Auteur Sujet: Brèves du sport business et de la tv payante  (Lu 42667 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Philoutix

  • Expert Orange
  • Client Orange adsl
  • *
  • Messages: 709
  • Lyon (69)
Brèves du sport business et de la tv payante
« Réponse #252 le: 12 octobre 2017 à 09:01:40 »
Lu dans l'équipe du jour, Gerald Lopez, président du LOSC (Club de Foot de Lille), concernant les droits TV du FOOT, il répond à la question suivante :

Comment voyez-vous l'arrivée d'Altice ?

Altice comprend qu'aujourd'hui le consommateur a le choix entre différents oppérateurs. Il faut trouver un modèle qui le fasse consommer de façon intelligente et transparente, tout en payant. On ne s'étonne pas quand un opérateur investit des milliards dans la modernisation de son équipement, mais quand il achète des droits pour des centaines de millions on trouve ça étrange. OR, il est plus logique de faire cela, ça fait vraiment la différence.


Ah, c'est certain, ce monsieur est l'ancien propriétaire de l'écurie de Formule 1 Lotus. A son départ, bien avant le rachat par Renault, l'écurie Anglaise ne payait déjà plus ses fournisseurs et ses salaires, même pas la cantine de l'usine, même pas les emplacements et les locations de motor home dans les stands sur les grands prix, à tel point que les membres de équipe Lotus étaient accueillis par des écuries concurrentes pour manger ou se changer, et que ce fut Arpagon, pardon, Bernie Ecclestone, qui dût régler l'ardoise. Ce type fut le fossoyeur de Lotus en Formule 1, alors lire qu'un opérateur ferait mieux de payer des droits de football faramineux plutôt que d'investir dans son réseau n'a rien de surprenant.


Hammett

  • Client Orange Fibre
  • *
  • Messages: 2 833
  • Bois Colombes (92)
Brèves du sport business et de la tv payante
« Réponse #253 le: 16 octobre 2017 à 07:14:45 »
Brèves du sport business et de la TV payante – n°220

Chiffre d’affaire du Top5
Selon une étude du cabinet Deloitte, sur le chiffre d'affaires du football européen, Il y a eu explosion des droits télévisés (+14% en un an), et ont atteint 6,6 milliards d'euros en 2015/2016 dans les cinq grands championnats et représentent quasiment la moitié (49%) des revenus des clubs.
Le chiffre d’affaire a atteint 24,6 milliards d'euros lors de la saison 2015/2016, en hausse de 13% par rapport à la saison précédente. Cette croissance à deux chiffres a été tirée par les cinq principaux championnats européens (Premier League, Bundesliga, Liga, Ligue 1 et Serie A), dont les revenus ont plus que doublé lors de la dernière décennie pour culminer à 13,4 milliards d'euros.
Par ailleurs, le sponsorship et les autres activités commerciales s'élèvent à 4,6 milliards d'euros et représentent 34% des revenus du football européen.
C’et la Premier League (Angleterre) qui est le championnat européen qui a généré le plus de revenus en 2015/2016 (4,9 milliards d'euros) devant la Bundesliga (2,7 milliards), l'Espagne (2,4 milliards), l'Italie (1,9 milliard) et la Ligue 1 (1,5 milliard).

Valorisation des clubs européens
Il y a quelques mois, le cabinet KPMG a publié une étude sur la valorisation financière des principaux clubs de foot européens.
Avec leurs droits tv astronomiques, il y a 6 clubs anglais dans les 10 premiers. Les clubs anglais représentent 40% du total. Le PSG est 11ème et baisse d’une place et l’OL en gagne 5, grâce à son nouveau stade. 
Avec un montant de 29,9 Milliards €, la valeur financière totale des 32 clubs de football européens du classement a augmenté de 14 % par rapport à 2016.Pour KPMG : "La valeur totale des 32 clubs européens démontre que le football, en tant qu’industrie, vit une belle phase de croissance. Si cela s’explique notamment par le bond des droits de diffusion TV, cette progression se confirme aussi grâce à des investissements dans des infrastructures modernes et privées et des pratiques d’investissements plus soutenables.".


