Auteur Sujet: Les nouvelles de la 5G en France  (Lu 17971 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

chantoine

  • Client Orange Fibre
  • *
  • Messages: 791
  • 91
Les nouvelles de la 5G en France
« Réponse #240 le: 23 mai 2020 à 13:56:45 »
Soriano aurait pu en profiter pour balancer le nom de l'opérateur qui avait failli ne pas déposer de dossier, tant qu'on y est 😁

Nico

  • Modérateur
  • *
  • Messages: 37 008
  • FTTH 1000/500 sur Paris 15ème (75)
    • @_GaLaK_
Les nouvelles de la 5G en France
« Réponse #241 le: 23 mai 2020 à 14:19:04 »
Les fausses informations sur la 5G, diffusées par biocontact, un mensuel gratuit en magasins bio :
Et qui va bien avec le bio ? Les écolos !

Rivasi/EELV, encore et toujours...

https://twitter.com/MicheleRivasi/status/1263821399766032384

DM61

  • Client Bouygues Telecom 4G
  • *
  • Messages: 351
  • Flers (61)
Les nouvelles de la 5G en France
« Réponse #242 le: 23 mai 2020 à 15:31:15 »
Et ce sont les mêmes qui vont raller quand la com vas couper par défaut de réseau, lors d'un appel de leur acolyte.  ;D

Steph

  • Client K-Net
  • *
  • Messages: 950
  • La Balme de Sillingy 74
Les nouvelles de la 5G en France
« Réponse #243 le: 23 mai 2020 à 15:37:58 »
Et ce sont les mêmes qui vont raller quand la com vas couper par défaut de réseau, lors d'un appel de leur acolyte.  ;D
Preuves? :)

Nico

  • Modérateur
  • *
  • Messages: 37 008
  • FTTH 1000/500 sur Paris 15ème (75)
    • @_GaLaK_
Les nouvelles de la 5G en France
« Réponse #244 le: 23 mai 2020 à 19:54:55 »
Tribune de Martin Bouygues : «La 5G n’est pas une urgence pour la France: repoussons l’attribution des fréquences»

TRIBUNE ‐ Il serait souhaitable de reporter à la fin de 2020 ou au début de 2021 les enchères visant à l’attribution des fréquences 5G, argumente Martin Bouygues, le PDG du groupe Bouygues.

L’épidémie de Covid‐19 a conduit à suspendre la procédure d’attribution des fréquences 5G : les enchères, qui devaient avoir lieu ce printemps, ont été reportées à juillet ou septembre. Je pense qu’il faut être pragmatique : la situation du pays, qui se relève avec difficulté d’un terrible cauchemar sanitaire humain et économique, commande de repousser de quelques mois supplémentaires l’attribution des fréquences 5G. J’appelle le gouvernement et le régulateur à tenir compte des éléments qui suivent pour prendre cette décision de bon sens.

En premier lieu, il faut rappeler que si la 5G est une technologie prometteuse, elle est loin d’être mature. C’est pourquoi repousser les enchères de quelques mois ne présente aucun risque de déclassement ou de retard pour l’économie française. La 5G offrira, c’est vrai, des débits supérieurs et une latence améliorée pour le trafic de données mobiles, mais les smartphones qui permettront d’utiliser complètement les capacités de la 5G ne vont arriver sur le marché que très progressivement. Pour le grand public, les usages potentiels véritablement innovants n’arriveront pas avant 2023 ou 2024.

Méfiance et scepticisme

En deuxième lieu, il suffit de regarder le débat public pour constater que la 5G suscite aujourd’hui bien plus de méfiance et de scepticisme que d’engouement et d’enthousiasme. Je le regrette, mais c’est ainsi. Il y a ceux qui sont persuadés, sans aucun fondement scientifique, que la 5G serait dangereuse et on assiste même à une montée inquiétante des thèses complotistes expliquant que la 5G aurait un rôle dans la diffusion du coronavirus ! Toujours est‐il que, partout en Europe et notamment en France, les dégradations criminelles d’antennes mobiles se multiplient. Dans ce contexte, il me paraît nécessaire de prendre le temps de la pédagogie et de la conviction. On peut prendre quelques mois pour expliquer et entendre, plutôt que passer en force.

