter que "Bouygues préfère rester à quatre" car "le secteur est profitable" et que "aucun des acteurs n’a de problème de financement".

Orange
Stéphane Richard vient de donner une interview au quotidien Le Figaro (19/10).

Alors que Les concurrents d'Orange accusent l’opérateur historique de ne plus entretenir son réseau ADSL, Stéphane Richard assure que : "Fin octobre nous présenterons un plan à l’Arcep visant à améliorer la qualité du service universel. D’une manière générale nous allons renforcer les ressources allouées à la maintenance de ce réseau et mettre en place un dispositif spécial sur certaines zones critiques (…) nous allons assurer un meilleur suivi.". Pour lui le tarif du dégroupage de 9,10€ par ligne qui est fixé par l’Arcep est juste suffisant pour assurer le maintient des lignes actuelles et en demande même une hausse.

Il y a quelques mois bfmbusiness (16/05) évoquait un accord de mutualisation sur la 4G entre Orange et Free. Manifestement, ce n’est pas Orange qui est demandeur, si Free en veut, il va devoir y mettre le prix : "Pour l’itinérance qui concerne la 2G et la 3G nous avons signé un avenant au contrat avec Free. Il prévoit une extinction de l’itinérance en 2021. Il n’y a pas de discussion actuellement pour sa prolongation. Sur le partage du réseau, nous considérons qu’Orange n’a pas intérêt à entrer dans un accord avec Free, dans les conditions actuelles (…) je crois à une concurrence par les infrastructures.".

Enfin sur la consolidation des télécoms, rien de nouveau sous le soleil : «Le modèle à quatre opérateurs fonctionne mal. La consolidation reste un schéma possible, mais il n’y a pas d’actualité sur le sujet (…) il n’y a pas de vendeur et tout le monde est acheteur. La seule question qui se pose est : qui est susceptible de vendre ?». 

Enfin – mais ce n’était pas dans l’interview – Orange présentera ses prochaines nouveautés lots d’un Show Hello le 12 décembre.

Hammett

  • Client Orange Fibre
  • *
  • Messages: 3 185
  • Bois Colombes (92)
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français)
« Réponse #741 le: 31 octobre 2018 à 07:29:15 »
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) – n°314

Télécoms européens
Lors d’un colloque à Bruxelles de l’ETNO – lobby des gros opérateurs télécoms européens – les interventions ont essentiellement tournées autour de la faiblesse du secteur par rapport aux acteurs chinois et américains t de l’objectif de consolidation du secteur et de quelques charges contre la régulation, dont celle de Stéphane Richard : "Le seul de domaine dans lequel l’Union Européenne est un leader incontesté, c’est la régulation (…) Je n’ai rien contre les régulateurs. Ce sont généralement des gens intelligents et sympathiques – à quelques exceptions près. Mais nous sommes tellement loin d’être des monopoles"
Les représentants de la Commission préférerait une consolidation paneuropéenne plutôt qu’à des consolidations nationales et rappelle que la régulation doit aussi protéger le consommateur.

Bouygues Télécom
Il y a 10 ans, Bouygues Telecom lançait sa première offre fixe. En juillet 2008 il avait racheté le réseau de Club Internet. 

Pour rappel les temps de passage en parts de marché sont les suivants : le million de clients avait été atteint au T2 2011, au T4 2013, Bouygues Telecom atteignait 8,1% en parts de marché avec 2,013 millions de clients, au 30 juin dernier c’était 12,3% et 3,533 millions de clients.

Bouygues Telecom a lancé la première offre quadruple play, s’est lancé sur la très haut débit en louant des ressources sur le réseau câble de Numéricable puis de SFR et ensuite en investissant sur le Ftth.

En 2012, Bouygues Telecom rachetait Darty Telecom. En 2014, Bouygues avait échoué à racheter SFR et avait failli se faire racheter par Orange en 2016. Depuis de multiples rumeurs le fait soit acheteur, soit acheté par SFR.

Orange et le service universel
Orange a été mis en demeure par l’Arcep (La Tribune, 24/10) afin que l’opérateur historique respecte son obligation de qualité de service en tant qu'opérateur du service universel du téléphone fixe.
Sebastien Soriano se veut ferme : "Orange doit redresser le tir de toute urgence, dès la fin de l'année. Peu importent les moyens, nous voulons des résultats".

L'Arcep impose ainsi à Orange des "paliers" à respecter trimestriellement. Orange risque en théorie une sanction pouvant atteindre jusqu'à 5% de son chiffre d'affaires national, qui est de près de 1 milliard d'euros.