Hammett

  • Client Orange Fibre
  • *
  • Messages: 2 833
  • Bois Colombes (92)
Brèves du sport business et de la tv payante
« Réponse #254 le: 19 octobre 2017 à 06:41:10 »
Brèves du sport business et de la TV payante – n°221

Ligue 1
L’arrivée de Neymar et la concurrence entre beIN Sports, Canal+ et Altice pourraient avancer le lancement de l’appel d’offre des droits tv de ligue 1. Les droits actuels courent jusqu’à la fin de la saison 2019/2020, mais la LFP (Ligue de Football Professionnel) pourrait profiter de ce bon alignement des planètes afin de faire monter les prix.
Selon Bloomberg, le prix minimum demandé grimperait à 1,2 milliards d’euros contre 750 millions actuellement, soit une augmentation de 60%, d’autre part, Bloomberg annonce un possible lancement de cet appel d’offre dès cet automne.
Dans le quotidien l’Equipe du 11/10, pour Philippe Bailly (président du cabinet de conseil NPA), l’augmentation moyenne dans les autres grands championnats européens a été de 54% environ. D’autre part, la LFP pourra toujours utiliser l’épouvantail des GAFA pour faire monter les prix et les enchères.

Le quotidien l'Equipe a publié une infographie. Si les droits tv atteignaient 1,2 ou 1,5 milliards, voilà ce que pourraient toucher les clubs de ligue 1 (selon les mêmes clés de répartition).



Bref, les grandes manœuvres ne font que commencer.

Calcio
Les droits internationaux du championnat de football italien ont explosé. Ils atteignent 371 millions d'euros par an pour la période 2018-2021, alors que ce montant étaient de 186 millions pour la période 2015-2018. En ce qui concerne le marché domestique, les droits se montent à 945 millions d'euros par an sur la période 2015-2018 et les nouveaux droits devraient être attribués avant la fin de l’année.

Foot féminin
Certains droits tv détenus par la FFF viennent d’être mis aux enchères. D’abord, les droits de l'équipe de France féminine, soit dix à douze matches internationaux par saison, pour la période 2018-2023. Ensuite, les droits des Espoirs masculins et féminins (moins de 16 ans à moins de 20 ans). Enfin, la D1 féminine, pour la période 2018-2021. Depuis son arrivée dans le PAF en 2011, le prix de la D1 est passé de 110 000 € par saison à 150 000 € (2012-2014) puis 200 000 € actuellement, acquittés par France Télés et Eurosport.
Réponses à partir du 8 novembre.

Hammett

  • Client Orange Fibre
  • *
  • Messages: 2 833
  • Bois Colombes (92)
Brèves du sport business et de la tv payante
« Réponse #255 le: 27 octobre 2017 à 06:05:54 »
Brèves du sport business et de la TV payante – n°222

Rugby
Les compétitions européennes de rugby viennent de recommencer et c’est BeIN Sports et France TV qui vont continuer à les diffuser jusqu’en 2022. Les deux groupes vont payer 30 millions d’euros contre 20 millions sur le contrat précédent (13 pour beIN Sports et 7 pour France TV).

Particularité : alors que France TV ne diffusait qu’une seule rencontre de chaque compétition et afin de permettre une meilleure exposition, le contrat prévoit la possibilité pour beIN Sports de sous-licencier une autre rencontre à France TV. Cela pourrait se mettre en place pour la prochaine saison (L’Equipe, édition papier du 16/10).

Ligue 1
Alors que le grand bluff vient de débuter sur les futurs droits tv nationaux de Ligue1, le dossier des droits internationaux commence aussi à agiter le microcosme. A ce jour c’est le groupe BeIN Sports qui détient ces droits sur 2018-2024 pour un montant de 80 millions d’euros garanti. C’est un accord signé en 2014, mais la LFP estime que la valeur de la Ligue 1 est plus importante.

