La Fibre

Télécom => Télécom => télécom Chiffres sur les FAI => Discussion démarrée par: Hammett le 28 février 2014 à 16:16:06

Titre: Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) par Hammett
Posté par: Hammett le 28 février 2014 à 16:16:06
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°75

Bouygues Telecom
Lors du lancement de sa nouvelle offre à 20€, Bouygues Telecom a annoncé vouloir atteindre 20 % de part de marché dans le fixe, soit 5 millions de clients, contre 2 millions actuellement. Bien sur, Bouygues se donne quelques années pour atteindre cet objectif.

Selon Oddo Securities, si l'opérateur parvient à recruter 100.000 à 150.000 abonnés bruts supplèmentaires par an, pour atteindre 250.000 à 300.000 recrutements, ce sera déjà un exploit (Les Echos (http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/tech-medias/actu/0203340402614-martin-bouygues-brule-une-cartouche-anti-free-en-cassant-les-prix-dans-l-internet-fixe-653288.php), 27/02).
Mais même 300 000 il va falloir aller les chercher ! Globalement l'année 2013 devrait se terminer entre  850 000 et 900 000 nouveaux clients, contre 1,168 000 millions en 2012. Bouygues devra donc vraiment surperformer. Quant à atteindre 5 millions de clients, c’est un objectif lointain. Bouygues vient de dépasser 2 millions de clients à fin 2013, alors qu'il s’est lancé dans le fixe en 2008 et que depuis le nombre de nouveaux clients ne cessent de diminuer d’année en année.
 
Free (sans Alice) a gagné 712 000 nouveaux (515 000 avec Alice) clients en 2012 avec son offre mobile. Cette année, Iliad devrait faire au grand maximum 300 000 nouveaux clients.
Pour parvenir à atteindre ses objectifs, Bouygues va devoir en mettre un sacré coup et compter que la concurrence reste inerte pendant quelques trimestres. 

Un rappel sur les gains globaux depuis deux ans.
Bouygues Telecom 2013 : 167 000, 2012 : 324 000.
SFR 2013 : 170 000, 2012 : 33 000.
Orange 2013 (9 premiers mois) : 153 000 2012 : 296 000.
Iliad (Free + Alice) 2013 (9 premiers mois) : 216 000, 2012 : 515 000.

Enfin Olivier Roussat le pédégé de Bouygues Telecom est intervenu sur Bfmtv (http://www.bfmtv.com/video/bfmbusiness/20h30/olivier-roussat-bouygues-telecom-linvite-bfm-business-27-02-180376/) pour préciser sa stratégie de reconquête. Celle-ci se fera "majoritairement chez SFR, un petit peu moins chez Orange et nous irons les chercher chez Free.".
L’objectif de faire la guerre à Free serait-t-il déjà oublié ? Mais faire la guerre à Free en allant piquer des clients chez un opérateur que Bouygues souhaite acheter est assez subtil, voir même machiavélique (trop ?) ... 

Rachat de SFR
Numericable, Bouygues, Free sont les candidats déclarés à un rachat de SFR. Mais les implications anti-concurrentielles vont jouer un rôle primordial. Petit rappel.
 
En décembre 2012, Bruno Lassere avait accordé une interviex au quotidien Le Figaro (http://www.lefigaro.fr/societes/2012/12/13/20005-20121213ARTFIG00476-plus-de-180-millions-d-euros-d-amende-pour-orange-et-sfr.php). Alors que la vente de SFR était déjà évoquée, et alors que Free avait déjà envisager de racheter SFR, le président de l’Autorité De La Concurrence déclarait : "Il est clair que certaines configurations de rapprochement se heurteraient à un refus net de notre part, même avec des remèdes. Elles seraient strictement impossibles. Nous veillerons à maintenir la concurrence (...) Ces derniers mois, des scénarios de rapprochement entre SFR et Numericable, mais aussi SFR et Free ou SFR et Bouygues ont été évoqués. En France, il n'y a pas eu de refus de concentrations depuis Coca-Cola en 1999. Durant le même temps, il y a eu 54 refus en Allemagne (...) Donc, si on nous présente des concentrations impossibles, nous n'hésiterons pas à dire non".

Propos réaffirmés lors d’une interview au quotidien Le Monde (http://abonnes.lemonde.fr/economie/article/2014/02/27/bruno-lasserre-l-autorite-de-la-concurrence-sera-l-arbitre-de-la-recomposition-des-telecoms_4374481_3234.html) (27/02): "Saisis d'un dossier de fusion entre opérateurs mobiles, nous pouvons dire “non” ou “oui mais”. Sans a priori. Mais ce sont des dossiers complexes qui impliquent des sociétés cotées et qui demanderont un examen minutieux" Comme il y a 15 mois, pour un mariage entre Free et SFR, ce serait encore non car "Cela aurait précipité le retour vers un duopole, qui n'est pas l'optimum concurrentiel."

Sauf changement de contexte et à moins de se délester du segment fixe et/ou mobile, il sera très compliqué pour Bouygues et Free de devenir le nouveau propriétaire de SFR. Pour Numericable, cela devrait être plus simple, car avec 170 000 clients en téléphonie mobile, il ne pèse rien sur le marché et avec 4,1% du marché sur le segment du fixe, une fusion avec SFR ne remettrait pas en cause la concurrence.

Si un rapprochement entre SFR et Numericable devait se faire, l’Autorité De La Concurrence examinerait très sérieusement les implications concurrentielles et au minimum Numericable serait peut être obligé d’ouvrir un peu plus son réseau de fibre optique.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 01 mars 2014 à 08:24:00
Quelques chiffres sur Canal+ et CanalSat.

L’ensemble des activités Canal+ (Canal+, CanalSat, CanalPlay) a perdu 185 000 abonnements (Particuliers et professionnels) en 2013 dont 26 000 pour les seuls particuliers.  Si l’on retire CanalPlay qui progresse de 174 000 clients pour atteindre 330 000 clients à fin 2013, c’est une perte de 360 000 pour l’ensemble Canal+/CanalSat. Selon Les Echos (http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/tech-medias/actu/0203338320505-canal-et-canalsat-continuent-a-perdre-des-clients-652974.php) (26/02), CanalSat aurait perdu 200 000 abonnés et Canal+ 160 000.

Bfmtv (http://www.bfmtv.com/economie/canal-plus-a-perdu-360-000-abonnements-un-an-719700.html) (25/02) publie un récapitulatif sur le portefeuille de Canal+, CanalSat et CanalPlay en France métropolitaine (les chiffres sont exprimés en milliers).
La crise économique, la concurrence de beIn Sports, de la TNT expliquent ces résultats. L’arrivée de Netflix pourrait à terme tailler des croupières à Canal+. Mais Canal+ devrait avoir les moyens économiques de répondre, suite au recentrage de Vivendi - son actionnaire à 100% - sur l’activité média/contenu. 

L’Historique
- Abonnements individuels et professionnels (en milliers)
fin 2008 : 9.639
fin 2009 : 9.569
fin 2010 : 9.722
fin 2012 : 9.719
fin 2013 : 9.534
 
- Abonnés individuels
fin 2008 : 6.397
fin 2009 : 6.184
fin 2010 : 6.154
fin 2012 : 6.117
fin 2013 : 6.091

Cela vient confirmer une information publiée par BfmTv (http://www.bfmtv.com/economie/exclusif-canalsat-a-perdu-260-000-abonnes-depuis-2011-626436.html) (10/2013), CanalSat aurait perdu 260 000 abonnés en deux ans et demi. La même chaine (http://www.bfmtv.com/economie/canal-plus-rattrape-crise-590986.html) (08/2013) avait estimé à 350 000 la perte de clients du groupe Canal+ entre juin 2012 et juin 2013.

Le couplage
Il serait intéressant de connaitre le nombre d’abonnés (individuels et professionnels) à Canal+ et à CanalSat, ainsi que ceux qui sont abonnés aux deux bouquets. 
A fin 2010, le couplage (un client peut avoir un abonnement Canal+ et CanalSat) représentait 33% des abonnés individuels Le Monde (http://www.lemonde.fr/actualite-medias/article/2010/11/08/en-2011-l-abonnement-a-canal-passera-a-35-euros-pour-tous-les-abonnes_1437299_3236.html) (11/2010).

Combien pour Canal+ ? Combien pour CanalSat ? 
BfmTv (http://www.bfmtv.com/economie/exclusif-canalsat-a-perdu-260-000-abonnes-depuis-2011-626436.html) (10/2013) donnait quelques chiffres : à mi-juin 2013, le bouquet comptait 3,890 000 abonnés dont 2,640 000 via le satellite, 800 000 via l’ADSL et 450 000 via la TNT. Si l’on considère que c’est un chiffre qui regroupe les abonnements individuels et professionnels, en proportion (63,9%) les abonnements individuels représentent 2,485 000 millions d’abonnés pour soit 3,606 000 des 6,091 000 abonnés individuels pour Canal+.   

Aller un peu de transparence Canal+ !!!
Titre: PIF
Posté par: vivien le 13 mars 2014 à 08:37:36
Pour compléter ton analyse, voici le comparatif du churn Numericable avec le churn K-Net :

Taux de résiliation (churn)—abonnés individuels en 2012 ...... Numericable : 18,6 % >> K-net en 2013 : 6%
Taux de résiliation abonné pro en 2012 ....................... Numericable : 25,3 % >> K-net en 2013 : 1%


Une bonne remarque concernant les résultat Numericable de K-Net: Je n'ai pas souvenir qu'orange inclus les abonnés adsl de free dans sont nombre d'abonnés,  c'est pourtant ce que fait NC en incluant les abonnés Bouygues. Plutôt que d'annoncer la guerre des prix sur les abonnés adsl, Martin Bouygues devrait annoncer un plan de migration des abonnés câble au FTTH pour voir s'effondrer le court de NC et de Altice et voir partir en fumée l'offre de rachat de NC sur SFR.

Source pour Numericable :
(cliquez sur la miniature ci-dessous - le document est au format PDF)
(https://lafibre.info/images/altice_cable/201309_numericable_group_document_amf.png) (https://lafibre.info/images/altice_cable/201309_numericable_group_document_amf.pdf)
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 13 mars 2014 à 10:28:28
Dans les chiffres publiés, Numericable donne le détail au niveau du CA et des abonnés. Ensuite, c'est à ceux qui reprennent l'info de fouiller un peu, c'est quand même pas compliqué.   

Pour la migration de Bouygues : encore faut-il que les clients soient d'accord pour migrer et en pus tu sais bien que ce n'est pas simple de passer au FTTH....Même si on veut, la démarche est quand même plus longue. Donc si Bouygues fat cette annonce, cela risque de se retourner contre lui.
Avec NC, pas de travaux chez toi, pas d'assemblé de copro, etc...
 
Orange ne cumule pas les abonnés adsl de la concurrence en général. Par contre la location de la ligne rentre dans la CA. 

Merci pour tes chiffres.  ;)
Il faudrait ceux de Free, SFR et Bouygues (qui ne publient rien) et d(Orange (qui publie pour le mobile). 
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 15 mars 2014 à 08:23:55
Quelques réactions après le choix de Vivendi de rentrer en négociations exclusives avec Numericable.

Numericable
"L'avenir commence aujourd'hui (...) Ensemble, nous créerons un champion national et européen du Très haut débit fixe et mobile". Le plus dur commence : développer le nouvel ensemble et respecter les promesses...

SFR
Cela "constitue un projet industriel cohérent et solide et présente un intérêt stratégique évident lié à la complèmentarité entre Numericable et SFR (...) Nous pouvons déjà entrevoir une intégration plus simple qu’avec d’autres projets que nous avions envisagés." La fusion avec Bouygues aurait certainement conduit à des doublons de postes, de boutiques. Numericable est-ce un moindre mal ? Mais, le nouveau groupe devra aussi rembourser la dette et ne devrait pas forcement être moteur sur le mobile et le fixe.

Bouygues Telecom
"La vie continue. Bouygues est revenu au centre du jeu avec son offre et aura un rôle clé à jouer sur le marché des télécoms dans les mois et les années à venir".
Bouygues va souffrir, il devait faire les poches de Free en étant agressif sur le fixe, mais aura-il les moyens de ses ambitions ?
Au rythme actuel, au niveau du CA, Free aura dépassé Bouygues avant la fin de l'année et cela devrait être le cas également au niveau des clients sur le mobile. L'accord de mutualisation engagé avec SFR sera-t-il poursuivit ? La seule solution est de s'intégrer un peu plus au nouvel SFR, sinon quelqu'un (Free ou un étranger) viendra ramasser les miettes.

Orange
Cela pose un problème de "position concurrentielle déséquilibrée" car cela "ferait naître un acteur disposant d'un réseau mobile et d'une boucle locale très haut débit (câble) non régulée, bénéficiant d'un avantage structurel en termes de coûts et d'un accès à des contenus dont les opérateurs ne bénéficient pas"
Cela "pourrait créer une position concurrentielle déséquilibrée car elle comporte une accumulation d'alliances octroyant des avantages non reproductibles à ce nouvel ensemble d'abord sur le mobile (mutualisation Bouygues/SFR), puis sur le fixe (avantage câblo-opérateur + position SFR) et enfin sur les contenus"
Nul doute que ces points seront examinés par l'Autorité De La Concurrence, l'ARCEP et le CSA.

Enfin cela "peser un risque sur le plan très haut débit" car le nouvel ensemble "devra en permanence arbitrer entre FTTH (fibre optique jusqu'au domicile, NDLR) et réseau câblé et (...) ces arbitrage ne devraient pas se faire au bénéfice du FTTH"
C'est effectivement à craindre. Mais si Numericable est obligé de dégrouper son réseau, Orange pourra faire des offres également et utiliser la totalité des technologies.

Free
"Ce projet n’étant plus à l’ordre du jour, nous en restons à notre stratégie d’origine qui est de développer nous-mêmes nos infrastructures(...) nul doute que d’autres opportunités se présenteront dans les prochains mois pour Iliad"
Iliad espère peut-être pousser son avantage et attendre que Bouygues Telecom rende les armes. En attendant l'accord signé avec Bouygues est caduc et Free se retrouve à construire son propre réseau et à racheter des bouts de fréquences disponibles.
Titre: PIF
Posté par: vivien le 15 mars 2014 à 10:46:31
Je suis en phase :
- Free est handicapé sur le mobile, par son réseau qui est naissant d'une part, mais surtout par le manque de fréquence 3g et l’absence de fréquences 4g 800 Mhz.

- Bouygues Telecom a une petite moité de clients fixe sur les réseaux SFR - Numericable. Il est impératif que l’année 2014 soit un franc sucés commercial sur le fixe.

Il semble évident que les deux acteurs vont voir si il existe une opportunité de se louer mutuellement le réseaux / fréquences qu'il manque mais un accord reste assez hypothétique vu les différents des deux acteurs. Ils ont toutefois montré avec cette vente de SFR qu'ils étaient prêt a aller au-delà des différents pour construire une offre commune gagnant-gagnant.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 27 mars 2014 à 08:10:39
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°78

NUMERICABLE
Le pédégé de Numericable a détaillé son projet pour SFR. L'objectif est de passer de 25 à 45 % sur le marché fixe résidentiel (là où il y du très haut débit) et de 20 à 30 % sur le marché fixe des entreprises en fusionnant Completel (9% du marché) et SFR Business (11% du marché), là Orange réalise 70% du marché.
 
SFR devrait acheter moins d’ADSL à Orange et renégocier l’accord l'accord conclu entre SFR et Orange pour le co-déploiement et le co-investissement dans la fibre optique en zone moyennement dense. Autrement dit, Numericable ne veut plus faire de la fibre là où il y a déjà du câble, et pourrait proposer à Orange de co-investir dans son câble.

Reste à savoir ce que deviendront les partenariats existants avec Bouygues : la mutualisation du réseau mobile signée entre Bouygues et SFR, le contrat de MVNO 3G avec Bouygues, la location du réseau pour les offres très haut débit de Bouygues. Logiquement ce qui permet de réduire la facture devrait être conservé.
 
Bouygues n'a rien annoncé de son coté, sachant que coté mobile le nouvel ensemble passerait devant Orange avec 41,8% du marché contre 36,5%, coté fixe il ne péserait que 29,2% contre 40,6% pour Orange. 

Source : Les Echos (http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/tech-medias/actu/0203378290476-numericable-devoile-son-projet-de-croissance-pour-le-nouveau-sfr-657641.php) (17/03)

VIRGIN MOBILE A VENDRE ?
C’est ce révèle un article du Figaro. L’actionnaire Virgin Mobile  réfléchit à l’avenir du premier Mnvo en France. Cela pourrait passer par «une vente, un rapprochement avec un autre opérateur virtuel ou une mise en Bourse. ». L’arrivée de Free Mobile a engendré une baissé du prépayé et par ricochet à ceux qui étaient sur ce segment les Mvno !

L'hypothèse n'est pas nouvelle : une "étude" annonçait que le rachat de Virgin Mobile par Orange aurait du sens. Virgin serait valorisé 250 millions d'euros par Oddo (La Tribune (http://www.latribune.fr/technos-medias/20140130trib000812874/un-rachat-de-sfr-par-numericable-probabilite-de-80-selon-des-analystes-.html), 30/01). Et les premières rumeurs datent d'avril 2012 (La Tribune (http://www.latribune.fr/technos-medias/telecoms/20120423trib000694995/les-operateurs-virtuels-conservent-de-reelles-chances-face-a-free-mobile.html), 04/2012). Hier comme aujourd'hui, le prix du client Virgin est estimé à environ 150€... 

A fin décembre (http://www.forum-orange.com/forums/viewtopic.php?pid=689977#p689977) 2013, Virgin Mobile revendique 1,689 000 clients. 353 000 (20,9%) sont des clients en prépayés 1,337 000 (79,1%) sont des clients abonnés.
Par rapport à mars 2013, c’est une perte de 39 000 clients. A cette date, 365 000 (21,1%) étaient des clients en prépayés et 1,364 000 (78,9%) étaient des clients abonnés.
Sur 12 mois, c’est une perte de 111 000 clients, soit une baisse de 6%, dont 67 000 clients en post-payés (ou forfaits).

Selon les chiffre de l’ARCEP arrêtés à fin décembre 2013, 8,073 000 millions de clients ont souscrit à un service mobile auprès d’un Mvno (tableau 2.2), soit une hausse 202 000 (+5,2), contre une hausse de 15 000 (+0,2%) pour le T3, de 151 000 (1,9%) sur le T2, de 27 000 (+0,4%) au T1 2013 et de 73 000 (0,9%) au T3 2012. Les Mvno représentent  10,9% du marché total de ce trimestre contre 10,8% du marché total sur le T2,  de 10,9% au T1, et de 10,9% au T4 2012 !     

CONSOLIDATION EN ESPAGNE
La consolidation des télécoms est également à l’œuvre en Espagne. Vodafone vient d’acquérir le principal câblo-opérateur Ono pour 7,2 milliards. Ono compte 1,9 million de clients et son réseau est raccordé à 7 millions de ménages en Espagne. Vodafone estime les synergies à 2 milliards en matière de coûts et à 1 milliard en matière de revenus. L’opération pourrait faire réagir Orange qui est le troisième opérateur en Espagne. Après un refus de l’actionnaire TeliasSonéra de vendre Yoigo, Orange pourrait chercher à acheter un autre opérateur Jazztel qui est le troisième opérateur en téléphonie fixe et quatrième en ADSL permettrait à Orange de se renforcer sur ces segments. Toutefois le prix est cher et laisserait Orange troisième opérateur en Espagne.

Source : Les Echos (http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/tech-medias/actu/0203378032040-la-convergence-entre-le-fixe-et-le-mobile-est-aussi-a-l-oeuvre-en-espagne-657677.php) (17/03).
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 03 avril 2014 à 08:06:02
Lors d’une interview au quotidien Les Echos (http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/tech-medias/actu/0203389853812-stephane-richard-il-ne-faut-pas-destabiliser-orange-en-plein-maelstrom-du-secteur-659170.php)  (24/03), Stéphane Richard - le pédégé d’Orange - est revenu sur le rachat de SFR et la consolidation du marché en Europe.

Rachat de SFR
Pour lui, un rachat par Numericable pourrait forcer Bouygues à revoir son partenariat avec le nouveau groupe sur le très haut débit ou sur le partage du réseau mobile et pour lui : "Orange a rétabli un dialogue de qualité avec Bouygues depuis quelques mois. Nous pourrions renforcer ce dialogue dans cette hypothèse."
 
Dans l’hypothèse d’un rachat par Numericable, il demande la régulation du réseau de Numericable, mais également la possibilité d’avoir accès aux mêmes chaines tv du groupe Canal+. Mais pour lui : "Cette transaction ne règle en effet pas le problème du mobile en France et ne permet pas au secteur de trouver un nouvel équilibre. Maintenant, avec le montant de dettes que l’ensemble combiné aurait à supporter, je ne pense pas qu’ils aient les moyens de se lancer dans une nouvelle guerre des prix."
Si c’est Bouygues qui rachète, le nouvel ensemble passerait devant Orange en parts de marché, mais : "Ce serait un excellent lièvre pour nous. D’autant que la fusion serait longue et difficile. Pendant cette période, Orange sera le point stable du marché."

Un attelage SFR/Bouygues  permettrait également à Orange d’avoir une position d’outsider et d'espérer d’avoir un peu plus les mains libres au niveau régulation,
Ensuite, les précédentes fusions (Club Internet par Neuf/SFR, Alice par Free et Darty par Bouygues) ont démontré que 1+1 ne faisait pas deux. Mais là aussi, rien n’est automatique. 

Consolidation en Europe
Il ne voit pas venir des opérateurs américains, chinois car ils sont trop occupés par leurs propres marchés : "Pour moi, c’est un peu un mythe, l’arrivée des opérateurs étrangers en Europe".
Par contre Orange participera au mouvement en Europe : " a consolidation fait partie des chantiers auxquels on s’attaquera dans les cinq années à venir (...) [la consolidation]  touchera le secteur du mobile mais prendra aussi la forme de la convergence entre le fixe et le mobile. Orange y participera. Il y a des pays en Europe où l’on ne fait que du mobile pour l’instant, et où il faudra nécessairement que l’on bouge."   

C’est un changement de cap, car depuis son arrivée à la tête d’Orange, Stéphane Richard était plutôt prudent en vendant des positions jugées non-stratégiques comme Orange en Autriche, en Suisse ou au Portugal. Une acquisition en Europe vaut-elle vraiment le coup/coût ?   

Rapprochement avec Deutsche Telekom
Ce n’est pas un non catégorique, c’est juste un non technique : "Aujourd’hui, les conditions ne sont pas réunies car il y a un déséquilibre des poids respectifs. S’il y avait un mariage, il devrait se faire entre égaux. Notez tout de même que la filiale américaine T-Mobile pèse le quart du chiffre d’affaires de Deutsche Telekom. Peut-être reparlera-t-on de ce sujet si Deutsche Telekom se retire du marché américain et devient un pur acteur européen.

Ce serait un feuilleton encore plus prenant que celui du rachat de SFR. Le Pacs actuel devrait plutôt être approfondit, afin que les clients bénéficient des synergies au niveau européen ou au moins là ou les deux marques sont présentes.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 04 avril 2014 à 08:32:42
C'est aujourd'hui que Vivendi doit donner une réponse sur la vente de SFR. Il y a trois semaines, Vivendi est rentré en négociations exclusives avec Numericable et l'opérateur fait figure de favori, mais depuis Bouygues n'est pas resté inerte et a fait monter la pression.
Les offres sont connues plus ou moins officiellement. Le quotidien Les Echos (http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/tech-medias/actu/0203420298265-numericable-part-favori-pour-acheter-sfr-662245.php) du jour propose une synthèse financière.   

(https://lafibre.info/images/adsl/201404_offres_sfr.gif)

Reste que les contraintes réglementaires sont plus lourdes avec une reprise par Bouygues Telecom. Bouygues et Numericable ont promis de ne pas licencier pendant trois ans.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 04 avril 2014 à 19:45:06
Selon La Tribune (http://www.latribune.fr/technos-medias/20140404trib000823741/rachat-de-sfr-numericable-l-emporterait-en-ayant-releve-son-offre.html), Numericable aurait 2 chances sur 3 de remporter la mise et de racheter SFR. Numericable a relevé son offre d'1 milliard.
Si cela se confirme, les recours judiciaires ne devraient pas manquer.

A suivre.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 04 avril 2014 à 21:18:20
Vivendi n'a pas tranché et se donne le week-end afin de poursuivre l'examen des offres.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 05 avril 2014 à 16:32:57
Alea Jacta est, Numericable est le nouveau propriétaire de SFR. C'est Vivendi qui l'annonce dans un communiqué (http://www.vivendi.com/presse/communiques-de-presse/vivendi-retient-loffre-dalticenumericable-sur-sfr/).

Pour Vivendi il assure : "la qualité du projet industriel, la pérennité de l’emploi, les risques les moins élevés en matière de concurrence et La valorisation pour Vivendi. Le communiqué assure que Vivendi va : "recevoir 13,5 milliards d’euros à la réalisation de l’opération ainsi qu’un complèment éventuel de prix de 750 millions d’euros, puis de pouvoir céder ultérieurement sa participation de 20 %. L’ensemble devrait représenter une valeur totale supérieure à 17 milliards d’euros."

Le nouvel ensemble devrait peser pour un peu plus de 25% du marché sur le haut et très haut débit, et devenir le deuxième opérateur du pays. C'est une défaite pour Bouygues, qui devra trouver les moyens de rebondir en cherchant une alliance soit avec le nouveau groupe, soit avec Free.

Même si les recours juridiques devraient être nombreux, le paysage de l'internet français va s'en trouver profondèment modifié
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 05 avril 2014 à 18:24:58
Vivendi va devenir riche ! Pour rappel :   
Vivendi a vendu Activision pour 6 milliards d'euros,
Vivendi a vendu Maroc Telecom pour 4,2 milliards d'euros, 
Vivendi vendrait SFR pour 17 milliards d'euros,
Vivendi a racheté les parts de Lagardère dans Canal+ pour 1 milliard d'euros.   
Vivendi se retrouverait alors à la tête d'une trésorerie nette de 10,1 milliards d'euros ! De quoi rendre du cash aux actionnaires et/ou de faire quelques emplettes.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 07 avril 2014 à 08:15:50
Jean-René Fourtou le pédégé de Vivindi donne une interview au quotidien Les Echos (http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/tech-medias/actu/0203425473110-jean-rene-fourtou-s-allier-avec-bouygues-etait-intenable-sur-le-plan-de-la-concurrence-662537.php) du jour et donner les raisons du choix de Numericable pour reprendre SFR.

Pour lui : "La faisabilité de l’opération. Un rapprochement avec Bouygues aurait créé un groupe avec 47% de part de marché en valeur dans le mobile, ce qui était intenable au plan de la concurrence. Le régulateur aurait demandé des remèdes très importants afin de rééquilibrer le marché. La proposition de Bouygues de vendre son réseau mobile et des fréquences à Free allait dans le bon sens, mais il aurait probablement fallu aussi céder des clients. Par conséquent, dans le cas d’un mariage entre Bouygues et SFR, on se serait retrouvé avec une société en décroissance face à un concurrent surarmé, Free. Les risques d’exécution d’un tel projet étaient vraiment trop importants.".

Bouygues pour l’emporter aurait dû payer entièrement le risque que le projet ne passe auprès de l’Autorité de la Concurrence, d’autre il souligne (main sur le cœur...) que : "Il y aurait eu 4.000 à 6.000 personnes en trop, sans compter les sous-traitants. La situation aurait été difficile à gérer, alors même que Bouygues s’était engagé à ne pas licencier pendant trois ans.".  

Au sujet de Numericable : " C’est un projet porteur de croissance. Les activités sont très complèmentaires. Il y a très peu de recouvrement et donc très peu de doublons en terme d’effectifs. Il s’agit de développer la convergence entre le fixe et le mobile, en s’appuyant sur la croissance du très haut débit et la génération de nouveaux services. C’est la stratégie gagnante dans les télécoms. C’est la vision du gouvernement et de son plan France Très Haut Débit.".  

Pour lui, le groupe Vivendi a terminé ses cessions et la trésorerie devrait atteindre 5 milliards d’euros et même 10 en revendant les parts minoritaires dans Activision (1 milliard), et SFR (4 milliards). Le groupe va se recentrer sur les médias, mais ce sera pour des activités globales.  

Un accord entre Bouygues et Free ?
Enfin, le même quotidien annonce que parallèlement à son offre de rachat de SFR, Bouygues aurait prospecté du coté de Free…Un banque aurait proposé une fusion entre égaux ou chacun aurait possédé 35% (le reste en flottant), mais Xavier Niel aurait refusé, car il souhaite rester maître du navire ou alors en préfère-t-il attendre que le fruit Bouygues soit plus mûr et rende les armes pour moins cher.

Pour Free, le mot d'ordre reste : "nul doute que d’autres opportunités se présenteront dans les prochains mois pour Iliad". Iliad espère certainement peut-être pousser son avantage et attendre que Bouygues Telecom rende les armes.

Bouygues envisagerait de sortir de l’accord de mutualisation signé il y a quelques semaines avec SFR mais également de ne plus louer de la fibre à Numericable (par qui passer dans ce cas ?). L’avenir s’annonce incertain pour Bouygues Telecom. Le rachat de SFR va vraiment remodeler le paysage de l'internet français.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 08 avril 2014 à 08:09:18
Et si une partie de l’avenir de Bouygues Telecom passait par une alliance avec Orange ?

Il y a 15 jours lors d’une interview au quotidien Les Echos (http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/tech-medias/actu/0203391970723-stephane-richard-il-ne-faut-pas-destabiliser-orange-en-plein-maelstrom-du-secteur-659006.php)(24/03), Stéphane Richard le pédégé d’Orange proposait ses services dans le cas d’un rachat de SFR par Numericable : "Il devrait aussi vraisemblablement conduire Bouygues Telecom à revoir ses partenaires stratégiques, par exemple sur le très haut débit, aujourd’hui avec Numericable, ou sur le partage de réseau mobile, aujourd’hui avec SFR. Orange a rétabli un dialogue de qualité avec Bouygues depuis quelques mois. Nous pourrions renforcer ce dialogue dans cette hypothèse."   

Aujourd’hui, le même quotidien (http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/tech-medias/actu/0203426850258-apres-avoir-laisse-echapper-sfr-bouygues-evalue-ses-options-662916.php) (08/04) fait état de discussions autour d’une mutualisation entre Bouygues Telecom et Orange. Certains chez Bouygues avancent l’idée que l’accord de mutualisation signé il y a quelques semaines avec SFR est caduc du fait du rachat. D’autant que la relative position de faiblesse de Bouygues Telecom pourrait amadouer l’Autorité de la Concurrence.

Même si la bataille avec Numericable va laisser des traces, le plus simple pour Bouygues serait de rester dans l’orbite de SFR/Numericable. Les accords qui existent ne vont pas être faciles à détricoter. Au niveau mobile il y a l’accord de mutualisation des zones non-denses. D’autre part, Bouygues loue du très haut débit à Numericable, Bouygues loue de l’ADSL à SFR.   

Et si il s’agissait pour Bouygues de brandir Orange afin de renégocier les contrats existants à la baisse ? Une alliance avec Orage serait la grosse côte, alors que l’option la plus envisagée est celle d’une fusion avec Free.

Mais Martin Bouygues veut-il se retrouver en tête à tête avec Xavier Niel ou veut-il s’assurer une plus grande tranquillité s’amarrant au havre de paix que représente Orange ? Le rachat de SFR par Numericable pourrait changer la donne autour de la table.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 10 avril 2014 à 08:03:41
La bataille qui a opposé Numericable à Bouygues a permis de clore des contentieux juridiques entre Bouygues et Orange. Bouygues ayant besoin de cash, il aurait demande 1,5 milliard d’euros à Orange, mais celui n’a accepté l’accord que pour 300 millions d’euros.
C’est ce que révèle l’hebdomadaire Le Canard Enchaîné du 9 avril.

Est-ce une volonté de remettre les compteurs à zéro avant une possible collaboration comme le laisse entendre certaines hypothèses dans le cas ou Bouygues Telecom voudrait se séparer de la nouvelle galaxie SFR/NC ? 

Pour rappel, avant de signer leur accord d’itinérance en mars 2011, Orange et Free avait signé un accord en août 2010 afin de régler à l’amiable une longue série de procès et plaintes (Le Monde (http://www.lemonde.fr/technologies/article/2010/08/16/longtemps-en-guerre-les-operateurs-orange-et-free-font-la-paix_1399288_651865.html), 08/2010). L’histoire va-t-elle se répéter ?

En creux, cela démontre aussi que la proposition de rachat de Bouygues Telecom a vraiment été montée à "l’arrache" et une relative "impréparation" avec une liste d'investisseurs qui évoluait quasiment au jour le jour, le relatif bradage du réseau à Free, la signature de cet accord avec Orange, et le montage du dossier financier  avec une seule banque.

Bouygues n'aurait-il été là que pour faire payer un peu plus cher à Numericable ? Si cette impression domine chez Bouygues, le retour de bâton devrait être sévère. P.Drahi, le nouveau nabab des télécoms a rencontré A.Montebourg afin de repartir sur de nouvelles bases. Selon un porte-parole de Numericable la rencontre était "constructive et détendue. Les polémiques sont derrière nous".


Des rencontres constructives, des conflits qui se règlent à l'amiable, un acteur qui voulait brader son réseau. En voilà un monde formidable. ;)
Titre: PIF
Posté par: vivien le 10 avril 2014 à 08:24:19
Attention : N'avoir une banque peu aussi signifier que le dossier est solide et qu'une seule banque est prés a t’accompagner.

Quand il y a un risque, tu es obligé de demander a plusieurs banques de supporter le risque donc c'est un argument qui a tendance a se retourner contre le dossier Numericable / Altice.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 10 avril 2014 à 10:10:34
Oui, mais vu les montants et la taille de l'opération, c'est forcement un risque et dans ce cas la mutualisation est plutôt positive. 
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 11 avril 2014 à 13:00:11
Le rachat de SFR par Numericable restera un problème franco-français a déclaré jeudi Joaquin Almunia, le commissaire européen à la Concurrence : "De prime abord, l'opération relève des autorités françaises" (La Tribune (http://www.latribune.fr/depeches/reuters/2014-04-10/le-projet-numericable-sfr-considere-du-ressort-de-la-france.html), 10/04).

Il y a quelques jours (La Tribune (http://www.latribune.fr/technos-medias/20140328trib000822525/rachat-de-sfr-une-legere-hausse-de-prix-ne-poserait-pas-forcement-probleme-selon-l-arcep.html), 28/03), l'ARCEP et l'Autorité de la Concurrence avaient déjà déclaré que l'examen du dossier par la Commission Européenne n'était pas si évident que l’acheteur soit Bouygues ou Numericable. Pour l’Arcep "doute que l'Union européenne ait des arguments pour transférer le dossier à Bruxelles : à première vue, le critère de chiffre d'affaires paneuropéen n'est pas rempli.", et pour l'ADLC, c'était circulé, il n'y a rien à voir : "Il n'y a aucun fondement juridique au renvoi (à la Commission)".

Lors d’une interview au quotidien Les Echos (http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/tech-medias/actu/0203391970723-stephane-richard-il-ne-faut-pas-destabiliser-orange-en-plein-maelstrom-du-secteur-659006.php) (24/03), Stéphane Richard le pédégé d’Orange évoquait trois problèmes liés à la concurrence :
"- il ne semble pas normal d’avoir un câble qui ne serait soumis à aucune régulation tandis que le cuivre et la fibre sont totalement régulés. Nous poserons donc la question de l’accès régulé à la boucle locale du câble au régulateur. C’est un sujet d’actualité partout en Europe et la Belgique a d’ores et déjà décidé la régulation du câble à l’instar du cuivre.
- Ensuite cette opération pose la question de l’accès aux contenus et la télévision payante. Vivendi sera dans un premier temps le principal actionnaire du groupe avec une participation de 32% (20% aujourd’hui). J’espère que l’Autorité de la concurrence sera aussi stricte qu’elle l’a été avec nous quand nous avions nos chaînes Orange Cinéma Series et Orange Sport.
- Par ailleurs, il n’y aura plus de raison que Numericable soit le seul autorisé à dégrouper les chaînes de CanalSat pour faire des bouquets sur mesure.
"

Jusqu’où ira l’Autorité De La Concurrence ? L’examen du dossier pourrait prendre entre 6 et 9 mois, rendant le rachat effectif pour début 2015. Nonobstant toutes poursuites judiciaires diverses et variées.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 12 avril 2014 à 08:02:26
Le monde des télécoms n'est pas insensible aux tourments de l'âme humaine. Un exemple avec deux des 7 péchés capitaux, la Colère avec Martin Bouygues et l'Envie avec Xavier Niel.

La Colère
Martin Bouygues - le pédégé du groupe Bouygues - vient d'accorder une interview au Figaro (http://www.lefigaro.fr/secteur/high-tech/2014/04/11/01007-20140411ARTFIG00457-rachat-de-sfr-martin-bouygues-regle-ses-comptes.php) du jour. Il est très colère contre Jean-René Fourtou le pédégé de Vivendi au sujet de la vente de SFR à Numericable.

"Des appels d'offres compliqués, tordus, bizarres, j'en ai vu beaucoup. Mais je n'imaginais pas de telles pratiques dans un tel dossier… à Paris de surcroît! (...) Les anomalies se sont multipliées. (...) Pour paraphraser Michel Audiard, ‘je n'accuse pas… j'évoque'." En gros, Bouygues pense avoir été utilisé par Vivendi pour faire monter l'offre de Numericable, il va donc très loin dans les accusations, ce qui n'est vraiment pas le genre de la maison.

Concernant l'avenir de Bouygues Telecom, il assure que : "Bouygues Telecom peut rester seul car il peut compter sur le groupe Bouygues, qui peut lui fournir des moyens importants pour gagner la rude bataille qui s'annonce" Enfin sur des discussions avec Free ou Telefonica : "Je ne commente pas les rumeurs"

La question de l'avenir des relations entre Bouygues et le nouvel SFR n'est pas posé. Que va devenir l'accord de mutualisation signé en février entre SFR et Bouygues ? A terme, l’accord de mutualisation entre SFR et Bouygues Telecom devrait permettre de faire des économies de 300 millions d’euros. 200 pour SFR et 100 pour Bouygues, mais pas avant 2017, une fois le regroupement effectué.

Autre victime collatérale du rachat de SFR par Numericable : Free,  L’accord de mutualisation prévoit le démantèlement de 7000 sites en zones non-denses, avec une possibilité de rachat par Free, si l'accord n'avance plus, Free va forcement perdre du temps sur le déploiement de son réseau. Et de ce coté, il n'y a vraiment rien de trop...

Suite à cette interview Vivendi a publié un communiqué (http://www.vivendi.fr/presse/communiques-de-presse/vivendi-mise-au-point-bouygues-2014-11-04/) : "Vivendi affirme que la procédure qui l’a conduit à choisir l’offre d’Altice/Numericable en dépit des pressions, des mises en cause déplaisantes dont ses équipes n’ont cessé d’être l’objet, l’a été en toute transparence et avec le souci constant de l’intérêt social de l’entreprise, de ses salariés et de ses actionnaires. Vivendi se refuse, dès lors, à polémiquer, mais réserve tous ses droits."

Difficile de savoir ce que vont devenir les relations entre les deux groupes, mais il va falloir un peu de temps à Bouygues pour digérer.

L'envie
Après la colère froide de Martin Bouygues, la crise de jalousie de Xavier Niel qui vient de faire quelques déclarations à 01Net (http://www.01net.com/editorial/618082/exclusif-xavier-niel-setonne-dune-negociation-secrete-entre-orange-et-bouygues/). C'est au sujet du règlement des contentieux judiciaires entre Orange et Bouygues. Pour solde de tout compte, Orange aurait réglé 300millions à Bouygues, alors que ce dernier réclamait 1,5 milliard.

Ame sensible s'abstenir, on se rapproche du "sublime" : "Cela me paraît bizarre. J'espère, juste, que ce n'est pas nous, Free, premier client d'Orange, qui allons finir par payer cette indemnisation, au travers de nos contrats avec Orange. J'espère aussi que ce n'est pas moi, en tant que citoyen français, au travers de la part de l'Etat dans Orange, qui vais payer un bout de ce montant".
Pour rappel, avant de signer leur accord d’itinérance en mars 2011, Orange et Free avait signé un accord en août 2010 afin de régler à l’amiable une longue série de procès et plaintes (Le Monde (http://www.lemonde.fr/technologies/article/2010/08/16/longtemps-en-guerre-les-operateurs-orange-et-free-font-la-paix_1399288_651865.html), 08/2010). Il parait que le citizen Niel en est encore toute chose...

Au delà du montant, Free voit une menace, car si Bouygues et Orange se rapproche, Free pourrait en faire les frais, alors que la fin de l'itinérance entre Orange et Free se rapproche. Enfin, le rachat de SFR par Numericable, prive Free d'un accord de cession du réseau de Bouygues pour 1,8 milliard et comme évoqué plus haut, si l'accord de mutualisation entre SFR et Bouygues patine, c'est également une possibilité de racheter des antennes qui s'éloigne pour Free.

Le rachat de SFR par Numericable n'a pas fini de faire de grosses vagues.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 16 avril 2014 à 07:59:12
La fin du roaming en Europe pour la fin 2015 ?

Le Parlement européen vient de voter, à 534 voix pour, 25 contre et 58 abstentions, la proposition de règlement sur le marché unique des télécoms, baptisée « continent connecté. » Parmi ces mesures, la fin du « roaming », les frais d'itinérance facturés par les opérateurs lorsque nous appelons ou surfons à l'étranger.
Ces surcoûts seront supprimés au sein des pays de l'Union d'ici au 15 décembre 2015.

La balle est dans le camps des États membres de l'UE qui vont désormais poursuivre leur examen du règlement. La  Commission espère obtenir leur accord final d'ici à la fin de 2014. Ce qui n'est pas gagné.
En France, Orange, Bouygues et SFR et Free ont progressivement ajouté dans leurs forfaits des heures d'appels et une quantité de données plus ou moins importantes utilisables en Europe plusieurs jours par an.

Pour rappel, l’abandon du roaming fait partie du paquet Telecom 2014/2019 lancée par la Commission Européenne qui a fixé un objectif l’abandon des frais de roaming (data et voix) à l’intérieur des frontières européennes.

Reste à ce que ces offres ne soient pas limitées en nombre de jours et qu’elles soient intégrés avec un surcoût minimum et deviennent complètement ouvertes. Cela devrait permettre aux offres des opérateurs de rentrer un peu plus dans la modernité à l’heure ou l’utilisation d’un Smartphone devient courant, ou les opérateurs vante la 4G et à l’heure où les citoyens européens circulent de plus en plus à l’intérieur des frontières de l’Union.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 17 avril 2014 à 10:49:21
Dernières nouvelles du rachat de SFR par Numericable. Une interview du président de l'Autorité De La Concurence et du président du comité de suivi chargé de faire le tri des offres pour Vivendi.

L'Autorité autoritaire ?
C'est ce que laisse entrevoir le président lors d'une interview au quotidien Les Echos (http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/tech-medias/actu/0203447140569-sfr-numericable-l-autorite-de-la-concurrence-va-ouvrir-une-enquete-665153.php) (16/04) : "Je vous le confirme : nous ferons un examen approfondi, le dossier sera soumis au collège à l’issue d’une procédure contradictoire qui permettra aux parties de réagir au diagnostic concurrentiel qui sera porté par l’Autorité (...) Nous consulterons aussi les régulateurs sectoriels : l’Arcep et le CSA et nous ferons un, deux, voire plusieurs tests de marché si c’est nécessaire".

Comme prévu, l'accord final ne devrait pas intervenir avant la fin de l'année. Les Echos (http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/tech-medias/actu/0203447934785-concurrence-l-examen-du-rachat-de-sfr-sera-long-665333.php) du jour annonce que "L'opérateur historique va demander un allégement de la régulation de sa fibre dans les zones où le câble est présent. Peut-être exigera-t-il de pouvoir sortir du co-investissement avec SFR (dans un peu moins de 200 communes) si ce dernier tarde à déployer. Bouygues, déjà client de Numericable, pourrait de son côté demander une régulation du câble."

L'effet domino de ce rachat pourrait être significatif...

On refait le rachat
Le président du comité chargé par Vivendi de faire le tri dans les offres re chat de SFR s'est exprimé (Le Parisien (http://www.leparisien.fr/economie/le-vice-president-de-vivendi-regle-ses-comptes-avec-bouygues-16-04-2014-3773133.php), 16/04 ) sur les coulisses du rachat.
 
Il parle "des pressions spectaculaires et choquantes (...) aussi bien du côté de Bouygues (...) que des pouvoirs publics"

Pour lui : "Le refus de l’autre, le sectarisme de tout l’establishment ont certainement joué aussi en faveur de Drahi (Patrick Drahi, patron d'Altice, ndlr). Ce dossier, poursuit-il, est l’illustration de l’ostracisme dont est capable l’establishment français quand on n’est pas des leurs."

Enfin, il a  : "finalement moins vu M. Drahi que Martin Bouygues et ceux qui soutenaient sa candidature (...) J’ai vu Martin Bouygues deux fois deux heures, j’ai vu Roussat (président de Bouygues-Telecom, ndlr) deux heures, j’ai même vu deux heures Xavier Niel et Maxime Lombardini, chercher à me vendre Bouygues dans l’espoir de récupérer ses réseaux...".

Pour lui, c'est le pédégé de Numericable qui en voulait le plus : "Ca faisait trois ans qu’il frappait à la porte de Vivendi, avec à chaque fois une offre qu’il a dû revoir. Il voulait SFR et il avait un vrai projet industriel de développement, contrairement à Bouygues qui cherchait une consolidation de la situation".

Bref, le pédégé de Bouygues télécom a joué les utilités et n'a même pas été à la hauteur ! C'est agréable...Les rancoeurs diverses et variées des uns envers les autres ne vont pas être simples à mettre de coté.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 21 avril 2014 à 09:37:59
Jean-Yves Charlier le pédégé de SFR a accordé une interview au quotidien Le Figaro (http://www.lefigaro.fr/secteur/high-tech/2014/04/18/01007-20140418ARTFIG00337-la-guerre-des-prix-dans-le-mobile-n-est-pas-tenable.php) (19/04). Retour sur le futur de la nouvelle entité qui va naitre après le rachat de Numericable.
Il annonce un accord important avec Vodafone qui devrait porter sur de nombreux points. D'autre part, un "come-back" commercial. Le dossier de rachat a été déposé auprès de l'Autorité de la Concurrence le 16 avril.
Quelques points à retenir. 

Sur le maintien de l'investissement
"Numericable a prévu un financement sur le long terme, sans contraintes pendant sept ans, sans remboursement du principal pendant la même période (...) L'endettement du nouvel ensemble me semble donc approprié, et sans conséquences sur l'investissement. Nous nous sommes engagés avec Patrick Drahi à déployer 12 millions de prises très haut débit d'ici à 2017 et 15 millions en 2020, contre 8 millions actuellement chez Numericable. Le déploiement de la 4G se fait, lui, par paliers et nous le poursuivons."

Mutualisation avec Bouygues
"Cet accord est toujours pertinent pour SFR et reste stratégique pour nous deux entreprises (...) nous avons signé un contrat pour vingt ans qui ne comprend pas de clause de sortie pour cause de changement de contrôle capitalistique" La question d'u paiement d'une pénalité de sortie par Bouygues "n'est pas un sujet aujourd'hui"

Sur la guerre des prix dans le mobile
"La guerre des prix va continuer, pendant un certain temps. Mais ce n'est pas tenable sur le long terme. La France doit choisir entre des prix bas et résorber la fracture numérique. Nous avons atteint un point de bascule".

Sur le papier, SFR/Numericable a des atouts commerciaux et industriels pour devenir un opérateur complet. Mais SFR devra maintenant réussir la fusion et surtout garder Bouygues Telecom dans sa sphère d'influence. Les défis sont énormes.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 24 avril 2014 à 08:13:29
Dernières nouvelles du rachat de SFR par Numericable (6)

Des conditions financières favorables pour Numericable et quelques chiffres sur les évolutions financières futures.

Conditions financières
Le rachat de SFR par Numericable plait bien au marché. Numericable et Altice doivent lever environ 12 milliards d’euros en obligations, pour financer le rachat de SFR. La demande aurait atteint 70 milliards d’euros. Devant ce succès, l’émission a été revue en hausse, Numericable va lever environ 8 milliards, alors qu’au départ il ne devait emprunter que quelques 6 milliards sur le marché obligataire, au côté d’un financement bancaire de 5,6 milliards d’euros. Le prêt bancaire a donc été réduit. Altice doit lever, de son côté, presque 4 milliards d’euros.

Le rapprochement fixe/mobile a le vent en poupe. Cela va permettre à Numericable de diversifier ses sources de financement, et d’avoir des conditions moins strictes de remboursement.   

Evolutions financières
Le business plan de Numericable commence à être précisé. Selon Bfm (http://www.bfmtv.com/economie/exclu-bfm-business-sfr-va-decliner-jusquen-2015-758167.html) qui en publie les grandes lignes.
 
Les investissements du nouvel ensemble vont diminuer de 150 millions d'euros, passant de 1,93 à 1,78 milliard entre 2013 et 2016. Il n'y a pas de précisions sur les investissements touchés.

Numericable prévoit de "migrer le réseau de SFR vers le réseau de fibre à l'immeuble de Numericable" dans les zones couvertes par le câblo-opérateur -soit 50% du réseau de SFR. Dans ces cas-là, "les coûts de dégroupage auprès d'Orange seront éliminés". De ce fait, Numericable espère de voir augmenter la facture de 7 euros par client. 
Cela va demander de gros efforts de la part de Numericable, d’autant que les prévisions de résultats pour SFR devrait se dégrader jusqu’en 2015/2016. Le poids de la clientèle actuelle de Numericable n’est pas assez fort pour peser.

L’accord de mutualisation entre Bouygues et SFR va permettre à SFR va recevoir (pour compensation) de Bouygues un total de 460 millions d’euros, soit 23 millions par an et pendant 20 ans. 
Si Bouygues veut voguer vers d’autres horizons et remettre en cause cet accord, il va lui falloir soit payer un dédommagement, soit attaquer en justice afin de casser l’accord.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 25 avril 2014 à 17:25:48
Quelques semaines après avoir perdu son bras de fer avec Numericable pour le rachat de SFR, le groupe Bouygues pourrait se faire du cash en vendant tout ou partie des 29,4 % du capital d'Alstom qu’il détient. La vente pourrait lui rapporter jusqu'à 4 milliards d'euros.

Après avoir jouer de la fibre «nationale» pour empêcher Numericable de reprendre SFR, Martin Bouygues, pourrait se laisser tenter par l’offre de la multinationale américaine General Electric. Martin Bouygues pourra ainsi relancer sa filiale télécom comme il le déclarait récemment : "Bouygues Telecom peut rester seul car il peut compter sur le groupe Bouygues, qui peut lui fournir des moyens importants pour gagner la rude bataille qui s'annonce" (Le Figaro (http://www.lefigaro.fr/secteur/high-tech/2014/04/11/01007-20140411ARTFIG00457-rachat-de-sfr-martin-bouygues-regle-ses-comptes.php), 12/04).

Sur l'avenir de Bouygues Telecom, Martin Bouygues reste optimiste. Il se pose la question et apporte des réponses Les Echos (http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/tech-medias/actu/0203461773601-malgre-le-rachat-avorte-de-sfr-bouygues-telecom-a-largement-de-quoi-se-battre-666751.php) (24/04) : "Y a-t-il un avenir pour Bouygues Telecom? Oui bien sûr: et cela, pour deux raisons".
"La première de ces raisons, c'est que Dieu merci, le nouvel entrant (l'opérateur Free) va, dès le mois de janvier 2015, être confronté à la réalité des engagements qu'il a pris auprès du régulateur dans son contrat de licence" et Free "và avoir besoin d'avoir (...) un réseau et des fréquences". Sous-entendu celui de Bouygues ? Sauf qu'à quelques mois de la fin de l'itinérance de Free, les conditions de sortie ne sont pas encore très claires.

Reste que pour Bouygues Telecom, d’autres options sont évoquées dont une qui pourrait être de passer un accord avec Orange pour mutualiser une partie du réseau mobile, mais pour cela il faudrait que Bouygues sorte de l’accord de mutualisation avec SFR. Bouygues pourrait également passer un accord avec Orange sur le très haut débit et sortir de la location du réseau de Numericable.

Par cette vente - inespérée même si elle était souhaitée - le groupe Bouygues va aussi donner de l’air à sa filiale télécom et ainsi se donner le choix de son avenir. Sa guerre tarifaire contre Free sera-t-elle amplifiée ? En tout cas, le rachat par Free va devoir attendre encore un peu.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 28 avril 2014 à 14:29:47
Les rumeurs d'un possible rapprochement entre Bouygues Telecom et Orange se poursuivent. Cette fois, c'est le JDD (http://www.lejdd.fr/Economie/Orange-fait-un-appel-du-pied-a-Bouygues-663457) (28/04) qui s'y colle. Selon Stéphane Richard - le pédégé d'Orange : "Il sera difficile pour Bouygues Telecom de partager son réseau avec SFR comme prévu, juge l'un de ses proches. Alors qu'Orange est prêt à discuter avec eux."

Cela avait déjà été évoqué par S.Richard il y a quelques semaines lors d’une interview au quotidien Les Echos (http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/tech-medias/actu/0203391970723-stephane-richard-il-ne-faut-pas-destabiliser-orange-en-plein-maelstrom-du-secteur-659006.php)(24/03): "Il devrait aussi vraisemblablement conduire Bouygues Telecom à revoir ses partenaires stratégiques, par exemple sur le très haut débit, aujourd’hui avec Numericable, ou sur le partage de réseau mobile, aujourd’hui avec SFR. Orange a rétabli un dialogue de qualité avec Bouygues depuis quelques mois. Nous pourrions renforcer ce dialogue dans cette hypothèse."   

Concernant le mobile, il va d'abord falloir que Bouygues Telecom "casse" l'accord signé en février avec SFR. Pour le très haut débit, Bouygues devra casser l'accord en cours avec Numericable.
 
Parallèlement, va se poser à terme, les conditions de l'arrêt de l'accord d'itinérance qui permet à Free de louer le réseau d'Orange.   

Les grandes manœuvres dans le Paysage de l'Internet Français ne sont pas terminées.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 30 avril 2014 à 08:15:13
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°81

Xavier Niel rachète Monaco Telecom
Souci d’optimisation fiscale ? Souci de respectabilité ? Souhait de passer des vacances bling bling ?
Toujours est-il que Xavier Niel vient de racheter La Tribune (http://www.latribune.fr/technos-medias/20140425trib000826940/le-fondateur-de-free-prend-bien-le-controle-de-monaco-telecom.html) (24/04) Monaco Telecom qui revendique 35.000 clients mobiles et 17.000 clients Internet. L’entreprise est très rentable et dégage chiffre d'affaires de 194 millions d'euros et un bénéfice net de 32 millions d'euros en 2012-2013 avec  une confortable marge nette de 16%. L'opérateur historique monégasque détient aussi 36,75% de Roshan, opérateur mobile en Afghanistan également présent au Kosovo.
Monaco Telecom est en monopole sur ce ghetto et nul doute que Xavier Niel voudra ouvrir ce marché afin d’y installer une rude concurrence !

Bouygues fait la paix avec Free
Après avoir  fait la paix avec Orange (édition papier du Canard Enchaîné du 9 avril) contre un chèque de 300 millions, le magazine Challenges (édition papier du 24/04)  annonce qu’à l’occasion de l’accord de vente du réseau de Bouygues à Free, les nouveaux amis ont mis fin à leurs différents contentieux.
Pour l’anecdote, au moment de l’annonce du règlement des contentieux entre Bouygues et Orange, Xavier Niel avait fait quelques déclarations empreintes d’une crise de jalousie à 01Net (http://www.01net.com/editorial/618082/exclusif-xavier-niel-setonne-dune-negociation-secrete-entre-orange-et-bouygues/) (01/04) : "Cela me paraît bizarre. J'espère, juste, que ce n'est pas nous, Free, premier client d'Orange, qui allons finir par payer cette indemnisation, au travers de nos contrats avec Orange.". Bizarre, bizarre, comme c'est étrange.

SFR va faire des dons
De cinq milliards d’euros entre 2014 et 2015...A ses actionnaires...Suite à la vente de Maroc Telecom, Activation Blizzard et SFR, les actionnaires de SFR vont toucher 1,34 milliard d’euros cette année et 3,5 milliards d’euros l’année prochaine, une fois la vente de SFR réalisée.
En revendant ses parts minoritaires dans Activision (1 milliard), et SFR (4 milliards), cela devrait laisser 5 milliards d’euros pour développer Canal+, Universal et GVT la filiale télécom au Brésil.   

Mvno
Le Mvno Prixtel va racheter un autre Mvno : Zéro forfait. Le premier compterait 200 000 clients, alors que le second compterait au maximum 50 000 clients. Ces deux opérateurs virtuels sont hébergés par SFR.
Cela ne va pas changer énormèment de choses dans le monde des opérateurs virtuels, mais cela vient avec l’arrivée de Free Mobile, faute de taille critique les petits disparaissent.
Auchan Telecom (150 000 clients) a été racheté par EI Telecom (Crédit Mutuel, ex NRJ Mobile), Carrefour Mobile (20, 30 000 clients ?) par Orange, et Simyo (180 000 clients) par Bouygues Telecom. Depuis quelques mois des rumeurs font état d’un possible rachat de Virgin Mobile et le rachat de SFR par Numericable, va voir disparaitre l'offre Mvno de ce dernier.
Selon les chiffres de l’ARCEP, à fin 2013, les Mvno représentent  10,9% du marché et ne profitent que très peu de la croissance du marché.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 01 mai 2014 à 08:39:25
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°82

Virgin Mobile
Ce n’est pas la grande forme pour Virgin Mobile. Bfm (http://www.bfmtv.com/economie/virgin-mobile-voit-resultats-reculer-764551.html) (29/04) publie les résultats du Mvno à fin mars et le nombre de clients baisse de 20 000 (-1,2%) à 1,670 000 sur le trimestre et de  43 000 (-2,5%) sur un an. Au plus haut (juin 2012), Virgin a perdu 255 000 clients (-13,2%).
Les forfaits suivent la même pente. Une baisse de 17 000 (-1,3%) à 1,316 000 sur le trimestre et de 32 000 (-2,4%) sur l’année. Au plus haut (septembre 2012), Virgin a perdu 101 000 (-7,1%) forfaits.  Les forfaits représentent 78,8% des clients, contre 78,9% à fin décembre 2013 et 78,7% à fin mars 2013.

L’avenir de Virgin Mobile est toujours en pointillé. Fin mars, un article du Figaro soulignait que la direction de Virgin étudiait toutes les options possibles : "une vente, un rapprochement avec un autre opérateur virtuel ou une mise en Bourse". L'hypothèse n'est pas nouvelle : une "étude" annonçait que le rachat de Virgin Mobile par Orange aurait du sens. Virgin serait valorisé 250 millions d'euros par Oddo (La Tribune (http://www.latribune.fr/technos-medias/20140130trib000812874/un-rachat-de-sfr-par-numericable-probabilite-de-80-selon-des-analystes-.html), 30/01). Et les premières rumeurs datent d'avril 2012 (La Tribune (http://www.latribune.fr/technos-medias/telecoms/20120423trib000694995/les-operateurs-virtuels-conservent-de-reelles-chances-face-a-free-mobile.html), 04/2012). Hier comme aujourd'hui, le prix du client Virgin est estimé à environ 150€...

Orange
Le quotidien Les Echos annonce qu’Orange (http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/tech-medias/actu/0203472785867-orange-attaque-l-accord-sfr-bouygues-telecom-668045.php) vient de saisir l’Autorité De La Concurrence pour dénoncer l’accord de mutualisation signé entre SFR et Bouygues au mois de janvier dernier. Orange demande que l’application de cet accord soit suspendue en attendant les réponses de l’ARCEP sur cet accord et l’avis de l’ADLC concernant le rachat de SFR par Numericable.

Pour Orange, le périmètre de l’accord est trop large, que l’accord rend la mutualisation irréversible et qu’il pousse vers le partage des fréquences. Orange ne voudrait pas que SFR se serve du réseau de Bouygues pour remplir ses obligations de couverture 4G à bon compte et signe un accord d’itinérance avec Free. Enfin, les 7000 antennes gagnées doivent être remises sur le marché et pas obligatoirement vendues à Free.

Bouygues est-il chagriné par la démarche juridique d’Orange ? Pas si sur. Tout ce qui lui permettra d’avoir les coudées franches est plutôt une bonne nouvelle.

Orange et Bouygues
Lors de la présentation des résultats d’Orange, le directeur financier Gervais Pellissier – le directeur financier  - a indiqué que la "porte était ouverte" pour Bouygues Telecom si ce dernier souhaitait discuter d'un possible partage de réseau après l'échec de sa tentative de rachat de SFR, avec lequel il a conclu un accord de mutualisation.  Cela confirme les informations publiées par le JDD (http://www.lejdd.fr/Economie/Orange-fait-un-appel-du-pied-a-Bouygues-663457) (28/04) et Les Echos (http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/tech-medias/actu/0203391970723-stephane-richard-il-ne-faut-pas-destabiliser-orange-en-plein-maelstrom-du-secteur-659006.php)(24/03).

SFR
Dans une lettre aux actionnaires de Vivendi (La Tribune (http://www.latribune.fr/technos-medias/20140430trib000827762/-sfr-n-aurait-valu-que-11-milliards-d-euros-en-bourse-.html), 30/04), Jean-René Fourtou revient sur le choix de vendre SFR à Numericable. Ce dernier avance que sans la concurrence entre Numericable et Bouygues, il aurait fallu introduire SFR en Bourse et cela n’aurait rapporté qu’entre 11 et 12 milliards d’euros, contre 17 milliards (dont 13,5 en cash) avec Numericable. Bouygues n’a vraiment servi qu’à faire monter le prix de vente.
Titre: PIF
Posté par: tom pouce le 01 mai 2014 à 11:04:44
Numericable prévoit de "migrer le réseau de SFR vers le réseau de fibre à l'immeuble de Numericable" dans les zones couvertes par le câblo-opérateur -soit 50% du réseau de SFR
Numericable annonçait plutôt 30%, parce que dans les zones en doublon avec SFR FTTH (quelques millions de prises quand même) le FTTH sera quand même privilégié (et le mouvement inverse aura peut-être lieu, qui sait).

(Hmm, joli déterrage, désolé).
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 06 mai 2014 à 08:21:08
Décidèment, le temps n'est pas au beau fixe pour Virgin Mobile. Alors que la semaine dernière le plus gros Mvno annonçait des résultats très décevant (Bfm (http://www.bfmtv.com/economie/virgin-mobile-voit-resultats-reculer-764551.html), 29/04) la question de son avenir commence à se poser avec beaucoup trop d'insistance.

Le quotidien Les Echos (http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/tech-medias/actu/0203478891974-virgin-1-7-million-de-clients-a-saisir-668933.php) relance l'information d'une possible vente du Mvno. Suite à une restructuration, un de ses principaux actionnaires le britannique Carphone Warehouse a décidé de vendre ses 46 %.

Avec 1,670 000 clients, Virgin reste une proie intéressante. Selon le quotidien, Bouygues et SFR seraient intéressés. Pour rappel, SFR héberge environ 70% des clients du Mvno. Orange ne serait pas chaud et Free pas candidat. Le prix de vente pourrait se situer entre 150 millions si c'est un Mvno qui se place et 300 millions si c'est un opérateur. Il reste également l'option d'une introduction en Bourse. La date butoir pour déposer des offres serait le 15 mai.

L'histoire n'est pas nouvelle. Fin mars, un article du Figaro soulignait que la direction de Virgin étudiait toutes les options possibles : "une vente, un rapprochement avec un autre opérateur virtuel ou une mise en Bourse". Fin janvier, une "étude" annonçait que le rachat de Virgin Mobile par Orange aurait du sens. Virgin serait valorisé 250 millions d'euros par Oddo (La Tribune (http://www.latribune.fr/technos-medias/20140130trib000812874/un-rachat-de-sfr-par-numericable-probabilite-de-80-selon-des-analystes-.html), 30/01). Les premières rumeurs datent d'avril 2012 (La Tribune (http://www.latribune.fr/technos-medias/telecoms/20120423trib000694995/les-operateurs-virtuels-conservent-de-reelles-chances-face-a-free-mobile.html), 04/2012).

Il faut se souvenir que Virgin Mobile s'était associé avec Numericable pour obtenir la quatrième licence de téléphonie mobile ! Si cela se concrétise, cela démontrerait que l'arrivée d'un quatrième opérateur et la guerre tarifaire se traduit d'abord par la disparition des plus petits opérateurs. Les Mvno n'arrivent plus à suivre le rythme. La taille est importante afin de se développer.

Auchan Telecom (150 000 clients) a été racheté par EI Telecom (Crédit Mutuel, ex NRJ Mobile), Carrefour Mobile (20, 30 000 clients ?) par Orange, et Simyo (180 000 clients) par Bouygues Telecom, Prixtel (200 000 clients) va racheter Zéro Forfait (50 000 clients). Selon les chiffres de l’ARCEP, à fin 2013, les Mvno représentent  10,9% du marché et ne profitent que très peu de la croissance du marché.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 09 mai 2014 à 08:16:51
L’ARCEP vient de rendre une décision défavorable à Virgin Mobile et ne donne pas un signal positif à l’ensemble des Mvno. Le Mvno demandait à Orange la signature d’un contrat 4G avec des tarifs plafonnés et une facturation à l'usage et surtout exigeait un dédommagement de la part de l’opérateur historique sur sa politique tarifaire à l’usage des Mvno depuis janvier 2012, date de l’obtention des licences 4G.
Mais Virgin n’a pas réussi à démontrer que les tarifs d’Orange étaient déraisonnables, d’autant que sur la 4G, Orange n’est pas à ce jour un acteur en position dominante et que Virgin n’est pas obligé de passer par Orange. Virgin a fait appel de la décision.   

En janvier 2013, l’Autorité de la Concurrence (http://www.autoritedelaconcurrence.fr/user/standard.php?id_rub=482&id_article=2029) (ADLC) avait rendu un avis réaffirmant quelques principes forts concernant les MVNO. L'ADLC avait été saisie par l'association Alternative Mobile qui représente des opérateurs virtuels Mobile (Virgin, NRJ Mobile, Auchan, Coriolis, Lebara, Ortel, Prixtel, Transatel), inquiète des bouleversements apportés sur le marché par Free Mobile qui fragilisent ses adhérents.
L’ADLC avait réaffirmé quelques principes pour les opérateurs :
Ne pas restreindre la liberté commerciale des MVNO, accueillir des full MVNO et de faire droit à toute demande raisonnable d’accès et de pratiquer des tarifs raisonnables.   

L’ARCEP s’inscrit-elle dans ce cadre ou fait-elle un peu de zèle ? En janvier 2012, lors d’un entretien au quotidien Les Echos (http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/tech-medias/actu/0201836675980-jean-ludovic-silicani-arcep-free-mobile-change-la-donne-273993.php) (01/2012), le président de l’ARCEP donnait déjà le ton et n’y était pas aller avec le dos de la cuillère :  "s'agissant des MVNO, le marché devra se rationaliser, comme cela s'est déjà passé avec les fournisseurs d'accès à Internet, qui se sont regroupés.".

La possible vente de Virgin Mobile, et les autres regroupements effectués ces deux dernières années démontrent un peu plus que l’avenir des Mvno s’écrit en pointillé : Auchan Telecom (150 000 clients) a été racheté par EI Telecom (Crédit Mutuel, ex NRJ Mobile), Carrefour Mobile (20, 30 000 clients ?) par Orange, et Simyo (180 000 clients) par Bouygues Telecom, Prixtel (200 000 clients) va racheter Zéro Forfait (50 000 clients). Il reste La poste Mobile avec 1 million de clients et le Crédit Mutuel (NRJ Mobile, CIC Mobile, Cofidis Mobile, BlanchePorte Mobile) avec 1,3 million.
Selon les chiffres de l’ARCEP, à fin 2013, les Mvno représentent 10,9% du marché et ne profitent que très peu de la croissance du marché.

Le mouvement de concentration des Mvno devait logiquement s’accélérer. Le manque de taille critique pour imposer des prix aux hébergeurs et ne pas être chez soi est de très gros handicap pour lutter contre la concurrence. 
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 16 mai 2014 à 08:36:18
Le marché des télécoms est en fusion ! Numericable devrait racheter Virgin Mobile. C'est ce qu'annonce Le Figaro (http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2014/05/16/97002-20140516FILWWW00045-numericable-negocie-pour-racheter-virgin-mobile.php). Numericable est entré en négociations exclusives pour 325 millions d'euros. Virgin Mobile c'est 1,670 000 million de clients et 20% du marché des Mvno et 2,6% de l'ensemble du marché hexagonal. Cela ne devrait pas poser de problèmes concurrentiels.

Le quotidien Les Echos (http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/tech-medias/actu/0203478891974-virgin-1-7-million-de-clients-a-saisir-668933.php) du 6 mai avait relancé l'information d'une possible vente du Mvno. Suite à une restructuration, un de ses principaux actionnaires le britannique Carphone Warehouse avait décidé de vendre ses 46 %.

L'histoire n'est pas nouvelle. Fin mars, un article du Figaro soulignait que la direction de Virgin étudiait toutes les options possibles : "une vente, un rapprochement avec un autre opérateur virtuel ou une mise en Bourse". Fin janvier, une "étude" annonçait que le rachat de Virgin Mobile par Orange aurait du sens. Virgin serait valorisé 250 millions d'euros par Oddo (La Tribune (http://www.latribune.fr/technos-medias/20140130trib000812874/un-rachat-de-sfr-par-numericable-probabilite-de-80-selon-des-analystes-.html), 30/01). Les premières rumeurs datent d'avril 2012 (La Tribune (http://www.latribune.fr/technos-medias/telecoms/20120423trib000694995/les-operateurs-virtuels-conservent-de-reelles-chances-face-a-free-mobile.html), 04/2012).

Il faut se souvenir que Virgin Mobile s'était associé avec Numericable pour obtenir la quatrième licence de téléphonie mobile !

Auchan Telecom (150 000 clients) a été racheté par EI Telecom (Crédit Mutuel, ex NRJ Mobile), Carrefour Mobile (20, 30 000 clients ?) par Orange, et Simyo (180 000 clients) par Bouygues Telecom, Prixtel (200 000 clients) va racheter Zéro Forfait (50 000 clients). Selon les chiffres de l’ARCEP, à fin 2013, les Mvno représentent  10,9% du marché et ne profitent que très peu de la croissance du marché.
Titre: PIF
Posté par: eruditus le 16 mai 2014 à 08:57:13
Jean-Ludovic Silicani est toujours autant visionnaire, lui qui conseillait (espérait ?) il y a peu aux MVNOs français de se consolider afin d'être en position de force pour négocier les prix de gros. Si ce rachat se confirme, la disparition du plus gros MVNO français, rend ce conseil ou ces espoirs totalement caducs. :)

Ce marché va probablement quasi disparaitre, et ne subsistera que sur certaines niches, comme la niche des "marchés ethniques".
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 16 mai 2014 à 09:10:56
C'est vrai que Jean-Ludovic Silicani est un adepte du regroupement.
En janvier 2012, lors d’un entretien au quotidien Les Echos (http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/tech-medias/actu/0201836675980-jean-ludovic-silicani-arcep-free-mobile-change-la-donne-273993.php) (01/2012), le président de l’ARCEP donnait déjà le ton et n’y était pas aller avec le dos de la cuillère :  "s'agissant des MVNO, le marché devra se rationaliser, comme cela s'est déjà passé avec les fournisseurs d'accès à Internet, qui se sont regroupés.".

Hors des opérateurs avec un réseau, point de salut !   
 
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 22 mai 2014 à 08:37:42
Alors qu’un rachat de Bouygues Telecom par Orange fait le buzz, il semble que l’on se dirige plutôt vers une mutualisation sur le fixe et le mobile, un rachat semblant trop compliqué à mettre en œuvre.
La Tribune (http://www.latribune.fr/technos-medias/20140516trib000830422/mariage-orange-bouygues-telecom-trop-beau-pour-etre-vrai-.html)  (16/05) donne quelques détails sur ce que cela pourrait rapporter un partage des réseaux : 250 millions d’économies et 200 millions de revenus additionnels. Pour Bouygues Telecom cela permettrait de lancer le plan de transformation tout en étant «protéger»  par la puissance d’Orange sur le réseau. C’est certainement le sens des derniers développements. Reste à savoir si ces actions sont conccertés. 

Mais au préalable quelques obstacles juridiques doivent être levés. 

Orange attaque l’accord entre SFR et Bouygues
Il faudra toutefois, que Bouygues se sorte de l’accord de mutualisation signé avec SFR au mois de janvier dernier. C’est le sens de la saisine par Orange (Les Echos (http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/tech-medias/actu/0203472785867-orange-attaque-l-accord-sfr-bouygues-telecom-668045.php), 30/04) de l’Autorité De La Concurrence pour dénoncer l’accord de mutualisation signé entre SFR et Bouygues au mois de janvier dernier. Orange demande que l’application de cet accord soit suspendue en attendant les réponses de l’ARCEP sur cet accord et l’avis de l’ADLC concernant le rachat de SFR par Numericable. 

C’est jouable, mais il va falloir démontrer en quoi l’accord entre SFR et Bouygues empêche la concurrence de s’exprimer et démontrer quel pourrait être l’impact immédiat pour Orange qui nécessite sa suspension. D’autant que l’ADLC était plutôt favorable à cette initiative. Intéressant à suivre. Par contre, faudrait que l’ADLC  ne tarde pas trop à rendre un avis. 

Bouygues dénonce l’itinérance entre Orange
Existe-t-il un rapport, mais Bouygues Telecom vient d’attaquer l’ARCEP devant le Conseil d’Etat. Bouygues dénonce le manque de clarté de la sortie de l’itinérance 3G qui lie Orange et Free. Vu le peu d’informations données, difficile de savoir précisèment sur quoi porte la requête de Bouygues.

Pour rappel, sur la 2G, l'itinérance court jusqu’en janvier 2016, mais pour l'Autorité de la Concurrence ce sera modulable en fonction de l’état du parc : "C’est à l’aune de cette évolution qu’il conviendra d’apprécier s’il est approprié de demander à Free de réaliser la migration de son parc avant les autres opérateurs, ou si une solution d’itinérance 2G encadrée est moins susceptible de fragiliser la dynamique concurrentielle."

Pour la 3G, c’est  2018, mais c'est dénonçable par un signataire (Free et/ou Orange) à partir de 2016. Selon les termes de sa licence, Free s’est engagé à couvrir, par son réseau propre, 75% de la population dès 2015 et 90% en 2018. Il devrait donc de lui-même demander à sortir de l’itinérance au fil de l’eau.

Cette action juridique permettra-t-elle de résoudre les difficultés actuelle de Bouygues ? Pas sur quand même. Première étape : que la requête aboutisse. Sinon, une administration publique va-t-elle déjuger une autre administration publique ?
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 27 mai 2014 à 20:51:56
L'ARCEP vient de publier un communiqué dans lequel il est indiqué que pas moins de cinq enquêtes administratives viennent d'être ouvertes par le régulateur des télécoms. Il y en a pour l'ensemble des opérateurs !
L'ARCEP rappelle : "A ce titre, elle dispose d'un pouvoir de sanction, récemment rétabli par l'ordonnance du 12 mars 2014 (après la censure par le Conseil constitutionnel, en juillet 2013, de la disposition législative antérieure). Elle pourra le mettre en œuvre dès que le décret d'application sera entré en vigueur. Elle dispose également du pouvoir de mener des enquêtes administratives."

Par ordre de citation (d'importance ?) :

1/Enquête ouverte à l'égard de la société Free Mobile concernant le déploiement de son réseau mobile 3G
"l'Autorité a décidé l'ouverture d'une enquête afin de s'assurer que Free Mobile met en œuvre tous les moyens nécessaires à l'atteinte de son obligation et d'évaluer la réalité d'éventuels obstacles au déploiement."
2/Enquête ouverte à l'égard des sociétés Bouygues Telecom, Free Mobile, Orange et SFR, relative au déploiement de la 3G en zone rurale
3/Enquête ouverte à l'égard de la société SFR concernant le déploiement de son réseau mobile 3G
4/Enquête ouverte à l'égard d'Orange concernant la qualité de service des offres régulées destinées au marché entreprise
5/Enquête ouverte à l'égard d'Orange concernant la qualité du service universel

Il faut rappeler que c'est une enquête et que l'ensemble des aspects sera examiné. Ce ne sera ni à charge, ni à décharge.
A suivre donc...
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 28 mai 2014 à 08:53:54
Stéphane Richard a été réélu PDG d'Orange pour un mandat de 4 ans. Il a déclaré devant les actionnaires : "Nous travaillons d’ores et déjà à la feuille de route pour les prochaines années qui débouchera dans 6 mois sur un nouveau plan stratégique"

Auparavant (Les Echos (http://www.lesechos.fr/journal20140528/lec2_crible/0203526629751-stephane-richard-pdg-d-orange-674200.php), 27/05), il était revenu sur les rumeurs de rapprochement avec Bouygues : "En France, il n'y a pas de place pour 4 opérateurs avec 4 réseaux indépendants. Le secteur doit se recomposer après l'opération SFR-Numericable. Les discussions se concentrent autour de Bouygues. Je pense que nous sommes prêts à jouer un rôle si nous trouvons un intérêt pour nos clients, nos salariés ou nos actionnaires. Il y a un certain nombre d'actifs de Bouygues qui permettraient de renforcer notre stratégie, par exemple son réseau, ses fréquences ou encore sa base clients assez large ainsi que les ressources humaines."

C'est la même tonalité que le communiqué (http://www.orange.com/fr/presse/communiques/communiques-2014/Orange-examine-les-opportunites-qu-offre-la-recomposition-du-paysage-francais-des-telecoms) d'Orange du 15 mai : "qu’une consolidation du marché mobile français serait positive à long terme tant pour l’investissement que pour le consommateur » et que Orange « explore les opportunités qu’offre la recomposition en cours du paysage français des télécoms, tout en rappelant que sa position de leader lui permet une totale indépendance (...) Orange agira dans le seul intérêt de ses actionnaires, de ses salariés et de ses clients et sera particulièrement attentif à la création de valeur et aux risques juridiques d’une éventuelle opération."

