Auteur Sujet: L'AdlC épingle Altice pour sabordage d'Outremer Telecom  (Lu 1127 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Marco POLO

  • Client Free fibre
  • *
  • Messages: 1 779
  • FTTH 100 Mb/s sur Paris (75)
L'AdlC épingle Altice pour sabordage d'Outremer Telecom
« le: 19 avril 2016 à 20:41:55 »
L'Autorité de la Concurrence épingle Altice pour le sabordage d'Outremer Telecom

Sous les palmiers, la marge

Altice et Numericable SFR viennent de subir les foudres de l'Autorité de la Concurrence. Le groupe de Patrick Drahi a été épinglé pour le non-respect de ses engagements liés à la cession des activités de téléphonie mobile d'Outremer Telecom.

Lors du rachat de SFR par le groupe Numericable, détenu par Altice, l'Autorité de la Concurrence avait émis un avis positif, sous quelques conditions. Le nouveau groupe Numericable-SFR devait notamment céder les activités de sa filiale Outremer Telecom (OMT) sur l'île de la Réunion et à Mayotte, afin d'éviter la création d'un monopole sur ces deux territoires. Dans un épais avis rendu public aujourd'hui, elle vient de condamner Altice et Numericable à une amende de 15 millions d'euros pour ne pas avoir respecté certains de ces engagements.

Un monopole ne s'évite pas n'importe comment

À la Réunion fin 2012, les parts de marché étaient en effet respectivement de 58% pour SRR (SFR Réunion), de 31 % pour Orange Réunion et de 11 % pour OMT. Un rapprochement entre SRR [et OMT] aurait donc mis Orange en difficulté face à un concurrent disposant de plus des deux tiers du marché. À Mayotte, la situation était encore plus compliquée, avec une part de marché de 57 % pour SRR et de 41 % pour OMT à la même date, ne laissant que des miettes à Orange Réunion.

Dans le cadre de cette cession imposée par l'Autorité, Altice et Numericable s'était engagés à préserver "la viabilité économique, la valeur marchande et la compétitivité de l’activité cédée", de faire  "ses meilleurs efforts pour éviter tout risque de perte de compétitivité de l’activité cédée" et de "ne pas mener d’actions sous sa propre responsabilité qui produiraient un effet négatif significatif sur la valeur, la gestion ou la compétitivité de l’activité cédée, ou qui pourraient altérer la nature et le périmètre de l’activité cédée, ou la stratégie commerciale de l’activité cédée".

En d'autres termes, il était interdit à Altice et à Numericable de saborder OMT, afin notamment d'éviter un transfert de sa clientèle vers SRR, qui restait dans le giron du groupe...


Source: NextINpact.com

 

Mobile View