D’un autre côté, elle doit aussi adaptée les horaires de diffusion au marché asiatique. C’est ce qui sera fait lors d’un test le 16 décembre avec la diffusion d’un match à 13h. L’arrivée de Neymar et le TGV PSG devrait permettre d’augmenter le montant de ces droits dont certains sont en phase de négociation.

Pour rappel, un récapitulatif des droits tv actuels (nationaux et internationaux).



JO 2024
Alors que le JO 2024 ont été attribué à Paris, il se pose une question qui pour les diffuser ? En 2025 Discovery (propriétaire d’Eurosport) a acquis les droits pour l’Europe pour les éditions 2018 à 2024 pour 1,3 milliards d’euros. D’autre part, pour certains événements sportifs, la loi française oblige à la diffusion en clair de 200 heures.

Alors qui pour la diffusion en clair ? France télévision avait diffusé ceux de Rio pour 50 millions et Eurosport estime que les JO à Paris valent bien le prix d’une diffusion de la Coupe du Monde de foot et celui-ci avait couté 131 millions à TF1. TF1 a fait acte de candidature, mais – selon la formule consacrée - pas "à n'importe quel prix". M6 serait également sur le coup, mais pour les sports collectifs.

Bref, Eurosport veut rentabiliser ses droits. Réponse fin novembre début décembre.

Hammett

  • Client Orange Fibre
  • *
  • Messages: 2 833
  • Bois Colombes (92)
Brèves du sport business et de la tv payante
« Réponse #256 le: 08 novembre 2017 à 06:21:49 »
Brèves du sport business et de la TV payante – n°223

Droits tv Ligue 1
Alors qu’il était question d’un lancement de l’appel d’offre pendant l’automne, selon l’Equipe, 31/10), celui serait repoussé au printemps. Afin de ne pas bousculer leurs recrutements, Canal+ et beIN Sports ne seraient pas pressés et SFR Sport aurait demandé un peu de temps pour s’organiser.

L’arrivée de Neymar et la concurrence entre beIN Sports, Canal+ et Altice pourraient avancer le lancement de l’appel d’offre des droits tv de ligue 1. Les droits actuels courent jusqu’à la fin de la saison 2019/2020, mais la LFP (Ligue de Football Professionnel) pourrait profiter de cette concurrence afin de faire monter les prix.

Selon Bloomberg, le prix minimum demandé grimperait à 1,2 milliards d’euros contre 750 millions actuellement, soit une augmentation de 60%, d’autre part, Bloomberg annonce un possible lancement de cet appel d’offre dès cet automne.

Dans le quotidien l’Equipe du 11/10, pour Philippe Bailly (président du cabinet de conseil NPA), l’augmentation moyenne dans les autres grands championnats européens a été de 54% environ. D’autre part, la LFP pourra toujours utiliser l’épouvantail des GAFA pour faire monter les prix et les enchères. 

Rugby à 7
Canal+ va continuer de diffuser les circuits mondiaux de rugby à 7 masculin et féminin pour la période du 1er novembre 2017 au 30 juin 2019, soit les deux prochaines saisons. C’est Canal+ qui diffusait déjà ces compétitions. Lors du lancement de l’appel d’offre, BeIN Sports s’était montré vaguement intéressé.

Foot : droits tv des bleus
L’Equipe (édition papier du 24/10) donne des détails sur la diffusion des matchs des bleus entre 2018 et 2022. TF1 et M6 vont se partager les matchs vont payer 140 millions au total (70 millions par chaine), ce qui fait 3,5 millions par match, l’UEFA en attendait 4 millions.
D’autre part, les filiales (TMC et W9) vont diffuser les 10 autres meilleures affiches par an pour 12 millions (6 millions chacune) pour la période 2018-2022.

La chaine l’Equipe va récupérer le reste et la diffusion : les matches de qualification de toutes les sélections européennes pour le Championnat d'Europe 2020 et pour la Coupe du monde 2022, la diffusion en différé des matches de l'équipe de France. Et enfin, les matches amicaux de ces sélections européennes ainsi que la Nations League, une nouvelle compétition lancée par l'UEFA qui opposera tous les deux ans les 55 pays membres de l'UEFA et offrira quatre places qualificatives supplèmentaires au Championnat d'Europe.