Reelle volonté de placer Orange au centre de la recomposition du paysage ? Volonté de faire monter les prix en cas de deal entre Bouygues et Free ? Pour le moment l'hypothèse la plus probable pourrait être la mutualisation/partage/location du réseau fibre et 4G, ce serait plus souple et permettrait d'optimiser un peu plus les coûts. Cela passerait de toute façon par la revente d’une partie du réseau mobile de Bouygues à Free. 
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 28 mai 2014 à 11:58:58
A l’occasion de l’assemblée générale des actionnaires, deux syndicats la CFE CGC et l’ADEAS (Association de Défense de l’Épargne et de l’Actionnariat Salariés) sont intervenus (Zdnet (http://www.zdnet.fr/actualites/les-dividendes-d-orange-font-grincer-des-dents-les-syndicats-39801655.htm), 27/05) pour demander la suspension des versements des dividendes pour 3 ans.
Selon eux, ce sont "les cessions d’actifs et les suppressions de postes qui permettent à Orange de verser chaque année ces dividendes. Autant d'argent qui n'est réinvesti au profit du développement de l'opérateur.".

Il faut également rappeler qu’en 2013 Orange a réduit ses coûts de 929 millions d’euros dont 798 millions pour la France. L’objectif pour 2013 était une réduction de 600M€ dont 440M€ pour la France. Chez Orange, d'ici à 2020, près de 30 000 départs à la retraite sont prévus (soit un tiers de l'effectif total) et seul un sur trois sera remplacé. A fin 2015, 14 000 personnes pourraient avoir quitté Orange France, pour 4000 recrutements. L’accord temps partiel des seniors tourne à plein également.   

Le dividende par action est passé de 1,40 à 0,80 euros depuis 2012, et le vote d’hier devait le fixer à 0,60 euros pour l’année 2014. Un des principaux bénéficiaire est l’Etat actionnaire à 27% et le budget de la Nation : pour 2013, 556 millions ont été versés. En 2012, c’était 700 millions et près d’un milliard en 2011. La baisse à 0,80 euros avait permis une économie globale de 1,5 milliard. Cela devrait être un peu plus avec celle-ci.

C’est clair que malgré la baisse du chiffre d’affaire, la priorité doit aller aux investissements et à l’allègement de la dette.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 02 juin 2014 à 07:56:54
Le rachat de SFR par Numericable va-t-il remettre en cause les investissements prévus dans le très haut débit par SFR ? Ceux-ci doivent s’insérer dans le plan gouvernemental France Très haut débit et la puissance publique aura forcèment son mot à dire sur les futures orientations du nouvel ensemble.

De fait, un changement entraînerait certainement une réorientation du principal « fibreur » : Orange. Pour rappel, ce Plan Très Haut Débit prévoit de couvrir tout le territoire en 2022, à plus de 80% en fibre optique.

Numericable s'est engagé à respecter l’accord signé entre SFR et Orange en 2011. Cet accord prévoit que SFR doit raccorder 2,3 millions de logements et Orange 7,5 millions. Par contre le problème se pose sur 182 communes ou Numericable devrait plutôt investir sur du câble modernisé. Pour le Directeur du Plan débit cela n’est pas forcèment un blocage, car il est probable que dans le cadre de l’examen par l’Autorité De La Concurrence, ces communes soient récupérées par Orange ou par des collectivités locales.

Concernant ses investissements dans les réseaux publics, le nouveau groupe s’est engagé à les maintenir. Pour le rachat de SFR, dans une lettre à Fleur Pellerin (ex ministre à l’Economie Numérique), Numericable s'était engagé sur un investissement de 50 millions par an. 

Mi-mai, lors d’un colloque sur le très haut débit organisé par l'Avicca (association des villes et collectivités pour les communications électroniques et l'audiovisuel), la nouvelle secrétaire d'Etat au Numérique Axelle Lemaire a déclaré que : "le plan France Très haut débit s'appuie sur toutes les technologies. La fibre optique est la priorité mais il y a la montée en débit sur le cuivre, la 4G, le satellite..."». Par THD, le gouvernement entend une ligne d’au moins 30 Mbps.

Les risques sont donc réels de voir le Plan très haut débit revu à la baisse et réorienté vers les zones très denses.
A suivre…

Sources: : La Tribune (http://www.latribune.fr/technos-medias/20140513trib000829622/tres-haut-debit-free-bouygues-et-orange-unis-contre-numericable.html) (13/05), La Tribune (http://www.latribune.fr/technos-medias/20140409trib000824427/plan-tres-haut-debit-le-mariage-sfr-numericable-aurait-un-impact-limite.html) (09/04).
Titre: PIF
Posté par: Shinochaz le 02 juin 2014 à 13:09:23

Mi-mai, lors d’un colloque sur le très haut débit organisé par l'Avicca (association des villes et collectivités pour les communications électroniques et l'audiovisuel), la nouvelle secrétaire d'Etat au Numérique Axelle Lemaire a déclaré que : "le plan France Très haut débit s'appuie sur toutes les technologies. La fibre optique est la priorité mais il y a la montée en débit sur le cuivre, la 4G, le satellite..."». Par THD, le gouvernement entend une ligne d’au moins 30 Mbps.


Et l'upload dans tout ça ?
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 04 juin 2014 à 07:59:36
Suite au rachat de SFR par Numericable, la Commission des Affaires Economiques du Sénat (http://www.senat.fr/compte-rendu-commissions/20140519/eco.html#toc2) a entamé un tour d’horizon des opérateurs afin de faire le point sur ce dossier mais aussi sur les autres sujets d’actualité. Le 21 mai dernier, Stéphane Richard y est revenu sur la faisabilité d’un rachat de Bouygues par Orange. Pour lui, il n’existe que Free ou Orange pour racheter !

Pour lui un rachat poserait bien sur des problèmes de parts de marché, mais Orange proposerait de céder certains bases de clients afin que le nouvel ensemble pèse 40% dans le mobile (contre 50% avec l’ensemble) et 45% sur le fixe (contre 48% avec l’ensemble).

Manifestement, l’étude est déjà assez approfondie, car il déclare : "nous essayerions de répondre par anticipation sur les remèdes. L'essentiel de la question porte sur le réseau. Il y a un acteur tiers dont l'intérêt naturel est de s'asseoir à la table". L’acteur est bien sur Free qui pourrait ainsi s'offrir une partie du réseau de Bouygues...

Stéphane Richard est revenu sur le sujet lors d’une interview à BfmTv (http://www.bfmtv.com/economie/stephane-richard-orange-consolidation-telecoms-est-urgente-783439.html) (28/05) : "Il y a urgence, après ce qui s'est passé autour de SFR et donc l'opération avec Numericable, c'est dans les prochaines semaines que les choses doivent se décanter (...) Si quelque chose doit arriver c'est certainement dans les semaines qui viennent que cela arrivera".

Pour un opérateur qui n’est pas intéressé, Stéphane Richard intervient beaucoup. Bref, Orange n’est pas demandeur, mais est prêt. Après le rachat de SFR par Numericable, le Yalta des télécoms est en marche et tout le monde aura sa part.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 05 juin 2014 à 13:06:57
Concernant le rachat de Bouygues Telecom par Orange, du coté d'Orange, le dossier est pris au sérieux. Le Figaro (http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2014/06/04/97002-20140604FILWWW00337-lazard-et-credit-suisse-mandates-par-orange.php) (04/06) annonce qu'Orange a mandaté deux banques : Lazard et Crédit Suisse pour étudier la faisabilité de la chose.
L'opération pourrait être de 6 milliards d'euros. A ce jour : "Les deux parties ne négocient pas activement pour le moment mais les discussions sont toutefois réelles et l'opération est une évidence pour Orange s'il parvient à la mener à bien. Les synergies potentielles sont énormes".

La Tribune (http://www.latribune.fr/technos-medias/20140605trib000833575/pourquoi-orange-etudie-serieusement-l-option-d-un-rachat-de-bouygues-telecom.html) (05/06) rapporte des propos "off" de membres de la Direction d'Orange concernant un éventuel rachat de Bouygues Telecom.

Du coté des "pour", il s'agit de ne pas laisser l'initiative du rachat à Free et au pire de faire monter les prix, si c'est Free qui devait racheter Bouygues. L'argument principal est :  "faut-il regarder le dossier Bouygues ou subir la consolidation ?". Concernant le prix, avantage Orange qui pourrait proposer jusqu'à 6 milliards contre 4 milliards pour Free.

Enfin, selon La Tribune qui cite La Lettre de l'Expansion : "Orange aurait tâté le terrain à Bruxelles et la Commission ne serait pas fermée à l'idée d'une fusion avec Bouygues Telecom..
Avec des contreparties extrêmement importantes et c'est ce qui l'emporte du coté des "contre" : "Il n'y a jamais eu de consolidation autour du leader. Quand je vois les remèdes demandés par la Commission européenne en Irlande, je n'y vois pas un encouragement pour nous."

Verre à moitié vide ou à moitié plein ?
Titre: PIF
Posté par: Shinochaz le 06 juin 2014 à 13:32:41


2014, va-t-il voir la baisse des prix se poursuivre et si oui de combien ? Les prix ont-ils atteints un prix plancher pour plusieurs années ? A ce jour, la 4G n’a aucun impact sur les prix. Alors que les prix ont explosé en deux ans, Il faut constater que ce n’est pas le cas des usages. La consommation reste modeste par rapport aux contenus des forfaits.


Cela ne m'étonnes pas. A l'époque on téléphonait beaucoup pour rentabiliser les forfaits qui étaient assez onéreux. A présent les forfaits ont non seulement fondus mais dans le même temps, on a plus à "rentabiliser" sa consommation illimitée de facto.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 09 juin 2014 à 08:03:55
Bouygues Telecom est à la croisée des chemins. Lors d’une audition par la Commission des Affaires Economiques du Sénat (http://www.senat.fr/compte-rendu-commissions/20140519/eco.html#toc2) (La Tribune (http://www.latribune.fr/technos-medias/20140606trib000833826/bouygues-telecom-exsangue-charge-free-et-la-concurrence-faussee-.html), 06/06), son pégégé est revenu sur la santé de l’opérateur. Alors qu’il est question d’un possible vente à Orange, il annonce que Bouygues Telecom va d’abord s’attaquer à une réorganisation interne avec une simplification des offres et de son organisation et et engager un plan de licenciements.

La situation est noire
"Notre objectif est d'économiser un milliard par an d'ici trois ans : c'est énorme, pour un chiffre d'affaires de 4 milliards d'euros (…) pour ce qui concerne Bouygues Telecom, aujourd'hui, nos résultats nous placent au quatrième rang (…) Nous sommes confrontés à un problème de taille critique. Pour faire face à nos coûts fixes, c'est-à-dire à l'extension du réseau, il nous faut plus de clients, d'où notre offre de rachat de SFR, qui a échoué. Les résultats en matière de 4G n'ont pas été à la hauteur de nos espérances (…)  nous avons décidé de nous organiser par nous-mêmes pour survivre avec moins de revenus, en réduisant sensiblement la taille de l'entreprise, ce qui aura donc des conséquences sur l'emploi, hélas.".

La charge est lourde et elle est bien signée Olivier Roussat le pédégé de Bouygues Telecom et non de ses concurrents…Curieusement, lors de la présentation des résultats du T4 2013, le communiqué - plutôt optimiste - disait : " La structure financière du Groupe est très solide. La capacité d’autofinancement est quasiment stable par rapport à 2012 et s’élève à 2,7 milliards d’euros. Grâce à la maîtrise des investissements d’exploitation nets, en baisse de 188 millions d’euros par rapport à 2012, le cash-flow libre s’améliore de 97 millions d’euros et ressort à 821 millions d’euros en 2013. ".

Réorganisation stratégique
Un plan de simplification va être présenté le 11 juin : "nous devons réduire de façon drastique nos dépenses. Un comité d'entreprise exceptionnel se réunira le 11 juin : nous annoncerons des réductions d'emplois, condition pour continuer à vivre dans un monde à quatre opérateurs (…) nous sommes exsangues ». Il pourrait y avoir jusqu’à 2000 licenciements sur 9000 postes. 

Bouygues Télécom "travaillerait enfin à réduire les coûts de fonctionnement et notamment par le biais d’une simplification de sa grille d’offres qui compte actuellement six forfaits, qui se déclinent chacun en offre avec ou sans engagement, auxquels s’ajoutent les quatre tarifs de B & You dans le mobile, les offres pour la box et remises aux clients les plus fidèles." (Le Figaro (http://www.lefigaro.fr/secteur/high-tech/2014/05/12/01007-20140512ARTFIG00006-severe-cure-d-austerite-chez-bouygues-telecom.php), 12/05).

Pour rappel, Bouygues a déjà réalisé un plan d'économies de 400 millions en 2013  (20 Minutes[/u] (http://www.20minutes.fr/ledirect/1155129/20130514-bouygues-rouge-annonce-davantage-economies-chez-tf1), 05/2013) et a supprimé 542 emplois dans le cadre d'un plan de départs volontaires. Martin Bouygues avait annoncé (Le Figaro (http://www.lefigaro.fr/secteur/high-tech/2013/12/19/01007-20131219ARTFIG00576-martin-bouygues-repond-a-xavier-niel-je-declare-la-guerre-dans-l-internet-fixe.php), 12/2013)  vouloir déclaré la guerre à Free ! 

Les coupables
Pour Olivier Roussat, le problème de fond pour Bouygues vient de Free Mobile. Les conditions d’accès ont été biaisées pour Free, et il fait même preuve de très mauvais goût en décrivant l’itinérance d’Orange comme un « cancer ».
Il en veut aussi à l’ARCEP, que Bouygues Telecom vient d’attaquer devant le Conseil d’Etat. Suite à l’avis de l’Autorité De La Concurrence de mars 2013, Bouygues dénonce le manque de clarté de la sortie de l’itinérance 3G qui lie Orange et Free.   

Un rachat par Orange ?
La réponse est plutôt amère : "Les pouvoirs publics estimaient indispensable d'avoir quatre opérateurs fin 2011 et aujourd'hui il n'en faudrait plus que trois ? Quel est le sens de tout cela ? Si le but était de transférer l'argent d'un opérateur à un autre, c'est réussi, la fortune du patron de Free, Xavier Niel, est faite. Mais où est la logique ? (…) La presse a fait état de discussions avec Orange. Tout ce que je peux vous dire, c'est que, pour l'instant, elles sont très préliminaires. ".

Difficile pour lui d’en dire plus, car le dossier est directement traité par Martin Bouygues. Pour lui, la priorité est d’avoir un Bouygues Telecom en état de marche : "Nous ne voulons dépendre de personne pour restaurer notre rentabilité et pouvoir réaliser les investissements dont nous avons besoin. ". De son coté, Orange est de plus en plus intéressé.

C’est dans le droit fil d'une interview (Le Figaro (http://www.lefigaro.fr/secteur/high-tech/2014/04/11/01007-20140411ARTFIG00457-rachat-de-sfr-martin-bouygues-regle-ses-comptes.php), 11/04) de Martin Bouygues qui déclarait : "Dans un marché à quatre opérateurs, nous savons que nous devons continuer à diminuer nos coûts et à innover fortement. Bouygues Telecom peut rester seul car il peut compter sur le groupe Bouygues, qui peut lui fournir des moyens importants pour gagner la rude bataille qui s'annonce."

Rachat par Orange, Free ou un autre opérateur ? Mutualisation plus poussée avec SFR/Numericable ? La réorganisation interne permettra-t-elle de faire franchir un nouveau pas à Bouygues Telecom ?

A suivre…
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 10 juin 2014 à 07:55:23
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°85

Free fait une offre sur Bouygues
Alors qu'Orange s'est montré intéressé par un rachat de Bouygues Telecom, c'est également Free qui aurait fait une offre informelle (Reuters (http://fr.reuters.com/article/frEuroRpt/idFRL5N0OR0Q420140610), 10/06).
Sauf que Free aurait mis 4 milliards sur la table, alors que Bouygues en réclame le double. Les discussions sont au point mort.
Ce prix avait déjà été évoqué dans un article récent de La Tribune (http://www.latribune.fr/technos-medias/20140605trib000833575/pourquoi-orange-etudie-serieusement-l-option-d-un-rachat-de-bouygues-telecom.html) (05/06). Orange de son coté proposerait 6 milliards d'euros et une entrée de Bouygues dans le capital d'Orange.

Dailymotion
De son coté Orange ne devrait pas vendre une part de Dailymotion à Canal+ et Microsoft qui envisageait de rentrer dans le capital, ne ferait qu'avec un autre actionnaire. C'est ce qu'annonce le quotidien Les Echos (http://www.lesechos.fr/tech-medias/medias/0203551733189-coup-darret-a-louverture-du-capital-de-dailymotion-1010860.php) (10/06) qui l'annonce. Canal+ voulait devenir majoritaire et faire de Dailymotion une plateforme payante lors qu'Orange ne le voulait pas.

Au mois de février dernier Stéphane Richard avait réaffirmé qu’il était en discussion (Bfmtv (http://www.bfmtv.com/economie/stephane-richard-orange-discute-microsoft-dailymotion-719528.html), 25/02) avec Microsoft pour trouver un partenaire à Dailymotion : "On a des discussions qui se poursuivent, en particulier avec Microsoft, ce qui ne veut pas dire que nous allons forcèment parvenir à un accord (…) Nous souhaitons garder la majorité de Dailymotion car nous souhaitons rester maître du destin de Dailymotion qui peut encore profiter beaucoup à l'écosystème de l'innovation en France".

Il avait également précisé avoir "des discussions avec d'autres partenaires potentiel y compris français, plutôt dans le monde des contenus (...) Pour l'instant, Dailymotion ou YouTube sont des services 100% gratuits. Mais demain, l'avenir de ces sites est d'aller vers des contenus payants de haute qualité. Ce qui justifie le fait qu'on puisse en discuter avec des éditeurs de contenus", a-t-il développé.

La suite au prochain épisode.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 11 juin 2014 à 08:15:15
Alors que les conditions de sortie de l’accord d’itinérance 2G ne sont pas encore connues, Stéphane richard est revenu sur le sujet lors d’une interview à BfmTv.

Pour lui, il y a "une première fenêtre début 2015" qui va s’ouvrir, mais cette cela va prendre du temps : "On est en train de parler de migration de millions de gens qui se servent quotidiennement de leur téléphone, donc ça ne se fait pas du jour au lendemain. Ce sont des évolutions qui se font sur plus d'un an.".

Cette déclaration tombe au moment ou Bouygues Télécom vient d’attaquer l’ARCEP devant le Conseil d’Etat. Bouygues dénonce le manque de clarté de la sortie de l’itinérance qui lie Orange et Free suite à l'avis de l'Autorité De La Concurrence sur le sujet (Communiqué de presse (http://www.autoritedelaconcurrence.fr/user/standard.php?id_rub=482&id_article=2061), l’avis (http://www.autoritedelaconcurrence.fr/pdf/avis/13a08.pdf)) en mars 2013.

Parallèlement, L’ARCEP vient également d’ouvrir une enquête concernant le déploiement de son réseau mobile 3G : "L'Autorité a décidé l'ouverture d'une enquête afin de s'assurer que Free Mobile met en œuvre tous les moyens nécessaires à l'atteinte de son obligation et d'évaluer la réalité d'éventuels obstacles au déploiement.".

Pour l'ADLC, il s’agit de mettre fin à l’itinérance 2G en 2016, sauf que l’ADLC laisse une porte ouverte : "C’est à l’aune de cette évolution qu’il conviendra d’apprécier s’il est approprié de demander à Free de réaliser la migration de son parc avant les autres opérateurs, ou si une solution d’itinérance 2G encadrée est moins susceptible de fragiliser la dynamique concurrentielle".

Le débat est vraiment lancé. Une chose toutefois, que faire si il reste des clients en 2G ? Comment faire migrer des clients et gratuitement ? Sachant que ces clients sont "à priori" ceux qui disposent d'un faible pouvoir d'achat. L’itinérance peut-elle être coupée ?
En pratique, il reste donc 18 mois à Free pour faire évoluer son parc. Pour les autres opérateurs, dans le même avis de l'Autorité De La Concurrence, la dead line est 2021. On peut imaginer qu'il y aura aussi de la souplesse sur les délais.

A suivre...
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 12 juin 2014 à 07:05:38
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°86

Marché Pro
Cinq acteurs du marché aux entreprises dont Colt, BT, Nerim ou encore Adista ont écrit à la Commission Européenne afin de dénoncer les récentes propositions de l’ARCEP de ne plus encadrer les prix de gros d'Orange dans la fibre optique et l'ADSL dans les zones très denses, à savoir les grandes villes comme Paris ou Marseille.  La Commission Européenne doit donner sa réponse le 10 juin.
Ces prix étaient encadré depuis 10 ans et l’ARCEP estime que ces opérateurs ont eu le temps de déployer leurs propres infrastructures. L’ARCEP étudie la faisabilité d’étendre la dérégulation à d’autres zones.
Selon les derniers chiffres de l'Institut de l'audiovisuel et des télécoms (Idate) Orange représente 63% du marché des entreprises, SFR business team 21%, Bouygues Télécom 6%, Completel 4% (propriété de Numericable), Colt 3%, le reste 3%.

Source : L’Express (http://lexpansion.lexpress.fr/high-tech/sfr-numericable-cinq-operateurs-telecoms-saisissent-bruxelles_1547625.html) (30/05).

Consolidation des opérateurs européens
La Commission Européenne vient de donner son accord au rachat de Telefonica Ireland (quatrième opérateur) par Hutchison (deuxième opérateur) pour 850 millions d’euros. C’est assorti de fortes conditions sur le maintien de la concurrence.
Mais la nouvelle entité fusionnée s'est engagée à laisser entrer dans les mois à venir deux opérateurs virtuels (MVNO) - dont un avant même que le deal ne soit officiellement conclu - avec l'obligation de leur céder jusqu'à 30 % des capacités de son réseau. Enfin Hutchison a promis de poursuivre le partage de réseau existant avec Eircom, le troisième réseau de téléphonie mobile.
Ces conditions sont directement inspirées de celles qui avaient prévalu en décembre 2012 lors du feu vert au rachat d'Orange Autriche par Hutchison.

Un autre dossier plus conséquent attend les partisans de la consolidation du marché : le rachat d'E-Plus (la filiale allemande de KPN) par Telefonica Deutschland. La décision est attendue pour le 10 juillet. La consolidation intérieure : oui, mais maintient d’une forte concurrence afin que les consommateurs ne soient pas lésés. Cette décision pourrait donner des pistes si Orange rachète Bouygues Telecom. 

Source : Les Echos (http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/tech-medias/actu/0203530774435-telecoms-bruxelles-se-pose-en-garant-d-une-concurrence-forte-674679.php) (30/05).
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 12 juin 2014 à 16:51:20
Bouygues Telecom vient de présenter son plan de relance qui s’accompagne d’un plan de licenciements de 1516 personnes soit 16% des effectifs. Bouygues devrait faire des annonces concernant le prix des offres Fibre et annonce (enfin) un plan de dégroupage massif d’ici fin 2015. Bouygues se met en position d’avoir un ARPU faible et de conquête de clients à tout prix.

Le quotidien Les Echos (http://www.lesechos.fr/finance-marches/ma/0203556965591-bouygues-telecom-va-supprimer-1516-postes-1011711.php) (12/06) relate que les discussions se poursuivraient entre Bouygues et Orange : "Les discussions ne sont pas à l’arrêt, assure-t-on du côté d’Orange. Elles se seraient même transformées, assure aux « Echos » une source proche du dossier. Alors que Martin Bouygues souhaitait monter au capital d’Orange, Stéphane Richard envisagerait plutôt de racheter Bouygues Telecom en cash, avec l’aide d’un autre opérateur télécoms - Iliad, fortement intéressé par le réseau et les fréquences de Bouygues.".

De son coté, Olivier Roussat - le pédégé de Bouygues Telecom – que les discussions "n’ont pas abouti", Bouygues Telecom veut mettre en place ce plan afin de "se donner les moyens d’assurer son avenir de façon autonome". C’est au niveau de Martin Bouygues que cela se décide. Pour plus de détails : "aller demander au septième étage" du siège de la maison-mère, (où se trouve le bureau de Martin Bouygues) (La Tribune (http://www.latribune.fr/technos-medias/20140611trib000834567/bouygues-telecom-va-supprimer-1.516-emplois.html), 11/06)

Du coté d’Orange, le secrétaire général aujourd’hui Pierre Louette a déclaré que : "Il n'y a pas d'accord, de montage, qui aurait été trouvé (…) Les discussions n'ont pas abouti (…) si on regardait quoi que ce soit, ce serait toujours avec le souci de la création de valeur pour Orange", (Le Figaro (http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2014/06/12/97002-20140612FILWWW00137-pas-d-accord-entre-bouygues-et-orange.php), 12/06).

Les discussions n’ont pas abouti (pour le moment ?), mais les discussions sont-elles closes ? Dans l’attente et au prix d’un lourd sacrifice, Bouygues va essayer de se relancer. En espérant pour Bouygues que cela ne soit pas du quitte ou double. Si ce plan réussit, très bien, si il ne change rien, Bouygues perdra de la valeur.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 13 juin 2014 à 08:02:44
Le serpent de mer d’une fusion avec Deutsche Telekom refait surface. Les dernières nouvelles (Le Figaro (http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2014/06/05/97002-20140605FILWWW00016-usa-vers-des-rachats-dans-les-telecoms.php), 05/06) viennent de Deutsche Telekom, qui va enfin réussir à vendre sa filiale T-Mobile USA (numéro 4) et serait pas loin d’un accord pour un rachat par Sprint (numéro 3) pour environ 50 milliards de dollars. Reste à trouver un accord avec le régulateur américain.

Fusion à égalité ou rien
Sans cette filiale, la valeur de Deutsche Telekom serait quasiment égale à celle d’Orange, ce qui rendrait la fusion possible. C’est ce qu’avait expliqué Stéphane Richard lors d’une interview (Les Echos (http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/tech-medias/actu/0203085527389-stephane-richard-orange-nous-sommes-l-operateur-qui-a-le-mieux-resiste-a-free-mobile-621476.php),10/2013). Un article du Jdd (http://www.lejdd.fr/Economie/L-Etat-encourage-Orange-a-grossir-en-Europe-635763) (10/2013) avait déjà relancé le débat sur une éventuelle fusion entre Orange et Deutsche Telekom. Lors de l’été 2012, un rapprochement avait déjà été évoqué (Les Echos (http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/tech-medias/actu/0202112657453-le-service-client-l-un-des-principaux-postes-de-couts-des-operateurs-333198.php), 06/2012).

Orange et DT travaillent déjà ensemble
Il faut dire qu'entre les deux opérateurs historiques, c’est une vieille histoire maintenant. Avec un accord de coopération (http://www.orange.com/fr/presse/communiques/communiques-2011/Deutsche-Telekom-et-France-Telecom-Orange-explorent-differents-champs-de-cooperation-potentielle-pour-le-benefice-de-leurs-clients) (02/2011) dans  le domaine du M2M et le partage du wifi, et le partage (http://www.lemonde.fr/economie/article/2011/03/28/france-telecom-et-deutsche-telekom-font-alliance-en-pologne_1499534_3234.html) (Le Monde, 03/2011) du réseau mobile en Pologne et enfin la création (http://www.orange.com/fr/presse/communiques/communiques-2011/Deutsche-Telekom-et-France-Telecom-Orange-annoncent-un-projet-de-co-entreprise-dans-le-domaine-des-achats) (04/2011) d’une société commune sur le achats d’équipement. La co-entreprise vise un montant annuel d’économies sur les achats de 1,3 milliard d’euros après trois ans d’activité. Dernièrement, les deux entités se sont associés dans l’aide aux jeunes pousses (01Net (http://pro.01net.com/editorial/621706/orange-et-deutsche-telekom-cooperent-sur-lincubation-de-start-up/), 12/06).

C’est du lourd
L'Etat allemand contrôle 32% du capital de Deutsche Telekom et l'Etat français 26,9% du capital de France Télécom, dont 13,5% via le Fonds stratégique d'investissement. Une fusion des deux opérateurs créerait un mastodonte de plus de 100 milliards d'euros de chiffre d'affaires (45 milliards pour FT et 58 milliards pour DT) et près de 400.000 salariés (172.000 chez FT, 236.000 chez DT).

Alors ?
Fusion ? Rapprochement ? Un rapprochement entre ces deux groupes aurait le mérite de faire èmerger un «géant» européen des télécoms, ce qui ne devrait pas déplaire à Bercy et la Commission Européenne. Pour cette dernière, plutôt que de consolider à l’intérieur de chaque pays, la consolidation doit être paneuropéenne : "Nous avons besoin de consolidation par-delà les frontières, et de taille critique plutôt que de synergies" (Les Echos (http://www.lesechos.fr/tech-medias/hightech/0203506630869-l-europe-des-telecoms-attend-encore-les-deals-a-l-echelle-du-continent-671934.php), 19/05).
On pourrait s’attendre à ce que les marchés nationaux restent dans chaque giron. Il s’agirait ensuite de fusionner tout ce qu’il est possible de faire en dehors de son territoire national.

Alors qu’Orange se pose la question de racheter Bouygues Telecom et de consolider définitivement le marché des télécoms en France, c’est sur le continent européen que pourrait se jouer une partie autrement plus importante. Si un rachat de Bouygues par Orange serait complexe à réaliser au regard des règles anti-concurrentielles, un rapprochement/fusion poserait aussi d’énormes questions. Le dossier est aussi très politique.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 16 juin 2014 à 08:07:42
Le retour à trois opérateurs mobiles en France fait maintenant quasiment l’unanimité. Ainsi au cours d’un colloque organisé par le quotidien Les Echos, diverses voix se sont fait entendre sur le sujet. C’est La Tribune (http://www.latribune.fr/technos-medias/20140612trib000834804/mobile-le-tabou-d-un-marche-passant-de-4-a-3-operateurs-est-leve.html) (12/06) qui relate.

L’Autorité De La Concurrence
Pour son président : "Il n'y a pas de corrélation absolue entre le nombre d'opérateurs et la concurrence. Il n'y a pas de chiffre magique. Ce sont la qualité et les incitations des acteurs qui comptent (...) La question n'est pas de savoir si la consolidation est désirable, mais si elle est inéluctable, comment bien l'accompagner".
Bref, il s’agit d’être pragmatique et d’organiser le marché pour qu’il y ait concurrence. La présence d’un Free "renforcé" étant gage de cette concurrence sur les prix.

Pour rappel, Bruno Lasserre (Le Figaro (http://www.lefigaro.fr/medias/2014/03/08/20004-20140308ARTFIG00031-concurrence-l-examen-du-dossier-sfr-prendra-probablement-neuf-mois.php), 08/03) le Président de l'Autorité De La Concurrence était revenu sur le cadre réglementaire d'un rachat de SFR. Il y fixait quelques règles. Le passage de quatre à trois opérateurs n'était pas tabou : "L'Autorité se prononcera au vu du dossier - et des remèdes proposés - qui lui sera soumis..
L'ADLC examinera les questions suivantes : "le pouvoir de marché acquis par l'entreprise fusionnée lui permet-il d'augmenter les prix au détriment des consommateurs, qu'il s'agisse des particuliers ou des entreprises ? Existe-t-il des possibilités de riposte du côté des autres acteurs du marché ? Quels sont les effets de l'opération sur les incitations à innover et à investir de la nouvelle entité et de ses concurrents ? Ensuite, nous regarderons les effets coordonnés: la fusion peut-elle briser la dynamique concurrentielle dans le mobile mais aussi dans les marchés adjacents, la téléphonie fixe et même les médias. Les deux offres peuvent avoir des conséquences sur les médias."

L’ARCEP
Pour son président, il n’y a : "bien sûr pas de nombre d'or (...) prendre des précautions pour que la baisse des prix reste un acquis réel  (et à prévoir)  la réversibilité si le marché concentré se révélait insuffisamment concurrentiel (...) L'arrivée de Free dans le mobile a permis de casser la rente des opérateurs qui était improductive en matière d'investissement puisqu'ils avaient été mis en demeure sur leurs engagements de déploiement de la 3G". 

Le Ministre de l’Economie
Arnaud Montebourg : "Le retour à trois opérateurs est inéluctable (...)  Notre position est claire et ferme : nous militons pour ce retour à trois opérateurs. Mais l'emploi ne doit pas être une variable d'ajustement. Il y a d'autres solutions que des plans sociaux chez Bouygues Telecom, elles sont sur la table (...) Je laisse le soin aux dirigeants des entreprises concernées de peser le pour et le contre. Il n'y a pas qu'Orange. Il y a aussi Free. Avec Bouygues Telecom, ils pourraient s'entendre enfin, plutôt que de s'autodétruire".
Le Ministre louant même le rôle de Free en flattant "la bête" : "si Free se maintient, il serait le Maverick [non-conformiste], le vilain petit canard, il jouerait un rôle productif et intelligent".

Orange
Pour le Directeur Financier d’Orange : "Orange ne peut agir seul, nous sommes le seul à ne pouvoir faire des choses seuls. Ce serait tellement plus simple si les deux plus petits (comprendre Free et Bouygues NDLR) faisaient les choses ensemble ! Nous ne pouvons être leader ou la seule partie prenante".
Au nom d’une complexité (mais pas impossibilité) anti-concurrentielle au niveau Européen, Orange pourrait accompagner un acheteur. Et dans ce rôle, il n'y a que Free ? 

Le rachat de SFR et Virgin Mobile par Numericable a fait bouger les lignes et le PIF pourrait encore connaitre un épisode de consolidation, d'autant que Bouygues est le dernier gros morceau. Ensuite ce sera terminé. A ce jour Bouygues n'est pas vendeur, mais tout l'environnement est prêt. Yalta est là...
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 17 juin 2014 à 08:02:37
Le Cabinet d’Etude Idate vient de présenter un rapport  "Digiworld Yearbook 2014", ce qui permet d’avoir quelques données intéressantes sur les investissements dans les télécoms des deux cotés de l’Atlantique. Le quotidien Le Monde (21/05) a publié quelques infographies et donne quelques chiffres.

Afin de se faire une idée sur les opérateurs en présence, le classement par chiffre d'affaire. Telefonica Le premier opérateur européen est cinquième. Orange est neuvième. l'Europe place 4 opérateurs, l'Asie 3, les Etats-Unis 2.

(https://lafibre.info/images/adsl/201406_principaux_operateurs_monde_1.gif)

Autre statistique, dans le mobile, le chiffre d'affaire moyen par client. En cinq , il baisse de 3,9% au Japon, de 13,4% en Europe (Allemagne, Espagne, France, Italie et Royaume-Uni) et augmente de 2,4% aux USA.
 
(https://lafibre.info/images/adsl/201406_principaux_operateurs_monde_2.gif)

A partir de là et "logiquement", les investissements s’en ressentent et l’Europe décroche sur le période 2012/2013. Afin de se faire une idée plus précise, il faudrait quand même avoir la même statistique suer une période plus longue 
(https://lafibre.info/images/adsl/201406_principaux_operateurs_monde_3.gif)

Voilà qui devrait militer dans le sens de certains dirigeants d’opérateurs européens – dont Stéphane Richard – pour une consolidation des opérateurs européens. Actuellement trois grosses opérations se déroulent sous nos yeux : KPN-Telefonica en Allemagne, Hutchison-Telefonica en Irlande, SFR-Numericable en France. Sur la première, la Commission devait rendre un avis en avril et ce sera finalement en juillet, mais la Commission devrait approuver l’opération en échange d’une plus grande ouverture du réseau.
   
Les consolidations d’aujourd’hui vont-elles faire les investissements de demain ? L’exemple de la fusion SFR/Numericable va nous en donner un premier aperçu. Et pourquoi pas un rapprochement trans-européen ? Les plus « avancés » sont Orange et Deutsche Telekom, mais pour le moment il n’est question de de coopérations ponctuelles. Les obstacles politiques, économiques et réglementaires sont colossaux. L’écart entre l’Europe et le reste du monde devrait donc continuer à croitre.   

Pour rappel, voici ce que pèsent les gros acteurs européens des télécoms.

(https://lafibre.info/images/adsl/201406_principaux_operateurs_monde_4.gif)
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 18 juin 2014 à 08:06:00
Dans le cadre de rachat de SFR par Numericable, il y a dans la corbeille de la mariée SFR une filiale de SFR qui détient quasiment un monopole sur l’Ile de La Réunion, SRR.
C’est l’occasion de faire un petit point sur le marché des télécoms dans les DOM-COM et plus spécifiquement sur celui de l’Ile de la Réunion.
D’abord, quelques généralités et un point sur Altice, la holding de P.Drahi, qui vient de racheter SFR et qui détient Numericable. Demain, un point sur SRR. Globalement, c'est un domaine très peu documenté. 

Généralités
Premiers chiffres. L’ARCEP dénombre 2,768 millions de cartes SIM dans les DOM. Les forfaits représentent 1,362 million soit 49,2% du marché et le prépayé 1,406 million soit 50,79%. Contrairement à la Métropole, le prépayé y est donc majoritaire, alors qu’il ne représente que 18,6% du marché dans l’hexagone.

L’ARCEP recense comme Opérateurs de réseaux mobiles outre-mer : opérateurs disposant de ressources en fréquences dans les départements et collectivités d'outre-mer (Orange Caraïbe, Orange Réunion, Société Réunionnaise du Radiotéléphone (SRR), Digicel AFG, SAS SPM, Dauphin Telecom, Outremer Telecom). Digicel est l’ex Bouygues Telecom Caraïbes.

Orange et  SFR ne donnent pas de chiffres spécifiques sur les DOM et COM. La clarté ne serait pas de trop. Bouygues n’est plus présent et Free n’est pas présent, car il n'y dispose pas de licences. 
A fin 2011, Orange Caraïbes comptait de 560 000 à 570 000 clients mobiles.

Altice
Alors qu’Altice vient de racheter SFR et Virgin Mobile, le groupe est déjà bien présent dans les DOM-COM.
Le 7 juin 2013, il a racheté Outremer Télécom pour 360 millions d'euros. C’est le principal opérateur alternatif des DOM-COM, avec 16% du marché. Présent en Martinique, Guadeloupe, Guyane, à la Réunion et à Mayotte, Outremer est actif à la fois dans l'accès internet, le téléphone fixe et mobile. 

Altice détenait déjà sur place les câblo-opérateurs Martinique TV Cable et World Satellite Guadeloupe, qu'il avait racheté pour 17 millions d'euros en 2008.

A fin 2012, Outremer Telecom, c’était 385 000 clients sur le mobile, 83 000 en téléphonie fixe et 57 000 sur internet en haut débit. Le Cable, c’est 12 000 clients en haut débit.

Comme avec le câble en Métropole, Altice s'est fait la spécialité de racheter de multiples petits opérateurs et de les agréger afin d'en faire une grosse marque qui compte. La construction est lente, mais efficace. 

Sources : BfmTv (http://www.bfmtv.com/economie/outremer-telecom-rachete-roi-cable-patrick-drahi-542410.html) (06/2013), Ariase (http://www.ariase.com/fr/news/consequences-rachat-sfr-reunion-article-3244.html) (04/2014), Challenges[/u] (http://www.challenges.fr/high-tech/20140414.CHA2738/canal-plus-pourrait-se-lancer-dans-la-telephonie-mobile-a-la-reunion.html) (04/2014), France Guyane (http://www.franceguyane.fr/actualite/economie-consommation/canal-plus-que-la-tele-195931.php) (04/2014), Actusmédia (http://actusmedia.over-blog.fr/article-internet-fixe-mobile-orange-caraibe-toujours-leader-87230008.html) (10/2011), Domtom-adsl (http://www.domtom-adsl.com/news/rachat-de-sfr-par-numericable---quel-impact-en-outre-mer---id870.html) (02/2014), Caribmag (http://www.caribmag.fr/2013/07/mediaserv-accelere-sa-croissance-au-premier-semestre/) (07/2013).
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 19 juin 2014 à 08:08:58
Dans le cadre de rachat de SFR par Numericable, il y a dans la corbeille de la mariée SFR une filiale de SFR qui détient quasiment un monopole sur l’Ile de La Réunion.
C’est l’occasion de faire un point sur le marché des télécoms dans les DOM-COM et aujourd’hui plus spécifiquement sur celui de l’Ile de la Réunion

Téléphonie Mobile
Sur l'île de La Réunion et à Mayotte, le marché du mobile se concentre autour de trois opérateurs principaux : Orange, Altice (IZI et Only), et Vivendi (Mediaserv et SRR). Orange détient 33% (+/- 353 000 clients)  du marché du mobile, SRR 56% (+/- 600 000 clients) et Only 11% (/+- 118 000 clients).
 
Avec ce rachat le nouvel ensemble détiendrait 67% du marché. Un vrai monopole (pour lequel SRR a été condamné plusieurs fois) que ne devrait pas laisser passer l’Autorité De La Concurrence. Mediaserv devrait rester dans le giron de Canal+ et pourrait récupérer ce que pourrait céder Altice pour faire passer le rachat de SRR. 

Canal Plus, ne voulant pas se laisser distancer, a racheté Mediaserv (28 000 abonnés à la Réunion et 90 000 sur l’ensemble des DOM) qui se présente comme le 2ème fournisseur d'accès Internet des départements d'outre-mer derrière Orange. Puis en octobre 2013, Altice s'est approprié l'opérateur télécom Mobius qui commercialise la marque Izi (24 000 abonnés Internet).

Le haut débit
Orange reste loin devant avec 75.000 abonnés, pour 48.000 à SRR au 31 décembre 2013 (36 000 à fin 2012), 18 000 à Numericable-Only et 18 000 pour Numericable-Izi.

Après la fusion, l'ensemble SRR-Only-Izi va représenter 86.000 abonnés Internet soit 11.000 seulement de plus qu'Orange. Zeop revendique 10 000 clients et pourrait s’allier à Canal+-Mediaserv et ses 28 000 clients.

Autre chiffre concernant la télévision payante, Canal+ Caraïbes compte 275 000 clients sur l’ensemble des DOM-COM dont 125 000 à La Réunion. MediaServ comptait 62 000 clients internet sur les Caraïbes en juillet 2013

Sources : BfmTv (http://www.bfmtv.com/economie/outremer-telecom-rachete-roi-cable-patrick-drahi-542410.html) (06/2013), Ariase (http://www.ariase.com/fr/news/consequences-rachat-sfr-reunion-article-3244.html) (04/2014), Challenges[/u] (http://www.challenges.fr/high-tech/20140414.CHA2738/canal-plus-pourrait-se-lancer-dans-la-telephonie-mobile-a-la-reunion.html) (04/2014), France Guyane (http://www.franceguyane.fr/actualite/economie-consommation/canal-plus-que-la-tele-195931.php) (04/2014), Actusmédia (http://actusmedia.over-blog.fr/article-internet-fixe-mobile-orange-caraibe-toujours-leader-87230008.html) (10/2011), Domtom-adsl (http://www.domtom-adsl.com/news/rachat-de-sfr-par-numericable---quel-impact-en-outre-mer---id870.html) (02/2014), Caribmag (http://www.caribmag.fr/2013/07/mediaserv-accelere-sa-croissance-au-premier-semestre/) (07/2013).
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 20 juin 2014 à 08:11:07
Au cours d’un colloque organisé par le quotidien Les Echos et que relate La Tribune (http://www.latribune.fr/technos-medias/20140612trib000834804/mobile-le-tabou-d-un-marche-passant-de-4-a-3-operateurs-est-leve.html) (12/06), l’Autorité De La Concurrence et l’ARCEP sont revenus sur les conditions d’extinction de l’accord d’itinérance. Chacun se refile la patate chaude.

Pour appel, l’Autorité de la concurrence a rendu un avis en mars 2013 (Communiqué de presse (http://www.autoritedelaconcurrence.fr/user/standard.php?id_rub=482&id_article=2061), l’avis (http://www.autoritedelaconcurrence.fr/pdf/avis/13a08.pdf)) sur le sujet et Bouygues Télécom vient d’attaquer l’ARCEP devant le Conseil d’Etat, Bouygues dénonce le manque de clarté de la sortie de l’itinérance 3G qui lie Orange et Free.
Parallèlement, L’ARCEP vient également d’ouvrir une enquête concernant le déploiement de son réseau mobile 3G : "L'Autorité a décidé l'ouverture d'une enquête afin de s'assurer que Free Mobile met en œuvre tous les moyens nécessaires à l'atteinte de son obligation et d'évaluer la réalité d'éventuels obstacles au déploiement". 

Pour l’ARCEP, le contrat d’itinérance 3G entre Orange et Free est un accord de droit privé et n’est pas de son ressort. Pour le régulateur, sa seule mission est de vérifier que Free est dans les clous sur la couverture tel que prévue dans sa licence.

Pour L’autorité De La Concurrence, il s’agit de savoir si la concurrence n’est pas faussée par l’itinérance. Elle a donnée des grandes lignes pour en sortir, mais l’intendance doit être assurée par l’ARCEP : "L'ARCEP peut mettre en demeure Free. Nous regrettons que rien n'ait été fait depuis notre avis. On aurait pu prendre au mot Free et demander la mise en extinction progressive par plaques, dans les régions réputées couvertes (par le réseau propre de Free Mobile NDLR). Ce n'est pas le rôle de l'Autorité de la concurrence, c'est un travail de régulation". Ambiance, ambiance...

L’ARCEP a rappelé qu’elle n’avait toujours pas le pouvoir de sanction (c'est en attente de publication des décrets d'application) depuis que le Conseil d’Etat lui a interdit il y a un an et donc qu’elle ne peut sanctionner Free. Dans l'attente, elle "vérifie que Free est bien sur une trajectoire d'investissement pour tenir ses obligations de couverture de 75% de la population à une échéance très proche, janvier 2015 : c'est demain matin", ajoutant : "A ce stade, on ne sent pas d'enthousiasme à accélérer le calendrier (d'extinction de l'itinérance) chez l'opérateur qui en tire des revenus significatifs (...)Dès 2015, il faudra regarder dans le détail cette extinction par plaque à partir de 2016 ou 2018".

L’itinérance pourrait rapporter à Orange entre 500 et 700 millions par an, soit entre 3,5 et 4,9 milliards sur 7 ans.

Voilà qui ne devrait pas trop brusquer Orange qui déclarait par la voix de Stéphane Richard : "une première fenêtre début 2015" qui va s’ouvrir, mais cette cela va prendre du temps : "On est en train de parler de migration de millions de gens qui se servent quotidiennement de leur téléphone, donc ça ne se fait pas du jour au lendemain. Ce sont des évolutions qui se font sur plus d'un an".

Le sujet devrait alimenter la chronique lors de ses prochains mois. Tout le planning mis en place peut aussi bouger : si Bouygues est vendu, nul doute que Free récupérera des fréquences, un réseau, des antennes, etc...Il sera alors temps d'aménager le calendrier. 
Titre: PIF
Posté par: vivien le 20 juin 2014 à 09:32:27
Chacun se refile la patate chaude, c'est bien le terme et de nombreuses personnes du secteur pensent que l'Itinérance ne sera pas éteinte.

Cela pourrait être le coût de la reconduction du contrat qui incite Free à se passer d'itinérance, plutôt que l'ARCEP.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 24 juin 2014 à 08:06:18
Achètera ou achètera pas, tel est la question ! En tout cas, c’est celle que se pose Orange sur un rachat de Bouygues Télécom – si celui-ci est vendeur bien sur –
En France, l’Autorité De La Concurrence, l’ARCEP et le Ministère de l’Economie sont pour à conditions de respecter un marché concurrentiel, sous-entendu que Free deviennent plus puissant.  (La Tribune (http://www.latribune.fr/technos-medias/20140612trib000834804/mobile-le-tabou-d-un-marche-passant-de-4-a-3-operateurs-est-leve.html), 12/06).

De son coté, Orange soupèse le pour et le contre.

Pour
- Ne pas laisser l’initiative à Free,
- Augmenter ses parts de marché dans le fixe (potentiellement 48,6%) et le mobile (potentiellement 48,7%),
- Éliminer un concurrent,
- Absorber un personnel jeune et compétent,
- Récupérer un réseau et des fréquences,
- Stopper la guerre des prix, 
- Terminer la consolidation du marché hexagonal en y jouant le rôle pivot.

Contre
- Examen par Bruxelles, car Orange réalise moins des deux tiers de son chiffre d'affaires en France,
- Examen minutieux par Bruxelles du respect des règles concurrentielles,
- Remèdes importants pour respecter ces règles, dont revente d’une grosse partie du réseau et de fréquences à des Mvno, mais plus surement à Free en absence de Mvno forts,
- Risque de renforcer un concurrent.

Conditions et remèdes européens en Allemagne
Selon le quotidien La Tribune (http://www.latribune.fr/technos-medias/20140617trib000835548/telecoms-une-fusion-en-allemagne-peut-en-cacher-une-autre-en-france-.html) (17/06), Orange attend la décision de la Commission Européenne au sujet du rachat d'E-Plus (la filiale allemande de KPN) par Telefonica Deutschland pour 8,6 milliards d’euros. La décision est attendue pour le 10 juillet. Celle-ci devrait donner les conditions et remèdes afin de respecter les règles concurrentielles d'un passage de quatre à trois opérateurs.
Pour un membre du Comité Exécutif d’Orange : "On attend de voir la décision sur l'Allemagne avant de bouger». La dead-line est "la fin juillet : après, si on n'a pas trouvé le bon schéma, on pose les stylos".

Conditions et remèdes européens en Irlande et en Autriche
La Commission Européenne vient de donner son accord au rachat de Telefonica Ireland (quatrième opérateur) par Hutchison (deuxième opérateur) pour 850 millions d’euros. C’est assorti de fortes conditions sur le maintien de la concurrence.
La nouvelle entité fusionnée s'est engagée à laisser entrer dans les mois à venir deux opérateurs virtuels (Mvno) - dont un avant même que le deal ne soit officiellement conclu - avec l'obligation de leur céder jusqu'à 30 % des capacités de son réseau. Enfin Hutchison a promis de poursuivre le partage de réseau existant avec Eircom, le troisième réseau de téléphonie mobile.
Ces conditions sont directement inspirées de celles qui avaient prévalu en décembre 2012 lors du feu vert au rachat d'Orange Autriche par Hutchison.

La voie européenne est compliquée mais pas irréalisable. En attendant, Bouygues Telecom veut mettre en place son plan de relance afin de "se donner les moyens d’assurer son avenir de façon autonome" (La Tribune (http://www.latribune.fr/technos-medias/20140611trib000834567/bouygues-telecom-va-supprimer-1.516-emplois.html), 11/06).
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 25 juin 2014 à 08:20:44
L’accord de mutualisation entre SFR et Bouygues Telecom va-t-il aller au bout ? Le quotidien Les Echos (http://www.lesechos.fr/tech-medias/hightech/0203592217501-la-mutualisation-entre-sfr-et-bouygues-sur-la-sellette-1016992.php) (25/06) annonce que l’ARCEP aurait rendu un avis négatif sur certains aspects de cet accord.

De quoi s’agit-il ?
En janvier dernier, SFR et Bouygues Telecom ont signé un accord de mutualisation (Le Figaro (http://www.lefigaro.fr/secteur/high-tech/2014/01/31/01007-20140131ARTFIG00297-sfr-et-bouygues-telecom-mutualisent-leur-reseau.php), 31/01), cet accord prévoit "la création d'une la création d'une société ad-hoc commune, qui gèrera le patrimoine des sites radio mis en commun », d'autre part « la prestation de service de RAN-sharing que se rendront mutuellement les opérateurs en 2G, 3G et 4G sur le territoire partagé".

Depuis, SFR a été racheté par Numericable et Bouygues n’est plus très chaud pour travailler avec SFR et serait tenté par un rapprochement avec Orange. Ce dernier a attaqué cet accord devant l’Autorité De La Concurrence (Les Echos (http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/tech-medias/actu/0203472785867-orange-attaque-l-accord-sfr-bouygues-telecom-668045.php), 30/04) car il craignait que "Bouygues et SFR aillent plus loin que ce qui a été annoncé, et qu’ils partagent leurs fréquences, notamment les précieuses fréquences 800 MHz permettant de couvrir de vastes zones en 4G".

Orange demandait donc que l’application de cet accord soit suspendue en attendant les réponses de l’ARCEP sur cet accord et l’avis de l’ADLC concernant le rachat de SFR par Numericable. Suite à cette saisine, l’ADLC a demandé son avis à l’ARCEP, qui vient donc de répondre. 

La position de l’ARCEP
Le régulateur aurait répondu que la mutualisation des réseaux n’était pas un problème. A ce sujet l’ADLC avait également donné son accord pour une mutualisation des zones non-denses.

Ce qui pose un problème serait l’itinérance 4G de SFR sur le réseau de Bouygues, car cela ne serait pas prévu par les régulateurs. Selon Les Echos : "L’accord SFR/Bouygues est dès lors sur la sellette : l’Autorité de la concurrence pourrait prendre des " mesures conservatoires", c’est-à-dire suspendre les travaux de mutualisation. Elle pourrait aussi se donner le temps d’examiner le sujet au fond. Mais les deux opérateurs, risquant une grosse amende, pourraient geler leur projet par prudence".

Pour l’ARCEP : "(SFR) disposera d’un avantage trop important par rapport aux autres opérateurs qui ont lourdement investi dans leur réseau". On comprend un peu mieux pourquoi SFR fait du surplace sur ses investissements dans la 4G : " Au 1er juin, l’opérateur avait mis en service 1.675 sites, soit à peine plus que Free (1.380), et quatre à cinq fois moins que Bouygues Telecom (6.083) et Orange (6.393)". 

Quelles suites ?   
Reste à connaitre la position de SFR et celle de Bouygues. L’autorité De La Concurrence pourrait rendre son avis sur la saisine d’Orange au mois de septembre. De son coté SFR attend une réponse sur le rachat par Numericable au mois de novembre. En tout état de cause, si cet accord de mutualisation était détricoté, cela serait une possibilité supplèmentaire offerte à un rapprochement entre Bouygues Telecom et Orange.

La consolidation n'est pas un long fleuve tranquille. A suivre...
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 26 juin 2014 à 11:00:16
L’article du quotidien Les Echos (http://www.lesechos.fr/tech-medias/hightech/0203592217501-la-mutualisation-entre-sfr-et-bouygues-sur-la-sellette-1016992.php) (25/06) annonçant que l’ARCEP aurait rendu un avis négatif sur certains aspects de l’accord de mutualisation signée entre SFR et Bouygues a déclenché quelques réactions (La Tribune (http://www.latribune.fr/technos-medias/20140625trib000836980/pourquoi-sfr-reste-confiant-sur-son-partage-de-reseaux-avec-bouygues.html) (25/06).

Selon, le président de l’ARCEP : "Sur quelques points de détail, nous appelons l'attention de l'Autorité de la concurrence. Mais ce sont des questions de deuxième ordre".

Pour SFR : "La plainte [d'Orange] n'est pas sérieuse. Nous avons présenté l'accord de mutualisation entre SFR et Bouygues Télécom à l'Autorité de la concurrence, qui l'a examiné pendant deux mois et nous a donné son feu vert. Je ne vois pas l'Autorité de la concurrence dire aujourd'hui le contraire".

En fait, l’itinérance 4G serait sur une durée limitée et ne porterait que sur 9% de la population. Bref, SFR ne pourrait pas se prévaloir de la couverture de Bouygues pour vendre ses offres. Cela offre un avantage à SFR, mais cela désavantage-t-il Orange et Free ? SFR aurait reçu des assurances de l’ADLC suer l’ensemble de l’accord. Selon un expert cité par La Tribune : "Cette clause d'itinérance aurait été ajoutée afin de compenser le déséquilibre financier de l'accord au détriment de Bouygues, au réseau 2G/3G plus petit (il opérera 40% du parc mutualisé d'antennes".

Pour Bouygues : "On découvre que la mariée était moins belle, que la qualité du réseau de SFR n'est pas ce que l'on nous avait promis". C’est vrai que la dernière enquête de l’ARCEP sur la qualité des services mobiles n’est pas à l’avantage de SFR.

L’Autorité De La Concurrence devrait rendre son avis au mois de septembre. Si cela ne lui coûte rien, il semble que pour Bouygues cherche à se débarrasser de cet accord qui lui colle au doigt comme le scotch du Capitaine Haddock.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 30 juin 2014 à 07:56:50
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°87

Orange Royaume-Uni
Un autre serpent de mer hante Orange ! L’introduction en bourse de sa filiale anglaise détenue à parité avec Deutsche Telekom : EE. 
C’est un sujet qui est sur le tapis depuis fin 2012 et qui a maintes fois été reporté. Le projet devrait être réétudié à l’automne. L’opérateur compte 27 millions de clients dont 2 millions en 4G. EE a lancé la 4G en octobre 2011.

La Poste Mobile
La poste Mobile a conquis plus d’un million de clients sur la marché du mobile et 50 000 sur son 4P Adsl. Avec le rachat de Virgin Mobile par Numericable, La poste Mobile (dont la Poste est propriétaire à 51% et SFR à 49%) est devenu le deuxième Mvno derrière EI Telecom, contrôlé par le Crédit Mutuel (marques Crédit Mutuel Mobile, CIC Mobile, NRJ Mobile), qui aurait entre 1,3 et 1,5 million de clients.
Du fait du rachat de SFR par Numericable, La Poste Mobile, "n'anticipe pas de conséquence" l’acquisition de Virgin montrant plutôt "l'attachement de SFR à préserver son activité avec les MVNO". Pour ce rachat, Numericable dépense 191€ par client. Cela ferait un bon prix pour La poste au cas où Numericable se poserait la question.   

Refarming 1800Mhz
Le Conseil d'Etat a rejeté le recours d'Orange. En juin 2013, Orange avait déposé un recours contre la décision de l’ARCEP d’autoriser Bouygues Telecom à utiliser sa bande de fréquence 1800MhHz dédiée à la 2G pour faire de la 4G. Orange estimait que cette réutilisation n’était pas prévue expressèment lors de la vente des licences 4G et que cela offrait donc un avantage spécifique à Bouygues Telecom.
En échange, Bouygues Telecom devra payer une redevance composée d’une part fixe et d’une part variable de 1% de ses revenus 4G. Le total pourrait atteindre 60 millions d'euros par an.
Au regard de la situation actuelle de Bouygues Telecom, cet "avantage" n’aura pas été spécialement décisif pour Bouygues Telecom pour conquérir des parts de marché.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 30 juin 2014 à 12:41:28
Sans bruit et sans fureur. (Le Figaro (http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2014/06/30/97002-20140630FILWWW00064-numericable-signe-l-acquisition-de-virgin-mobile.php) (30/06), Numericable vient de racheter Virgin Mobile pour 325 millions d’euros, les 1,670 000 clients de Virgin Mobile. Cela signe simplement la fin du premier Mvno français et du cinquième opérateur. Reste plus qu’à avoir l’autorisation de l’ADLC et de l’ARCEP.
Suite à ce rachat, le nouvel ensemble - une fois le rachat de SFR terminé  - pourrait peser (avec les chiffres au 31 mars) environ 31,4% du marché du mobile (28,5% pour SFR, 2,6% pour Virgin et 0,3% pour Numericable). A titre de comparaison, Orange détient 36% du marché.
Cela permettra-t-il de relancer le match pour la première place ?

Du coté des Mvno, cela va laisser un vide. EI Telecom, contrôlé par le Crédit Mutuel (marques Crédit Mutuel Mobile, CIC Mobile, NRJ Mobile), qui aurait entre 1,3 et 1,5 million de clients et La poste mobile compterait 1 million de clients.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 01 juillet 2014 à 08:27:37
Alors que le rachat de Bouygues télécom est dans l’air depuis quelques semaines, les études se multiplient sur les avantages et les inconvénients d’un rachat par Orange et/ou Free. La dernière en date est celle de la Société Générale dont le quotidien La Tribune publie quelques extraits (La Tribune (http://www.latribune.fr/technos-medias/20140627trib000837371/-un-rachat-de-bouygues-telecom-par-orange-n-a-aucune-logique-industrielle-.html) (27/06).

Au-delà des économies réalisées par les uns et les autres, la banque revient sur les complications pour Orange et Free : "une acquisition potentielle de Bouygues Telecom par Orange n'a aucune logique industrielle", par contre "un mariage de raison (entre Free et Bouygues)" aurait plus de sens : "le scénario le plus réaliste (...) la solution la plus raisonnable".

Pour eux, les inconvénients liés à la régulation d’un rachat par Orange sont trop grands : "dans la mesure où l'entité combinée posséderait 61,7% des antennes 3G et 80,4% des antennes 4G en service à fin mai", le nouvel ensemble aurait "une part de marché de 49% en nombre d'abonnés et de 60% en chiffre d'affaires des services mobiles (...) Orange ne serait pas autorisé à conserver l'activité Entreprises de Bouygues".

Sur le sujet des parts de marché, lors d’une audition devant Commission des Affaires Economiques du Sénat (http://www.senat.fr/compte-rendu-commissions/20140519/eco.html#toc2) le 21 mai dernier, Stéphane Richard évoquait la possibilité de céder certaines bases de clients afin que le nouvel ensemble pèse 40% dans le mobile (contre 50% avec l’ensemble) et 45% sur le fixe (contre 48% avec l’ensemble). D’autre part, il est régulièrement évoqué une vente (fréquences, réseau, etc…) d’une partie de Bouygues à Free. 

Sur les tarifs, en cas d’un rachat par Free, la banque prévoit même l’abandon du forfait 0/2€ afin de faire remonter l’ARPU de Free Mobile. Il chiffre l’acquisition au minimum à 5 milliards.

Sur la "guerre" commerciale engagée par Bouygues, pour la Société Générale : "si Free devait s'aligner et abaisser ses tarifs ADSL de 10 euros par mois, l'impact négatif sur son chiffre d'affaires et son résultat opérationnel (Ebitda) pourrait atteindre 340 millions voire 685 millions d'euros si la totalité de ses 5,7 millions clients haut débit basculait sur ce nouveau prix".
Si cette hypothèse se vérifie, cela mettrait le ratio à 18,3% sur le CA soit le même que celui de Bouygues. L’Ebitda de Free en 2013 était de 1,204 milliard et un ratio de 32,%1 sur le CA.

Enfin, selon les analystes d'Oddo, les dernières baisses de prix de Bouygues serait uniquement tactique. Il s’agirait pour Bouygues de faire craquer Orange ou Free et de précipiter soit une baisse de prix, soit un rachat. Bref, le principe de la terre brûlée : "au vu de la rentabilité limitée des offres fixes de Bouygues Telecom, nous estimons que le rationnel est essentiellement de précipiter la cession des actifs télécoms de Bouygues, en forçant Iliad [la maison-mère de Free] et/ou Orange à formuler une offre".

Guerre commerciale de Bouygues ? Guerre tactique pour faire bouger les concurrents pour précipiter un rachat ?
Free attend que le prix de Bouygues baisse et Orange attend la décision de la Commission Européenne au sujet du rachat d'E-Plus (la filiale allemande de KPN) par Telefonica Deutschland pour 8,6 milliards d’euros dont la décision est attendue pour le 10 juillet.
Le suite au prochain épisode.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 02 juillet 2014 à 08:11:31
Les peines et les espoirs du déploiement de la Fibre optique dans le département des Hauts-de-Seine.

Les peines
Le déploiement de la fibre dans le département des Hauts-de-Seine prend du retard. La cause ? Sequalum (filiale commune de Numericable et SFR collectivités) l’entreprise délégataire qui est chargée de déployer le très haut débit fibre sur le département dans le cadre de la délégation de service public (DSP).

Le Conseil Général des Hauts-de-Seine a officiellement lancé une procédure de "règlement de différends" contre la société : "Cette procédure amiable prévue au contrat, a été décidée suite aux retards importants pris dans la construction du réseau départemental en fibre optique THD Seine par le délégataire Sequalum". Sequalum dispose de trois mois pour justifier son retard et le non-respect des conditions du contrat auprès du Département avant d’ouvrir d’éventuelles négociations.

Filiale à 80% du groupe Numericable (le reste du capital étant détenu pour par Eiffage par SFR Collectivités), Sequalum s’est vu attribuer en 2007 une concession de 25 ans pour le déploiement et l’exploitation de la fibre optique sur l’ensemble du département des Hauts-de-Seine pour un budget de 422 millions d’euros, financé à hauteur de 59 millions par le Conseil général. Soit 2 600 kilomètres de fibre optique à déployer sur 36 communes pour raccorder 750 000 foyers et 80 000 entreprises et infrastructures publiques. Le tout devait être livré fin 2015. En juin 2013, seules 200 000 prises optiques avaient été déployées.

Pour faire accepter son rachat de SFR, Numericable a promis de respecter les investissements sur le ftth. Mais cela ne devrait pas démarrer franchement tant que la procédure de rachat ne sera pas terminée. We will see.

Source : silicon.fr (http://www.silicon.fr/fibre-hauts-seine-attendra-95064.html)

Les espoirs
Parallèlement Orange et Sequalum sont autorisés à tester le déploiement de la Fibre Optique dans les zones denses dans lesquelles l’habitat est constitué majoritairement de pavillons et de résidence de moins de 12 logements. C’est le cas à Bois Colombes et la Mairie annonce que c’est Orange qui s‘en charge. D'ailleurs quelques armoires viennent de surgir dans quelques rues.

L’ARCEP (http://www.arcep.fr/uploads/tx_gspublication/recomd-FttH-immeubles-moins-12-log-ZTD-janv2014.pdf) a rendu une décision en ce sens au mois de janvier dernier : "l'ARCEP publie une recommandation relative aux modalités de l'accès aux lignes Ftth pour les immeubles de moins de 12 logements ou locaux à usage professionnel des zones très denses, se situant en dehors des poches de basse densité de ces zones (...) La nouvelle recommandation,(...) vise à permettre une couverture de tous les types d'immeubles, quelles que soient leur taille ou la zone considérée (...) Dans cette perspective, l'Autorité recommande, sauf cas particuliers, d'installer des points de mutualisation mono-fibre de 100 lignes pour les immeubles de moins de 12 logements, en dehors des poches de basse densité".   

Pour rappel, les règles du déploiement de la Ftth.

(https://lafibre.info/images/doc/201401_arcep_ztd_recommandation_immeubles_moins_12_logements_1.png)

Il n'y a plus qu'à...
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 02 juillet 2014 à 08:27:26
Concernant un éventuel rachat de Bouygues Telecom, Orange vient de publier un communiqué (http://www.orange.com/fr/presse/communiques/communiques-2014/point-de-vue-du-Groupe-sur-la-consolidation-du-marche-des-telecoms-en-France) et à ce jour, c’est un niet : "Orange a exploré les possibilités de participer à une opération de consolidation du marché français des télécoms, et juge que les conditions que le Groupe avait fixées ne sont pas réunies aujourd’hui pour y donner suite.".

Hier, Martin Bouygues a été auditionné par la commission économique du Sénat (La Tribune (http://www.latribune.fr/technos-medias/20140701trib000837905/bouygues-si-tel-ou-tel-operateur-veut-etudier-des-solutions-pourquoi-pas-.html), 01/07). Il a bien sur et classiquement attaqué l’ARCEP sur la situation dans la téléphonie mobile et plus particulièrement la situation de Bouygues Telecom et demandé la fin de l’itinérance dont bénéficie Free.
Concernant la consolidation dont Bouygues pourrait être l’acteur, il a déclaré : "Pour le moment il n'y a rien de concret. Arnaud Montebourg a fait des déclarations en ce sens. Si tel ou tel opérateur veut étudier des solutions, pourquoi pas ? Mais pourquoi Bouygues Telecom serait forcèment le dindon de la farce ? Parce que le régulateur l'a décidé ? Pour l'instant, rien ne se fait dans ce domaine.".
Une énigme à noter : "Pourtant, j’ai eu l’occasion de fréquenter d’autres régulateurs dans d'autres secteurs d’activité.". Il faudrait en dire plus, quels régulateurs et dans quels pays ? Ce serait certainement instructif.  :)

A ce jour, ce ne sera donc pas Orange. Reste une opération autour de Free ou comme le souligne Martin Bouygues à "préparer Bouygues Telecom à être compétitif dans un monde à quatre opérateurs.".

A suivre donc. 

Edit : dommage qu'Orange ne précise pas quelles sont ces "conditions qui ne sont pas réunies"? De régulation ? De prix ?
A ce sujet, selon la Presse, Bouygues demanderait entre 7 et 8 milliards d'euros pour sa filiale télécoms, Orange offrirait 6 milliards et Free entre 4 et 5 milliards.
Titre: PIF
Posté par: tom pouce le 02 juillet 2014 à 11:01:06
Petit aparté : vu la diversité des sujets que tu abordes, ce post ne serait-il pas mieux dans une autre section un peu moins paumée ? :)
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 02 juillet 2014 à 11:39:27
Elle est paumée cette section ? ;) C'est l'admin qui va être content... :P

C'est difficile de la casée dans une section existante. Tu proposes quoi ?   ;)
Titre: PIF
Posté par: tom pouce le 02 juillet 2014 à 11:44:37
Je ne vois rien d'assez fourre-tout vu tous les sujets que tu traites, mais ça n'a pas souvent posé problème sur le forum que de modifier ça. En tout cas la section ADSL est un peu étriquée pour tant de sujets. ;)
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 02 juillet 2014 à 12:18:41
Stéphane Richard donne quelques explication (La Tribune (http://www.latribune.fr/technos-medias/20140702trib000838073/pas-de-rachat-de-bouygues-telecom-le-pdg-d-orange-s-explique.html), 02/07) l'arrêt des discussions avec Bouygues Télécoms :
"L'opération n'était pas évidente : elle devait concilier le passage devant l'Autorité de la Concurrence, et sans doute la Commission européenne, et créer incontestablement de la valeur pour Orange et ses actionnaires. Il fallait aussi trouver une valorisation correcte pour Bouygues Telecom et nécessairement un partenariat très fort avec Iliad [la maison-mère de Free].

Les conditions n'étaient pas réunies sur ces deux points : les demandes de Bouygues étaient trop élevées et Iliad ne voulait pas aller suffisamment loin dans sa participation à une opération. Nous avions exclu dès le départ qu'Iliad se contente de reprendre uniquement le réseau et les fréquences comme dans l'accord signé avec Bouygues en cas de rachat de SFR.
".

Selon la presse, Bouygues demandait entre 7 et 8 milliards d'euros pour sa filiale télécoms, Orange offrait 6 milliards et Free entre 4 et 5 milliards.

Pour Stéphane Richard, le plat pourrait bientôt repasser "peut-être dans six mois, mais ce ne sera pas à notre initiative." Pour lui, SFR-Numericable pourrait en être également.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 03 juillet 2014 à 08:00:04
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°88

Rachat de SFR par Numericable
Le cours de l’achat de SFR par Numericable se poursuit (ZdNet (http://www.zdnet.fr/actualites/rachat-de-sfr-vivendi-signe-l-accord-avec-numericable-39802793.htm#xtor=RSS-1), 24/06). A l'issue d'un dialogue avec les instances représentatives du personnel concernées, Vivendi, Altice et Numericable annoncent ce lundi avoir signé l'accord définitif de rapprochement entre SFR et Numericable.

Le jour de la réalisation de l'accord, Vivendi recevra 13,5 milliards d’euros (hors ajustements) et conservera une participation de 20 % dans le nouvel ensemble, avec la possibilité de la céder ultérieurement après une période d’incessibilité d’un an. Il pourra également recevoir un complèment de prix de 750 millions d’euros en fonction des performances financières futures du nouveau groupe.

L’accord est en cours d’examen par l’Autorité De La Concurrence. SFR attend une réponse pour le mois de novembre.   

Consolidation du marché : l’exemple allemand
C’est fait. E-Plus (la filiale allemande de KPN) va être racheté Telefonica Deutschland pour 8,6 milliards d’euros (La Tribune (http://www.latribune.fr/technos-medias/20140702trib000838086/feu-vert-de-bruxelles-a-la-fusion-de-deux-operateurs-mobiles-en-allemagne.html), 02/07). La Commission Européenne (Communiqué (http://europa.eu/rapid/press-release_IP-14-771_fr.htm?locale=en), 02/07) vient de donner son accord.

La filiale allemande de Telefonica propose de céder 30 % des capacités de son nouveau réseau à un ou plusieurs Mvno. Le but est de garder un nombre d’opérateurs conséquents afin d’animer la concurrence et de créer les conditions (fréquences radio et certains actifs) pour qu’un nouvel opérateur puissent entrer sur le marché.

En attendant, le nombre d’opérateurs va passer de quatre à trois. C’est le même schéma qui a été appliqué en Irlande. Depuis le rachat de Virgin Mobile par Numericable, la France manquant de Mvno "puissants", en cas de regroupement, le bénéficiaire d'un partage des ressources n'est pas difficile à trouver.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 03 juillet 2014 à 10:39:24
On commence à en savoir un peu plus sur les raisons de l'abandon d'Orange concernant le rachat de Bouygues Télécom. C'est le journal Les Echos (http://www.lesechos.fr/tech-medias/medias/0203611872743-orange-ne-souhaite-pas-acquerir-bouygues-telecom-1020813.php) (02/07) qui en dit un peu plus.

C'est entre Orange et Free que le courant n'est pas passé (...) Les deux opérateurs s’étaient plus ou moins mis d'accord pour couper la poire en deux, supporter chacun la moitié du prix total. Mais Free a jugé le montant de 7 milliards trop élevé. De plus, les co-acquéreurs ne se sont pas mis d’accord sur le partage des actifs de Bouygues Telecom.

Orange ne voulait pas reprendre le réseau, les boutiques et employés, ce qu'était prêt à reprendre Free. Orange voulait également garder la totalité des clients.

Free souhaitait également reprendre les 2,1 millions d’abonnés fixes de Bouygues Telecom, qu’Orange ne souhaitait pas lâcher. De même, Free et Orange se sont disputés les précieuses fréquences du troisième opérateur. Le constat de désaccord s’est cristallisé au début de la semaine.

Free a donc trouvé le montant de 7 milliards trop élevés par rapport au partage proposé. Le Yalta des télécoms n'est pas un long fleuve tranquille. Est-ce une partie remise ?
Titre: PIF
Posté par: K-L le 06 juillet 2014 à 12:55:07
D'après les chiffres de l'ARCEP, 1 578 000 abonnés au THD le sont en FTTLA (combien chez Bouygues ? 375 000 ? ).

Pour le reste des chiffres, on va laisser notre spécialiste, Hammett, nous en faire le résumé ;)
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 08 juillet 2014 à 08:34:09
L’actualité autour du rachat (ou du non-rachat) de Bouygues Telecom a rebondit en fin de semaine dernière.

C’est d’abord Stéphane Richard (Le Figaro (http://www.lefigaro.fr/secteur/high-tech/2014/07/05/01007-20140705ARTFIG00105-orange-n-exclut-pas-de-reetudier-le-rachat-de-bouygues.php), 05/07), qui a déclaré lors d’un forum économique à Aix, que Orange : "n'exclut pas de revenir sur le dossier Bouygues, mais uniquement si on le sollicite (…) Est-ce qu'on peut revenir dans le jeu? Oui, bien sûr, mais pas comme architecte, pas comme arrangeur (…) D'un point de vue concurrentiel, nous ne prendrons pas le risque de repartir sur ce dossier. Mais si quelqu'un d'autre décide de le faire et nous sollicite pour, peut-être, permettre d'élaborer une offre qui peut satisfaire Bouygues, bien sûr qu'on regardera".
Un appel du pied à Free ? A SFR/Numericable ? Un encouragement à Martin Bouygues ? Du poker menteur ?
   
Enfin, une passe d’arme s’est déroulée entre Martin Bouygues et L’ARCEP via son président Jean-Ludovic Silicani.

Morceaux choisis (Zdnet (http://www.zdnet.fr/actualites/l-arcep-repond-aux-attaques-de-martin-bouygues-39803493.htm), 07/07) de Martin Bouygues : "L’Arcep a fait une erreur d’analyse lors de l’attribution de la quatrième licence (…) Le bilan aujourd'hui est lourd. Aucun bilan chiffré précis et exhaustif n'existe (…) Y a-t-il eu une véritable étude d’impact de menée avant l’arrivée d’un nouvel opérateur mobile ? Je me le demande vu la situation. Pourtant, j’ai eu l’occasion de fréquenter d’autres régulateurs dans d'autres secteurs d’activité. Eux conduisent de vraies études avant de prendre des décisions structurantes (…) L’Arcep dit qu’elle n’est pas compétente sur les questions d'itinérance. On se moque du monde ! Qui régule le régulateur aujourd’hui ? Il faut que l’Etat assume ses responsabilités".

Martin Bouygues n’a pas tort sur le manque d’étude d’impact lors du lancement du quatrième opérateur. Mais cette étude aurait-elle été à charge ? Pas sûr du tout…’autre part, il serait bon que Martin Bouygues donne les autres régulateurs. Sont-ils en France ?  D’autre part, le plan de réduction des prix sur le fixe et le mobile aurait aussi pu être lancé plus tôt.

Morceaux choisis (Lettre hebdo Arcep n°154 (http://www.arcep.fr/index.php?id=12431#c80760), 04/07) de Jean-Ludovic Silicani : sa réponse porte essentiellement sur la demande de Bouygues :  qui régule le régulateur. Pour lui, il y a le Parlement, le Gouvernement et les tribunaux lorsque les décisions de l’ARCEP sont contestées en justice. Sa conclusion est plutôt cinglante : "Pour autant, le régulateur doit décider en toute indépendance et ne doit donc pas être " capturé par un opérateur ", selon l'expression consacrée par les économistes. Parfois, quand un opérateur tente vainement de capturer un régulateur, il s'essaye à le faire indirectement en menant une intense action de lobbying auprès du Gouvernement et du Parlement. L'expérience montre, en tout cas dans le secteur des télécommunications, que les pouvoirs publics ont la lucidité et la sagesse d'être peu sensibles à ces pratiques, qui se révèlent, le plus souvent, contreproductives.".

