Auteur Sujet: La 5G et les antennes des insectes  (Lu 5826 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

numer!s

  • Client SFR THD (câble)
  • *
  • Messages: 202
  • Neuilly Sur Seine
La 5G et les antennes des insectes
« Réponse #12 le: 16 mai 2019 à 22:32:02 »
La 5G et les antennes des insectes



De plus la fréquence qui provoque un échauffement est pour moi autour de 2 450 MHz (fréquence du micro-onde)


La 5G fait chauffer les antennes des insectes

Des études ont montré que les fréquences utilisées par la 5G font grimper la température corporelle des insectes. Ce phénomène n'avait pas été observé avec la 4G ou le Wifi.

De 6 GHz à 120 GHz


La fièvre pour les insectes

«Demande de bande passante»

En conclusion, Pro Natura demande à ce que les Chambres fédérales «ne cèdent pas à la pression du lobby des télécommunications et de ne pas abaisser les valeurs limites de rayonnement.» (Le Matin)


Source: Le Matin .ch, le 13 mai 2019 par Eric Felley.
Attention, la fréquence micro-ondes ne chauffe que les molécules d'eau.

vivien

  • Administrateur
  • *
  • Messages: 38 370
    • Twitter LaFibre.info
La 5G et les antennes des insectes
« Réponse #13 le: 28 mai 2019 à 15:46:29 »
Nouvel article sur la 5G, cette fois çi sur la bande 24 GHz (la vapeur d'eau èmet un très faible signal, à la fréquence précise de 23,8 GHz)

Là aussi j'ai du mal à croire à un déploiement massif de telles fréquences hors de petites zones très denses type stade de foot.


Le déploiement massif de la 5G pourrait perturber les prévisions météorologiques

Si vous deviez choisir entre un meilleur réseau pour votre téléphone et la précision des prévisions météo, que choisiriez-vous ?

C'est la question que se posent actuellement les responsables fédéraux aux États-Unis, qui doivent décider s'il vaut mieux améliorer la couverture sans fil ou écouter les météorologistes qui précisent qu'une telle décision risque de fortement perturber la qualité des prévisions météo sur le territoire nord-américain.

Neil Jacobs, directeur intérimaire de la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA), a déclaré que les interférences provenant du réseau 5G pouvaient réduire de 30% la précision des prévisions météorologiques. Il précise que cela correspondrait à un retour aux années 1980.
Entre autres choses, cela signifie que les habitants des côtes auraient deux à trois jours de moins pour se préparer à l'arrivée d'un ouragan. En outre, cela pourrait conduire à des erreurs quant aux trajectoires de ces tempêtes sur le territoire.

Le débat est lancé

En mars dernier, la commission fédérale des communications a ouvert le marché du réseau cadencé à 24 GHz, en dépit des objections faites par la NOAA, la NASA ainsi que l'American Meteorological Society. Cette semaine, plusieurs sénateurs ont écrit à la Commission Fédérale des Communications pour lui demander d'arrêter l'utilisation de cette fréquence, jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée.

Jordan Gerth, chercheur en météorologie à l'Université de Wisconsin-Madison, a étudié ces problèmes en tant que membre de l'American Meteorological Society. Il explique que, de son côté, la Commission Fédérale des Communications peut choisir quelles bandes de fréquences allouer aux compagnies téléphoniques. En revanche, la vapeur d'eau èmet un très faible signal, à la fréquence précise de 23,8 GHz, ce qui est très proche de la bande allouée à la nouvelle génération de réseau sans fil 5G, à savoir 24 GHz. La proximité des deux fréquences pourrait donc perturber les capteurs des satellites météo, qui observent justement cette plage à la recherche de perturbations atmosphériques.

« Je suis optimiste quant au fait de trouver une solution », explique Neil Jacobs. Néanmoins, il est possible que d'autres problèmes pointent le bout de leur nez. En effet, d'autres plages de fréquences sont à l'étude du côté de la Commission Fédérale des Communications pour la 5G, à proximité de celles émises naturellement par d'autres variations météorologiques. Les précipitations se détectent grâce à des capteurs observant les ondes entre 36 et 37 GHz, les températures entre 50,2 et 50,4 GHz, et les nuages, entre 80 et 90 GHz.