Auparavant, c’était Canal+ qui détenait ses droits. Problème : les matchs importants tombent en même temps que les matches des bleus. Le montant pour la chaine l’Equipe n’a pas été révélé par le quotidien L’Equipe. Dommage.

OCS
Lors de la présentation de ses résultats du T3, Orange a annoncé que OCS avait atteint 2,8 millions d’abonnés. Le dernier chiffre connu (août 2017) faisait état de 2,6 millions de clients. Dans Challenges du 02/11, OCS aurait atteint 2,9 millions de clients, précise Stéphane Richard à l’occasion du lancement d’Orange Bank. Netflix serait lui à moins de 2 millions, CanalPlay (alone) serait à 500 000 clients, comme l’offre replay de TF1.

Hammett

  • Client Orange Fibre
  • *
  • Messages: 2 833
  • Bois Colombes (92)
Brèves du sport business et de la tv payante
« Réponse #257 le: 09 novembre 2017 à 06:30:58 »
Brèves du sport business et de la TV payante – n°224

Rugby
Le président de TF1 a annoncé l’acquisition des droits de la coupe du monde de rugby en 2019 qui se déroulera au Japon. Le montant serait de 45 millions contre 50 millions pour la précédente édition. En 2015, TF1 avait vendu 27 matchs à Canal+ pour 15 millions, l’opération va-t-elle se répéter ? (mediasportif, 20/10).

Ligue des Champions
ecofoot a publié les revenus distribués par l'UEFA aux clubs ayant participé à la Ligue des Champions sur la saison 2016-2017.



Monaco a touché 64,8 millions, le PSG 55,3 millions et Lyon 38,6 millions. Le vainqueur, le Real Madrid a touché 81,7 millions et le finaliste, la Juventus de Turin, 110,4 millions. C’est la première fois que l’UEFA distribue autant pour un club.
A noter que si la Juventus reçoit plus que le Real, c’est à cause des droits tv payés par les diffuseurs italiens supérieurs à ceux des diffuseurs espagnols.

Foot : droits TV
L’Equipe du 12/10 a publié une infographie sur le top 10 des clubs qui ont perçus le plus de droits tv en 2016.



Pas un français, 5 anglais, 2 espagnols, 2 italiens et 1 allemand.

Hammett

  • Client Orange Fibre
  • *
  • Messages: 2 833
  • Bois Colombes (92)
Brèves du sport business et de la tv payante
« Réponse #258 le: 15 novembre 2017 à 06:55:49 »
Brèves du sport business et de la TV payante – n°225

Il y a quelques mois, le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel a publié une étude sur le sport à la télévision. Rien de bien nouveau, mais comme toujours cela permet de mettre en lumière quelques récapitulatifs et de montrer que le ticket d’entrée pour les droits premiums est de plus en plus cher. beIN Sports avait sorti le carnet de chèque pour se faire une place, SFR est lui en train d’utiliser sa CB Gold.

Généralités
Le CSA écrit que : "La valeur du marché des droits sportifs en France s’élève à 1,45 milliard d’euros fin 2016 (+25 % par rapport à 2011). Cette valeur est très majoritairement captée par les compétitions de football (80 %), suivies loin derrière par les compétitions de rugby (près de 10 %). (…) Le marché des droits sportifs en France est un marché concentré, tant du côté de la demande que du côté de l’offre. En effet, 4 groupes audiovisuels représentent plus de 90 % du marché".

Evolutions de l’acquisition des droits sportifs

L’évolution est conséquente depuis l’arrivée de beIN Sports et de SFR. Et c’est sans compter sur l’année 2017 qui a vue SFR s’emparer des droits de la Ligue des Champions et de la Ligue Europa. L’attribution des futurs droits de la Ligue 1 devrait marquer une forte augmentation !