Le même questionnement est apparu concernant la consommation énergétique de la 5G. On a entendu certains expliquer que la multiplication des salles machines pour héberger les données, l’intensification du trafic mobile ou l’accroissement de la puissance des antennes, tous phénomènes liés à la 5G, auraient des conséquences néfastes sur la consommation d’énergie. Je ne pense pas que les choses soient si simples à la vérité car il faut aussi tenir compte des efforts considérables des opérateurs télécoms pour améliorer l’efficacité énergétique de leurs activités. Mais escamoter le débat public serait une grave erreur s’agissant d’une préoccupation importante de nos concitoyens, notamment des plusjeunes: on ne construit pasla technologie de demain contre la jeunesse. Voyons ce qu’il en est précisément, confrontons les expertises, échangeons les arguments.

« Le monde économique d’aujourd’hui n’est plus du tout le même que celui qui prévalait début mars, lorsque les conditions de l’enchère ont été fixées. »

Je pense en dernier lieu qu’il faut repousser à la fin de cette année ou au début de 2021 la mise aux enchères des fréquences 5g tout simplement parce que le monde économique d’aujourd’hui n’est plus du tout le même que celui qui prévalait début mars, lorsque les conditions de l’enchère ont été fixées. Il faut laisser à tout le monde le temps d’analyser l’ampleur de ce bouleversement. Les ménages, d’abord : la gravité de la crise les a conduits à épargner massivement. À quelle vitesse recommenceront‐ils à consommer, notamment pour la 5G ? Les pouvoirs publics, ensuite : cette crise a démontré que la connexion à l’internet pour chacun de nous était un besoin essentiel. Jamais sans doute on n’a autant déployé d’antennes mobiles dans les zones les moins denses du territoire que depuis 2017, mais ce n’est pas encore suffisant. Et nos concitoyens qui ont souffert de l’absence de réseau pendant cette crise n’ont que faire de la 5G dans les grandes villes, ils veulent la 4G chez eux ! Les élections municipales se feront l’écho de ce mécontentement. Les opérateurs télécoms, enfin : on dit qu’ils ont été relativement épargnés par la crise. C’est vrai. Mais peuvent‐ils raisonnablement acheter des fréquences dont les prix de base ont été fixés au début de l’année en pleine euphorie économique alors que la croissance pour 2020 s’annonce à ‐ 8 % et que la récession va sans doute durer ?

Plus les situations sont complexes, plus il faut faire confiance aux idées simples et au bon sens : dans le climat économique d’aujourd’hui, la 5G n’est pas la priorité du pays. Que penseront les Français qui risquent de perdre leur emploi, les commerçants et artisans durablement affectés par la crise, tous ceux qui souffrent de ne pas encore avoir de couverture mobile dans leur territoire, lorsque, en septembre, ils verront les quatre opérateurs télécoms français se battre à coups de milliards d’euros pour acquérir des fréquences 5G ? Ils penseront que c’est indécent.

« Qu’on me comprenne bien : je ne suis ni un adepte de la décroissance ni un adversaire des technologies. Ceux qui me connaissent le savent. »

Qu’on me comprenne bien : je ne suis ni un adepte de la décroissance ni un adversaire des technologies. Ceux qui me connaissent le savent. Le groupe Bouygues participera à la mise aux enchères des fréquences 5G quelle que soit la date retenue pour les organiser. Mais j’en appelle simplement à la raison. On ne peut pas faire comme si rien ne s’était passé depuis deux mois. À quoi cela sert‐il de disserter longuement sur « le monde d’après » si, à la première occasion et sans se donner le temps de la réflexion, on reprend les habitudes d’avant ?


https://www.bouygues.com/wp-content/uploads/2020/05/tribune-de-martin-bouygues_le-figaro.fr-_23-mai-2020-.pdf

vivien

  • Administrateur
  • *
  • Messages: 35 078
    • Twitter LaFibre.info
Les nouvelles de la 5G en France
« Réponse #245 le: 23 mai 2020 à 20:10:41 »
5G: le régulateur étonné de la demande de Bouygues
 
Paris, 23 mai 2020 (AFP) - Le président de l'autorité de régulation des communications s'est étonné samedi de la demande de Martin Bouygues, qui préconise un nouveau report des enchères de la 5G étant donné la situation économique, mais ne l'a pas contacté à ce sujet, selon lui. "Par définition, tant que ce n'est pas fixé, c'est ouvert. Mais aujourd'hui les options principales c'est juillet ou septembre," a déclaré à l'AFP Sébastien Soriano, le président de l'Autorité de régulation des communications électroniques et des Postes (Arcep).