La défense est incontestable et juste ! Toutefois, l’ARCEP ne peut pas se défausser sur la situation des télécoms. Il a aussi sa part de responsabilités qu’il ne peut complètement passer sous silence. L’arrivée du quatrième opérateur a mis en difficulté Bouygues Telecom, mais aussi les Mvno, mais aussi de larges secteurs de la sous-traitance. Il y a aussi des conséquences sociales qui sont brutales. Les textes et les procédures sont appliquées certes, mais il n’est pas interdit de voir plus loin, sinon, c’est Kafka…
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 10 juillet 2014 à 08:16:24
Xavier Niel ne s’était pas exprimé publiquement sur une possible consolidation autour de Bouygues telecom. C’est fait (Zdnet (http://www.zdnet.fr/actualites/rachat-de-bouygues-telecom-xavier-niel-free-veut-rester-a-4-mais-39803617.htm), 08/07) : "On est ravis d’un marché à quatre acteurs, on adore la concurrence. Donc quand on aime la concurrence, on n’a jamais envie que le marché se concentre (…).

Maintenant il y a un certain nombre d’acteurs qui pour des raisons qui leur sont propres, ont envie que le nombre d’acteurs diminue, soit par ce qu’ils souhaitent acheter un acteur, soit par ce que certains acteurs souhaitent se vendre, par ce qu’ils n’ont plus de croissance, par ce qu’ils ont fait des erreurs stratégiques.

(Free) se doit de regarder ce qu’il ce passe sur ce marché (…) quand quelque chose bouge, on est toujours là, et toujours disposé à participer à toutes opérations de consolidation sur ce marché là
".

Pas besoin de décryptage, le propos de Xavier Niel est assez clair et comme souvent juste assez humiliant. La presse a évoqué une offre de Free de 5milliards d’euros pour s’offrir Bouygues Telecom, alors que Bouygues en demanderait au moins 8 milliards. Orange de son coté fait la pause et ne devrait  replonger qu’en soutien mais plus en leader. Son offre était de 6 milliards.

Pour que l’opération se fasse, il va falloir que Bouygues baisse son prix et que le(s) repreneur(s) y mette(nt) un peu plus. Pour Free, il va s’agir d’être cynique jusqu’au bout et d’attendre que Bouygues s’enfonce un peu plus.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 11 juillet 2014 à 08:00:22
En direct du prétoire – N°5 –

Orange et SFR
C‘est une vieille histoire qui concerne Orange et SFR. En décembre 2012, Suite à une saisine de Bouygues Telecom, l’Autorité de la Concurrence avait notifier une amende de 180 millions d’euros à Orange et pour avoir créé un effet « club » sur certaines offres datant de 2005 et plus commercialisés depuis (Le Figaro (http://www.lefigaro.fr/societes/2012/12/13/20005-20121213ARTFIG00476-plus-de-180-millions-d-euros-d-amende-pour-orange-et-sfr.php), 12/2012). A l’époque cela permettait de ne pas appliquer les fortes terminaisons d’appels à ses propres clients, mais seulement à la concurrence.

Le tableau (Les Echos (http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/tech-medias/actu/0202448265682-orange-et-sfr-condamnes-a-183-millions-d-euros-d-amende-520611.php), 12/2013) publié ci-dessous rappelle la structure des appels à partir d'un mobile et "l'effet club" est semble-t-il une réalité réelle pour beaucoup de clients.   
(https://lafibre.info/images/adsl/201312_mobile_effet_club.gif)

Les deux opérateurs avait fait appel et la Cour d’Appel de Paris vient de rendre son jugement. Finalement la Cour d’Appel a demandé avis à Bruxelles sur "les questions économiques et juridiques présentées par l'affaire" (b]bfmtv[/b] (http://www.bfmtv.com/economie/bruxelles-saisi-lamende-record-dorange-sfr-797123.html), 20/06). Cette demande avait été proposée par SFR. Il y a quelques jours, SRR, la filiale réunionnaise de SFR vient d’être condamnée pour le même motif.

Devant la cour d'appel, SFR et surtout Orange ont violemment contesté la décision de l'Autorité de la concurrence, parlant de "méthode aberrante et arbitraire", "calculs trompeurs", "multiples erreurs de fait", "excès de pouvoir", "violation du principe d'impartialité et de loyauté"...

C’est une première juridique qu’un Tribunal demande un avis directement à la Commission Européenne. La décision est attendue pour les prochains mois. Au nom de la concurrence, ce serait étonnant que la Commission déjuge les décisions précédentes.   

Free
L'opérateur Free et sa maison mère Iliad ont été condamnés jeudi respectivement à 50.000 et 25.000 euros d'amende pour pratique commerciale trompeuse, pour avoir affirmé à tort que les appels de ses clients vers l'étranger étaient illimités.  Les faits concernent la période de mai 2009 à mai 2012 (Le Figaro (http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2014/07/10/97002-20140710FILWWW00404-appels-illimites-vers-l-etranger-free-condamne.php) (10/07). Free va-t-il faire appel ?
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 11 juillet 2014 à 10:24:42
L'ARCEP et l'Autorité De La Concurrence se font la "gueguerre" depuis des années et l'ADLC vient d'en remettre une couche sur le contrat d'itinérance d'Orange (La Tribune (http://www.latribune.fr/technos-medias/20140710trib000839432/il-faut-mettre-en-demeure-free-sur-l-itinerance-d-orange.html), 11/07). Pour l'ADLC, le problème semble être surtout l'ARCEP.

"L'itinérance doit prendre fin, en 2016 voire 2018. Comment ? Il faut que l'Arcep mette en demeure Free avant l'échéance réglementaire, il faut anticiper et ne pas attendre le dernier moment, pour vérifier qu'il est sur la bonne trajectoire d'investissement (...) Mais nous avons émis des doutes et des craintes sur la pérennisation de l'itinérance, qui crée une situation de dépendance financière d'un côté et stratégique de l'autre. (il ne s'agit) pas de supprimer la licence. en mettant en demeure Free de façon anticipée, avant janvier 2015.".

Pour L'ADLC, la balle est du coté de l'ARCEP : "Nous n'avons vu aucune étude à la suite de cette proposition, aucune proposition concrète, aucune réunion menée par le régulateur pour mettre en place le calendrier et la méthodologie que nous avons suggéré. Nous sommes déçus que rien n'ait été fait depuis un an. C'est un peu dommage (...) On aimerait que ce soit au moins expertisé. Réfléchir à une méthodologie pour envisager une extinction progressive par plaques régionales de l'itinérance, c'est un travail qui ne peut être mené effectivement que par l'Arcep".

La charge (https://lafibre.info/adsl/parts-de-marche-dans-ladsl-la-fibre-optique-et-la-telephonie-mobile/msg146943/#msg146943) de l'ADLC n'est pas nouvelle et la dernière salve date du mois de juin lors d'un colloque organisé par Les Echos. L'ARCEP a même lancé une enquête, et elle : "vérifie que Free est bien sur une trajectoire d'investissement pour tenir ses obligations de couverture de 75% de la population à une échéance très proche, janvier 2015 : c'est demain matin (ajoutant) A ce stade, on ne sent pas d'enthousiasme à accélérer le calendrier (d'extinction de l'itinérance) chez l'opérateur qui en tire des revenus significatifs (...) Dès 2015, il faudra regarder dans le détail cette extinction par plaque à partir de 2016 ou 2018". 

Pour l’ARCEP, le contrat d’itinérance 3G entre Orange et Free est un accord de droit privé et n’est pas de son ressort. Pour le régulateur, sa seule mission est de vérifier que Free est dans les clous sur la couverture tel que prévue dans sa licence.

Pour rappel, la procédure (http://www.arcep.fr/index.php?id=8571&tx_gsactualite_pi1%5Buid%5D=1235&tx_gsactualite_pi1%5Bannee%5D=&tx_gsactualite_pi1%5Btheme%5D=&tx_gsactualite_pi1%5Bmotscle%5D=&tx_gsactualite_pi1%5BbackID%5D=26&cHash=2) de mise en demeure de l'ARCEP ! Même si elle décide de l'appliquer (mais elle n'a pas encore tous les pouvoirs pour le faire), c'est quand même du light.

Billevesées ? Malaise profond entre régulateur ? Bon, ces deux là ne devraient pas s'envoyer des cartes postales de leurs vacances. Les devoirs de vacances vont être à l'ordre du jour.
Titre: PIF
Posté par: Shinochaz le 14 juillet 2014 à 17:21:43
Je suis surtout impressionné par les 31 % de "autres"  :o
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 15 juillet 2014 à 07:56:07
Oui, dommage de ne pas avoir plus de détails sur ce que cela recouvre.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 15 juillet 2014 à 07:56:13
Avant de partir faire bronzette, Bruno Lasserre – le président de l’Autorité De La Concurrence – a donné un bilan de l’action de l’ADLC sur les 12 derniers mois. Il est également revenu de nouveau sur la consolidation dans les télécoms (Les Echos (http://www.lesechos.fr/finance-marches/ma/0203634076107-telecoms-le-gendarme-de-la-concurrence-ouvert-sur-les-modalites-dune-consolidation-1023718.php?), 10/07)et la position de l’ADLC. 

SFR/Numericable
"Un examen approfondi devrait être décidé à la fin du mois, et les travaux nécessaires pour mesurer l’impact concurrentiel de ce rapprochement débuteront dans la foulée.
Le collège de l’Autorité se réunira ensuite au mois d’octobre pour examiner le diagnostic établi et les remèdes éventuels qui seront proposés. La décision finale sera prise à l’automne. Les sages de la rue de l’Echelle donneront dans le même temps leur avis sur le rachat de Virgin Mobile par Numericable.
".
Tout devrait être réglé avant la fin de l'année.

Vente de Bouygues
Alors qu’en Allemagne, Autriche et en Irlande le nombre d’opérateurs va passer de 4 à trois en échange d’une plus grande ouverture aux Mvno, Pour Bruno Lasserre, il y a "des facteurs communs entre les différents pays de l’Union, mais les entreprises elles-mêmes sont particulières (...) Il faut donc adapter les remèdes pratiqués à la spécificité de notre marché (...) La consolidation donnera de toute façon de nouveaux avantages concurrentiels aux Mvno".

Sur BfmTv (http://www.bfmtv.com/economie/bruno-lasserre-dimportantes-concessions-un-rachat-orange-810881.html) (10/07) il est revenu plus en détails sur la situation : cela "imposerait d'importantes concessions d'Orange (...) C'est une configuration inédite en Europe. Il n'y a pas eu [jusqu'à présent] de consolidation autour du leader (...) Ce n'est pas à moi de décider s'il doit y avoir fusion. Je n'ai pas à dire s'il faut revenir à trois opérateurs. Je n'ai pas de préférence". Pour lui, ce qui compte avant tout, c’est l’animation du marché.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 17 juillet 2014 à 08:04:51
Le quadruple-play se développe doucement mais surement. C’est ce qu’a mesuré l’ARCEP au cours de l’une de ses enquêtes annuelles. Ces derniers chiffres datent de juin 2013 et montrent que 45% des abonnements seraient concernés, contre 30% en juin 2012. 2014, sera-t-elle l’année ou ces offres convergentes deviendront majoritaires ?
De plus, pour 34% des abonnements, cela s’accompagne d’une réduction de la facture. Que l’abonnement fixe ou mobile soit lié ou non. 

(https://lafibre.info/images/adsl/201407_convergence_fixe_mobile.gif)

Le rachat de SFR par Numericable devrait augmenter ces chiffres, Numericable se proposant de développer les offres convergentes fixe/mobile avec l’arrivée du très haut débit.

Chez Orange, le nombre de clients avec une offre Open est de 5,163 millions au 31 mars. C’est le toujours le moteur de croissance d’Orange. 4 ans après son lancement, Open représentent 50,9% de sa base clientèle.

Chez Free, au 31 mars selon les dernières indications publiées, cela pourrait représenter +/- 50% des 5,711 millions de clients, soit un total de 2,920 millions de clients.

Chez SFR, au 31 mars, cela représente 2,483 millions sur un total de 5,252 millions, soit 47,3% de sa base clientèle.

Chez Bouygues, pas de chiffres, mais Bouygues s’étant beaucoup développé avec Idéo, cela doit représenter une bonne partie de ses 2,113 millions de clients actuels.

Dernièrement La Poste Mobile annonçait 50 000 clients ayant un abonnement fixe et mobile, cela ne représente que 5% de sa base clientèle. Faut dire, que c’est une offre peu mise en avant.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 21 juillet 2014 à 07:54:31
L’Autorité De La Concurrence souhaite que l’ARCEP mette en demeure Free sur l’itinérance qui lie Free à Orange sur la 2G et la 3G (La Tribune (http://www.latribune.fr/technos-medias/20140710trib000839432/il-faut-mettre-en-demeure-free-sur-l-itinerance-d-orange.html), 11/07) : "L'ARCEP peut mettre en demeure Free. Nous regrettons que rien n'ait été fait depuis notre avis. (…) Ce n'est pas le rôle de l'Autorité de la concurrence, c'est un travail de régulation".
Réel coup de semonce ou billevesées ? Quels sont les arguments des uns et des autres ? Qu’est-ce qu’une mise en demeure ?

Première partie : les arguments de l'ADLC et de l'ARCEP.

Du coté de L’ADLC
Pour appel, l’Autorité de la concurrence a rendu un avis en mars 2013 (Communiqué de presse (http://www.autoritedelaconcurrence.fr/user/standard.php?id_rub=482&id_article=2061), l’avis (http://www.autoritedelaconcurrence.fr/pdf/avis/13a08.pdf)) sur le sujet.
Sur la 2G, l'itinérance court jusqu’en janvier 2016, mais pour l'Autorité de la Concurrence ce sera modulable en fonction de l’état du parc : "C’est à l’aune de cette évolution qu’il conviendra d’apprécier s’il est approprié de demander à Free de réaliser la migration de son parc avant les autres opérateurs, ou si une solution d’itinérance 2G encadrée est moins susceptible de fragiliser la dynamique concurrentielle."
Pour la 3G, c’est  2018, mais c'est dénonçable par un signataire (Free et/ou Orange) à partir de 2016. Selon les termes de sa licence, Free s’est engagé à couvrir, par son réseau propre, 75% de la population dès 2015 et 90% en 2018. Il devrait donc de lui-même demander à sortir de l’itinérance au fil de l’eau.

"L'itinérance doit prendre fin, en 2016 voire 2018. Comment ? Il faut que l'ARCEP mette en demeure Free avant l'échéance réglementaire, il faut anticiper et ne pas attendre le dernier moment, pour vérifier qu'il est sur la bonne trajectoire d'investissement (...) Mais nous avons émis des doutes et des craintes sur la pérennisation de l'itinérance, qui crée une situation de dépendance financière d'un côté et stratégique de l'autre. (il ne s'agit) pas de supprimer la licence en mettant en demeure Free de façon anticipée, avant janvier 2015.".

Pour L'ADLC, la balle est du coté de l'ARCEP : "Nous n'avons vu aucune étude à la suite de cette proposition, aucune proposition concrète, aucune réunion menée par le régulateur pour mettre en place le calendrier et la méthodologie que nous avons suggéré. Nous sommes déçus que rien n'ait été fait depuis un an. C'est un peu dommage (...) On aimerait que ce soit au moins expertisé. Réfléchir à une méthodologie pour envisager une extinction progressive par plaques régionales de l'itinérance, c'est un travail qui ne peut être mené effectivement que par l'ARCEP".

Du coté de L’ARCEP
Pour l’ARCEP, le contrat d’itinérance 3G entre Orange et Free est un accord de droit privé et n’est pas de son ressort. Pour le régulateur, sa seule mission est de vérifier que Free est dans les clous sur la couverture tel que prévue dans sa licence.

L’ARCEP vient de lancer une enquête et "vérifie que Free est bien sur une trajectoire d'investissement pour tenir ses obligations de couverture de 75% de la population à une échéance très proche, janvier 2015 : c'est demain matin", ajoutant : "A ce stade, on ne sent pas d'enthousiasme à accélérer le calendrier (d'extinction de l'itinérance) chez l'opérateur qui en tire des revenus significatifs (...) Dès 2015, il faudra regarder dans le détail cette extinction par plaque à partir de 2016 ou 2018".

L’ARCEP vient également d’ouvrir une enquête concernant le déploiement de son réseau mobile 3G : "L'Autorité a décidé l'ouverture d'une enquête afin de s'assurer que Free Mobile met en œuvre tous les moyens nécessaires à l'atteinte de son obligation et d'évaluer la réalité d'éventuels obstacles au déploiement".
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 22 juillet 2014 à 07:49:21
L’Autorité De La Concurrence souhaite que l’ARCEP mette en demeure Free sur l’itinérance qui lie Free à Orange sur la 2G et la 3G :
Deuxième partie : Qu’est-ce qu’une mise en demeure ? Quelles pourraient être les suites ? 


Mise en demeure : c’est quoi ?
La mise en demeure de l'ARCEP est la première étape avant une éventuelle sanction :
"Lorsqu’elle constate qu’un opérateur est susceptible d’avoir commis un manquement aux obligations qui s’imposent à lui en vertu du code des postes et communications électroniques (CPCE) ou d’une décision d’attribution de fréquences, l’Autorité peut décider de faire application de l’article L.36-11 du CPCE. Deux étapes sont à distinguer.
Après avoir reçu les observations de l’opérateur, et si le manquement en cause persiste, l’ARCEP ne prononce pas immédiatement une sanction. Elle ne peut, dans un premier temps,  que mettre en demeure l’opérateur de faire cesser son manquement dans un délai déterminé.
C’est seulement si l’opérateur ne respecte pas cette mise en demeure préalable dans le délai fixé que le collège de l’Autorité, après notification des griefs et audition des représentants de l’opérateur, peut décider, en fonction de chaque situation particulière, de prononcer une sanction.
".

En décembre 2009, Orange et SFR avait été mis en demeure par l’ARCEP pour non respect de leurs engagement concernant la couverture 3G.
Orange France couvrait 87%, SFR 81% et Bouygues Telecom 80% de la population métropolitaine en 3G. L’ARCEP avait mis en place un calendrier de suivi précis du taux de couverture qui se terminait en décembre 2013. Les opérateurs avaient obtempéré et cela n’avait pas été plus loin.

Le bilan (http://www.arcep.fr/index.php?id=11557) de l’ARCEP au 1er juillet 2012 (http://www.arcep.fr/index.php?id=8571&tx_gsactualite_pi1%5Buid%5D=1569&tx_gsactualite_pi1%5BbackID%5D=1&cHash=6d848fa7a5ae5825df83bfb35f1bfd6b), indique que les trois opérateurs de réseaux 2G (Orange France, SFR et Bouygues Telecom) couvrent chacun plus de 99% de la population. En 3G, Orange France et SFR couvrent plus de 98% de la population, Bouygues Telecom près de 95% et Free Mobile 37% de la population.

Le bilan (http://www.arcep.fr/index.php?id=12439) au 1 juillet 2014, les trois opérateurs de réseaux 2G (Orange France, SFR et Bouygues Telecom) couvrent chacun entre 99,1% et 99,7% de la population. En 3 G, Bouygues couvre 96,5%, Orange et SFR 99%.

Alors ?
Même si L’ARCEP voulait passer à l’étape sanction, elle ne le pourrait pas. L’ARCEP a récemment rappelé qu’elle n’avait toujours pas le pouvoir de sanction (c'est en attente de publication des décrets d'application) depuis que le Conseil d’Etat lui a interdit il y a un an et à ce jour ne peut donc pas sanctionner un opérateur.

Il est de notoriété publique que les rapports entre l’ADLC et L’ARCEP sont parfois tendus. L’itinérance de Free en est la démonstration. Le sujet devrait alimenter la chronique pendant encore quelques mois. Toutefois, si Bouygues Telecom était vendu et si Free venait à récupérer un réseau et des fréquences, nul doute que le calendrier serait revu.

La philosophie de la régulation n’est pas de taper fort lorsque le marché est concurrentiel. Une mise en demeure peut éventuellement affecter l’image d’un opérateur, mais de là à affecter sa part de marché, il y a de la marge. L’exemple de SFR et d’Orange en 2009 en est l’exemple.
Titre: PIF
Posté par: tom pouce le 22 juillet 2014 à 10:24:38
En décembre 2009, Orange et SFR avait été mis en demeure par l’ARCEP pour non respect de leurs engagement concernant la couverture 3G.
Orange France couvrait 87%, SFR 81% et Bouygues Telecom 80% de la population métropolitaine en 3G. L’ARCEP avait mis en place un calendrier de suivi précis du taux de couverture qui se terminait en décembre 2013. Les opérateurs avaient obtempéré et cela n’avait pas été plus loin.
Le calendrier avait surtout été rééchelonné et rallongé du coup : les obligations de décembre 2013 correspondent à celles d'août 2009 pour SFR (4 ans de décalage ! Free a un boulevard devant lui), celles de début 2012 pour Orange (plus de 2 ans aussi). la source (https://www.nextinpact.com/news/75788-rappel-evolution-taux-couverture-3g-dorange-sfr-et-bouygues.htm).
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 22 juillet 2014 à 10:34:36
Je ne sais si c'est un boulevard pour Free. Cela pourrait être un calendrier plus souple, mais avec un encadrement plus strict.
De plus, la situation n'est pas strictement la même non plus. L'objectif de Free est acté depuis l'obtention de la quatrième licence en décembre 2009, soit 5 ans quand même ! Ce ne sera pas un copier/coller par rapport à Orange/SFR.   
Pour Free, ce ne sera pas le beurre, l'argent du beurre, la crémière et la boutique !  :)
Titre: PIF
Posté par: tom pouce le 22 juillet 2014 à 11:05:50
L'objectif de Free est acté depuis l'obtention de la quatrième licence en décembre 2009, soit 5 ans quand même ! Ce ne sera pas un copier/coller par rapport à Orange/SFR.   

Les objectifs de SFR, Orange et Bouygues étaient aussi inscrits dans leur licence : ici pour Orange (http://www.arcep.fr/fileadmin/reprise/textes/arretes/orange-3g.pdf), ici pour SFR (http://www.arcep.fr/fileadmin/reprise/textes/arretes/sfr-3g.pdf).
Il était sensiblement plus ambitieux... sauf pour Bouygues (http://www.arcep.fr/fileadmin/reprise/textes/arretes/bouygues-arr12122002.pdf) :

T1 + 2 ans :
SFR 75%, Orange 58%, Free Mobile 27%, Bouygues 20%
T1 + 5 ans :
SFR 98.9%, Orange 94%, Free Mobile 75%, Bouygues 50%
T1 + 8 ans :
SFR 99.3%, Orange 98.9%, Free Mobile 90%, Bouygues 75%.

Et là on voit que la contrainte pour By n'a pas été cette obligation de couverture inexplicablement basse, même pour un nouvel entrant à l'époque (à ramener à ce qui a été demandé à Free Mobile !), c'est le développement des usages et la concurrence des autres qui a poussé : les autres ont fixé le tempo et Bouygues n'ayant pour "itinérance" que son réseau 2G, bien que suffisant pour l'internet mobile d'il y a 10 ans, a été obligé de déployer relativement rapidement pour ne pas être trop largué. T

Mais Free Mobile n'avait pas de réseau existant sinon ses quelques dizaines de points hauts pour le WiMAX. Or fin 2001 (http://antennesmobiles.fr/graph.html), Orange disposait de 7230 supports déclarés COMSIS, SFR 6950. Notons que cela inclut les points hauts FH et que si By avait plus de points hauts, ils avaient un réseau sensiblemnent plus dense au début vu qu'ils ne déployaient que du 1800 au lancement (il me semble que c'était lié à leur licence, comme Free Mobile et la 3G 900).

En remontant plus loin dans le temps : en 2G 900 c'était T1 + 3 ans et demi à 4 ans et demi (25 mars 1991 => "1995") pour 70% de population, T1 + 5 ans pour 85% ( pour SFR, je ne l'ai pas trouvé pour Orange/FT) (http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexteArticle.do?idArticle=LEGIARTI000006429874&cidTexte=JORFTEXT000000170581&dateTexte=19920731)
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 22 juillet 2014 à 11:30:07
Certes, mais ne préjuge pas de la situation de Free en fonction de ce qui a été fait pour la concurrence. Après tout, Free a payé sa licence en connaissance de cause en fonction aussi des difficultés antérieures. D'ailleurs examiner le dossier Free en prenant strictement l'exemple d'Orange et de SFR pourrait être contre-productif, car chaque cas doit être examiné en fonction de la situation présente.  Ce serait une ligne de défense assez faiblarde sinon.

Là, tu peux imaginer que le contexte n'est pas le même. Et que la décision de L'ARCEP sera certainement attaquée. D'autant qu'il faudra à Free démontrer qu'il est de bonne foi. l'ARCEP pourra être compréhensive, l'ADLC et Bouygues (au hasard) un peu moins.

Ce n'est donc pas un boulevard pour Free. A priori, ce serait assez logique de repousser, mais ce sera sous conditions et dans un timing serré. L'ARCEP joue sa crédibilité aussi.   
Pour Free, il s'agira de montrer sa bonne foi et de ne pas tomber sous de possibles sanctions financières.   
 
 
Titre: PIF
Posté par: tom pouce le 22 juillet 2014 à 11:51:06
On est d'accord. Wait&see : on en saura plus bientôt, espérons-le :)
Titre: PIF
Posté par: Optrolight le 23 juillet 2014 à 10:26:26
Impressionnant ce travail de collecte Hammett. Super monologue.
Titre: PIF
Posté par: Marin le 23 juillet 2014 à 10:46:40
Impressionnant ce travail de collecte Hammett. Super monologue.
Le truc c'est que chaque message est un gros crosspost sur différents forums :
Ainsi, Hammett monologue un peu moins que l'on peut le penser.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 24 juillet 2014 à 07:49:13
Espiègle, voit l’esprit joueur, Bfmtv (http://www.bfmtv.com/economie/bouygues-telecom-croyait-concurrence-810701.html) (13/07) a ressortit quelques textes signés Bouygues Telecom au sujet de la concurrence et de l’introduction d’un nouvel entrant. En l’occurrence, lorsque que le nouvel entrant était lui-même, pas Free…Le discours pourrait être celui du dernier entrant (sans le coté suragité) ou de l’ARCEP…
C’est un texte de 2006 et destiné à l’Union Européenne. Florilège.

"Les derniers entrants sont les garants d’une concurrence effective pérenne sur le marché de la téléphonie mobile. Ce constat a conduit les régulateurs à introduire systématiquement de nouveaux acteurs sur le marché à l’occasion de chacune des évolutions technologiques. Tout marché sur lequel seuls deux acteurs sont présents conduit naturellement à l’établissement d’un cosy monopoly, où les prix restent élevés et la concurrence quasi inexistante"

"Les derniers entrants ont largement contribué à la baisse des prix de la téléphonie mobile. Ils ont régulièrement joué le rôle d’agitateur. Ils ont également massivement contribué à l’emploi et à l’innovation"

"Il appartient au régulateur de tenir le plus grand compte de la situation particulière des derniers entrants, de leur fragilité et des risques pesant sur leur pérennité"

Comme on dit au cinéma : "Les personnages et les situations de ce récit étant purement fictifs, toute ressemblance avec des personnes ou des situations existantes ou ayant existé ne saurait être que fortuite.".

Petite séquence détente (au second degré). ;)
Titre: PIF
Posté par: Optrolight le 24 juillet 2014 à 10:09:00
Il me semble qu'on en a parlé quelque part non sur ce forum.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 25 juillet 2014 à 08:41:28
Nobody is perfect : je ne lis pas tout non plus.  ;)
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 04 août 2014 à 07:55:46
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°89

Dernières nouvelles du rachat de SFR par Numericable (7)
Comme annoncé par Bruno Lasserre – le président de l’Autorité De La Concurrence – lors d’une interview au quotidien (Les Echos (http://www.lesechos.fr/finance-marches/ma/0203634076107-telecoms-le-gendarme-de-la-concurrence-ouvert-sur-les-modalites-dune-consolidation-1023718.php?), 10/07), l’Autorité De La Concurrence va entamer un examen approfondi du rachat de SFR par Numéricâble. Concrètement, l’ADLC a 65 jours minimum pour effectuer cet examen (à partir de fin septembre).
Classiquement, cela permettra de lever les doutes sérieux d’entraves à la concurrence. L’ADLC effectuera une consultation élargie des acteurs du marché. L’ARCEP a déjà transmis ses conclusions, le CSA devra le faire également.
Le collège de l’Autorité se réunira ensuite au mois d’octobre pour examiner le diagnostic établi et les remèdes éventuels qui seront proposés. La décision finale sera prise à l’automne. Les sages de la rue de l’Echelle donneront dans le même temps leur avis sur le rachat de Virgin Mobile par Numericable.

Free veut racheter T-Mobile
Free vient de faire une offre de 11,2 milliards d’euros pour s’acheter 56% de T-Mobile (filiale US de Deutsche Telekom pour 67%) le numéro 4 du mobile et ses 50 millions de clients et 12% de parts de marché. Free n’est pas le mieux disant financièrement, mais pourrait être le candidat idéal, sachant que l’autre acheteur est Sprint le numéro 3 du marché, ce qui pose des problèmes de concurrence pour les régulateurs américains.

La question qui se pose est : coup de bluff ou non ?
- Non, au vu des partenariats engagés avec les banques HSBC et BNP Paribas et la Banque Lazard. Pour régler le chèque, Free serait prêt à s’endetter de 9 milliards et dérogerait ainsi à sa règle fondamentale de ne pas s’endetter pour grossir.
- Oui, car cela lui permettrait de se tester et par la bande de participer à la consolidation dans les télécoms en agitant la carte bleue devant le nez de Martin Bouygues, le tout en adoptant la méthode Drahi (propriétaire de Numéricâble). Sachant qu'actuellement, que le marché est prêteur de liquidités, Free peut faire quelques emplettes.

Pour rappel, Xavier Niel à titre privé ou pour Iliad s’est déjà engagé dans des rachats. Orange Suisse le coût (octobre 2011) était de 1,5 milliard à titre privé. Niel s'était associé à Goldman Sachs et avait passé le premier tour, mais pas le second. Pour Mobistar (octobre 2013), c'est resté dans les limbes. Par Monaco Telecom (avril 2014), c'est 322 millions et c'est encore à titre privé. Alice en 2008, c'était 775 millions. Dernièrement, Iliad a proposé 5 milliards d'euros pour s'offre Bouygues Télécom, ce qui a été refusé par ces derniers.
 
En cas de succès , le bœuf T-Mobile ne sera t-il pas trop gros pour la grenouille Free ? A suivre...
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 05 août 2014 à 08:00:58
Alors que Xavier Niel veut faire des emplettes au pays de l’Oncle Sam, une question se pose, quid de la consolidation en France ? C’est justement la question qui lui a été posée par un journaliste du Wall Street Journal (http://blogs.wsj.com/corporate-intelligence/2014/08/01/qa-iliads-founder-explains-his-audacious-t-mobile-bid/) (01/08). A cela, il a répondu : "In France, we could still buy little bits of Bouygues Telecom if Orange SA decides to renegotiate. But everything depends on the price that Bouygues would sell. We are not bothered by staying in a market with four mobile players.”.

Xavier Niel s’était déjà exprimé (Zdnet (http://www.zdnet.fr/actualites/rachat-de-bouygues-telecom-xavier-niel-free-veut-rester-a-4-mais-39803617.htm), 08/07) : "Maintenant il y a un certain nombre d’acteurs qui pour des raisons qui leur sont propres, ont envie que le nombre d’acteurs diminue, soit par ce qu’ils souhaitent acheter un acteur, soit par ce que certains acteurs souhaitent se vendre, par ce qu’ils n’ont plus de croissance, par ce qu’ils ont fait des erreurs stratégiques.".

“Des petits bouts de Bouygues Télécom“, "erreurs stratégiques", cela doit faire plaisir chez Bouygues Télécom...

Plus sobre, Stéphane Richard avait également donné quelques explications (La Tribune (http://www.latribune.fr/technos-medias/20140702trib000838073/pas-de-rachat-de-bouygues-telecom-le-pdg-d-orange-s-explique.html), 02/07) à l'arrêt des discussions avec Bouygues Télécoms : "les demandes de Bouygues étaient trop élevées et Iliad ne voulait pas aller suffisamment loin dans sa participation à une opération. Nous avions exclu dès le départ qu'Iliad se contente de reprendre uniquement le réseau et les fréquences comme dans l'accord signé avec Bouygues en cas de rachat de SFR.", Pour Stéphane Richard, le plat pourrait bientôt repasser "peut-être dans six mois, mais ce ne sera pas à notre initiative.". 

Dans un communiqué (http://www.bouygues.com/wp-content/uploads/2014/08/CP_Declaration-Bouygues_04aout2014.pdf), Bouygues vient de répondre à Xavier Niel : "Suite aux récentes déclarations parues dans la presse, Bouygues rappelle que Bouygues Telecom poursuit la mise en place de son plan de transformation annoncé le 11 juin 2014 visant à lui garantir un avenir autonome. De plus, le Groupe n’a reçu à ce jour aucune offre de rachat pour sa filiale Bouygues Telecom.". 
 
Bref, pour Xavier Niel, en cas de de vente, c’est Orange qui est maître du jeu, Pour Orange et Stéphane Richard, c’est l’inverse !

Aujourd'hui (après bourse), c'est Numericable qui publie ses résultats. SFR et Bouygues le feront le 28 août et Free, le 1er septembre.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 05 août 2014 à 08:37:30
Pour Free, cela se complique.
Selon une source proche de Deutsche Telekom (maison mère de T-Mobile), l'offre de Free manquerait de profondeur financière : "Cette offre n'est pas assez sérieuse pour se démarquer de celle de Sprint et Softbank" (Le Figaro (http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2014/08/05/97002-20140805FILWWW00017-t-mobile-iliad-ne-seduit-pas-deutsche-telekom.php), 05/08).Pour l'emporter, Free va devoir faire dans le XXL.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 06 août 2014 à 08:00:10
Pour Free, cela se complique moins.

Selon l'agence de presse Reuters (http://fr.reuters.com/article/frEuroRpt/idFRL6N0QC01320140806), Sprint pourrait retirer son offre sur T-Mobile, "estimant qu'il sera trop difficile d'obtenir l'aval des autorités de régulation.", lasociété pourrait s'exprimer aujourd'hui.

Pour rappel, la Commission fédérale des communications (FCC) et le département américain de la Justice ne voyaient pas une telle perspective d'un bon œil, estimant que le consommateur aurait sans doute tout à perdre en n'ayant le choix qu'entre trois opérateurs.

Pour Free, ce ne serait pas gagné pour autant, car il lui faut améliorer sensiblement son offre de 11,2 milliards d'euros. Pour cela il lui sera doute nécessaire de passer par un accord avec des partenaires, parmi ceux-ci, des américains : Dish Networks (tv satellite), Cox Communications (opérateur dans le cable) et Charter Communications (petit opérateur dans le fixe) !

Parts de marché aux USA
Une ancienne infographie du quotidien Les Echos nous montre le poids des opérateurs fixes aux USA. Comcast, le plus gros opérateur national représente 24,3% du marché, AT&T représente 19,6% du marché, Time Warner 13,9%, Verizon 10,8%, Century 7,0% et Charter 5,4% du marché.   

(https://lafibre.info/images/adsl/201408_fai-usa.gif)

Coté mobile (Les Echos (http://www.lesechos.fr/tech-medias/hightech/0203678828807-telecoms-leldorado-americain-1029446.php?8lLEAq3eMCFp8sU7.99), 31/07), il y a 4 opérateurs nationaux. Verizon et ATT, qui détiennent plus de 70% du marché et comptent respectivement 200 et 110 millions d’abonnés. Et deux plus petits : Sprint et T-Mobile avec 50 millions de clients chacun.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 06 août 2014 à 11:34:01
Kal-L de GenerationCable.Net (http://ww.generationcable.net/ForumGC/viewtopic.php?t=20851&postdays=0&postorder=asc&start=160) apporte les précisions suivantes :

"Sinon, pour les US, le dernier graphique que j'ai (le Times du 4/8/2014) donne :

* Comcast (câble THD) : 24%
* AT&T (ADSL) : 17%
* Time Warner Cable (en cours de rachat par Comcast) : 14%
* Verizon : 10% (7% FTTH et 3% ADSL)
* Cox (câble) : 5%
* Charter (câble) : 4%

A terme Comcast-TWB représentera 30% des abonnés THD (1,4 M de clients Comcast passeront chez Charter et 2,5 M de clients migreraient dans une société Charter/Comcast nommée pour l'instant SpinCo).
"

Merci à lui ;)
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 07 août 2014 à 13:09:00
Free veut racheter T-Mobile - Saison 1 - Episode n°4
 
Pour Free, c'est stationnaire et en légère évolution. Les dernières déclarations des acteurs concernés.

Deutsche Telekom, par la voix de son patron (La Tribune (http://www.latribune.fr/technos-medias/telecoms/20140807trib000843503/l-offre-d-iliad-free-pour-t-mobile-us-n-est-pas-satisfaisante-pour-deutsche-telekom.html), 07/08) a déclaré à propos de T-Mobile n'avoir reçu aucune "offre satisfaisante (...) Nous avons toujours dit que Deutsche Telekom était ouvert aux transactions (concernant T-Mobile US) avec une plus-value. (...) Actuellement, il n'y a pas pour nous de telle offre.
C'est pas un rejet, mais il va falloir que Free et/ou de nouveaux partenaires sortent un peu plus de sousous. 

Le patron de Dish Networks (un partenaire possible pour Free) a déclaré (Le Boursier (http://www.boursier.com/actions/actualites/news/iliad-une-offre-amelioree-ou-une-offre-plus-detaillee-sur-t-mobile-us-590665.html), 07/08) que "le retrait de Sprint a probablement augmenté les options existantes pour nous, et que beaucoup de choses ont eu lieu ces dernières 24 heures. nous sommes toujours prêts à faire grandir notre activité, ce qui pourrait passer par jeter un coup d’œil à certaines entreprises.".
Question : est-ce que les 10 milliards de synergies promises par Iliad pourraient venir d'acheteurs/partenaires autochtones ? 

Après le Sprint, la course d'endurance ?
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 11 août 2014 à 08:08:25
Lors d’une interview récente au magazine Le Revenu (http://www.lerevenu.com/bourse/actualites/2014071853c9229dda810/orange-entretien) (20/07), Stéphane Richard est revenu sur le plan stratégique à cinq ans qu’il doit présenter avant la fin de l’année. Début octobre 2013, Stéphane Richard avait promis de faire d’Orange "le premier opérateur de télécoms de l’ère Internet".

Ce plan stratégique doit « structurer » le groupe Orange pour les cinq ans à venir, même si comme pour le précédent plan, les objectifs devraient être assez souples pour pouvoir les réaliser ou non…D’ailleurs ce plan est dans la continuité du précédent, même si l’habillage est un peu différent.
Le fond est toujours là : proposer  un réseau et des services. De qualité bien sur, et il y a forcèment du travail, car le programme est vaste.

Stéphane Richard donne quelques objectifs:
«- Bascule des réseaux télécoms vers le monde Internet (le «tout IP»). L’essentiel des revenus d’Orange dans les années à venir proviendra de l’accès, avec un besoin accru de connectivité à haut débit sous toutes ses formes, fixe, mobile et convergente. Je reste convaincu que la qualité des réseaux restera un facteur clé de différenciation.
- Devenir un acteur important dans les services ayant un lien fort avec l’accès. Je pense à la finance mobile. Au-delà du simple paiement, il s’agit de créer un modèle plus large autour de services financiers. En Afrique, «Orange money» connaît un grand succès, avec plus de 10 millions d’utilisateurs
- Les objets connectés. Orange va proposer ses propres services, notamment dans la santé et le bien-être, et offrir à ses clients une interface simple pour gérer tous ces objets connectés.
- A l’international, la focalisation d’ici 2020 se fera sur l’Europe et la zone Afrique et Moyen-Orient. Cette dernière, dont on parle moins, est clairement une priorité.
»

Le plan précédent
Lorsqu’il est arrivé en 2010, le plan « Conquêtes 2015 » avait permis de dégager quelques axes. Ce plan La Tribune (http://www.latribune.fr/technos-medias/telecoms/20100330trib000493535/exclusif-le-projet-a-5-ans-de-stephane-richard-pour-france-telecom.html) (03/2010) prévoyait 5 plans d’actions : 
 - Après la crise sociale et celle des suicides en 2008 et 2009, remettre les salariés au cœur de l’entreprise et recréer une culture d’entreprise.
- Montée en débit des réseaux fixe et mobile,
- Simplifier les offres et les services,
- Améliorer la relation client, développer les usages. 
- Etre ambitieux à l’international.

Et pour nous ?
En France, pour gagner des clients, Orange doit profiter de sa force dans les réseaux et être à l’initiative et dynamique commercialement sur la Fibre Optique. Parallèlement au déploiement, il lui faudra commencer à baisser ses tarifs pour ses clients ADSL les moins bien lotis.

Concernant, la téléphonie mobile, Orange doit arriver rapidement à ne plus faire de distinctions sur l’utilisation de son forfait à l’intérieur des frontières de l’Union Européenne. La Data doit être utilisable avec de la souplesse et pourquoi pas partagée entre plusieurs personnes. Au fur et à mesure de la montée en puissance de la 4G, les prix de la 3G doivent baisser. 
 
Sur les services et contenus, il faut évidemment poursuivre, mais les penser ouverts aussi aux non-clients d’Orange. Après que certains réussissent et d’autres non, ce n’est pas si grave : chacun a le droit à l’erreur, mais il faut aussi être exigeant au lancement d’un nouveau service. La prochaine génération Livebox/décodeur devra montrer l’excellence assez vite et profiter de ce qui a été mal-fait pour la Livebox3.
   
Enfin, même si cela doit être compliqué et long, Orange se doit d'être très dynamique en cas de consolidation du marché en France. Les plats ne repasseront pas ...
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 11 août 2014 à 10:12:06
Free veut racheter T-Mobile - Saison 1 - Episode n°5
Le JDD (édition papier) a fait le point sur ce qui manque à Free pour remporter la "mise" T-Mobile. Si Free n'arrive pas par ses propres moyens à augmenter sa mise, il lui faut trouver un partenaire capable d'apporter environ 6 milliards d'euros.

Dans ce cas de figure, Free serait toujours à 56% du capital d T-Mobile, le(s) partenaire(s) à 18% et Deustche Telekom à 10% (celui voulant rester au capital de T-Mobile). Les partenaires sont les mêmes que ceux évoqués dernièrement dans la presse.
 
Deutsche Telekom souhaiterait que Free améliore en propre sa proposition de deux milliards, et Free ne voudrait "lacher" qu'un milliard.

Le feuilleton va se poursuivre.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 12 août 2014 à 08:11:20
En direct du prétoire – N°6 –

Décidemment, l’homme n’aime pas être "chambré" !  Xavier Niel vient encore de porter plainte (ZdNet (http://www.zdnet.fr/actualites/injure-publique-free-attaque-le-directeur-de-l-information-de-sfr-pour-un-tweet-39804331.htm), 28/07) pour injure publique envers un particulier, une qualification qui permet une mise en examen automatique sans instruction préalable. Cette fois, c’est le  patron de la communication de SFR qui a droit. En novembre dernier, celui-ci avait osé se moquer du patron d’Iliad via un tweet :  "Quand le coucou se pose en calimero".

Le patron de Free est habitué à ses pratiques, mais avait levé le pied ces derniers mois. En 2012, cela était tombé sec et les plaintes s’étaient accumulées envers des journalistes. Sur le sujet, lire :  Owni (http://owni.fr/2012/10/31/niel-voit-rouge-press/) (10/2012),  Le Monde (http://www.lemonde.fr/actualite-medias/article/2012/11/22/une-journaliste-des-echos-mise-en-examen-apres-une-plainte-de-free-mobile_1794888_3236.html#xtor=AL-32280515) (11/2012).
Il avait également porté plainte contre un universitaire Nouvel Obs (http://tempsreel.nouvelobs.com/economie/20130213.OBS8713/quand-xavier-niel-fait-fouiller-l-ordinateur-d-un-universitaire.html) (02/2013). La justice avait débouté Niel. 

A noter que les faits attaqués ne portent pas sur une violation de la vie privée mais sur des faits liés à la société Free et sur la qualité de son réseau mobile.
Si Free arrive à s’offrir T-Mobile, ce sont des méthodes que Xavier Niel ne pourra pas reproduire aux USA, car cela ferait vraiment très mauvais genre.
Titre: PIF
Posté par: mccob le 12 août 2014 à 12:50:13
En direct du prétoire – N°6 –

Décidemment, l’homme n’aime pas être "chambré" !  Xavier Niel vient encore de porter plainte (ZdNet (http://www.zdnet.fr/actualites/injure-publique-free-attaque-le-directeur-de-l-information-de-sfr-pour-un-tweet-39804331.htm), 28/07) pour injure publique envers un particulier, une qualification qui permet une mise en examen automatique sans instruction préalable. Cette fois, c’est le  patron de la communication de SFR qui a droit. En novembre dernier, celui-ci avait osé se moquer du patron d’Iliad via un tweet :  "Quand le coucou se pose en calimero".

En quoi le tweet est lié à Xavier Niel ?

Il cible clairement Free et Free avait déjà prévenu sur les attaques sur son offre ou son réseau.

Il n'y a qu'à aller le voir le tweet original, après la phrase. Il y a écrit très clairement Free. Cela ne cible donc pas Xavier Niel (surtout que c'était une lettre de Maxime Lombardini à Bouygues).

Et le terme coucou avait déjà été désigné pour attaquer Free et son réseau.
Titre: PIF
Posté par: Nico le 12 août 2014 à 12:51:57
Si Free arrive à s’offrir T-Mobile, ce sont des méthodes que Xavier Niel ne pourra pas reproduire aux USA, car cela ferait vraiment très mauvais genre.
Dans le pays où tout est prétexte à faire un procès ? Je ne suis pas du même avis que toi.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 12 août 2014 à 13:14:32
En quoi le tweet est lié à Xavier Niel ?

Il cible clairement Free et Free avait déjà prévenu sur les attaques sur son offre ou son réseau.

C'est en cela que c'est nul. Il n'a rien à prouver, la réussite commerciale de Free mobile est patente. Il faudrait juste qu'il se détende un peu. Il chambre aussi sur la concurrence et doit accepter la critique.

@nico : et les attaques contre les journalistes et les universitaires ?
Titre: PIF
Posté par: Nico le 12 août 2014 à 13:17:52
Et quoi ? J'ai du mal à croire que ce soit moins bien vu ce genre de procès dans un pays où on fait des procès pour tout ou rien !
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 12 août 2014 à 13:31:47
Liberté de la presse ?
Titre: PIF
Posté par: Nico le 12 août 2014 à 13:33:52
Pas en France ?

Ça s'est produit en France, j'ai du mal à comprendre pourquoi ça aurait moins de chance de se reproduire aux USA.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 12 août 2014 à 13:48:09
Réponse à la c** à une question à la c** : et pourquoi ce serait la cas automatiquement ? Hein, pourquoi ? Dit... 

Sur le fond et c'est le plus important. Cette pratique ou un puissant industriel - et doublé d'un puissant propriétaire d'un groupe de presse - attaque en justice journalistes, universitaires et concurrents n'est pas géniale.
A ce niveau - c'est un personnage public -  faut accepter la critique. D'autant que le personnage n'hésite pas lui-même à la pratiquer.
Le gus peut s'appeler Xavier, Martin ou Nicolas. C'est kif-kif. Les puissants doivent aussi laisser passer les critiques. C'est assez sain comme système .;)   
Titre: PIF
Posté par: Nico le 12 août 2014 à 13:52:08
Enfin ma question c** fait suite à ton affirmation c** si tu veux vraiment jouer à ça.

Tu dis qu'il ne pourra pas faire pareil aux USA, je ne comprend pas. Tu ne semble pas savoir pourquoi non plus, tant pis.

Que tu sois contre cette pratique c'est une chose, mais c'est pas une raison pour écrire ça à mon sens.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 12 août 2014 à 13:54:18
Reste en là, si tu ne comprends pas. Tu vas finir par polluer le fil. Là, c'est déjà beaucoup.
Merci. 
Titre: PIF
Posté par: Nico le 12 août 2014 à 13:55:31
Je ne comprend pas ton affirmation, te demande des explications que tu ne veux pas me donner. Effectivement je vais en rester là.
Titre: PIF
Posté par: K-L le 13 août 2014 à 00:06:56
C'est plutôt une culture différente en fait.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 14 août 2014 à 08:15:21
Ca y est, l’ARCEP va retrouver son pouvoir de sanction (Le Figaro (http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2014/08/03/97002-20140803FILWWW00064-nouvelle-procedure-de-sanction-pour-l-arcep.php) (03/08). Le décret qui manquait a été publié au Journal Officiel. Ce pouvoir avait été censuré en juillet 2013 par le Conseil constitutionnel pour non-respect du principe de séparation des pouvoirs d'instruction et de sanction.

Le Décret
Le texte prévoit que désormais l'instruction préalable à une éventuelle mise en demeure d'un opérateur soit menée par un "rapporteur (...) avec le concours des agents des services de l'Autorité". Ce dernier rédige ensuite un rapport d'instruction, qui est transmis à une autre instance, "la formation de règlement des différends, de poursuite et d'instruction de l'Autorité", qui peut alors procéder à une mise en demeure, si des manquements sont constatés.

"Lorsque la personne en cause ne se conforme pas dans les délais fixés à la mise en demeure ou aux obligations intermédiaires dont elle est assortie", l'Autorité peut alors transmettre le dossier d'instruction et la notification des griefs à une "formation restreinte", qui seule peut prononcer d'éventuelles sanctions, après un délibéré.

Les membres de cette formation restreinte ne doivent pas avoir participé à la préparation des actes de poursuite ou d'instruction et "relèvent de la seule autorité du président" de cette formation, précise le décret.

Dans les faits
Dans les faits, L'ARCEP sanctionne plutôt rarement. Ces dernières années, elle n'a prononcé que deux sanctions: une contre La Poste, d'un montant d'un million d'euros, en décembre 2011 parce qu'elle ne proposait pas d'"offre abordable" pour l'envoi de petits objets, et une autre contre le cablo-opérateur Numéricable également en décembre 2011, d'un montant de 5 millions d'euros. Numéricable avait déposé un recours en nullité devant le Conseil d'Etat, qui a débouché sur la décision du Conseil constitutionnel de juillet 2013.

Free premier sanctionné ?...
Cette nouvelle procédure sera-t-elle utilisée contre Free ? L’ARCEP vient de lancer une enquête et "vérifie que Free est bien sur une trajectoire d'investissement pour tenir ses obligations de couverture de 75% de la population à une échéance très proche, janvier 2015 : c'est demain matin", ajoutant : "A ce stade, on ne sent pas d'enthousiasme à accélérer le calendrier (d'extinction de l'itinérance) chez l'opérateur qui en tire des revenus significatifs (...) Dès 2015, il faudra regarder dans le détail cette extinction par plaque à partir de 2016 ou 2018".

L’ARCEP vient également d’ouvrir une enquête concernant le déploiement de son réseau mobile 3G : "L'Autorité a décidé l'ouverture d'une enquête afin de s'assurer que Free Mobile met en œuvre tous les moyens nécessaires à l'atteinte de son obligation et d'évaluer la réalité d'éventuels obstacles au déploiement".

...D'une mise en demeure ?
De son coté, l’Autorité De La Concurrence souhaite que l’ARCEP mette en demeure Free sur l’itinérance qui lie Free à Orange sur la 2G et la 3G (La Tribune (http://www.latribune.fr/technos-medias/20140710trib000839432/il-faut-mettre-en-demeure-free-sur-l-itinerance-d-orange.html), 11/07) : "L'ARCEP peut mettre en demeure Free. Nous regrettons que rien n'ait été fait depuis notre avis (...) Ce n'est pas le rôle de l'Autorité de la concurrence, c'est un travail de régulation".

La suite dans quelques semaines. Le chemin vers une possible sanction envers Free est encore très long. Vraisemblablement, ce n'est pas cela qui affectera sa part de marché dans le mobile.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 14 août 2014 à 10:01:45
Free veut racheter T-Mobile - Saison 1 - Episode n°6

Le directeur financier de T-Mobile vient de faire un appel du pied à Iliad (WSJ (http://online.wsj.com/articles/t-mobile-cfo-calls-iliad-offer-inadequate-hints-at-openness-to-higher-bid-1407952989), 14/08). Pour lui l’intérêt d'Iliad est "très flatteur", mais "la proposition financière est très insuffisante", mais se montre raisonnablement optimiste : "les gens commencent très rarement avec leur meilleure offre". Il a même flatté "la bête" en précisant que Xavier Niel était un "entrepreneur très impressionnant".

La balle est toujours dans le camps de Free et de ses "partenaires". Va falloir mettre des sousous sur la tatable.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 18 août 2014 à 08:00:41
Consolidation dans les télécoms : suite !

Nouvelle opération autour de Vivendi
Vivendi a des candidats pour acheter GVT sa filiale télécom au Brésil et devenir ainsi un groupe uniquement de médias ou vendeur de contenus.
Le 5 août, Telefonica a émis une offre non-sollicitée de 6,7 milliard d ‘euros (dont 3,6 milliards en numéraires et 12% en actions et un rapprochement entre Vivo et GVT.
De son coté, Telecom Italia pourrait également rentrer dans le jeu, mais dans le cadre d’un partenariat plus large avec Vivendi : une entrée de Vivendi dans le capital de Telecom Italia et un rapprochement de GVT et de TIM Brésil.
Le piquant de l’affaire est que Telefonica est actionnaire de référence de Telecom Italia et que Vivendi vient de vendre SFR et Maroc Telecom pour se désengager des télécoms.
Nous devrions en savoir un peu plus lors de la présentation des comptes de Vivendi le 28 août. Comme pour la vente de SFR, le but de Vivendi va être aussi de faire monter les enchères. En 2009, GVT lui avait coûté 2,8 milliards d’euros ! Reste à savoir qui fera le Numericable et le Bouygues...

Vivendi a du cash
Pour rappel, Vivendi a vendu une grosse partie d’Activision pour 6 milliards d’euros, la vente du solde pourrait lui rapporter 1 milliard. Il a vendu Maroc Telecom pour 4,2 milliards d'euros. 
La vente de SFR va rapporter 17 milliards d'euros dont 13,5 milliards en numéraires, la vente du solde pourrait lui rapporter 4 milliards d’euros.   

Vivendi a dépensé également et a racheté les parts de Lagardère dans Canal+ pour 1 milliard d'euros et va distribuer 5 milliards à ses actionnaires en 2014 et 2015. 

Vivendi se retrouverait alors à la tête d'une trésorerie nette de 10 milliards d'euros ! De quoi de faire quelques emplettes afin de renforcer Canal+ et Universal Music.
Au mois de juin, Canal+ avait fait une offre à Orange pour devenir actionnaire majoritaire de Dailymotion et en en faire une plateforme payante alors qu'Orange ne le voulait pas (Les Echos (http://www.lesechos.fr/tech-medias/medias/0203551733189-coup-darret-a-louverture-du-capital-de-dailymotion-1010860.php), 10/06).
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 19 août 2014 à 08:34:09
LOISIRS NUMERIQUES, QUELQUES CHIFFRES (1) : LA LECTURE DE LA PRESSE

Le quotidien Le Monde (http://medias.blog.lemonde.fr/2014/04/09/presse-ecrite-38-des-lecteurs-lisent-sur-support-numerique/#xtor=RSS-3208) (09/04) a publié un article sur une étude concernant la lecture de la presse et plus spécialement de la presse numérique. La presse numérique n’a pas encore supplantée la presse papier, mais elle s’en rapproche : en moyenne 38 % des lecteurs de 71 grands titres de presse visionnaient leurs contenus sur ordinateur ou Smartphone, en 2013.

Chiffres généraux
Selon cette étude, 57 % des lecteurs de presse écrite lisent sur support papier uniquement ; 22 % consultent uniquement le site Internet, 4 % uniquement les versions mobiles. Point important : 17 % en moyenne sont des «dupliquants», qui lisent sur au moins deux supports, selon One global.
Pour certains titres, le taux de numérisation dépasse 50 % et encore, les tablettes ne sont pas prises en compte. 23 % des Français en sont équipés (leur nombre a doublé en un an), contre 44 % pour les smartphones

L’étude souligne que la numérisation est variable en fonction du titre et du lectorat, il est de :
15 % pour la presse hebdomadaire régionale (PHR),
31 % pour la presse féminine,
35 % pour le people,
37 % pour la presse télévision,
49 % pour la presse quotidienne régionale,
54 % pour les quotidiens nationaux,
57 % pour les newsmagazines.

Les Quotidiens et les hebdomadaires
Sur 30 jours, parmi les quotidiens : Le groupe Le Figaro (16,5 millions de lecteurs) a ainsi 8,4 millions de lecteurs papier, 9,4 sur Internet fixe et 3 sur mobile ; Le Monde (15 millions) a 8,8 millions de lecteurs papier, 7,9 sur Internet fixe et 3,1 sur mobile. Libération (7,4 millions) a 4,4 millions de lecteurs papier, 3,4 sur internet fixe et 986 sur portable. L’Equipe (12,7 millions) a 9,5 millions de lecteurs papier, 4,6 sur internet fixe et 2,9 sur portable.
Parmi les newsmagazines : Le Nouvel Observateur (13,2 millions de lecteurs dont Rue89.com - groupe Le Monde) ou L’Express (11,3 millions) ont également plus de lecteurs numériques que papier.

Les autres
Paris-Match a 11,8 millions de lecteurs (dédupliqués) mais seulement 1 million environ de numériques. Femme actuelle, première marque de presse dans cette étude, a 16,6 millions de lecteurs mais "seulement" 4 millions sur support numérique.
Parmi les titres "télévision", Télé Loisirs a 14,6 millions de lecteurs et près de 10 millions de lecteurs numériques. Télé 2 Semaines a lui 10 millions de lecteurs mais pas plus de 1,5 millions de numériques.

Le détail de l’étude est à lire ici (http://www.audipresse.fr/node.php?id=1220&elementid=2077)
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 20 août 2014 à 08:18:29
LOISIRS NUMERIQUES, QUELQUES CHIFFRES (2) : LA DIFFUSION PAYEE DE LA PRESSE
La baisse des ventes papier de la presse quotidienne se poursuit, et le numérique a du mal à prendre le relais. Si la lecture se porte bien, les ventes elles ne décollent pas. Les ventes représentent plus de 10% du total pour quelques titres de la presse nationale, la presse magazine et la presse régionale sont à deux taux anémiques.
Il n’y a que 4 quotidiens nationaux qui "tirent" ce marché : Le Monde, Les Echos, Libération et Le Figaro. 

Quelques chiffres
Pour Le Monde, au 31 décembre 2013, il y avait 34 400 ventes numérique quotidiennes (abonnés ou non) contre 25 800 à fin 2012. Pour Les Echos, c'est 15 000 contre 9 800 à fin 2012. Pour Libération, 10 600 contre 8 900 à fin 2012. Pour Le Figaro, 12 000 contre 7 300 à fin 2012 pour Le Figaro et 4 500 pour l’Equipe.

Pour Les Echos cela représente 16,5% de ses ventes (10,5% à fin décembre 2012), 15,7% pour Le Monde (10,6% à fin décembre 2012), 14,8% pour Libération (10,4% à fin décembre 2012) et 5,26% pour le Figaro (2,8% à fin décembre 2012) et 2,3% pour l’Equipe.

Derrière, ce n’est pas terrible. C’est 1,3% pour Le Parisien avec 3000 exemplaires et 698 exemplaires pour Ouest France le quotidien qui vend 733 000 exemplaires par jour.

Au niveau des magazines, c’est Capital qui s’en sort le mieux avec 6000 diffusions soit 2,4% de ses 250 000 exemplaires vendus, derrière c’est Le Point avec 7000 diffusions soit 2,0% et Elle avec 5200 diffusions soit 1,7%.

Le remplacement du format papier par le format numérique n’est pas encore pour tout de suite.

Sources : L’OJD (http://www.ojd.com/Chiffres/Etudes-et-syntheses/Classement-DDT) (1), L’OJD (http://www.ojd.com/Chiffres/Etudes-et-syntheses/Classement-DDM) (2).
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 28 août 2014 à 08:38:09
Vivendi va examiner aujourd'hui l'offre de Telecom Italia et celle de Telefonica sur GVT la filiale brésilienne de Vivendi. Reuters (http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2014/08/28/97002-20140828FILWWW00050-vivendi-etudiera-aujourd-hui-la-reprise-de-gvt.php) fait le point :

"Vivendi a annoncé aujourd'hui que son conseil de surveillance étudiera dans la journée les offres formulées par Telecom Italia et Telefonica pour le rachat de sa filiale brésilienne de téléphonie GVT.
Dans un communiqué, Vivendi indique que l'offre de l'opérateur télécoms italien valorise GVT à 7 milliards d'euros et que celle de l'opérateur espagnol valorise cette filiale à 7,45 milliards.
Vivendi ajoute que les deux offres financières sont assorties de propositions de partenariat dans les contenus. Le groupe français indique que l'offre de Telecom Italia expire le 10 septembre et celle de Telefonica le 29 août.
"

L'offre de Telecom Italia prévoit de faire entrer Vivendi dans son capital à hauteur de 20%.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 28 août 2014 à 17:49:59
C'est Telefonica qui rentre en négociation exclusive avec Vivendi pour acheter GVT. Comme Bouygues Telecom, Telecom Italia aura juste servi à faire monter le prix initial de l'opérateur historique espagnol. 

Selon le communiqué (http://www.vivendi.fr/analystes-investisseurs/communiques-de-presse/resultats-semestriels-2014-conformes-aux-attente-entree-en-negociations-exclusives-avec-telefonic-pour-la-reprise-de-gvt/) publié par Vivendi : "L’offre de Telefonica du 28 août repose sur une valeur d’entreprise de GVT de 7,450 milliards d’euros. Elle comprend une partie en numéraire de 4,663 milliards d’euros et une partie en titres de Telefonica Brasil (12 % du capital), dont un tiers environ peut être échangé, à l’option de Vivendi, contre une participation de 5,7 % du capital et 8,3 % des droits de vote de Telecom Italia. Cette offre expire le 29 août 2014."

"Le prix proposé par Telefonica a été considéré comme particulièrement attractif, dégageant une plus-value de plus de 3 milliards d’euros.  Les autres conditions de l’offre, limitant au strict minimum le risque d’exécution de l’opération et les engagements de Vivendi postérieurs à la vente, répondent également aux objectifs de Vivendi."

En échange, Vivendi va donc rentrer au capital de Telecom Italia pour 5,7% et va donc rester au capital de SFR pour 20%. Une poire pour la soif ?
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 29 août 2014 à 08:06:12
Free veut racheter T-Mobile - Saison 1 - Episode n°7

Pour une poignée de dollars...

Deutsche Telekom vient de relancer le dossier T-Mobile en fixant un prix de vente de 35$ par action, ce qui valorise sa part à 19 milliards de dollars et celle de T-Mobile à 28 milliards de dollars. Iliad a fait une offre à 33 dollars par action soit 15 milliards de dollars mais sur seulement 56,6% du capital de T-Mobile.

A 35 dollars par action, Iliad n’aurait besoin que de 660 millions de dollars supplèmentaires pour le même pourcentage de 56,6%. Free doit donc trouver 4 milliards de dollars…
 
Le quotidien Les Echos du jour rappelle que la valeur de T-Mobile baisse après chaque refus d’achat. T-Mobile était à 40 milliards de dollars lors de la tentative de rachat par ATT, puis de 30 milliards pour Sprint et maintenant 28 milliards.

Iliad connait donc le prix à mettre pour rafler la mise. Seul ou avec des partenaires ? Iliad serait à la recherche de partenaires afin de boucler le tour de table.

Free présente ses résultats trimestriels en fin d’après-midi. Une occasion de faire le point sur cette opération ?
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 01 septembre 2014 à 13:01:23
Free veut racheter T-Mobile - Saison 1 - Episode n°8

C'est la rentrée et cela s'agite...

Selon Reuters (http://fr.reuters.com/article/frEuroRpt/idFRWEA00F1H20140901) : "Iliad a reçu des marques d'intérêt de la part d'acteurs industriels et d'investisseurs en vue d'un partenariat dans le cadre de cette opération.".
Selon Challenges (http://www.challenges.fr/entreprise/20140901.CHA7140/iliad-chute-en-bourse-apres-un-premier-semestre-moins-bon-que-prevu.html) : "Iliad envisage une augmentation de capital "de 2 milliards d'euros maximum" pour financer l'opération, avec un prix maintenu à 33 euros par action de T-Mobile US, tandis que la part du capital de l'opérateur américain acquise pourrait être augmentée.".
Selon Les Echos (http://www.lesechos.fr/journal20140901/lec2_high_tech_et_medias/0203734831040-iliad-a-la-recherche-de-co-investisseurs-pour-son-offre-sur-t-mobile-us-1037753.php?xJsUTl6BAaySDio8.99) : "Toutefois, le 12 septembre, la situation va se clarifier.C'est en effet à cette date que débutera le processus d'enchères de fréquences AWS-3 aux Etats-Unis. Les opérateurs auront alors l'interdiction de lancer des opérations capitalistiques pendant plusieurs mois. Ils doivent donc sortir du bois avant cette date, sinon Iliad restera seul en lice. S'il n'y a pas de deuxième candidat, Deutsche Telekom pourrait accueillir l'offre d'Iliad avec davantage de bienveillance.".

Bref, c'est compliqué, mais cela commence à s'éclaircir : Iliad va juste devoir mettre le prix et Deutsche Telekom veut vendre.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 10 septembre 2014 à 09:15:45
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°90

Vivendi a du cash
Pour rappel, Vivendi a vendu une grosse partie d’Activision pour 6,6 milliards d’euros, la vente du solde pourrait lui rapporter 1 milliard. Il a vendu Maroc Telecom pour 4,2 milliards d'euros. 
La vente de SFR va rapporter 17 milliards d'euros dont 13,5 milliards en numéraires, la vente du solde pourrait lui rapporter 4 milliards d’euros.   

Vivendi a dépensé également et a racheté les parts de Lagardère dans Canal+ pour 1 milliard d'euros et va distribuer 5 milliards à ses actionnaires en 2014 et 2015. 

Au 30 juin, sa dette financière nette atteignait 7,9 milliards d’euros, contre 17,4 milliards un an auparavant. Mais d’ici à la fin de l’année, les compteurs vont largement revenir dans le vert. Une fois que toutes les cessions auront été finalisées, Vivendi n’aura plus de dette mais un compte en banque bien rempli.

Après la vente de SFR et GVT, Vivendi se retrouverait alors à la tête d'une trésorerie nette de 10 milliards d'euros ! De quoi de faire quelques emplettes afin de renforcer Canal+ et Universal Music.
Au mois de juin, Canal+ avait fait une offre à Orange pour devenir actionnaire majoritaire de Dailymotion et en en faire une plateforme payante alors qu'Orange ne le voulait pas (Les Echos (http://www.lesechos.fr/tech-medias/medias/0203551733189-coup-darret-a-louverture-du-capital-de-dailymotion-1010860.php), 10/06).

Le nouveau patron de Vivendi – Vincent Bolloré a déclaré (Les Echos (http://www.lesechos.fr/tech-medias/medias/0203731377736-vivendi-va-devenir-un-groupe-tres-riche-1036888.php?Jeqs0ex2kvApkBqL.99) (29/08) à l’occasion de la présentation des résultats du groupe que : «Vivendi entame une nouvelle phase de construction et entend devenir un groupe industriel intégré orienté vers les médias et les contenus. Il a pour objectif un développement par la croissance organique de ses filiales et leur étroite collaboration, tout en ne s’interdisant pas de détenir des positions minoritaires dans des sociétés alliées pour distribuer des contenus».

Numericable
Cela ne s’arrange (Le Figaro (http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2014/08/29/97002-20140829FILWWW00191-le-92-demande-45-m-a-numericable.php) (29/08) pas pour le déploiement de la Fibre Optique dans le département des Hauts de Seine. Car Le conseil général des Hauts-de-Seine exige 45 millions d'euros à Numericable.

Il y a deux mois(silicon.fr (http://www.silicon.fr/fibre-hauts-seine-attendra-95064.html), 17/06) le Conseil Général des Hauts-de-Seine avait officiellement lancé une procédure de "règlement de différends" contre la société : "Cette procédure amiable prévue au contrat, a été décidée suite aux retards importants pris dans la construction du réseau départemental en fibre optique THD Seine par le délégataire Sequalum". Cette démarche n’ayant pas abouti, le département prévoit d'éventuellement résilier son contrat pour faute. Les 45 millions d'euros demandés sont donc des pénalités de retard. Numericable ne se laisse pas faire puisqu'il a lui aussi demandé la résiliation du contrat et une procédure de règlement de différend. Des négociations vont-elles s’ouvrir ?

Filiale à 80% du groupe Numericable (le reste du capital étant détenu pour par Eiffage par SFR Collectivités), Sequalum s’est vu attribuer en 2007 une concession de 25 ans pour le déploiement et l’exploitation de la fibre optique sur l’ensemble du département des Hauts-de-Seine pour un budget de 422 millions d’euros, financé à hauteur de 59 millions par le Conseil général. Soit 2 600 kilomètres de fibre optique à déployer sur 36 communes pour raccorder 750 000 foyers et 80 000 entreprises et infrastructures publiques. Le tout devait être livré fin 2015. En juin 2013, seules 200 000 prises optiques avaient été déployées.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 16 septembre 2014 à 08:16:13
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°91

Free veut racheter T-Mobile - Saison 1 - Episode n°9
Le terrain est dégagé pour Free (Les Echos (http://www.lesechos.fr/tech-medias/hightech/0203773085219-free-a-quelques-semaines-devant-lui-pour-ameliorer-son-offre-sur-t-mobile-us-1042069.php?UrQR7RiqlyPuT9Xg.99),12/09). Mais pour quelques mois seulement, car depuis vendredi le secteur télécom doit rester muet en raison de la mise aux enchères de nouvelles fréquences dans la téléphonie mobile et donc Free n'aura pas de concurrents pour racheter T-Mobile pendant cette période.

A noter que Sprint n’est pas acheteur de nouvelles fréquences. Free va donc devoir passer à la vitesse supérieure afin de trouver des partenaires et améliorer son offre. Si Free ne s’en sort pas, Dish pourrait sortir du bois à l’issue de cette période de tranquillité. En tout cas,  Tom Wheeler, le chef de la FCC (L’ARCEP local) semblerait préférer (Electron Libre (http://electronlibre.info/tom-wheeler-aide-xavier-niel/) (10/09) une offre qui ne remette pas en cause la présence de 4 opérateurs mobiles.

Dernières nouvelles du rachat de SFR par Numericable (8)
Comme on pouvait s’y attendre le rachat de SFR par Numericable pose un gros problème de concurrence sur l’Ile de La Réunion.
A ce jour trois opérateurs sont présents à Mayotte et à La Réunion : Orange, SFR via SRR et Numericable via Outremer Telecom (IZI et Only).  Orange détient 33% (+/- 353 000 clients)  du marché du mobile, SRR 56% (+/- 600 000 clients) et Outremer Telecom 11% (/+- 118 000 clients). Le nouvel ensemble pèserait donc 67% du marché, trop pour l’autorité De La Concurrence.

Selon BFM (http://bfmbusiness.bfmtv.com/entreprise/le-rachat-de-sfr-par-numericable-pose-un-casse-tete-a-la-reunion-832387.html) (05/09), l’ADLC pourrait imposer des conditions favorables aux opérateurs mobiles virtuels de l'île. L'ADLC pourrait imposer la revente d'un des réseaux mobiles et/ou d'une partie des clients.
Numericable serait prêt à d'importantes concessions et envisagerait de revendre un des deux réseaux mobiles avec sa clientèle, le plus petit, la filiale d'Outremer Telecom dans les deux îles.Reste à savoir à qui ? Free qui n’est pas présent mais à d’autres chats à fouetter ou Médiaserv qui vient d’être racheté par Canal+ ?
Titre: PIF
Posté par: vivien le 16 septembre 2014 à 08:22:36
Only a vendre ?

Je regretterait ses pub :
ON by only GUYANE BUS (https://www.youtube.com/watch?v=EX_g-cPa8ZQ#ws)

"En mode ON". Le CLIP de "ON by only" (https://www.youtube.com/watch?v=CcEuIJ_h2eM#ws)
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 16 septembre 2014 à 08:43:34
C'est vrai que ce niveau de ringardise est grandiose  :)
Titre: PIF
Posté par: Nico le 16 septembre 2014 à 20:52:14
Génialissime !
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 17 septembre 2014 à 08:19:12
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°92

Orange en Espagne
L’opérateur est en lice pour racheter l'opérateur fixe espagnol Jazztel le dernier opérateur indépendant du marché espagnol qui est le troisième opérateur espagnol de téléphonie fixe et quatrième en ADSL.

Orange a annoncé lundi 15 septembre au soir qu'il allait lancer une offre publique d'achat (OPA) amicale sur 100 % de l'opérateur de télécoms Jazztel en Espagne, pour un total de 3,4 milliards d'euros.

Une telle acquisition permettrait à Orange de faire des offres convergentes dans le fixe et le mobile et de concurrencer Vodafone après son rachat du câblo-opérateur Ono. Orange pourrait également racheter la Yoigo la filiale espagnole de TeliaSonera. Orange est le troisième opérateur mobile en Espagne derrière Telefonica et Vodafone. L’opération pourrait être bouclée pour le premier trimestre 2015 si elle reçoit l’accord de l’Autorité de la Concurrence espagnole.

Selon Stéphane Richard cette acquisition( la plus importante d’Orange depuis 10ans) ne devrait pas en empêcher d’autres : "Nous ne sommes pas sur des ordres de grandeur qui font qu'a priori nous devons faire un arbitrage. Nous n’aurons pas de difficulté à financer une autre opération si elle est créatrice de valeur".

Source : La Tribune (http://www.latribune.fr/depeches/reuters/2014-09-15/orange-serait-proche-d-un-accord-pour-le-rachat-de-jazztel.html) via Reuters (15/09), Les Echos (http://www.lesechos.fr/tech-medias/hightech/0203781079314-avec-jazztel-orange-veut-accelerer-dans-le-tres-haut-debit-en-espagne-1043228.php) (17/09).

Orange et offensive Bouygues
A l’occasion des célébrations d’Orange pour les 20 ans de la marque, Stéphane Richard est revenu sur l’offensive tarifaire de Bouygues : "relativisons les choses, il y a sur le marché du fixe très peu de ce qu’on appelle le "churn", c’est à dire le zapping d’opérateurs de la part des abonnés et il n’y en a pas plus depuis le lancement de l’offres de Bouygues.".
Pour lui, Bouygues capte des nouveaux abonnés et très peu de clients d’autres opérateurs : "ce phénomène tant qu’il est limité à cela, n’alarme pas plus que ça les opérateurs.(…) personne, aucun des trois autres n’a baissé ses prix (hors de question de "baisser les prix de l’abonnement fixe, qui sont déjà très bas. [...] Je ne souhaite pas qu’Orange suive ce mouvement.".
A ce jour la concurrence répond uniquement par des promotions plus ou moins régulières. Cela sera-t-il suffisant ? Ce sera le cas, sauf si Bouygues arrive à reprendre des parts de marché significatives dans les prochains mois. 

Source : L’Express (http://lentreprise.lexpress.fr/actualites/1/actualites/orange-fete-les-20-ans-de-sa-marque-son-pari-pour-l-avenir_1574384.html#0frr8QCfMcG0vYd6.99) (09/09).

Orange et Skyrock
Mauvaise nouvelle pour l’opérateur qui à totalement déprécié la valeur de Skyrock. Coût : 20 millions d’euros. Pour rappel, à la demande du gouvernement, Orange était rentré au capital de la radio en 2011, alors qu’il souhaitait se désengager des contenus. Depuis Orange n’a strictement rien fait de ce rachat et on connaît déjà ses difficultés à faire quelque chose de Dailymotion.

Source : BFM (http://bfmbusiness.bfmtv.com/entreprise/orange-deprecie-a-zero-son-investissement-dans-skyrock-832944.html) (09/09)
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 18 septembre 2014 à 07:50:02
Consolidation des télécoms en France, ou en est-on ? La publication des résultats des uns et des autres a permis à chacun de faire le point tant du coté des acheteurs potentiels français : Orange et/ou Free que du coté du vendeur potentiel Bouygues Telecom. Sachant que l’ARCEP et l’ADLC sont plutôt favorable à une consolidation sous conditions. 
A ce jour, les déclarations des uns et des autres indiquent que le dossier n’est pas définitivement clos, mais qu’il est plutôt mis en parenthèse. Comme d’habitude il faudra un vendeur et un acheteur avec le prix qu’il faut, sachant que les régulateurs ne sont plus fermés au sujet.   
Petit rappel des déclarations des uns et des autres. 

Orange : la patience
Stéphane Richard a fait le point lors d’un entretien à Europe1 (http://www.europe1.fr/mediacenter/emissions/benjamin-petrover/sons/stephane-richard-le-passage-de-quatre-a-trois-operateurs-est-ineluctable-1936727) (02/09) et à France24. C’est toujours le même constat : "Sur le marché français, on ne pourra pas rester durablement à quatre opérateurs (...) La taille du marché ne le justifie pas (…) Vous avez des investissements énormes à faire (…) Ce n'est pas pour autant que la consolidation va se faire. Pour qu'elle se fasse, encore faut-il que les opérateurs trouvent des accords pour ce faire. Ça n'a pas été le cas jusqu'à maintenant (…) On ne reprend pas de négociations avec Bouygues, pour le moment, on ne négocie avec personne.". 

Lors d’un forum économique à Aix, Stéphane Richard s’était expliqué plus précisèment (Le Figaro (http://www.lefigaro.fr/secteur/high-tech/2014/07/05/01007-20140705ARTFIG00105-orange-n-exclut-pas-de-reetudier-le-rachat-de-bouygues.php), 05/07) sur la suite : "n'exclut pas de revenir sur le dossier Bouygues, mais uniquement si on le sollicite (…) si quelqu'un d'autre décide de le faire et nous sollicite pour, peut-être, permettre d'élaborer une offre qui peut satisfaire Bouygues, bien sûr qu'on regardera.".

Pour lui (Bfm (http://bfmbusiness.bfmtv.com/entreprise/stephane-richard-orange-critique-la-toute-puissance-d-applebr-833218.html), 09/09) :  "à défaut de consolidation au niveau des entreprises, il y aura une consolidation au niveau des réseaux (…) Toutes les combinaisons sont possibles, à part une mutualisation entre Orange et SFR.". Pense-t-il au futur appel d'offre sur la bande des 700Mhz de 2015/2016 ?