En octobre prochain, plusieurs nations se réuniront lors d'une conférence pour déterminer les niveaux d'interférences sur ces plages et peut-être, trouver une solution durable.


Source : Clubic, le 28 mai 2019 par Sylvain Nawrocki

Bulldozer

  • Client Free adsl
  • *
  • Messages: 948
  • Aisne (02)
La 5G et les antennes des insectes
« Réponse #14 le: 09 juin 2019 à 21:44:50 »

willemijns

  • Client FreeMobile
  • *
  • Messages: 2 497
La 5G et les antennes des insectes
« Réponse #15 le: 07 juillet 2019 à 19:44:49 »
et pour les humains ca donne quoi ?

eruditus

  • Client Orange adsl
  • Modérateur
  • *
  • Messages: 10 789
La 5G et les antennes des insectes
« Réponse #16 le: 07 juillet 2019 à 21:33:34 »

Ils vont tous mourir dans un rayon de 10 km. C'est un des gros inconvénients de la 5G, beaucoup plus de débits, mais beaucoup moins de clients au final.

PhilippeMarques

  • Expert
  • *
  • Messages: 441
La 5G et les antennes des insectes
« Réponse #17 le: 07 juillet 2019 à 22:00:33 »
Ils vont commencer par faire une expérimentation dans la ville de Tchernobyl sur un rayon de 20 km, si les humains sur place ne sont pas affectés, il y aura généralisation au reste de la planète.
Pour les météorologistes c'est bien, c'est un endroit ou les nuages traversent pas les frontières.

willemijns

  • Client FreeMobile
  • *
  • Messages: 2 497
La 5G et les antennes des insectes
« Réponse #18 le: 07 juillet 2019 à 22:01:35 »
mais encore ?

Steph

  • Client K-Net
  • *
  • Messages: 4 026
  • La Balme de Sillingy 74
    • Uptime K-net
La 5G et les antennes des insectes
« Réponse #19 le: 04 juillet 2020 à 12:45:57 »
Ils vont tous mourir dans un rayon de 10 km. C'est un des gros inconvénients de la 5G, beaucoup plus de débits, mais beaucoup moins de clients au final.
Vu la mode actuelle, je sens que cette information va être reprise officiellement sur BFM TV... ::)

willemijns

  • Client FreeMobile
  • *
  • Messages: 2 497
La 5G et les antennes des insectes
« Réponse #20 le: 04 juillet 2020 à 13:42:50 »
C'est cela le b(u)zzzzzz.............

Ne me remerciez pas.

Cochonou

  • Client Bbox fibre
  • *
  • Messages: 1 133
  • FTTH 2 Gb/s sur Saint-Maur-des-Fossés (94)
La 5G et les antennes des insectes
« Réponse #21 le: 19 décembre 2020 à 09:39:41 »
Non, la 5G n'affectera pas les prévisions météo

https://www.zdnet.fr/actualites/non-la-5g-n-affectera-pas-les-previsions-meteo-39885685.htm

Un an et demi plus tard, c'est visiblement toujours un sujet de débat.

https://www.lavoixdunord.fr/895338/article/2020-11-19/le-deploiement-de-la-5g-peut-il-brouiller-les-previsions-meteorologiques


Des limites « pas assez contraignantes »

Fin 2019, l’OMM, épaulée par plus d’une trentaine de pays, notamment européens, a soulevé le problème lors de la conférence mondiale des radiocommunications de l’Union internationale des télécommunications (UIT), tout en insistant qu’il « ne s’agit évidemment pas de s’opposer au lancement de nouvelles technologies de communication ».

Après de longues discussions, cette instance a défini des fréquences d’émission pour la 5G permettant que « les services par satellite à l’appui de la météorologie et de la climatologie (…) (soient) protégés contre les brouillages radioélectriques préjudiciables ».

Mais ces limites « ne sont pas assez contraignantes », estime l’Agence spatiale européenne (ESA). Son chef du Bureau de gestion des fréquences Enrico Vassallo souligne que les propositions européennes à l’UIT résultaient déjà « d’un compromis » qui « n’offrait pas de marges » de sécurité satisfaisantes. Une situation d’autant plus problématique « qu’il n’y a pas de techniques d’atténuation actuellement connues, souligne-t-il. C’est le point important : il n’y a pas de plan B », renchérit Eric Allaix.