Le patron du groupe Bouygues, maison mère de l'opérateur Bouygues Telecom, préconise, dans Le Figaro de samedi, un nouveau report à fin 2020 ou début 2021 des enchères pour l'attribution des fréquences 5G. "Je n'ai pas reçu de demande de la part de Bouygues Télécom, et je ne dispose d'aucune note d'analyse" de l'entreprise en faveur de ce report, a réagi M. Soriano: "il y a un élément dans la méthode qui me paraît étonnant". Le calendrier des enchères, déjà repoussées en raison de la crise sanitaire du Covid-19, doit être tranché d'ici deux à trois semaines, a-t-il indiqué: "j'attire l'attention de Martin Bouygues sur le fait qu'il reste très peu de temps avant la décision de l'Arcep".

"En revanche sur le fond, je trouve que M. Bouygues soulève une question citoyenne que je partage qui est la nécessité d'une bonne appropriation de la 5G. Le 5G ne doit pas être vécue par nos concitoyens comme quelque chose de forcé, de poussé par un lobby contre l'intérêt des Français. L'Arcep veut faire en sorte que la 5G se développe comme un bien commun", a-t-il argumenté.

Dans sa tribune, M. Bouygues estime que "dans le climat économique d'aujourd'hui, la 5G n'est pas la priorité du pays". Il évoque aussi la méfiance que suscite cette technologie dans le débat public, qui doit inciter à "prendre le temps de la pédagogie et de la conviction". Néanmoins, "le groupe Bouygues participera à la mise aux enchères des fréquences 5G quelle que soit la date retenue pour les organiser". Ces enchères pour départager entre les opérateurs français une partie des bandes de fréquence nécessaires au lancement de cette nouvelle technologie ultra-rapide étaient initialement prévues le 21 avril.

Fin avril, le patron de l'opérateur Orange a affiché sa préférence pour septembre ou octobre. Du côté d'Iliad, qui opère la marque Free, on plaide pour que cela se fasse "au plus tôt".


Source : AFP

Philoutix

  • Expert Orange
  • Client Orange adsl
  • *
  • Messages: 719
  • Lyon (69)
Les nouvelles de la 5G en France
« Réponse #246 le: 23 mai 2020 à 21:05:04 »
Les arguments de Martin Bouygues sont fondés surtout que l'acharnement à vouloir imposer la 5G à tout prix et au plus vite abonde  les arguments des Rivasi et consorts. D'un autre coté, la 5G est très mal vendue, on parle débit, latence, il faudrait plutôt appuyer sur la saturation des fréquences des réseaux actuels, expliquer que le 5G règlera grandement ce problème. Pour les ruraux, il semble que dans l'immédiat une bonne couverture 4G soit bien plus prioritaire que faire plaisir à quelques geeks des grandes villes, même si déployer une couverture 5G n'empêche pas de poursuivre celle de la 4G, mais bon, pour le citoyen, ce discours n'est pas lisible, surtout celui entre l'ARCEP, les opérateurs, les politiques et l'état.

A l'avenir, il est fort à parier que de plus en plus de sites mobiles se transforment en bûcher (et pas que des vanités) si on continue d'imposer à marche forcée une techno aussi polémique sans plus d'explication que la performance à tout prix et là, tout le monde sera perdant.

vivien

  • Administrateur
  • *
  • Messages: 35 078
    • Twitter LaFibre.info
Les nouvelles de la 5G en France
« Réponse #247 le: 23 mai 2020 à 22:07:46 »
Ce qui est sur, c'est que Linky, le scénario catastrophe, est dans toutes les têtes.