Free : d’abord l’Amérique
Pour le directeur financier de Free le rachat de Bouygues Telecom "n’est plus à l’ordre du jour (...) En France, nous sommes désormais concentrés sur une configuration de marché à quatre opérateurs, qui nous convient parfaitement.".
Plus "brutal", Xavier Niel avait déclaré début août au Wall Street Journal (http://blogs.wsj.com/corporate-intelligence/2014/08/01/qa-iliads-founder-explains-his-audacious-t-mobile-bid/) (01/08) que Free serait intéressé de racheter des petits bouts de Bouygues si seulement si Orange se lançait : "In France, we could still buy little bits of Bouygues Telecom if Orange SA decides to renegotiate. But everything depends on the price that Bouygues would sell. We are not bothered by staying in a market with four mobile players.”.

Bouygues Telecom : tenir la distance et le rythme
Début août, la position de Bouygues Telecom a été rappelé officiellement dans un communiqué (http://www.bouygues.com/wp-content/uploads/2014/08/CP_Declaration-Bouygues_04aout2014.pdf) : "Suite aux récentes déclarations parues dans la presse, Bouygues rappelle que Bouygues Telecom poursuit la mise en place de son plan de transformation annoncé le 11 juin 2014 visant à lui garantir un avenir autonome. De plus, le Groupe n’a reçu à ce jour aucune offre de rachat pour sa filiale Bouygues Telecom.". 

Martin Bouygues s’est également confié au quotidien La Tribune (http://www.latribune.fr/technos-medias/20140828trib000846326/bouygues-telecom-a-toutes-les-chances-de-reussir-en-solo-selon-martin-bouygues.html) (28/08) : "Nous n'avons pas reçu d'offre, il ne s'est rien passé pendant l'été (…) Nous avons souffert" mais Bouygues Telecom "déploie avec succès sa stratégie offensive (et) dispose des atouts nécessaires pour retrouver une compétitivité accrue sur un marché à quatre acteurs.".

A suivre...
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 22 septembre 2014 à 07:51:47
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°93

Free veut racheter T-Mobile - Saison 1 - Episode n°10
Free poursuit ses recherches afin de compléter son offre pour le rachat de T-Mobile US. Cette fois selon le quotidien (Les Echos (http://www.lesechos.fr/tech-medias/hightech/0203791670850-iliad-tranchera-mi-octobre-sur-le-rachat-de-t-mobile-us-1044783.php?XKiVp921dXpt5kF6.99),20/09) qui cite l’agence Reuters, Free négocierait avec des fonds d’investissements afin de lever 6 milliards de dollars, mais également avec des banques américaines. 
Free se donne jusqu’à mi-octobre pour clore le dossier. Il va falloir qu’Iliad donne un second souffle à son offre, car le temps file...

Pour rappel : «Le groupe créé par Xavier Niel a présenté fin juillet un projet d’offre sur 56,6% de T-Mobile US, le quatrième opérateur mobile des Etats-Unis pour 33 dollars par action, un prix jugé trop bas par Deutsche Telekom, qui détient 66% de T-Mobile US. T-Mobile US, Iliad et KKR ont refusé de commenter ces informations. Deutsche Telekom n’a pu être joint dans l’immédiat..

Dernières nouvelles du rachat de SFR par Numericable (9)
C’est fait (Les Echos (http://bourse.lesechos.fr/infos-conseils-boursiers/infos-conseils-valeurs/infos/vivendi-signe-la-vente-de-gvt-entre-chez-telecom-italia-1000291.php), 19/09), Vivendi va vendre sa filiale brésilienne GVT à Téléfonica. Vivendi va recevoir directement 4,66 milliards d’euros en cash ainsi qu’une participation dans Telecom Italia pour une valeur d’un milliard d’euros et 7,4% de Telefonica Brésil pour une valeur de 2 milliards. La présence en Italie devrait permettre à Vivendi d’y vendre ses contenus.

La vente de GVT devrait être bouclée d'ici la fin du premier semestre de l'an prochain et doit encore recevoir le feu vert des régulateurs des télécoms et de la concurrence du Brésil.

Vivendi a vendu une grosse partie d’Activision pour 6,6 milliards d’euros, la vente du solde pourrait lui rapporter 1 milliard. Il a vendu Maroc Telecom pour 4,2 milliards d'euros. La vente de SFR va rapporter 17 milliards d'euros dont 13,5 milliards en numéraires, la vente du solde pourrait lui rapporter 4 milliards d’euros.
   
Vivendi a dépensé également et a racheté les parts de Lagardère dans Canal+ pour 1 milliard d'euros et va distribuer 5 milliards à ses actionnaires en 2014 et 2015. 

Au 30 juin, sa dette financière nette atteignait 7,9 milliards d’euros, contre 17,4 milliards un an auparavant. Mais d’ici à la fin de l’année, les compteurs vont largement revenir dans le vert. Une fois que toutes les cessions auront été finalisées, Vivendi n’aura plus de dette mais un compte en banque bien rempli.
Après la vente de SFR et GVT, Vivendi se retrouverait alors à la tête d'une trésorerie nette de 10 milliards d'euros !
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 29 septembre 2014 à 07:56:02
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°94

Rachat de Jazztel par Orange
Si Orange arrive à racheter Jazztel, détiendrait une part de marché de 26,2 % dans le fixe et de 25,1 % dans celui de la téléphonie mobile. Il deviendrait le deuxième opérateur sur le fixe et le troisième sur le mobile. Le rachat pourrait rapporter 1,3 milliards d’euros. Auparavant Orange devra débourser 3,3 milliards et attendre les avis des différents régulateurs.
C’et la plus grosse opération d’Orange depuis 10 ans. 

(https://lafibre.info/images/adsl/201409_orange_jazztel.gif)

Fin de la régulation pour les tarifs dégroupés ?
C’est Reuters (http://fr.reuters.com/article/technologyNews/idFRKCN0HJ0DZ20140924) qui raconte, la Commission européenne est près de déplafonner les tarifs que les grands opérateurs de télécommunications appliquent à leurs homologues de taille inférieure pour qu'ils puissent accéder à leurs réseaux. L’adoption officielle serait pour mi-octobre.
Les grands groupes de télécoms européens jugent que cette initiative va permettre de doper l'investissement dans le haut débit afin de rattraper leurs homologues américains, beaucoup plus en avance sur leurs infrastructures. Pour les plus petits opérateurs, c’est le consommateur qui pourrait en faire les frais.
A la demande de l’Italie, La fin roaming pourrait être également retardée et ne plus prendre fin en décembre 2015. 

L’ARCEP se fâche et se lache
Dans un communiqué, l’ARCEP a déclaré qu’elle avait ouvert 19 procédures d’instruction à l’encontre de 11 opérateurs fixes et mobiles "pour des faits susceptibles de constituer des manquements aux obligations afférentes à leurs activités". L’Arcep ne donne aucun détail sur qui est accusé de quoi. Elle souligne cependant que les procédures "portent notamment sur le déploiement des services mobiles, en particulier dans les zones les moins denses du territoire".

L’instruction ne vaut pas condamnation et peut aboutir à un non-lieu ou à une mise en demeure des opérateurs, qui doivent alors "se mettre en règle avec leurs obligations dans un délai determiné". En cas de non respect de celles-ci dans les délais prescrits, l’Autorité pourra prononcer des sanctions. Bref, le chemin (http://www.forum-orange.com/forums/viewtopic.php?pid=706458#p706458) est long.

L’ARCEP n’a prononcé que deux sanctions ces dernières années : contre La Poste, d’un montant d’un million d’euros, en décembre 2011, et contre Numericable, également en décembre 2011, d’un montant de cinq millions d’euros. Cette dernière avait été annulée par le Conseil Constitutionnel.
Pour rappel, l’ADLC souhaite (http://www.forum-orange.com/forums/viewtopic.php?pid=706369#p706369) que l’ARCEP mette en demeure Free sur son déploiement 3G.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 01 octobre 2014 à 06:39:01
Dernières nouvelles du rachat de SFR par Numericable (10)

Cela se précise pour le rachat de SFR par Numéricable. Le quotidien Les Echos (http://www.lesechos.fr/tech-medias/hightech/0203811066284-fusion-sfr-numericable-les-quatre-points-litigieux-qui-sont-scrutes-par-lautorite-1047212.php) (26/09) annonce les 4 points qui poseraient un réel problème pour l’Autorité De La Concurrence. Afin de déminer le terrain, l’ADLC organise une réunion le 8 octobre avec l’ensemble des protagonistes concernés et la décision finale est attendue pour le 30 octobre.

Les points problématiques sont les suivants. Ils devraient être relativement simples à résoudre pour Numericable, d’autant qu’un délais devrait être accordé pour lever les points les plus lourds. 

1 - Monopole Outre-Mer
Dans le mobile, le nouvel ensemble devrait peser 70% sur l’Ile de la Réunion et 90 à Mayotte. Il va donc falloir céder un opérateur mobile du nouveau groupe. C’est Outremer Telecom qui pourrait être cédé. L’ADLC se pose la question également sur le fixe.

2 - Régulation du cable
La position monopolistique de Numericable sur le très haut débit serait renforcée, le nouveau groupe serait à 53% de parts de marché (43,6% pour Numericable et 9,6% pour SFR). Sur la câble, dans les zones où il n’y a pas de concurrence L’ADLC pourrait imposer à Numericable des conditions d’accès acceptables pour les opérateurs concurrents.

3- Conflit d’intérêt avec Vivendi
Dans l’accord de vente, Vivendi doit conserver 20% du capital du nouvel ensemble. C’est trop pour l’ADLC qui craint des conflits d’intérêts autour de la télévision payante du groupe Canal+. La solution serait d’encadrer la nomination des administrateurs de Vivendi, à l’image de ce qu’avait proposé l’ADLC pour la nomination des administrateurs de Canal+ au CA d’OCS. 

4 - Marché des entreprises
Là aussi le rachat entraine une moindre concurrence avec la fusion de Completel et de SFR entreprise en compétition avec Orange. Selon les derniers chiffres de l'Institut de l'audiovisuel et des télécoms (Idate) Orange représente 63% du marché des entreprises, SFR business team 21%, Bouygues Télécom 6%, Completel 4% (propriété de Numericable), Colt 3%, le reste 3%. La solution pourrait être de vendre des infrastructures, mais pas Completel.
Qui sera l’acheteur ?

Tout cela ne devrait pas empêcher la naissance d’un nouveau géant français, car il faudra également compter avec l’intégration de Virgin Mobile. Cela lui permettra d’avoir 33% de pdm dans le mobile et 25% sur le fixe (dont 53% sur le très haut débit). ll restera au nouvel ensemble à se mettre en mouvement et ne pas trop voir filer de clients.   
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 03 octobre 2014 à 07:59:58
Free veut racheter T-Mobile - Saison 1 - Episode n°11

Iliad prévoit de faire une offre sur une part plus importante de T-Mobile US que celle qu'il s'était proposé de racheter en juillet, rapporte l'agence Bloomberg ce jeudi, citant des sources proches du dossier (Les Echos (http://www.lesechos.fr/tech-medias/hightech/0203828332589-iliad-ferait-une-offre-sur-une-part-plus-importante-de-t-mobile-1049324.php?CIQZMm96ayOvR0sI.99), 02/10).

Free se donne jusqu’à mi-octobre pour clore le dossier. selon le quotidien (Les Echos (http://www.lesechos.fr/tech-medias/hightech/0203791670850-iliad-tranchera-mi-octobre-sur-le-rachat-de-t-mobile-us-1044783.php?XKiVp921dXpt5kF6.99),20/09) qui cite l’agence Reuters, Free négocierait avec des fonds d’investissements afin de lever 6 milliards de dollars, mais également avec des banques américaines. 

Pour rappel, Iliad a présenté fin juillet une offre sur 56,6% de T-Mobile US, le quatrième opérateur mobile des Etats-Unis pour 33 dollars par action. Un prix jugé trop bas par Deutsche Telekom, qui détient 66% de T-Mobile US.

Si Free réussit à racheter T-Mobile US a quelle concurrence va-t-il se frotter ?
Sources : Le Times (04/08), Les Echos. Kal-L de GenerationCable.Net

Sur le fixe
(https://lafibre.info/images/adsl/201410_fixe-usa.png)

Time Warner est en cours de rachat par Comcast qui représentera 30%. 1,4M de clients Comcast passera chez Charter et 2,5M de clients migreraient dans une société Charter/Comcast nommée pour l'instant SpinCo).

Sur le mobile
Coté mobile, Verizon (48,8%) et ATT (24,4%) qui détiennent plus de 73% du marché et comptent respectivement 200 et 110 millions d’abonnés. Et deux costauds, Sprint et T-Mobile 50 millions de clients chacun (12,1% chacun).
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 06 octobre 2014 à 08:38:45
Free veut racheter T-Mobile - Saison 1 - Episode n°12
Selon Les Echos (http://www.lesechos.fr/journal20141006/lec2_entreprise_et_marches/0203832626648-free-sur-le-point-de-deposer-une-nouvelle-offre-sur-t-mobile-us-1050168.php?Sy1X2oEqYp2qdVuT.99), cela semble se préciser pour la contre-offre d'Iliad sur T-Mobile US. Il aurait bouclé son tour de table avec deux fonds d'investissements : KRR et Blackstone.Ce serait donc pour reprendre l'ensemble du capital avec le même montant de 33$ par action. 
Toujours selon le quotidien qui cite un proche du dossier, pas de partenaires industriels car "Cela faisait trop de personnes à gérer pour une telle opération".

Reste à savoir si Deutsche Telekom est toujours vendeur et si oui si l'offre d'Iliad sera assez convaincante financièrement. Iliad s'est donné jusqu'à mi-octobre pour clore son offre.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 13 octobre 2014 à 21:02:05
Free veut racheter T-Mobile - Saison 1 - Episode n°13
Free jette l’éponge aux Etats-Unis (lesEchos (http://www.lesechos.fr/tech-medias/hightech/0203855788748-free-jette-leponge-aux-etats-unis-1053143.php), 13/10)
Cela va-t-il relancer la consolidation en France ?
Fin de la série ! L'épisode 13 a été fatal...
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 14 octobre 2014 à 07:56:18
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°95

Rapprochement ARCEP/CSA
Alors que François Hollande a relancé cette idée, lors d’un colloque organisé dans ses locaux, pour le président de l’ARCEP - Jean-Ludovic Silicani – (Les Echos (http://www.lesechos.fr/journal20141010/lec2_high_tech_et_medias/0203845891429-larcep-rejette-tout-projet-de-fusion-avec-le-csa-1051955.php), 09/10)  cela ne se pose pas : "attention à ne pas réduire Internet et les réseaux de communications électroniques au transport des seuls médias audiovisuels". Le débat ne fait que commencer et en janvier 2015, Jean Ludovic Silicani arrivera à la fin de son mandat à l’ARCEP, son pouvoir de persuasion va devenir infime... 

Orange et les fréquences 700Mhz
La directrice exécutive d’Orange- Delphine Ernotte-Cunci – s’est exprimée au sujet des futures enchères sur la bande des 700 MHz (Silicon (http://www.silicon.fr/les-700-mhz-belles-frequences-orange-98663.html), 08/10) : "Les fréquences, c’est le pétrole des télécoms (...) ce sont de belles fréquences", et Orange "déposera un dossier" pour des fréquences qui ne devraient pas être disponibles avant 2017.
Pour elle, les fréquences 4G, achetées en 2011 :"sont largement suffisantes pour les 10 prochaines années".

Vivendi et l’optimisation fiscale
Décidemment Vivendi n’en finit plus d’encaisser (Liberation (http://www.liberation.fr/economie/2014/10/08/le-fisc-condamne-a-retroceder-pres-de-366-millions-a-vivendi_1117611), 08/10). Le fisc est condamné à verser 366 millions d’euros à Vivendi qui a gagné son procès contre Bercy devant le tribunal administratif de Montreuil. Le groupe contestait la suppression d'une niche fiscale au cours de l'année 2011. 
Le législateur a supprimé en 2011 une niche fiscale - le bénéfice mondial consolidé (BMC) - qui permettait à quelques très grands groupes de minimiser leur fiscalité en intégrant dans l’assiette de l’impôt les pertes de filiales étrangères.
La suppression de cette disposition est entrée en vigueur dès le 6 septembre 2011 suscitant à l’époque la colère de Vivendi, indigné de voir les règles fiscales changer en cours d’année.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 15 octobre 2014 à 09:46:08
Dernières nouvelles du rachat de SFR par Numericable (11)
Cela se précise doucement mais surement pour le rachat de SFR par Numericable. Le 8 octobre était organisé par l’Autorité De La Concurrence une réunion afin de lever les derniers blocages sur les points litigieux que pose ce rachat.

Sur le monopole en Outre-Mer : dans le mobile, le nouvel ensemble devrait peser 70% sur l’Ile de la Réunion et 90 à Mayotte. Il va donc falloir céder un opérateur mobile du nouveau groupe. C’est Outremer Telecom qui pourrait être cédé. Il semble qu’un acquéreur potentiel a pu rencontrer les membres de l’ADLC.

Concernant les autres points (http://www.forum-orange.com/forums/viewtopic.php?pid=712398#p712398) (régulation du cable, conflit d’intérêt avec Vivendi, marché des entreprises),  "Les équipes de Numericable sont très coopératives, elles ont déjà amélioré leurs propositions et peuvent encore le faire", explique une source proche de l’Autorité (Le Monde, 08/10 (http://abonnes.lemonde.fr/entreprises/article/2014/10/08/numericable-sfr-vers-de-solutions-a-l-amiable-pour-respecter-la-concurrence_4502817_1656994.html)), les remèdes proposés par l’ADLC devraient donc être assez souples. La réponse de l’ADLC devrait intervenir à la fin du mois d’octobre.

D’autre part (Les Echos (http://www.lesechos.fr/tech-medias/hightech/0203836632998-apres-sfr-patrick-drahi-vise-le-portugal-1050561.php?p252le49rtx8FPE5.99#xtor=CS1-33), 6/10) , Altice la maison mère de Numericable souhaite continuer ses emplettes en Europe et aurait dans le viseur Portugal Telecom. Portugal Telecom a dégagé en 2013 un bénéfice net en hausse de 46,6 %, à 331 millions d’euros, pour un chiffre d’affaires en recul de 5,4 %, à 2,91 milliards. Altice est déjà présent au Portugal où il a racheté en 2012 le câblo-opérateur portugais Cabovisao et en 2013 la société de télécommunications pour les entreprises ONI.
Le coût de Portugal Télécom est estimé à 7 milliards d’euros.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 20 octobre 2014 à 07:57:09
Free voulait racheter T-Mobile - Saison 1 - Episode n°13 (le dernier)

Quelles peuvent être les conséquences du renoncement d'Iliad au rachat de T-Mobile US ? Est-un échec ou non ?

Un échec pour Iliad. A relativiser quand même, c'est un acheteur, pas un vendeur. Des opportunités pour acheter il y en aura d'autres.

Un succès pour Iliad qui se positionne comme un acheteur sur le marché. Reste la question à quel prix payer. Iliad est capable de lever d'importants fonds, mais n'est pas prêt à surpayer (pour lui). Hors - à ce jour - cela peut ne pas être suffisant pour s'offrir des morceaux de choix.

Mais si Iliad veut se développer à l'international, il peut attendre que les vendeurs soient moins gourmands ou alors d'y mettre le prix. Mais en Europe, c'est pas évident. 
 
Sinon en "amuse-bouche", il lui reste Bouygues Telecom, c'est moins glamour que T-Mobile US, mais cela lui permettrait de franchir un palier et d'être assez tranquille sur sa base nationale avant d'aller respirer l'air du large.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 24 octobre 2014 à 07:48:05
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°96

Orange qui vend
C’est également un feuilleton chez Orange ! Que faire avec EE l’entreprise anglaise détenue avec Deutsche Telekom ? Depuis fin 2012, Orange s’interroge sur la possibilité de vendre en partie EE. L’opérateur compte 27 millions de clients dont 2 millions en 4G. La valorisation serait de 10 à 15 milliards d’euros, dont la moitié pour Orange.
L’option envisagée serait une introduction en Bourse, le quotidien Les Echos (http://www.lesechos.fr/tech-medias/hightech/0203872009455-le-sort-de-loperateur-anglais-ee-en-suspens-1055243.php)(20/10) évoque également un sortie totale d’Orange, mais à ce jour Orange est : "convaincu que la structure actionnariale actuelle est ce qui permet de valoriser au mieux l’entreprise".

Orange qui achète
Par contre, Orange a déposé (Le Figaro[/u] (http://www.lefigaro.fr/secteur/high-tech/2014/10/16/01007-20141016ARTFIG00001-orange-confirme-son-intention-de-racheter-l-operateur-espagnol-jazztel.php) (16/10) une offre de 3,4 milliards d’euros pour s’offrir 100% du capital de Jazztel.   
Si Orange arrive à racheter Jazztel, l’ensemble détiendrait une part de marché de 26,2 % dans le fixe et de 25,1 % dans celui de la téléphonie mobile et deviendrait le deuxième opérateur sur le fixe et le troisième sur le mobile. Le rachat pourrait rapporter 1,3 milliards d’euros d'économies. Auparavant Orange devra débourser 3,3 milliards et attendre les avis des différents régulateurs. C’est la plus grosse acquisition d’Orange depuis 10 ans. 

Le CG du 92 vire Numericable
C’était écrit (Le Figaro (http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2014/08/29/97002-20140829FILWWW00191-le-92-demande-45-m-a-numericable.php) 29/08,  silicon.fr (http://www.silicon.fr/fibre-hauts-seine-attendra-95064.html), 17/06) c’est devenu réalité. Le Conseil Général du 92 a résilié le contrat que le liait à Sequalum (filiale de Numericable & SFR collectivités) pour absence de résultats. Le contrat (très controversé) datait de 2008 et prévoyait que 825.900 prises soient raccordées à fin 2015 – "573 000 prises disponibles sur le palier des immeuble ou en limite de propriété des pavillons.". En juillet, selon les décomptes du conseil général, seules 113.000 étaient effectivement raccordées – et 556.000 raccordables.
D’autre part, il est reproché à Numericable d’avoir totalement négligé les zones déficitaires dont le raccordement était pourtant prévu grâce au versement d’une subvention de 59 millions d’euros (dont 26 millions versés en septembre).

Il pourrait y avoir des suites juridiques. En attendant Sequalum est présent jusqu’au 30 juin 2015, ensuite ce sera la Conseil Général qui prendra la suite, toutefois, il devrait trouver un autre opérateur pour remplacer Sequalum.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 29 octobre 2014 à 07:49:41
Dernières nouvelles du rachat de SFR par Numericable (12)
L’Autorité De La Concurrence a tranché. Et comme on pouvait s’y attendre, c’est un avis (http://www.autoritedelaconcurrence.fr/user/standard.php?id_rub=591&id_article=2444) avec « oui mais » au rachat de SFR par Numericable. A part sur Completel, le reste avait déjà été évoqué.
L’ADLC va veiller pendant les 5 prochaines années à la réalisation stricte de son avis.  Plus rien n’empêche Numericable de devenir propriétaire de SFR. La procédure devrait être terminée pour la fin de l’année. Le plus dur commence : réussir la fusion de ces deux entités.

L’autorisation est assortie de 4 conditions (La Tribune (http://www.latribune.fr/technos-medias/20141027tribc7468bb53/feu-vert-sous-conditions-au-rachat-de-sfr-par-numericable.html), 27/10) :

Dégroupage du Cable
Numericable devra ouvrir son réseau câblé aux opérateurs concurrents. Comme pour Orange et les offres de dégroupage des équipements, Numericable devra ouvrir son réseau et faire des offres afin que d’autres opérateurs puissent faire des offres commerciales sur son réseau. Ces tarifs devront être approuvés par l’ADLC.
Reste à savoir qui sera intéressé ?  A ce jour seul Bouygues Telecom passe par le réseau de Numericable. Il faut quand même que la box puisse être compatible.   

Completel
Numericable doit vendre le réseau ADSL de Completel (entreprises). Afin d’animer le marché vers les entreprises, ce réseau devra être vendu. D’autre part le nouvel ensemble devra faire une offre de gros sur le réseau FTT de SFR. Selon les derniers chiffres de l'Institut de l'audiovisuel et des télécoms (Idate) Orange représente 63% du marché des entreprises, SFR business team 21%, Bouygues Télécom 6%, Completel 4% (propriété de Numericable), Colt 3%, le reste 3%.

Outremer Telecom
Altice le propriétaire de Numéricable devra vendre Outremer Telecom qui est sa filiale dans les DOM. A ce jour trois opérateurs sont présents à Mayotte et à La Réunion : Orange, SFR via SRR et Numericable via Outremer Telecom (IZI et Only).  Orange détient 33% (+/- 353 000 clients)  du marché du mobile, SRR 56% (+/- 600 000 clients) et Outremer Telecom 11% (+/- 118 000 clients). Le nouvel ensemble pèserait donc 67% du marché, trop pour l’autorité De La Concurrence.
La vente portera sur son activité de détail dans le mobile et les boutiques, mais pas sur le fixe où le nouvel ensemble aura 39% de part de marché face à Orange (40%). C’est l’ADLC qui supervisera le vente qui devrait se faire assez rapidement. Free sera-t-il candidat ? 

Télévision payante
Vivendi pourrà avoir des représentants au Conseil d’Administration du nouvel SFR, mais ils ne devront pas participer aux débats sur la télévision payante afin de ne pas être juge et partie sur les activités commerciales liées à Canal+. C’est assez formel, mais si Canal+ dépasse la ligne jaune, il pourrait risquer gros, car la chaine est quand même régulièrement sanctionnée par l’ADLC.

D‘autres points avaient été soulevés comme les exclusivités de chaînes payantes thématiques dont Numericable bénéficie, le régime fiscal dérogatoire (TVA, contrtibution Cosip etc), et pour Bouygues Telecom la possibilité d’avoir un point de sortie dans l’accord de mutualisation signé avec SFR. Pour l’ensemble de ces points l’ADLC "ne peut réparer des choses antérieures. Modifier le régime fiscal pourquoi pas, mais en quoi est-ce lié à l'opération ?. Ces points seront-ils l’occasion de futurs contentieux juridiques ?
Titre: PIF
Posté par: Nico le 29 octobre 2014 à 08:02:23
Comme pour Orange et les offres de dégroupage des équipements
Pas vraiment non. Dégroupage =/= bitstream !

Citer
Ces tarifs devront être approuvés par l’ADLC.
C'est pas plutôt l'ARCEP qui s'occupe de réguler ce genre de choses ?

Citer
D’autre part le nouvel ensemble devra faire une offre de gros sur le réseau FTT de SFR.
Je remet le texte de l'ADLC car j'ai du mal à comprendre ce que tu as voulu dire.

Deuxièmement, Numericable proposera aux opérateurs du marché de détail spécifique aux entreprises d'accéder à ses boucles locales de fibre optique par le biais d'une offre de gros activée sur l'ensemble des réseaux de SFR et Completel.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 29 octobre 2014 à 08:10:05
1/ C'est pour simplifier.
2/ Selon la Tribune, c'est l'ADLC qui surveillera les tarifs de gros de Numericable.
3/ C'est la même chose, c'est pas grave ;)

Garde la forme ;)
Titre: PIF
Posté par: Nico le 29 octobre 2014 à 08:15:02
Quand la simplification donne des choses fausses, c'est que c'est peut-être allé trop loin.

C'est quoi FTT pardon ? Et tu as un peu oublié Completel !

Je suis en forme t'en fais pas, je m'inquiète pour toi surtout ;).
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 29 octobre 2014 à 08:40:06
Une fois de plus tu pinailles, tu n'as vraiment rien d'autre à faire ? Tu peux aller voir ailleurs aussi hein... :)
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 29 octobre 2014 à 08:42:54
Dernières nouvelles du rachat de SFR par Numericable (12)
L’Autorité De La Concurrence a tranché. Et comme on pouvait s’y attendre, c’est un avis (http://www.autoritedelaconcurrence.fr/user/standard.php?id_rub=591&id_article=2444) avec « oui mais » au rachat de SFR par Numericable. A part sur Completel, le reste avait déjà été évoqué.
L’ADLC va veiller pendant les 5 prochaines années à la réalisation stricte de son avis.  Plus rien n’empêche Numericable de devenir propriétaire de SFR. La procédure devrait être terminée pour la fin de l’année. Le plus dur commence : réussir la fusion de ces deux entités.

L’autorisation est assortie de 4 conditions (La Tribune (http://www.latribune.fr/technos-medias/20141027tribc7468bb53/feu-vert-sous-conditions-au-rachat-de-sfr-par-numericable.html), 27/10) :

Dégroupage du Cable
Numericable devra ouvrir son réseau câblé aux opérateurs concurrents. Comme pour Orange et les offres de dégroupage des équipements, Numericable devra ouvrir son réseau et faire des offres afin que d’autres opérateurs puissent faire des offres commerciales sur son réseau. Ces tarifs devront être approuvés par l’ADLC.
Reste à savoir qui sera intéressé ?  A ce jour seul Bouygues Telecom passe par le réseau de Numericable. Il faut quand même que la box puisse être compatible.   

Completel
Numericable doit vendre le réseau ADSL de Completel (entreprises). Afin d’animer le marché vers les entreprises, ce réseau devra être vendu. D’autre part le nouvel ensemble devra faire une offre de gros sur le réseau FTT de SFR. Selon les derniers chiffres de l'Institut de l'audiovisuel et des télécoms (Idate) Orange représente 63% du marché des entreprises, SFR business team 21%, Bouygues Télécom 6%, Completel 4% (propriété de Numericable), Colt 3%, le reste 3%.

Outremer Telecom
Altice le propriétaire de Numéricable devra vendre Outremer Telecom qui est sa filiale dans les DOM. A ce jour trois opérateurs sont présents à Mayotte et à La Réunion : Orange, SFR via SRR et Numericable via Outremer Telecom (IZI et Only).  Orange détient 33% (+/- 353 000 clients)  du marché du mobile, SRR 56% (+/- 600 000 clients) et Outremer Telecom 11% (+/- 118 000 clients). Le nouvel ensemble pèserait donc 67% du marché, trop pour l’autorité De La Concurrence.
La vente portera sur son activité de détail dans le mobile et les boutiques, mais pas sur le fixe où le nouvel ensemble aura 39% de part de marché face à Orange (40%). C’est l’ADLC qui supervisera le vente qui devrait se faire assez rapidement. Free sera-t-il candidat ? 

Télévision payante
Vivendi pourrà avoir des représentants au Conseil d’Administration du nouvel SFR, mais ils ne devront pas participer aux débats sur la télévision payante afin de ne pas être juge et partie sur les activités commerciales liées à Canal+. C’est assez formel, mais si Canal+ dépasse la ligne jaune, il pourrait risquer gros, car la chaine est quand même régulièrement sanctionnée par l’ADLC.

D‘autres points avaient été soulevés comme les exclusivités de chaînes payantes thématiques dont Numericable bénéficie, le régime fiscal dérogatoire (TVA, contrtibution Cosip etc), et pour Bouygues Telecom la possibilité d’avoir un point de sortie dans l’accord de mutualisation signé avec SFR. Pour l’ensemble de ces points l’ADLC "ne peut réparer des choses antérieures. Modifier le régime fiscal pourquoi pas, mais en quoi est-ce lié à l'opération ?. Ces points seront-ils l’occasion de futurs contentieux juridiques ?
Titre: PIF
Posté par: Nico le 29 octobre 2014 à 09:05:49
Une fois de plus tu pinailles, tu n'as vraiment rien d'autre à faire ? Tu peux aller voir ailleurs aussi hein... :)
Non t'en fais pas je suis bien ici. Excuse moi si tu postes des informations erronées sous couvert de "simplification" ou des choses bizarrement compréhensibles hein !
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 30 octobre 2014 à 07:49:12
Dernières nouvelles du rachat de SFR par Numericable (13)

Quelques chiffres : parts de marché
Le rachat de SFR et Virgin Mobile par Altice et la fusion avec Numericable va rabattre les cartes du Paysage de l’Internet Français (PIF). Le nouvel ensemble, si le nombre de clients reste identique et qu’il n’y a pas de « pertes » lors de la fusion.

Sur le fixe, SFR passerait à 24,84%, devançant Free et ses 22,58% (chiffres au 30 juin), mais serait toujours loin d’Orange avec 40,05%. Bouygues avec 8,72% du marché va donc se sentir un peu seul.

Sur le mobile, SFR passerait à 32,25% en intégrant 1,690 million de clients de Virgin Mobile et les 202 000 clients de Numericable (au 30 juin), Orange et ses 39,4% du marché serait dans le viseur. Derrière un deuxième bloc avec Bouygues et ses 15,4% et Free et ses 12,7%.

Les Mvno passeraient sous la barre des 10% avec un total de 9,2% du marché au lieu de 11,7% au 30 juin.   

Lors de la présentation de ses résultats, SFR a présenté des résultats Groupe. Ceux-ci font apparaître une baisse de 28 000 clients à 5,271 millions contre 5,299 lors du deuxième trimestre. En retranchant les résultats de la France Métropolitaine à savoir 5,217 millions, cela donne 54 000 clients pour SRR la filiale réunionnaise de SFR contre 51 000 pour le T2.

Pour rappel quelques chiffres sur ce marché : Orange reste loin devant avec 75.000 abonnés (chiffre minimum et qui a du augmenté depuis), pour 48.000 à SRR au 31 décembre 2013 (36 000 à fin 2012), 18 000 à Numericable-Only et 18 000 pour Numericable-Izi.

Après la fusion, l'ensemble SRR-Only-Izi va représenter 90.000 abonnés Internet soit 15.000 seulement de plus qu'Orange. Zeop revendique 10 000 clients et pourrait s’allier à Canal+-Mediaserv et ses 28 000 clients. Lors de la publication de son avis, et contrairement à l’activité mobile, l’ADLC n’a pas vu de problèmes sur le marché du fixe à La Réunion

Quelques chiffres : la finance
Par ce rachat, Vivendi va : "recevoir 13,5 milliards d’euros à la réalisation de l’opération ainsi qu’un complèment éventuel de prix de 750 millions d’euros, puis de pouvoir céder ultérieurement sa participation de 20 %. L’ensemble devrait représenter une valeur totale supérieure à 17 milliards d’euros." (communiqué (http://www.vivendi.com/presse/communiques-de-presse/vivendi-retient-loffre-dalticenumericable-sur-sfr/), 05/04).

Numericable devrait maintenir ses investissements sur le très haut débit et assure qu’ils seront intensifiés avec SFR. Le nouvel ensemble vise ainsi 12 millions de foyers équipés en 2017 et 15 millions en 2020 contre 10 millions aujourd'hui.

Le rachat est financé par 8,8 milliards de dettes et au total elle sera de 11,6 milliards soit 4,6 fois l’Ebitda. Les conditions financières du prêt bancaire sont très bonnes Le niveau de profitabilité de  2,5 milliards devrait être consacré à 80% aux investissements d'infrastructures. Selon Le Figaro (édition papier du 28/10), le Capital ne sera remboursé que dans 7 ans. Pendant cette période, Numericable remboursera 580 millions d’intérêts annuels. Cela laisse donc de la marge.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 03 novembre 2014 à 07:15:55
Alors qu’il semblait que l’accord de mutualisation des réseaux mobiles en zones non-denses signés entre SFR et Bouygues avait du plomb dans l’aile, le quotidien Les Echos (http://www.lesechos.fr/journal20141030/lec2_high_tech_et_medias/0203897422251-la-mutualisation-des-reseaux-avec-bouygues-telecom-enfin-sur-les-rails-1058981.php?TXzcb6iRCBg1VQVv.99) (30/10) nous apprend que les deux partenaires viennent de signer un avenant à leur accord du 31 janvier. La perspective d’avoir un avis positif de l’autorité De La Concurrence sur la fusion SFR/Numericable a accéléré les discussions.

La mutualisation vise à mettre en commun 11.500 antennes de SFR et de Bouygues Telecom sur une zone couvrant 57 % de la population et plus de 80 % du territoire - les zones « peu denses ». Objectif : augmenter la couverture en réduisant les coûts. Les deux opérateurs détiennent 18.500 antennes sur la zone concernée. La première étape consistera donc à démonter les 7.000 antennes en trop, si Free n’est pas trop pressé (un peu quand même...) et qu’il y met le prix, il pourrait très bien les récupérer 
Chaque opérateur exploitera une partie du territoire pour le compte des deux. Cet accord de mutualisation doit permettre de faire des économies de 300 millions d’euros. 200 pour SFR et 100 pour Bouygues, mais pas avant 2017, une fois le regroupement effectué.

Le planning commençait à sérieusement dévisser à cause du rachat de SFR, de la mise en place du plan stratégique de Bouygues et de l’autorité de La Concurrence qui a débouté Orange sur son recours contre cet accord.

Enfin après son rachat raté de SFR, Bouygues s’était interrogé sur la pertinence de sortir de cet accord. Au vu du retard de déploiement de SFR dans la 4G, Bouygues pourrait avoir reçu des compensations financières. Les liens entre SFR/Numericable et Bouygues vont-ils se renforcer ?
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 04 novembre 2014 à 07:27:32
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°97

Fibre Optique : qui avance le plus vite ?
Alors qu’Orange et Numericable ont publié leurs résultats, une statistique est intéressante, celle du taux d’occupation des prises haut débit. Soit le nombre de clients par rapport au nombre de prises connectables. Le taux d’occupation est de 14,8% pour Orange et de 12,6% pour Numericable. A fin décembre 2013, c'était 12,4% pour Orange et 12,2% pour Numericable.

Rachat de Bouygues par Numericable ?
Alors que l’avis positif de l’ADLC concernant le rachat de SFR par Numericable est à peine donné que la vente de Bouygues Telecom reprend. Mais plutôt que du côté de Free ou Orange qui ont mis le projet entre parenthèse, c’est vers le nouvel SFR que la consolidation pourrait venir. Les analystes d'Exane BNP Paribas calculent que Numericable-SFR pourrait proposer 6,5 milliards d'euros à Bouygues pour ses télécoms.
Reste qu’il faut que Bouygues soit vendeur et il y a de très fortes chances que ce rachat soit soumis à des conditions drastiques anti-concurrentielles.
C’est vrai qu’il y a de nombreux accords dans le secteur entre SFR/Numericable et Bouygues Telecom et que ce rapprochement ne serait pas totalement illogique. Faudrait aussi et d’abord convaincre Martin Bouygues de dealer avec son concurrent pour le rachat de SFR. Cela ferait un autre gros morceau pour Numericable, alors que la fusion avec SFR va nécessiter beaucoup d‘énergie et Numericable se donne 3 ans pour « digérer » SFR.

Résultats trimestriels
Nos opérateurs publient beaucoup de chiffres, de statistique, de données au moment des publications trimestrielles. Toutefois, c’est loin d’être complet au niveau des données commerciales.
Petit tour d’horizon :
Bouygues Telecom ne publie rien sur le nombre de clients Mvno hébergés (Orange le fait).
Free ne publie rien sur le nombre de clients chez Alice et le nombre de clients FTTH.
Orange ne publie rien sur le nombre de clients dans les Dom-Com.
SFR ne publie rien sur le nombre de clients Mvno hébergés (Orange le fait). Et ne publie plus sur le nombre de clients RED.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 05 novembre 2014 à 07:24:58
Patrick Drahi vient de déposer une offre de 7 milliards sur l'ex opérateur historique. Elle est intégralement financée par cinq banques : Morgan Stanley, Goldman Sachs, J.P Morgan, Crédit Suisse et Deutsche Bank. Comme quoi l'endettement généré par le rachat de SFR ne semble pas poser problème...Comme le souligne le quotidien Les Echos[/u] (http://www.lesechos.fr/tech-medias/hightech/0203907630948-altice-met-7-milliards-deuros-sur-la-table-pour-racheter-portugal-telecom-1060266.php) le dossier est quand même difficile.
Altice est déjà présent au Portugal où il a racheté en 2012 le câblo-opérateur portugais Cabovisao et en 2013 la société de télécommunications pour les entreprises ONI.
Portugal Telecom a dégagé en 2013 un bénéfice net en hausse de 46,6 %, à 331 millions d’euros, pour un chiffre d’affaires en recul de 5,4 %, à 2,91 milliards.

Vodafone et Ajax Partners sont également sur les rangs. Sauf que le premier étant déjà présent sur les rangs, cela va être compliqué de passer l'obstacle du régulateur. Altice a promis de créer 4000 emplois.

Si le rachat se concrétise, Patrick Drahi étendra un peu plus sa présence dans les télécoms. Dans la même année il a déjà racheté deux gros morceaux : Orange Caraïbes et SFR. Il est présent dans les DOM, mais devra vendre Outremer Telecom et Completel en métropole pour se mettre en conformité suite à l'avis rendu par l'Autorité De La Concurrence. Il est présent en Israel et en Belgique.

Alors qu'il y a quelques jours Xavier Niel a abandonné le projet de rachat de T-Mobile US, celui-ci va-t-il se lancer également dans le consolidation du marché européen. Pour rappel Orange a également fait une offre sur Jazztel en Espagne. Mais pour Free, ce ne sera pas Bouygues Télécom, Xavier Niel a exclu un rachat : "on n'est pas acheteurs (...) il n'y aura pas de consolidation, car aucune fusion entre opérateurs mobiles ne peut se faire sans la participation de Free.". Oui, enfin, sauf si un opérateur étranger passe par là ou si Bouygues est vendeur...
Titre: PIF
Posté par: Optrolight le 05 novembre 2014 à 08:47:30
Oui, enfin, sauf si un opérateur étranger passe par là ou si Bouygues est vendeur...

Si c'est un opérateur étranger il n'y a pas de consolidation  ;), tu reste à 4 acteurs !!!
Titre: PIF
Posté par: skiumts le 05 novembre 2014 à 10:19:47
Si c'est un opérateur étranger il n'y a pas de consolidation  ;), tu reste à 4 acteurs !!!
Au niveau européen , il y aura -1 opérateur
Titre: PIF
Posté par: Optrolight le 05 novembre 2014 à 16:55:38
Au niveau européen , il y aura -1 opérateur
Oui daccord mais étant nombriliste comme tout le monde la consolidation des télécoms dans ce cas précis de bouygues c'est passer de 4 à 3 acteurs en france !!
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 05 novembre 2014 à 18:21:43
L'idée était de montrer qu'il ne fallait pas non plus que Free se prenne pour le nombril du monde.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 11 novembre 2014 à 08:22:15
C’est le dernier gadget à la mode - voir une icône religieuse pour certains - susceptible de faire basculer le marché du fixe, du mobile : la box Android. Pour des raisons de coûts et dans le cadre de sa guerre contre Free, le premier à l’avoir évoqué est Bouygues Télécom.

In Android we trust
Olivier Roussat - le pédégé de Bouygues Telecom - en a repassé une couche au quotidien Les Echos (http://www.lesechos.fr/journal20141110/lec2_crible/0203923204666-olivier-roussat-pdg-de-bouygues-telecom-1062728.php) (10/11) : "Le choix de la box Android va s'imposer extrêmement vite à la totalité du marché français. Je parie que l'opérateur qui nous reproche de faire ce choix va faire de même dans quelques mois ou semaines. Cela permet d'avoir des produits très innovants qui arrivent très vite sur le marché à des coûts très serrés. Et maintenant que 90 % des smartphones dans le monde fonctionnent avec ce système d'exploitation, cela permet de faire converger facilement les services sur le fixe et le mobile..

Vade retro Satanas
Il y a un mois, lors d’un colloque à l’ARCEP (La Tribune (http://www.latribune.fr/technos-medias/20141010trib555995608/netflix-google-quadruple-play-ce-qu-il-ne-fallait-pas-manquer-au-colloque-de-l-arcep.html), 10/10), Maxime Lombardini était revenu sur les rumeurs sur une possible box Android chez Free :  "Android sur les box, c'est donner accès à nos box à Google. Demain quand on aura un parc Android sur la France entière, ce sera Google qui depuis Mountain View pourra décider de la VOD qui sera distribuée (...) Nous avons un vrai savoir-faire logiciel en France. Il serait dommage d'ouvrir l'accès à la Box comme cela ; parce qu'Android cela veut dire que, quand vous allumerez votre box, vous commencerez par remplir un formulaire Google dans lequel vous donnez vos coordonnées, cela veut dire que votre abonné disparaît un peu".

Alors qui raconte des salades ? A noter que le rachat de SFR devrait avoir pour conséquence l’abandon du projet de la box Android par le nouvel ensemble. Orange de son coté développe de son coté.
Enfin, les usages sont-ils forcèment les mêmes entre le poste de tv du salon familial, sa tablette ou son Smartphone ? Le contrôle de la box (et des clients derrière) est un enjeu capital pour l'ensemble des acteurs des loisirs numériques. Sans compter la possibilité de se passer d’une box pour accéder à des services télévisuels (Apple tv, Google TV, clés HDMI diverses).

Plus humblement, du coté de Bouygues Telecom, faut-il rappeler que la box sensation devait déjà casser la baraque,  que la 4G devait le faire également, que nouveaux les tarifs à prix cassés aussi, ainsi que le dégroupage, et maintenant c’est une box qui n’est même pas encore sortie des plaquettes de présentation. 

In Android we trust…Android va-t-il s'imposer extrêmement vite à la totalité du marché français ?
Titre: PIF
Posté par: Snickerss le 11 novembre 2014 à 11:59:39
Citer
Plu humblement, du coté de Bouygues Telecom, faut-il rappeler que la box sensation devait déjà casser la baraque,  que la 4G devait le faire également, que nouveaux les tarifs à prix cassés aussi, ainsi que le dégroupage, et maintenant c’est une box qui n’est même pas encore sortie des plaquettes de présentation. 

La box android est le résultat du constat d'échec à développer des solutions internes. Orange devrait à mon avis suivre ce chemin vu la calamité des livebox play.

Quant a la 4G, pas de débat pour moi : c'est un succès à défaut d'être un succès commercial. Si Orange a passe la 2ème c'est quand même pour rattraper BT, pas pour distancer Free ou SFR.

Et de mémoire, les recrutements sur l'offre Bbox à 20€ sont bons ? Après avec aussi peu de NRA dégroupés, c'est sur que c'est tentant de partir sur une stratégie de box 4G.

Sur la box android / pas android, Free a largement de quoi rivaliser encore quelques temps, mais à terme vouloir fournir un NAS / Console de jeu / AppStore bien doté avec une équipe restreinte de dev et un marche relativement fermé de clients ... Ça ne pourra pas tenir sur le long terme. Ils ont déjà mis des années à copier DSM 1.0, même encore aujourd'hui le fossé est immense. Les jeux sont bien faits et fluide sur V6, mais le catalogue, c'est pas demain qu'on jouera à FIFA15 (ou alors ils sont capable de pondre une solution de portage et encore une fois, les ressources humaines sont limitées)
Titre: PIF
Posté par: eruditus le 11 novembre 2014 à 12:21:59

Sur la 4G, je pense qu'il faut que l'information sur la QOS et la couverture respective des réseaux diffusent dans la population. Quand je vois qu'Orange fait 1/3 de pdm sur ce T3, que SFR baisse, que la perte sur le pré-payé est minime et qu'il reste encore 750 000 lignes à distribuer, je me dis qu'il pourrait y avoir une drôle de surprise sur ce trimestre sur le mobile, voir sur les suivants.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 11 novembre 2014 à 16:38:49
La box android est le résultat du constat d'échec à développer des solutions internes. Orange devrait à mon avis suivre ce chemin vu la calamité des livebox play.
Manifestement, cela bloque pas trop les recrutements sur la Fibre et d'un autre coté, la Sensation n'a pas bloqué les recrutements de Bouygues.

Quant a la 4G, pas de débat pour moi : c'est un succès à défaut d'être un succès commercial. Si Orange a passe la 2ème c'est quand même pour rattraper BT, pas pour distancer Free ou SFR.
C'est sur que commercialement, c'est +221 000 nouveaux clients (entre T3 2013 et T2 2014), Orange 807 000 ! 

Et de mémoire, les recrutements sur l'offre Bbox à 20€ sont bons ? Après avec aussi peu de NRA dégroupés, c'est sur que c'est tentant de partir sur une stratégie de box 4G.
C'est le hic, avoir aussi peu de NRA dégroupés. Vu le retard de Bouygues, le recrutement doit être assez conséquent chaque trimestre et sur une longue période.

Sur la box android / pas android, Free a largement de quoi rivaliser encore quelques temps, mais à terme vouloir fournir un NAS / Console de jeu / AppStore bien doté avec une équipe restreinte de dev et un marche relativement fermé de clients ... Ça ne pourra pas tenir sur le long terme. Ils ont déjà mis des années à copier DSM 1.0, même encore aujourd'hui le fossé est immense. Les jeux sont bien faits et fluide sur V6, mais le catalogue, c'est pas demain qu'on jouera à FIFA15 (ou alors ils sont capable de pondre une solution de portage et encore une fois, les ressources humaines sont limitées)
In Android veritas alors...  :D Croisons les doigts pour que les commerciaux de Bouygues soient vraiment bons...
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 13 novembre 2014 à 06:32:25
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°98

Martin Bouygues
Est intervenu la semaine dernière lors d’un déplacement (La Tribune (http://objectifaquitaine.latribune.fr/en-bref/2014-11-06/martin-bouygues-entre-vin-et-telecoms.html), 06/11). Il est revenu sur les difficultés de Bouygues Telecom : itinérance Orange/Free, l’arrivée de Free Mobile, le changement de Bouygues Telecom, sa confiance dans l’avenir, etc…Pour finir par : "Ce n'est pas dans la réussite que l'on progresse, c'est dans l'échec"...Et réciproquement : "Ce n’est pas dans l’échec que l’on régresse, c’est dans la réussite".

Xavier Niel
Est revenu lors d’une interview à BfmTv (http://bfmbusiness.bfmtv.com/entreprise/xavier-niel-deutsche-telekom-ne-nous-a-pas-vendu-a-cause-de-son-ego-844449.html)  (04/11) sur l’attribution des futures fréquences 700Mhz dites « en or » : "la mer va se retirer et on va voir les maillots. On verra qui sont les opérateurs qui investissent". En pensant très fort que SFR et Bouygues Telecom auraient du mal à surenchérir. C’est déjà un peu (beaucoup…) ce qu’avait dit Stéphane Richard lors d’une interview à France Info (http://www.franceinfo.fr/emission/l-interview-eco/2014-2015/stephane-richard-orange-ce-n-est-pas-le-moment-de-nous-coller-de-la-fiscalite-en-plus-02-10)  (02/10): "Ca va mettre tout le monde au pied du mur. Il y a aujourd'hui quatre opérateurs. Il va falloir sortir le chéquier. On va voir qui est capable de le faire".
On verra, on verra…L’année 2015 devrait être musclée donc…

Orange
Pierre Louette (Directeur général adjoint et secrétaire général d’Orange) est revenu sur Sur l’ouverture du réseau de Numéricable lors d’une interview au quotidien Les Echos (http://www.lesechos.fr/tech-medias/hightech/0203916649983-pierre-louette-pour-orange-il-est-temps-dadapter-la-regulation-des-telecoms-au-marche-1061343.php) (05/11) : "Il est possible qu’on soit intéressés par le câble dans certaines régions. Nous n’avons pas encore pris de décision à ce sujet. Mais notre stratégie dans le fixe demeure clairement basée sur le déploiement de la fibre (…) Il faudra d’ailleurs veiller à ce que les prix proposés par Numericable ne soient pas trop bas. Cela inciterait les autres acteurs à lever le pied pour l’investissement dans la fibre.".
Pour le principe, Orange va-t-il profiter de l’avis de l’ADLC ? Bouygues pourrait en profiter pour renégocier des conditions plus avantageuses également.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 20 novembre 2014 à 06:35:13
Quel régulateur des télécoms en 2015, alors que : le mandat de l’actuel président de l’ARCEP doit prendre fin au début de l’année 2015 ?

Un rapprochement de l’ARCEP et du CSA
Il y a quelques semaines, François Hollande a relancé l’idée d’un rapprochement entre le régulateur des télécoms (ARCEP) ert celui de l’audiovisuel (CSA) : "Il n’est pas concevable de nier la spécificité de chacun des secteurs ou des différents sujets qui supposent donc des mécanismes spécifiques mais il est aussi temps de faire évoluer notre régulation dans le sens de l’intégration comme cela s’est fait dans d’autres pays européens (...) J’ai demandé aux ministres de la Culture et du numérique de faire rapidement des propositions sur cette mutation de façon à ce que nous puissions être dans un débat (selon lui, il est) indispensable de mieux articuler les règles de la télévision et celles des télécommunications qui ne peuvent plus être pensées différemment".

Pour rappel, le projet d’un rapprochement entre les deux organismes avait été annoncé en juillet 2012 avant d’être abandonné au premier trimestre 2013. A l’époque Orange et Free étaient contre ce rapprochement, SFR et Bouygues Telecom étaient pour (La Tribune (http://www.latribune.fr/technos-medias/telecoms/20121001trib000722280/fusion-csaarcep-france-telecom-et-free-sont-contre-bouygues-et-sfr-sont-pour.html), 10/2012).

Le point de vue de la FFT 
Pierre Louette (Directeur général adjoint et secrétaire général d’Orange), mais aussi président de la FFT (syndicat patronal des télécoms) est intervenu sur le sujet lors d’une interview au quotidien Les Echos (http://www.lesechos.fr/journal20141106/lec2_high_tech_et_medias/0203908245193-pierre-louette-il-est-temps-dadapter-la-regulation-des-telecoms-au-marche-1061504.php), 06/10). Pour lui au-delà d’un éventuel rapprochement et d’un changement de président : "Le plus important, c'est de bien définir la nouvelle mission du régulateur dans l'environnement actuel. On est très attachés à ce que celui-ci reste un arbitre équitable, qui aille dans le sens du jeu, mais ne descende pas forcèment sur le terrain. Le régulateur a besoin d'avoir une vision vraiment synthétique du marché…L'essentiel est de pouvoir conserver un dialogue de qualité avec des intervenants techniquement compétents. Il faut quand même trouver en face de soi quelqu'un qui veuille bien mettre les mains dans le cambouis, et qui s'intéresse vraiment à la technologie. C'est essentiel dans les télécoms.".

Le point de vue d'Orange
Bref, c’est quand même un feu vert pour voir l’ARCEP se dissoudre, d’autant que pour lui et Orange, mais une ARCEP transformée serait acceptable si  : "…On passerait de l'asymétrie, où l'on avait un opérateur dominant, France Télécom, très régulé, à la symétrie, où tous les opérateurs seront logés à la même enseigne. C'est-à-dire qu'il faut de moins en moins de régulation, ou en tout cas d'une autre nature, car le marché a profondèment changé. Orange n'a plus besoin d'avoir la même régulation que celle imposée à France Télécom…".

Et L’ARCEP ?
L’ARCEP ne s’est pas encore exprimée sur le sujet et en attendant instruit depuis quelques semaines 19 procédures à l’encontre de 11 opérateurs fixes et mobiles "pour des faits susceptibles de constituer des manquements aux obligations afférentes à leurs activités". L’Arcep n’a pas donné de détails sur qui est accusé de quoi. Elle souligne cependant que les procédures "portent notamment sur le déploiement des services mobiles, en particulier dans les zones les moins denses du territoire".

L’instruction ne vaut pas condamnation et peut aboutir à un non-lieu ou à une mise en demeure des opérateurs, qui doivent alors "se mettre en règle avec leurs obligations dans un délai determiné". En cas de non respect de celles-ci dans les délais prescrits, l’Autorité pourra prononcer des sanctions. Bref, le chemin (http://www.forum-orange.com/forums/viewtopic.php?pid=706458#p706458) est long.

L’ARCEP n’a prononcé que deux sanctions ces dernières années : contre La Poste, d’un montant d’un million d’euros, en décembre 2011, et contre Numericable, également en décembre 2011, d’un montant de cinq millions d’euros. Cette dernière avait été annulée par le Conseil Constitutionnel.
Pour rappel, l’ADLC souhaite (http://www.forum-orange.com/forums/viewtopic.php?pid=706369#p706369) que l’ARCEP mette en demeure Free sur son déploiement 3G.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 20 novembre 2014 à 20:04:49
Après SFR, pour son Noel, Altice serait disponible pour racheter Bouygues Telecom.
"Nous nous considérons comme les acheteurs naturels (de Bouygues Telecom). Nous avons une importante base de revenus donc il y aurait un important potentiel de synergies", a déclaré Dexter Goei lors de la conférence Morgan Stanley sur les télécoms, les médias et la technologie. "Si vendredi, nous recevons un coup de téléphone de Bouygues, alors pourquoi pas ? Nous aurons cette discussion. Je serais surpris s'il n'y avait pas d'effort en 2015 pour que la consolidation en France se fasse"
http://fr.reuters.com/article/frEuroRpt/idFRP6N0Q502Y20141120?pageNumber=1&virtualBrandChannel=0

Si l'opération se fait, l'Autorité De La Concurrence y mettrait certainement des conditions très strictes car, le nouvel ensemble poserait 47,9% du marché du mobile (SFR + Virgin Mobile + Bouygues + Mobile Numericable) et 33,5% du marché du fixe (chiffres au 30 septembre).
Le directeur général a ajouté qu'Altice n'aurait pas besoin de procéder à une augmentation de capital pour un rachat potentiel de Bouygues Telecom valorisé par les analystes entre 4,5 et 5 milliards d'euros. 
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 21 novembre 2014 à 06:33:59
Dailymotion la suite… Le Figaro (http://www.lefigaro.fr/secteur/high-tech/2014/11/14/01007-20141114ARTFIG00295-quand-le-patron-de-microsoft-parle-de-dailymotion-avec-stephane-richard.php) (14/11) annonce qu’une rencontre aurait été organisée entre le pédégé de Microsoft et celui d’Orange au sujet de la vente de Dailymotion. Microsoft n’aurait pas montré un intérêt pressant et Orange aurait reçu de nombreuses manifestations d’intérêt.

Cette option avait été évoquée au mois de février dernier lorsque Stéphane Richard avait affirmé qu’il était en discussion (Bfmtv (http://www.bfmtv.com/economie/stephane-richard-orange-discute-microsoft-dailymotion-719528.html), 25/02) avec Microsoft pour trouver un partenaire à Dailymotion. En mai 2013, La vente avait été quasiment conclue avec Yahoo, avant que cela capote pour raisons politiques. Des discussions avaient également été entamées avec Canal+, mais ce dernier voulait faire de Dailymotion une plate-forme payante, ce que ne souhaitait pas Orange. Le changement de ministre a semble-t-il levé les blocages d‘une vente majoritaire à un acteur étranger.

Orange n’a toujours pas trouvé la bonne recette pour Dailymotion. En avril 2011, Orange a acheté 49% de Dailymotion pour 69 millions d’euros et est monté au printemps 2013 à 100% du capital pour 72 millions supplèmentaires. Depuis des investissement ont été effectués afin de garder à niveau cette plate-forme, mais Orange ne veut pas aller plus loin.

Le feuilleton de production française est à suivre…
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 22 novembre 2014 à 07:59:17
Voilà à quoi pourrait ressemble le marché du fixe et du mobile si (et seulement si) Bouygues Telecom était racheté par SFR/Numericable/Virgin Mobile.

(http://nsa34.casimages.com/img/2014/11/22/14112207475479430.png) (http://www.casimages.com/i/14112207475479430.png)
Les résultats sont exprimés en milliers et proviennent des résultats à fin septembre publiés par les opérateurs. 

Cela pourrait-il être accepté globalement par l'Autorité De La Concurrence ? Le seul point noir pourrait être le déséquilibre sur le marché du mobile, mais avec 48,5% des forfaits qui sont sans engagement, le marché ne serait pas globalement considéré comme figé. Comme l'a répété l'ADLC ces derniers temps ce qui compte ce n'est pas le nombre d'acteurs, c'est l'animation du marché.
Orange perdrait sa première place, ce qui entrainerait certainement l'abandon de la régulation spécifique envers Orange. Free retrouverait sa place de "petit. Cela pousserait-il les deux à pousser un peu plus vers la mutualisation des réseaux ?
Titre: PIF
Posté par: Philoutix le 22 novembre 2014 à 12:06:30
Ce serait une excellente nouvelle pour Orange qui verrait sauter une bonne partie des contraintes réglementaires. De plus, impossible de croire que tous les clients BYT accepteront de passer chez SFR sans rien dire, une bonne tranche partira chez Orange et FREE. Certains copains m'ont déjà dit qu'ils migreraient chez SOSH si SFR reprend BYT. FREE serait aussi un grand gagnant avec surement l'octroi de fréquences supplèmentaires, 800 MHZ ?? Xavier aurait tout intérêt à ce deal. Paradoxalement je me demande même si SFR serait le premier gagnant du deal, un comble.

Titre: PIF
Posté par: eruditus le 22 novembre 2014 à 12:35:09

My 2 cents.

Orange a abandonné cette idée loufoque très rapidement devant les contres parties que l'adlc et/ou l'arcep lui imposerait.
SFR/NC fera de même.  :)

Actuellement, la seule consolidation possible est Iliad achetant Bouygues Telecom en direct. Libre à lui de revendre ce qu'il ne veut pas du groupe aux 2 autres opérateurs français ensuite, si il trouve la note trop salée.
Titre: PIF
Posté par: buddy le 22 novembre 2014 à 13:16:41
My 2 cents.

Orange a abandonné cette idée loufoque très rapidement devant les contres parties que l'adlc et/ou l'arcep lui imposerait.
SFR/NC fera de même.  :)

Actuellement, la seule consolidation possible est Iliad achetant Bouygues Telecom en direct. Libre à lui de revendre ce qu'il ne veut pas du groupe aux 2 autres opérateurs français ensuite, si il trouve la note trop salée.
à condition que les autres veuille bien "racheter" une partie ...
typiquement, je vois mal Orange racheté quoi que ce soit ... (Le fixe et le Mobile d'orange est "complet" pour moi / un rachat partiel des infras de Bouygues n'apporteraient rien).
Pour SFR/NC, je ne vois pas ce qu'ils rachèterait sur le fixe à Bouygues. Pour le mobile, je pense que Free gardera en grande partie la 2/3/4G de bouygues donc .. Rien à vendre non plus .. (à mon sens, j'ai surement "oublié" des choses.)
Titre: PIF
Posté par: eruditus le 22 novembre 2014 à 13:29:15
Ce qu'il faut comprendre du scénario que j'évoque, c'est que c'est le seul qui permet à Orange ou à SFR/NC d'échapper aux fourches caudines de la régulation.
Si il doit se réaliser, rien n'empêche Iliad de consulter avant SFR/NC, Orange  et les autorités de régulation pour savoir ce qu'ils peuvent faire pour alléger sa note.

Et il faudra bien sur qu'en plus ce montage se montre assez généreux pour que l'actionnaire principal de Bouygues Telecom soit content de vendre. ;D
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 22 novembre 2014 à 13:32:12
SFR/NC rachèterait des clients et un concurrent et deviendrait numéro 1. Pas belle la vie ? Orange, rachète indirectement une tranquillité réglementaire et Free éventuellement un réseau, des fréquences mobiles. Par contre j'imagine mal un partage de clients. Cela ferait un peu trop maquignon ! D'autant que sur le mobile le marché est globalement fluide et que sur le fixe cela ne change pas grand-chose.
Après, on peut effectivement imaginer une partie des clients Bouygues se barrer pour aller chez Free ou Orange. Altice est prêt à mettre 7 milliards pour Portugal Télécom. La presse économique évoquait 6,5 milliards pour BT.
Pas beau le Yalta ? Un package présenté devant l'ADLC, avec un gagnant/gagnant pour l'ensemble des acteurs. :)
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 27 novembre 2014 à 13:56:25
L'Autorité de la Concurrence (ADLC) a donné (http://www.autoritedelaconcurrence.fr/user/standard.php?id_rub=591&id_article=2457) son feu vert au rachat de Virgin Mobile et des ses 1,7 million de clients par SFR/Numéricable.
La seule contrainte (mais elle était déjà présente pour le rachat de SFR) est de :  "permettre l'accès aux MVNO à une offre de gros d'accès à très haut débit, notamment en recourant à la distribution d'accès très haut débit sur le réseau câblé en marque blanche, en utilisant si besoin des box mises à disposition par Numericable. Tous les acteurs du marché, y compris les MVNO, ont ainsi la possibilité de proposer des offres couplées comparables à celle de la nouvelle entité.

Sur le mobile, SFR passerait à +/- 32,3% en intégrant 1,690 million de clients de Virgin Mobile (dernier chiffre connu) et les 23 6000 clients de Numericable. Orange et ses 39,4% du marché serait dans le viseur. Derrière un deuxième bloc avec Bouygues et ses 15,4% et Free et ses 12,7%.
Les Mvno passeraient sous la barre des 10% avec un total de +/- 9,2% du marché au lieu de 11,6% au 30 septembre.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 01 décembre 2014 à 06:23:57
Dernières nouvelles du rachat de SFR par Numericable (14)
Eric Denoyer le nouveau pédégé de SFR a accordé une interview au Figaro (http://www.lefigaro.fr/secteur/high-tech/2014/11/27/01007-20141127ARTFIG00363-sfr-numericable-veut-detroner-orange.php)(28/11).
L’occasion de donner le carnet de route et de déclarer quelques ambitions comme par exemple de passer N°1 devant Orange : "Nous voulons devenir le leader français du très haut débit fixe et mobile, devant Orange. Nous allons accélérer les investissements dans la fibre et continuer à moderniser le câble.", cela passera aussi par : "Le groupe compte actuellement six marques dans le grand public et sept pour les entreprises. C'est trop. SFR sera la marque emblématique du groupe.", mais "nous n’entrerons pas dans une nouvelle guerre des prix (…) Il n’y aura pas de migration forcée des clients des services fixes "

Et enfin contrairement à ce qu’avait laissé fuité un dégé du nouveau groupe "Nous nous considérons comme les acheteurs naturels (de Bouygues Telecom). Nous avons une importante base de revenus donc il y aurait un important potentiel de synergies", pour lui : "Nous n'en avons pas besoin! (…) La situation evoluera mais à quelle échéance ?"

Et si la situation « évoluait », l’ADLC "serait extrêmement attentive à la puissance du nouvel ensemble a déclaré Bruno Lasssere le président de l’Autorité de la Concurrence ajoutant : "je ne suis pas adepte du meccano, je n'ai aucune vision préalable ni pensée unique. La qualité de la concurrence ne vient pas d'un nombre idéal d'acteurs, ni d'un chiffre magique, mais des incitations qui seront maintenues entre les opérateurs pour qu'ils puissent continuer à se faire une concurrence non seulement en termes de prix, mais aussi en qualité et en innovation" Interview à la lettre (http://arcep.fr/index.php?id=12628) (28/11).
De toute façon il n’a : "été approché, sondé par personne, ni Altice, ni Numericable, ni Bouygues Telecom (…) Ni Free non plus.". (La Tribune[/u] (http://www.latribune.fr/technos-medias/20141127tribdda423753/numericable-absorbe-sfr-la-plus-grosse-fusion-de-l-annee-est-bouclee.html), 27/11).

Numéricable vient de débourser 19 milliards pour racheter SFR et 325 millions pour racheter Virgin Mobile.Il est endetté pour 11,6 milliards, mais il ne remboursera que 600 millions d’euros d’intérêts par an sur 7 ans avant de rembourser le capital, ce qui lui laisse un peu de marge.
Le nouvel ensemble va peser 53% de parts de marché sur le très haut débit, 24,6% sur le haut et très débit et 32,2% sur le mobile.  Bref un vrai numéro deux pour challenger Orange, mais il y a du travail.

Selon Les Echos (http://www.lesechos.fr/tech-medias/medias/0203978301455-patrick-drahi-va-soffrir-portugal-telecom-pour-74-milliards-deuros-1069721.php), Altice devrait également s’offrir Portugal Telecom, il est entré en négociations exclusives avec le brésilien Oi pour 7,4 milliards d’euros pour acquérir l’opérateur historique
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 01 décembre 2014 à 14:32:51
L'ARCEP publie l'avis (http://www.arcep.fr/fileadmin/reprise/textes/juris/2014/14-DCC-160.pdf) de l'Autorité de la Concurrence sur le rachat de SFR par Numericable. En préambule (cela pourrait reservir...), l'ADLC rappelle les règles concernant le passage devant les autorités :
"Les entreprises concernées réalisent ensemble un chiffre d’affaires sur le plan mondial de plus de 150 millions d’euros (Altice : 2,8 milliards d’euros pour l’exercice clos le 31 décembre 2013 ; SFR : 10,2 milliards d’euros pour le même exercice). Chacune de ces entreprises a réalisé, en France, un chiffre d’affaires supérieur à 50 millions d’euros (groupe Altice : 1,5 milliards d’euros pour l’exercice clos le 31 décembre 2013 ; SFR : 10,2 milliards d’euros pour le même exercice). Les seuils de notification de l’article 1 paragraphe 2 du règlement (CE) 139/2004 sont franchis mais chacune des entreprises concernées réalise plus des deux tiers de son chiffre d’affaires dans l’Union en France. L’opération ne relève donc pas de la 11 compétence de l’Union européenne. En revanche, les seuils de contrôle mentionnés au I de l’article L. 430-2 du code de commerce sont franchis. Cette opération est donc soumise aux dispositions des articles L. 430-3 et suivants du code de commerce relatifs à la concentration économique.".
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 02 décembre 2014 à 21:35:12
Précision : la catégorie « autres » est calculé en prenant le total ARCEP défalqué des totaux publiés par les  opérateurs : Orange, Free, SFR, Bouygues et Numericable.
On y trouve donc par exemple les opérateurs DCOM comme SRR (54 000 à fin T3 2014), Outremer Telecom (57 000 clients à fin 2012), Zeop (10 000 clients) et  Canal+-Mediaserv (28 000 clients).  les opérateurs professionnels et les opérateurs locaux, les FAI alternatifs, mais aussi Virgin Mobile, La Poste Mobile (qui déclarait 50 000 clients à fin juin).

Merci à @infestedgrunt pour la précision. ;)
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 03 décembre 2014 à 06:21:34
C’est aussi un feuilleton chez Orange. Que faire avec EE l’entreprise anglaise détenue avec Deutsche Telekom ? Depuis fin 2012, Orange s’interroge sur la possibilité de vendre en partie EE. L’opérateur compte 27 millions de clients dont 2 millions en 4G. EE est le plus grand opérateur mobile du Royaume-Uni (33% du marché), devant Vodafone, O2 (29% du marché) et Hutchinson. La valorisation serait de 10 milliards d’euros, dont la moitié pour Orange.

IL y a encore 2 mois, l’option envisagée était une introduction en Bourse, Le quotidien Les Echos (http://www.lesechos.fr/tech-medias/hightech/0203872009455-le-sort-de-loperateur-anglais-ee-en-suspens-1055243.php)(20/10) évoquait  une introduction en Bourse, mais également un sortie totale d’Orange. Orange était : "convaincu que la structure actionnariale actuelle est ce qui permet de valoriser au mieux l’entreprise". Stéphane Richard, confiait récemment que "la situation 50%-50%" ne pouvait pas durer "sur le long terme".

Un communiqué (http://www.orange.com/fr/presse/communiques/communiques-2014/Deutsche-Telekom-et-Orange-entament-des-discussions-exploratoires-avec-BT) conjoint indique que la vente à British Telecom est également sur la table. Mais celui-ci qui souhaite revenir dans le mobile est également en train d’examiner le rachat de son ex branche mobile devenue O2 propriété de l’espagnol Telefonica.

La cession de la part d’Orange dans EE signerait la sortie de l’opérateur de Grande-Bretagne. Aujourd’hui, Orange a clairement fait le choix de l’Espagne, son deuxième marché après la France. Il est en train de racheter Jazztel, le quatrième opérateur espagnol, pour 3,4 milliards d’euros. Soit sa plus grosse acquisition depuis une dizaine d’années. La consolidation du secteur des télécoms se poursuit donc en Europe avec une stratégie de convergence fixe-mobile. A ce sujet, Vodafone étudie l’acquisition d’un câblo-opérateur comme Liberty Global qui est présent en Grande Bretagne sous la marque Virgin Média. 

Alors que la consolidation fixe/mobile semble en marche en Grande-Bretagne autour de Vodafone et de British Telecom, comme Orange n’est pas dans le jeu, l’heure est à la vente.
Titre: PIF
Posté par: Philoutix le 03 décembre 2014 à 15:52:19
ça va se terminer par une vente de la part d'Orange dans EE. L'état ayant besoin d'argent, cela se traduira surement par un dividende exceptionnelle ou un résultat net fortement majorée avec un IS à l'avenant pour Orange. Dans tous les cas, l'état prélèvera une forte dime qui s'élèvera au montant de la vente minoré du besoin de financement de JazzTel. Tout cela est de l'économie fiction mais si opportunité il y a SR vendra.

Pour le salarié, vaut mieux un RN majoré se traduisant par une participation à l'avenant, pour l'actionnaire un dividende exceptionnel. Pour le salarié actionnaire, il s'en fiche, il est sur de gagner à tous les coups.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 09 décembre 2014 à 06:13:40
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°99

Orange en Espagne
En Espagne, le dossier du rachat de Jazztel par Orange Espagne se poursuit. Mi-octobre une offre de 3,4 milliards d’euros pour 100% du capital de Jazztel a été déposée.   
Si Orange arrive à racheter Jazztel, l’ensemble détiendrait une part de marché de 26,2 % dans le fixe et de 25,1 % dans celui de la téléphonie mobile et deviendrait le deuxième opérateur sur le fixe et le troisième sur le mobile.

Le rachat pourrait rapporter 1,3 milliards d’euros d'économies. Auparavant Orange devra débourser 3,3 milliards et attendre les avis des différents régulateurs. C’est la plus grosse acquisition d’Orange depuis 10 ans.
Les autorités européennes de la concurrence ont déclaré vouloir approfondir l’examen du projet de rachat et vont chercher "à déterminer si le projet d'acquisition de Jazztel par son concurrent français Orange était conforme au règlement de l'UE sur les concentrations". Elle s'est donnée jusqu'au 24 avril 2015 pour prendre une décision. Les dernières opérations de concentration ont donné lieu à une plus grande ouverture aux mvno.

Orange en Afrique
Le directeur exécutif d’Orange pour l’Afrique et le Moyen-Orient a fait le point (cbanque (http://www.cbanque.com/actu/49127/orange-prevoit-une-consolidation-des-telecoms-en-afrique-et-moyen-orient)). Pour lui le marché va également se consolider dans ces zones. Orange y compte 40% de sa clientèle soit 100 millions de clients. Orange y réalise un chiffre d'affaires de 5,4 milliards d'euros et emploie 21.000 personnes.

Pour plus de visibilité Orange devrait choisir de rattacher toutes ses filiales dans un même holding. Orange y a développé son service de paiement mobile Orange Money et qui est utilisé par 12 millions de clients dans 14 pays pour un montant de transfert de 4,5 milliards d’euros (contre 2,2 milliards en 2013).
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 10 décembre 2014 à 06:17:06
A la suite du rachat de SFR, de Virgin Mobile et de Portugal Telecom pour 7,4 milliards d'euros (Le Figaro (http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2014/12/09/97002-20141209FILWWW00009-le-groupe-altice-rachete-portugal-telecom.php), 09/12), le quotidien Les Echos a publié une infographie sur le nouvel empire de Patrick Drahi l’homme fort d’Altice. Cela commence à devenir un groupe assez important, même si l’endettement est lourd. Le groupe rembourse 1,2 milliard d’intérêts par an (avant économies d’impôts), pour le seul rachat de SFR, c’est 600 millions par an. Ce qui semble à priori assez supportable, car les banques suivent.

Reste à y mettre de la cohérence dans tout cela et surtout à réussir le rachat de SFR afin d'en faire (enfin ?) un opérateur dynamique.
Question subsidiaire : Bouygues Telecom sera-t-il le prochain sur la liste ? Ou la consolidation se poursuivra-t-elle en fonctions des opportunités ici ou là ?

(http://nsa34.casimages.com/img/2014/12/06/141206071758637994.png) (http://www.casimages.com/i/141206071758637994.png)
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 11 décembre 2014 à 06:15:45
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°100
Histoire de célébrer le n°100 de cette rubrique, retour sur une brève publiée lors du premier numéro, le 11/04/2011 et sur une brève du numéro 50, publiée le 11 juillet 2013. Le numéro 100 est donc publié le 11 décembre.

Free – N°1, le 11 avril 2011
Maxime Lombardini (Les Echos (http://www.lesechos.fr/journal20110310/lec2_high_tech_et_medias/0201208730221-avec-free-mobile-et-sa-box-revolution-iliad-veut-doubler-de-taille-d-ici-a-2015.htm), 03/2011)., le directeur général du groupe, est serein : "Nous avons atteint un point bas de 15 % des recrutements nets dans l'ADSL au quatrième trimestre. Ce n'est pas déshonorant, d'autant que le lancement de la Freebox nous rend optimistes quant au retour vers notre part de marché historique de 24-25 %".
La part de marché d'Iliad dans l'ADSL a reculé à 21,7 % fin 2010 contre 23 % fin 2009. Bref, il y a du taf. Au maximum Iliad a atteint 25,5% fin 2008. La Freebox Révolution et l’arrivée de Free dans le mobile seront-ils des leviers de croissance pour atteindre cet objectif ?   

42 mois après, on peut affirmer sans se tromper que la réponse est oui…Mais Free voulait doubler de taille pour 2015, pari réussi ? L’autre info portait sur l’avenir comme full mvno de Virgin Mobile, qui vient d'être vendu à SFR/Numericable. Destin croisé avec Free Mobile.   

Vivendi – N°50, le 11 juillet 2013
Vivendi est toujours dans la reflexion quant à l'avenir du groupe. Dernièrement, une réunion a juste confirmé que le conglomérat se séparerait d'une manière ou d'une autre du pôle télécom. Dans ce cadre, SFR prendrait petit à petit son autonomie pour aller jusqu'à une introduction en bourse en 2014. Reste à Vivendi à vendre sa filiale marocaine (Maroc Télécom) et sa filiale brésilienne (GVT).
Ne resterait chez Vivendi que le pôle "loisirs" : la télé avec Canal+, les jeux avec Activision et la musique avec Universal.