Evolution du Top14 et de la Ligue 1
Le CSA récapitule l’évolution des droits du Top14 et de la Ligue 1


Evolution de la Ligue des Champions et de la Ligue Europa
Le quotidien l’Equipe (édition papier du 12/05) a publié une infographie sur l’évolution des droits tv de la Ligue des Champions et de la Ligue Europa (anciennement Coupe de l’UEFA)



Evolution Euro de foot et JO au niveau mondial

Hammett

  • Client Orange Fibre
  • *
  • Messages: 2 833
  • Bois Colombes (92)
Brèves du sport business et de la tv payante
« Réponse #259 le: 21 novembre 2017 à 07:03:19 »
Brèves du sport business et de la TV payante – n°226

Résultats de Canal+
Vivendi vient de présenter ses résultats à fin septembre, ce qui permet de faire le point sur le nombre de clients du groupe Canal+. 

C’est encore un mauvais trimestre tant commercialement que financièrement. Mais un peu meilleur que les précédents. En propre (hors ventes à Free et Orange), Canal+ (y compris CanalSat et Canalplay) est passé en dessous des 5 millions de clients, mais a gagné 1000 clients. Un rebond ? Canal+ France ne s’en sort qu’avec ses accords avec Free et Orange. 

Pour rappel, du coté de la concurrence (Tv payante et service SVod), BeIN Sports serait à 3,5 millions de clients, OCS à 2,8 millions et Netflix à +/- 1,4 million, ils sont tous en progression.

Le nombre total de clients (Canal+, CanalSat et CanalPlay) baisse de 712 000 entre le T3 2016 et le T3 2017 et augmente de 1000 sur le dernier trimestre (- 70 000 à fin juin, -401 000 à fin mars, -538 000 à fin décembre 2016).

Vivendi donne 3 008 millions (2,995 à fin juin, 2,939 millions à fin mars, 2,928 millions à fin décembre) de clients pour les offres spécifique de Free et Canal+. Cela ne progresse quasiment plus.



La baisse du nombre de clients a forcèment une incidence sur le chiffre d’affaire : la TV payante en France représente 26,7% du chiffre d'affaire du groupe Vivendi contre 29,4% à fin décembre, 31,1% à fin septembre, 32,3% à fin juin 2016, 31,4% à fin 2015 et 34,2% à fin 2014.

Le chiffre d'affaire de la télévision payante en France est en baisse de 4,2% sur un an (5,3% sur 12 mois à fin juin, 7,8% sur 12 mois à fin mars). "Le résultat opérationnel courant de Groupe Canal+ s’établit à 360 millions d'euros, contre 439 millions d’euros aux neuf premiers mois de 2016. Le résultat opérationnel ajusté (EBITA) s’établit à 326 millions d’euros, contre 427 millions d’euros aux neuf premiers mois de 2016, notamment du fait de la hausse des coûts de réorganisation. L’EBITA affiche un deuxième et un troisième trimestre de 2017 en nette amélioration par rapport au premier trimestre de2017.".

D’autre part, Canal+ annonce un nouveau plan d’économies : "Nous lancerons en parallèle un nouveau plan d'économies de moindre ampleur que le précédent de 350 millions, lequel sera atteint en année pleine dès l'an prochain."(Les Echos, 17/11)

Hammett

  • Client Orange Fibre
  • *
  • Messages: 2 833
  • Bois Colombes (92)
Brèves du sport business et de la tv payante
« Réponse #260 le: 30 novembre 2017 à 07:18:50 »
Brèves du sport business et de la TV payante – n°227

SFR Sport
Alors que SFR traverse une zone de turbulence financière, ce sont les futurs droits TV de la Ligue 1 qui pourraient devenir une victime collatérale. 

Patrick Drahi l’a rappelé : "Quand on investit des milliards dans les réseaux fixe et mobile, le retour sur investissement prend du temps pour que le client se rende compte que son réseau est le mieux. (…) Pour les contenus, c'est pareil, ça prend du temps mais nous n'avons aucun doute que les fans de Ligue des Champions seront demain chez SFR.".