Des technos sont prises pour cibles et attaques et pas d'autres (exemple Gazpar, le linky pour le gaz, se déploie sans aucun problème, le taux de refus de ces compteurs gaz est de seulement 0,8%, loin son homologue en électricité, Linky)

Sinon je trouve étonnant que Orange, qui est en avance a affiché sa préférence pour septembre ou octobre et Free Mobile qui est plutôt en retard sur la 5G, plaide pour que cela se fasse "au plus tôt". On pourrait penser que Free a tout intérêt a retarder l'entrée de la 5G pour être prêt et ne pas avoir Orange qui commercialise la 5G alors que lui ne pourra rien proposer de plus que la 4G.

Nico

  • Modérateur
  • *
  • Messages: 37 008
  • FTTH 1000/500 sur Paris 15ème (75)
    • @_GaLaK_
Les nouvelles de la 5G en France
« Réponse #248 le: 23 mai 2020 à 22:39:22 »
Orange est plus prêt pour la 5G @3.5GHz.

Free devrait être en avance pour la 5G @ 700MHz.

Si la stratégie c'est d'ouvrir massivement en 5G 700, il y a peut-être un souhait de pouvoir avoir quelques hotspots @ 3.5GHz.
Win-win : tu peux afficher un logo et une grosse couverture (techniquement il ne devrait pas y avoir de gain) tout en permettant des speedtests sympa.

vivien

  • Administrateur
  • *
  • Messages: 35 078
    • Twitter LaFibre.info
Les nouvelles de la 5G en France
« Réponse #249 le: 23 mai 2020 à 22:43:47 »
Ah oui si ils mettent de la 5G 700 Mhz uniquement, les SpeedTest vont être sympa (on aura un débit inférieur à la 4G, si le 700 Mhz est la seule bande 5G dispo, non ?)

Nico

  • Modérateur
  • *
  • Messages: 37 008
  • FTTH 1000/500 sur Paris 15ème (75)
    • @_GaLaK_
Les nouvelles de la 5G en France
« Réponse #250 le: 23 mai 2020 à 22:48:23 »
Non, tu peux agréger les bandes 4G.

Donc y aura un bout de 700 (DSS) et le reste des bandes. Autant dire qu'avec 15% de gain sur l'efficacité spectrale ça devrait tendre vers 0 en conditions réelles.

Philoutix

  • Expert Orange
  • Client Orange adsl
  • *
  • Messages: 719
  • Lyon (69)
Les nouvelles de la 5G en France
« Réponse #251 le: 24 mai 2020 à 13:55:22 »
Pour Orange, le rouleau compresseur 5G chauffe tranquillement son moteur avant de sortir du hangar dès les portes ouvertes, comprendre l'acquisition des licences. Maintenant, et cela n'engage que moi, Orange n'est pas dans une posture à vouloir faire tout un pataquès sur une techno tant décriée pour le plaisir d'être le premier des premiers. Stéphane Richard est quelqu'un de consensuel, ce n'est pas un va-t-en guerre. Le gars cultive une image de force tranquille, il fera ce qui est décidé par l'ARCEP et le gouvernement au moment donné. La priorité de Stéphane Richard, si vous suivez ses déclarations, est de faire d'Orange un opérateur zéro émission à l'aube de 2040 et non 2050. D'ailleurs c'est un engagement de la boite. Je doute qu'il montera au front pour vanter des débits importants si en contrepartie les écologistes agitent le chiffon rouge même s'ils sont d'une incompétence crasse. Il travaillera surtout à convaincre de l'utilité de la 5G et pas que d'un point de vue business. A titre personnel, et cela n'engage que moi, la 5G est très mal vendue par les autorités (faisceau directionnel, diminution de la consommation des antennes, densification des fréquences pour éviter la saturation du réseau existant, etc...) pour contrer les arguments démagogiques des écologistes. Le problème des datacenters consommant un max d'énergie est déjà instruit par les opérateurs de ce que je lis (pour Orange c'est déjà le cas et cela ne date pas d'aujourd'hui) mais le grand public ne le sait pas.

Encore à titre personnel, et cela n'engage que moi, je ne suis pas convaincu qu'un débit de 10GB sur un mobile soit la priorité, la priorité doit être un service data stable et performant et cela en tout lieu du territoire. Peut-être suis-je trop basique mais bon, je me fais l'écho de ce que j'entends à longueur de journées et d'ailleurs c'est ce que l'on nous demande de fournir et ce n'est pas simple :)

 

Mobile View