Auteur Sujet: Politique de peering des opérateurs (peering policy)  (Lu 21937 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

vivien

  • Administrateur
  • *
  • Messages: 27 451
    • Twitter LaFibre.info
Politique de peering des opérateurs (peering policy)
« Réponse #24 le: 28 avril 2016 à 13:57:33 »
Après Orange, c'est Bouygues Telecom qui met à jour sa Politique de peering.

L'information avait déjà fuitée, il y a deux semaines, cf Bouygues Télécom veut facturer ses PNIs, mais maintenant Bouygues Telecom communique sur le sujet.

Ce qu'il faut retenir pour un réseau en France :
- Trafic inférieur à 200 Mb/s avec Bytel : Peering via les "route server" des GIX
- Trafic entre 200 Mb/s et 4 Gb/s avec Bytel : Peering via une session BGP sur un GIX
- Trafic entre 4 Gb/s et 10 Gb/s avec Bytel : Peering via un PNI (peering privé) gratuit ou via une session BGP sur un GIX
- Trafic supérieur à 10 gb/s avec Bytel : Peering via un PNI qui est gratuit si < 20 Gb/s ou si le ratio est < 2:1

Ce qu'il faut retenir pour un réseau hors de France :
- Trafic inférieur à 200 Mb/s avec Bytel : Pas de peering possible, sans venir sur un GIX en France.
- Trafic est entre entre 200 Mb/s et 4 Gb/s avec Bytel : Peering via une session BGP sur un GIX
- Trafic est supérieur à 4 gb/s avec Bytel : Peering possible via un PNI (peering privé) sur Paris.

Les GIX hors de France où Bouygues Telecom est présent : AMS-IX, DEC-IX, Linx, peut-être topIX qui est interconnecté avec LyonIX

On note également d'autres annonces dans le peering :
- Bouygues Telecom est le second opérateur (après OVH) a passer son port France-IX paris à 100 Gb/s (1 x 100 Gb/s et non pas 10 x 10 Gb/s)
- Bouygues Telecom va multiplier par 5 dans les prochains jour sa capacité sur Equinix Internet Exchange Paris en passant de 20 Gb/s à 100 Gb/s.
- Bouygues Telecom est maintenant présent sur France-iX Marseille avec 10 Gb/s
- Bouygues Telecom entre dans le club des opérateurs qui ont un trafic réel de plus de 1 Tb/s (cf maj PeeringDB)

La nouvelle et l'ancienne peering policy de Bouygues Telecom, publiée sur le site http://peering.as5410.net/

Bouygues Telecom - AS5410 (2016)
         
Bouygues Telecom - AS5410 (2012)

Extrait du site France-IX qui annonce 110 Gb/s pour Bouygues Telecom : 100 GB/s sur Paris et 10 Gb/s sur Marseille.


Extrait de PeeringBD où Bouygues Telecom a annoncé avoir dépassé 1 Tb/s : (les informations sur les GIX ne sont pas à jour, Bouygues Telecom va faire une mise à jour dans les prochains jours)


Pour rappel, le seul minimum et le ratio demandé pour peer avec AS3215 : (Orange France)
Le Trafic minimum d’un Peering en Métropole doit être d’au moins 5 Gbit/s (déterminé par la méthode du 95e percentile mensuel) dans le sens le plus élevé, avec un Ratio maximum de Trafic Entrant qui ne doit pas excéder 1,5:1.

cayenne

  • Client Free vdsl
  • *
  • Messages: 7
  • Saint Jean d'Angély
Politique de peering des opérateurs (peering policy)
« Réponse #25 le: 28 avril 2016 à 21:01:13 »
Bonjour Vivien, Bonjour à tous,
Est-ce et j'espère que ça va résoudre les problèmes de lenteurs sur twitch et les jeux vidéos aux heures de pointes ?

Nico

  • Modérateur
  • *
  • Messages: 29 847
  • FTTH 300Mbps sur Paris 15ème (75)
    • @_GaLaK_
Politique de peering des opérateurs (peering policy)
« Réponse #26 le: 28 avril 2016 à 21:02:23 »
Je doute que la Peering Policy de Bouygues Télécom arrange tes soucis d'interco chez Orange :).

D'ailleurs Twitch et les JV marchent surement correctement chez Bouygues Télécom !