Stéphane Richard qui vient de donner une interview au quotidien Le Figaro (19/10) assure que : "Fin octobre nous présenterons un plan à l’Arcep visant à améliorer la qualité du service universel. D’une manière générale nous allons renforcer les ressources allouées à la maintenance de ce réseau et mettre en place un dispositif spécial sur certaines zones critiques (…) nous allons assurer un meilleur suivi.".

Hammett

  • Client Orange Fibre
  • *
  • Messages: 3 185
  • Bois Colombes (92)
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français)
« Réponse #742 le: 07 novembre 2018 à 07:06:45 »
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) – n°315

New deal mobile 3G et 4G
Dans le cadre du new deal mobile, l’Arcep à réattribué aux quatre opérateurs télécoms de plusieurs fréquences mobiles utilisées pour la 3G et la 4G mobile et dont les autorisations arrivaient à échéance entre 2021 et 2024, pour une durée de 10 ans

. 900 MHz : les quatre opérateurs auront chacun 8,7 MHz à partir de décembre 2024
. 1 800 MHz : Bouygues Telecom, Orange et SFR auront chacun 20 MHz à partir de mars 2021
. 2 100 MHz : les quatre opérateurs auront chacun 14,8 MHz à partir d'août 2021.
. Free n'avait pas déposé de candidature sur les 1 800 MHz, une bande où il dispose déjà de 15 MHz jusqu'en 2031.

En échange de la non mise aux enchère de ces fréquences, les opérateurs se sont engagés à accélérer et améliorer la couverture mobile sur l'ensemble du territoire et résorber les zones blanches encore existantes sur le territoire.

Selon les derniers chiffres connus, Orange et Bouygues couvrent 98% de la population, SFR 97% et Free 90%.

5G
L’Arcep vient de lancer une consultation publique pour décider des modalités d’attribution des fréquences 5G. A l’issue de cette consultation, l'Arcep proposera au gouvernement différentes solutions pour attribuer ces fréquences, les premiers déploiements commerciaux de la 5G sont attendus en 2020.

Assistera-t-on à un scénario à l’italienne ou les opérateurs ont déboursé plus 6,5 milliards d'euros ? En France la position du gouvernement sur le 5G n’est pas connue. mais l'on se dirige vers un système ou des enchères seront mises en place.

Marché Entreprise
La Tribune fait le point sur l’activité entreprise de Bouygues Telecom. Selon l’Arcep, le marché pèse 10 milliards et Bouygues serait à une part de marché de 5%, SFR de 20% et Orange de 70%.
Malgré les tentatives de l’Arcep et de quelques acteurs, la marché bouge finalement très peu.

Hammett

  • Client Orange Fibre
  • *
  • Messages: 3 185
  • Bois Colombes (92)
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français)
« Réponse #743 le: 14 novembre 2018 à 06:58:40 »
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) – n°316

Supports 4G en service
Le bilan de l’ANFR des sites 4G mis en service en métropole au 1er novembre est le suivant : Orange : 17 378 sites (+489 par rapport 1er octobre); SFR : 16 603 sites (+203); Bouygues Telecom 16 361 sites (+151); Free : 11 644 sites (+223).

Orange accentue son avance sur SFR, Bouygues se reprend un peu et Free essaye de suivre. Sur la 4G, Orange et Bouygues Telecom annoncent couvrir 98% de la population, SFR 97% et Free 92%.

Nouveautés
Lors de la présentation des résultats d’Iliad, Thomas Reynaud a déclaré mardi à Reuters que : "La nouvelle box sera commercialisée d’ici noël, qui n’a pas confirmé la date du 20 novembre évoquée par plusieurs médias pour le lancement".
La dernière grosse sortie date d’il y a 8 ans et lui avait relancé ses recrutements sur le fixe. Ce qui a fonctionné il y a 8 ans va-t-il se reproduire et permettre à Free de se relancer après le trou d’air qu’il traverse depuis le début de l’année ?

De son Orange présentera ses dernières nouveautés lors du Show Hello le 12 décembre prochain et vient de sortir un décodeur plus compact. Bouygues Telecom a lancé sa dernière version de box et de décodeur en avril 2018 et pourrait lancer une nouvelle box sous Androïd début 2019. Sauf erreur, SFR ne prévoit pas de sortir un nouveau modèle.

Alice
Free vient d’annoncer que les quelques clients encore chez Alice seront migrés sur des offres Free à partir du 1er janvier 2019. Free avait racheté Alice à Telecom Italia en août 2008. A l’époque, Alice comptait 850 000 clients.

 

Mobile View