Auteur Sujet: La Martinique point de départ d'un câble sous-marin internet déployé vers Cuba  (Lu 875 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Captain Bumper

  • Invité
https://la1ere.francetvinfo.fr/martinique/la-martinique-point-de-depart-d-un-cable-sous-marin-internet-deploye-vers-cuba-1347536.html?fbclid=IwAR0VoKzOE1P3VUN_9kVmqfpxOruQ4ziPxaJ01L1MpSqZ8tUBoX-G8hV_6zk

Citer
Cuba va être relié en 2023 à un câble sous-marin déployé par Orange depuis la Martinique. Cette liaison facilitera l'accès de Cuba au haut débit.

Cuba poursuit son développement technologique et l'accès au haut débit se conclut par un accord signé le mercredi 7 décembre 2022 à la Havane.   


L'accord entre les deux entreprises, (Orange et la compagnie nationale cubaine de télécommunications (Etecsa) "permettra d'augmenter et de diversifier capacités internationales de Cuba face à la demande croissante de services de connexion à internet et de haut débit".

"Il s'agit d'un système de câble sous-marin déployé par Orange, à travers sa filiale Orange Marine, qui connectera l'île de la Martinique (territoire français d'Outre-mer, aux Antilles), avec la province de Cienfuegos (centre) et dont la capacité permettra à Etecsa de consolider son extension internationale"

Etecsa communiqué publié sur son site internet.

Le câble sous-marin déployé par Orange, à travers sa filiale Orange Marine, connectera la Martinique avec la province de Cienfuegos (centre).

La structure physique du câble sera prête en 2023. Cuba disposera d'une nouvelle route pour les services internationaux et diversifiera  géographiquement la connectivité actuelle.

La semaine dernière, un Comité d'évaluation des Etats-Unis avait donné un avis défavorable à la demande de deux entreprises de ce pays de déployer un câble sous-marin entre les Etats-Unis et Cuba.
Le Comité avait motivé son refus par des raisons de sécurité nationale, une décision critiquée par La Havane.

L'internet mobile est accessible à Cuba depuis 2018, permettant aux citoyens de s'exprimer plus librement. Néanmoins, lors de périodes de tensions sociales ou de manifestations, les autorités réduisent ou suspendent l'accès à internet.