Moins de 18 mois plus tard, le problème est quasiment réglé pour Vivendi, GVT va être vendu courant 2015 et Vivendi se retrouver à la tête de 10 milliards d’euros de cash, un groupe sans dettes et recentré sur les médias. 

Vivement le numéro 200.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 16 décembre 2014 à 06:18:24
L’affaire qui oppose Orange à Cogent à peut-être trouvée son épilogue judiciaire. Pour rappel, Cogent est un opérateur de transit international qui apporte le trafic issu de Google ou de tout autre acteur du Net jusqu’aux fournisseurs d’accès.
Mais cela ne règle pas le problème de fond. L’essor de la vidéo en ligne et des services va certainement obliger aussi à avoir plus de transparence financière sur l’activité de peering. Le trafic internet est en train de passer d’une économie de troc à une économie marchande et régulée.
Rappel de quelques dates.

Décembre 2009
Des clients d’Orange se plaignent des débits sur plusieurs sites dont Megaupload. En fait il s’agit d’un conflit entre un intermédiaire Cogent et Orange, celui-ci invitant Orange à augmenter ses capacités de trafic. Orange répondant que le trafic de Cogent avait explosé suite à son contrat avec MegaUpload, qui représentait alors 90% du trafic envoyé par Cogent. Orange demandant aux opérateurs de payer quand le ratio dépasse 2,5, et avait donc demandé à Cogent de passer à la caisse.

Mai 2011
Cogent attaque Orange devant l’Autorité de la Concurrence

Septembre 2012
Au mois de septembre (Zdnet (http://www.zdnet.fr/actualites/peering-france-telecom-autorise-a-facturer-a-cogent-du-trafic-vers-les-abonnes-orange-39782728.htm), 20/09) l'Autorité de la Concurrence (http://www.autoritedelaconcurrence.fr/user/standard.php?id_rub=417&id_article=1836) donne raison en grande partie à Orange dans le conflit qui l’opposait à Cogent, mais demande également plus de transparence financières dans la gestion des échanges.
L’avis autorise Orange à demander une rémunération en échange de l'ouverture de capacités de «peering» supplèmentaires. L’asymétrie des échanges étant devenue importante : un trafic entrant jusqu’à 13 fois supérieur au trafic sortant. Suite à cette décision, Cogent se tourne vers la Commission Européenne.

Juillet 2013
(Les Echos (http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/tech-medias/actu/0202887249783-l-arcep-pourra-enqueter-sur-le-net-584867.php), 10/07), le Conseil d’Etat autorise l’ARCEP à collecter des informations sur les relations qu’entretiennent les opérateurs - français et étrangers (lorsque leur activité impacte sérieusement les internautes français)  - avec les géants du Net tels que Google, Amazon, Apple et Facebook. Cela devrait permettre d’y voir plus clair sur le peering et d’essayer de déterminer qui doit payer qui/quoi pour acheminer les données. Certains blocages actuels pouvant remettre partiellement en cause la Neutralité du Net.

Aout 2013
La Commission Européenne perquisitionne les bureaux d’Orange, mais également ceux de Deutsche Telekom et de Telefonica.
La Commission s'est autosaisie du dossier et recherche depuis des preuves de distorsion de concurrence. Des "inspections" constituent une première étape en cas de soupçon de pratiques contraires aux règles de la concurrence, et ne préjugent pas de la culpabilité des entreprises en cause ni de l’issue de l’enquête.

Décembre 2013
Cogent perd une nouvelle manche contre Orange (ZdNet (http://www.zdnet.fr/actualites/peering-cogent-perd-en-appel-et-devra-payer-orange-39796506.htm), 20/12). La société de transit contestait la décision de l’Autorité de la Concurrence du mois de septembre 2012.
Mais la Cour d’Appel vient de confirmer cette décision. Il reste encore le recours via une décision de Bruxelles.

Octobre 2014
La Commission européenne met fin à 14 mois d'enquête sur le conflit entre les opérateurs télécoms et les sociétés de la toile. Elle n'a pas trouvé de preuves incriminantes (BfmTV (http://bfmbusiness.bfmtv.com/monde/interconnexion-dans-les-telecoms-bruxelles-clot-l-enquete-838114.html), 03/10). La CE a toutefois déclaré qu'elle continuerait de suivre le dossier de près.

Novembre 2014
Orange perd son procès (BfmTv (http://bfmbusiness.bfmtv.com/entreprise/orange-perd-son-proces-contre-la-commission-europeenne-848705.html), 25/11). L’opérateur contestait la perquisition effectuée en juillet 2013 dans ses locaux par la direction de la concurrence bruxelloise.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 17 décembre 2014 à 06:19:28
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°101

OCS, Netflic
OCS serait à 2,2 millions de clients. Source Challenges (édition papier du 11/12/2014). Le dernier chiffre était de 2 millions à fin avril. De son coté CanalPlay revendique 600 000 clients et Netflix serait entre 200 et 250 000 clients. Le tout démontre qu’à ce jour l’évolution est relativement lente en recrutements.
De son coté, alors qu’Orange parlait de constituer un Netflix à la française, ce ne sera qu’un service autour de la SVOD pour enfants avec TF1 (Bfmtv (http://bfmbusiness.bfmtv.com/entreprise/svod-accord-a-minima-entre-orange-et-tf1-851582.html), 10/12). Au vu du développement tranquille de Netflix, rien ne semble urgent. 

700Mhz
Il ne manquait plus qu’elle ! La décision du Gouvernement est désormais connue sur le calendrier du lancement de la bande de fréquence du 700Mhz. l'attribution aura lieu en décembre 2015, ce qui permettra d’affecter les 2,3 milliards attendus au budget de La Défense 2015. 
"Leur transfert effectif aura lieu entre le 1er octobre 2017 et le 30 juin 2019, à l'exception de quelques zones où ces derniers pourraient les utiliser dès avril 2016" selon le communiqué de Matignon. L'Arcep, va lancer une consultation publique sur le processus d'attribution "prochainement".
Cela confirme le calendrier précisé par Jean-Ludovic Silicani – le président de l’ARCEP - : "Si l’attribution a lieu fin 2015 ou début 2016, alors les fréquences pourront être utilisées par les télécoms à partir de 2018 ou 2019".

Ce sujet devrait alimenter les discussions pendant l’année 2015 et la bataille des opérateurs devrait être passionnante...

No future
Le feuilleton de la vente de EE est en train de se terminer pour Orange. L’opérateur mobile britannique détenu à parité depuis 2010 avec Deutsche Telekom devrait être vendu à British Telecom.

Cela devrait rapporter 4,6 milliards d’euros de cash à Orange sans compter une prise de participation de 4% dans BT. Le rachat d'EE par BT doit encore recevoir l'approbation des actionnaires de BT et celle de l'Autorité de la concurrence. Le dossier devrait être examiné par Bruxelles. Orange a besoin de cash pour notamment financer le rachat de l'opérateur espagnol Jazztel pour 3,2 milliards d'euros. 

Le marché du mobile en Grande-Bretagne est le suivant :
EE (filiale d’Orange et de Deutsche Telekom) 27 millions de clients, dont 5,6 millions en 4G,
O2 (filiale de Telefonica) 22 millions de clients,
Vodafone 19 millions de clients,
« 3 » (filiale de Hutchison Whampoa)8 millions de clients.

Faut-il rappeler que c’est une partie de l’histoire d’Orange qui se joue. France Telecom avait racheté le britannique Orange en 2000 avant d’adopter ce nom à l’ensemble du groupe. Faute d’avoir un pied dans le fixe et d’être acteur de la convergence fixe/mobile, c’est donc une sortie du marché britannique (et à un bon prix)  pour Orange. 
Ce rachat devrait voir se poursuivre la consolidation du marché en Grande-Bretagne.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 18 décembre 2014 à 06:12:09
L’audience doit se tenir aujourd’hui. Bouygues Telecom a assigné Free devant le tribunal de Commerce de Paris pour "pratique commerciale trompeuse" sur son offre mobile et l’accuse de bridage pour limiter les coûts de son contrat d’itinérance avec Orange (Les Echos (http://www.lesechos.fr/tech-medias/hightech/0203964862867-bouygues-accuse-free-de-tromper-ses-abonnes-1067994.php) (25/11). Bouygues demande au moins 100 millions d’euros come préjudice.
Cette assignation relance la polémique entre Bouygues et Free, alors que les eux opérateurs avaient signé un paix des braves au moment de la tentative de rachat de SFR par Bouygues.

Ce n’est pas la première fois que le contrat d’itinérance entre Orange et Free est attaqué par SFR et surtout par Bouygues Telecom qui a toujours pensé que l’arrivée de Free Mobile était la cause principale des ses difficultés.

Attaque de SFR devant la Commission Européenne
En mars 2013, SFR avait attaqué Orange devant les instances européennes en alléguant une "acquisition de contrôle conjointe de France Télécom sur Free Mobile". En clair, Orange serait en mesure de "contrôler" Free Mobile et donc pourrait perturber la concurrence sur le marché des télécommunications en France. "La Commission a classé cette plainte, car nous sommes arrivés à la conclusion que ce contrat d'itinérance n'était pas un rachat tel que défini dans le droit des rachats", explique le porte-parole du commissaire européen à la concurrence Joaquin Almunia. La Commission Européenne avait renvoyé le dossier vers l’ARCEP. Et le régulateur n’a jamais rien trouvé à redire sur cet accord. Pour l’ARCEP, le contrat d’itinérance 3G entre Orange et Free est un accord de droit privé et n’est pas de son ressort. Pour le régulateur, sa seule mission est de vérifier que Free est dans les clous sur la couverture tel que prévue dans sa licence.

ADLC et ARCEP sur le contrat d’itinérance
D’autre part, un avis consultatif sur l'accord entre Free et Orange avait été demandé par le gouvernement à l'Autorité de la concurrence (Communiqué de presse (http://www.autoritedelaconcurrence.fr/user/standard.php?id_rub=482&id_article=2061)) qui avait réaffirmé les principes de l’itinérance mais avait estimé qu’il ne devait pas être renouvelé.
Pour rappel, sur la 2G, l'itinérance court jusqu’en janvier 2016, mais pour l'Autorité de la Concurrence ce sera modulable en fonction de l’état du parc : "C’est à l’aune de cette évolution qu’il conviendra d’apprécier s’il est approprié de demander à Free de réaliser la migration de son parc avant les autres opérateurs, ou si une solution d’itinérance 2G encadrée est moins susceptible de fragiliser la dynamique concurrentielle."

Pour la 3G, c’est  2018, mais c'est dénonçable par un signataire (Free et/ou Orange) à partir de 2016. Selon les termes de sa licence, Free s’est engagé à couvrir, par son réseau propre, 75% de la population dès 2015 et 90% en 2018. Il devrait donc de lui-même demander à sortir de l’itinérance au fil de l’eau.

Au mois de juillet, L'Autorité De La Concurrence avait émis des doutes sur cet accord d'itinérance (La Tribune (http://www.latribune.fr/technos-medias/20140710trib000839432/il-faut-mettre-en-demeure-free-sur-l-itinerance-d-orange.html), 11/07). Pour l'ADLC, le problème semble être surtout du coté de l’ARCEP : "L'itinérance doit prendre fin, en 2016 voire 2018. Comment ? Il faut que l'Arcep mette en demeure Free avant l'échéance réglementaire, il faut anticiper et ne pas attendre le dernier moment, pour vérifier qu'il est sur la bonne trajectoire d'investissement (...) Mais nous avons émis des doutes et des craintes sur la pérennisation de l'itinérance, qui crée une situation de dépendance financière d'un côté et stratégique de l'autre. (il ne s'agit) pas de supprimer la licence en mettant en demeure Free de façon anticipée, avant janvier 2015.".

Pour L'ADLC, la balle est du coté de l'ARCEP : "Nous n'avons vu aucune étude à la suite de cette proposition, aucune proposition concrète, aucune réunion menée par le régulateur pour mettre en place le calendrier et la méthodologie que nous avons suggéré. Nous sommes déçus que rien n'ait été fait depuis un an. C'est un peu dommage (...) On aimerait que ce soit au moins expertisé. Réfléchir à une méthodologie pour envisager une extinction progressive par plaques régionales de l'itinérance, c'est un travail qui ne peut être mené effectivement que par l'Arcep".

La charge (http://www.forum-orange.com/forums/viewtopic.php?pid=703577#p703577) de l'ADLC n'est pas nouvelle et la dernière salve date du mois de juin lors d'un colloque organisé par Les Echos. L'ARCEP a même lancé une enquête, et elle : "vérifie que Free est bien sur une trajectoire d'investissement pour tenir ses obligations de couverture de 75% de la population à une échéance très proche, janvier 2015 : c'est demain matin (ajoutant) A ce stade, on ne sent pas d'enthousiasme à accélérer le calendrier (d'extinction de l'itinérance) chez l'opérateur qui en tire des revenus significatifs (...) Dès 2015, il faudra regarder dans le détail cette extinction par plaque à partir de 2016 ou 2018". 

Attaque de Bouygues devant le Conseil d’Etat
Enfin en juin 2014, Bouygues Telecom a attaqué l’ARCEP devant le Conseil D’Etat, Bouygues dénonçant le manque de clarté de la sortie de l’itinérance 3G qui lie Orange et Free.

Préjudice de 100 millions ?
Reste à déterminer le préjudice financier exact pour Bouygues Telecom. Depuis le lancement de Free Mobile, Bouygues a gagné 867 000 clients sur les forfaits, mais perdu 1,290 millions en prépayé, soit un solde négatif de 423 000 clients. Cela vaut-il 100 millions, plus ? S’agit-il des pertes financières cumulées de Bouygues Telecom ? Même pas, car sur l’année 2012 et 2013, Bouygues a perdu 798 Millions de chiffre d’affaire.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 18 décembre 2014 à 11:54:42
Iliad continue ses emplettes, et rachète Orange Suisse au fonds d'investissements Apax pour 2,3 milliards d'euros (source Les Echos). Iliad avait déjà été candidat au moment de la vente d'orange.     
Titre: PIF
Posté par: mccob le 18 décembre 2014 à 12:11:55
Iliad continue ses emplettes, et rachète Orange Suisse au fonds d'investissements Apax pour 2,3 milliards d'euros (source Les Echos). Iliad avait déjà été candidat au moment de la vente d'orange.   

Non ce n'est pas Iliad c'est NJJ, la holding personnelle de Xavier Niel (et c'était déjà à titre personnel que le rachat avait été tenté).
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 18 décembre 2014 à 13:35:45
Orange avait vendu pour 1,8 milliard d'euros. La plus-value est belle. Les opérateurs télécoms se vendent bien en ce moment (SFR, Portugal Telecom, EE, Jazztel, etc...)
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 19 décembre 2014 à 06:31:05
Où en est- on de la volonté européenne de lutter contre l’optimisation fiscale de Google, Amazon, Apple, Microsoft, eBay, etc…?
Le sujet est sur la table depuis deux ans cela bouge doucement après moult rapports, commissions parlementaires. Le but est de bipasser les obstacles techniques et politiques afin de taxer même à minima ces optimisateurs invétérés.     

Alors que le chiffre d'affaires de ces géants du Net dépasserait, selon la Fédération française des télécoms, 8 milliards d'euros dans l'Hexagone, ils y auraient seulement payé... 37 millions d'euros au titre de l'impôt sur les sociétés en 2011. Sur un montant théorique de 800 millions d'euros.

A noter qu’Apple préfère emprunter pour payer des dividendes que rapatrier des paradis fiscaux.
Alors que les budgets des Etats sont de plus en plus serrés, en juillet 2013 les membres du G20 ont demandé à l’OCDE de proposer un plan d’action. L'OCDE a publié des propositions (http://www.oecd.org/fr/ctp/beps-actions-2014.htm) au mois de septembre et les solutions tournent autour de la relocalisation des profits sur le territoire ou ils sont effectués et de valoriser les données des utilisateurs qui sont exploitées par les géants du Web. L’OCDE a demandé aux états de mettre en œuvre ces propositions pour fin 2015. Il va falloir convaincre quelques états récalcitrants comme l’Irlande, le Luxembourg  d’être coopératifs.   

Cela pousse la Fédération Française des Télécoms (représentant les opérateurs) à demander (http://www.fftelecoms.org/articles/quatrieme-etude-arthur-d-little-pour-la-fftelecoms-sur-l-economie-du-secteur-des-telecoms) une équité fiscale avec les géants du web mondial et demande donc une harmonisation de la TVA en Europe et pousse pour la mise en place des mesures préconisés par l’OCDE et bien sur par une baisse des taxes nationales (Les Echos (http://www.lesechos.fr/tech-medias/hightech/0203971647851-la-federation-francaise-des-telecoms-interpelle-la-nouvelle-commission-europeenne-1068969.php), 27/11). Sinon le risque serait grand de voir les gros acteurs européens complétement décrocher et donc de réduire les investissements et donc pénaliser l’ensemble de l’économie…

Il y a un an (pour solde de tout compte ?) la France a signé avec Google un fonds de soutien de 60 millions d'euros pour la presse française, alors que la plus grosse régie publicitaire mondiale est en litige en Espagne et en Allemagne. Pour solde de tout compte, l’Angleterre la joue également "solo" et veut juste imposer une taxe de 25 % aux multinationales sur leurs bénéfices réalisés au Royaume-Uni mais "artificiellement transférés" dans des pays à la fiscalité plus généreuse, comme l’Irlande.

En France, Google a déclaré un bénéfice net de 8,3 millions d’euros et un chiffre d’affaires de 192,9 millions d’euros en 2012. Pour cet exercice, les impôts payés par la multinationale en France se sont donc élevés à 6,5 millions d’euros, soit un montant bien inférieur à ce que le groupe aurait dû verser s’il avait déclaré ses véritables revenus compris entre 1,25 et 1,4 milliard d’euros selon les estimations…

C’est encore un long chemin qui s’annonce…
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 24 décembre 2014 à 08:09:54
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°102

Vente d’Outremer Telecom
Dans le cadre du rachat de SFR par Altice, ce dernier doit vendre au plus vite sa filiale de l’Ile de La Réunion. 7 candidats se sont manifestés : Free, le groupe réunionnais Océinde (propriétaire de Zeop qui est présent sur l’internet fixe), l'opérateur caribéen Digicel, l'opérateur historique de Madagascar, Telma. Des fonds d'investissement ont aussi répondu à l'appel. Altice attendrait une centaine de millions d'euros de la transaction. C’est l’Autorité de la Concurrence qui aura le dernier mot. 

La situation du marché est la suivante (Les Echos édition papier)  :

(http://nsa33.casimages.com/img/2014/12/18/141218050548918193.png) (http://www.casimages.com/i/141218050548918193.png)

T-Mobile US
T-Mobile va autoriser ses abonnés à cumuler la data non consommée (Degroupnews (https://www.degroupnews.com/international/t-mobile-autorise-ses-abonnes-cumuler-la-data-non-consommee)). Par exemple : pour un forfait disposant d’une enveloppe de trafic mobile de 3 Go, si un abonné n’en a consommé que 2 Go, il cumulera le Go restant avec sa nouvelle enveloppe mensuelle de 3 Go le mois suivant. En outre, il sera possible de cumuler sa data sur une année glissante.
Excellente initiative, le client doit pouvoir disposer librement du stock de son volume data.   

Rachat d’Orange Suisse par Xavier Niel
Coût : 2,3 milliards d'euros pour le troisième opérateur suisse avec une part de marché de 20% et 2,1 millions d’abonnés. Le premier est Swisscom avec 59% et le deuxième Sunrise avec 21%. Le rachat devra être validé par les autorités compétentes.

Free dans les clous pour sa couverture
C’est le président partant de l’ARCEP qui le dit : "Selon les informations disponibles à ce jour, Free devrait être à même de respecter mi-janvier son obligation d'une couverture de 75 % de la population, par ses propres fréquences, donc indépendamment de l'accord d'itinérance avec Orange qui devra bien sûr progressivement prendre fin.". Prochain objectif réglementaire : 90% de la population en janvier 2018.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 26 décembre 2014 à 09:03:07
Un graphique a été publié par le quotidien Les Echos (édition papier du 8/12) qui donne quelques chiffres intéressants sur l’audience de la vidéo sur internet. C’est sans appel, Youtube et Facebook vampirisent les accès à une vidéo.

(http://nsa33.casimages.com/img/2014/12/13/141213071221939653.gif) (http://www.casimages.com/i/141213071221939653.gif)

Pour la France, en décembre 2012, le CSA lors de la publication de son rapport (http://www.csa.fr/Etudes-et-publications/Les-rapports-annuels-du-CSA/CSA-Rapport-annuel-2012) annuel sur  la visualisation de vidéos sur Internet. Sans surprise, c’était le mastodonte Youtube qui arrivait en tête. Le total du deuxième, Facebook et du troisième Dailymotion était inférieur au total de Youtube. Loin derrière, des groupes audiovisuels (TF1, France Télévisions, M6 et Canal+) et de quelques indépendants (aufeminin.com, allociné). Le seul opérateur présent dans le top15 était Orange.

(http://img.imagesia.com/fichiers/8k/csa-audiovisuel-sur-internet_imagesia-com_8knb_large.gif) (http://imagesia.com/csa-audiovisuel-sur-internet_8knb)

Le quotidien Les Echos avait également publié des statistiques début 2012.

(http://img.imagesia.com/fichiers/1s/dailymotion_imagesia-com_1snj_large.gif) (http://imagesia.com/dailymotion_1snj)

En France et en deux ans le quatuor de tête n’a pas bougé, toujours largement dominé par Youtube suivi de Facebook. Seule différence notable, être déjà un groupe de média pour avoir une visibilité. A noter la montée en charge de Télé Loisirs et d’Orange.
Titre: PIF
Posté par: Nico le 26 décembre 2014 à 14:54:01
J'aimerais bien savoir combien ferait Facebook sans l'auto-play.
Titre: PIF
Posté par: Snickerss le 26 décembre 2014 à 15:53:13
J'aimerais bien savoir combien ferait Facebook sans l'auto-play.

+1

Quel calvaire. Je m'en suis rendu compte à l'étranger sur une connexion wifi asthmatique : appli impossible à utiliser, elle charge tous les contenus. Obligé de passer par le site web mobile.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 29 décembre 2014 à 09:45:40
Le nom du futur patron de l’ARCEP est connu, il s’agit de Sébastien Soriano. Dans un communiqué, c’est l'Elysée qui a annoncé le 23 décembre la nomination de l'actuel conseil spécial de Fleur Pellerin. Après l'approbation du président de l'Assemblée nationale et du président du Sénat, il prendra la tête du gendarme des télécoms début janvier. 
Le précédent patron Jean-Ludovic Silicani est revenu sur son bilan à la tête de l’ARCEP, dans une interview au quotidien Les Echos (http://www.lesechos.fr/tech-medias/hightech/0204024096972-jean-ludovic-silicani-larrivee-de-free-a-ete-un-changement-important-mais-previsible-1076127.php?JLT4YPiYvtSdYbop.99) (18/12) et un résumé de son discours d’adieu (La Tribune (http://www.latribune.fr/technos-medias/telecoms/20141218trib6e1e4ca24/free-devrait-couvrir-75-de-la-population-mi-janvier-2015-arcep.html), 18/12). Evidemment, il juge son bilan plutôt bon. Son mandat s’achève le 3 janvier 2015. Il est bien sûr contre la fusion de l’ARCEP et CSA et revient sur les sujets chauds du jour. Reste que certains trouveront son bilan trop consumériste, voir trop politique, et même trop proche de Free...

Bilan globalement positif
"Sur le fond, tous les objectifs fixés ont été atteints, voire dépassés. En quatre ans, le marché mobile français a été transfiguré : le coût de la facture moyenne mobile a baissé de plus de 40 % alors que le contenu du service s'est accru ; la moitié des abonnements sont désormais découplés et sans engagement ; le parc d'abonnés mobiles - sur un marché qu'on qualifiait de mature - a connu le taux de croissance le plus élevé d'Europe : +35 % en 5 ans. La part de marché détenue par les MVNO, c'est-à-dire les opérateurs sans réseau, est passée de 7 à presque 12 %.". Depuis, Virgin a été racheté par SFR/Numericable, le pourcentage va donc baisser.

Free dans les clous pour sa couverture
"Selon les informations disponibles à ce jour, Free devrait être à même de respecter mi-janvier son obligation d'une couverture de 75 % de la population, par ses propres fréquences, donc indépendamment de l'accord d'itinérance avec Orange qui devra bien sûr progressivement prendre fin.".

Consolidation en France
Pour lui Bouygues Telecom peut survivre seul : "Je ne suis pas devin, mais pourquoi pas ! (…) Sur le nombre d’opérateurs, il n’y a pas de chiffre magique, il faut juste que le marché soit animé et non bloqué et pour lui c’était le cas avant l’arrivée de Free mobile.".

Accord d’itinérance
"C’est un contrat de droit privé entre deux opérateurs. Chacun peut l’attaquer devant le tribunal de commerce ou porter un règlement de différend devant l’Arcep. Les tiers peuvent aussi le contester devant l’Autorité de la concurrence. Celle-ci a recommandé l’extinction progressive de l’accord d’itinérance « par plaques ». Or, en la matière, nous n’avons pas de pouvoir contraignant. Mais nous avons encouragé les deux opérateurs à s’y préparer. Au-delà des contraintes juridiques, je crois que, pour Free, la meilleure incitation à déployer son réseau reste les montants considérables qu’il verse chaque année à Orange au titre de ce contrat d’itinérance. L’Arcep vérifiera bientôt que Free a respecté son obligation de couvrir 75% de la population à la mi-janvier 2015.".

Le nouveau président aura-t-il le même regard ? Ce sera à suivre lors de son discours d'investiture. L'année 2015 devrait être chargée avec les enchères sur la bande de fréquences du 700Mz.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 30 décembre 2014 à 09:31:30
C’est la fin de l’année 2014 et traditionnellement en fin d’année, c’est l’heure des bilans, en voici un tout à fait subjectif sur quelques événements de l’année 2014.
 
Mobile
Lancement commercial de la 4G. 10 millions de clients selon l’ARCEP.
Free qui est en train de complétement passer devant Bouygues télécom qui recentre et remuscle ses offres. La «gueguerre» entre les deux se poursuit.
Free devrait être à 75% de couverture en janvier 2015.
L’itinérance entre Orange et Free continue de faire des vagues.
SFR et Bouygues mutualisent une partir de leurs réseaux mobiles.
Le calendrier des enchères de la 5G est lancée.

Fixe
Décollage du FTTH pour Orange et arrêt de la baisse des ventes sur le mobile. Stéphane Richard est réélu pour un mandat de 4 ans.
Baisse des prix de Bouygues sur son réseau, pas de réplique générale de la concurrence.

Consolidation
Rachat de SFR et Virgin mobile par Numericable, SFR redevient le deuxième opérateur et Vivendi devient riche. Bouygues était sur les rangs et avait même passé un deal avec Free.
Bouygues renonce à se faire acheter. 
Free n’a pas pu acheter Deutsche Mobile US, mais rachète Monaco Telecom et Orange Suisse.
La fusion ARCEP/CSA relancée, l'ARCEP change de président. 

Sport et médias
Annulation de l’appel d’offre des droits du Top14 entre la LNR et Canal+.
Celui pour la Ligue1 s’est déroulé normalement.
beIN Sports continue d’acquérir des droits.
Netflix débarque, la minceur de son catalogue étant compensée par un gros buzz. 
Titre: PIF
Posté par: pasbefri le 30 décembre 2014 à 17:15:21
Consolidation
Free n’a pas pu acheter Deutsche Mobile US, mais rachète Monaco Telecom et Orange Suisse.

Plus précisèment, Iliad/Free n'a pas été retenu au vu de la proposition financière envoyée à DT et Niel, à titre personnel avec ses sousous, rachète 2 opérateurs.

Titre: PIF
Posté par: Hammett le 31 décembre 2014 à 08:37:17
En octobre dernier, le Conseil Général du 92 a résilié le contrat que le liait à Sequalum (filiale de Numericable & SFR collectivités) pour absence de résultats. Le contrat (très controversé) datait de 2008 et prévoyait que 825.900 prises soient raccordées à fin 2015 – "573 000 prises disponibles sur le palier des immeuble ou en limite de propriété des pavillons.". En juillet, selon les décomptes du Conseil Général, seules 113.000 étaient effectivement raccordées – et 556.000 raccordables.
D’autre part, le CG reproche à Numericable d’avoir totalement négligé les zones déficitaires dont le raccordement était pourtant prévu grâce au versement d’une subvention de 59 millions d’euros (dont 26 millions versés en septembre).

Il y a quelques jours, une nouvelle étape a été franchie : le conseil général des Hauts-de-Seine vient d'adresser une mise en demeure à Numericable-SFR pour que le calendrier de déploiement soit respecté malgré la résiliation du contrat les liant.

Sequalum a trois mois pour remédier àux "nouveaux retards de construction" constatés par les Hauts-de-Seine. "A l'issue de cette période, si le retard est toujours constaté, le Département pourrait appliquer de nouvelles pénalités évaluées à plusieurs dizaines de millions d'euros". Les Hauts-de-Seine réclament déjà 45 millions d'euros de pénalités à Numericable-SFR pour le retard pris dans la construction du réseau.

Contractuellement, Sequalum est présent jusqu’au 30 juin 2015, ensuite ce sont une dizaine de candidats qui se sont portés candidats à la reprise en totalité ou en partie du réseau : Orange, Numericable, Bouygues Telecom, Iliad, Altitude Infrastructure, Covage, Sipartech, Telcité, Tutor et Zayo France.Courant janvier, Le CG devrait annoncer quels sont les candidats retenus pour la suite du processus.

Habitant du département et donc un peu concerné, c’est Orange qui fibre la partie de ma commune. Cela m’évite le «chantier» Sequalum et donc l’arrivée de la fibre à la saint glinglin…
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 05 janvier 2015 à 08:25:45
L’année 2015 démarre, quels seront les points forts  de l’année pour les télécoms ?
Du coté des opérateurs, la concurrence sera avivée par la sortie de nouvelles box et la montée en puissance du très haut débit. L’année pourrait voir Bouygues Télécom complétement reléguer à la quatrième place. Par son rachat, SFR va-t-il redécoller ? Le marché européen et français va-t-il continuer à se consolider ? L’ARCEP, de son coté va changer de président et lancer les enchères sur le 700Mhz. Il lui faudra organiser la sortie de Free de l’itinérance avec Orange. Enfin, assistera-t-on à un rapprochement entre l’ARCEP et le CSA ?

Opérateurs
Du coté des opérateurs, 2015, sur devrait être l’année de la sortie de nouvelles box pour Bouygues, Free, voir Orange ce qui devrait relancer la guerre commerciale.

Comme constaté en 2014, on devrait voir une montée en charge du très haut débit au dépend du haut débit. C’est clairement la tendance chez Orange et dans des volumes plus faibles chez SFR. Ce dernier étant repris en main par Numericable, il sera intéressant de voir comment celui-ci arrive à vendre son réseau haut débit et surtout comment va se réaliser la fusion des offres SFR et Numericable.

Alors que Free a quasiment dépassé Bouygues Telecom en tant que troisième opérateur, l’année 2015 devrait voir se poursuivre leur « gueguerre » commerciale : baisse des prix pour l’un contre promotions pour l’autre, alors que chacun va lancer des campagnes de communication pour le lancement de leurs nouvelles box.

Il faudra compter sur la poursuite de la consolidation en Europe : pour Orange vente d’EE en Grande Bretagne et rachat de Jazztel en Espagne ? Rachat d’Orange Suisse par Xavier Niel, Rachat de Portugal Telecom par Altice. Bouygues Telecom sera-t-il un futur consolidé ?

Les enchères sur la bande de fréquences du 700Mhz devraient voir un lourd investissement de la part des opérateurs et aussi à une partie de poker menteur. Il sera toujours question du déploiement 3G de Free, alors que l’objectif de 75% est atteint selon l’ARCEP. Prochaine étape 90% en janvier 2018. L’itinérance entre Orange et Free devrait continuer à faire parler et agiter les prétoires, alors que va se poursuivre la mutualisation d’un partie du réseau mobile entre Bouygues Telecom et SFR.   

L’ARCEP
Du coté de la régulation on en connaît déjà quelques-unes. Dans une interview au quotidien Les Echos (http://www.lesechos.fr/tech-medias/hightech/0204024096972-jean-ludovic-silicani-larrivee-de-free-a-ete-un-changement-important-mais-previsible-1076127.php?JLT4YPiYvtSdYbop.99) (18/12), l’ex patron de l’ARCEP a déjà défini quelques axes pour son successeur à savoir réguler les réseaux d’initiative publique dans le très haut débit et fixer les règles du code de la route du net. L’ARCEP devra également lancer les enchères sur la bande de fréquence du 700Mhz, continuer à « surveiller » Free sur son déploiement 3G et livrer ses conclusions sur les enquêtes lancées en 2014. L’itinérance entre Orange et Free devrait continuer à faire parler.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 06 janvier 2015 à 06:15:29
Un vœu pour 2015 ! Que nos opérateurs publient quelques statistiques supplèmentaires :

Que Bouygues Telecom donne le nombre de clients Mvno hébergés (Orange le fait).
Que Free donne le nombre de clients chez Alice et le nombre de clients FTTH.
Que Orange donne le nombre de clients dans les Dom-Com et donne trimestriellement le nombre de clients OCS.
Que SFR donne le nombre de clients Mvno hébergés (Orange le fait) et le nombre de clients RED.
Que Numericable/Altice soit transparent. 

Titre: PIF
Posté par: Hammett le 14 janvier 2015 à 07:46:00
Stéphane Richard, le pédégé d’Orange a présenté ses vœux à la presse (url=http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2015/01/13/97002-20150113FILWWW00097-operateurs-orange-croit-a-une-consolidation.php
]Le Figaro[/url], 13/01) et a réitéré sa conviction d’une consolidation du marché des télécoms en France. Pour lui, les investissements liés au déploiement du très haut débit et les enchères pour les fréquences du 700Mhz vont mécaniquement vers une consolidation du secteur.

Comme Orange ne peut pas se lancer, il reste Free même si les dernières déclarations de Xavier Niel étaient négative sur ce rachat, Stéphane Richard pense que c’est de l’intox (La Tribune (http://www.latribune.fr/technos-medias/20150113trib32aeacfda/passage-de-4-a-3-operateurs-orange-persiste-denonce-l-intox-de-free.html), 13/01) : "Il ne faut pas se laisser intoxiquer par les discours de certains : « circulez, il n'y a rien à voir, ça ne se fera pas sans nous, c'est moi qui donne le la, je n'en ai pas besoin, etc ". Pour lui, SFR-Numericable pourrait être également à la manœuvre.

Voilà une déclaration qui va relancer les spéculations de rachat. Les dernières dataient de fin novembre (Reuters (http://fr.reuters.com/article/frEuroRpt/idFRP6N0Q502Y20141120?pageNumber=1&virtualBrandChannel=0), 20/11), avec une annonce d’un dirigeant de Numericable.

D’autre part, Stéphane Richard a indiqué que les abonnements à Netflix étaient décevants et que son projet de Netflix à la française était toujours en cours.

Une nouvelle box est prévue pour fin 2015 : "Tout le monde dit que notre box n'est pas à la pointe, pourtant, nos résultats dans le haut débit sont là et la box n'est pas un handicap. La question est de savoir si la box est un produit d'appel, on pense que d'autres facteurs entrent en jeu, comme les contenus, le réseau, les débits". Il n’y aura pas Androïd dessus (ZdNet (http://www.zdnet.fr/actualites/box-free-mobile-consolidation-stephane-richard-orange-annonce-la-couleur-39812821.htm), 20/11).

Stéphane Richard présentera le 17 mars son futur plan stratégique à l’horizon 2020 et celui-ci devrait être orienté client : "On a longtemps eu une approche de masse avec la technologie avant-tout et c'était aux clients de s'adapter. Désormais, ce sont les usages qui seront au cœur de notre stratégie".       

Pour l’itinérance avec Free, il a été clair sur la qualité du service : "Celui qui est responsable des clients de Free et du service, c'est Free. Il est inacceptable que Free essaye de se soustraire à ses obligations de qualité de service. Notre contrat est honnête et loyal". Avec 75% de couverture : "Ils vont pouvoir bénéficier d'un réseau de qualité".       

Sur les enchères de la bande 700Mhz : "Comme le reste de l'industrie, on dit que nous n'en avons pas besoin immédiatement. On va devoir une nouvelle fois être les banquiers de l'Etat car on ne pourra pas utiliser ces fréquences avant plusieurs années. Après, nous sommes satisfaits qu'elles soient dévolues aux télécoms car on a besoin de ces fréquences. Le calendrier est prématuré mais on fera avec. On verra qui a les moyens de faire un gros chèque".     

Pour finir, Orange espère récolter 6 milliards d’euros de la vente de EE à BT, cela donnera " de la flexibilité pour participer à une consolidation en France ". Taquin le Stéphane Richard, d’autant que selon lui les performances commerciales ont été bonnes...Il ne reste plus qu’à attendre les réactions de ses petits camarades.   
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 15 janvier 2015 à 06:10:38
Le futur président de l’ARCEP a été (c’est la procédure) entendu par une Commission de l’Assemblée Nationale, l’occasion pour lui de présenter sa vision de la régulation. A noter une inflexion du discours par rapport à son prédécesseur. Florilège. 

Rôle de l’ARCEP
"Nous sommes à la fin d'un cycle, nous avons quatre opérateurs installés, avec des bases clients et des réseaux, certains encore en train de les déployer. Mais il y a une certaine effervescence aujourd'hui, des comportements qu'on pourrait regretter, on pourrait souhaiter que les choses soient un peu plus stables. Il faudra assurer la pérennité et la stabilité du secteur, avec une certaine empathie : il ne faut jamais oublier que ce sont des industriels qui déploient ces réseaux télécoms".
Nouveau cycle de régulation et empathie, l’ARCEP devrait donc être à l’écoute de l’ensemble des opérateurs

Itinérance
"Il y a eu un avis de l’Autorité de la concurrence à ce sujet. Je pense que l’Arcep doit donner suite à cet avis et établir les conditions d’une concurrence loyale sur le secteur mobile".
Sur la 3G, L’Autorité de la concurrence préconise l'extinction progressive de l'accord d'itinérance conclu entre Free et Orange à partir de 2016. Ou va s’arrêter l’empathie ? Bel exercice de style en perspective. De toute façon, Free a également intérêt à déployer pour se dégager du loyer payer à Orange.

Fusion ARCEP et CSA
"une de mes premières actions sera de prendre contact avec Olivier Schrameck (président du CSA) pour que nous puissions établir les travaux qui s'imposent. Faut-il aller au-delà? Sans doute un certain nombre de coopérations peuvent être cristallisées par la loi, pour ma part je ne pense pas qu'il faille aller trop loin, parce que j'ai un projet pour l'ARCEP, je pense que l'ARCEP a sa légitimité, a son action".
Sera-t-il entendu ? Aura-t-il le poids suffisant ? Si le rapprochement de l’ARCEP et du CSA se réalise, que deviendra ce nouveau président et l'ARCEP ?

Orange plutôt bienveillant
Lors de ses vœux, Stéphane Richard a plutôt accueilli favorablement la nomination de Sébastien Soriano à la tête de l’ARCEP.
"Je pense que le président de l'ARCEP doit être un homme lucide sur l'état réel du secteur dont il a la charge et des entreprises qui le composent (…) qu'il comprenne qu'il y a un rapport direct entre la régulation, notamment les conditions économiques d'accès aux réseaux de l'opérateur historique, et la capacité d'investissements des opérateurs dans les nouveaux réseaux".

Pour Orange, la principale question reste la régulation du dégroupage : "Il y a encore tous les ans une forme d'aléa sur le prix du dégroupage qui pour nous est quand même un critère important", ce que semble comprendre Sébastien Soriano : "Je propose de travailler à la mise en place d’une tarification pluriannuelle du cuivre. Cela représente un travail technique important, qui prendra au moins un an", mais pour lui l’objectif est également de pousser les français à passer de l’ADSL au très haut débit.

Sources : L’Express (http://lexpansion.lexpress.fr/actualites/1/actualite-economique/le-pdg-d-orange-espere-que-l-arcep-sera-plus-a-l-ecoute-du-secteur-des-telecoms_1640239.html#Eo0RsLeIfghIVpO1.99) (13/01), La Tribune (http://www.latribune.fr/technos-medias/telecoms/20150113trib521fe9200/concurrence-equitable-et-empathie-nouveaux-mots-d-ordre-de-l-arcep.html) (13/01), Les Echos (http://www.lesechos.fr/tech-medias/hightech/0204079070128-sebastien-soriano-donne-le-ton-de-son-futur-mandat-a-la-tete-de-larcep-1082892.php?UBdCHhadE4fQhoqX.99) (13/01), AFP (http://www.dhnet.be/dernieres-depeches/afp/concurrence-dans-la-telephonie-mobile-il-y-a-encore-du-travail-futur-president-de-l-arcep-54b55cb435703897f82fc218) (13/01).
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 16 janvier 2015 à 07:43:09
Est-ce le début d’un retournement de tendance ? Toujours est-il que les opérateurs télécoms qui voient leurs revenus baisser depuis 4 ans commencent à voir une éclaircie poindre. C’est l’Agefi qui fait le point en citant une étude réalisée par le Cabinet Nomura et des analyses du Crédit Suisse (Agefi (http://www.agefi.fr/articles/les-telecoms-europeens-recommencent-a-parler-de-croissance-1344225.html) (13/01).

En Europe
Toutes activités, "les revenus des opérateurs historiques européens devraient s'effriter de seulement 0,5% en 2015, en données comparables, avant de croître de 0,3% en 2016 puis de 0,8% l'année suivante". Pour l’activité mobile, c’est encore le marasme : le Crédit Suisse table sur un repli de 3,2% du CA en 2015 et de 0,7% en 2016. Pour rappel la baisse avait été de 8% en 2013. La 4G serait l’occasion pour les opérateurs de monétiser les services liés.
Toutefois, cette tendance mériterait d’être affinée, car elle ne concerne pas les opérateurs plus petits qui ont de plus en plus de mal à suivre le rythme des investissements.

En France
Ces analyses confirment les chiffres de l’ARCEP sur les revenus des opérateurs à fin septembre 2014. Depuis le début de l'année 2014, le lancement de la 4G a permis une décélération de l’érosion des revenus mobiles, la chute des revenus en 2014 devrait être moins lourde que pour les années 2012 et 2013.
En France, l’effet Free ne permettra pas aux opérateurs de suivre le rythme européen ! Cela mettra plus de temps et de plus, il faut compter avec une situation inégale selon les opérateurs. Orange en tant qu’opérateur historique et avec les revenus de l’accord d’itinérance avec Free s’en sort mieux nettement que SFR et Bouygues après avoir réduit la voilure ne promet des jours meilleurs que pour 2016.   
A confirmer avec la publication des résultats annuels.

Valorisations boursières
Dans le même article, l’AGEFI publie un récapitulatif sur quelques statistiques financières. C’est toujours utile d’avoir un ordre d’idée des forces en présence.

(http://nsa34.casimages.com/img/2015/01/13/150113114044716604.gif) (http://www.casimages.com/i/150113114044716604.gif)
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 23 janvier 2015 à 06:18:20
Dernières nouvelles du rachat de SFR par Numericable (15)
L’ADLC ouvre une enquête contre Numéricable (La Tribune (http://www.latribune.fr/technos-medias/telecoms/20150122trib260a4d018/le-feu-vert-au-rachat-de-sfr-par-numericable-menace.html), 22/01). Celui-ci ne respecterait pas ses engagements de vente de ses activités mobiles d’Outremer Telecom. En fait, Numericable est accusé de vouloir vider sa base clientèle et l'ADLC s'est auto-saisie "Afin d'examiner la compatibilité de cette décision avec les obligations souscrites par Numericable de préserver la viabilité économique, la valeur marchande et la compétitivité des activités de téléphonie mobile d'Outremer Télécom jusqu'à leur cession, le collège de l'Autorité a décidé de se saisir pour vérifier le respect de cet engagement". Ce qui affaiblirait de facto le futur acheteur.

L’ADLC peut en cas de non-respect (qui reste à prouver) :
"-retirer la décision ayant autorisé la réalisation de l'opération, l'entreprise étant tenue de notifier de nouveau l'opération dans un délai d'un mois à compter du retrait de la décision, à moins de revenir à l'état antérieur à la concentration (cf par exemple décision de retrait de l'autorisation de rachat de TPS par Groupe Canal Plus/communiqué du 21 septembre 2011);
- enjoindre sous astreinte à l'entreprise d'exécuter les engagements ;
- prononcer des sanctions pécuniaires qui peuvent aller jusqu'à 5 % du chiffre d'affaires France de l'entreprise
".
 
A suivre donc…Mais nul doute, que cela devrait ramener Numericable vers une plus sainte gestion et à un respect du texte dans l’esprit et dans la lettre. Il serait quand même surprenant que le rachat capote par rapport aux faits reprochés. L’ADLC doit décider du repreneur d'Outremer Telecom à la fin du mois de février. 
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 26 janvier 2015 à 06:16:12
Chez Orange, le futur projet d’entreprise d’Orange continue à se dessiner et devrait être présenté le 17 par Stéphane Richard. Il succède au plan «Conquêtes 2015» mis en place en 2010. Ce plan stratégique doit « structurer » le groupe Orange pour les cinq ans à venir, même si comme pour le précédent plan, les objectifs devraient être assez souples pour pouvoir les réaliser ou non.
De quoi sera-t-il composé ? 
Principalement dans l’accompagnement des startups et de la maison connectée. L’expansion à l’international qui était un des axes du précédent plan n’est plus une priorité : il y avait un objectif de 300 millions de clients, et dans les faits Orange est passé de 190 à 240 millions.

Accompagnement des startups
Lors de la présentation de ses vœux (La Tribune (http://www.latribune.fr/technos-medias/20150113trib32aeacfda/passage-de-4-a-3-operateurs-orange-persiste-denonce-l-intox-de-free.html), 13/01) Stéphane Richard est revenu sur le développement des startups : "Vous verrez, nous aurons dans ce plan 2020 des objectifs très, très ambitieux en nombre de startups que nous accompagnerons, nous allons faire beaucoup plus".
A ce jour 2 axes pour Orange : du fonds d'investissement Iris de 300 millions d'euros monté avec Publicis et le programme d'accélération Orange Fab, actuellement déployé dans six pays, États-Unis, France, Pologne, Espagne, Israël, Côte d'Ivoire, qui a déjà accompagné 70 startups depuis 2013, pourrait être décliné "en province, en France et peut-être dans d'autres pays".

Maison connectée
Orange veut se positionner sur "la maison connectée, un vrai marché, avec un modèle économique. Nous sommes légitimes puisque nous sommes présents au domicile de nos clients." Et se perçoit comme «un distributeur, un agrégateur, un assemblier : c'est notre vocation de départ (…) mais nous pouvons aussi designer et produire certains objets notamment dans la santé.»

Expérience Client
Enfin dernier point, mais un peu « fumant », l’expérience client : "une ambition tout à fait inédite sur l'expérience client, qui n'a pas toujours été au centre de tout dans notre industrie, laquelle a plutôt eu une approche de masse». Orange veut devenir «le premier opérateur télécom de l'ère Internet". Reste à développer précisèment le concept…

Le plan précédent
Lorsqu’il est arrivé en 2010, le plan « Conquêtes 2015 » avait permis de dégager quelques axes. Ce plan La Tribune (03/2010) prévoyait 5 plans d’actions : 
- Après la crise sociale et celle des suicides en 2008 et 2009, remettre les salariés au cœur de l’entreprise et recréer une culture d’entreprise.
- Montée en débit des réseaux fixe et mobile,
- Simplifier les offres et les services,
- Améliorer la relation client, développer les usages. 
- Etre ambitieux à l’international.

En France, pour gagner des clients, Orange doit profiter de sa force dans les réseaux et être à l’initiative et dynamique commercialement sur la Fibre Optique. Parallèlement au déploiement, il lui faudra commencer à baisser ses tarifs pour ses clients ADSL les moins bien lotis. Concernant, la téléphonie mobile, Orange doit arriver rapidement à ne plus faire de distinctions sur l’utilisation de son forfait à l’intérieur des frontières de l’Union Européenne. Toute la Data doit être utilisable avec de la souplesse et pourquoi pas partagée entre plusieurs personnes.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 27 janvier 2015 à 06:14:08
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°103

Rachat de Jazztel par Orange
La décision de la Commission Européenne devrait rendre son verdict fin avril concernant le rachat de l’opérateur Jazztel par Orange pour 3,4 milliards d’euros. Orange va devoir faire des concessions supplèmentaires afin de garantir la concurrence sur le marché espagnol (Reuters (http://fr.reuters.com/article/frEuroRpt/idFRL6N0UZ3W820150120), 20/01).

Orange à Cuba
Selon Bfm (http://bfmbusiness.bfmtv.com/entreprise/orange-pourrait-patir-de-l-ouverture-de-cuba-858730.html) (21/01), la normalisation des relations entre Cuba et les Etats-Unis pourrait poser un problème à Orange. L’opérateur avance ses pions afin de présenter des offres pour les touristes se rendant à Cuba, mais la présence Yankee pourrait un peu gripper la démarche. A voir quand même…

Consolidation in U.K.
Après la vente de EE à BT pour 15,7Md€, le conglomérat hongkongais Hutchison Wampoa a confirmé être en "discussions exclusives" avec l'espagnol Telefonica en vue du rachat de l'opérateur britannique de téléphonie mobile O2 pour 12,1Md€. Cette transaction ferait de Hutchinson le premier opérateur britannique.
Le marché britannique passerait lui aussi de 4 à 3 opérateurs, actuellement il est : EE (filiale d’Orange et de Deutsche Telekom) 27 millions de clients, O2 (filiale de Telefonica) 22 millions de clients, Vodafone 19 millions de clients, « 3 » (filiale de Hutchison Whampoa) 8 millions de clients. Après consolidation, il serait le suivant :  O2 + « 3 », 30 millions de clients, BT 27 millions de clients, Vodafone, 19 millions de clients. 

Rachat de Portugal Telecom
Le processus de rachat de l’opérateur historique par Altice (propriétaire de Numericable et de SFR) se poursuit. Les actionnaires de Portugal Telecom ont approuvé la vente pour 7,4 milliards d'euros.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 02 février 2015 à 06:15:03
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°104

Consolidation dans l’hexagone
Sébastien Soriano, le nouveau patron de l’ARCEP lors d’une interview au quotidien Les Echos (http://www.lesechos.fr/tech-medias/hightech/0204113142529-sebastien-soriano-la-regulation-doit-etre-bonne-pour-tous-1087471.php?i2K0Q32eZr5GteWt.99) (27/01) a déclaré : "On ne demande pas à un arbitre de foot de commenter le jeu sur le terrain. Notre job, à l’ARCEP, c’est de faire fonctionner le marché tel qu’il est, en créant les bonnes incitations. Il est pour cela nécessaire que le régulateur ait une vision panoramique du fonctionnement du secteur. Dans cette photographie globale, on trouve bien sûr des questions comme l’itinérance, la mutualisation des réseaux ou encore l’accès aux points hauts mobiles".

Bref, rien que de très classique pour l’ARCEP, son prédécesseur était déjà sur cette ligne-là.   

Roaming en Europe
Les opérateurs de téléphonie mobile pourraient être autorisés à maintenir au cours des trois prochaines années des frais d'itinérance ("roaming"), selon un document préparé par l'Union européenne (La Tribune (http://www.latribune.fr/technos-medias/20150128trib7882931f4/les-frais-de-roaming-en-europe-maintenus-jusqu-en-2018.html), 28/01). Cette proposition va à l'encontre d'un vote du Parlement européen, qui s'est prononcé à une écrasante majorité pour la suppression d'ici fin 2015.
Les opérateurs télécoms pourraient offrir à leurs clients une "franchise de roaming", qui permettrait de naviguer sur internet et d'effectuer des appels au tarif local jusqu'à une certaine somme. Le montant de cette franchise n'est pas précisé.Au-delà de ce plafond, les opérateurs ne pourront toutefois pas imposer de frais supérieurs au prix de gros maximal, soit actuellement cinq centimes par minute ou méga-octets. Depuis juillet, les frais maximaux de roaming sont de 20 centimes par méga-octet.

Free
Afin de contrer la «guerre» tarifaire de Bouygues, Free a lancé plusieurs offres promotionnelles en 2014. Selon L’Opinion, 160 000 nouveaux clients box auraient été acquis via Vente Privée en 2014, soit plus de la moitié des recrutements de l’année (Freenews (http://www.freenews.fr/freenews-edition-nationale-299/freebox-9/free-aurait-recrute-la-moitie-ses-abonnes-box-via-vente-privee-en-2014), 28/01). Si l’on prend un tarif minimum de 1,99€ au lieu de 29,99€, cela pourrait donner un manque à gagner (en année pleine) de 26,9 millions d’euros. A fin septembre 2014, cela représente 1,4% du nombre total des clients et 1,4% du chiffre d’affaire, compensé en partie par les gains effectués avec le dégroupage. Tenable, mais faudrait pas que cela dure.
Titre: PIF
Posté par: alain_p le 02 février 2015 à 21:43:29
  Si l’on prend un tarif minimum de 1,99€ au lieu de 29,99€, cela pourrait donner un manque à gagner (en année pleine) de 26,9 millions d’euros. A fin septembre 2014, cela représente 1,4% du nombre total des clients et 1,4% du chiffre d’affaire, compensé en partie par les gains effectués avec le dégroupage. Tenable, mais faudrait pas que cela dure.

C'est sans doute ce que Maxime Lombardini appelle de la "croissance rentable"  ;)
Titre: PIF
Posté par: CariBoo le 02 février 2015 à 22:16:19

Afin de contrer la «guerre» tarifaire de Bouygues, Free a lancé plusieurs offres promotionnelles en 2014. Selon L’Opinion, 160 000 nouveaux clients box auraient été acquis via Vente Privée en 2014, soit plus de la moitié des recrutements de l’année (Freenews (http://www.freenews.fr/freenews-edition-nationale-299/freebox-9/free-aurait-recrute-la-moitie-ses-abonnes-box-via-vente-privee-en-2014), 28/01). Si l’on prend un tarif minimum de 1,99€ au lieu de 29,99€, cela pourrait donner un manque à gagner (en année pleine) de 26,9 millions d’euros. ...

Je ne comprends pas trop le calcul de l'Opinion qui sert de référence pour l'argumentation.
 28*12*160000 = 53,76 Millions .. cela fait donc un trou dans le CA de 53,76. En plus du CA qui n'est pas généré, les nouveaux abonnés engendrent des frais (raccordement (55E je crois), dégroupage de la ligne 9E/mois, cout de la freebox, frais de gestion ..). Cela revient à dire que le coût d'acquisition est très élevé pour cette population et que le seuil de rentabilité pour ces clients sera alors de 24-30 mois (Encore faut il qu'il reste abonné assez longtemps pour que l'opérateur commence à gagner un peu d'argent ..). La seule logique à ce type d'opération est de contrer l'acquisition de nouveau clients par ses concurrents et de les forcer à "cramer du cash" avec des offres économiquement limite.

Je me souviens que par le passé, Neuf, puis Neuf-cegetel étaient très fort à ce petit jeu .. on sait comment cela s'est terminé pour eux
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 04 février 2015 à 06:14:27
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°105

Outemer Telecom   
Numericable fait marche arrière (La Tribune (http://www.latribune.fr/technos-medias/telecoms/20150202tribda75bf875/numericable-sfr-fait-machine-arriere-face-au-gendarme-de-la-concurrence.html), 02/02) ! Numéricable revient sur les augmentations de tarifs de sa filiale Outremer Telecom. Celle-ci étant en vente dans le cadre du rachat de SFR, l’Autorité De La Concurrence soupçonnait Numericable de vouloir faire résilier ses clients pour les voir partir vers la filiale de SFR Réunion.

Dans le cadre du rachat de SFR, Numericable s'est engagé à céder les activités mobiles d'Outremer Telecom, à la Réunion et à Mayotte, car trop puissant (66% de part de marché à la Réunion, 90% à Mayotte). L’ADLC avait ouvert une enquête contre Numéricable (La Tribune (http://www.latribune.fr/technos-medias/telecoms/20150122trib260a4d018/le-feu-vert-au-rachat-de-sfr-par-numericable-menace.html), 22/01). L’Autorité De La Concurrence supervise la vente d’Outremer Telecom, qui devrait être finalisée d’ici fin février.   

Ouf, le rachat a failli ne pas se faire… 

Orange
En grande forme (trop ?) Stéphane Richard lors d’une interview Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro (La Tribune (http://www.latribune.fr/technos-medias/20150202trib77bcfcc3d/guerre-des-prix-la-marge-d-orange-a-baisse-de-2-milliards-d-euros-en-2014.html), 02/02). Pour lui, le marché français du mobile a un opérateur de trop, car l’introduction de Free Mobile a été une erreur. Même si il a reconnu que l’entente sur les prix avant l’arrivée de Free était également une erreur.

Donc, il devrait y avoir à terme une consolidation car en regard des investissements à réaliser les prix doivent cesser de baisser, car c’est une tendance lourde en Europe. Il estime à 2 milliards la perte de marge brute sur 2014.
Il a également plaidé pour que la fiscalité et la régulation européenne soit la même pour les opérateurs européens et les géants du net. Mais pour lui les nouvelles autorités européennes seraient un peu plus « européennes » que les précédentes.   

Pour Orange, il s’agit de développer les nouveaux usages (le paiement sur mobile, la santé, l’Internet des objets, le cloud, le big data...) en s’appuyant et en développant des starts-ups et sur un réseau de qualité, Ce qui permettra de monétiser ces services et de reconstituer les marges de l’entreprise et d’avoir un secteur des télécoms fort et à la hauteur des enjeux. 

Emballé, c’est pesé et les messages sont nets. Mais (un peu) cachotier, Stéphane Richard n’a rien dit sur l’avenir de l’accord d’itinérance avec Free…
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 05 février 2015 à 07:41:58
Orange va lancer Orange Digital ventures (Les Echos (http://www.lemonde.fr/economie/article/2015/01/22/orange-lance-un-fonds-d-investissement-dans-les-start-up_4561206_3234.html#dtYpLX3QMB8J0mft.99), 22/01), un fond de capital-risque dédié aux startups qui sera doté dune enveloppe de 20 millions d’euros renouvelables  et sera piloté par Pierre Louette, le secrétaire général de l’opérateur.

Orange est déjà présent dans le financement  avec Iris, un fonds lancé en 2012 conjointement par Orange et Publicis et doté de 300 millions d’euros. Pour rappel, Les 2 groupes avait apporté ensemble 150 millions d'euros qui, ajoutés aux engagements provenant d'investisseurs tiers dont font partie le Fonds Européen d'Investissement et de CDC Entreprises (Groupe Caisse des Dépôts), permettent d'atteindre une capacité totale d'investissement de 300 millions d'euros. Mais contrairement à Iris, les startups sélectionnées par Orange Digital Ventures auront toutes un lien avec les activités du groupe. Elles seront principalement axées autour de la connectivité, l’internet des objets, la e-santé ou encore les paiements mobiles par exemple.

Ce fond va donc permettre de compléter l’existant : Orange Fabs [les accélérateurs de jeunes pousses du groupe], ainsi que toute la recherche-développement réalisée en interne. A suivre donc...Il serait assez instructif de voir les résultats dégagés par le fonds Iris. Quels sont les retours ?
Mais plus globalement, cela s’inscrit dans une volonté politique de favoriser l’innovation et l’investissement. Par le biais d’un financement direct via des grands groupes, 290 millions ont été levés l’an dernier, ce qui ne représente que 10% du capital-investissement total. L’objectif est d’arriver par de nouvelles mesures fiscales incitatives à 1 milliard en 2017 (Challenges (http://www.challenges.fr/high-tech/20141208.CHA1227/pourquoi-les-grands-groupes-du-cac-40-ont-interet-a-racheter-des-start-up.html), 09/12).

En complèment lire l’enquête de Olivier Ezratty sur Frenchweb (http://frenchweb.fr/expert-les-nombreux-visages-lopen-innovation-troisieme-partie/173322), 11/2014)
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 09 février 2015 à 06:11:15
It’s done (Le Monde (http://abonnes.lemonde.fr/economie/article/2015/02/05/bt-rachete-ee-pour-12-5-milliards-de-livres_4569990_3234.html), 05/02) ! Orange et Deutsche Telekom ont vendu EE à BT pour 16,7 milliards d’euros. Orange va recevoir 4,6 milliards d’euros et une participation de 4% dans l'entité commune BT/EE. La finalisation de cette opération est attendue d'ici à mars 2016.La cession de la part d’Orange dans EE signerait la sortie de l’opérateur de Grande-Bretagne. Aujourd’hui, Orange a clairement fait le choix de l’Espagne, son deuxième marché après la France. Il est en train de racheter Jazztel, le quatrième opérateur espagnol, pour 3,4 milliards d’euros.

Pour rappel, le conglomérat hongkongais Hutchison Whampoa a confirmé être en "discussions exclusives" avec l'espagnol Telefonica en vue du rachat de l'opérateur britannique de téléphonie mobile O2 pour 12,1Md€. Cette transaction ferait de Hutchinson le premier opérateur britannique.

Le marché britannique passerait lui aussi de 4 à 3 opérateurs, actuellement il est : EE (filiale d’Orange et de Deutsche Telekom) 27 millions de clients, O2 (filiale de Telefonica) 22 millions de clients, Vodafone 19 millions de clients, « 3 » (filiale de Hutchison Whampoa) 8 millions de clients.
Après consolidation, il serait le suivant : O2 + « 3 », 30 millions de clients, BT 27 millions de clients, Vodafone, 19 millions de clients. Consolidation : après l'Espagne, l'Allemagne, l'Irlande et Suisse, à qui le tour ?
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 18 février 2015 à 12:42:58
Dernières nouvelles du rachat de SFR par Numericable (16)
P.Drahi a fait une offre de 3,9 milliards d’euros pour racheter à Vivendi les parts (20%) que ce dernier détient encore dans SFR. L’opération se ferait par moitié par SFR et la maison mère Altice.
Vivendi donnera sa réponse le 27 février à l’issue d’un Conseil d’Administration. Cela vaudrait à Vivendi un total de 17 milliards d’euros pour la vente en totalité de SFR.Selon Le Figaro (http://www.lefigaro.fr/secteur/high-tech/2015/02/18/01007-20150218ARTFIG00142-vivendi-va-ceder-sa-participation-dans-numericable-sfr.php) (18/02), l'offre devrait être accapté par Vivendi.

En attendant, la note commence à être présentée (Les Echos (http://www.lesechos.fr/journal20150210/lec1_enquete/0204144341229-patrick-drahi-une-main-de-fer-chez-sfr-1091718.php?8ieqmG3PP6KV0fjX.99), 10/02). Elle est rude en interne, voir salée pour certains fournisseurs. Les synergies promises lors du rachat doivent atteindre plus d’un milliards d’euros jusqu’en 2017.

Altice la maison mère a présenté un première note (http://numericable-sfr.com/sites/default/files/Finance/Publications-resultats/pr-nc-sfr-pr-fy-2014-results_guidance-20150217.pdf) sur ses résultats du 5 mars. Et ils ne sont pas bons. Le chiffre d'affaire et l'Ebitda 2014 seraient en baisses significatives par rapport à 2013 (résultats pro forma ou à périmètre constant, c'est à dire comme si SFR faisait déjà partie du groupe pour les résultats 2013).
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 19 février 2015 à 07:57:00
Rachat de Bouygues Telecom par NC/SFR ? - N°3

L’encre du rachat de SFR par Altice est à peine sèche, qu’un rachat de Bouygues Telecom par NC/SFR fait l(‘objet de nouvelle spéculations. C’est une info de Bloomberg (http://www.bloomberg.com/news/articles/2015-02-13/tycoon-drahi-said-to-prepare-for-bouygues-telecom-takeover) (16/02) qui indique que "que les conseils de Bouygues et l'Altice, la maison-mère de Numéricable SFR, s'étaient déjà rencontrés, et que le groupe de Patrick Drahi étudie la façon d'éviter les foudres de l'antitrust.
La semaine dernière Bfm (http://bfmbusiness.bfmtv.com/entreprise/sfr-numericable-proposerait-8-milliards-pour-bouygues-telecom-862442.html) (10/02) annonçait que P.Drahi serait prêt à mettre 8 milliards d’euros sur la table soit quasiment le prix demandé par Marti Bouygues l’été dernier. Les économies réalisées seraient de 2 milliards d’euros. 

Oui, mais non, va savoir ! 
Ces bruits insistants font suite à une déclaration (Reuters (http://fr.reuters.com/article/frEuroRpt/idFRP6N0Q502Y20141120?pageNumber=1&virtualBrandChannel=0), 20/10) d’un dirigeant d’Altice au mois de novembre dernier : "Nous nous considérons comme les acheteurs naturels (de Bouygues Telecom). Nous avons une importante base de revenus donc il y aurait un important potentiel de synergies (…) Si vendredi, nous recevons un coup de téléphone de Bouygues, alors pourquoi pas ? Nous aurons cette discussion. Je serais surpris s'il n'y avait pas d'effort en 2015 pour que la consolidation en France se fasse".
Propos qui avaient été dèmentis par Eric Denoyer - le nouveau pédégé de SFR - "Nous nous considérons comme les acheteurs naturels (de Bouygues Telecom). Nous avons une importante base de revenus donc il y aurait un important potentiel de synergies (…) Nous n'en avons pas besoin! (…) La situation évoluera mais à quelle échéance ?" (Figaro (http://www.lefigaro.fr/secteur/high-tech/2014/11/27/01007-20141127ARTFIG00363-sfr-numericable-veut-detroner-orange.php), 28/11).

Et Bouygues ?
Martin Bouygues veut-il vendre. Selon BFM, un responsable aurait déclaré : "Nous ne sommes pas pressés de vendre, mais la porte est ouverte". Officiellement Bouygues Telecom a fait savoir que "Aucune négociation n’est en cours". 
La volonté de P.Drahi de racheter les parts restantes de Vivendi dans SFR pourrait dégager le terrain pour un futur deal  autour de Bouygues Telecom. 

Quelle conditions ?
L’opération de rachat pourrait poser quelques problèmes de concurrence pour l’ADLC, qui pourrait accepter moyennant d’importantes cessions: fréquences, antennes, base de clientèle. Et là, il faudrait trouver des acheteurs. Cela semble compliqué (mais pas impossible) pour Orange, mais plus simple pour Free. Mais ce dernier (pour une question de prix ? D’inimitié entre dirigeants ? ) n’est pas publiquement intéressé. Pour rappel, il y a un an pour le rachat de SFR, Free avait proposé 1,8 milliard d’euros pour racheter le réseau et les fréquences de Bouygues Télécom si celui-ci était parvenu à racheter SFR.   

Quel marché ?   
Si un rachat se faisait, voilà ce que serait la situation du marché (chiffres au 30 septembre 2014). Sur la mobile, les chiffres SFR comptabilisent également Virgin Mobile et les clients mobiles de Numericable. 

(http://nsa34.casimages.com/img/2014/11/22/14112207475479430.png) (http://www.casimages.com/i/14112207475479430.png)

Les résultats sont exprimés en milliers et proviennent des résultats à fin septembre publiés par les opérateurs.

Suite au prochain épisode...
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 20 février 2015 à 08:02:52
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°106

Situation du mobile au Maroc
L’Usine Nouvelle (http://www.usinenouvelle.com/article/meditel-filiale-d-orange-au-maroc-conforte-sa-deuxieme-place-dans-le-mobile.N312530) (10/02) publié l’étude annuelle de l’ANRT, le régulateur marocain des télécoms. Pour rappel, Orange est présent à travers une participation de 40% dans Meditel et devrait en prendre le contrôle et l’intégrer dans ses comptes (L’Expansion (http://lexpansion.lexpress.fr/high-tech/orange-en-passe-de-prendre-le-controle-de-meditel-n-2-du-mobile-au-maroc_1653076.html), 19/02).

Maroc Telecom détient 41,3% (42,8% fin 2013) du marché, Meditel 30,8% (29,2% fin 2013) et Inwi 27,9% (28% à fin 2013) pour 44,1 millions de lignes. Sur le prépayé, qui représente (95% du marché), Maroc Télécom est à 40,2, Meditel à 31% et Inwi est à 28,8%. Sur le postpayé, Maroc Telecom est à59,9%, Meditel à 28,3% et Inwi à 11,7%.

Mvno : de nouveaux arrêts
Ortel Mobile (250 000 clients selon les derniers chiffres), le MVNO de KPN, a décidé de stopper son activité. Buzzmobile hébergé par SFR va s’arrêter également. Après le rachat de Virgin Mobile par Numericable/SFR et la d’incorporation des clients Mvno de Numericable, le secteur des Mvno continue donc de diminuer. Le prochain sur la liste pourrait être Joe Mobile.
Comme Mvno significatif, il ne reste que NRJ Mobile avec +/- 1,2 millions de clients et La Poste Mobile avec un peu plus 1 millions de clients. L’ARCEP compte 7,423 millions de clients à fin décembre 2014. 

Orange Suisse racheté par Xavier Niel
Après Monaco télécom, Le Holding de Xavier Niel continue ses emplettes, et rachète Orange Suisse au fonds d'investissements Apax pour 2,8 milliards et le feu vert de la Commission fédérale de la communication (ComCom). Iliad avait déjà été candidat au moment de la vente d'orange à Apax. Cela représente une plus-value de 800 millions pour Apax.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 24 février 2015 à 07:52:15
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°107
Orange
Lors de la présentation de ses résultats du T4, Orange a donné quelques informations financières et notamment sur les économies réalisées en interne afin de maintenir les marges.
En 2014, 707 millions ont ainsi été réalisées, cela s’ajoutent aux 929 millions réalisées en 2013. Cela compense la baisse du chiffre d’affaire France pour 82% contre 57% en 2013. C’est même à 97% sur le second semestre 2014 ! 
L’origine de la baisse de ces coûts est : «Les coûts directs baissent de 204 millions d'euros. Pour environ la moitié, la diminution concerne les coûts d'interconnexion avec la baisse des prix régulés des terminaisons d'appel. Les coûts commerciaux sont en forte réduction, notamment les commissions liées à la rationalisation des canaux de distribution.
Les coûts indirects sont en diminution de 503 millions d'euros. Les charges de personnel (retraitées) baissent de - 2,9% (254 millions d'euros) avec un nombre moyen de salariés en diminution de -3,8% à base comparable (151 638 équivalents temps plein en 2014 contre 157 580 en 2013). Les autres coûts indirects baissent de 249 millions d'euros : les économies réalisées sur les frais généraux, la publicité, les charges immobilières et informatiques sont partiellement compensées par la hausse des taxes dans certains pays de la zone Afrique et Moyen-Orient et en Belgique.
»

Vivendi
Si Vivendi accepte la proposition de P.Drahi de lui racheter les 20% des parts de SFR pour 3,9 milliards, en deux ans, le groupe aura amassé plus de 36 milliards de ses différentes ventes !
SFR – 17 milliards.
Activision – 7,6 milliards
GVT – 7,5 milliards
Maroc Telecom – 4,2 milliards   

Coté dépenses, Vivendi a racheté les parts de Lagardère dans Canal+ pour 1 milliard d'euros et a distribué 5 milliards à ses actionnaires pour les années 2014 et 2015.  Une fois l’ensemble de ses ventes réalisées, Vivendi ne sera plus endetté et sera à la tête d’une trésorerie de plus de 10 milliards d’euros. 

Loi Macron
La fameuse Loi Macron devrait voir les pouvoirs de l’ARCEP renforcés et permettre à l’Arcep de se saisir des contrats de partage de réseaux mobiles et de les modifier - l’autorité peut changer par exemple la durée des contrats, les modalités économiques...-, si elle le juge nécessaire pour le bon fonctionnement du marché. L’Arcep n’intervient cependant qu’après avoir consulté l’Autorité de la concurrence. Cela concerne les accords dit d’itinérance - quand Free loue le réseau d’Orange - mais aussi les accords de mutualisation de réseaux - comme celui qui existe entre SFR et Bouygues Telecom.
L’an dernier, l’Autorité de la concurrence avait notamment invité le régulateur à s’exprimer sur le contrat d’itinérance entre Free et Orange, demandant une extinction par plaques, puis un arrêt définitif en 2018. Mais ses propositions étaient restées lettre morte, l’Arcep n’ayant pas les compétences juridiques pour agir.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 27 février 2015 à 07:56:54
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°108

l’Itinérance Free/Orange et l’ARCEP
En bon communicateur Sébastien Soriano - Le nouveau Président de l’ARCEP tel au toréro - a agité la muleta devant le taureau (cela marche toujours...) lors d'une interview au Le Figaro (http://www.lefigaro.fr/secteur/high-tech/2015/02/22/01007-20150222ARTFIG00119-telecoms-l-itinerance-est-une-drogue-de-substitution.php) (21/02) : "Si l'itinérance se transforme en drogue de substitution, ce n'est pas bon". Il évoque bien sur la fin de l’itinérance qui permet à Free Mobile de louer une partie du réseau d’Orange.

En ce qui concerne la 3G, cet accord doit prendre fin contractuellement en janvier 2018. Mais rien n’interdit à Free d’y renoncer au fur et à mesure de l’avancement de sa couverture nationale.

L’an dernier, l’Autorité de la concurrence avait notamment invité l'ARCEP à s’exprimer sur le contrat d’itinérance entre Free et Orange et avait demandé une extinction par plaques, puis un arrêt définitif en 2018. Mais ses propositions étaient restées lettre morte, l’ARCEP estimant ne pas avoir les compétences juridiques pour agir (et ne les demandant pas). Avec le vote de la Loi Macron, c'est chose faite, l’ARCEP aura toutes les armes juridiques pour pouvoir le faire.

Plus concrètement, l’ARCEP va définir un : "calendrier exigeant mais cohérent avec la faisabilité sur le terrain", le reste sera mutualisé, reste à Free à avoir quelque chose à mutualiser. Mais là, il faut surement comprendre mutualisation par co-investissements, un peu à l’image de ce qui se passe sur la Fibre Optique (FTTH). 
Free a annoncé vouloir être à 96% à fin 2016, contre 75% à ce jour. Il serait donc logique que l'itinérance finisse par tomber et même être d’équerre avec le calendrier de l’ARCEP.

"Dégroupage" du réseau Numericable   
Dans le cadre du rachat de SFR par Altice, l’Autorité De La Concurrence avait imposé à Numericable une ouverture de son réseau et cela passait pas une offre de gros afin de ne pas attendre le déploiement du FTTH. Comme Orange peut le faire avec le réseau cuivre. 

Sauf que la première mouture dévoilée par l’ADLC (c’est elle qui pilote directement la mise en place des conditions liées à cette vente) est trouvée trop chère par les Mvno et les opérateurs.  CIC Mobile  a déclaré que : "Pour l’instant, les conditions proposées ne nous permettent pas de construire des offres 4P [TV, internet, fixe, mobile, NDLR] suffisamment attractives (…) C’est pourtant la convergence qui guide aujourd’hui le marché".

Orange pourrait être intéressé afin de préserver des parts de marché sur le très haut débit et a missionné un cabinet de conseil pour étudier la question. Le 9 mars est la date butoir afin de faire des observations sur ces tarifs. Ensuite, c’est l’ADLC qui tranchera (Les Echos (http://www.lesechos.fr/tech-medias/hightech/0204169711632-telecoms-les-conditions-dacces-au-cable-decoivent-1094592.php?Cgrc77vLrd84xfgK.99), 18/02) 
Titre: PIF
Posté par: kgersen le 27 février 2015 à 09:04:05
Orange ... a missionné un cabinet de conseil pour étudier la question.

cette blague ?! Orange vu sa taille ne peut pas faire cela en interne ?! c'est rendu a ce point la ? c'est un peu hallucinant quand même.

Ou le cabinet de conseil en question est très "pote" avec la direction peut-être ?
Titre: PIF
Posté par: mattmatt73 le 27 février 2015 à 15:34:00
cette blague ?! Orange vu sa taille ne peut pas faire cela en interne ?! c'est rendu a ce point la ? c'est un peu hallucinant quand même.

Ou le cabinet de conseil en question est très "pote" avec la direction peut-être ?

Chez nous le cabinet de conseils à deux objectifs possible :

Sortir des choses que la direction n'a pas les couilles n'assumer seule
Sortir du pognon vers ..... ailleurs

Titre: PIF
Posté par: Hammett le 28 février 2015 à 08:50:25
Dernières nouvelles du rachat de SFR par Numericable (17)
Vivendi a accepté (La Tribune (http://www.latribune.fr/technos-medias/telecoms/20150227tribc485660f4/numericable-sfr-vivendi-accepte-de-ceder-ses-20-a-drahi.html), 28/02) l'offre de P.Drahi de racheter pour 3,9 milliards d’euros pour racheter à Vivendi sa participation résiduelle de 20% dans Numericable-SFR. L’opération se ferait par moitié par SFR et la maison mère Altice. Vivendi a donc vendu SFR pour 17 milliards d'euros.

L'opération sera réalisée au plus tard le 30 avril 2015. Cela va permettre à P.Drahi d'avoir complètement les mains libres chez SFR et ainsi de pouvoir proposer une ou des alliances en cas de consolidation du marché des télécoms en France.

Pour rappel, c'est le 24 février 2014que P.Drahi - pour le groupe Altice - rentrait en négociations exclusives avec Vivendi (http://www.vivendi.com/presse/communiques-de-presse/vivendi-precision/).

Les résultats de SFR/NC/Virgin Mobile seront présentés le 5 mars.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 01 mars 2015 à 08:30:15
Rachat de Bouygues Telecom par NC/SFR ? - N°4
Le JDD (http://www.lejdd.fr/Economie/Entreprises/SFR-propose-7-5-milliards-d-euros-pour-racheter-Bouygues-Telecom-720250) (01/03) donne l'info : P.Drahi aurait fait une offre de rachat à Martin Bouygues de 7 à 7,5 milliards d'euros pour se payer Bouygues Telecom.