Lors d’une conférence médias organisée par Les Echos, Alain Weill a précisé la nouvelle politique de SFR. Il a d’abord confirmé la stratéie de convergence entre les télécoms et les médias. Pour lui : "il n'y a pas le feu au lac", mais SFR doit "se remettre au travail sur les sujets marketing et commerciaux.".

Sur les droits de Ligue 1 : "On verra le moment venu. Cela dépendra aussi de la date à laquelle sera lancé l'appel d'offres. On n'est pas pressé.". Changement de ton toutefois : "Ce qui serait très dangereux, c'est d'être dépendant de droits particuliers. Si demain en perdant tel ou tel droit, on met en danger notre stratégie commerciale, c'est trop dangereux, cela nous conduirait à faire des erreurs et à surpayer. Donc à aucun moment on sera jamais dépendant de tel ou tel droit.".

SFR travaille à la refonte de ses offres. "Il ne s'agit pas d'augmenter les tarifs mais d'avoir plus d'options dans nos offres télécoms : les souscripteurs autrefois avaient d'un côté les télécoms et de l'autre la télévision payante. S'ils commencent à mixer les deux dans leur raisonnement, ils vont voir que nos offres particulièrement compétitives." (Les Echos, 29/11).

SFR, va lui déjà penser à optimiser les droits de la Champion’s League et de la Ligue Europa achetés pour 350 millions par an.

Par ailleurs, l’offre OTT de SFR Sport est un vrai flop. Selon Les Echos, elle compterait autour de 15.000 clients (sans compter l'offre OTT SFR Sport couplée avec BeIN sports, lancée en février). BeIN Sports aurait plusieurs dizaines de milliers de clients OTT, tandis qu'Eurosport revendique lui s'approcher du seuil du million tous situé en Europe.

SFR va-t-il essayer de vendre son offre sport à ses concurrents ? Pour rappel, ceux-ci sont opposés à la reprise à cause du naming : pourquoi faire de publicité à SFR, mais également à cause des conditions financières demandées par SFR.

Avec ce recadrage de SFR, on peut penser que la LFP va prendre son temps, sachant que l’accord actuel se termine à l’issue de la saison 2019/2020 et que la LFP peut attendre jusqu’à la mi-2019. Reste un espoir, que les GAFA s’en mêlent. Pour rappel, les estimations évoquées portaient les droits à 1,2 milliards d’euros contre 750 millions actuellement, soit une augmentation de 60%.

Cela tombe bien, car il y a quelques semaines, la LFP voulait profiter de la concurrence entre Canal+, beIN Sports et SFR afin de lancer les enchères et de lancer l’appel d’offres pendant l’automne. Le quotidien l’Equipe (31/10), annonçait déjà un report au printemps. Déjà, pour ne pas bousculer les recrutements de Canal+ et beIN Sports.

Les malheurs de SFR devraient au moins faire le bonheur de Canal+ et beIN Sports.

Hammett

  • Client Orange Fibre
  • *
  • Messages: 2 833
  • Bois Colombes (92)
Brèves du sport business et de la tv payante
« Réponse #261 le: 12 décembre 2017 à 07:20:30 »
Brèves du sport business et de la TV payante – n°228

Sports en clair
Il y a un an, le sénateur David Assouline  publiait un rapport qui listait 26 mesures pour renforcer l’exposition du sport en clair à la télévision. 

A l’heure ou France Tv devrait lancer un programme d’économies touchant essentiellement le sport (Selon @Satellifax 23 millions sur 39), comment mettre en place les préconisations de ce rapport qui propose une extension de la liste des événements d’importance majeures en incluant les sports féminins et masculins comme le volley, judo, natation et voile. Bref, ce rapport sera-t-il suivi d’effets ?

La liste actuelle est la suivante :



Le rapport préconise :



Ce rapport donne également quelques chiffres concernant les investissements des chaines payantes. En 2016, Canal+ a dépense 822 millions d’euros pour l’acquisition de droits sportifs. C’est 50% des coûts de grille de la chaine. Pour BeIN Sports, ce serait plus de 400 millions. SFR aurait dépensé 1M€/an pour la diffusion du championnat d’Angleterre de rugby.