Hugues

  • AS203698 moji & MilkyWan
  • Expert
  • *
  • Messages: 5 193
  • Lyon & Paris
    • Twitter
Politique de peering des opérateurs (peering policy)
« Réponse #27 le: 28 avril 2016 à 21:05:36 »
Il doit surement parler de celle d'orange en page précédente. Mais même constat, ça n'arrangera rien.

cali

  • Officiel Ukrainian Resilient Data Network
  • Fédération FDN
  • *
  • Messages: 1 922
    • Ukrainian Resilient Data Network
Politique de peering des opérateurs (peering policy)
« Réponse #28 le: 28 avril 2016 à 21:47:41 »
Je viens de voir le Paid Peering de AS12322 à 6000 €/mois. Il y a de quoi mourir de rire.



On voit aussi que le niveau d'anglais a baissé chez AS5410.

Nico

  • Modérateur
  • *
  • Messages: 29 847
  • FTTH 300Mbps sur Paris 15ème (75)
    • @_GaLaK_
Politique de peering des opérateurs (peering policy)
« Réponse #29 le: 28 avril 2016 à 21:50:39 »
Bah entre l'année où ça a été écrit et la politique qui était déjà restrictive...

vivien

  • Administrateur
  • *
  • Messages: 27 451
    • Twitter LaFibre.info
Politique de peering des opérateurs (peering policy)
« Réponse #30 le: 28 avril 2016 à 21:56:22 »
Bonjour Vivien, Bonjour à tous,
Est-ce et j'espère que ça va résoudre les problèmes de lenteurs sur twitch et les jeux vidéos aux heures de pointes ?
Pour peerer gratuitement avec Orange, il faut un ratio entre le trafic entrant et le trafic sortant qui ne dépasse pas 1,5:1.

Concrètement le trafic de Twitch est très fortement asymétrique : il y a peu de trafic envoyé vers Twitch et par contre Twitch en envoi beaucoup (pour ceux qui ne connaissent pas Twitch, c'est le Youtube des jeux vidéos en temps réel : des joueurs montrent comment ils jouent)

Je suis donc persuadé que Orange a fait une proposition commerciale ou Paid Peering, mais Twitch préfère envoyer le trafic via ses transitaires. Aprés je ne m'aventurerais pas pour dire quel acteur ne dimensionne pas bien ses liens, sachant  qu'il a plusieurs acteurs en jeu : Twitch => Transitaire Level3 => Orange OpenTransit => Orange AS3215

Pour éviter de faire un hors sujet, je préfère que la conversation continue sur le sujet dédié : Problème entre Orange et Twitch (AS46489) ?

cayenne

  • Client Free vdsl
  • *
  • Messages: 7
  • Saint Jean d'Angély
Politique de peering des opérateurs (peering policy)
« Réponse #31 le: 29 avril 2016 à 00:07:56 »
Pour peerer gratuitement avec Orange, il faut un ratio entre le trafic entrant et le trafic sortant qui ne dépasse pas 1,5:1.

Concrètement le trafic de Twitch est très fortement asymétrique : il y a peu de trafic envoyé vers Twitch et par contre Twitch en envoi beaucoup (pour ceux qui ne connaissent pas Twitch, c'est le Youtube des jeux vidéos en temps réel : des joueurs montrent comment ils jouent)

Je suis donc persuadé que Orange a fait une proposition commerciale ou Paid Peering, mais Twitch préfère envoyer le trafic via ses transitaires. Aprés je ne m'aventurerais pas pour dire quel acteur ne dimensionne pas bien ses liens, sachant  qu'il a plusieurs acteurs en jeu : Twitch => Transitaire Level3 => Orange OpenTransit => Orange AS3215

Pour éviter de faire un hors sujet, je préfère que la conversation continue sur le sujet dédié : Problème entre Orange et Twitch (AS46489) ?

Ok merci vivien je comprend beaucoup mieux pourquoi ça marche pas biens.

underground78

  • Expert
  • Client Free fibre
  • *
  • Messages: 4 780
  • Orsay (91)
    • FreePON : suivi géographique du déploiement fibre EPON chez Free
Politique de peering des opérateurs (peering policy)
« Réponse #32 le: 17 janvier 2018 à 21:26:00 »
Je viens de retomber sur un vieux mail de Rani Assaf expliquant le changement de la politique de peering de Free. Ça date de la fin 2006 et je le mets là pour la postérité :

On Wed, Nov 29, 2006 at 01:34:21PM +0100, Marc-Frederic GOMEZ - CTN1 wrote:

> Que pensez de l'idée d'un GIE sur les points d'échanges pour qu'il ne
> soit plus à la charge unique des opérateurs mais de l'ensemble de la
> communautée (FAI, Hebergeurs...)?