Cela confirme l'info de Bloomberg (http://www.bloomberg.com/news/articles/2015-02-13/tycoon-drahi-said-to-prepare-for-bouygues-telecom-takeover) (16/02) qui indiquait que "que les conseils de Bouygues et l'Altice, la maison-mère de Numéricable SFR, s'étaient déjà rencontrés, et que le groupe de Patrick Drahi étudie la façon d'éviter les foudres de l'antitrust.
Bfm (http://bfmbusiness.bfmtv.com/entreprise/sfr-numericable-proposerait-8-milliards-pour-bouygues-telecom-862442.html) (10/02) annonçait que P.Drahi était prêt à mettre 8 milliards d’euros sur la table soit quasiment le prix demandé par Martin Bouygues l’été dernier. Les économies réalisées seraient de 2 milliards d’euros.
 
Lors de la présentation des résultats du groupe, Martin Bouygues a répété mercredi qu'il n'était pas vendeur et qu'il était même acheteur de ses concurrents. En coulisse cela n'a pas l'air aussi tranché que cela. Est-ce juste une question de prix et d'ego ? Les enchères sur les fréquences du 700Mz permettront de vérifier si certains sont prêts à y participer pour préparer l'avenir ou à y renoncer...

Dans la rubrique consolidation des télécoms, le même JDD, annonce qu'Orange regarderait le dossier Telecom Italia dont les principaux actionnaires souhaitent  se désengager. Telecom Italia est endetté de 35 milliards, et la seule partie italienne couterait 20 milliards d'euros. A ce jour, ce n'est même pas à l'étude. Pour rappel, dans le cadre de la vente de GVT (filiale brésilienne) de Vivendi et par le jeu des différentes capitalisations, Vivendi devrait devenir propriétaire de 5,7% de Telecom Italia.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 04 mars 2015 à 07:54:54
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°109

Rachat de Jazztel par Orange
La Commission Européenne va prendre un peu plus de temps pour rendre son verdict concernant le rachat de l’opérateur Jazztel par Orange. Orange va devoir faire des concessions supplèmentaires afin de garantir la concurrence sur le marché espagnol (ZdNet (http://www.zdnet.fr/actualites/rachat-de-jazztel-par-orange-bruxelles-expose-ses-griefs-39815422.htm), 26/02).
 
Jazztel est le cinquième opérateur mobile espagnol loin derrière Movistar (Telefonica) et Vodafone (qui s'est offert Ono) .Jaztel compte 60.000 abonnés en Fibre Optique, 1,5 million de clients mobiles et 1,5 million dans le haut débit. Si Orange arrive à racheter Jazztel, l’ensemble détiendrait une part de marché de 26,2 % dans le fixe et de 25,1 % dans celui de la téléphonie mobile et deviendrait le deuxième opérateur sur le fixe et le troisième sur le mobile.

Au mois de d’octobre dernier la Commission Européenne avait décidé d'ouvrir une enquête approfondie sur cette opération : "L'entité issue de la concentration ne se retrouverait certes pas dans une position dominante, mais la Commission craint que l'opération envisagée n'entraîne une diminution importante de la pression concurrentielle pour les services d'accès à l'internet fixe et les offres «multiple play» fixes et mobiles. La disparition de Jazztel en tant que force concurrentielle importante pourrait entraîner des hausses de prix de ces services pour les clients en Espagne"

Orange avait répondu en novembre dernier mais la Commission avait estimé que les engagements pris par Orange étaient insuffisants. Dernièrement la Commission a adressé une "communication des griefs", toutefois, elle devrait pouvoir donner son accord après de nouvelles concessions. Toutefois, il semble que l’opération sera un peu retardée.

Martin Bouygues
A l’égal de quelques vedettes sportives, politiques  et du show-business dont la mort a été annoncée par erreur, Martin Bouygues a également eu droit à son annonce. Heureusement pour lui et ses proches, il est en parfaite santé.
D’autant que Martin Bouygues avait présenté les résultats du groupe Bouygues en toute décontraction. Ainsi pour dèmentir la vente Bouygues Telecom il avait répondu : "Vous vendriez votre femme, vous ?" Madame a du apprécié...Poussant même le bouchon : "Bouygues Telecom est l'acheteur naturel de Free, de SFR et même d'Orange". Bref, un sens de l’humour béton...
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 10 mars 2015 à 08:01:36
Dernières nouvelles du rachat de SFR par Numericable (18)
Dans le cadre du rachat de SFR, Numericable s'est engagé à céder les activités mobiles d'Outremer Telecom, à la Réunion et à Mayotte (66% de part de marché à la Réunion, 90% à Mayotte).
Finalement, c’est l’opérateur historique malgache Telma qui remporte la mise. Telma totalise plus de 1,5 million d’abonnés. Son offre pour Outre-Mer Telecom avoisinerait les 70 millions d’euros. L’Autorité De La Concurrence supervisant la vente d’Outremer Telecom devra donc donner son accord (Les Echos (http://www.lesechos.fr/tech-medias/medias/0204205253715-telma-va-racheter-a-numericable-les-activites-mobiles-doutremer-telecom-1099290.php), 05/03). 

La situation du marché est la suivante (Les Echos édition papier de fin décembre) :

(http://nsa33.casimages.com/img/2014/12/18/141218050548918193.png) (http://www.casimages.com/i/141218050548918193.png)

Le haut débit
Lors de la publication de son avis, et contrairement à l’activité mobile, l’ADLC n’avait pas vu de problèmes sur le marché du fixe à La Réunion et avait estimé le marché asez concurrentiel.
A fin 2013; Orange comptait 75.000 abonnés, SRR (fin septembre 2014) en comptait 54 000 (48.000 fin 2013, 36 000 fin 2012), Altice (avec Only et Izi) 36 000. Plus petits, Zeop revendiquait 10 000 clients et Canal+/Mediaserv  28 000 clients.

Autre chiffre (juillet 2013) concernant la télévision payante :  Canal+ Caraïbes compte 275 000 clients sur l’ensemble des DOM-COM dont 125 000 à La Réunion. MediaServ comptait 62 000 clients internet sur les Caraïbes.

Titre: PIF
Posté par: Hammett le 11 mars 2015 à 08:07:30
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°110

Free (1)
Afin de renouveler sa Crystal vieillissante, Free a présenté sa Freebox Mini. Celle tournera en partie sous Androïd et supportera le 4K et le hvec. C’est d’abord une réplique commerciale à la Mini/Android/non4K/nonhvec de Bouygues. Free est resté sage sur les prix, contrairement au mini buzz sur une possible nouvelle guerre des prix "Je vais tout péter, tout mettre à 10 euros"(La Tribune, 09/03) (http://www.latribune.fr/technos-medias/telecoms/20150309trib60667d660/et-si-free-cassait-les-prix-du-mobile-a-10-euros.html). La seule différence - et elle de taille - est l’étendue du réseau dégroupé de Free. Contrairement à Bouygues, le prix de 29,99€ se retrouve sur la quasi-totalité des clients Free. 
   
Free (2)
Selon les chiffres publiés par l’ARCEP, le T4 a vu une augmentation de 305 000 nouveaux clients sur l’ensemble des segments du fixe. Bouygues a gagné 109 000 nouveaux clients, Orange 96 000 et SFR perdu 25 000 clients, il reste donc 125 000 clients à se partager entre Free et des « petits » opérateurs.  Sur le mobile, selon les estimations de l'ARCEP et en fonction des résultats déjà publiés, cela pourrait être un gain de 536 000 nouveaux clients.
A confirmer le 12 mars.

Free (3)
Free a annoncé 550 000 clients en très haut débit, mais n’a pas donner le détail sur la répartition vds2/ftth. Plusieurs estimations donnent 100 000 clients sur le ftth (magie du chiffre rond...). Des détails supplèmentaires seront-ils donnés demain avec la présentation des résultats ?

Free (4)
Qui a dit : "Jusque-là les opérateurs contrôlaient leurs box (...) Demain, quand on aura un parc Android sur la France entière, ce sera Google qui depuis Mountain View pourra décider de la VOD qui sera distribuée" ? Qui a dit : "Nous sommes des gens pragmatiques. Avec Google, on estime avoir obtenu des conditions satisfaisantes pour travailler ensemble. Mais on le fait à notre manière " ?
Les deux déclarations sont de Maxime Lombardini. C'est la même veste, la première est d’octobre 2014, la deuxième de mars  2015. Pas toujours facile la vie du numéro deux…
Titre: PIF
Posté par: tom pouce le 11 mars 2015 à 11:56:26
100k à fin 2014 d'après Niel (la visite était en plus mi-novembre).
Actuellement, serge.31, le plus optimiste des estimateurs, qui estimait 99500 abonnés fin 2014, en est à 111000. L'autre estimateur sur une méthode proche, francois04, en estime lui 106000 (avec 94000 connexions qui pinguent) contre 96000 (84500 connexions qui pinguent) au 1er janvier.

Vivement des vrais chiffres pour recaler tout ça.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 11 mars 2015 à 13:03:37
Vivement des vrais chiffres pour recaler tout ça.
Que les décideurs chez Free aient la même opinion que toi. D'autre part, il serait intéressant qu'Orange donne également le nombre de clients sur le VDS2 et que SFR détaille ses clients THD par segment.   
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 19 mars 2015 à 08:04:32
Chez Orange, le futur projet d’entreprise d’Orange « Essentiels 2020 » a été présenté par Orange le 17 mars dernier.

Ce plan succède au plan «Conquêtes 2015» mis en place en 2010 et doit structurer le groupe Orange pour les cinq ans à venir, mais contrairement au plan précédent, il y a quelques objectifs chiffrés. Voilà des objectifs qu’il conviendra de suivre et de vérifier. Il aurait été intéressant qu'Orange fasse un bilan public du plan "Conquêtes 2010".
Que retenir de "Essentiels 2020" ?

Très haut débit
En France, Orange va multiplier par trois ses investissements dans la fibre d’ici à 2020 et veux passer de 3,6 millions de logements raccordables fin 2014 à 12 millions en 2018 et 20 millions en 2022.
L’objectif pour Orange est d’avoir une base de 60% clients sur fibre d'ici à 2018 et 1 millions d’ici à la fin de l’année. D’autant que pour Orange, "Actuellement, un client fibre apporte ainsi un ARPU supérieur en moyenne de 5€/mois comparé à un client ADSL", de plus cela permettra de regagner des parts de marché là ou Free n’est pas encore présent sur la Fibre.
L’objectif est fort, mais l’année 2014 a vu Orange passer à la vitesse supérieure et recruter plus de clients sur le très haut débit que sur l’ADSL. Les cartes sont dans les mains d’Orange.

Mobile
Sur les futures fréquences, Orange pense que l’effort financier sera inférieur aux précédentes enchères.
Pour rappel, lors de l’attribution des dernières licences 800 Mhz, SFR avait déboursé 1,065 milliard, Orange 891 millions et Bouygues 683 millions. Free n’avait rien eu. Soit un gain de 2,639 milliards pour 1,800 milliard attendu. Pour le 2600 Mhz, Orange avait versé 287 millions, Free 271 millions, Bouygues 228 millions et SFR 150 millions, pour un total de 936 millions alors que 700 millions étaient attendus. Total 2,5 milliards attendus, 3,575 milliards reçus… 

Sur l’itinérance, les revenus d’Orange devraient commencer à diminuer cette année pour s’éteindre en 2018. Orange ne prévoit pas de nouvelle guerre de prix dans le mobile. Enfin si Orange doit partager son réseau, ce ne serait qu’avec Free.
Orange prévoit de couvrir 100% en 4G les TGV et en 3G/4G le métro à Paris en 2018.

Divers
Une nouvelle box compatible 4K sera annoncée en octobre lors du show Hello. La voix sur wifi sera lancée cette année. 
Orange va créer créé holding africaine afin de regrouper ses 23 participations. Cela permettra à Orange d’être prêt à une consolidation en Afrique qui compte 250 opérateurs. En Europe, et contrairement aux rumeurs, aucune consolidation de prévue avec Télécom Italia.
Orange va refonder son service client : un numéro de service client Orange unique sera mis en place en France en 2016. L’objectif est que la moitié de toutes les interactions des clients avec Orange en Europe se fasse sur les canaux digitaux d’ici à 2018. Cela permettra aussi des faire ses économies.
Deux nouveaux gros axes de croissance : le paiement sur mobile et la maison connectée.

Start-ups
D’ici à 2020, le Groupe a pour ambition d’avoir accompagné 500 start-ups dans le monde au travers de ses différents programmes (Corporate Ventures et Orange Fab). A ce jour 2 axes pour Orange : un fonds d'investissement Iris de 300 millions d'euros monté avec Publicis et le programme d'accélération Orange Fab, actuellement déployé dans six pays, États-Unis, France, Pologne, Espagne, Israël, Côte d'Ivoire, qui a déjà accompagné 70 start-ups depuis 2013

Finances
Prévision d’un CA en 2018 supérieur à celui de 2014. En attendant point bas pour Ebitda en 2015 et ramener ratio de dette nette / EBITDA retraité de 2x à moyen terme contre 2,09x à fin 2014. Ce qui doit permettre à Orange de faire quelques emplettes d’ici là.
Pour combler la perte de l’itinérance et le basculement de l’ADSL (et de ses coûts de location) au très haut débit, des économies de l’ordre de 3 milliards devront être faites sur la période. 
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 23 mars 2015 à 07:53:01
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°111

Orange
C’est à Barcelone qu’Orange a présenté sa clé HDMI TV Stick qui devrait permettre à Orange de se placer sur le segment de l’OTT (over the top). Orange prévoit de compléter cette offre de télévision avec ses propres services : la VOD, le replay, Dailymotion et plus tard, sans que la date soit précisée, les chaînes de son bouquet OCS. Enfin, les possesseurs de TV Stick pourront utiliser leur clé pour visionner sur leur TV leurs vidéos et leurs photos.
le TV Stick sera commercialisé à un prix compris entre 40 et 45 euros, mais sera également proposé dans les forfaits de la gamme Orange (Téléphone et TV). Côté technique, c’est le fabricant de set top box taïwanais Arcadyan qui fournit la clé.
Reste à savoir qu’elle sera l’offre tv et de services (Netflix, CanalPlay, Pluzz) d’Orange.

Orange
Dans 5 pays européens cinq pays (Espagne, Belgique, Roumanie, Slovaquie et Moldavie), Orange a sous-traité le déploiement et la maintenance de son réseau mobile et fixe à Ericsson. Le but est de faire des économies. L’accord ne concerne pas la France. C’est une première pour un opérateur français (Les Echos (http://www.lesechos.fr/tech-medias/hightech/0204198062282-ericsson-va-gerer-certains-reseaux-dorange-1098445.php), 03/03).

Dailymotion
Orange aurait trouvé un partenaire afin de rentrer pour 49% au capital de Dailymotion. Il s’agirait du groupe hongkongais PCCW L'opération se ferait sur la base d'une valorisation de 250 millions d'euros, dette comprise.
Pour rappel, Dailymotion était quasiment vendu en mai 2013 (http://www.forum-orange.com/forums/viewtopic.php?pid=651015#p651015) à Yahoo. En avril 2011, Orange a acheté 49% de Dailymotion pour 69 millions d’euros et est monté au printemps 2013 à 100% du capital pour 72 millions supplèmentaires, il y a investi au minimum près de 30 millions d’euros depuis.
Des rumeurs avaient évoqué une reprise partielle par Microsoft et/ou Canal+.
L’Asie est souvent présenté comme un endroit ou Google/You Tube n’est pas en position de monopole et ou la concurrence reste encore relativement ouverte.

SFR abandonne la box Androïd
SFR cesse la commercialisation de sa box TV sous Android. Selon Les Echos (http://www.lesechos.fr/tech-medias/hightech/0204238880625-sfr-cesse-la-commercialisation-de-sa-box-tv-sous-android-1103607.php?p7ZtiAf1YVPOeP8v.99) (19/03) elle ne totalisait que 100.000 abonnés. SFR mettent l’accent sur le premium va mettre l’accent sur sa box maison et délaisse donc la box Androïd beaucoup plus low-cost.

La Poste Mobile
La Poste Mobile atteint au 31 décembre 2014 1,15 millions de clients, dont 930 000 abonnés. Soit une hausse de 207 000 clients sur l'année et 36 000 sur le semestre. La Poste Mobile vise toujours 2 millions d'abonnés. A ce rythme cela va lui prendre 12 ans...
Sur le fixe, l’offre 4P, La Poste Mobile revendique 65  000 clients, soit 22 000 nouveaux clients sur l’année.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 27 mars 2015 à 21:47:02
L’ARCEP vient de publier (http://www.arcep.fr/index.php?id=8571&L=-1&tx_gsactualite_pi1%5Buid%5D=1738&tx_gsactualite_pi1%5Bannee%5D=&tx_gsactualite_pi1%5Btheme%5D=&tx_gsactualite_pi1%5Bmotscle%5D=&tx_gsactualite_pi1%5BbackID%5D=26&cHash=d4e1792ba0bbb010bf2f30fe1757fede) un communiqué de presse concernant la collecte d’informations auprès des opérateurs. Le but est de simplifier la collecte et d’alimenter les observatoires publiés.
Il sera demandé (notamment) aux opérateurs de fournir les informations (http://www.arcep.fr/uploads/tx_gsavis/15-0317.pdf) suivantes :
"- la description de l'ensemble des services offerts ;
- les tarifs et conditions générales de l'offre ;
- les données statistiques de trafic ;
- les données de chiffre d'affaires ;
- les données de parcs de clients ;
- les prévisions de croissance de son activité ;
- les informations relatives au déploiement de son réseau ;
- les informations comptables et financières pertinentes
." 

D’autre part : "Par mesure de proportionnalité, seuls sont tenus de répondre au questionnaire les opérateurs qui, directement ou à travers les groupes qui en détiennent le contrôle, comprennent, sur les marchés de détail du haut débit fixe et du très haut débit fixe confondus, un nombre d’abonnements actifs supérieur à 50 000.
Est considéré comme un abonnement actif tout abonnement souscrit par un client sur une ligne activée, c’est-à-dire une ligne sur laquelle le client peut accéder au service. Les informations mentionnées à l’article 6 sont communiquées à l’Autorité au plus tard 30 jours après la fin de chaque trimestre à compter du premier trimestre 2015.
".

Par ricochet, La limite de 50 000 abonnements actifs sur le haut et très haut débit va-t-il désinhiber Iliad sur la publication du nombre de clients sur le très haut débit ? Mais aussi d'avoir une vision plus claire (particulier/entreprise) du VDSL2, FTTla et FTTH chez l'ensemble des opérateurs.
Titre: PIF
Posté par: Philoutix le 28 mars 2015 à 19:40:32
Un moyen pour l'Arcep d'afficher la différence colossale d'abonnés au FTTH entre Orange et les autres pour imposer lui imposer dégroupage ?? Non, surement pas, je suis trop tordu ... Il ne serait pas surprenant que les 15Millards € qu'Orange réalisera dans la fibre ne profitent pas qu'à ses abonnés ...
Titre: PIF
Posté par: eruditus le 28 mars 2015 à 20:09:46

Je pense que tu es trop tordu.
Les 15 milliards dans la fibre, ce n'est pas que pour la France mais pour l'ensemble de ses marchés fixes.
L'arcep et l'autorité de la concurrence sont passés à autre chose que le démantèlement d'un monopole d'état

On en reparlera quand le plan THD sera réalisé vers 2025/2030.

Pour les 50 000, cela va permettre tout simplement de donner de la visibilité commerciale à d'autres FAIs que les 4 gros FAIs adsl.
Titre: PIF
Posté par: mattmatt73 le 30 mars 2015 à 09:54:20

2015 va être l’année des enchères sur la bande de fréquence du 700MHz

Pour cela, il faut que ITU donne son accord pour notre région, et les choses deviennent trés compliquées à ce sujet.
C'est pour celà que le gouvernement qui a budgété des recettes à ce sujet cette année doit croire aux miracles
Titre: PIF
Posté par: Philoutix le 30 mars 2015 à 10:10:53
Il me semble que les recettes de la vente de la bande 700Mhz sont déjà affectées à la loi de programmation militaire. Vaut mieux pour le gouvernement ne pas trop rêver car cela participe à la baisse "virtuelle" du déficit de l'état Français vis à vis de Bruxelles pour 2015. Si mes souvenirs sont exacts, je peux me tromper, on parle de 3Mds€ pour l'armée. 
Titre: PIF
Posté par: mattmatt73 le 30 mars 2015 à 10:14:35
Il me semble que les recettes de la vente de la bande 700Mhz est déjà affectée à la loi de programmation militaire. Vaut mieux pour le gouvernement ne pas trop rêver car cela participe à la baisse "virtuelle" du déficit de l'état Français vis à vis de Bruxelles pour 2015. Si mes souvenirs sont exacts, je peux me tromper, on parle de 3Mds€ pour l'armée.

Sauf si les militaires envahissent Genève à la prochaine réunion ITU, leurs 3 milliards, ils vont les attendre longtemps.

A moins que ce ne soit une manière diplomatique de dire "désolé, on veut bien vous donner des sous, mais ce n'est pas de notre faute"
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 31 mars 2015 à 07:54:46
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°112

Roaming
Alors que les députés européens avaient voté la fin des frais de roaming pour décembre 2015, le Conseil européen propose à la place de cette suppression la création d'un mécanisme, sorte de quota de roaming au tarif local pour appeler et surfer depuis son Smartphone, une enveloppe qu'il reste à déterminer.
Pour l'étape suivante, il sera demandé à la Commission d'évaluer - d'ici mi-2018 - les mesures complèmentaires nécessaires en vue d'un arrêt progressif des frais de roaming. Une phase de négociation avec les eurodéputés va maintenant commencer.

Fibre Optique : qui avance le plus vite ?
Alors qu’Orange et Numericable ont publié leurs résultats, une statistique est intéressante : celle du taux d’occupation des prises haut débit. Soit le nombre de clients par rapport au nombre de prises connectables. Le taux d’occupation est de 15,5% pour Orange et de 14,5% pour SFR/Numericable. A fin décembre 2013, c'était 12,4% pour Orange et 14,9% pour SFR/Numericable.
Sur douze mois Orange a dépassé SFR/Numericable et ce dernier a même régressé. Help !!!

Consolidation en Belgique
Le marché pourrait voir Base (propriété de KPN, l’opérateur historique néerlandais) le numéro trois du marché mobile belge (20%) être mis en vente. Les candidats potentiels sont Orange qui est présent à 51% dans Mobistar le numéro 2.
Un responsable d’Orange a déclaré a ce propos : "Sur le papier, c'est une idée intéressante mais qui ne nous semble pas simple à mettre en œuvre (…) Notre sentiment est qu'il n'y a pas la place pour plus de deux infrastructures mobiles dans le pays, ce qui veut dire qu'à terme, soit il y a recombinaison entre les acteurs, soit il y aura du partage de réseau"
Altice déjà présent pourrait également être intéressé afin de créer un acteur convergent. Iliad pourrait également se porter acquéreur.
Titre: PIF
Posté par: obinou le 31 mars 2015 à 10:36:50
Un responsable d’Orange a déclaré a ce propos : "Sur le papier, c'est une idée intéressante mais qui ne nous semble pas simple à mettre en œuvre (…) Notre sentiment est qu'il n'y a pas la place pour plus de deux infrastructures mobiles dans le pays, ce qui veut dire qu'à terme, soit il y a recombinaison entre les acteurs, soit il y aura du partage de réseau"
Altice déjà présent pourrait également être intéressé afin de créer un acteur convergent. Iliad pourrait également se porter acquéreur.

Ahaha !

Quand on traduit, ça donne:
"On préfèrerais nettement un monopole, mais bon, l'EU étant vraiment chiante sur le sujet, on se contentera d'un duopole où l'on peut se partager les clients en bonne intelligence".

Titre: PIF
Posté par: Hammett le 06 avril 2015 à 09:06:36
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°113

Taux de couverture mobile de Free
l’ARCEP (http://bit.ly/1CeN1dc) a validé le cap des 75% de couverture mobile pour Free : " Free Mobile a respecté son obligation de déploiement 3G au 12 janvier 2015, soit une couverture (à l'extérieur des bâtiments et hors itinérance) d'au moins 75 % de la population métropolitaine". Ce n'est pas une surprise, car fin décembre 2014, l'ancien président de l'Arcep, déclarait que Free Mobile atteindrait son objectif de couverture de 75% de la population à la mi-janvier en 3G. Pour Free, la prochaine étape est fixée au 12 janvier 2018, et l’opérateur devra couvrir 90% de la population.
A ce jour Iliad (http://iliad.fr/presse/2015/CP_030415.pdf) revendique un pourcentage de 78% et X.Niel avait même pronostiqué en novembre 2014 "on vise les 95% d'ici deux ans" (Bfm (http://bfmbusiness.bfmtv.com/entreprise/xavier-niel-deutsche-telekom-ne-nous-a-pas-vendu-a-cause-de-son-ego-844449.html), 11/2014).

Red
Le rachat de SFR et Virgin Mobile a entrainé la fermeture de Joe Mobile dont le nombre de clients n’a jamais été connu. RED - l’offre low-cost de SFR – comptait 2,065 millions de clients au 31 mars 2014 (dernier chiffre publié avant le rachat). Avec le lancement de ses nouvelles offres, le quotidien Les Echos du 31 mars 2015 donne le chiffre de 1,5 million de clients RED. La perte est sévère. 

Consolidation in UK
Telefonica cède l’opérateur britannique O2 pour 13,9 milliards d’euros à Hutchison Whampoa. Déjà propriétaire de Three Mobile, 3e opérateur du Royaume-Uni, le groupe Hutchison Whampoa (Hong-Kong) va racheter O2 pour 13,9 milliards de dollars. Un mouvement de concentration qui donnera lieu à la naissance d’un géant fort de 30 millions d’abonnés outre-Manche.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 07 avril 2015 à 08:10:26
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°114

Dailymotion
C’est quasiment fait ! Orange va vendre Dailymotion. C’est Vivendi qui rachète pour 250 millions d’euros (Le Monde (http://abonnes.lemonde.fr/entreprises/article/2015/04/06/vivendi-fait-une-offre-sur-dailymotion_4610412_1656994.html), 06/04). Alors qu’il avait été évoqué un possible prise de participation majoritaire de PCCW dans Dailymotion, le Ministre de l’économie, Emmanuel Macron avait demandé à Orange de maintenir Dailymotion dans l’orbite européenne. Stéphane Richard avait confirmé les négociations avec l’opérateur chinois PCCW mais infirmées qu’elles étaient exclusives. 
Orange réunit un Conseil d’Administration extraordinaire aujourd’hui afin de statuer. Vivendi - via un communiqué (http://cohttp://www.vivendi.com/analystes-investisseurs/communiques-de-presse/communique-2/)- confirme avoir déposé une offre auprès d'Orange.

En 2013 c’est Arnaud Montebourg qui avait refusé qu’Orange entame des négociations avec Yahoo.
En avril 2011, Orange a acheté 49% de Dailymotion pour 69 millions d’euros et est monté au printemps 2013 à 100% du capital pour 72 millions supplèmentaires, il y a investi au minimum près de 30 millions d’euros depuis. Des rumeurs avaient évoqué une reprise partielle par Microsoft et/ou Canal+.

Deezer
Le site Electron Libre (http://electronlibre.info/deezer-la-crise-de-croissance/) a relayé une information sur Deezer. Et ce n’est pas la grande forme : "En France, la situation est plus compliquée avec une baisse du nombre de clients souscrits via la bundle Orange (1 021 000 à la fin décembre contre un peu plus de 1 060 000 au trimestre précédent), mais surtout aussi une baisse d'à peu près 10% sur le "premium +" qui passe d'environ 230 000 à 210 000 entre septembre et décembre 2014". 

FFT : Fédération Française des Télécoms
La Fédération française des télécoms, le lobby des opérateurs (et interlocuteur des pouvoirs publics)ne va pas disparaître, grâce à l'intervention d'Emmanuel Macron et d’Axelle Lemaire. La FFT voit tout de même son budget divisé par deux et ses ambitions revues à la baisse. La FFT va perdre la moitié de ses effectifs dans le prochain mois, constitués aujourd'hui d'une dizaine de personnes.
La FFT disposait d'un budget de 3,25 millions d'euros en 2013 en baisse de 6% par rapport à celui initialement prévu, le nouveau budget sera de 1,6 million. Iliad n'en fait plus partie depuis 2009, et la FFT espère toujours son retour (L'Express (http://lexpansion.lexpress.fr/high-tech/le-lobby-des-telecoms-sauve-a-la-derniere-minute_1662055.html), 17/03).   
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 08 avril 2015 à 08:50:36
Bref, je vois pas comment "ne rien payer à Orange" est possible sur la boucle locale cuivre (Ou alors, par "Orange" parle pas de la même entités vis à vis des BU)

Non mais, on est bien d'accord. ;)
C'est juste qu'il n'y a pas de lien direct entre un client en DT chez xxx et Orange. Et la statistique publiée dans mon post porte sur le nombre de clients avec un abonnement téléphonique chez Orange et concerne donc les clients avec un lien direct. 
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 09 avril 2015 à 08:06:50
Le calendrier de l’ARCEP est quasiment prêt. Le lancement des enchères pour la vente s'agit des fréquences situées sur la bande 700 MHz est prévu pour le mois de juillet.

Reste à définir la procédure. Et là les manœuvres vont aller bon train, car chaque opérateur va jouer serré en espérant payer le moins cher possible et avec le moins de contraintes possibles. Problème quand même : il y a quand même des contraintes techniques qui poussent les prix vers le bas.   
L’attribution finale des fréquences doit avoir lieu en décembre prochain selon le calendrier fixé il y a quelques mois par le gouvernement. Le transfert effectif de celles-ci des télévisions vers les télécoms doit avoir lieu entre le 1er octobre 2017 et le 30 juin 2019. L’Etat espère 2,3 milliards d’euros de ces enchères.

Pour rappel, lors de l’attribution des dernières licences 800 Mhz, SFR avait déboursé 1,065 milliard, Orange 891 millions et Bouygues 683 millions. Free n’avait rien eu. Soit un gain de 2,639 milliards pour 1,800 milliard attendu. Pour le 2600 Mhz, Orange avait versé 287 millions, Free 271 millions, Bouygues 228 millions et SFR 150 millions, pour un total de 936 millions alors que 700 millions étaient attendus. Total 2,5 milliards attendus, 3,575 milliards reçus.

Il est possible de voir le détail des réponses sur le site de l’ARCEP (http://www.arcep.fr/uploads/tx_gspublication/contribs-cp-THD-mobile-700mhz-310315.zip). 

Free
Free estime que comme il est le moins bien doté en fréquences, il peut demander à triturer les règles de concurrence car il est : "indispensable que la procédure lui garantisse des fréquences en bande 700", Pour Free : "L’Etat et le régulateur ne doivent pas être les complices de ces comportements d’oligopoleurs, mais doivent agir de manière volontaire, comme l’ont fait d’autres pays pour rétablir une concurrence équitable".
Free demande donc d’avoir un système à deux tours, et que le premier tour lui soit réservé. Bref de mettre en place une usine à gaz et pas trop chère en plus…Surprenant quand on sait que sur de nombreux indicateurs, c’est Bouygues Télécom qui est maintenant le quatrième opérateur et donc que Free a les moyens financiers de répondre « d’homme à homme» à ces enchères.   
C'est ce qu'avait laisser entrevoir Xavier Niel lors de propos liminaires sur le sujet. Les enchères seraient un peu sportives voir viriles: "la mer va se retirer et on va voir les maillots. On verra qui sont les opérateurs qui investissent". (BfmTv (http://bfmbusiness.bfmtv.com/entreprise/xavier-niel-deutsche-telekom-ne-nous-a-pas-vendu-a-cause-de-son-ego-844449.html), 11/2014). En pensant très fort que SFR (endetté ) et Bouygues Telecom (mal en point) auraient du mal à surenchérir.

Orange
Ce n’est bien pas du goût de la concurrence qui souhaite avoir un système de véritables enchères. Orange y "est opposé à toute réservation de spectre qui serait, de fait, accordée de façon privilégiée à une catégorie de candidats". Plus globalement, il s’agit de ne pas avoir une augmentation des conditions dans le processus d’attribution comme par exemple des conditions de couverture, d’itinérance ou mutualisation. Pour Orange : "les schémas d’itinérance ou de mutualisation de réseau dans ces zones doivent être construits sur la base de contrats commerciaux volontairement décidés entre les acteurs dans des limites ne remettant pas en cause les règles de concurrence et le principe de concurrence par les infrastructures".
Malgré ces réticences, Orange devrait y aller fort. Stéphane Richard déclarait lors d’une interview à France Info (http://www.franceinfo.fr/emission/l-interview-eco/2014-2015/stephane-richard-orange-ce-n-est-pas-le-moment-de-nous-coller-de-la-fiscalite-en-plus-02-10)  (10/2014): "Ca va mettre tout le monde au pied du mur. Il y a aujourd'hui quatre opérateurs. Il va falloir sortir le chéquier. On va voir qui est capable de le faire".

Bouygues Telecom
Pour Bouygues Telecom : "La procédure doit être équitable et permettre aux quatre opérateurs d’obtenir un bloc de fréquences 700 MHz, soit de 5 MHz, soit de 10 MHz, à l’instar de la procédure d’attribution des fréquences 800 MHz. Il n’y a aucune raison de prévoir un mécanisme préférentiel d’attribution réservant une certaine quantité de spectre à un opérateur (…) Si Free Mobile veut des fréquences 700 MHz, il doit « jouer » le jeu comme les autres opérateurs et investir les sommes nécessaires. Free Mobile en a d’ailleurs largement les moyens au vu de sa situation financière et des moyens dont dispose sa maison-mère".
Bouygues Telecom annonce qu’il devrait participer à ces enchères.
     
SFR
SFR a demandé à ce que ses réponses ne soient pas publiées au nom du secret des affaires. Il y a donc beaucoup de [...] dans le document publié  par l'ARCEP. On peut supposer qu’il participera à ces enchères.

A suivre…
Titre: PIF
Posté par: kgersen le 09 avril 2015 à 09:13:56
SFR
SFR a demandé à ce que ses réponses ne soient pas publiées au nom du secret des affaires. Il y a donc beaucoup de [...] dans le document publié  par l'ARCEP. On peut supposer qu’il participera à ces enchères.

"secret des affaires" ?! alors qu'il s'agit de l'attribution de l'exploitation d'un bien du domaine public ?! Je pensais que tout devait se faire en pleine transparence non ? c'est plutôt curieux que l'ARCEP autorise cela.
Titre: PIF
Posté par: Nico le 09 avril 2015 à 09:29:29
Quel est le problème ? Les opérateurs exposent leur stratégie pour expliquer leur position, ça relève du secret des affaires.

Et si tous les opérateurs ont caviardé leur réponse, c'est pas pour rien !
Titre: PIF
Posté par: kgersen le 09 avril 2015 à 09:38:24
Ca me parait important de savoir ce qu'ils veulent faire des fréquences avant de leur attribuer non ?
C'est pas comme si leurs stratégies étaient ultra secrètes en plus...la c'est juste le grand public qui n'a pas l'info ...
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 09 avril 2015 à 09:40:03
C'est toujours surprenant de voir un document public "caviardé". Sur le "Secret des affaires", faudrait en savoir un peu plus sur "qui" décide "quoi". Là, cela me semble parfois aller un peu loin.   
Titre: PIF
Posté par: Nico le 09 avril 2015 à 09:43:46
la c'est juste le grand public qui n'a pas l'info ...
Plutôt les concurrents ;).
Titre: PIF
Posté par: Nico le 09 avril 2015 à 09:46:05
Sinon, l'ARCEP pourrait aussi ne pas diffuser les réponses à ce genre de consultations.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 09 avril 2015 à 09:51:31
Pour une procédure publique, ce serait un peu tristounet. Par contre, la "notion de secret" des affaires à l'air sacrèment XXL et on ne sait pas ce qu'elle recouvre lorsqu'on lit l'ARCEP.   
Titre: PIF
Posté par: kgersen le 09 avril 2015 à 10:10:33
Plutôt les concurrents ;).

Tu crois vraiment que les concurrents n'ont pas déjà l'info... ;D

Titre: PIF
Posté par: Hammett le 10 avril 2015 à 08:10:46
Stéphane Richard est intervenu le mardi 7 avril devant la Commission (http://videos.assemblee-nationale.fr/video.6645.commission-des-affaires-economiques--m-stephane-richard-pdg-d-orange-7-avril-2015) des affaires économiques pour y faire un tour des différents points d’actualité. il a lâché cette petite phrase sur l’tinérance 2G qui lie Orange à Free "Avec Free, fin itinérance 3G fin 2017, au-delà pour la 2G. Après c'est le problème de Free, réseau en propre, accord avec un opérateur pour un partage de réseau ou via un rachat de réseau".
Alors qu'en est-il ? Retour sur quelques étapes.

Mars 2013
En mars 2013 l’Autorité de la Concurrence avait rendu un avis (Communiqué de presse (http://www.autoritedelaconcurrence.fr/user/standard.php?id_rub=482&id_article=2061), l’avis (http://www.autoritedelaconcurrence.fr/pdf/avis/13a08.pdf)) sur l'itinérance et la mutualisation en général et sur l’accord d’itinérance entre Free et Orange. Sur la 2G, l’ADLC disait (alinéa 243 & 244, page 42) : 

«243. Ainsi que cela a été développé précédemment, afin d’inciter Free à déployer un réseau autonome et de donner une véritable portée à l’extinction progressive de l’itinérance 3G, l’Autorité de la concurrence considère que l’itinérance 2G, si elle devait être maintenue au-delà du droit qui est accordé jusqu’en 2016, devrait être limitée aux seuls clients disposant de terminaux 2G exclusifs, que Free ne peut techniquement accueillir sur son réseau. La mise en œuvre d’une telle solution pourrait à titre d’exemple reposer sur l’utilisation d’un code réseau ou de cartes SIM spécifiques aux clients ayant un terminal 2G.

244. Cependant, ces développements sont nécessairement subordonnés à l’évolution du marché de détail, et à la proportion de terminaux 2G qui seraient toujours en service dans le parc de Free en 2016, date à laquelle l’opérateur ne pourra plus recourir de droit à une itinérance 2G. C’est à l’aune de cette évolution qu’il conviendra d’apprécier s’il est approprié de demander à Free de réaliser la migration de son parc avant les autres opérateurs, ou si une solution d’itinérance 2G encadrée est moins susceptible de fragiliser la dynamique concurrentielle».

L’ADLC avait donné quelques pistes, mais pas de méthode tout en poussant Free à déployer un réseau 3G et 4G, car en mars 2013, il y avait des craintes pour l’ADLC que Free joue la montre dans ses investissements.   

Juin 2014
En juin 2014, Stéphane richard avait déjà répondu à la question lors d'un interview à BFM : "Il y a une première fenêtre début 2015" qui va s’ouvrir, mais cette cela va prendre du temps : "On est en train de parler de migration de millions de gens qui se servent quotidiennement de leur téléphone, donc ça ne se fait pas du jour au lendemain. Ce sont des évolutions qui se font sur plus d'un an.".

Avril 2015 (1)
Depuis, début avril, l’ARCEP a donné quitus à Free sur le respect de ses engagements concernant la couverture 3G. Ce qui devrait donner un peu d’air à Free pour renouveler un accord d’itinérance 2G. Il faut noter qu’à fin décembre, que pour l’ensemble des opérateurs 53,6% des cartes SIM actives le sont pour la 3G et la 4G, contre 47,6% il y a un an. Pour les opérateurs historiques la date d’extinction de la 2G est fixée à 2021.

D’autant que lors de la consultation sur les enchères concernant la bande de fréquences 700Mhz, une question a été posée par l’ARCEP : Question n° 3. A quel horizon pensez-vous que les réseaux 2G, puis 3G, puissent être éteints ? Vous semble-t-il utile que des mesures soient prises afin d’accélérer l’extinction de ces réseaux ?

La réponse des principaux opérateurs est la suivante. Les réponses sont à lire sur le site de l'ARCEP.

Orange : "il existera encore un parc résiduel non négligeable de terminaux « 2G only » à horizon [SDA…]".
SFR : "estime pour cette raison qu’il ne sera pas envisageable d’éteindre la 2G avant la fin de sa licence correspondante" sans compter le coût engendré pour les cartes M2M. 
Bouygues n’a pas répondu explicitement à la question.
Free : "la première mesure constituerait à interdire aux opérateurs historiques de commercialiser des terminaux 2G dans leurs offres d’entrée de gamme. On pourrait ensuite imaginer une étape transitoire un seul réseau 2G mutualisé (itinérance) par les quatre opérateurs resterait allumé pour les touristes ou résidents n’ayant pas de téléphone 3G. Cette approche permettrait de libérer rapidement la majorité du spectre 2G pour une réutilisation en 3G ou 4G, tout en assurant la continuité du service. Des travaux exploratoires pourraient être menés sous l’égide de l’Autorité".

Avril 2015 (2)
Iliad dans son document (http://www.iliad.fr/amf/2015/Iliad_documentdereference2014.pdf) de référence 2014 évoque la 2G, d’abord sur ce que cela représente chez Free : «un marché dans lequel environ 40 % des abonnés français n’ont pas encore accès à la 3G du fait de l’utilisation de téléphones mobiles non compatibles» (chap 4-2.1, page 15).
Par ailleurs : «Par ailleurs, le 2 mars 2011, Free Mobile a conclu un contrat d’itinérance 2G et 3G avec Orange France en vue d’assurer l’itinérance des abonnés de Free Mobile sur les réseaux 2G et 3G d’Orange France. Le contrat a une durée de six ans à compter de la date de lancement commercial. » et « L’autorité de régulation des communications électroniques et des postes a indiqué vouloir, lorsque la loi lui en donnera le pouvoir, examiner les accords de mutualisation et pour ce qui concerne le Groupe examiner les conditions de la fin du contrat d’itinérance sans se prononcer à ce stade sur un délai et en tenant compte des contraintes de déploiement.». (chap 4.4.2. page 19). Soit pour Free une date de fin de janvier 2018 sur la 2G (avec la possibilité de reconduction). 

Globalement, la date de fin – même résiduelle - de  la 2G va donc certainement être repoussée pour les opérateurs historiques, il en devrait être de même pour Free. A ce jour, le sujet commençant seulement être abordé, et dans l’attente de modalités à mettre en place.   

Merci à tom pouce de La Fibre.info pour l’information sur le document de référence Iliad 2014.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 16 avril 2015 à 07:58:30
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°115

Dailymotion
Donc Vivendi est rentré en négociations exclusives avec Orange pour racheter Dailymotion. Vivendi reprend 80 % du capital de l’entreprise, pour 217 millions d’euros. Ce qui valorise Dailymotion à  265 millions d’euros. Orange garde donc 20%, afin d’avoir un droit de regard sur des décisions stratégiques.   
Vivendi va pouvoir valoriser ses contenus en provenance de Canal+ et d’Universal et jouer l’OTT dans les pays ou il n’est pas présent en proposant des offres payantes. Canal+ est déjà présent (sans pouvoir décisionnaire) dans OCS, le bouquet cinéma et série d’Orange.   
A ce jour ce n’est pas forcèment une mauvaise affaire financière pour Orange. En avril 2011, Orange avait  acheté 49% de Dailymotion pour 69 millions d’euros et était monté au printemps 2013 à 100% du capital pour 72 millions supplèmentaires, il y a investi au minimum près de 30 millions d’euros depuis.
Il ne reste plus qu’aller aller concurrence YouTube.

Orange (1)
Lors de son audition devant la devant la Commission (http://videos.assemblee-nationale.fr/video.6645.commission-des-affaires-economiques--m-stephane-richard-pdg-d-orange-7-avril-2015) des affaires économiques, Stéphane Richard a précisé que sur les 15 milliard d’euros d’investissements prévus par le plan « Essentiels 2020 », 9 milliards seraient affectés à l’hexagone et 3 à 4 milliards au déploiement de la fibre optique. 

Vivendi
Pour faire la paix sociale avec le fonds américain PSAM, Vivendi a accepté de  distribuer 6,7 milliards d'euros à ses actionnaires d'ici à 2017, soit 1 milliard de plus que prévu.

Zone Blanche mobile
Zones blanches : 3070 communes toujours privées de mobile. 170 communes situées en zones rurales n’ont toujours pas accès au réseau 2G. 2900 autres ne sont toujours pas raccordées à la 3G. La loi Macron inscrira l’obligation de supprimer ces zones blanches d’ici fin 2016, avec contrôle et sanctions à la clé  (Revue de presse (http://www.arcep.fr/index.php?id=12780) ARCEP, 08/04).

Orange (2)
Orange veut se mettre aux Bitcoins en investissant 20 000 dollars dans 2 starts-up (Le Figaro (http://www.lefigaro.fr/secteur/high-tech/2015/04/10/01007-20150410ARTFIG00216-orange-veut-utiliser-la-technologie-des-bitcoins.php), 10/04). Pourquoi cet intérêt pour cette monnaie virtuelle très volatile ? Ce serait pour sa technologie qui permet de faire des transferts d’argent au moindre coup. Pour rappel, Orange développe un service de transaction bancaire : Orange Money. Il est utilisé par 12 millions de clients en Afrique et au Moyen Orient.     
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 21 avril 2015 à 08:09:06
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°116

Orange
Orange va accélérer sur le déploiement de la fibre Optique et  annonce pour fin 2016 100% fibre à Paris et dans neuf villes : Bayonne, Brest, Caen, Lyon, Metz, Montpellier, Nice, que dans l'agglomération de Lille. A ce jour Orange a raccordé 4 millions de foyers. L’objectif est de 12 millions à fin 2018 et de 20 millions à 2022.
Pour le déploiement du Ftth, Orange compte investir 3 milliard jusqu’en 2018.

Bouygues Telecom (1)
Dans son document de référence 2014, Bouygues donne quelques chiffres qui ne pas publié lors de de la présentation de ses résultats trimestriels.
Ainsi, le nombre de clients actifs  MVNO (Lebara et Lycamobile) sur e réseau Bouygues Telecom serait de 2,2 millions à fin 2014, soit 300 000 clients supplèmentaires par rapport à 2013. D’autre part, à fin 2014, Bouygues Telecom compte 1,7 million de clients professionnels et entreprises (Fixe et Mobile).

Bouygues Telecom (2)
On apprend aussi que l’endettement net de Bouygues Telecom est de 765 millions d’euros, en baisse de 18 millions d’euros par rapport à fin 2013, soit un ratio d’endettement de 1,1x (0,9x en 2013). En comparaison, le ratio de Free est de 0,84x (0,85x en 2013), celui d’Orange est de 2,09x (2,37x en 2013)  et celui de SFR est 3,7x.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 30 avril 2015 à 08:06:27
En Europe, dans le secteur des télécoms, divers mouvements de consolidation se sont déroulés ou sont encore en cours. Ces mouvements entrainent généralement le passage de 4 à 3 opérateurs dans le mobile, mais aussi la constitution d’opérateurs pouvant faire des offres sur le fixe et le mobile. Petit tour d’horizon des mouvements de regroupement les plus importants depuis le début de 2013.

France
Après le rachat de SFR et Virgin Mobile par Altice/Numéricable, le rachat de Bouygues Telecom par Numericable continue d’alimenter les gazettes.
Tout d’abord, c’est Exane-BNP-Paribas (Les Echos (http://bourse.lesechos.fr/infos-conseils-boursiers/actus-des-marches/analyses-opinions/pour-exane-le-rachat-plutot-tot-que-tard-de-bouygues-telecom-par-numericable-sfr-est-deja-anticipe-par-les-marches-1045610.php), 21/04) qui a publié une note réaffirmant que le rachat se fera « plutôt tôt que tard ». Via un rééquilibrage, l’estimation donne une part de marché supplèmentaire de 5% pour FreeMobile. La vente est toujours estimée à 8 milliards, mais si Bouygues tarde, il y aura forcèment une perte de valeur. Lors de l’assemblée générales des actionnaires du 23/04, Martin Bouygues a répondu : "La question de la vente de Bouygues Telecom ne se pose pas (…) J'ai une préférence, c'est le stand alone". A ce jour, il écarte donc une nouvelle fois tout rapprochement avec un autre opérateur (Le Figaro (http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2015/04/23/97002-20150423FILWWW00296-la-vente-de-bouygues-telecom-ne-se-pose-pas.php), 23/04).

Allemagne
Août 2013 : E-Plus propriété de KPN est vendu à O2 propriété de Telefonica Deutschland. Avec ce regroupement et le passage de 4 à 3 opérateurs mobiles, le nouvel opérateur devient numéro 2 devant Vodafone, Deutsche Telekom reste lui numéro 1.

Espagne
Mars 2014, rachat du cablo-opérateur ONO par Vodafone et rachat de Jazztel par Orange en octobre 2014. Passage de 4 à trois opérateurs mobiles.

Portugal
Novembre 2014, rachat de Portugal Telecom par Altice – propriétaire du nouvel SFR – En échange Altice devra céder deux filiales portugaises : Cabovisao et ONI, la première proposant des offres de télévision payante, d'internet et de téléphonie fixe aux ménages, la deuxième des services aux entreprises.

Grande Bretagne
Décembre 2014, rachat de EE par British Telecom. Janvier 2015, le conglomérat hongkongais Hutchison Wampoa rachète 02 propriété de Telefonica. Passage de 4 à 3 opérateurs mobiles.  Juin 2013, dans la télévision payante, Liberty Global (Etats-Unis), déjà présent en Allemagne, a racheté Virgin Media en Grande-Bretagne.

Irlande
Juin 2013, le conglomérat hongkongais Hutchison rachète 02 Irlande, filiale de Telefonica. Passage de 4 à 3 opérateurs mobiles.

Belgique
Avril 2015, pour 1,32 milliard d’euro, KPN vend sa filiale belge Base à Telenet filiale du câblo-opérateur Liberty Global. L’opérateur néerlandais KPN cède ainsi sa dernière implantation à l’étranger.
En acquérant le numéro trois des télécoms belges, Telenet va faire passer sa part de marché à 29,7 % pour talonner Mobistar (propriété d’Orange), deuxième acteur belge derrière le leader Proximus (Belgacom, 40,8 % du marché).

Autriche
Fin 2012, passage de 4 à 3 opérateurs mobiles en Autriche avec la vente d’Orange Autriche au conglomérat hongkongais Hutchison.
Titre: PIF
Posté par: oliviertoto92350 le 01 mai 2015 à 10:39:46
Connaît on les implantations en Europe du conglomérat hongkongais Hutchison Wampoa  ? J'ai l'impression que cette société est présente dans beaucoup de pays?
Titre: PIF
Posté par: eruditus le 01 mai 2015 à 10:45:31
wiki donne son implantation mondiale
http://en.m.wikipedia.org/wiki/Hutchison_3G
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 04 mai 2015 à 07:56:17
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°117

Consolidation au Portugal
Altice va pouvoir racheter Portugal Telecom pour 7,4 milliards d’euros. Pour valider ce rachat la Commission Européenne s’est vu proposer par Altice la cession de Cabovisao et ONI. Cabovisao et ONI, la première proposant des offres de télévision payante, d'internet et de téléphonie fixe aux ménages, la deuxième des services aux entreprises (La Tribune (http://www.latribune.fr/technos-medias/telecoms/bruxelles-autorise-sous-conditions-le-rachat-de-portugal-telecom-par-altice-470441.html), 20/04)

Consolidation en Belgique
Pour 1,32 milliard d’euro, KPN vend sa filiale belge Base à Telenet filiale du câblo-opérateur Liberty Global. L’opérateur néerlandais KPN cède ainsi sa dernière implantation à l’étranger.
En acquérant le numéro trois des télécoms belges, Telenet va faire passer sa part de marché à 29,7 % pour talonner Mobistar (propriété d’Orange), deuxième acteur belge derrière le leader Proximus (Belgacom, 40,8 % du marché).
Mobistar va perdre les revenus de Telenet, car ce mvno était hebergé sur le réseau de Mobistar. « L’impact sera d’environ 10 millions d’euros d’Ebitda pour Mobistar l’an prochain, 20 millions en 2016 et 30millions après 2017 ». Mobistar va demander l’ouverture du marché du câble (Boursier.com (http://www.boursier.com/actions/actualites/news/orange-mobistar-veut-plus-que-jamais-l-ouverture-du-marche-belge-du-cable-625154.html?rss), 20/04)

Cabines téléphoniques et zone blanches mobiles
En 2017, il n'y aura plus aucune cabien téléphonique
Les sénateurs viennent d'adopter un amendement, prévu dans la loi Macron, qui prévoit le démantèlement des cabines téléphoniques. Les 65.250 cabines qui existent toujours vont disparaître.
Orange va donc voir son obligation - lié au service universel – d’exploitation de 40 000 cabines tomber. Cela lui coûtait 13,6 millions d’euros par an pour un chiffre d ‘affaire de 12 millions.

Seule condition, la disparition des zones blanches mobiles en 2G à fin 2016 et en 3G et 4G à fin 2017. Pour rappel, 3070 communes sont toujours privées de mobile. 170 communes situées en zones rurales n’ont toujours pas accès au réseau 2G. 2900 autres ne sont toujours pas raccordées à la 3G.
Orange propose un accord national avec les autres opérateurs de mutualiser ce déploiement, mais est prêt "à prendre en charge ce nouveau programme de couverture seuls s'il le faut". Il pourrait lui en coûter quelques dizaines de millions d’euros ( Les Echos (http://www.lesechos.fr/journal20150424/lec2_entreprise_et_marches/02127022847-mobile-orange-veut-en-finir-avec-les-zones-blanches-en-france-1114030.php?8W4OgHkEp23DPAtL.99), 24/04).
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 06 mai 2015 à 07:54:09
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°118     

Rachat de Jazztel par Orange
Selon la presse espagnole (La Tribune (http://www.latribune.fr/technos-medias/ce-qu-orange-devra-sacrifier-pour-racheter-jazztel-473629.html), 05/05), afin d’éviter des risques concurrentiels, la Commission Européenne impose des concessions à Orange qui plusieurs concessions.

Orange devra louer à un prix réglementé presque la totalité du réseau ADSL de Jazztel à l'un de ses concurrents et aussi lui céder l'installation de la fibre optique dans 700.000 foyers par lesquels transite ce réseau. Orange doit finaliser avant le 25 juin et deux candidats potentiels existent : Yoigo(6,7% du marché mobile au 31/12)  et Masmovil un petit opérateur espagnol.

Jazztel est le cinquième opérateur mobile espagnol loin derrière Movistar (Telefonica) et Vodafone (qui s'est offert Ono) .Jaztel compte 60.000 abonnés en Fibre Optique, 1,5 million de clients mobiles et 1,5 million dans le haut débit. Si Orange arrive à racheter Jazztel, l’ensemble détiendrait une part de marché de 26,2 % dans le fixe et de 25,1 % dans celui de la téléphonie mobile et deviendrait le deuxième opérateur sur le fixe et le troisième sur le mobile.

Bouygues Telecom & Numericable
SFR vient de publier son document de référence pour l’année 2014 et l’on y apprend que le contrat de marque blanche conclu avec Bouygues Telecom en 2009, arrive à échéance en 2019. Durée automatiquement renouvelée sauf décision contraire de Bouygues notifiée avec un préavis de 24 mois ou de Numericable mais avec seulement un préavis de 12 mois.

SFR & les Mvno
Toujours avec ce document de référence 2014, on apprend que SFR a conclu 16 contrats de Mvno "dont les plus importants sont La Poste Telecom (société détenue à 49% par SFR et 51% par le Groupe La Poste) et El Telecom (NRJ Mobile)".
A ce propos, on peut trouver regrettable que SFR ne publie pas de chiffres sur le segment Mvno. Pour rappel, à fin mars 2015 Orange est passé sous le million de clients (978 000) sur ce segment, et Bouygues à fin décembre comptait 2,2 millions de clients Mvno. Altice avec également racheté Virgin qui comptait (en mars 2014, à la date du rachat) 1,670 millions de clients dont 350k en forfaits. 
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 20 mai 2015 à 09:14:26
Altice, la maison mère du groupe français Numericable-SFR a annoncé mercredi 20 mai qu’elle achetait 70 % du septième câblo-opérateur américain, Suddenlink Communications, valorisé à 9,1 millards de dollars (8,21 milliards d’euros).
Suddenlink est un petit opérateur basé à Saint-Louis (Missouri), qui regroupe 1,5 million d’abonnés dans une douzaine d’Etats allant du Texas à la Louisiane. Il lorgnerait aussi sur le n°2 américain, Time Warner Cable.

Il y a quelques mois, Xavier Niel, avait tenté de racheter l’opérateur de téléphonie mobile T-Mobile. Mais la maison mère du groupe, l’allemand Deutsche Telekom, avait estimé que l’offre du Français était insuffisante.

Altice a racheté en avril SFR pour un total de plus de 19 milliards d’euros et Portugal Telecom pour plus de 7 milliards d’euros. Ces opérations ont fait grimper la dette du groupe à un peu moins de 30 milliards d’euros. La question est maintenant de savoir si Altice a vraiment les moyens de ses ambitions américaines.

Source : Le Monde (http://www.lemonde.fr/entreprises/article/2015/05/20/altice-numericable-sfr-pret-a-se-lancer-sur-le-marche-americain-des-cablo-operateurs_4636538_1656994.html#lFTLB8hqkPSY7PYi.99)
Titre: PIF
Posté par: eruditus le 20 mai 2015 à 09:38:42

L'opération est déjà bouclée ?
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 20 mai 2015 à 09:51:02
Oui : http://altice.net/wp-content/uploads/2015/05/689389.pdf
Titre: PIF
Posté par: eruditus le 20 mai 2015 à 09:57:09

Impressionnant !
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 20 mai 2015 à 10:14:12
Correction du tableau CA mobile. Avec la maj pour SFR sur le T1. Numéricable ne donne pas l'info, mais Altice - la société mère - donne l'info pour le T1, mais pour l'année 2014.
http://altice.net/wp-content/uploads/2015/05/Q1-15-Earnings-release-VF.pdf
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 20 mai 2015 à 10:47:37
Très intéressant finalement les données financières d'Alice.  ;)

Sur le très haut débit, Numericable annonce 1,595 million de clients. Sauf que sur le cable (ou Numericable, toutes technologies et débits), c'est 1,149 million de clients (triple play customers) à fin mars, 1,101 à fin décembre 2014. le Ftth de SFR n'est pas indiqué. le dernier chiffre connu est celui de 249 000 à fin septembre. La différence (1595 - 1149) de 446 ne donne pas le résultat ftth de SFR.
sur le total de 1,595 million, des clients peuvent être une ou plusieurs fois en fonction des services souscrits "for one or more of our cable based services". Reste à trouver le nombre de clients FTTH sur le SFR d'avant fusion.

Comme il y a des données sur le FOT (French Overseas Territories), cela permettra d'affiner également.
Titre: PIF
Posté par: tom pouce le 20 mai 2015 à 10:53:04
Sur le très haut débit, Numericable annonce 1,595 million de clients. Sauf que sur le cable (ou Numericable, toutes technologies et débits), c'est 1,149 million de clients (triple play customers) à fin mars, 1,101 à fin décembre 2014. le Ftth de SFR n'est pas indiqué. le dernier chiffre connu est celui de 249 000 à fin septembre. La différence (1595 - 1149) de 446 ne donne pas le résultat ftth de SFR.

Ce ne seraient pas les abonnés à la TV seule (analogique ou numérique), par exemple sur les réseaux qui seront éteints bientôt (Cholet, Châteauroux...) ?

Impressionnant !
Pas mieux. Pas d'esbroufe mais il avance inexorablement... l'empire Altice est de plus en plus impressionnant.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 21 mai 2015 à 13:29:19
Pas mieux. Pas d'esbroufe mais il avance inexorablement... l'empire Altice est de plus en plus impressionnant.


C'est vrai qu'il avance vite. Trop vite ? Vu le niveau d'endettement, les conditions de remboursement doivent être négociés au cordeau et pour rembourser on voit ce qui se passe en France au niveau des fournisseurs et des salariés, voir de la perte des clients.
Mais c'est le prix à payer pour se construire un empire très rapidement. A contrario sa dette va être aussi forte que celle d'Orange, mais en étant deux fois moins puissant.

Pas d'esbroufe ? Un peu financièrement quand même. Si on recherche de ce coté, faut plutôt voir chez Bouygues.

Titre: PIF
Posté par: Optrolight le 21 mai 2015 à 20:22:55
Ce qui compte ce n'est pas la dette seul.

Globalement, la logique est simple : plus il fait des acquisitions, plus il s’enrichit et donc, plus il accroît sa capacité à rembourser ses dettes. A ce compte-là, on peut acheter sans limite ! Le seul verrou, c’est le ratio dette nette / Ebitda. La dette nette de Numericable est « capée » (plafonnée) à quatre fois son Ebitda, et à cinq fois pour Altice. La mère peut donc plus que la fille. Avec Suddenlink , la dette d’Altice a progressé de 0,2 point, atteignant 4,9 fois l’Ebitda : il n’est donc plus question de charger la bête. Il reste en revanche une marge de manoeuvre pour la fille, Numericable, dont la dette atteint 2,9 fois l’Ebitda. C’est ce qui fait dire à Dexter Goei, le bras droit de Patrick Drahi chez Altice, que l’opération Suddenlink « n’impacte en rien la capacité du groupe à procéder à d’autres acquisitions en Europe ».


En savoir plus sur http://www.lesechos.fr/tech-medias/hightech/02180958434-altice-un-groupe-boulimique-encore-loin-de-lindigestion-1121129.php?8LdoojcJ0rMItSPW.99
Titre: PIF
Posté par: alain_p le 21 mai 2015 à 21:20:09
Il est possible aussi que Drahi se dise qu'il faut profiter en ce moment des taux d'intérêt bas, et de la baisse de l'euro face au dollar (en quelle monnaie a-t-il emprunté ?), mais je pense quand même qu'il a peut-être le ventre plus gros que les yeux...
Titre: PIF
Posté par: Optrolight le 21 mai 2015 à 21:52:41
un futur Universal?
Titre: PIF
Posté par: alain_p le 21 mai 2015 à 22:03:22
Peut-être bien. J6M se croyait aussi plus malin que les autres, et s'était lancé lui aussi dans de grandes acquisitions. Et Vivendi possédait SFR...
Titre: PIF
Posté par: Cochonou le 21 mai 2015 à 22:20:37
Citer
mais je pense quand même qu'il a peut-être le ventre plus gros que les yeux...
Voilà un lapsus intéressant.  :D
Le futur nous montrera qui avait raison ! :)
Titre: PIF
Posté par: alain_p le 21 mai 2015 à 22:48:19
Oui, on va corriger : 'Les yeux plus gros que le ventre'. Mais il semble avoir un fort appétit, je ne sais pas si l'estomac suivra.  :)
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 22 mai 2015 à 07:59:15
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°119

Marché Pro : Orange devant l’ADLC
Orange a reçu une "notification de griefs" de l'Autorité de la concurrence (Les Echos (http://www.lesechos.fr/tech-medias/hightech/02161745322-lautorite-de-la-concurrence-accuse-orange-de-discrimination-1118485.php), 11/05), qui, suite à des plaintes déposées par Bouygues Telecom et par SFR, accuse l'opérateur de "discrimination sur le marché de gros fixe". Elle le met aussi en cause pour "deux pratiques de fidélisation sur le marché mobile entreprise et des rabais exclusifs sur le marché data entreprise". L'opérateur risquerait "plusieurs centaines de millions d'euros d'amende". L'affaire remonte à 2008. Orange va désormais devoir répondre point par point aux récriminations de l'Adlc, qui statuera au plus tôt à l'automne, voire en 2016

Reste à savoir si, depuis les plaintes, les pratiques de l’opérateur ont évolué. Aujourd’hui, l’affaire ne compte plus qu’un seul plaignant. Orange a enterré la hache de guerre avec Bouygues Telecom en mars 2014, qui a abandonné tous les litiges à son encontre en échange de 300 millions d’euros.

Fait assez rare, l’ADLC s’est fendu d’un communiqué (http://www.autoritedelaconcurrence.fr/user/standard.php?id_rub=606&id_article=2547) pour préciser : "que l'envoi d'une notification de griefs ne préjuge en rien de la suite de la procédure : les services d'instruction, placés sous son autorité, examineront en effet les observations en réponse fournies  par Orange dans le cadre du débat contradictoire, avant de transmettre le dossier au collège de l'Autorité qui appréciera seul et en toute indépendance si les pratiques constituent une infraction aux règles de concurrence et se prononcera sur la sanction éventuelle.
L'Autorité de la concurrence tient à préciser qu'elle n'est pas à l'origine des informations publiées, qui ne peuvent donc engager que leurs auteurs
".
A suivre.

Orange et l’entretien des lignes fixes
L'Assemblée nationale a adopté une proposition de loi accroissant les obligations - mais aussi les moyens juridiques - d'Orange pour entretenir le réseau des lignes téléphoniques fixes. Le texte, qui doit maintenant passer au Sénat, alourdit les amendes que peut prononcer l'ARCEP à l'égard d'un opérateur téléphonique défaillant: jusqu'à 5% du chiffre d'affaires (3% actuellement) et jusqu'à 10% (au lieu de 5%) en cas de récidive. 

Orange devra remettre à l'ARCEP un rapport sur l'état des lieux détaillé de son réseau fixe, dont les élus locaux pourront avoir communication. Enfin, la proposition de loi rétablit au profit d'Orange "la servitude d'élagage" supprimée il y a une vingtaine d'années.
Pour rappel, l'ARCEP a ouvert une enquête administrative à ce sujet en mai 2014, et Orange a annoncé en novembre un plan d'amélioration, avec une hausse des moyens financiers.

Enchères du 700Mhz
Lors d’une interview à BFM TV le 7 mai, Sébastien Soriano a déclaré : «Nous ne sommes pas en retard, un appel à candidatures sera lancé début juillet ».
Free demande un système à deux tours, et que le premier tour lui soit réservé. Bref de mettre en place une usine à gaz et pas trop chère en plus, ce dont ne veut pas la concurrence…Surprenant quand on sait qu’à l’occasion de la publication des résultats du T1, que Free est devenu le troisième opérateur mobile et qu’il a les moyens financiers de répondre « d’homme à homme» à ces enchères.
L’enjeu pour l’ARCEP est d’avoir des enchères inattaquables juridiquement, car cela retarderait le processus d’attribution et la rentrée financière pour l’Etat. Sur ce sujet, Emmanuel Macron – Le Ministre de l’Economie a déclaré au quotidien Les Echos (http://www.lesechos.fr/tech-medias/hightech/02183999290-emmanuel-macron-telecoms-lheure-nest-pas-a-la-consolidation-mais-aux-investissements-1121497.php?lclKT7BhF9qel2Rq.99) (22/05) : "Il revient à l’Arcep, dans les prochaines semaines, de définir les modalités précises d’attribution. Certains voulaient qu’un lot soit réservé. Si on va sur cette voie, il ne faut pas que ce soit au détriment du prix de vente des fréquences ou de la solidité juridique du processus. Ce que je veux, c’est que tous les opérateurs aient leur chance et qu’il n’y en ait aucun qui soit sorti du jeu par un autre. C’est cela notre responsabilité au moment où on doit attribuer ces fréquences".
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 28 mai 2015 à 08:01:01
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°120

Vivendi
Vivendi a publié ses résultats au 31/03. Le résultat de ses ventes est récapitulé : SFR  pour 17 milliards, Maroc Telecom pour 4,8 milliards, Activision pour 623 millions d’euros. Vivendi possède encore 5,8 % du capital d’Activision Blizzard. GVT La transaction prévoit un paiement en numéraire de 4,66 milliards d’euros (auquel il faudra déduire la dette bancaire d’environ 450 millions d’euros et les ajustements du besoin en fonds de roulement). Vivendi recevra également 7,4 % du capital de Telefonica Brasil et 5,7 % du capital de Telecom Italia. La finalisation de cette opération est prévue au deuxième trimestre 2015.
Joli pactole quand même. En attendant un gros coup, à ce jour,  seul Dailymotion est dans les tuyaux pour être racheté 217 millions d’euros et  pour 80% du capital.

Espagne : rachat de Jazztel par Orange
Orange a finalement obtenu le feu vert de la Commission européenne pour racheter l’espagnol Jazztel. Bruxelles a approuvé l’opération après six mois d'enquête et moyennant quelques concessions de la part d’Orange.
Bruxelles a demandé à Orange à la fois de louer à un concurrent son réseau haut débit (ADSL), de céder 700.000 prises de fibre optique (sur un total de 3,7 millions), mais aussi de donner accès à son réseau mobile à la fois en 2G, 3G et 4G.
Pour les prises fibre : "ce sont principalement des doublons entre Jazztel et Orange", relativise-t-on chez l’opérateur.
L’opération est la plus importante d’Orange depuis10 ans et devrait lui couter 3,4 milliards d’euros. Cela devrait être couvert par la vente d’EE, la filiale d’Orange et Deutsche Telekom en Angleterre pour 6 milliards d’euros à Orange. (Les Echos (http://www.lesechos.fr/tech-medias/hightech/02178338044-orange-boucle-sa-plus-grosse-acquisition-depuis-dix-ans-1120773.php?mHO0H4abW6Au3R00.99), 19/05)

Emmanuel Macron & les télécoms : consolidation du marché
Le Ministre de l’Economie s’est exprimé sur quelques points d’actualité lors d’une interview au quotidien Les Echos (http://www.lesechos.fr/tech-medias/hightech/02183999290-emmanuel-macron-telecoms-lheure-nest-pas-a-la-consolidation-mais-aux-investissements-1121497.php?lclKT7BhF9qel2Rq.99) (22/05).
Pour lui pas besoin de consolidation du secteur des télécoms : "En France, le secteur a atteint un point d’équilibre. L’heure n’est pas à la concentration entre opérateurs, mais à l’investissement. La concentration, c’est moins d’équipements, moins de réseaux et moins d’emplois. Il ne faut pas donner de prétexte à un gel des projets, comme c’est souvent le cas lorsqu’on anticipe une potentielle consolidation".
Prise de position forte, mais pour quelle incidence ? Son prédécesseur était contre le rachat de SFR par Altice/Numericable et plutôt favorable à un rachat par Bouygues Télécom.

Emmanuel Macron & les télécoms : 2G et 3G pour tous
Lors de cette même interview, il est revenu sur la Loi Macron qui est en examen au Sénat qui a été enrichie avec l’adoption d’un amendement proposé par le gouvernement afin d’"améliorer la couverture en téléphonie mobile sur tout le territoire". L’amendement prévoit que pour les 160 communes non-couvertes en 2G, une couverture complète fin 2016. Pour la 3G, ce sera pour mi-2017. L’ARCEP disposera d’un pouvoir de sanction.
Une convention a été signée à Bercy avec les 4 opérateurs qui s’engagent à équiper ces sites à leurs frais dans les 4 ans à venir.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 04 juin 2015 à 07:41:17
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°121

Homelive
Le boitier Homelive d’Orange a été écoulé à 15 000 exemplaires en 7 mois de commercialisation. Ce boitier permet de gérer quelques objets connectés de la maison. A Capital (http://www.capital.fr/bourse/actualites/orange-a-vendu-15.000-box-homelive-1043488) “C’est un bon chiffre” confirme Stéphane Richard, le P-DG d’Orange, qui mise gros sur les objets connectés. “Sur le milliard d'euros de diversifications que nous visons d'ici 2020, 600 millions doivent venir de ce segment.”. Lancé en février 2014, son mini vidéoprojecteur “Le Bloc”, ne s’est également vendu qu’à 10.000 exemplaires.

Fusion CAS/ARCEP
La revue de presse de l’ARCEP signale que «La commission d’enquête du Sénat sur les Autorités administratives indépendantes a constitué son bureau et prévoit d’achever ses travaux fin octobre. Elle entend conduire un travail approfondi sur l’ensemble des autorités administratives indépendantes en les auditionnant toutes et en s’attachant à l’examen détaillé de leurs règles de création et de fonctionnement, leurs ressources financières et leur activité.»
Le rapprochement/fusion entre l’ARCEP et le CSA sera-t-il évoqué ?

Pour rappel, en octobre 2014, François Hollande avait relancé l’idée d’un rapprochement entre le régulateur des télécoms (ARCEP) et celui de l’audiovisuel (CSA) : "Il n’est pas concevable de nier la spécificité de chacun des secteurs ou des différents sujets qui supposent donc des mécanismes spécifiques mais il est aussi temps de faire évoluer notre régulation dans le sens de l’intégration comme cela s’est fait dans d’autres pays européens (...) J’ai demandé aux ministres de la Culture et du numérique de faire rapidement des propositions sur cette mutation de façon à ce que nous puissions être dans un débat (selon lui, il est) indispensable de mieux articuler les règles de la télévision et celles des télécommunications qui ne peuvent plus être pensées différemment".

Le projet d’un rapprochement entre les deux organismes avait été annoncé en juillet 2012 avant d’être abandonné au premier trimestre 2013. A l’époque Orange et Free étaient contre ce rapprochement, SFR et Bouygues Telecom étaient pour (La Tribune (http://www.latribune.fr/technos-medias/telecoms/20121001trib000722280/fusion-csaarcep-france-telecom-et-free-sont-contre-bouygues-et-sfr-sont-pour.html), 10/2012).

Vivendi vend GVT et rentre dans Telecom Italia
Vivendi a finalisé la vente de sa filiale brésilienne GVT au groupe espagnol Telefonica pour une valeur d'entreprise de 7,5 milliards d'euros. Vivendi va recevoir recevra 12% de titres Vivo, dont 4,5% seront échangés contre 8,3% d'actions dans Telecom Italia et devenir son premier actionnaire. Une poire pour la soif afin d’opérer une plus-value future ? Le Figaro (http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2015/05/29/97002-20150529FILWWW00036-vivendi-boucle-la-vente-de-gvt-a-telefonica.php) (29/05).
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 08 juin 2015 à 07:58:31
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°122

ARCEP : évolution des prix sur le fixe et le mobile
Selon une étude récapitulative de l’ARCEP (http://www.arcep.fr/index.php?id=8571&tx_gsactualite_pi1%5Buid%5D=1749&tx_gsactualite_pi1%5Bannee%5D=&tx_gsactualite_pi1%5Btheme%5D=&tx_gsactualite_pi1%5Bmotscle%5D=&tx_gsactualite_pi1%5BbackID%5D=26&cHash=de89dfd9186dbb8b0668b590b7d2a8bb), Les prix des forfaits mobiles ont diminué de 13,5 % en 2014 au lieu de -25,6 % en 2013. Cela vient confirmer les résultats financiers publiés par les opérateurs depuis quelques trimestres, même si la situation est plutôt contrastée chez nos quatre MNO. La montée en puissance de la 4G si elle ne favorise pas une augmentation de l’ARPU semble favoriser sa stabilité.
Pour l’ARCEP : "Le revenu des opérateurs sur le marché des communications électroniques, 36,8 milliards d'€ HT en 2014, baisse de 3,4% en un an contre une baisse de 7,3% en 2013 ; ce ralentissement s'explique, d'une part, par un reflux moins important du revenu des services de téléphonie fixe, et d'autre part, par une baisse moins prononcée des prix des services mobiles sur le marché résidentiel en 2014".
Sur le fixe, les prix diminuent de 1 % en 2014 en moyenne annuelle, après une augmentation de 2,6 % en 2013. L’animation est venue de la baisse des tarifs de Bouygues, la concurrence répondant par des promotions. 

Consolidation des télécoms en Europe : Orange sur le coup ?
Consolidation des télécoms en Europe : comme d’autres, Orange cible de petits acteurs présents uniquement sur leurs seuls marchés comme Telecom Italia, en Italie, KPN aux Pays Bas et Belgacom en Belgique. C’est ce qu’a indiqué indiqué (http://www.lemonde.fr/economie/article/2015/06/03/orange-interesse-par-telecom-italia-kpn-ou-belgacom_4646611_3234.html#6EiPogIi2gclx4pO.99) (Le Monde, 04/05) Gervais Pellissier, directeur général délégué du groupe, en charge des opérations en Europe.
En mars, Telecom Italia avait déjà été avancée comme cible potentielle pour Orange. Depuis, c’est Vivendi qui est devenu l’actionnaire de référence avec 5,7% du capital qu’il pourrait revendre en cas de belle plus-value. Orange vient de vendre sa filiale EE en Grande Bretagne et d'acquérir Jazztel en Espagne. Orange n'est pas présent en Italie et aux Pays-Bas, par contre il est présent en Belgique ce qui poserait des problèmes de concurrence. 
D'autre part, pour Orange, il devrait y avoir consolidation en France car : "la situation avec quatre acteurs n’est pas viable à long terme".
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 09 juin 2015 à 13:43:24
Un article du quotidien Les Echos (http://www.lesechos.fr/idees-debats/editos-analyses/021110587799-patrick-drahi-les-ficelles-du-cow-boy-du-cable-1126449.php?31QeTxlGVboQKFD6.99) (09/06) sur SFR/Numericable et sa dette : "la dette d'Altice, empruntée à un taux moyen de 5,9 % sur l'exercice 2014, coûte environ 10 % moins cher que ne la payait Orange il y a dix ans, alors que son montant est pratiquement du quadruple. L'avantage est incomparable, même par rapport à d'autres secteurs moins capitalistiques. Air France-KLM, propriétaire de l'essentiel de sa flotte d'appareils, s'acquittait par exemple l'an dernier d'un taux 15 % plus onéreux, alors que ses ratios d'endettement sont plus légers d'autant par rapport à ceux d'Altice (...) Patrick Drahi a pu accumuler une montagne d'emprunts proche de celle de l'énergéticien Engie (ex-GDF Suez)".

Il va lui falloir faire juste des marges importantes pour investir faire du dividende et rembourser. Tel est l'enjeu.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 10 juin 2015 à 07:58:35
Le Festival de Cannes a été l’occasion de jeter un regard sur l’activité Cinéma d’Orange.
Celle-ci s’exerce à travers deux canaux : le premier via un groupe de chaines TV comme OCS (Canal+ y est actionnaire « dormant » pour 33%) et le deuxième via une société de production : Orange studio.

OCS
Les derniers chiffres donnés par Orange (novembre 2014) étaient de 2,2 millions et comme toutes les chaines diffusant du cinéma, OCS a des droits et des obligations dans le financement du cinéma. Le CNC a publié une étude (http://www.cnc.fr/c/document_library/get_file?uuid=8022d53a-1ea3-4f71-9792-8dcff1176631&groupId=18) récapitulant la participation des chaines à ce financement. Pour OCS ce sont les chiffres suivants.