Le montant des budgets est le suivant :

« Modifié: 12 décembre 2017 à 11:13:07 par Hammett »

Philoutix

  • Expert Orange
  • Client Orange adsl
  • *
  • Messages: 709
  • Lyon (69)
Brèves du sport business et de la tv payante
« Réponse #262 le: 12 décembre 2017 à 09:29:25 »
En complèment, concernant la Formule 1. (Source L'Equipe)

La chaîne vient de négocier la diffusion en clair de quatre Grands Prix en clair, dont le GP de France, jusqu'en 2020.

Absente de l'antenne de TF1 depuis 2013, la Formule 1 revient sur le devant de la scène. La chaîne aura la possibilité de diffuser le Grand Prix de France, celui de Monaco et deux autres au choix. Par ailleurs, la chaîne pourra utiliser les images des différents Grands Prix dans les émissions sportives du groupe, dont

Hammett

  • Client Orange Fibre
  • *
  • Messages: 2 833
  • Bois Colombes (92)
Brèves du sport business et de la tv payante
« Réponse #263 le: 15 décembre 2017 à 07:02:43 »
Brèves du sport business et de la TV payante – n°229

Orange et le sponsoring
Même si Orange ne participe pas à l’appel d’offre su les droits tv de ligue 1, Orange vient d’annoncer qu’il devenait partenaire majeur de la FFF jusqu’en 2022. Cela va permettre à Orange d’utiliser l’image collective des équipes de France (Equipes de France A masculine, féminine et espoirs) et d’une visibilité autour des matchs (panneautique LED, tenues entraînement). Orange devrait également mener des actions vers le foot amateur.
Actuellement, les partenaires majeurs de la FFF sont Nike, PMU, Volkswagen, EDF et Crédit Agricole. Le ticket d’entrée est d’au minimum 5  millions d’euros.

D’autre part, Orange et l’OM ont annoncé courant octobre un accord de partenariat de 5 ans jusqu’à la fin de la saison 2021-2022. Cela intervient après le naming du Stade Vélodrome en 2016.

Pour rappel, les divers partenariat d’Orange dans le foot,


Pour l’Euro 2016, Orange avait présenté ses actions de sponsoring sur le football.



Foot féminin
Certains droits tv détenus par la FFF viennent d’être attribués. M6 aura l'Equipe de France féminine pour cinq ans, pour les matchs de préparation de l'Equipe de France à la Coupe du monde 2019, les matchs internationaux et de qualification pour l'Euro 2021 et la Coupe du monde 2023. Le groupe Canal obtient, lui, les droits de la D1 de 2018 à 2023 et les Equipes de France Espoirs. SFR Sport et beIN Sports s’étaient portés candidats mais n’ont rien obtenu.

La Fédération Française de Football (FFF) doit toucher environ 5,4 millions d'euros par saison, pour l'ensemble de ces compétitions, soit un triplement par rapport à aujourd'hui et la D1 devrait être autour du million d'euros.

Pour rappel, TF1, de son côté, avait acquis l'intégralité des droits de la Coupe du monde féminine qui se déroulera en France en 2019, pour environ 10 millions d'euros. TF1 a revendu à Canal+ la diffusion de ses droits, Canal+ aura donc l’exclusivité sur les chaines cryptées.

Depuis son arrivée dans le PAF en 2011, le prix de la D1 est passé de 110 000 € par saison à 150 000 € (2012-2014) puis 200 000 € actuellement, acquittés par France Télés et Eurosport.

JO 2024
Discovery qui est propriétaire des droits tv des JO. En 2015 Discovery (propriétaire d’Eurosport) a acquis les droits pour l’Europe pour les éditions 2018 à 2024 pour 1,3 milliards d’euros. D’autre part, pour certains événements sportifs, la loi française oblige à la diffusion en clair de 200 heures.

Pour l’édition parisienne, le prix de base serait de 150 millions d’euros et pourrait proposer une découpe des épreuves afin d’optimiser les droits. En période de régime sec, France TV ne devrait pas se porter candidat.

Réponse avant la fin de l’année.

 

Mobile View