Le coût du point d'échange en soi est marginal. Ce n'est pas ça qui pose problème aujourd'hui.

Le problème est le développement à grande vitesse des plateformes de diffusion de Video.

On peut distinguer 2 catégories de plateformes:

1) téléchargement et là ça rejoint les mêmes problématiques que le p2p et le web donc à la limite on s'en fout (si un peering est saturé, ça prendra plus de tps à télécharger mais c'est pas si grave).
2) streaming live de contenus.

C'est cette deuxième catégorie qui fait débat actuellement (voir les histoires sur la "net neutrality" aux US) car elle a la particularité de nécessité une garantie de débit de l'encodeur jusqu'à l'abonné (si le flux est encodé à 4Mbps et que la BP dispo end-to-end n'est que de 3Mbps, ça va pas le faire).

Et tout le problème est de savoir comment arriver à garantir ce débit end-to-end et surtout qui doit réaliser et financer les investissements nécessaires.

Perso, je distingue 2 sous-catégories:

1) Les plateformes de VoD payantes sur le web (Canalplay, TF1, M6, RTL, etc), en gros les plateformes réalisées par les professionnels du monde des media que ça soit les chaînes de TV ou les studio en direct. Ces plateformes sont un non-sens total et finiront par disparaitre car elles auront tôt ou tard toutes vocation à terminer en diffusion sur les plateformes de VoD développées et mise en place par chaque opérateur sur son réseau. A charge de l'opérateur alors de garantir, moyennant rémunération, l'accès dans de bonnes conditions à ces contenus.

2) Les plateformes de diffusion gratuites (Youtube, Dailymotion pour ne citer qu'elles) qui espèrent vivre des revenus publicitaires et dont les contenus sont réalisés (et souvent rippés à partir d'un dvd/cd?) par les internautes. Le business model de ces boites est principalement basé sur les revenus publicitaires (cette phrase doit rappeler pas mal de souvenirs à ceux qui étaient là en 1999/2000)

Perso, je ne suis pas là pour juger le modèle ni de l'un ni de l'autre.

Ce qui n'a pas marché en 1999 marchera peut-être en 2006, et le web2.0 n'est pas forcèment synonyme de bulle2.0.

Par contre, j'ai l'intégrité d'un réseau à garantir et quand je vois apparaitre un acteur qui en l'espace de 8 mois se met à générer plus de trafic vers Free qu'un Club-Internet ou Telecom Italia France, je ne peux pas rester indifférent.

Ici, un petit rappel de l'état du PIF s'impose. En France, jusqu'à présent, nous avions une singularité par rapport aux autres pays: 45% des abonnés haut-débits (qui représentent probablement 55% du trafic total) étaient accessibles via des peerings gratuits puisque l'ensemble des acteurs hormis FT et AOL avaient, à ma connaissance, une politique de peering ouverte.

Or, de petits hébergeurs/opérateurs ont fini par trop abuser de cette situation en vendant aux 2 catégories ci-dessus la bande passante a des prix délirants en se disant "je vais payer plein pot mon trafic vers FT, AOL c'est pas si gros et derrière j'ai plus de la moitié du trafic que j'écoule gratos donc frontalement je peux casser le prix du Mbps". On est tous du métier et on connait tous ce que ce sont les coûts pour aller louer quelques m² à Redbus (surtout avant l'augmentation des prix ;), de mettre 40 serveurs par baie, un switch et tirer une fibre vers le Freeix ou le Panap....

On (Free mais je crois savoir qu'on est pas les seuls) a décidé de prendre les devants et d'arrêter cette dérive avant que ça ne soit dangereux. A l'heure où j'écris, le trafic d'un dailymotion ou un youtube reste négligeable par rapport à ce qu'on fait en interne (la VoD chez nous par exemple, c'est des dizaines de Gbps qui viennent se rajouter à tout le reste en soirée) mais la croissance de leur trafic est clairement inquiétante.

Quand Free, pour sa propre plateforme de VoD (qui je le rappelle est payante et génère des millions d'euros de CA), doit investir dans des POPs régionaux pour clusteriser la plateforme, est-ce normal de véhiculer gratuitement les flux des autres à partir d'un point central de livraison?

J'entends déjà revenir la remarque "oui, ben vous n'aviez qu'à ne pas annoncer 20Mbps ou 28Mbps" (et 100Mbps même pour certains depuis hier ;)).