(http://nsa38.casimages.com/img/2015/05/25/15052510373329454.png) (http://www.casimages.com/i/15052510373329454.png.html)

Par ailleurs, réglementairement et au vu de son nombre d’abonnés, OCS devrait investir 179 millions d'euros sur 5 ans dans les films français et européens. Par convention, le financement d’Orange dépend du nombre d’abonnés. Jusqu’à 1,5 million abonnés, le prix est au plus bas, le deuxième palier est à 3 millions. Actuellement OCS serait à +/- 2,2 millions de clients.

Orange Studio
Même si Orange Studio a réduit la voilure depuis l’arrivée de Stéphane Richard, il consacre entre 20 et 25 millions d’euros à la production cinématographique. Problème, le chiffre d ‘affaire n’est que de 10 à 15 millions. Le déficit cumulé serait de 100 millions en 7 ans. Orange est un acteur modeste dans le financement du cinéma.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 11 juin 2015 à 07:57:05
Amazon semble rentrer dans le rang en faisant savoir qu’il va payer ses impôts dans chaque pays où il dispose de filiales (Allemagne, Royaume-Uni, Italie, Espagne, bientôt France) au lieu de centraliser ses revenus au Luxembourg. Il faut dire que la pression s’intensifie de la part de l’Europe – sous l’impulsion de la France et de l’Allemagne - pour mettre en place un "cadre réglementaire assurant une concurrence équitable entre les acteurs numériques" afin de faire èmerger des champions européens.

Google fait aussi l'objet de pressions de la part de plusieurs Etats membres, qui veulent davantage le taxer sur ses profits. La France a ainsi tenté d'instaurer une "taxe Google" pour l'obliger à payer des impôts dans le pays, et a poussé l'adoption par l'UE d'une directive qui oblige le paiement de la TVA acquittée lors de l'achat d'une chanson ou d'un film via Apple ou Google, directement dans le pays de l'acheteur.
De son côté, Apple fait toujours l'objet d'une enquête concernant des hypothétiques accords fiscaux en Irlande, et d'une autre enquête autour d'éventuelles pratiques anti-concurrentielles avec des maisons de disques.
Il conviendrait bien sur de regarder ce qui se passe du coté européens et de l'optimisation fiscale qui procède du grand art pour certains.   

Alors que les budgets des Etats sont de plus en plus serrés et que la justice fiscale devient un enjeu politique majeur, en juillet 2013 les membres du G20 ont demandé à l’OCDE de proposer un plan d’action. L'OCDE a publié des propositions (http://www.oecd.org/fr/ctp/beps-actions-2014.htm) au mois de septembre 2014 et les solutions tournent autour de la relocalisation des profits sur le territoire ou ils sont effectués. L’OCDE avait demandé aux Etats de mettre en œuvre ces propositions pour fin 2015.   

Il y a encore du travail…
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 12 juin 2015 à 07:54:50
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°123

Deezer
Alors que Deezer est en train de disparaitre « tranquillement » des offres Orange, les effets commencent à se faire sentir sur les abonnements premium de Deezer. Selon un tweet d’Electron Libre du 10/06, leurs nombres seraient de 992 000. Le même (Electron Libre (http://electronlibre.info/deezer-la-crise-de-croissance/), 06/03) précisait : "En France, la situation est plus compliquée avec une baisse du nombre de clients souscrits via la bundle Orange (1 021 000 à la fin décembre contre un peu plus de 1 060 000 au trimestre précédent". 
Hors Orange, Deezer aurait 232 000 abonnés en France. Un tweet d’Electron Libre du 10/06 donne un chiffre de 115 000 clients Spotify via Bouygues Telecom.

Orange
Les financiers d’Orange ont rencontré Nomura un cabinet d’étude financier (Zonebourse (https://www.zonebourse.com/ORANGE-SA-4649/analyses-broker/Orange--resolument-optimiste-Nomura-vise-185-euros-20522831/), 11/06). Cela a été l’occasion de faire le point sur différents sujets d’actualité.
Concernant les rumeurs sur un possible rachat de Telecom Italia, KPN ou Belgacom, pour le moment, Orange ne se montre pas intéressé par une consolidation en Europe...Ni en France d'ailleurs. Le sujet est d'abord de réussir le rachat de Jazztel en Espagne.
D’autre part Orange réfléchit toujours afin de rassembler ses filiales d'Afrique et du Moyen Orient sous une seule structure juridique, ce qui pourrait ouvrir la voie soit à des partenariats stratégiques, soit à une introduction en Bourse.
Enfin, Orange semble assez confiant sur le développement de l’ARPU avec le développement de la 4G et du très haut débit. Le THD générant le gain de nouveaux clients. 

FttDP
Suite à un processus lancé par l’ARCEP il y a deux ans, le régulateur vient d’autoriser le Fttdp, une technologie qui hybride le réseau FttH et la terminaison de la ligne de cuivre et qui devrait permettre d’apporter du très haut débit et associé à la norme G.Fast, cela devrait multiplier la disponibilité du très haut débit.
Rappelons que l’Union Européenne parle de très haut débit à partir du seuil minimal de 30 mbit/s. Seul souci, c’est un débit non symétrique. 
Pour l’ARCEP : "les acteurs du marché envisagent le recours au FttDP dans le cadre du déploiement en cours de réseaux en fibre jusqu’à l’abonné, afin de remédier à des difficultés ponctuelles et transitoires de réalisation du raccordement final en fibre optique, plutôt que dans la perspective d’une modernisation à grande échelle de la boucle locale de cuivre. Le FttDP pourrait être ainsi un moyen d’améliorer le taux de remplissage des réseaux FttH, en offrant une plus grande diversité de solutions pour réaliser le raccordement final".
L’ARCEP vise à la mise en place d'une expérimentation de déploiement du FttDP au cours des prochains mois.

Alors FttDP, FttH, VDSL2 ou FttlA ? Ou un peu des 4 ?

Sources : degroupnews (https://www.degroupnews.com/internet/encore-plus-de-tres-haut-debit-avec-le-vdsl2-en-fttdp) (25/05), Ariase (http://www.ariase.com/fr/news/gfast-g9700-uit-fibre-optique-cuivre-fttdp-article-2954.html) (07/2013), ARCEP (http://www.arcep.fr/index.php?id=8571) (communiqué du 22/05).
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 17 juin 2015 à 07:57:19
Bouygues Telecom prend la tête de la FFT. Enfin plus précisèment, c’est Didier Casas, l'actuel secrétaire général de Bouygues Telecom qui succède à Pierre Louette (Orange). Jérôme Yomtov, son homologue chez Numericable-SFR, est nommé vice-président.

Le lobby des télécoms a finalement été sauvé. Il devra néanmoins composer avec un budget et des effectifs réduits de moitié par rapport aux années précédentes. Il était quasiment évident que la FFT n’allait pas s’auto-détruire. Reste à le faire fonctionner !

Son nouveau président a donné un entretien au quotidien Les Echos (http://www.lesechos.fr/tech-medias/hightech/02193917128-didier-casas-federation-des-telecoms-il-ny-a-pas-un-bon-et-trois-mechants-dans-le-secteur-1122886.php?83f8fBkvScxvatw9.99) (28/05).

Le poids des Télécoms
Il rappelle que la filière télécom investit : "investit environ 7 milliards d’euros par an, soit l’équivalent de 11 viaducs de Millau ou de 200 rames de TGV ! Nous faisons travailler directement et indirectement plusieurs centaines de milliers de salariés. Et la plupart de ces emplois ne sont pas délocalisables. Chaque euro investi par les télécoms rapporte 6 euros de PIB et 3 euros de recettes fiscales et sociales".

Free
Il souhaite que Free réintègre la FFT : "Free a quitté la Fédération en 2009. Je le regrette et je lance aujourd’hui un appel aux dirigeants de Free. Il n’y a pas un bon et trois méchants dans les télécoms en France. Il y a quatre opérateurs qui se livrent une concurrence acharnée pour le bien des consommateurs mais qui, sur les grands sujets du secteur, ont tout intérêt à travailler ensemble. Regardez l’accord que nous avons réussi à conclure sur les zones blanches !".
Titre: PIF
Posté par: Nico le 17 juin 2015 à 08:06:17
Tant qu'on parle de la FFT, selon Usine Digitale (http://www.usine-digitale.fr/article/exclusif-la-federation-des-telecoms-a-quitte-le-medef.N335314), cette organisation n'est plus membre du MEDEF.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 17 juin 2015 à 08:09:40
Pour un problème de cotisation. C'est vraiment la crise...  :P
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 18 juin 2015 à 07:56:48
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°124

Vivendi (déjà) de retour dans les télécoms ? 
Selon des rumeurs concordantes, Vivendi pourrait monter dans Telecom Italia à hauteur de 10 à 15%. Dans le cadre de  la vente de sa filiale brésilienne GVT au groupe espagnol Telefonica pour une valeur d'entreprise de 7,5 milliards d'euros. Vivendi a reçu 8,3% des actions de Telecom Italia pour devenir son premier actionnaire. Une poire pour la soif afin d’opérer une plus-value future ou un retour de Vivendi dans les télécoms ? Les Echos (http://bourse.lesechos.fr/infos-conseils-boursiers/infos-conseils-valeurs/rumeurs/vivendi-veut-monter-a-10-15-dans-telecom-italia-sources-1061280.php) (17/06).

Dailymotion
Vivendi est décidemment très actifs, après Telecom Italie, c’est au tour de Dailymotion de rentrer dans le giron du groupe de médias. L’opération sera bouclée fin juin pour 217 millions d’euros, une paille par rapport à la dizaine de milliards d’euros en caisse chez Vivendi suite aux différentes ventes réalisées depuis 18 mois. Pour Orange, c’est enfin la fin de l’histoire.
Vivendi veut apporter des contenus de Canal+ et d’Universal afin de développer des synergies et retrouver de l’audience par rapport à Youtube. (Challenges (http://www.challenges.fr/high-tech/20150604.CHA6520/quand-dailymotion-devient-un-maillon-de-la-chaine-vivendi.html), 04/06).

Rachat de SFR
L’Autorité De La Concurrence a autorisé la vente d’Outremer Telecom à l’opérateur malgache Telma. C’était une des conditions posées par l’ADLC afin d’éviter une concentration (Outremer Telecom et SRR) trop forte dans le mobile sur l’Ile de la Réunion. 
Sinon, pour fêter l'arrivée de l'été, Patrick Drahi a racheté pour près de 12 millions d’actions Altice (Challenges (http://www.challenges.fr/finance-et-marche/20150616.CHA6950/patrick-drahi-rachete-pour-pres-de-12-millions-d-actions-altice.html), 16/06).

700Mhz
Les opérateurs vont bientôt connaître la procédure retenue pour acquérir les fréquences de la bande 700 MHz. Le document officiel de l’appel d’offres sera publié par le gouvernement courant juillet, pour un lancement effectif de la procédure à la fin du mois. L’Etat en espère 2 milliards.

Selon le quotidien Les Echos du 15/06, une première série d’enchères fermée permettrait de réserver un lot au quatre opérateurs et une seconde serait ouverte pour de véritables enchères. Le premier tour permettrait de répondre à la demande de Free de ne pas être « écartée » des enchères, tout en limitant le montant des investissements pour Bouygues Telecom. Le deuxième tour permettrait à ceux qui le souhaitent de surenchérir normalement. 
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 21 juin 2015 à 07:19:43
Rachat de Bouygues Telecom par NC/SFR ? - N°5
Selon le Journal du Dimanche, P.Drahi offre 10 milliards pour racheter Bouygues Telecom et un accord aurait été ytouvé avec Free. Au cours dyu premier semestre, Le patron de SFR avait déjà proposé 8 milliards.
Le JDD, qui s'appuie sur "plusieurs sources" non identifiées, précise que cette offre mise sur la table il y a dix jours, devrait être examinée mardi lors d'un conseil d'administration du groupe Bouygues.

"L'offre de Drahi n'est pas convenable et pas bouclée, notamment son financement", affirme au JDD un lieutenant de Martin Bouygues, une manière selon le journal de "faire monter les enchères". "Patrick Drahi propose de payer en cash" au moyen d'un emprunt auprès de BNP Paribas, ajoute le journal selon lequel le montant avancé est "25% plus cher que les 8 milliards estimés par les marchés" pour Bouygues Telecom.

Toujours d'après le JDD, SFR reprendrait la totalité des 11 millions de clients en téléphonie mobile de Bouygues Telecom. Un accord a été trouvé avec Free "pour éviter des obstacles en matière de concurrence" : le groupe rival de Xavier Niel "reprendra une partie des fréquences, des antennes et des boutiques de Bouygues", écrit le JDD.

En rachetant Bouygues Telecom, SFR deviendrait le premier opérateur mobile français avec la moitié du marché et le deuxième pour l'accès à internet derrière Orange.

Consolidation en vue ? Martin Bouygues va-t-il craquer ?

Edit : le JDD annonce un deal avec Free pour fréquences, antennes et boutiques et Orange qui reprendrait certains salariés de Bouygues et les abonnés Virgin Mobile. Pour les enchères sur les fréquences 700 MHz : Orange 2, Free 2 et SFR/Bouygues 2. Comme on dit, à suivre.
Titre: PIF
Posté par: K-L le 21 juin 2015 à 08:32:54
Un conseil comme ça en passant : si vous voulez le FTTH chez Bouygues, GROUILLEZ-VOUS ! Sinon vous allez vous retrouver avec des offres câbles d'ici quelques mois ::)

Chat échaudé craint l'eau froide... :)
Titre: PIF
Posté par: Cochonou le 21 juin 2015 à 08:56:48
En tout cas, câble ou pas câble, en cas de rachat elles ne resteront pas longtemps à 26 euros par mois.  ;)
Titre: PIF
Posté par: eruditus le 21 juin 2015 à 08:59:10
L'adsl à 20 euros aussi, vous pouvez oublier.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 21 juin 2015 à 11:33:35
Le ministre de l'Economie opposé au rachat de Bouygues Telecom par SFR. http://www.lejdd.fr/Economie/Emmanuel-Macron-est-contre-le-rachat-de-Bouygues-Telecom-par-SFR-738646
Mais, peut-il le bloquer ? 
Titre: PIF
Posté par: Philoutix le 21 juin 2015 à 12:46:30
Ce serait drôle que le rachat de BT par SFR se fasse. Si j'en crois les PDM d'Hammet, Patrick écraserait le marché des Telecom Français avec 10.000 salariés et Orange avec 100.000, sans compter ceux qu'ils devraient reprendre de BT, serait un nain. Mais bon, c'est connu, Orange ne sert que de faire-valoir aux vrais professionnels du marché, Xavier et Patrick. 

Il y a un truc que je ne comprends pas, pourquoi Orange devrait reprendre les salariés de BT alors que la boite est largement en sureffectif pendant que SFR et FREE se partagent le réseau, les fréquences et les boutiques de BT. D'un autre coté, avec un Enarque à la tête d'Orange, il ne serait pas surprenant qu'il défende un tel deal. Ne me parlez pas des abonnées de Virgin qu'Orange récupéraient, ça ne vaut pas tripette.

Ce qui est encore plus drôle est que SFR appartient par des truchements juridiques à une société basée à Guernesey. La holding Altice, propriétaire de SFR, dont le siège est logé au Luxembourg, est possédée par une société située à Guernesey, elle-meme possédée par Patrick résidant en Suisse et bénéficiant du forfait fiscal helvétique. Les experts me corrigeront. Pour rappel, encore cette semaine Guernesey a été placé sur la liste noire (http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2015/06/18/20002-20150618ARTFIG00176-l-europe-etablit-une-liste-noire-des-paradis-fiscaux.php) des paradis fiscaux au même titre que Monaco. Génial ! le plus gros opérateur Telecom Français appartiendrait à une société basée dans un pays situé sur une liste noire établie par la commission européenne. Comment disait De Gaulle ? Les Français sont des veaux ??

Le plus drôle serait que Patrick et Xavier nous rejouent en France l'intifada à laquelle ils se livrent en Israel via leurs opérateurs respectifs. Stéphane n'aurait rien le droit dire sous peine d'être convoqué par Benyamin Nétanyahou  ;D

(http://i.f1g.fr/media/figaro/805x453_crop/2015/06/18/XVM84689334-159a-11e5-976b-776ff108a723.jpg)
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 22 juin 2015 à 08:01:25
Rachat de Bouygues Telecom par SFR ? - N°6
C’est demain que le Conseil d’administration de Bouygues Telecom se réunit pour examiner l’offre de rachat par SFR. Ce rachat est envisagé depuis le rachat de SFR par P. Drahi au printemps 2014, même si les rumeurs s’étaient calmées ces derniers mois, à part par quelques relances de Stéphane Richard qui défendait le principe de la consolidation des télécoms et le passage de 4 à 3 acteurs.

Orange plutôt bienveillant
Lors d'une journée de conférences organisées par l'Idate (Zdnet (http://www.zdnet.fr/actualites/operateurs-telecoms-stephane-richard-appelle-a-la-concentration-l-europe-n-en-veut-plus-39820902.htm), 16/06), Stéphane Richard – le pédégé d’Orange – en avait remis une couche : "Dans les grands marchés en dehors de l'Europe il y a beaucoup moins d'opérateurs. Et il y a beaucoup de consolidation. L'Angleterre est ainsi passée de 5 à 3 opérateurs. Pourquoi diable cette logique de consolidation ne serait pas à l'œuvre en France ? Je pense que la taille du marché français est plutôt dimensionné pour un marché à trois, notamment compte tenu des investissements qui sont nécessaires de la convergence fixe-mobile, mais ça prendra peut-être un certain temps à se mettre en place".

Sur son compte Twitter, Stéphane Richard a même publié une infographie illustrant les mouvements de consolidation en Europe. 

(http://nsa37.casimages.com/img/2015/06/20/150620082652331130.png) (http://www.casimages.com/i/150620082652331130.png.html)

Orange a réagit à l’annonce du rachat de Bouygues Telecom par SFR : "Orange ne fait pas partie de ce deal et il n'y a pas de discussions aujourd'hui (…) Orange n'est pas l'opérateur qui a le plus besoin de consolidation en France. Cependant, nous restons ouverts aux discussions avec les autres acteurs pour voir si nous pouvons faciliter un accord (…) Il est évident que Orange n'acceptera pas la reprise des salariés si ceci ne fait pas partie d'un accord créateur de valeur pour le groupe"  (Challenges (http://www.challenges.fr/entreprise/20150621.CHA7165/bouygues-telecom-orange-dement-participer-a-l-offre-de-sfr.html), 21/06).

Bref, si cela rapporte Orange est prêt à donner un coup de main.

Le ministre de l’Economie contre, mais réaliste ?
Si le Ministre de l’Economie est plutôt contre (JDD (http://www.lejdd.fr/Economie/Emmanuel-Macron-est-contre-le-rachat-de-Bouygues-Telecom-par-SFR-738646), 21/06) : "Je dis et répète que la consolidation n'est pas aujourd'hui souhaitable pour le secteur. L'emploi, l'investissement et le meilleur service aux consommateurs sont les priorités. Or les conséquences d'une consolidation sont à ces égards négatives, comme l'ont prouvé les cas récents en Europe"

Il laisse toutefois une petite porte ouverte : "Que chacun se concentre sur les engagements pris en matière d'investissement, sur l'innovation, sur l'attribution imminente de la bande (de fréquences) 700 MHz et sur les opérations. C'est cela qui est bon pour l'emploi dans le secteur, pour la production et l'équipement du pays (…) Je continuerai à être très vigilant sur l'ensemble de ces sujets et sur le respect des engagements pris par les opérateurs. Je les réunirai à nouveau le 16 juillet prochain afin de faire le point entre autres sur le très haut débit"

Prise de position forte, mais pour quelle incidence ? L’objectif est de limiter la possible casse sociale que mais aussi a réussite des enchères sur la bande de fréquences du 700MHz. Son prédécesseur était contre le rachat de SFR par Altice/Numericable et plutôt favorable à un rachat par Bouygues Télécom.

L’Union Européenne contre par principe
Un point de vue globalement partagé par la commissaire européenne à la concurrence, Margrethe Vestager : "Les opérateurs disent que s'ils ne peuvent pas fusionner avec leurs concurrents dans un pays, ils ne pourront pas investir suffisamment. J'ai souvent entendu ce discours, mais je n'en ai jamais eu la preuve." Pour elle, "il y a de nombreux exemples où une consolidation excessive débouche sur une moindre concurrence, un renchérissement des factures payées par les consommateurs et une moindre innovation". (La Tribune (http://www.latribune.fr/technos-medias/telecoms-les-operateurs-europeens-renforcent-leur-pression-sur-bruxelles-485070.html), 19/06).

Au contraire, pour le PDG d’Orange : "aux Etats-Unis, marché très concentré, les investissements ont crû de plus de 50 % entre 2006 et 2013, alors que les investissements des sept principaux opérateurs européens ont baissé de 7 % sur la même période". (Le Monde (http://www.lemonde.fr/economie/article/2015/06/16/stephane-richard-prefererait-la-vie-a-trois-plutot-qu-a-quatre_4655388_3234.html#lqYtCG4HXqDfmZao.99), 16/06).

Riche débat sur les lois et théories économiques… 
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 22 juin 2015 à 08:10:59
Communiqué (http://www.iliad.fr//presse/2015/CP_220615.pdf) d'Iliad : "Iliad annonce être entré en négociations exclusives avec Numericable-SFR pour l’achat d'un portefeuille d'actifs dans le cadre de l’offre remise par Altice en vue de l’acquisition de Bouygues Telecom par Numericable-SFR. Cette opération reste subordonnée à la négociation des accords définitifs et à l’acceptation par Bouygues de l’offre d'acquisition.

Et Altice (http://altice.net/wp-content/uploads/2015/06/BYT-announcement-22-06-2015.pdf) également : "June 22, 2015 - Altice S.A. (Euronext: ATC) announces that it has made an offer to acquire Bouygues Telecom through Altice's subsidiary, umericable-SFR.Altice will update the market in due course".

Et enfin Bouygues (https://www.bouygues.com/wp-content/uploads/2015/06/CP_Bouygues_22062015_final_VF.pdf) : "Bouygues confirme avoir reçu du groupe Altice une offre non sollicitée d’entrée en négociations pour la cession de Bouygues Telecom. Le conseil d’administration de Bouygues se réunira mardi 23 juin 2015 pour examiner la lettre d’Altice. Aucune négociation n’est en cours."

Cela se précise...
Titre: PIF
Posté par: alain_p le 22 juin 2015 à 08:27:03
Quels actifs ? Des fréquences en particulier ?

Que l'opération se fasse ou ne se fasse pas, cela va perturber pas mal les enchères sur les fréquences de 700 MHz. Et de mon point de vue, c'est probalement une bonne chose. L'état était peut-être un peu trop gourmand en voulant récupérer 2 milliards d'euros sur ces fréquences. Il devra certainement réviser ses ambitions...
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 23 juin 2015 à 07:53:15
Rachat de Bouygues Telecom par NC/SFR ? - N°7
C'est ce soir que le Conseil d’administration de Bouygues Telecom se réunit pour examiner l’offre de rachat par SFR. Si SFR rachetait Bouygues Télécom quels pourraient être la réponse de l’Autorité De La Concurrence à la création du nouvel ensemble, et de l’ARCEP ? Les deux régulateurs s'étaient déjà exprimés lors des premières rumeurs de rachat.
Enfin, l’Union Européenne aurait-elle son mot à dire ? Alors que la position du gouvernement soit d’y mettre des conditions solides. 

l’ADLC
Lors d’une interview à la lettre de l'ARCEP (http://arcep.fr/index.php?id=12628)(11/2014). Bruno Lassere son président déclarait que : "l’ADLC serait extrêmement attentive à la puissance du nouvel ensemble (…) je ne suis pas adepte du meccano, je n'ai aucune vision préalable ni pensée unique. La qualité de la concurrence ne vient pas d'un nombre idéal d'acteurs, ni d'un chiffre magique, mais des incitations qui seront maintenues entre les opérateurs pour qu'ils puissent continuer à se faire une concurrence non seulement en termes de prix, mais aussi en qualité et en innovation"

Quelles pourraient être les concessions demandées par l’ADLC ? Une vente de fréquences et de supports à Free ? Cela est en cours. Une ouverture plus grande du réseau câble de NC et du marché pro (Completel + Bouygues pro) ?  Et bien sur une ouverture plus grande aux mvno’s.

L’ARCEP
Pour l’ARCEP, Sébastien Soriano, s’était exprimé lors d’une interview au quotidien Les Echos (http://www.lesechos.fr/tech-medias/hightech/0204113142529-sebastien-soriano-la-regulation-doit-etre-bonne-pour-tous-1087471.php?i2K0Q32eZr5GteWt.99) (27/01) : "On ne demande pas à un arbitre de foot de commenter le jeu sur le terrain. Notre job, à l’ARCEP, c’est de faire fonctionner le marché tel qu’il est, en créant les bonnes incitations. Il est pour cela nécessaire que le régulateur ait une vision panoramique du fonctionnement du secteur. Dans cette photographie globale, on trouve bien sûr des questions comme l’itinérance, la mutualisation des réseaux ou encore l’accès aux points hauts mobiles".

Quelles incidences : un report des enchères sur le 700Mhz ? Ce serait mettre en difficulté le Gouvernement. C’est donc exclu. Par contre, il est certain que le montant ne sera pas aussi important avec un concurrent en moins.

Examen par l’Union Européenne ?
Le rachat serait-il examiné par les instances européennes ? A priori non. Si l’on se réfère aux textes pris en compte pour le rachat de SFR par Altice/Numericable. L’ARCEP avait publié  l’avis (http://www.arcep.fr/fileadmin/reprise/textes/juris/2014/14-DCC-160.pdf) de l'Autorité de la Concurrence et en préambule l'ADLC y rappelait les règles concernant le passage devant les autorités :
"Les entreprises concernées réalisent ensemble un chiffre d’affaires sur le plan mondial de plus de 150 millions d’euros (Altice : 2,8 milliards d’euros pour l’exercice clos le 31 décembre 2013 ; SFR : 10,2 milliards d’euros pour le même exercice). Chacune de ces entreprises a réalisé, en France, un chiffre d’affaires supérieur à 50 millions d’euros (groupe Altice : 1,5 milliards d’euros pour l’exercice clos le 31 décembre 2013 ; SFR : 10,2 milliards d’euros pour le même exercice).
Les seuils de notification de l’article 1 paragraphe 2 du règlement (CE) 139/2004 sont franchis mais chacune des entreprises concernées réalise plus des deux tiers de son chiffre d’affaires dans l’Union en France. L’opération ne relève donc pas de la 11 compétence de l’Union européenne. En revanche, les seuils de contrôle mentionnés au I de l’article L. 430-2 du code de commerce sont franchis. Cette opération est donc soumise aux dispositions des articles L. 430-3 et suivants du code de commerce relatifs à la concentration économique
.".

Le gouvernement
Manuel Valls a posé cinq conditions à un rapprochement entre les opérateurs Numericable-SFR et Bouygues Telecom : "Toute opération qui ne répondrait pas à ces enjeux majeurs ne peut pas avoir le soutien du gouvernement". Citant l'emploi, l'investissement, la vente des fréquences, l'innovation et la qualité de service. Eric Denoyer le DG de SFR lui a répondu favorablement (Les Echos (http://www.lesechos.fr/tech-medias/hightech/021155930019-nous-prendrons-des-engagements-sur-lemploi-et-linvestissement-1130645.php), 23/06).
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 23 juin 2015 à 12:31:49
A 18h, le CA de Bouygues se réunit. Voici sa composition :
http://www.bouygues.com/finances-actionnaires/gouvernance/conseil-dadministration/
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 24 juin 2015 à 07:58:23
Rachat de Bouygues Telecom par NC/SFR ? - N°8
Bouygues dit non à SFR et Orange renvoie dans ses cordes le Ministre de l'Economie. Pendant cette période de chauffe, les seuls à s'être dit oui sont P.Drahi et X.Niel malgré une forte animosité (http://www.capital.fr/enquetes/hommes-et-affaires/entre-patrick-drahi-et-xavier-niel-les-deux-milliardaires-des-telecoms-ca-va-mal-finir-1016572), Capital, 02/03) personnelle.   

Bouygues dit non à SFR
Le conseil de Bouygues a refusé la cession de la filiale Bouygues Telecom à SFR pour plus de 10 milliards d’euros. Le communiqué (http://www.bouygues.com/wp-content/uploads/2015/06/CP_Bouygues_23062015_VF.pdf) de Bouygues :
"Le conseil est convaincu que le marché des télécoms est à l’aube d’une nouvelle ère de croissance portée par le développement exponentiel des usages numériques. (...) Le conseil considère que Bouygues Telecom a les moyens de retrouver à l’horizon 2017 une marge d’Ebitdaa de 25% minimum (niveau de 2011), celle-ci devant poursuivre sa progression à plus long terme. (...)
Par ailleurs, le conseil estime que l’offre présente un risque d’exécution important qu’il ne revient pas à Bouygues d’assumer, en particulier en matière de droit de la concurrence, que ce soit dans le marché du Mobile ou du Fixe. Aucune réponse pleinement satisfaisante n’est apportée par Altice sur ce sujet essentiel qui serait étudié en détail par l’Autorité de la concurrence. En outre, elle ne prend pas en compte le lancement imminent de la procédure d’attribution des fréquences 700 MHz et ses conséquences sur l’opération. (...)
Enfin, le conseil a apporté une grande attention aux conséquences d’une consolidation du marché sur l’emploi ainsi qu’aux risques sociaux nécessairement liés à une telle opération.
"

Non définitif ou volonté de faire monter le tarif ? A suivre maintenant après l’attribution des fréquences 700MHz.

Stéphane Richard dit "de quoi je me mêle" à Emmanuel Macron
Avant la décision du CA de Bouygues, Stéphane Richard est revenu lors d’une interview sur la situation de consolidation des télécoms et sur le « poids » du pouvoir politique. Il pense que le gouvernement n'avait "vraiment pas les outils en mains pour empêcher" ce rachat. 
"C'est un sujet pour l'Autorité de la concurrence, le gouvernement n'a vraiment pas les outils en mains pour l'empêcher (…) L'industrie est composée d'entreprises privées et, dans les faits, ce que l'on prend en compte ce sont les règles de concurrence. Les souhaits ou les déclarations politiques ne sont pas vraiment quelque chose d'important (…) hommes politiques devaient être un peu plus humbles et prudents sur ce qu'il disent sur l'industrie".
Le moins que l’on puisse dire, c’est que c’est un peu tendu entre le patron d’Orange et le Ministre de L’économie. Stéphane Richard plaide pour le passage de 3 à 4 opérateurs, ce n’est pas la priorité pour le Ministre de l’Economie.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 25 juin 2015 à 07:53:02
Maintenant que l’épisode du rachat de Bouygues Télécom par SFR est passé à l’étape suivante, le feuilleton de la vente des fréquences du 700Mhz va pouvoir poursuivre son cours. 

L’ARCEP vient de publier (http://hhttp://www.arcep.fr/index.php?id=8571) les modalités d’attribution et d’usage des fréquences 700 MHz. Il y a 6 lots de 5 MHZ mis aux enchères dont la mise à prix est de 416 millions d’euros. Pour "préserver une concurrence effective et loyale". Un même opérateur candidat ne pourra pas obtenir plus de trois blocs (soit 2×15 MHz) dans la bande 700 MHz et ne pourra pas dépasser un plafond de 2×30 MHz sur l'ensemble des bandes de fréquences basses (700 MHz, 800 MHz et 900 MHz)

A ce jour Orange, SFR et Bouygues possèdent déjà 20MHz, ce qui fait qu’ils ne pourront acquérir que 10MHz (2x5) maximum sur la bande des 700 MHz. Cela laisse donc de la place à Free, mais il devra y mettre le prix. Si ce n’est pas le cas,  les trois historiques pourront tout acheter.
La procédure garantit un montant de 2,5 milliards d’euros. Et l’obtention sont assorties de conditions : de couverture nationale, départementale ou des zones rurales, mais aussi les TER, le Transilien et les RER.

On va donc pouvoir voir qui va pouvoir investir…ou pas. Et peut-être relancer les idées de consolidation du secteur. L'année passée, quelques déclarations avaient annoncé la couleur. Xavier Niel : "la mer va se retirer et on va voir les maillots. On verra qui sont les opérateurs qui investissent"(BfmTv (http://bfmbusiness.bfmtv.com/entreprise/xavier-niel-deutsche-telekom-ne-nous-a-pas-vendu-a-cause-de-son-ego-844449.html),11/2014) et Stéphane Richard): "Ca va mettre tout le monde au pied du mur. Il y a aujourd'hui quatre opérateurs. Il va falloir sortir le chéquier. On va voir qui est capable de le faire" (France Info (http://www.franceinfo.fr/emission/l-interview-eco/2014-2015/stephane-richard-orange-ce-n-est-pas-le-moment-de-nous-coller-de-la-fiscalite-en-plus-02-10), 10/2014).

Pour rappel, lors de l’attribution des dernières licences 800 Mhz, SFR avait déboursé 1,065 milliard, Orange 891 millions et Bouygues 683 millions. Free n’avait rien eu. Soit un gain de 2,639 milliards pour 1,800 milliard attendu. Pour le 2600 Mhz, Orange avait versé 287 millions, Free 271 millions, Bouygues 228 millions et SFR 150 millions, pour un total de 936 millions alors que 700 millions étaient attendus. Total 2,5 milliards attendus, 3,575 milliards reçus…
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 26 juin 2015 à 08:07:47
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°125

Vivendi patron de Telecom Italia
Vivendi vient donc de monter dans Telecom Italia pour 14,9%. C’est donc le nouvel actionnaire de référence dans l’opérateur historique italien. Dans le cadre de  la vente de sa filiale brésilienne GVT au groupe espagnol Telefonica pour une valeur d'entreprise de 7,5 milliards d'euros. Vivendi a reçu 8,3% des actions de Telecom Italia pour devenir son premier actionnaire. L’augmentation de capital va lui coûter 1 milliard d’euros.
Dans son communiqué, Vivendi précise : "L’entrée au capital d’une entreprise italienne majeure s’inscrit dans la stratégie développée par Vivendi qui prend pied dans un pays partageant une même culture latine et ayant des racines identiques aux siennes (Vivendi)  a l’intention d’accompagner Telecom Italia sur le long terme".
La plus-value pour une revente ne se fera pas dans l’immédiat. Vivendi va donc remettre (un peu) les mains dans le cambouis des télécoms. (Le Monde (http://www.lemonde.fr/economie/article/2015/06/25/vivendi-se-rebranche-sur-le-telephone-en-italie_4661199_3234.html#dUbdeOY7EVBXkWAy.99), 25/06).

ARCEP et consolidation des télécoms
Sebastien Soriano, s’est exprimé le 24/06 après la tentative de rachat de Bouygues Telecom par SFR. Pour l’ARCEP, il faut "éviter de confondre arbitre et commentateur (…) Il y a eu une offre, mais celle-ci reste pour l’instant virtuelle et ne s’est pas concrétisée, l’Arcep n’a donc pas à se prononcer" (Zdnet (http://www.zdnet.fr/actualites/sebastien-soriano-l-arcep-n-est-pas-un-couteau-suisse-39821400.htm), 24/06). "Sur les sujets de consolidation, je l’ai déjà dit, il n’y a pas de chiffre magique, ni quatre, ni trois opérateurs. Notre boulot n’est pas d’être malthusien mais j’assume d’être darwinien." (Rue89 (http://rue89.nouvelobs.com/2015/06/24/les-telecoms-est-peu-papys-numerique-259921), 24/06). 

ARCEP et itinérance
Alors que se profile les enchères sur les fréquences 700MHz, sur le sujet sensible de l’itinérance 3G, le Président de l’ARCEP avance tranquillement et est un peu moins communiquant que lors de son arrivée : "Si l'itinérance se transforme en drogue de substitution, ce n'est pas bon" et avait annoncé : "calendrier exigeant mais cohérent avec la faisabilité sur le terrain"  (Le Figaro (http://www.lefigaro.fr/secteur/high-tech/2015/02/22/01007-20150222ARTFIG00119-telecoms-l-itinerance-est-une-drogue-de-substitution.php), 21/02).
Pour lui : "si tout le monde partage son réseau, on arrive à un monopole", mais il faut "comprendre la transformation pour éviter un arrêt de service (et) analyser les contrats [entre opérateurs] pour les faire évoluer si besoin. Il reste ouvert à "une évolution" de ces accords. La mutualisation entre SFR et Bouygues Telecom sur la 4G sera également étudiée. L’objectif est un examen avant la fin de l’année pour rendre un avis pour le premier trimestre 2016. (Silicon (http://www.silicon.fr/regulation-strategie-de-larcep-revue-120094.html), 24/06), (Zdnet (http://www.zdnet.fr/actualites/sebastien-soriano-l-arcep-n-est-pas-un-couteau-suisse-39821400.htm), 24/06).
Sur la 2G et pour rappel, Stéphane Richard était intervenu le 7 avril devant la Commission (http://videos.assemblee-nationale.fr/video.6645.commission-des-affaires-economiques--m-stephane-richard-pdg-d-orange-7-avril-2015) des affaires économiques et avait lâché cette petite phrase sur l’itinérance 2G : "Avec Free, fin itinérance 3G fin 2017, au-delà pour la 2G. Après c'est le problème de Free, réseau en propre, accord avec un opérateur pour un partage de réseau ou via un rachat de réseau".
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 29 juin 2015 à 08:30:15
Rachat de Bouygues Telecom par NC/SFR ? - N°9
On en sait un tout petit peu plus sur les négociations exclusives entre SFR et Free lors de la tentative
De rachat avorté de Bouygues Télécom par SFR. Ces négociations sont essentielles afin d’éviter un refus brutal de l’ADLC face aux risques anti-concurrentiels. En cas d’accord cela permettrait également à Free de faire un saut quantitatif important dans le déploiement de son réseau mobile.   

Dans un communiqué (http://www.iliad.fr//presse/2015/CP_220615.pdf) Iliad avait évoqué : "l’achat d'un portefeuille d'actifs (…) Cette opération reste subordonnée à la négociation des accords définitifs et à l’acceptation par Bouygues de l’offre d'acquisition.".

Suite à l’échec de ce rachat, SFR a également publié un communiqué (http://numericable-sfr.com/presse/communiques-de-presse/communique-de-presse-groupe-numericable-sfr/06252015-1947-communique-daltice-precisions-sur-loffre-daltice-sur-bouygues-telecom) pour préciser son offre de reprise. Il y est évoqué un accord assez important : «Ces accords sont plus larges que ceux dont Bouygues s’est prévalu en mars 2014 dans le cadre de sa tentative de rachat échouée de SFR. Altice et Numericable-SFR ont par ailleurs initié des contacts avec les autorités concernées en vue de traiter et régler toutes les problématiques en cause.». SFR prévoyait un gain de 2,5 à 3 milliards avec ces cessions d’actifs.
Sur ce total, Free devait certainement en prendre un très grosse part. Par défaut, cela montre que Free pourra mobiliser des fonds importants pour répondre aux enchères pour les fréquences du 700MHz.   

Pour rappel, en mars 2014 pour lors de sa tentative de rachat de SFR, Bouygues avait proposé un accord à Free, qui prévoyait de vendre des actifs pour 1,8 milliards d’euros (JDD (http://www.lejdd.fr/Economie/Entreprises/Accord-historique-entre-Bouygues-et-Free-656242), 03/2015).

Pour Free, c’est encore une occasion ratée d’accélérer le mouvement et de s’affranchir plus rapidement de l’itinérance 3G avec Orange. 
Un point positif  toutefois ? Malgré l’animosité (http://www.capital.fr/enquetes/hommes-et-affaires/entre-patrick-drahi-et-xavier-niel-les-deux-milliardaires-des-telecoms-ca-va-mal-finir-1016572) (Capital, 02/03) historique qui oppose P.Drahi et X.Niel, les deux dirigeants ont su les enfantillages. C’est déjà pas mal.
Titre: PIF
Posté par: alain_p le 29 juin 2015 à 12:16:21
Dans le communiqué, il est question de 3.5 à 4 milliards de cession d'actifs et d'augmentation de capital, donc la répartition entre les deux n'est pas très précise.

Cela m'étonnerait que Free ait été prêt à dépenser 2.5 à 3 milliards d'euros, pour la reprise de fréquences et de points hauts. Cela me parait beaucoup. Quel intérêt par rapport à acheter des fréquences 700 MHz et continuer à développer son réseau mobile, qu'il a beaucoup développé depuis 1 an ? On disait justement que, Free ayant continué à déployer ses relais, le rachat des èmetteurs Bouygues serait moins intéressant pour lui...
Titre: PIF
Posté par: Nico le 29 juin 2015 à 12:20:28
Quel intérêt par rapport à acheter des fréquences 700 MHz et continuer à développer son réseau mobile, qu'il a beaucoup développé depuis 1 an ?
Dispo plus vite, plus facilement...
Titre: PIF
Posté par: eruditus le 29 juin 2015 à 12:36:24
...
On disait justement que, Free ayant continué à déployer ses relais, le rachat des èmetteurs Bouygues serait moins intéressant pour lui...

Qui disait cela ?
Titre: PIF
Posté par: alain_p le 29 juin 2015 à 13:23:00
Déjà, l'an dernier, l'accord passé entre Bouygues et Free prévoyait la cession de la totalité des antennes Bouygues plus une partie des fréquences, dont pour la 4G, pour 1.8 milliard d'euros. Je ne vois pas pourquoi aujourd'hui, Free accepterait de payer plus, alors qu'il a plus d’antennes, et est le seul acheteur possible :

https://lafibre.info/bbox-les-news/bouygues-telecom-va-racheter-sfr/msg124783/#msg124783
Titre: PIF
Posté par: BadMax le 29 juin 2015 à 15:05:05
Dispo plus vite, plus facilement...

Ca me rappelle une définition genre "plus rapide, plus facile, plus séduisant..."

Si on dit que Patrick a essayé d'attirer Xavier vers le coté obscur de la Force, est-il :
 - Dark Vador ?
 - l'Empereur Palpatine ?

Martin est-il Han Solo ? S. Richard C3PO ?
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 01 juillet 2015 à 08:38:30
En décembre 2014, l’ARCEP a mené une étude (http://www.arcep.fr/uploads/tx_gspublication/rapport-mission-USA-2014-dec14.pdf) aux Etats-Unis sur la situation du secteur des télécoms. C’est l’occasion de faire un point sur la situation du mobile et du fixe (part I) mais également un point sur la consolidation (part II).   

Consolidation
Une nouvelle vague de consolidation est en cours depuis deux ans :
- Sprint, le n°3 du secteur mobile qui avait acquis Nextel, est passé en 2013 sous le contrôle de ’opérateur japonais Softbank tout en absorbant l’opérateur 4G Clearwire ;
- T-Mobile, le n°4 des mobiles, filiale de Deutsche Telekom, a fusionné en prenant en 2013 le contrôle du n°5, MetroPCS ;
- Verizon a conclu un accord en 2013 avec Vodafone pour lui racheter les 45% (130 milliards de dollars) que ce dernier détenait dans leur filiale commune, Verizon Wireless ;
- AT&T qui s’était vu refuser à la fin 2011 par les autorités (FCC/FTC) l’acquisition de T-Mobile, a conclu en 2013 un accord d’acquisition du n°6, Leap Wireless (accord avalisé par la FCC en mars 2014) ;
- le n°1 du câble, Comcast a annoncé le rachat par fusion du n°2, Time Warner Cable. Le nouvel ensemble représenterait le tiers des abonnés Internet du pays. Le projet est en cours d’examen par les autorités américaines ;
- AT&T annonce en mai 2014 un accord d’acquisition-fusion avec DirecTV, n°1 de la distribution de programmes de TV par satellite et n°2 de la distribution TV payante derrière
- Comcast, le projet est également en cours d’examen par les autorités. Il permettrait également à AT&T d’acquérir les fréquences de DirecTV, notamment en Amérique latine.

En parallèle de ces fusions, Sprint avait proposé d’acquérir T-Mobile pour 32 milliards de dollars en juin 2014. Mais, face au risque d’un refus de la FCC, Sprint a retiré son offre 2 mois plus tard. Iliad a proposé également le rachat de T-Mobile mais son offre, aux conditions proposées, a été déclinée. La FCC estime le marché mobile viable de manière pérenne avec le maintien de 4 opérateurs de taille nationale.

(http://nsa33.casimages.com/img/2015/01/27/150127110829598143.gif) (http://www.casimages.com/i/150127110829598143.gif)
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 03 juillet 2015 à 08:37:00
Le mouvement de concentration/consolidation du marché des télécoms en Europe est loin d’être terminé. Au total, entre 2012 et 2015, on a assisté à une quinzaine d’opérations de fusion-acquisition, a calculé Business Monitor.
Les petits acteurs européens "pourraient être rachetés par de gros opérateurs télécoms" selon le directeur général délégué d’Orange Gervais Pellissier. Outre l’incontournable P.Drahi, Orange regarde également : "Je ne sais pas quand ou quoi, mais je suis favorable à un Orange ambitieux en Europe. Nous sommes en train de regarder, nous prêtons attention à tout ce qui se passe", déclarait récemment Stéphane Richard au « Financial Times ».

Trois opérateurs sont régulièrement cités comme cibles potentielles : l’italien Telecom Italia, le néerlandais KPN et le belge Belgacom. Vivendi a pris le contrôle du premier en acquérant 14,9 % du capital. Après son échec sur Bouygues Telecom, P.Drahi se montre intéressé par KPN.
Pour Anne Bouverot (Directrice générale de la GSMA, qui représente les intérêts des opérateurs télécoms au niveau mondial) (Les Echos (http://www.lesechos.fr/tech-medias/hightech/021173281202-anne-bouverot-passer-de-quatre-a-trois-operateurs-telecoms-ne-signifie-pas-la-fin-de-la-concurrence-1132824.php?JdJFUvT3DdSQ6w6F.99), 30/06) : "Aujourd’hui, dans l’Union européenne, on compte 155 opérateurs de réseau. Soit deux de moins seulement qu’il y a cinq ans (…) A court terme, on arrivera peut-être à 140 opérateurs. Mais c’est encore beaucoup trop, si l’on compare aux Etats-Unis ou à la Chine."

Petit tour d’horizon des mouvements de regroupement les plus importants depuis le début de 2013.

Allemagne
Août 2013 : E-Plus propriété de KPN est vendu à O2 propriété de Telefonica Deutschland. Avec ce regroupement et le passage de 4 à 3 opérateurs mobiles, le nouvel opérateur devient numéro 2 devant Vodafone, Deutsche Telekom reste lui numéro 1.

Espagne
Mars 2014, rachat du cablo-opérateur ONO par Vodafone et rachat de Jazztel par Orange en octobre 2014.

Portugal
Novembre 2014, rachat de Portugal Telecom par Altice – propriétaire du nouvel SFR – En échange Altice devra céder deux filiales portugaises : Cabovisao et ONI, la première proposant des offres de télévision payante, d'internet et de téléphonie fixe aux ménages, la deuxième des services aux entreprises.

Grande Bretagne
Décembre 2014, rachat de EE par British Telecom. Janvier 2015, le conglomérat hongkongais Hutchison Wampoa rachète 02 propriété de Telefonica. Passage de 4 à 3 opérateurs mobiles.  Juin 2013, dans la télévision payante, Liberty Global (Etats-Unis), déjà présent en Allemagne, a racheté Virgin Media en Grande-Bretagne.

Irlande
Juin 2013, le conglomérat hongkongais Hutchison rachète 02 Irlande, filiale de Telefonica. Passage de 4 à 3 opérateurs mobiles.

Belgique
Avril 2015, pour 1,32 milliard d’euro, KPN vend sa filiale belge Base à Telenet filiale du câblo-opérateur Liberty Global. L’opérateur néerlandais KPN cède ainsi sa dernière implantation à l’étranger.
En acquérant le numéro trois des télécoms belges, Telenet va faire passer sa part de marché à 29,7 % pour talonner Mobistar (propriété d’Orange), deuxième acteur belge derrière le leader Proximus (Belgacom, 40,8 % du marché).

Autriche
Fin 2012, passage de 4 à 3 opérateurs mobiles en Autriche avec la vente d’Orange Autriche au conglomérat hongkongais Hutchison.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 06 juillet 2015 à 08:55:42
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°126

Roaming européen
Enfin ! Des appels au même prix partout en Europe. La fin des frais d'itinérance sera effective à partir du 15 juin 2017. Avant d'être appliqué, ce texte doit être approuvé par le Parlement européen et le Conseil de l'Union européenne et en 2016 et 2017, le niveau des frais d'itinérance sera progressivement baissé, jusqu'à leur suppression définitive. En France certains abonnements permettent déjà d’avoir du roaming au même prix. Faudra encore patienter deux ans !

Zones blanches
Orange met en place une mission d’orientation et de coordination pour la couverture des zones blanches mobiles et pour le traitement des points sensibles du réseau fixe. Cette mission est confiée à Bruno Janet (revue de presse ARCEP, 02/07). 3070 communes toujours privées de mobile. 170 communes situées en zones rurales n’ont toujours pas accès au réseau 2G. 2900 autres ne sont toujours pas raccordées à la 3G. La loi Macron fixe l’obligation de supprimer ces zones blanches d’ici fin 2016 pour la 2G et mi-2017 pour la 3G, L’ARCEP disposera d’un pouvoir de sanction. A suivre donc.

Dailymotion
Fin de l’histoire chez Orange. Dailymotion est rentré dans le giron du groupe de médias. L’opération est bouclée depuis fin juin pour 217 millions d’euros et 80% du capital, Orange gardant pour le moment les 20% restants. Vivendi veut apporter des contenus de Canal+ et d’Universal afin de développer des synergies et retrouver de l’audience par rapport à Youtube.
Fin de l’histoire chez Orange. En avril 2011, Orange avait  acheté 49% de Dailymotion pour 69 millions d’euros et était monté au printemps 2013 à 100% du capital pour 72 millions supplèmentaires, il y a investi au minimum près de 30 millions d’euros depuis sans trouver la recette miracle pour faire grandir Dailymotion. Que va faire Bolloré ?
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 07 juillet 2015 à 07:47:03
Fiscalité du numérique : quelles pistes pour une fiscalité plus « juste »?  Après le constat, quelle sont les réponses au niveau international ? Et au niveau national ?

1er partie – Etat des lieux et quelles réponses au niveau international   

Etats des lieux
Les géants du numérique profitent, comme toutes les entreprises multinationales, des failles des systèmes fiscaux nationaux et des accords bilatéraux entre Etats pour pratiquer une optimisation fiscale permettant de réduire drastiquement leur taux d’imposition.
Une telle optimisation concerne la taxation des profits mais également la taxation des transactions entre filiales de divers pays. Les transactions numériques, parce qu’elles sont difficiles à localiser, posent le problème du taux de TVA applicable. Ces pratiques et contournements ont permis aux entreprises numériques de s’imposer face aux entreprises nationales, grâce à un avantage comparatif indéniable

Quelles réponses internationales ?
L’OCDE, à la demande du G20, et la Commission européenne ont entamé des travaux visant à corriger les failles du système fiscal européen et international. L'OCDE a publié des propositions (http://www.oecd.org/fr/ctp/beps-actions-2014.htm) au mois de septembre 2014 et les solutions tournent autour de la relocalisation des profits sur le territoire ou ils sont effectués.
D’autre part, L’UE a ouvert une enquête sur des aides d’État dont auraient pu bénéficier Apple en Irlande,
Voir l’adoption par la Commission européenne, en janvier 2015, de dispositions pour lutter contre l’optimisation fiscale entre pays européens (UE (http://europa.eu/rapid/press-release_STATEMENT-15-3720_fr.htm), 27/01).

L’application de la TVA selon le principe de destination réduit largement l’incitation des entreprises à s’installer dans le pays appliquant le taux le plus bas, et donc la concurrence fiscale entre les États. Le changement opéré au 1er janvier 2015 pourrait être l’occasion de collecter des données sur ses effets : évolution des taux de taxation des transactions6, recettes fiscales collectées et répartition au niveau européen.
Titre: PIF
Posté par: Philoutix le 07 juillet 2015 à 08:19:55
Analyse (http://www.latribune.fr/technos-medias/telecoms-les-rumeurs-de-fusions-ne-vont-pas-s-arreter-489509.html) intéressante et surtout lucide.

Je m'interroge effectivement beaucoup sur le besoin réel de la fibre. Le constat n'est pas clair. A long terme, on en aura bien sûr besoin. Mais aujourd'hui, Y-a-t-il une nécessité d'en avoir partout en France ? Pas forcèment. A l'heure actuelle, l'appétence pour la fibre n'est pas gigantesque. Aujourd'hui en France, on a l'ADSL. Dans beaucoup d'endroits, on dispose de débits tout à fait corrects, avoisinant les 20 Mb/s. Certains pays, comme la Corée du Sud, ont fibré de manière énergique. Mais les ménages qui bénéficient de cette technologie ont plus une consommation de type ADSL... A court ou moyen terme, le haut débit semble correspondre aux usages des individus.

Par ailleurs, des études ont montré que la diffusion du haut débit a eu des effets positifs sur la croissance, l'emploi et la productivité des entreprises locales. Selon moi, il faut donc se demander ce que peuvent nous apporter les investissements dans la fibre, comparativement à ce que nous offrent ceux consentis dans l'ADSL. Or, il n'est sûr qu'un débit à 100 Mb/s ait un impact économique plus important qu'un débit de 20 Mb/s. En clair, les retours sur investissements liés à la fibre ne seront pas immédiats.


Titre: PIF
Posté par: kgersen le 07 juillet 2015 à 12:28:27
Analyse (http://www.latribune.fr/technos-medias/telecoms-les-rumeurs-de-fusions-ne-vont-pas-s-arreter-489509.html) intéressante et surtout lucide.

Je m'interroge effectivement beaucoup sur le besoin réel de la fibre. Le constat n'est pas clair. A long terme, on en aura bien sûr besoin. Mais aujourd'hui, Y-a-t-il une nécessité d'en avoir partout en France ? Pas forcèment. A l'heure actuelle, l'appétence pour la fibre n'est pas gigantesque. Aujourd'hui en France, on a l'ADSL. Dans beaucoup d'endroits, on dispose de débits tout à fait corrects, avoisinant les 20 Mb/s. Certains pays, comme la Corée du Sud, ont fibré de manière énergique. Mais les ménages qui bénéficient de cette technologie ont plus une consommation de type ADSL... A court ou moyen terme, le haut débit semble correspondre aux usages des individus.

Par ailleurs, des études ont montré que la diffusion du haut débit a eu des effets positifs sur la croissance, l'emploi et la productivité des entreprises locales. Selon moi, il faut donc se demander ce que peuvent nous apporter les investissements dans la fibre, comparativement à ce que nous offrent ceux consentis dans l'ADSL. Or, il n'est sûr qu'un débit à 100 Mb/s ait un impact économique plus important qu'un débit de 20 Mb/s. En clair, les retours sur investissements liés à la fibre ne seront pas immédiats.


Encore une analyse a 2 balles d'un type qui raisonne par le haut ("Dans beaucoup d'endroits, on dispose de débits tout à fait corrects, avoisinant les 20 Mb/s") au lieu de raisonner par le bas (il y a encore plus d'endroits ou on peine à  avoir plus de 2Mb/s).
Le besoin il est réel mais l'offre de service nivelle par le bas ou la moyenne basse: on va pas développer des services qui nécessite 20 Mb/s si le gros de la cible a moins de 5Mb/s. Tout comme on ne propose pas de service qui nécessite un gros upload quand 90% de la population ne peut dépasser le 1Mb/s
L'appétence pour la fibre n'est pas gigantesque parce qu'elle est a plus de 80% déployée dans des zones ou il y a déja du cable ou du vdsl.
Et fournir 20Mb/s au plus grand nombre via de l'ADSL c'est surtout complètement ignorer l'upload.
Bref il raisonne par le haut et a l'envers...

Franchement quand on a gouter a l'upload tres >1 MBps on comprend de suite l’intérêt de la fibre.
Titre: PIF
Posté par: Optrolight le 07 juillet 2015 à 13:19:51
Encore une analyse a 2 balles d'un type qui raisonne par le haut ("Dans beaucoup d'endroits, on dispose de débits tout à fait corrects, avoisinant les 20 Mb/s") au lieu de raisonner par le bas (il y a encore plus d'endroits ou on peine à  avoir plus de 2Mb/s).
Le besoin il est réel mais l'offre de service nivelle par le bas ou la moyenne basse: on va pas développer des services qui nécessite 20 Mb/s si le gros de la cible a moins de 5Mb/s. Tout comme on ne propose pas de service qui nécessite un gros upload quand 90% de la population ne peut dépasser le 1Mb/s
L'appétence pour la fibre n'est pas gigantesque parce qu'elle est a plus de 80% déployée dans des zones ou il y a déja du cable ou du vdsl.
Et fournir 20Mb/s au plus grand nombre via de l'ADSL c'est surtout complètement ignorer l'upload.
Bref il raisonne par le haut et a l'envers...

Franchement quand on a gouter a l'upload tres >1 MBps on comprend de suite l’intérêt de la fibre.

+1
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 07 juillet 2015 à 18:58:44
Par ailleurs, des études ont montré que la diffusion du haut débit a eu des effets positifs sur la croissance, l'emploi et la productivité des entreprises locales. Selon moi, il faut donc se demander ce que peuvent nous apporter les investissements dans la fibre, comparativement à ce que nous offrent ceux consentis dans l'ADSL. Or, il n'est sûr qu'un débit à 100 Mb/s ait un impact économique plus important qu'un débit de 20 Mb/s. En clair, les retours sur investissements liés à la fibre ne seront pas immédiats.

Les retours sur investissement sur les lignes fixes n'ont pas été immédiats non plus. Faut aussi arrêter de penser court-termiste. Cela va permettre de développer les services et la productivité dans le monde pro. Pour les particuliers, comme pour la 4G après la 3G : difficile de revenir en arrière. Faut parfois être un peu optimiste dans ce pays. ;) 
Titre: PIF
Posté par: turold le 07 juillet 2015 à 22:31:18
Cette "analyse" me fait réfléchir aussi...
Si personne n'avait déployé l'ADSL ou équivalent, voir déjà mieux, quelqu'un se soucierait-il aujourd'hui de l'existence même d'internet?

Jusqu'au 19°siècle, l'humanité s'est très bien passé d'internet... Sans parler de l’électricité, et plein d'autres choses comme ça. On peut transposer cette réflexion à tout ce que l'on connait de nos jours...
Titre: PIF
Posté par: Shinochaz le 07 juillet 2015 à 22:57:17
Plutôt que se demander si 100 megas c'est mieux que 20 megas il faudrait déjà faire en sorte que tout le monde les aient ces 20 megas...
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 08 juillet 2015 à 08:24:25
Fiscalité du numérique : quelles pistes pour une fiscalité plus « juste »?  Après le constat, quelles sont les réponses au niveau international ? Et au niveau national ?

2 – Quelles réponses au niveau national ?   

Quelles réponses en France ?
France Stratégie dans une note (http://www.strategie.gouv.fr/publications/fiscalite-numerique-26) publiée en mars 2015 donne quelques postes. Le constat étant que l’économie numérique a des spécificités qui : "sont à l’origine des difficultés à appliquer le cadre fiscal actuel. Dès lors, la nécessaire adaptation de ce cadre demande une analyse économique de celles-ci et, à travers elles, du fonctionnement des entreprises du numérique".

Dans l’attente d’une refonte du cadre fiscal international, de nouveaux outils fiscaux spécifiques pourraient être envisagés, au niveau européen ou d’un noyau de pays. France Stratégie propose donc de d’instaurer une fiscalité : "qui reposerait sur une taxe ad valorem des revenus publicitaires ou de la collecte de données personnelles, plus facilement rattachables à un territoire". Toutefois pour les économistes consultés : "il conviendrait de veiller à limiter les effets distorsifs qu’elle pourrait engendrer : collecte plus intensive de données, instauration de services payants, exclusion d’une partie des utilisateurs, frein à l’innovation. De ce fait, un taux de taxation assez faible et la mise en place d’un seuil, en deçà duquel l’entreprise ne serait pas taxée, semblent opportuns".

Pour rappel, France Stratégie (http://www.strategie.gouv.fr/presentation-de-france-strategie) est un organisme de réflexion, d’expertise et de concertation placé auprès du Premier ministre. Il a été créé par décret le 22 avril 2013.
 
Une taxe sur la bande passante ?
Afin d’alimenter le débat, le Ministre de l’Economie a demandé à L’ARCEP d’étudié la mise en place d’une taxe sur la bande passante. L’ARCEP devrait rendre un avis technique au mois de juillet. Gros problème : si cette taxe était mise en place, elle ne serait au minimum efficace que si elle était instaurée au niveau européen. D’autre part, elle pénaliserait aussi les acteurs français et européens du numérique. L’ARCEP pourrait donc proposer de taxer les capacités d'interconnexion allouées entre les FAI grands publics et les services gourmands en bande passante.
La France prendra-t-elle le risque de faire cavalier seul ou est-ce simplement un moyen de peser sur les débats européens ? 
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 13 juillet 2015 à 08:54:06
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°127

France Télécom
C’est une vieille histoire qui est en train de se régler favorablement pour Orange : l’avance de l’Etat à France Télécom en 2002 a été jugée légale. Le tribunal de l’UE a cassé la décision de la Commission européenne qui estimait que l’aide apportée en 2002 à France Telecom (9 milliards d’€) alors en pleine crise, était une aide d’Etat incompatible avec le droit de l’Union. Le tribunal a estimé que le gouvernement français avait agi en « actionnaire avisé » et n’a donc pas retenu le qualificatif d’aide d’Etat.
13 d'instructions ans pour en arrivé là…

Supports 3G/4G
Quelques chiffres sur le déploiement au 1er juillet des supports pour la 3G et la 4G au niveau national. Sur la 4G, le premier est Orange, le second Bouygues Telecom, surprise le troisième est Free et SFR ferme la marche, mais ce serait en raison d’une erreur de comptage. Qui pour offrir un boulier à P.Drahi ? Les chiffres sont compilées par L’ANFR (http://www.anfr.fr/fileadmin/mediatheque/documents/Observatoire/Observatoire_2G-3G-4G_1er_juillet_2015.pdf)
 
(http://nsa38.casimages.com/img/2015/07/05/150705083131355754.gif) (http://www.casimages.com/i/150705083131355754.gif.html)

(http://nsa38.casimages.com/img/2015/07/05/150705083201171709.gif) (http://www.casimages.com/i/150705083201171709.gif.html)
Titre: PIF
Posté par: tom pouce le 13 juillet 2015 à 09:44:10
Attention : l'erreur de comptage date du mois dernier (Free était déjà 3e, mais SFR avait fait une remontée étonnante).
Elle a été rectifiée, SFR a donc perdu en nombre de supports sur 1 mois.

Pour autant, la remarque "couverture vs nombre de supports" reste plus que jamais valable.
Titre: PIF
Posté par: Nico le 13 juillet 2015 à 09:51:20
Oui et pas besoin d’utiliser le conditionnel, ça a été indiqué avec les chiffres de l'ANFR que c'était une erreur de comptage le mois dernier.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 22 juillet 2015 à 08:29:19
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°128

Rachat de Jazztel par Orange
Alors que Orange vient de racheter Jazztel pour 3,4 milliards d’euros. En contrepartie, Bruxelles a demandé à Orange à la fois de louer à un concurrent son réseau haut débit (ADSL), de céder 700.000 prises de fibre optique (sur un total de 3,7 millions), mais aussi de donner accès à son réseau mobile à la fois en 2G, 3G et 4G.

Sauf que l'opérateur ibérique Yoigo n'est plus intéressé par la reprise des actifs de Jazztel. Yoigo estime que les biens mis en vente ne sont pas d'assez bonne qualité car seulement 5% d'entre eux correspondent à la fibre, le restant étant lié à l'ADSL. "El Pais" souligne que seul MÁSmovi est désormais en lice pour reprendre les actifs en question. Ces cessions doivent permettre à un quatrième opérateur de proposer une offre de téléphonie fixe et mobile au côté de Telefonica, Vodafone et Orange. (Boursier.com (http://www.boursier.com/actions/actualites/news/orange-plus-qu-un-pretendant-pour-les-actifs-espagnols-636320.html?fil81), 09/07).

Orange souhaite se renforcer en Afrique (Les Echos (http://www.lesechos.fr/journal20150721/lec2_entreprise_et_marches/021218087876-orange-veut-renforcer-sa-presence-sur-le-continent-africain-1138613.php), 21/07) et vendre sa filiale en Arménie. 

700MHz
Le ministre de l’Economie, de l’Industrie et du Numérique, et la secrétaire d’Etat chargée du Numérique, ont signé l’arrêté fixant, sur proposition de l'ARCEP, les conditions d’attribution des fréquences de la bande 700 MHz. La signature de l’arrêté marque le lancement de la procédure d’attribution de ces fréquences aux opérateurs mobiles (revue de presse ARCEP du 09/07).

L’ARCEP a publié (http://hhttp://www.arcep.fr/index.php?id=8571) les modalités d’attribution et d’usage des fréquences 700 MHz. Il y a 6 lots de 5 MHZ mis aux enchères dont la mise à prix est de 416 millions d’euros. Pour "préserver une concurrence effective et loyale". Un même opérateur candidat ne pourra pas obtenir plus de trois blocs (soit 2×15 MHz) dans la bande 700 MHz et ne pourra pas dépasser un plafond de 2×30 MHz sur l'ensemble des bandes de fréquences basses (700 MHz, 800 MHz et 900 MHz).

A ce jour Orange, SFR et Bouygues possède déjà 20MHz, ce qui fait qu’ils ne pourront acquérir que 10MHz (2x5) maximum sur la bande des 700 MHz. Cela laisse donc de la place à Free, mais il devra y mettre le prix. Si ce n’est pas le cas,  les trois historiques pourront tout acheter.
La procédure garantit un montant de 2,5 milliards d’euros. Et l’obtention sont assorties de conditions : de couverture nationale, départementale ou des zones rurales, mais aussi les TER, le Transilien et les RER.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 27 juillet 2015 à 07:55:35
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°129

Les MVNO sont pour la consolidation
Les MVNO favorables au rachat de Bouygues Telecom par SFR/Numericable. C’est ce que vient de déclarer Jacques Bonifay le président d’Alternative Mobile, l’association qui fédère les principaux MVNO. Pour les MVNO, une consolidation du marché devrait imposer «Des contraintes seront forcèment imposées pour préserver une concurrence saine sur le marché. Cela passera par de meilleures conditions d'accès aux réseaux», à l’image de ce qui s’est passé lors d’autres opérations de consolidation en Europe.
La stabilisation du marché serait un moyen pour les MVNO d’arrêter la perte leur part de marché qui est tombé à 9,4% à fin mars 2015. Le rachat de Virgin Mobile par SFR/NC et l’arrêt de quelques-uns est en train de vider ce secteur.

Opérateurs DCOM
L’AFNR lors de la publication de ses statistiques mensuelle publie également la liste des opérateurs présents sur les DCOM.
(http://nsa38.casimages.com/img/2015/07/16/15071609355757701.gif) (http://www.casimages.com/i/15071609355757701.gif.html)

Altice insatiable aux USA !
Selon le (Wall Street Journal (http://www.wsj.com/articles/little-known-french-billionaire-circles-u-s-cable-market-1436495497), 10/07), Patrick Drahi semble vouloir s’intéresser à deux acteurs de taille moyenne du câble américain : Cox Communications et Cablevision. Tentera-t-il de refaire le « coup » de ce qu’il a fait en France dans ce secteur ? Secteur en pleine consolidation ou tout les acteurs sont capables de racheter ses concurrents mais aussi d’être rachetés.
Pour rappel, Altice, la maison mère du groupe français Numericable-SFR a annoncé mercredi 20 mai qu’elle achetait 70 % du septième câblo-opérateur américain, Suddenlink Communications, valorisé à 9,1 milliards de dollars (8,21 milliards d’euros).
Suddenlink est un petit opérateur basé à Saint-Louis (Missouri), qui regroupe 1,5 million d’abonnés dans une douzaine d’Etats allant du Texas à la Louisiane. Il lorgnait aussi sur le n°2 américain, Time Warner Cable, finalement racheté par Charter.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 04 août 2015 à 07:55:52
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°130

Altice n'est plus intéressé par Bouygues
Altice n'a pas prévu de nouvelles acquisitions dans un futur proche et ne juge pas "nécessaire" la consolidation du marché français, a déclaré mercredi son directeur général Dexter Goei, lors d'une conférence téléphonique ce mercredi. "Le dossier est clos"...Jusqu’à la prochaine fois ? 

Rachat de SFR par Numericable
Dans le cadre de ce rachat, l’Autorité De La Concurrence communiqué (http://www.autoritedelaconcurrence.fr/user/standard.php?id_rub=606&id_article=2600) avait quelques exigences sur le déploiement du très haut débit et vient de faire de point : "Le groupe Altice s'est notamment engagé à renégocier avec le groupe Orange le périmètre des communes pour lesquelles SFR s'est vu confié le déploiement du réseau de fibre optique (FttH), aux termes d'un accord de cofinancement conclu entre SFR et Orange le 14 novembre 2011.
Le réseau câblé de Numericable couvrant une partie des zones confiées à SFR, l'Autorité a estimé que le nouvel ensemble Numericable-SFR était peu incité à déployer un réseau FttH dans ces zones, ce qui risquait d'entraîner un gel des déploiements.

Pour y remédier le groupe Altice s'est engagé à négocier de bonne foi avec Orange un échange de communes de la zone câble sur lesquelles SFR bénéficie d'une exclusivité de déploiement contre un nombre identique de prises, pour un coût de déploiement comparable, situées dans la zone d'exclusivité d'Orange. A l'issue du délai prévu par l'engagement, si aucun accord d'échange venait à être conclu concernant les communes de la zone câble, Numericable-SFR permettra à Orange de réaliser les déploiements sur cette zone, nonobstant toute clause contraire figurant au contrat.

L'Autorité prend acte de la levée de clause d'exclusivité interdisant à Orange de déployer son réseau FttH dans les communes de la zone câble attribuées à Numericable-SFR

Par un courrier adressé à Orange le 22 juillet 2015, dont l'Autorité a reçu une copie, Numericable-SFR constate l'échec des négociations menées depuis février 2015 et ne s'opposera donc pas au déploiement de la fibre par Orange dans les zones qui lui étaient antérieurement réservées.

L'Autorité, qui n'a pas l'intention de demander une prolongation des discussions entre les deux opérateurs, prend acte de la levée de la clause d'exclusivité interdisant à Orange de déployer son réseau FttH dans les communes relevant de la zone confiée à Numericable-SFR. La levée immédiate de cette interdiction est de nature à accélérer le déploiement du Très Haut Débit FttH dans ces communes par Orange
."

L’ADLC jette l’éponge et constate que l’accord de cofinancement conclu entre SFR et Orange le 14 novembre 2011 est donc caduc et chacun va pouvoir faire ce qu’il veut, là où il veut. Dans les faits, SFR va d’abord s’appuyer sur le réseau Numericable afin de le rentabiliser et de déployer le
Ftth dans les zones denses. Ensuite, il sera bien temps de passer à la vitesse supérieure.
Orange aura-t-il les moyens de se substituer partout à SFR ? Et le voudra-t-il ?
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 07 août 2015 à 07:57:44
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°131

Orange devrait se renforcer en Afrique
Orange et Airtel sont entrés aujourd’hui en négociations exclusives sur l’acquisition potentielle des filiales d’Airtel au Burkina Faso, au Congo-Brazzaville, en Sierra Leone et au Tchad. Orange a une forte présence en Afrique avec 97,4 millions de clients. Orange souhaite se developper sur ce continent ayant un potentiel de forte croissance. Reste qu’Orange est absent de deux gros pays : l’Afrique du Sud et le Nigéria. Le plus gros opérateur du continent est MTN.

D’autre part Orange va monter à 49% du capital de Meditel sa filiale marocaine. Cela permettra à Orange de consolider cette filiale dans ses comptes et d’y introduire la marque Orange. Meditel compte 13 millions d’abonnés mobiles pour 31% de part de marché.

Le site Orangeinfo (http://www.orangeinfo.fr/) a publié une carte qui fait le point sur la présence d’Orange en Afrique et au Moyen-Orient.

(http://nsa38.casimages.com/img/2015/07/25/150725063906113876.png) (http://www.casimages.com/i/150725063906113876.png.html)

Orange devrait quitter l’Armenie
Orange veut se désengager de l'Arménie où il est présent depuis 2009. Pour cela il est rentré en négociations exclusives avec Ucom pour la reprise de 100% de cette filiale. Fin 2014, Orange comptait 630.000 clients en Arménie et employait 500 personnes. Ce pays ne fait pas partie d’une zone géographique stratégique pour Orange. Pour le groupe, il faut être fort en Europe et en Afrique. 

Très haut débit
Jeudi 16 juillet se tenait la conférence annuelle du « Plan France très haut débit ». Une occasion de faire le point avec l’ensemble des acteurs concernés sur l’avancement de ce plan. L'objectif est de couvrir 50 % des foyers en très haut débit  en 2017 et 100 % en 2022, dont 80 % en fibre jusqu'à l'abonné. Cela devrait coûter 20 milliards d'euros d'ici 2020, dont 3 milliards pour l’État.
Aujourd’hui 44,3 % de l’objectif a été atteint. Environ 17 millions de locaux (logements, entreprises et sites publics) ont été raccordés à un réseau de cuivre très haut débit (VDSL2), câble modernisé et Fibre optique.
Titre: PIF
Posté par: mattmatt73 le 07 août 2015 à 13:01:24
Le câble modernisé, c'est quoi ?
>100Mb/s ?
Titre: PIF
Posté par: tom pouce le 07 août 2015 à 13:33:34
HFC à 30 Mbps/1Mbps suffit.
Titre: PIF
Posté par: mattmatt73 le 07 août 2015 à 14:45:06
HFC à 30 Mbps/1Mbps suffit.

c'est sur que tu en as des prises potentielles, là....
Titre: PIF
Posté par: yussef961 le 09 août 2015 à 13:37:18
au sujet de la carte y'a rien en tout cas pour les particulier pour le liban.
la bas c'est touch, alfa et je sais plus qui mais surement pas orange.
Titre: PIF
Posté par: Huissier le 09 août 2015 à 15:47:25
A priori il y a bien deux filiales Orange au Liban.

Globecast  Near & Middle East S.A.L. Offshore qui fournit à  priori des services TV

France Télécom Mobile Liban (FTM L) qui construit un réseau  GSM pour le compte de l'état.

A  vérifier, je n'ai  pas trouvé  que Orange ait une filiale  mobile  à  destination des particuliers.

https://www.google.fr/url?sa=t&source=web&rct=j&url=http://www.orange.com/fr/content/download/22742/471973/version/10/file/Liste%2Bfiliales%2BVF%2B2014.pdf&ved=0CB0QFjAAahUKEwj3zcvYkZzHAhUBGxQKHbuQAw0&usg=AFQjCNFxTQutP8l2oJ0OTN4vDC5MTgii6g
Titre: PIF
Posté par: yussef961 le 09 août 2015 à 15:53:56
ah oui c'est car y'a pas orange dans le nom et services tv je connais pas trop mais quand on achete des sim la bas a beyrouth ben  y'a pas de sim orange
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 11 août 2015 à 08:00:43
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°132

P.drahi fait l'actualité : quelle seront les futurs achetés en Europe (KPN aux Pays Bas, Voo et/ou Belgacom en Belgique) ou aux Etats_Unis (Cox Communicationet Cablevision) (Les Echos (http://www.lesechos.fr/tech-medias/hightech/021254656036-telecoms-altice-regarde-des-deux-cotes-de-latlantique-1143498.php#xtor=RSS-38), 11/08) et se restructure afin de faciliter de futures acquisitions (La Tribune (http://www.latribune.fr/technos-medias/telecoms/altice-la-maison-mere-de-numericable-sfr-demenage-aux-pays-bas-497441.html), 10/08).

Les dépenses de P.Drahi
Une infographie qui résume les emplettes de P.Drahi depuis mars 2014. Il lui «manque» juste Bouygues Telecom et Time Warner à son tableau de chasse.

(http://nsa38.casimages.com/img/2015/08/01/150801074659801906.png) (http://www.casimages.com/i/150801074659801906.png.html)

Altice rachète des actions SFR
Début août Altice - la maison mère de SFR – a racheté pour 67 millions d’euros d’actions de SFR. Altice détient désormais 78,17% du capital de SFR. Pourquoi ? 
Dans un premier temps, afin de démonter qu’il n’hésite pas à investir dans le capital de SFR, ce qui donne confiance aux investisseurs et au cours de bourse. Dans le cadre d’un rachat, l’arme de l’échange d’actions peut être combiné avec de l’endettement. Lorsque l’action est haute, cela aide.
Enfin rien de tel qu’un cours haut pour distribuer des stock-options.
Titre: PIF
Posté par: yussef961 le 13 août 2015 à 08:47:18
sans oublier que si les actionnaires se goinfraient moins ca serait moins cher....
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 14 août 2015 à 07:46:34
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°133

700MHz
Un décret est paru qui précise les conditions de paiement pour les opérateurs ayant obtenu des fréquences : la part fixe de 416 millions pourra être divisé en quatre partie le premier paiement aura lieu une fois attribution connu soit fin 2015 et sera suivi de trois autres appels fin 2016 - 2017 – 2018. La part variable est calculé sur le CA total de l'opérateur : "égale à 1% du montant total du chiffre d'affaires constaté au 31 décembre de l'année au titre de laquelle les fréquences sont utilisées, qui sera versée annuellement. Un acompte provisionnel déterminé à partir du chiffre d'affaires constaté au 31 décembre de l'année précédente est versé avant le 30 juin de l'année en cours".

L’étalement de la part fixe devrait lever quelques freins qu’auraient pu avoir certains à faire un gros chèque rapidement. Le décor est planté, la pièce va pouvoir se jouer.

