Auteur Sujet: La Chine interdit l'exportation de technologies de traitements des terres rares  (Lu 1020 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

alain_p

  • Abonné Free fibre
  • *
  • Messages: 16 265
  • Delta S 10G-EPON sur Les Ulis (91)
La Chine a annoncé avant hier, apparemment au niveau de l'OMC, l'Organisation Mondiale du Commerce, sa décision d'interdire l'exportation de technologies d'extraction et traitement des terres rares, dont elle raffine environ 90% de la production mondiale. Cela pourrait entrainer des pénuries pour la production d'aimants pour les moteurs électriques des voitures électriques, les éoliennes.., aussi de composants pour les smartphones, qui utilisent ces terres rares, s'ils sont produits ailleurs qu'en Chine. Elle le justifie pour la défense de ses intérêts nationaux.

On peut penser que c'est aussi une rétorsion contre certaines mesures d'embargo décidées par les Etats-Unis, sur les technologies de gravure de micro-processeurs, l'interdiction de Huawei imposée par les Etats-Unis en occident etc.. Cela va rendre plus difficile pour les autres pays de développer leurs filières de production de terres rares, alors que la demande est prévue de grandir très fortement dans les années à venir. Des mesures de limitation d'exportation des terres rares et autres matières premières avaient déjà été prises.

Voir par exemple l'Usine Nouvelle :

Citer
La Chine interdit l'exportation de technologies de traitement des terres rares

La Chine a interdit jeudi 21 décembre les exportations de technologies d'extraction et de séparation des terres rares. Cette mesure est entérinée alors que l'Europe et les États-Unis tentent de réduire leurs importations de terres rares depuis la Chine.

Avec REUTERS - 21 décembre 2023 \ 11h52

 Un pas de plus dans la guerre commerciale sur les terres rares. La Chine a interdit les exportations de technologies d'extraction et de séparation des terres rares ce jeudi 21 décembre 2023. Les terres rares constituent un ensemble de 17 éléments utilisés dans des produits allant des lasers et équipements militaires aux aimants que l'on trouve dans les véhicules électriques, les turbines éoliennes et l'électronique grand public.

Cette mesure intervient alors que l'Europe et les États-Unis s'efforcent de se passer des terres rares produites par la Chine. Selon les données de l'Institut d'études géologiques des États-Unis (USGS), la Chine représentait 70% de la production minière mondiale de terres rares en 2022, suivie par les États-Unis, l'Australie, le Myanmar et la Thaïlande.

Regain d’intérêt pour les terres rares

L'intérêt pour les terres rares a connu un nouvel essor depuis que Pékin a annoncé en octobre 2023 qu'il exigerait des licences d'exportation pour certains produits à base de graphite à partir de décembre afin de protéger la sécurité nationale. Cette décision faisait suite à l'annonce, en juillet 2023, de restrictions à l'exportation de gallium et de germanium à partir du mois d'août, citant des problématiques de sécurité nationale, ce qui a eu pour effet d'étouffer les expéditions internationales de ces métaux destinés à la fabrication de puces.

Pékin contrôle son approvisionnement en terres rares en émettant des quotas, généralement deux fois par an, ce qui est également un moyen de résoudre les problèmes de longue date liés à l'exploitation minière illégale. Le quota annuel de terres rares de la Chine pour la production minière ainsi que pour la fusion et la séparation s'élevait en 2023 à 240 000 tonnes et 230 000 tonnes, respectivement, soit une augmentation de 14% sur un an, contre une progression annuelle de 25% en 2022.

https://www.usinenouvelle.com/article/la-chine-interdit-l-exportation-de-technologies-de-traitement-des-terres-rares.N2205427