Un réseau est forcèment construit de manière statistique avec des effets de mutualisation à tous les niveaux:

- entre le dslam et le switch dans le NRA (si tous les abonnés d'un dslam tiraient 20Mbps, le malheureux Gbps du dslam va avoir du mal)
- entre le NRA et le POP Regional/Backbone
- entre le POP Regional et le Backbone Parisien
- entre le backbone parisien et l'opérateur de contenu (liens de peerings)
- les serveurs de contenus eux-même (si demain soir, 12 millions d'internautes venaient à se connecter sur un même site web, je pense ne pas me tromper en disant que la plateforme d'hébergement part en vrille)

Il est dimensionné en fonction des usages et des services proposés. Quand les usages ou les services proposés changement drastiquement, alors les règles de dimensionnement doivent être forcèment revues et ceci induit donc forcèment des coûts.

Ces coûts, il y a 3 acteurs dans la chaînes qui peuvent les supporter et/ou les partager:

1) Celui qui a créé le nouvel usage (dans le cas qui nous intéresse, le fournisseur de contenu)
2) L'opérateur
3) Le client final

L'opérateur, s'il devait supporter les coûts, ceci voudrait dire faire baisser sa marge (oh le gros mot!). Et s'il ne veut pas la faire baisser, il finira tôt ou tard par faire payer le client final.... _tous_ ses clients même ceux qui n'utilisent pas les services de 1).

L'autre solution, qui me semble plus juste, est que l'opérateur répercute directement à 1) les coûts et à charge de ce dernier de trouver le modèle financier qui lui permet d'être rentable (encore un gros mot!) soit en facturant directement 3) soit en trouvant les revenus publicitaires qui vont bien.

Enfin, le fournisseur de contenu, s'il pense que l'opérateur se fout de sa gueule et lui vend cher la bande passante pour la terminaison du trafic alors là il n'a qu'à investir dans un backbone national et amener le trafic au plus près du client final et il sera en droit de réclamer des tarifs moins élevés.

C'est exactement comme pour les interconnexions voix: vous pouvez vous interconnecter avec France Telecom au niveau des centres de transit (PRO) ou alors descendre jusqu'aux CAA et payer moins cher la terminaison.

A+
Rani


PS : Si la modération pense que ce message serait mieux dans un autre sujet ou son propre sujet, n'hésitez pas à faire le nécessaire.

Thornhill

  • Client SFR fibre FTTH
  • *
  • Messages: 409
  • Saint-Médard-en-Jalles (33)
Politique de peering des opérateurs (peering policy)
« Réponse #33 le: 17 janvier 2018 à 21:58:42 »
Merci c'est instructif.
Deux questions viennent à l'esprit :
- comment font les autres pour accepter de payer (SFR, Bouygues par exemple il n'y a pas vraiment de souci pour joindre les fournisseurs de contenus) ?
- comment Free peut penser faire plier les fournisseurs de contenus ? Qu'en ont-ils à battre que les clients de Free partent chez un autre opérateur pour avoir un service correct ?

underground78

  • Expert
  • Client Free fibre
  • *
  • Messages: 4 780
  • Orsay (91)
    • FreePON : suivi géographique du déploiement fibre EPON chez Free
Politique de peering des opérateurs (peering policy)
« Réponse #34 le: 17 janvier 2018 à 22:07:23 »
- comment font les autres pour accepter de payer (SFR, Bouygues par exemple il n'y a pas vraiment de souci pour joindre les fournisseurs de contenus) ?
Pour moi le peering payant est assez généralisé et existe ailleurs que chez Free mais les conditions et les tarifs sont différents ce qui fait que les fournisseurs de contenus acceptent de payer.

- comment Free peut penser faire plier les fournisseurs de contenus ? Qu'en ont-ils à battre que les clients de Free partent chez un autre opérateur pour avoir un service correct ?
Je trouve que le mail de Rani illustre bien à quel point il s'agit d'une vision personnelle à laquelle il croit. Free semble prêt à prendre le risque de mécontenter ses clients mais je ne suis pas sûr que ça génère tant de résiliation que ça.

butler_fr

  • Client Bbox adsl
  • Modérateur
  • *
  • Messages: 3 115
  • ADSL sur Marseille (13)
Politique de peering des opérateurs (peering policy)
« Réponse #35 le: 17 janvier 2018 à 22:51:38 »
Pour Jaguar Network c'est par ici:
http://www.as30781.net/peering-policy/

 

Mobile View