1800MHz
Après Bouygues en octobre 2013, l’ARCEP autorise Orange et SFR à refarmer de la 2G en 4G: "Ces décisions autorisent Orange et SFR à déployer, dès le 25 mai 2016, des réseaux 4G dans la bande 1800 MHz. Elles prévoient également que les deux opérateurs restituent une partie de leurs fréquences d'ici cette date. Ces décisions permettent de rendre pleinement opérationnel le schéma cible que l'Autorité avait publié en mars 2013 et ouvrent la voie à l'octroi à Free Mobile de 10 MHz duplex supplèmentaires dans la bande. Le 25 mai 2016, la répartition de la bande 1800 MHz sera modifiée de la façon suivante :"

(http://nsa38.casimages.com/img/2015/08/05/150805063155610100.png) (http://www.casimages.com/i/150805063155610100.png.html)

"Orange et SFR conservent la possibilité de demander à tout moment une levée anticipée des restrictions technologiques dans la bande 1800 MHz, s'ils souhaitent utiliser la 4G dans cette bande avant la date du 25 mai 2016"

Que vont faire Orange et SFR ? Utiliser cette possibilté rapidement et ainsi offrir un peu de mou à Free ? SFR n'étant pas au top dans son déploiement va-t-il saisir cette opportunité ?

Consolidation du secteur mobile en Italie
CK Hutchinson Holding Limited, la maison-mère hong-kongaise de 3 Italia, et la néerlandaise VimpelCom, maison-mère de Wind, ont annoncé jeudi être parvenues à un accord pour une co-entreprise qui sera dirigée sur une base de parité et comprendra leurs activités en Italie.
L'opération donnera naissance à un groupe fort de plus de 31 millions de clients dans la téléphonie mobile - auxquels s'ajoutent et 2,8 millions de clients  dans la téléphonie fixe-, et réduira de quatre à trois les plus grands opérateurs du secteur.

le nouvel opérateur pourra revendiquer 33,5% du marché du mobile, devant le 32,3% de Telecom Italia et le 27% de Vodafone. Il sera aussi en première position (34,9%) aussi sur le marché des cartes prépayées. Telecom Italia garde en revanche le primat (45,1% contre 28,4%) dans le marché des cartes SIM sur abonnement. La finalisation de l'opération est soumise à l'aval de la Commission européenne et devrait intervenir dans douze mois, espèrent les partenaires.

Le marché italien est en train de bouger : Vivendi vient de monter dans Telecom Italia pour 14,9% du capital et devient le nouvel actionnaire de référence dans l’opérateur historique italien. Dans le cadre de  la vente de sa filiale brésilienne GVT au groupe espagnol Telefonica pour une valeur d'entreprise de 7,5 milliards d'euros. Vivendi a reçu 8,3% des actions de Telecom Italia pour devenir son premier actionnaire. L’augmentation de capital va lui coûter 1 milliard d’euros.
Titre: PIF
Posté par: Philoutix le 16 août 2015 à 13:25:35
sans oublier que si les actionnaires se goinfraient moins ca serait moins cher....

Le premier actionnaire, c'est l'état, donc les contribuables, c'est d'ailleurs l'état qui impose le montant du dividende et pas SR. Ne jamais l'oublier.
Titre: PIF
Posté par: yussef961 le 16 août 2015 à 19:06:56
ya eu goingrage quand meme
Titre: PIF
Posté par: tom pouce le 16 août 2015 à 19:31:23
Et du goinfrage en interne qui a profité à tous les employés aussi par des largesses qui ont diminué (bien qu'Orange reste sérieusement intéressant pour avoir des petites attentions sympa parmi les opérateurs français).

Les temps changent, la répartition de l'argent avec. :)
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 18 août 2015 à 07:54:17
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°134

Rachat de Jazztel par Orange
Orange devrait définitivement boucler le rachat de Jazztel. Une condition imposée par Bruxelles était que  Orange devait louer à un concurrent son réseau haut débit (ADSL), de céder 700.000 prises de fibre optique (sur un total de 3,7 millions), mais aussi de donner accès à son réseau mobile à la fois en 2G, 3G et 4G. C’est fait en parie, car Orange va louer au Mvno MasMovil des infrastructures fibre de Jazztel mais également un accès ADSL. De fait ce fait Mvno va devenir le quatrième opérateur espagnol.

Orange abandonne Read & Go, son kiosque numérique
Orange va abandonner Read & Go son service de kiosque numérique. La date couperet est prévue pour le 7 octobre (actualitté (https://www.actualitte.com/article/lecture-numerique/ebook-orange-programme-la-fermeture-de-read-and-go-pour-octobre/59945), 09/08). Le service est remplacée par un partenariat avec ePresse un des 4 services de presse numériques (avec Le Kiok, Relay et Zinio). SFR de son côté propose une offre avec LeKiosk.
Au niveau des contenus, Orange s’est également positionné sur le livre. Pas comme éditeur, mais comme distributeur de livres numériques. Sans plan d’ensemble, plusieurs axes avaient été développés depuis quelques années : Read’n Go (avis de décès), le réseau social Lecteurs, Prix Orange du Livre, la cyberlibrairie MO3T (mort-née).
Orange cherche lance des projets, mais pour diverses raisons, peu réussissent (OCS, Libon, Deezer en partie) et beaucoup échouent (Dailymotion, Read & Go, Orange Sport, Skyrock). Le problème est le manque de cohérence des projets, mais aussi (un peu, beaucoup) le manque de visibilité une fois un projet en place.

Google : quelques chiffres
Une infographie de l’AFP (12/08) pour voir ce que représente Google. Souvent un monopole. Sans compter son activité de régie publicitaire... 

(http://nsa38.casimages.com/img/2015/08/14/150814081555421332.png) (http://www.casimages.com/i/150814081555421332.png.html)
Titre: PIF
Posté par: kgersen le 18 août 2015 à 14:08:42
Bizarre de mettre 'Apple' dans les géants du Net et pas Samsung dans ce cas aussi.
Même la présence de Microsoft y est bizarre (Bing étant marginal pour eux).

Quand on parle de "géants du Net" c'est plutôt Amazon et Yahoo qu'il faudrait mettre.

Microsoft et Apple font moins de 10% de leur CA sur le Net.

Les gens aiment bien comparer les pommes et les oranges ont dirait.
Ca ne va aider le grand public a comprendre qui est vraiment Google et qui sont ses vrais concurrents et son secteur d'activité (Online advertising)... http://www.orangeadvertising.fr/ est plus un concurrent direct de Google que ne l'est Apple par exemple.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 10 septembre 2015 à 08:44:02
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°135

Bouygues Telecom
Bouygues télécom a présenté ses résultats il y a quelques jours ce qui a donné l’occasion à Martin Bouygues de faire quelques déclarations (Les Echos (http://www.lesechos.fr/journal20150828/lec2_high_tech_et_medias/021285250477-bouygues-reaffirme-sa-confiance-dans-les-telecoms-1148367.php?eeRlOO70ZFY4exu4.99), 27/08).
Malgré une perte sur le premier semestre, pour Martin Bouygues «Nous sommes entrés dans une stratégie de croissance rentable pour Bouygues Telecom» espérant tirer bénéfice des économies réalisées depuis 12 mois. Et reste confiant dans un marché à quatre opérateurs. «On se sent bien dans la configuration actuelle, on a fait les efforts nécessaires pour se relancer. Et nos résultats le démontrent.» et Free ne lui fait pas peur dans le mobile : «C'est plutôt dans le fixe qu'ils devraient baisser leurs prix, compte tenu des marges qu'ils ont. Pourquoi ne le font-ils pas ?»
Bref, détendu du mobile Martin Bouygues…

Bouygues Télécom vs SFR/NC/P.Drahi
Selon L’Express (http://lexpansion.lexpress.fr/high-tech/tres-haut-debit-bouygues-telecom-reclame-53-millions-d-euros-a-numericable-sfr_1709192.html) (25/08), Bouygues Telecom vient d’attaquer Numéricâble devant le Tribunal de Commerce de Paris. 
Bouygues estime que Numéricâble ne respecte pas l'exécution de leur accord portant sur l’utilisation du réseau Fttla de Numéricâble et lui réclame au minimum 53 millions d'euros. Depuis 2009 Bouygues Télécom utilise le réseau de Numéricâble pour ses offres très haut débit et au 30 juin il y avait 375 000 clients Bouygues via ce réseau (23 000 en Ftth), mais les chiffres plafonnent depuis de nombreux trimestres.
Bouygues veut-il faire pression afin d’obtenir des prix plus faibles ? Depuis le rachat de SFR par P.Drahi, les rapports entre Martin Bouygues et P.Drahi se sont tendus. Ce dernier cherchant à racheter le premier qui pour résister a restructuré Bouygues et cherche aussi à faire des économies et à en donner le moins possible à son concurrent.
SFR dans son document de référence pour l’année 2014 donne quelques détails sur ce contrat : il arrive à échéance en 2019. Durée automatiquement renouvelée sauf décision contraire de Bouygues notifiée avec un préavis de 24 mois ou de Numéricâble mais avec seulement un préavis de 12 mois.

Coûts d'acquisition des clients
C’est Bouygues qui joue seul la transparence. Orange et SFR n’ont pas donné de chiffres, Free ne le fait pas. Chez Bouygues, c’est 183 M€ sur le premier semestre, contre 189 M€ au premier semestre 2014 et contre 272M€ pour la même période en 2013.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 14 septembre 2015 à 07:55:00
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°136

Vivendi
Vivendi vient de présenter ses résultats au 30 juin et le moins que l’on puisse dire est que sa trésorerie est bien garnie. Après la vente de SFR, GVT, Activision, elle est de 8,9 milliards nette. Ses participations sont estimées à 3,7 milliards (Télécom Italia à 2,1 milliards, Telefonica 600 millions et Activision 1 milliard).
Bref, un joli trésor de guerre qui va lui permettre de faire quelques emplettes. Déjà 2,7 milliards ont été distribués aux actionnaires.
Vivendi a porté sa participation dans Dailymotion à 90% contre 80% auparavant. Cela porte son achat à 244 millions. Orange reste propriétaire des 10% restants. 

Bouygues vs Free
Bouygues a assigné Free devant le tribunal de commerce de Paris et lui réclame 317 millions d'euros pour violation de ses obligations en qualité d'opérateur de téléphonie et de pratiques commerciales trompeuses.
Bouygues Telecom conteste devant le Conseil d’Etat la méthode de contrôle de la couverture du réseau de son concurrent qui réalisé par l’ARCEP (L’Express (http://lexpansion.lexpress.fr/high-tech/bouygues-telecom-reclame-317-millions-a-free-mobile_1711271.html), 01/09).
Pour mémoire, Bouygues avait soldé ses différentes affaires judiciaires avec Free dans le cadre du rachat avortée de SFR au printemps 2014.

Free
Free vient de passer son forfait mobile à de 20 à 50Go pour les utilisateurs ayant un terminal 4G. C’est le plus gros forfait mobile en France sur le plus petit réseau 4G. Faudrait pas une conversion massive,  car le réseau ne pourrait pas le supporter.
Le risque est également sur l’abandon des offres fixes et la migration vers cette offre mobile. A condition d’être bien couvert évidemment. L’avenir nous le dire. Reste à savoir comment va réagir la concurrence, qui n’avait déjà pas dit grand-chose lors du passage du forfait premium à 20Go.
A ce jour, cela semble prendre le même chemin.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 17 septembre 2015 à 07:59:12
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°137

Itinérance 2G/2G de Free
Lors de la présentation des résultats, Maxime Lombardini  (ItExpresso (http://www.itespresso.fr/rentree-iliad-free-petit-abecedaire-retrouver-106221.html#QMBfV7D2o1B6ixdU.99), 02/09) est revenu sur le contrat d’itinérance qui lie Free à Orange. Pour la 3G, le contrat arrive à terme en janvier 2016.

"Des discussions ont été entamées avec l’ARCEP et Orange pour définir les modalités d’extinction". Pour lui les échéances devraient être progressives : «Car il sera impossible de terminer le déploiement de notre réseau dans les zones très dense d’ici un an et demi. L’objectif est ne pas dégrader la qualité de service fourni à nos abonnés(...) Les travaux permettant de définir les modalités et le calendrier de l’extinction débutent tout juste".

La Loi Macron va permettre à l’ARCEP d’examiner les accords de mutualisation réseaux, y compris celui qui lie Orange à Iliad pour l’itinérance 2G et 3G.
Il y aura une poursuite d'itinérance en 2G, c'est évident. Et la 3G s'éteindra "tranquillement" et de façon "responsable" selon un calendrier à mettre en place. De toute façon rien de brutal qui puisse entrainer des désagrèments pour des millions de clients. 

1800 MHz
L'ARCEP a attribué (http://www.arcep.fr/uploads/tx_gsavis/15-1080.pdf) des fréquences dans la bande 1800 MHz à la société Free Mobile. Elles seront exploitables à partir de mai 2016. Ces fréquences font partie d’un lot restitué par Bouygues, SFR et Orange en échange d’une autorisation d’utilisation de cette bande de fréquence pour la 4 G. En attendant l’attribution des fréquences dans la bande 700Mhz, cela va permettre à Free de « respirer » un peu. Orange et SFR ont la possibilité de demander à tout moment une levée anticipée des restrictions technologiques dans la bande 1800 MHz, s'ils souhaitent utiliser la 4G dans cette bande avant la date du 25 mai 2016.

(http://nsa38.casimages.com/img/2015/09/14/150914114327997495.gif) (http://www.casimages.com/i/150914114327997495.gif.html)

Orange, Free et l’ARCEP
L’ARCEP (http://arcep.fr/uploads/tx_gsavis/15-0971-RDPI.pdf) (02/09) a imposé à Orange de lever des restrictions d’usages infondées sur les prestations fournies au titre du dégroupage, pour libérer l’investissement dans le très haut débit mobile. Orange voulait surfacturer l'hébergement des équipements dans ses armoires et la collecte du réseau mobile de Free, alors que Free paye déjà l’accès pour le fixe.  Au nom de la convergence fixe et mobile, l’ARCEP a refusé cette surfacturation.
Grosse économie pour Free ? Difficile de répondre, car il est impossible de savoir quels étaient les montants sur le tapis. Toutefois, si Free a remonté ce différend devant l’ARCEP et que ce dernier a émis un avis, c'est qu'ils devaient être relativement significatifs.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 21 septembre 2015 à 07:55:31
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°138

Consolidation en France : le point de vue d’Orange
Stéphane Richard est revenu sur la consolidation en France lors d’une interview au quotidien Les Echos (http://www.lesechos.fr/journal20150907/lec2_l_entretien_du_lundi/021302892589-stephane-richard-lideologie-consumeriste-a-fait-des-ravages-en-france-1152817.php?5MzouCZF9r1jFhG1.99) (07/09) : "Le mouvement de consolidation a été lancé dans tous les grands pays européens...sauf en France. Il y a une exception française. Aujourd’hui, la consolidation n’est pas à l’ordre du jour mais elle finira peut-être par resurgir l’an prochain, après la vente des nouvelles fréquences pour la 4G. Nous sommes le pays européen dans lequel les marges des opérateurs sont les plus faibles. Et si Orange, qui repose sur de solides bases, est celui qui a le moins besoin de la consolidation, la situation de chacun de nos concurrents suscite des interrogations. Numericable-SFR perd des clients, Bouygues Telecom en gagne, mais reste tendu financièrement, et Free doit investir massivement dans son réseau".

Consolidation en Europe : le point de vue d’Orange
Stéphane Richard est revenu sur la consolidation en Europe lors d’une interview au quotidien Les Echos (http://www.lesechos.fr/journal20150907/lec2_l_entretien_du_lundi/021302892589-stephane-richard-lideologie-consumeriste-a-fait-des-ravages-en-france-1152817.php?5MzouCZF9r1jFhG1.99) (07/09) : " Nous sommes à la première étape, celle des consolidations nationales dites « in-market ». Viendra une seconde étape internationale, « cross border ». Pour cela il faudra qu’il y ait quelques signes que nous nous orientons bien vers un marché unique européen des télécoms que j’appelle de mes vœux. Nous ne pouvons pas durablement avoir 28 législations, 28 régulateurs et 28 autorités de la concurrence en Europe (…)  Orange aura vocation à jouer un rôle dans cette consolidation. Avec Vodafone ou Deutsche Telekom, nous sommes déjà un acteur majeur présent sur plusieurs marchés européens".

Consolidation en Europe : le point de vue de Standard & Poors
L’ARCEP signale dans sa revue de presse du 11/09, le point de vue de Standard & Poors. L’agence de notation ne croit pas à l’èmergence d’opérateurs pan-européens : cela dépend de la volonté de la Comission Européenne, mais d’abord de la levée de plusieurs obstacles qui se présentent : les réseaux fixes et mobiles, les fréquences mobiles, sont trop différents pour être rapprochées. Cela reste donc très théorique à ce jour.

Consolidation en Europe : l'état actuel
Le quotidien Les Echos du 18/09 a publié une carte sur le mouvement de consolidation en Europe
(http://nsa37.casimages.com/img/2015/09/18/150918075428396376.png) (http://www.casimages.com/i/150918075428396376.png.html)
Titre: PIF
Posté par: kgersen le 21 septembre 2015 à 16:05:38
Citer
les réseaux fixes et mobiles, les fréquences mobiles, sont trop différents pour être rapprochées

Tout est la. Qu'on arrete avec le terme 'operateur telecom' qui est trop imprécis. Orange joue la dessous d'ailleurs.
La carte en est un exemple, le titre devrait être "Le nombre d'opérateurs de téléphonie mobile par pays".

Consolidation dans le mobile en France ? peut-etre. Consolidation dans le fixe ? certainement pas.

Orange et SR en particulier jouent habilement du mélange des 2 activités (en quoi le plan Fibre impacte sur le mobile par exemple ou le prix des fréquences mobiles sur le plan Fibre...etc).
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 21 septembre 2015 à 16:18:00
T'as raison, c'est un petit péché véniel de l'ordre de la cosmétique.
A décharge, pour ceux qui suivent les mouvements de consolidation en Europe, c'est clairement le secteur mobile qui est concerné sur fond de convergence avec le fixe qui plus est.
Et là, l'un (le mobile) impacte forcement l'autre (le fixe) ou inversement d'ailleurs.
La phrase citée est à replacer par rapport aux différences entre pays de la CE. Et là, Orange et SFR ne sont qu'un des éléments du puzzle à 250 pièces.
De toute façon, le processus de consolidation continuera à se poursuivre avec les règles communautaires actuelles. Les règles changeront lorsqu'ils ne restera que très peu d'acteurs.
Titre: PIF
Posté par: Nico le 21 septembre 2015 à 16:19:20
La carte en est un exemple, le titre devrait être "Le nombre d'opérateurs de téléphonie mobile par pays".
Ou "nombre d'opérateur d'envergure nationale" ?

Citer
Consolidation dans le fixe ? certainement pas.
Boarf, il est vrai que ByTel est reparti à dégrouper mais l'opérateur reste avec beaucoup d'abonnés chez ses concurnisseurs, la consolidation aurait du sens.

Citer
Orange et SR en particulier jouent habilement du mélange des 2 activités (en quoi le plan Fibre impacte sur le mobile par exemple ou le prix des fréquences mobiles sur le plan Fibre...etc).
Tu utilises les leviers à ta disposition pour négocier, c'est tout.
Titre: PIF
Posté par: turold le 21 septembre 2015 à 17:46:42
Boarf, il est vrai que ByTel est reparti à dégrouper mais l'opérateur reste avec beaucoup d'abonnés chez ses concurnisseurs, la consolidation aurait du sens.
De ce point de vue, le plus gros défis de BT est sur le segment "fibre" (et coax 30), car aucune migration automatique vers le FTTH grandissant (ou vers VDSL)...
Pour l'ADSL/VDSL, le dégroupage est automatique au moins en ADSL. Après il faut une box compatible pour le VDSL si cette techno est disponible dans le NRA par BT.

À suivre avec le procès BT vs NC-SFR.

Il y a un autre critère aussi: la convergence fixe-mobile, la 4P (même déguisé comme actuellement chez BT), ce genre de choses. BT sans le fixe, c'est impensable aujourd'hui. Autant tout vendre, ou tout mettre en faillite dès le départ. Jusqu'au début de BT dans le fixe, cela aurait tenu, et encore, si BT a décidé de se lancer dans le fixe, avant même la moindre rumeur d'un éventuel Free mobile, ce n'était pas pour frimer...
Titre: PIF
Posté par: tom pouce le 21 septembre 2015 à 18:10:55
vant même la moindre rumeur d'un éventuel Free mobile, ce n'était pas pour frimer...
Free a candidaté pour la 4e licence 3G dès la mi-2007 (http://www.iliad.fr/presse/2007/CP_300707.pdf).
C'était donc assez prévisible.
Titre: PIF
Posté par: turold le 21 septembre 2015 à 18:16:11
Free a candidaté pour la 4e licence 3G dès la mi-2007 (http://www.iliad.fr/presse/2007/CP_300707.pdf).
C'était donc assez prévisible.
Ah, donc cela fait même une raison supplèmentaire à ce que je disais sur une éventuelle séparation fixe-mobile entre BT et un autre opérateur télécom... Quoique Free mobile est déjà une réalité depuis 2012, commercialement.
Titre: PIF
Posté par: Nico le 21 septembre 2015 à 18:16:46
Free a candidaté pour la 4e licence 3G dès la mi-2007 (http://www.iliad.fr/presse/2007/CP_300707.pdf).
C'était donc assez prévisible.
Et ByTel qui rachète Dolmen en 2008...
Titre: PIF
Posté par: Boris de Bouygues Telecom le 24 septembre 2015 à 08:51:25
Et ByTel qui rachète Dolmen en 2008...

La décision de faire du fixe date de 2006. C'était avec le réseau Completel à l'époque (projet qui a échoué, le réseau Completel utilisant des IRU Neuf qui refuse de le céder à Bouygues Telecom)

Il y a 9 ans, on parlait beaucoup de convergence fixe / mobile. Il y a même eu la commercialisation par l'opérateur historique de téléphones portables qui étaient capable de démarrer un appel sur le fixe et de faire un handover sur le réseau mobile, si la personne sort de chez elle.

Aujourd'hui, toujours pas de convergence et le téléphone fixe et de plus en plus de clients abandonnent le téléphone fixe.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 25 septembre 2015 à 08:00:27
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°139

Le million ?
Stéphane Richard – le pédégé d’Orange – l’a réaffirmé sur Twitter : Orange sera à 1 million de clients raccordés au FTTH à fin décembre. Il va falloir que Orange accélère quand même.
Sur le premier semestre, c'est une moyenne de 26 200 clients raccordés par mois. Pour atteindre le million, faut passer à 46 600 mois. C'est +78% !!! Sacré challenge.

(http://nsa37.casimages.com/img/2015/09/20/15092008553577207.png) (http://www.casimages.com/i/15092008553577207.png.html)

Consolidation des Télécoms
Sous la pression de la Commission Européenne le projet de fusion au Danemark entre le suédois TeliaSonera et le norvégien Telenor a été abandonné. Cas d’école ou retournement ?
La fusion était difficilement tenable, car le Danemark se serait retrouvé avec deux opérateurs, contrôlant environ 40 % du marché chacun (Les Echos (http://www.lesechos.fr/journal20150917/lec2_high_tech_et_medias/021331340228-europe-la-consolidation-des-telecoms-en-question-1156382.php#xtor=RSS-38), 17/09).

Free à La Réunion ?
Suite au rachat en juin 2015 des activités mobiles d'Outremer Télécom dans l'océan Indien, l'opérateur Free Mobile devrait bientôt arriver à La Réunion. La marque de Xavier Niel sera lancée par le groupe malgache Hiridjee afin de remplacer Only. Il s’agit donc d’une licence de marque uniquement.
L'opération doit obtenir le feu vert de la Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes (DGCCRF) (ipreunion (http://www.ipreunion.com/photo-du-jour/reportage/2015/09/16/le-groupe-malgache-hiridjee-sera-aux-manettes-telephonie-free-debarque-bientot-a-la-reunion-pour-remplacer-only,32596.html), 16/09).
Titre: PIF
Posté par: Didier B. le 25 septembre 2015 à 09:42:51
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°139

Le million ?
Stéphane Richard – le pédégé d’Orange – l’a réaffirmé sur Twitter : Orange sera à 1 million de clients raccordés au FTTH à fin décembre. Il va falloir que Orange accélère quand même.
Sur le premier semestre, c'est une moyenne de 26 200 clients raccordés par mois. Pour atteindre le million, faut passer à 46 600 mois. C'est +78% !!! Sacré challenge.


Si on de réfère à Twitter , le compte de SR  indiquerait que la campagne 100% fibre a démarrée en Avril donc la moyenne du 1er semestre est forcèment plus faible. Il faudrait plutot regarder le rythme du 3em trimestre, mais les chiffres ont ils été publiés ?

tweet de SR le 15 Avril
@orange accélère sur la #fibre. Déjà 4M de logements raccordables & 9 nouvelles villes #100pour100fibre fin 2016 !
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 25 septembre 2015 à 17:05:57
Les chiffres du T3 n'ont pas été encore publiés. Mais, ils devront être très bons. Et ceux du T4 également.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 29 septembre 2015 à 08:02:26
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°140

Altice
Patrick Dhrahi – le boulimique pédégé d’Altice a annnonce le rachat du câblo-opérateur américain Cablevision pour près de 18 milliards de dollars (dette comprise). Il y a 4 mois, Altice avait racheté le câblo-opérateur Suddenlink pour plus de 9 Mds$.
Avec Cablevision et Suddenlink, Altice pointe au 4ème rang des câblo-opérateurs américains, derrière Comcast, Charter/Time Warner Cable qui sont en train de fusionner et Cox Communications.

Son appétit ne devrait pas s’arrêter : "nous allons continuer à accroître notre taille aux Etats-Unis (...) Nous ne sommes pas pressés, mais je pense qu'il y a des opportunités pour continuer à consolider le marché du câble américain, éclaté en plusieurs acteurs ayant une présence régionale mais absents au niveau national (…) Nous allons voir si nous pouvons acquérir plus de câblo-opérateurs, avant de nous tourner vers les mobiles".

Dans le câble, les analystes financiers citent comme cibles potentielles Verizon Communications FiOS, les activités câble, fibre optique et cuivre de l'opérateur télécoms Verizon, évaluées à environ 34 Mds$. Une autre cible possible serait Mediacom, le huitième acteur du marché du câble outre-Atlantique (Boursier.com (http://www.boursier.com/actualites/economie/pourquoi-patrick-drahi-veut-continuer-de-grossir-aux-etats-unis-29247.html?rss), 19/09).

Rachat de Bouygues Télécom
Lors du rachat de Cablevision, Patrick Drahi a déclaré au sujet du rachat de Bouygues Telecom : "Rien n'est impossible mais je ne vais pas attendre qu'il change d'avis". Pourtant, il faudra bien l'accord de Martin Bouygues.

Altice en pause ?
Le directeur général d'Altice a déclaré à Bloomberg que "Nous devons à nos investisseurs une pause dans le rythme des acquisitions, en particulier sur les plus grosses cibles". Pour quelle durée ? "Six à neuf mois, ce n'est rien. Nous pourrions faire une pause de deux ans parce que nous avons encore une capacité énorme de croissance organique".
L’exeception le troisième câblo-opérateur américain Cox : "Le seul élèment qui pourrait nous amener à réfléchir serait que Cox déclare qu'il est à vendre au plus offrant". La dette d’Altice est estimée à 3à milliards d’euros avant le rachat de Cablevision (Bfmtv (http://bfmbusiness.bfmtv.com/entreprise/altice-une-pause-dans-sa-boulimie-de-rachats-917632.html), 25/09).
Bref, le temps de mettre l'ensemble en ordre et cela devrait repartir. A ce jour, la taille n'est pas assez critique pour espèrer peser sur le marché américain.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 30 septembre 2015 à 08:08:32
Orange future cible de Vivendi ? C’est ce que relate Challenges (édition papier du 24/09). En fait, c’est une partie de billard.

Première bande
Vivendi est monté à 14,9% du capital de Telecom Italia et est devenu le nouvel actionnaire de référence de l’opérateur historique italien. Il pourrait monter jusqu’à 20%.
Pour rappel, dans le cadre de  la vente de sa filiale brésilienne GVT au groupe espagnol Telefonica pour une valeur d'entreprise de 7,5 milliards d'euros. Vivendi a reçu 8,3% des actions de Telecom Italia pour devenir son premier actionnaire. Ses participations sont estimées à 3,7 milliards : Télécom Italia à 2,1 milliards, Telefonica 600 millions et Activision 1 milliard.
D’autre part Vivendi du fait de ses différentes ventes se retrouve à la tête de 9 milliards de trésorerie.

Deuxième bande
Dans le cadre de la consolidation des télécoms en Europe, Orange s’est montré intéressé par Telecom Italia qui est cible potentielle de diférents repreneurs, car uniquement présent sur son marché national (Le Monde (http://www.lemonde.fr/economie/article/2015/06/03/orange-interesse-par-telecom-italia-kpn-ou-belgacom_4646611_3234.html), 03/06). Stéphane Richard avait déclaré que "Il n'y a pas de négociations, simplement des échanges de vues avec les dirigeants [de Telecom Italia]. Mais cela pourrait être une belle opportunité de consolidation européenne".

Troisième bande
Vivendi et Bolloré pourrait proposer de rentrer dans le capital d’Orange en échange d’une cession du capital de Telecom Italia à Orange. Chez Orange, il n’est pas question de laisser rentrer Bolloré et Orange èmet  l’hypothèse que l’objectif de Bolloré serait plutôt Mediaset (l’empire audiovisuel de Berlusconi) et avec Canal+ de conforter son pôle média dans la course à la taille critique mondiale.

A ce jour, le flou règne sur l’avenir de Vivendi et Bolloré dans les télécoms.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 01 octobre 2015 à 07:59:49
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°141

Rosebud ?
Patrick Drahi propriétaire de Libération, de l'ex groupe Roularta avec l’Express et du groupe BFM tv. Xavier Niel dans Le Monde, le Nouvel Obs/Rue89, Télérama et quelques pures players. Martin Bouygues dans le Groupe TF1. Bolloré sur le Groupe Canal+ et Itélé. Ils sont plus ou moins interventionnistes dans les rédactions, mais le but pour ces nouveaux et (anciens )nababs est d’investir dans les médias afin de peser sur le monde économique et politique.

Deezer
Alors que Deezer va être introduit en bourse et c’est l’occasion de présenter quelques chiffres sur son activité. Il s’avère qu’Orange a représenté la moitié de son chiffre d’affaire en 2012 et qu’à ce jour, Orange représente encore 25% du CA.
Le dernier contrat prévoit une clause d’exclusivité jusqu’en juin 2016. Depuis quelques mois Orange n’associe plus Deezer à ses forfaits premiums. Orange est encore le premier client de Deezer et est rentré en 2010 dans le capital de Deezer et est encore le second actionnaire avec 10,7%. Mais Deezer reste très fragile, comme le rappelle cette infographie (Les Echos (http://www.lesechos.fr/tech-medias/medias/021346801754-deezer-premier-site-de-streaming-musical-a-tester-son-modele-aupres-de-la-bourse-1158085.php#xtor=RSS-38), 22/09).

Orange
Orange (https://lafibre.info/ftth-la-fibre-optique-gpon-ou-p2p/par-de-marche-ftth-t2-2015/msg261569/#msg261569) aurait dépassé les 100 000 nouveaux clients raccordés en FTTH sur le T3. Belle performance, sachant que les mois de juillet et août tournent en partie au ralenti.
A la fin du T2, Orange comptait 720 000 clients en augmentation de 82 000 nouveaux clients. Le challenge d’un million de clients à fin 2015 sera-t-il tenu ?
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 05 octobre 2015 à 08:07:43
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°142

5 G : c’est parti…
L’ARCEP (http://arcep.fr/uploads/tx_gsavis/15-1117.pdf) vient d’autoriser Orange à tester la 5G à Belfort : "Alors que les réseaux 4G se déploient déjà très largement à l’échelle mondiale, l'industrie des télécommunications anticipe d’ores et déjà l’évolution vers une 5ème génération de réseaux mobiles, envisagée à l’horizon 2020.
l’ARCEP a délivré à la société Orange une autorisation d’expérimentation pour procéder à des tests sur la commune de Belfort jusqu’à la fin de l’année 2016. Ces tests constituent une étape vers le développement des technologies 5G. Ils s’inscrivent dans le cadre du programme européen 5G-PPP, un partenariat public-privé entre la Commission européenne et l’industrie des télécommunications, et plus particulièrement dans le cadre du projet mmMagic
".

Cela pourrait donc être lancé en 2020 avec l’iPhone 9...

P.Drahi
P.drahi aurait-il mangé son pain blanc en bourse ? Alors que les marchés sont très nerveux, la côte d’Altice n’est plus aussi haute auprès des fonds d’investissements (mais il loin d’être le seul) qui se mettaient à ses pieds il y a quelques semaines. C’est ce que semble indiquer les difficultés rencontrées lors de la dernière émission obligataire (de 4,8 Mds$, contre un montant initial espéré de 6,3 Mds$) pour financer une partie de l’acquisition de Cablevision, racheté 15 milliards d’euros.
De plus Altice  a procédé à une augmentation de capital de 1,61 milliard d'euros, alors qu'il visait une levée de 1,8 MdE.

Pour autant : "Les financements d’Altice sont garantis, sécurisés et de long terme". Le gros du remboursement de la dette n’intervient pas avant 2022 et les emprunts réalisés par le groupe sont à 85 % réalisés à taux fixes. Et donc peu sensibles à une variation de ces derniers. (Le Monde (http://www.lemonde.fr/economie/article/2015/09/30/inquiets-du-niveau-d-endettement-daltice-les-marches-boursiers-chahutent-le-groupe_4778019_3234.html#qisPXUJheFjhc7Td.99), 30/09).

D’ailleurs, le directeur général d'Altice a déclaré à Bloomberg que "Nous devons à nos investisseurs une pause dans le rythme des acquisitions, en particulier sur les plus grosses cibles". Pour quelle durée ? "Six à neuf mois, ce n'est rien. Nous pourrions faire une pause de deux ans parce que nous avons encore une capacité énorme de croissance organique".
La dette d’Altice est estimée à 30 milliards d’euros avant le rachat de Cablevision (Bfmtv (http://bfmbusiness.bfmtv.com/entreprise/altice-une-pause-dans-sa-boulimie-de-rachats-917632.html), 25/09).

Plus que jamais l’objectif va être pour Altice and Co de présenter un Ebitda performant afin de réduire le poids de sa dette et afin de rassurer ses prêteurs. Les économies vont certainement aller bon train également !

Orange va vendre au Kenya
Orange devrait avoir vendu les 70% de sa filiale kenyane avant la fin de l’année. Orange avait déboursé 390 millions de dollars (350 millions d'euros) en 2007. Vodafone détient 67% du marché du mobile (Les Echos (http://bourse.lesechos.fr/infos-conseils-boursiers/infos-conseils-valeurs/infos/orange-devrait-sortir-du-kenya-d-ici-la-fin-de-2015-ministre-1083112.php), 01/10).
Titre: PIF
Posté par: alain_p le 05 octobre 2015 à 08:38:12
Plus que jamais l’objectif va être pour Altice and Co de présenter un Ebitda performant afin de réduire le poids de sa dette et afin de rassurer ses prêteurs. Les économies vont certainement aller bon train également !

Et les emplois ? A voir également...
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 12 octobre 2015 à 08:01:14
Le Conseil d’Etat vient de donner en partie raison à Bouygues Telecom contre l’ancien Président de l’ARCEP mais sans donner tort à son actuel Président.

Depuis juin 2014, Bouygues Telecom contestait le retard pris par l’ARCEP pour mettre fin au contrat d’itinérance entre Orange et Free, alors que l’Autorité de la Concurrence avait rendu un avis en mars 2013. De son coté, l’ARCEP considérait qu’il n’avait pas les pouvoirs nécessaires pour avoir un droit de regard sur un contrat de droit privé.
De fait cet arrêt ne change rien, car depuis la loi Macron adoptée en août dernier, l’ARCEP peut examiner et modifier les accords de partage de réseaux mobiles entre opérateurs. C’est le cas de l’accord entre Orange et Free mais également l’accord de mutualisation entre Bouygues et SFR.

Bouygues Telecom demandait un arrêt définitif de l’accord pour janvier 2016, le Conseil d’Etat n’a pas donné de délais à cette extinction. Il est acquis depuis début 2015 que l’ARCEP est en train de mettre en place les conditions de sortie de l’itinérance 3g de Free, l’ARCEP devra définir un : "calendrier exigeant mais cohérent avec la faisabilité sur le terrain" (Le Figaro (http://www.lefigaro.fr/secteur/high-tech/2015/02/22/01007-20150222ARTFIG00119-telecoms-l-itinerance-est-une-drogue-de-substitution.php), 21/02).

Pour son président : "si tout le monde partage son réseau, on arrive à un monopole", mais il faut "comprendre la transformation pour éviter un arrêt de service (et) analyser les contrats [entre opérateurs] pour les faire évoluer si besoin. Il reste ouvert à "une évolution" de ces accords. La mutualisation entre SFR et Bouygues Telecom sur la 4G sera également étudiée. L’objectif est un examen avant la fin de l’année pour rendre un avis pour le premier trimestre 2016. (Silicon (http://www.silicon.fr/regulation-strategie-de-larcep-revue-120094.html), 24/06), (Zdnet (http://www.zdnet.fr/actualites/sebastien-soriano-l-arcep-n-est-pas-un-couteau-suisse-39821400.htm), 24/06).
Réponses dans quelques semaines donc.

D’autre part, le Conseil d'Etat condamne Bouygues Telecom à verser 3000 euros à Free. Bouygues Telecom contestait les mesures de qualité du réseau de Free pat l'ARCEP et demandait que les mesures soient effectuées sur un réseau chargé avec l'itinérance Orange éteinte. Le Conseil d'Etat n’a pas donné suite.

En gros le Conseil d’Etat donne raison à Bouygues Telecom contre l’ancien président de l’ARCEP (qui n’est plus là depuis début 2015...) et donne raison à la gestion de l’actuel président de l’ARCEP. Jésuitique non ?
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 14 octobre 2015 à 07:55:49
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°143

Bouygues Telecom
Bouygues Telecom vient de faire le point (Les Echos (http://www.lesechos.fr/tech-medias/hightech/021381740388-bouygues-telecom-veut-faire-400-millions-deuros-deconomies-dici-a-2017-1162657.php?lsl15HwR17Y1mgJ6.99#xtor=RSS-38), 06/10) sur son activité et se montre résolument optimiste à l’horizon 2017. La croissance du chiffre d’affaire est estimée à 10% par rapport au point bas de 2014. Croissance obtenue via une hausse du nombre de ses clients. Toujours par rapport à 2014, l’augmentation pourrait être de 1 millions sur le fixe et autant pour le mobile.
Sur les 6 premiers mois de l’année l’augmentation est 174 000 sur le fixe et de 312 000 sur le mobile. Avec le développement du M2M, l’objectif sur le mobile sera certainement atteint. Sur le fixe, Bouygues va devoir cravacher sec.
D’autre part, Bouygues va amplifier son effort d’économies et vise un montant de 400 millions entre 2013 et 2016 contre 300 millions d’euros initialement prévus. Bouygues prévoit 750 millions d’investissements annuels. C’est en ligne par rapport aux chiffres sur les 6 premiers mois de 380 millions.

Orange
Orange a également fait le point en début de mois (Le Figaro, édition papier du 1/10). Avant de racheter, Orange veut d’abord consolider les parts de marché de ses 8 filiales européennes. En France, il est toujours question d’un Netflix «  à la française » avec TF1 et M6. Orange pourrait développer des accords avec Vivendi sur la diffusion vidéo et musicale.
Il n’est pas question que Vivendi rentre dans le capital d’Orange, comme cela a pu être évoqué en échange d’une reprise de Telecom Italia par Orange. Sur le sujet Telecom Italia vient de déclarer qu’il n’était pas en discussion avec Orange en vue d’une possible alliance. De son coté Vivendi vient de porter sa participation à 19,9% du Capital de l’opérateur historique italien.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 15 octobre 2015 à 08:02:17
Le rachat de SFR par Numéricable il y a 18 mois et les tentatives de rachat par P.Drahi ne sont toujours pas digérés par Bouygues Telecom. Le torchon brûle entre Bouygues Telecom et SFR/Numericable et combat porte aussi sur le terrain réglementaire et judiciaire.

SFR rappelé à l'ordre ?
Comme le signale le communiqué (http://www.autoritedelaconcurrence.fr/user/standard.php?id_rub=606&id_article=2641) (12/10) de l’Autorité De La Concurrence : "A la suite d'une plainte de  Bouygues Télécom, l'Autorité de la concurrence se saisit d'office afin de vérifier les conditions d'exécution des engagements pris par Numéricable sur le déploiement de la fibre lors du rachat de SFR. L'Autorité de la concurrence s'est autosaisie pour examiner les conditions dans lesquelles Numericable exécute ses engagements relatifs à l'accord de co-investissement conclu avec Bouygues Telecom pour le déploiement de la fibre optique.

SFR et Bouygues Télécom ont conclu en 2010 un accord de co-investissement portant sur le déploiement horizontal de la fibre optique dans certaines communes des zones très denses et son raccordement aux immeubles.  Aux termes de cet accord, SFR déploie le réseau fibré pour le compte des deux opérateurs, Bouygues Télécom participant financièrement à l'opération.

Le 30 octobre 2014 , l'Autorité de la concurrence a autorisé le rachat de SFR par Numericable, filiale du groupe Altice, sous réserve de plusieurs engagements. L'Autorité a notamment veillé à ce que le déploiement des réseaux de fibre optique (« FttH ») ne soit pas freiné par le nouvel ensemble Numericable-SFR.
Selon Bouygues Télécom, le rythme des raccordements concrètement réalisées depuis le 30 octobre 2014 s'est fortement ralenti au point de mettre en péril le respect des engagements
".

Mutualisation, piège à ....
Au mois d’août dernier, l’Express (http://lexpansion.lexpress.fr/high-tech/tres-haut-debit-bouygues-telecom-reclame-53-millions-d-euros-a-numericable-sfr_1709192.html) (25/08) révélait que Bouygues avait attaqué Numericable devant le Tribunal de Commerce de Paris et reprochait à SFR/NC de ne pas respecter leur accord et lui réclame au minimum 53 millions d'euros. Reste à savoir si cela porte sur le déploiement FttH ou sur les conditions de déploiement sur le réseau cablé.

Sur ce dernier, SFR dans son document de référence pour l’année 2014 donne quelques détails sur ce contrat : il arrive à échéance en 2019. Durée automatiquement renouvelée sauf décision contraire de Bouygues notifiée avec un préavis de 24 mois ou de Numéricâble mais avec seulement un préavis de 12 mois.

Bouygues et SFR/Numericable sont également associés sur un contrat de mutualisation dans le mobile signé à l’été 2013 et rentré dans une phase concrète il y a un an.  Cet accord doit  mettre en commun 11.500 antennes de SFR et de Bouygues Telecom sur une zone qui couvre 57 % de la population et plus de 80 % du territoire et permettre d’économiser 300 millions d’euros à SFR et 100 millions à Bouygues Telecom.

Ce climat délétère pourrait-il le remettre en cause ?
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 19 octobre 2015 à 07:53:28
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°144

700MHz
Le 16 novembre est la date retenue par L’ARCEP pour le début des enchères pour l’attribution des 6 blocs de fréquences du 700MHz. La mise de départ commence à 416 millions d’euros pour un bloc. Au total, 30 MHz sont mis en vente, pour un montant minimum de 2,5 milliards d’euros.
Bouygues Telecom, Free, Orange et SFR vont concourir. Un pronostic sur le résultat final : Orange 2 blocs, Free 2 blocs, Bouygues 1 bloc et SFR 1 bloc.

Un décret est paru cet été qui précise les conditions de paiement pour les opérateurs ayant obtenu des fréquences : la part fixe de 416 millions pourra être divisé en quatre partie le premier paiement aura lieu une fois attribution connu soit fin 2015 et sera suivi de trois autres appels fin 2016 - 2017 – 2018. La part variable est calculée sur le CA total de l'opérateur : "iégale à 1% du montant total du chiffre d'affaires constaté au 31 décembre de l'année au titre de laquelle les fréquences sont utilisées, qui sera versée annuellement. Un acompte provisionnel déterminé à partir du chiffre d'affaires constaté au 31 décembre de l'année précédente est versé avant le 30 juin de l'année en cours".

L’étalement de la part fixe devrait lever quelques freins qu’auraient pu avoir certains à faire un gros chèque rapidement. Le décor est planté, la pièce va pouvoir se jouer.

Pour rappel, lors de l’attribution des dernières licences 800 Mhz, SFR avait déboursé 1,065 milliard, Orange 891 millions et Bouygues 683 millions. Free n’avait rien eu. Soit un gain de 2,639 milliards pour 1,800 milliard attendu. Pour le 2600 Mhz, Orange avait versé 287 millions, Free 271 millions, Bouygues 228 millions et SFR 150 millions, pour un total de 936 millions alors que 700 millions étaient attendus. Total 2,5 milliards attendus, 3,575 milliards reçus…

Altice
Patrick Drahi ne recule devant rien pour rassurer le marché face à l’endettement du groupe. Il vient d’annoncer qu’il allait reverser 2,5 milliards à ses actionnaires, donc à Altice, sa maison-mère qui le détient à 78 %. L’opération, qui était prévue, est financée par un emprunt de 1,6 milliard et par les liquidités disponibles. Pourquoi emprunter ? Il est préférable d’emprunter pas cher plutôt que d’utiliser la trésorerie disponible pour payer les actionnaires. Seul souci : que l’endettement reste dans des limites « acceptables ». Cela devrait être encore le cas avec cette opération.

Itinérance et mutualisation : cela se précise
L’ARCEP (http://arcep.fr/index.php?id=8571) vient de préciser officiellement son calendrier d’examen concernant l’itinérance de Free sur le réseau d’Orange et sur l’accord de mutualisation entre Bouygues Telecom et SFR. L’ARCEP travaille à la publication de lignes directrices :"Ces lignes directrices définiront, d’une part, le cadre général d’analyse de l’ARCEP en matière de partage de réseaux mobiles en France au regard des objectifs de la régulation fixés par la loi et en s’appuyant sur la grille d’analyse dégagée par l’Autorité de la concurrence dans son avis de 2013. Elles préciseront, d’autre part, les modalités d’application de ce cadre d’analyse aux deux contrats précités.
A la fin de l’année 2015, l’Autorité soumettra ces lignes directrices à une consultation publique et les transmettra pour avis à l’Autorité de la concurrence. Une adoption définitive est prévue au premier trimestre 2016. Conformèment à la loi, il appartiendra aux acteurs d’en tirer toutes les conséquences dans les plus brefs délais.
".
Titre: PIF
Posté par: oliviertoto92350 le 19 octobre 2015 à 12:58:36
Bonjour
J'ai déplacé le sujet de l'argent vs actionnaires ici
https://lafibre.info/adsl/largent-va-t-il-aux-actionnaires/
Titre: PIF
Posté par: Paulo31 le 19 octobre 2015 à 20:25:56
Je reviens sur les 700mhz du post du dessus : ça a été tranché ce à quoi correspond vraiment les fréquences vendues ?
LTE bande 28 ça colle ou c'est pas encore sûr ?
Titre: PIF
Posté par: oliviertoto92350 le 19 octobre 2015 à 20:28:47
@Paulo31
Bouygues Telecom, Free, Orange et SFR vont concourir. Un pronostic sur le résultat final : Orange 2 blocs, Free 2 blocs, Bouygues 1 bloc et SFR 1 bloc.
Non les enchères n'ont pas encore commencées.
Aucun résultat final.
C'est uniquement de pures spéculations données à titre individuel.
Titre: PIF
Posté par: Paulo31 le 19 octobre 2015 à 20:30:19
Ha je suis pas clair.
Ce qui m'intéresse, c'est pas qui vend/achète quoi, mais le détail des fréquences vendues.
Un moment certains disaient que ça correspondrait à du LTE band 28, d'autres non...
(le but de la question : avoir un téléphone compatible plus tard)
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 29 octobre 2015 à 06:33:46
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°145

Rappel. Orange : disparition des cabines téléphoniques
En 2017, il n'y aura plus aucune cabien téléphonique
Les sénateurs viennent d'adopter un amendement, prévu dans la loi Macron, qui prévoit le démantèlement des cabines téléphoniques. Les 65.250 cabines qui existent toujours vont disparaître.
Orange va donc voir son obligation - lié au service universel – d’exploitation de 40 000 cabines tomber. Cela lui coûtait 13,6 millions d’euros par an pour un chiffre d ‘affaire de 12 millions.
Seule condition, la disparition des zones blanches mobiles en 2G à fin 2016 et en 3G et 4G à fin 2017. Pour rappel, 3070 communes sont toujours privées de mobile. 170 communes situées en zones rurales n’ont toujours pas accès au réseau 2G. 2900 autres ne sont toujours pas raccordées à la 3G.
Orange propose un accord national avec les autres opérateurs de mutualiser ce déploiement, mais est prêt "à prendre en charge ce nouveau programme de couverture seuls s'il le faut". Il pourrait lui en coûter quelques dizaines de millions d’euros ( Les Echos (http://www.lesechos.fr/journal20150424/lec2_entreprise_et_marches/02127022847-mobile-orange-veut-en-finir-avec-les-zones-blanches-en-france-1114030.php?8W4OgHkEp23DPAtL.99), 24/04).

Orange lance le paiement via un mobile
Orange a annoncé la généralisation à l'ensemble du territoire national de son service de paiement mobile prépayé Orange Cash, lancé en 2014 en partenariat avec Visa dans plusieurs villes de l'Hexagone.
Ce service devrait permettre de payer les petits achats de la vie quotidienne chez les commerçants acceptant le paiement sans contact
Orange devrait proposer prochainement une offre bancaire complète. C’est un axe de croissance du plan stratégique d’Orange "Essentiels 2020". Orange espère générer 400 millions d’euros de CA. Le partenaire de la banque mobile pourrait être AXA et le lancement pourrait avoir lieu fin 2016.
Orange Cash compte 30 000 utilisateurs.

Free : 50% dans l’ex-Outre-Mer Telecom
L’Autorité de la Concurrence a validé le rachat par Iliad, maison-mère de Free, de 50 % du capital des activités mobiles de l’ex-Outre-Mer Telecom anciennement propriété d’Altice, mais qui avait dû être cédée dans le cadre du rachat de SFR, car cela aurait créé une situation de monopole.
Reste à voir ce que va donner cette alliance et si elle sera durable et si elle préfigure pas un passage à 100% pour Iliad. D’autre part (cela fait-il partie du deal ?), Xavier Niel vient à nouveau de s’associer, via son fonds NJJ Capital, avec Hiridjee pour obtenir une licence de téléphonie sur l’archipel voisin des Comores (Les Echos (http://www.lesechos.fr/tech-medias/hightech/021419484874-free-simplante-a-la-reunion-et-a-mayotte-1167508.php?grbWLyj8uA5Z87oZ.99), 21/10).
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 30 octobre 2015 à 07:45:23
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°146

Arpu mobile de Free
Le cabinet d’études Oddo a publié un récapitulatif sur un des secrets le mieux garder au monde : l’ARPU mobile de Free. L’ARPU serait à 12,5€ par abonné. Satisfaction pour Free, sur le T2, les clients se seraient dirigés à 53% vers le forfait à 16/20€ plutôt que sur celui à 0/2€. Si Free se déclare rentable sur ses offres, il ne dégage pas assez de marges pour investir lourdement par ce seul segment. Ce qui n’est pas un problème, l’activité fixe venant largement compenser la faiblesse de l’activité mobile.

(http://nsa37.casimages.com/img/2015/10/23/151023030236634196.png) (http://www.casimages.com/i/151023030236634196.png.html) 

Merci à Harr No #JB17@Arnaudnyme pour l’information.

Free sur Telecom Italia ?
Xavier Niel serait en capacité d’acquérir 11,2%(et 1,7 milliard d’euros) du capital de Telecom Italia, alors que Bolloré en détient déjà un peu plus de 20%. Concurrence ou entente entre les deux condottières ? En tout cas, la Consob - le gendarme de la bourse italienne - va enquêter afin d’y voir plus clair.Quel est le but de Xavier Niel ? De racheter Telecom Italia ou d'être sur le porte-bagage de Bolloré et de faire une opération financière ?
En décembre 2012, Xavier Niel s’était offert Orange Suisse pour 2,3 milliards d’euros et en avril 2014 Monaco Telecom pour 322 millions. Il vient également de prendre 50% du capital de l’ex Outremer Telecom sur l’Ile de La Réunion.

4G en Pologne
Orange Polska va payer 756 millions d’euros pour des fréquences 4G. La filiale de l'opérateur allemand T-mobile va de son côté payer 2,1 milliards de zlotys et l'opérateur local Pokomtel déboursera 156 millions. Le quatrième opérateur polonais, le groupe non coté P4, versera 1,7 milliard de zlotys.
La somme a dépassé  les attentes. (Revue de presse ARCEP du 20/10).
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 30 octobre 2015 à 10:41:01
Ce n'est pas 11,2%, mais 15,1% que détiendrait Xavier Niel dans Telecom Italia. De plus ce serait avec des droits de vote, ce qui n'est pas le cas de Bolloré à ce jour. Vers une guerre franco-française chez les italiens ?

Xavier Niel, après le rachat d'Alice - filiale de Telecom Italia - serait-il tenté de racheter la maison mère ? Lors de l'été 2014, Xavier Niel avait tenté de racheter T-Mobile US en mobilisant plusieurs milliards de dollars, dont 6 personnellement.
Titre: PIF
Posté par: eruditus le 30 octobre 2015 à 10:54:19

Bolloré aurait 20% du capital de TIM sans droit de vote ? Tu as lu cela où ?
Pour Niel, il ne détient aucun capital de TIM pour l'instant
http://www.lesechos.fr/tech-medias/hightech/021441421355-niel-sinvite-au-capital-de-telecom-italia-face-a-bollore-1170452.php
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 30 octobre 2015 à 11:23:23
Pour la mise à jour de tes fifiches.

Il semblerait que Bolloré soit dans la même situation que Niel, à savoir des action "ordinaires" sans droits de vote automatique : "A la tête de 19,9 % des actions ordinaires, soit environ 14 % du capital total composé aussi de « savings shares » dénuées de droit de vote mais dotées d'un dividende plus avantageux, la « blue chip française » resterait donc resterait donc un actionnaire de poids si ces dernières étaient converties." (Les Echos (http://www.lesechos.fr/idees-debats/crible/021384482335-non-mais-pronto-quoi-1162908.php?LtWCFph5kmbZgCJX.99), 7/10)

De plus, Bolloré ne voulant pas brusquer l'amour-propre italien ne voulait pas apparaitre comme un prédateur, ni comme décisionaire principal. L'offensive de Niel va t-il lui faire changer d'avis ?
Titre: PIF
Posté par: eruditus le 30 octobre 2015 à 11:33:25
La montée au capital à 20% s'est fait sur des savings share. Cela ne veut nullement dire qu'il n'aucun droit de vote. Comment peser sinon ?  :)

Citer
Vivendi a par ailleurs choisi d'exercer l'option qui lui était offerte par Telefonica d'acquérir une participation dans Telecom Italia, dont l'espagnol est indirectement le plus gros actionnaire.

Il recevra ainsi 5,7% du capital et 8,3% des droits de vote de Telecom Italia, dont la valeur en Bourse était de 1,01 milliard d'euros au 18 septembre, date de la signature de l'accord, ainsi que 7,4% du capital de Telefonica Brasil, valorisée à 2,02 milliards.

http://bourse.lesechos.fr/infos-conseils-boursiers/infos-conseils-valeurs/infos/vivendi-signe-la-vente-de-gvt-entre-chez-telecom-italia-1000291.php

Noel ne détient pas de capital de TIM pour l'instant. La situation est totalement différente. Bolloré a plus de 4 milliards d'euro immobilisé/mobilisé, Niel non.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 30 octobre 2015 à 11:45:12
Pour qu'un étranger détienne Telecom Italia il faut certainement montrer patte blanche.
A priori Bolloré ne veut pas brusquer les décideurs italiens et s'imposer par la fort d'autant qu'il detient de nombreuses affaires en Italie, et c'est un subtil équilibre à trouver.
D'ailleurs, cela interroge : pourquoi détenir 20% et ne rien faire ? La réaction de Niel va obliger Bolloré à clarifier sa situation et à modifier son calendrier. Niel a des cartes, il peut jouer : entrer dans le capital, les revendre à Bolloré ou à un autre, emmerder Bolloré...
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 01 novembre 2015 à 08:29:32
Selon le JDD, Bolloré chercherait à revendre ses parts dans Telecom Italia et Niel serait parfait pour cela. D'ailleurs, Niel aurait de quoi monter jusqu'à 20%. La montée au capital aurait commencé il y a 6 mois. Objectif revendre TIM Brésil, afin de désendetter Telecom Italia et d'augmenter la marge de 8 à 9 milliards d'euros.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 03 novembre 2015 à 07:59:28
Suite à l’annonce d’une arrivée potentielle de Xavier Niel pour 15,1% et 2 milliards d’euros dans le capital de Telecom Italia, les déclarations se sont enchainées ce week-end.

De la part du gouvernement Italien : "Ce qui convient le mieux au pays est que tout changement parmi les actionnaires [...] respecte l’objectif, qui est de renforcer industriellement une société qui, comme Telecom Italia, est stratégique pour le développement du système de télécommunications de l’Italie", (Les Echos (http://www.lesechos.fr/tech-medias/hightech/021446229178-le-gouvernement-italien-met-en-garde-sur-telecom-italia-1171119.php?bjh234D2JwYrrjsQ.99), 01/11).

De la part de Vivendi : "Vivendi est dans Telecom Italia pour soutenir ses projets de fibre optique et parce que nous croyons très fort à la collaboration entre les compagnies de télécommunication et les groupes de médias" (Les Echos (http://www.lesechos.fr/tech-medias/hightech/021446229178-le-gouvernement-italien-met-en-garde-sur-telecom-italia-1171119.php?bjh234D2JwYrrjsQ.99), 01/11). Il a été réaffirmé que Vivendi se voyait comme un investisseur à long terme.

Vivendi et Xavier Niel ont dèmenti agir de concert. Ce dernier aurait rencontré le PDG de Telecom Italia. Ce dernier déclarant Xavier Niel « très compétent » et «porteur d’idées pour améliorer les performances du groupe». Il a salué son approche « amicale » en tant qu’investisseur (Les Echos (http://www.lesechos.fr/tech-medias/hightech/021447125428-xavier-niel-aurait-rencontre-le-patron-de-telecom-italia-samedi-1171375.php?lPxGbqXgwAzAupXb.99), 02/11).

Une chose est sure, P.Drahi ne semble pas sur le coup. Orange s’était montré intéressé par Telecom Italia , mais Stéphane Richard (Le Monde (http://www.lemonde.fr/economie/article/2015/06/03/orange-interesse-par-telecom-italia-kpn-ou-belgacom_4646611_3234.html), 03/06). avait déclaré que "Il n'y a pas de négociations, simplement des échanges de vues avec les dirigeants [de Telecom Italia]. Mais cela pourrait être une belle opportunité de consolidation européenne".

Pour Bolloré et Vivendi, il va falloir sortir du bois et certainement préciser ce que Bolloré veut faire des 20% actuels du capital de Telecom Italia. Est-ce que l’un va revendre à l’autre ? Ou une bataille d’Italie va-t-elle voir le jour ?
Pour rappel, en Italie, la réglementation impose de lancer une OPA pour pouvoir monter au-dessus de 25% du capital.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 04 novembre 2015 à 08:05:29
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°147

Consolidation en Europe
L’agence de notation Moody’s a publié une étude sur la consolidation des télécoms en Europe (La Tribune (http://www.latribune.fr/technos-medias/telecoms-la-consolidation-devrait-se-poursuivre-en-france-513971.html), 16/10), à cette occasion une carte a permis d’illustrer ce qui est en cours.
(http://nsa37.casimages.com/img/2015/10/23/151023030005517401.png) (http://www.casimages.com/i/151023030005517401.png.html)

Orange UK
Les autorités britanniques de la concurrence ont donné un premier un feu vert à l'acquisition de EE par BT auprès du français Orange et de l'allemand Deutsche Telekom, une opération de 12,5 milliards de livres (17,3 milliards d'euros) (Revue de presse de l’‘ARCEP du 29/10).

Bouygues Telecom
Une organisation syndicale de Bouygues Telecom s’inquiète d’un possible plan social au regard du tassement des résultats économiques de l’opérateur (L’Express (http://lexpansion.lexpress.fr/actualite/indiscrets/chez-bouygues-telecom-on-s-inquiete-d-un-futur-plan-de-departs_1729457.html), 26/10), début octobre (Les Echos (http://www.lesechos.fr/tech-medias/hightech/021381740388-bouygues-telecom-veut-faire-400-millions-deuros-deconomies-dici-a-2017-1162657.php?lsl15HwR17Y1mgJ6.99#xtor=RSS-38), 06/10), Bouygues Telecom indiquait de son coté être optimiste sur son activité à l’horizon 2017 : avec une croissance du chiffre d’affaire de 10% par rapport au point bas de 2014. Croissance obtenue via une hausse du nombre de ses clients qui pourrait être de 1 millions sur le fixe et d’autant pour le mobile.
Pour rappel, sur les 6 premiers mois de l’année l’augmentation est 174 000 sur le fixe et de 312 000 sur le mobile. Avec le développement du M2M, l’objectif sur le mobile sera certainement atteint. Sur le fixe, Bouygues va devoir cravacher sec.
Bouygues Telecom publie ses résultats du T3 le 13 novembre.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 20 novembre 2015 à 07:56:50
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°148

Telecom Italia
Les actionnaires dirigeants de Telecom Italia ont décidé de convertir les actions d’épargne en actions ordinaires. Ce qui va entrainer une dilution d la part des actionnaires actuels et par voie de conséquence la part de Vivendi à moins de 14 % et les options de Xavier Niel à environ 10% (Les Echos (http://www.lesechos.fr/journal20151109/lec2_high_tech_et_medias/021460982278-telecom-italia-freine-les-velleites-de-vivendi-et-de-niel-1173468.php), 09/11).
Vivendi a avancé quelques pions pour une prise de contrôle de Telecom Italia : il a demandé 4 représentants au Conseil d’administration. Vivendi détient un peu de 20% et a demandé à l’AG des actionaires de passer de 16 à 17 adminstrateurs. Quelle vont être les intentions de Free ? (Le Figaro (http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2015/11/16/97002-20151116FILWWW00003-telecom-italia-vivendi-a-demande-4-sieges.php), 16/11)

SFR
Un an après le rachat de SFR et Virgin Mobile par l’ex propriétaire de Numericable, il ne va rester que la marque SFR. A terme les clients Numericable seront migrés vers SFR et ceux de Virgin Mobile vers RED. Rien de plus logique de ne garder que la marque la plus solide.
D’autre part, SFR a revu à la hausse ses objectifs de déploiement en très haut débit. : 7,7M de prises fin 2015, 12M fin 2017, 18M en 2020, 22M en 2022. Les objectifs pour 2015 à 2017 sont les mêmes que ceux déjà annoncés, par contre cela passe de 15 à 18 millions pour 2020.
D’autre part, Numericable-SFR serait prêt à vendre le réseau DSL de Completel à un consortium incluant OVH. C’était une des conditions à remplir pour le rachat de SFR par Altice.

OCS
Stéphane Richard a fait grimper le compteur. OCS compte 2,5 millions de clients, le dernier chiffre datait de juillet et il était de 2,4 millions (Challenges (http://www.challenges.fr/sommet-de-l-economie/20151106.CHA1341/orange-et-vivendi-enterrent-la-convergence-entre-medias-et-telecoms.html), 06/11). Il a rappelé que pour Orange, il est hors de question de revenir dans les contenus au regard des investissements dans les réseaux à réaliser.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 03 décembre 2015 à 07:56:43
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°149

Quelques chiffres sur l’économie des Télécoms
La Fédération Française des Télécoms vient de publier (http://www.fftelecoms.org/sites/fftelecoms.org/files/contenus_lies/1_-_151112_arthur_d_little_fft_2015_-_etude_economie_des_telecoms_-_pre_.pdf) une étude sur l’économie des Télécoms pour l’année 2015. Un tableau récapitule le poids des acteurs des télécoms parmi les acteurs du numérique.

(http://nsa37.casimages.com/img/2015/11/25/151125030339597072.png) (http://www.casimages.com/i/151125030339597072.png.html)

Téléphonie mobile : Répartition des fréquences
A la suite des enchères sur le 700MHz, l’ARCEP a publié un récapitulatif de la répartition des différentes fréquences. Cela devrait être définitif à partir du 26 mai 2016, après le refarming du 1800MHz par Orange et SFR.

(http://nsa37.casimages.com/img/2015/11/25/151125030702577175.png) (http://www.casimages.com/i/151125030702577175.png.html)
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 14 décembre 2015 à 07:49:10
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°151

Noyeux Joel quand même
Orange ne va pas y couper et va devoir payer une forte amende pour abus de position dominante sur le marché des entreprises. Cette amende pourrait atteindre 500 millions d’euros. Cela fait suite à une plainte auprès de l’Autorité De La Concurrence de SFR, Bouygues et Colt déposée en 2008.
Pour Orange "il s’agit d’un contentieux ancien, portant sur des pratiques ayant commencé en 2002 et faisant suite à deux plaintes déposées par des concurrents en 2008 et 2010. Ce contentieux fait l’objet d’informations détaillées dans notre documentation de référence depuis 2009 et régulièrement actualisées. Orange s’est engagé dans un processus de coopération avec l’Autorité de la Concurrence, qui nous permet de considérer qu’il ne sera pas nécessaire de passer des provisions complèmentaires sur ce sujet." Bref coopération pour une diminution…
Le conflit entre Orange et Bouygues s’est soldé en 2014, lors de la tentative de rachat de SFR par Bouygues. Bouygues Telecom et Orange étaient parvenus à un accord transactionnel, au terme duquel Orange avait versé 300 millions d'euros à Bouygues pour quinze litiges au total. (Le Figaro (http://www.lefigaro.fr/secteur/high-tech/2015/12/02/32001-20151202ARTFIG00290-orange-va-ecoper-d-une-amende-record-pour-noel.php) (02/12).
Une fois l’avis de l’ADLC publié, SFR et Colt pourront attaquer Orange devant le Tribunal de Commerce et réclamer des indemnités.

La bataille d’Italie
Le quotidien Les Echos (édition papier du 10/12) fait le point sur l’actionnariat de Télécom Italia alors qu’une réunion du Conseil d’Administration va donner sa réponse à la demande de Vivendi d’obtenir 4 représentants dans un CA qui passerait de 14 à 17 membres.

(http://nsa37.casimages.com/img/2015/12/10/151210060955354219.png) (http://www.casimages.com/i/151210060955354219.png.html)
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 18 décembre 2015 à 08:09:38
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°152

Télécom Italia
Vincent Bolloré vient de passer une étape important pour la prise en main de Telecom Italia suite à l’assemblée générale des actionnaires qui s’est tenue le 15/12.
Pour résumé, Vivendi qui détient 20,53% du capital demandait que la Conseil d’Administration passe de 13 à 17 membres et que Vivendi détienne sièges. D’autre part, une résolution qui aurait dilué les parts de Vivendi n’a pas été approuvée.

La prochaine étape va être de prendre le contrôle opérationnel de l’opérateur historique italien et d’y renforcer sa présence. A plus long terme, il s’agit peut-être de vendre la filiale brésilienne afin de rendre plus attractif Telecom Italia et de le vendre à Orange en échange d’une forte participation.

Vivendi n’est pas le seul français. Xavier Niel est lui  aussi propriétaire d’options d’achat (dépourvues de droits de vote) exerçables entre juin 2016 et novembre 2017. JP Morgan a aussi pris 4,5 % du groupe et dispose d’options pour monter à 10,1 %,la part de la Caisse des dépôts et consignations, qui a doublé en quelques jours de 0,7 à 1,42 %.

Les spéculations vont bon train : que compte faire Xavier Niel et la banque d’affaire ? Pures spéculations financières en s’offrant au plus cher ou investissements industriels (Les Echos (http://www.lesechos.fr/tech-medias/hightech/021561119449-vivendi-rafle-la-mise-lors-de-lassemblee-generale-de-telecom-italia-1184907.php?Tl1Tyk2kEtpI2mSb.99), 15/12) ? 
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 21 décembre 2015 à 08:07:21
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°153

Lourde amende pour Orange
Orange n’y a pas coupé et s’est vu infligée une amende de 350 millions d’euros par l’Autorité De La Concurrence pour pratique anti-concurrentielle sur le marché des entreprises entre 2002 et 2010. L’ADLC donne 18 mois à Orange pour changes ses pratiques et donne à l’ARCEP le soin de contrôler ces changements. Orange ne va pas faire appel de cet avis. 

Cet avis de l’ADLC fait suite à une plainte auprès de l’Autorité De La Concurrence de SFR, Bouygues et Colt déposée en 2008. Le conflit entre Orange et Bouygues s’est soldé en 2014, lors de la tentative de rachat de SFR par Bouygues. Bouygues Telecom et Orange étaient parvenus à un accord transactionnel, au terme duquel Orange avait versé 300 millions d'euros à Bouygues pour quinze litiges au total. (Le Figaro (http://www.lefigaro.fr/secteur/high-tech/2015/12/02/32001-20151202ARTFIG00290-orange-va-ecoper-d-une-amende-record-pour-noel.php) (02/12).

SFR et Colt vont pouvoir attaquer Orange devant le Tribunal de Commerce et réclamer des indemnités. Il y a quelques jours, il était évoqué une somme de 500 millions d’euros comme possible amende. Avec 350 millions Orange s’en sort « bien » et assure que cela sera sans conséquences sur ces comptes, la somme étant provisionnée depuis des années.

Sur le fixe Orange détiendrait 70% du marché et sur le mobile ce serait 50%.

Xavier Niel
Le trublion historique des télécoms s’est (enfin) exprimé sur ses intentions concernant Telecom Italia. Il déclare dans un quotidien italien : "Il faut donner (à Telecom Italia) la capacité d'investir pour se développer à la fois dans la fibre optique et les réseaux mobiles 4G afin de générer de plus hauts revenus tout en maintenant des tarifs bas" Il se définit comme investisseur industriel, mais il n’a rien dit sur ce qu’il comptait faire de ses options. Il déclare également n’agir ni pour Bolloré ni pour Orange.
Bref des idées, manque juste d’être majoritaire dans Telecom Italia.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 30 décembre 2015 à 09:00:45
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°154

Completel
En octobre 2014, l'Autorité de la concurrence autorisait le rachat de SFR par Altice sous conditions. L'une elle concernait le marché Entreprises et la vente de Completel (Numericable).
L'Autorité de la concurrence a autorisé le consortium Kosc à reprendre le réseau DSL Completel : "Le repreneur satisfait aux conditions d'agrèment prévues par les engagements. Les membres du consortium disposent d'une expertise significative dans le secteur des télécommunications et des compétences adéquates pour opérer le réseau DSL", a expliqué l'Autorité dans son communiqué. Le consortium Kosc est composé des sociétés OVH, Cofip, Kapix, et Styx. (Zdnet (http://www.zdnet.fr/actualites/entreprises-completel-sfr-cede-son-reseau-dsl-au-consortium-kosc-39830216.htm), 22/12).
Pour l'ADLC, le marché entreprise est un secteur qui n’est pas assez animé et elle vient d’infliger à Orange une amende de 350 millions d’euros pour pratiques anti-concurrentielles entre 2002 et 2010. L’ADLC a donné 18 mois à Orange pour changer de pratiques.

Itinérance
L’ARCEP (http://www.arcep.fr/index.php?id=8571) devait publier ses lignes directrices concernant l’itinérance de Free sur le réseau d’Orange et sur l’accord de mutualisation entre Bouygues Telecom et SFR : "Ces lignes directrices définiront, d’une part, le cadre général d’analyse de l’ARCEP en matière de partage de réseaux mobiles en France au regard des objectifs de la régulation fixés par la loi et en s’appuyant sur la grille d’analyse dégagée par l’Autorité de la concurrence dans son avis de 2013. Elles préciseront, d’autre part, les modalités d’application de ce cadre d’analyse aux deux contrats précités.
A la fin de l’année 2015, l’Autorité soumettra ces lignes directrices à une consultation publique et les transmettra pour avis à l’Autorité de la concurrence. Une adoption définitive est prévue au premier trimestre 2016. Conformèment à la loi, il appartiendra aux acteurs d’en tirer toutes les conséquences dans les plus brefs délais.
".
Il ne reste que quelques heures ou sinon cela se fera au moment des étrennes. D’un autre coté, en cas de rachat de Bouygues par Orange, tout cela pourrait être remis en question. L’ARCEP pourrait également se caler sur de futures annonces début janvier.

Rachat de Bouygues Telecom par Orange ? N°8
Le Canard Enchaine évoque une éventuelle rentrée d'Orange dans le capital de TF1 à hauteur de 10%, alors que Bouygues pourrait rentrer à hauteur de 12% dans le capital d'Orange. Mais selon une source proche du dossier, toutefois, l'information du Canard Enchaîné est "fantaisiste". Cette hypothèse a déjà été évoqué lorsque les informations ont commencées à fuiter. TF1 avait apporter un dèmenti assez vigoureux.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 12 janvier 2016 à 07:50:19
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°155

Orange Banque
Orange vient d’annoncer être rentré en négociations exclusives avec Groupama pour racheter 65% de la filiale bancaire de l’assureur. Orange prévoit le lancement de ces nouveaux services pour début 2017 en France. Ce sera ensuite le tour de la Belgique et de l’Espagne. Pour Orange : "Nous voulons être dans le siège du conducteur et non du passager. Groupama Banque n’étant en outre pas un acteur traditionnel, il va nous permettre d’être véritablement disruptif ".
L’Objectif d’Orange est de diversifier ses revenus comme annoncé dans son plan Essentiel 2020.
Groupama Banque compte 530 000 clients et avec la combinaison de son réseau de boutiques, Orange espère participer à la croissance du marché de la banque mobile. Il va d'abord devoir former des commerciaux pour cela. Il y a du travail. 

Le million pour Orange ?
Stéphane Richard – le pédégé d’Orange – l’avait réaffirmé sur Twitter : Orange serait à 1 million de clients raccordés au FTTH à fin décembre. Est-ce que la promesse a-t-elle été tenue ? Réponse ce matin lors de la présentation des voeux à la presse ?

(http://nsa37.casimages.com/img/2015/09/20/15092008553577207.png) (http://www.casimages.com/i/15092008553577207.png.html)

Free
Free avait également annoncé qu’il pourrait lancer une offre en ZMD et cela pourrait même être "une des surprises de Free en 2015". Rien ne s'est passé. La promesse sera-t-elle tenue en 2016 ? (lafibre.info (https://lafibre.info/free-la-fibre/nro-free/msg202681/#msg202681) 02/2015).
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 14 janvier 2016 à 07:53:58
L’ARCEP (http://www.arcep.fr/index.php?id=8571) a enfin délivré sa feuille de route sur la fin de l’itinérance 2G/3G de Free sur le réseau Orange et de la mutualisation 4G entre Bouygues Telecom et SFR. Elle est soumise à consultation publique et devraient être adoptées pour fin mars. La feuille de route est donc susceptible d’évoluer.

Pour rappel, cette feuille de route fait suite à l’avis de l’Autorité de la Concurrence rendu en mars 2013 qui jetait les fondements (Communiqué de presse (http://www.autoritedelaconcurrence.fr/user/standard.php?id_rub=482&id_article=2061), l’avis (http://www.autoritedelaconcurrence.fr/pdf/avis/13a08.pdf)) sur l'itinérance et la mutualisation en général et sur l’accord d’itinérance entre Free et Orange. L’ADLC avait donné quelques pistes, mais pas de méthode tout en poussant Free à déployer un réseau 3G et 4G, car en mars 2013, il y avait des craintes pour l’ADLC que Free joue la montre dans ses investissements.   

En résumé, fin Itinérance Bouygues/SFR entre fin 2016 et fin 2018. Pour la 3G Free/Orange entre fin 2018 et fin 2020 et pour la 2G Free/Orange entre début 2020 et fin2022.
Ce n’est pas un calendrier spécialement contraignant, mais il donne une bonne visibilité. En 3G, Free doit de toute façon être à 90% de couverture de la population en janvier 2018 et son contrat avec Orange se terminait en décembre 2017. 

Reste à savoir que le calendrier de l’ARCEP est construit avec un marché de quatre opérateurs. La donne changerait forcèment si Bouygues était racheté par Orange, car cela impliquerait une revente d’une grosse partie du réseau à Free, voir à SFR pour la partie mutualisé.
Est-ce que ce calendrier poussera Free et SFR à vouloir acquérir une partie du réseau de Bouygues afin de répondre à ces nouvelles obligations ? Ce serait certainement le moyen le plus rapide pour s’affranchir des obligations et peut être le moins cher pour y parvenir.
Titre: PIF
Posté par: Nico le 14 janvier 2016 à 07:58:15
A noter aussi l'extinction par plaque du service "data" (il me semble que l'ARCEP ne dit pas que data = 3G et voix/sms = 2G d'ailleurs) à venir !
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 14 janvier 2016 à 08:01:24
Pour Free/Orange, le texte (fin) du communiqué est le suivant : "L'ARCEP envisage à ce stade que le processus d'extinction débute rapidement, sans attendre la fin du contrat existant. Pour les services haut débit (équivalent 3G), l'ARCEP estime que l'extinction devrait se terminer à une date évaluée à ce stade entre la fin 2018 et la fin 2020. Pour les services voix, SMS et bas débit (équivalent 2G), qui ont une importance moindre dans la dynamique d'investissement, l'extinction pourrait être effective à une date évaluée à ce stade entre le début 2020 et la fin 2022."
Titre: PIF
Posté par: Nico le 14 janvier 2016 à 08:17:22
D'ac, parce que dans le pdf j'ai souvenir que ça parle vraiment de "service" et pas de technologie.

Bon après ne laisser que la 2G pour le service voix/sms c'est pas dénué de sens.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 14 janvier 2016 à 08:21:40
A l'occasion, tu peux citer le(s) passage(s) du pdf ?

C'est un peu plus sérré pour la mutualisation BT/SFR : "l'ARCEP appelle à fixer précisèment la fin de l'itinérance très haut débit (équivalent 4G), à une date évaluée à ce stade entre fin 2016 et fin 2018." (communiqué ARCEP).
Mais pour porter un jugement définitif, il faudrait savoir quel est le planning prévu entre BT et SFR. 
Titre: PIF
Posté par: Paul le 14 janvier 2016 à 08:49:37
"L'ARCEP envisage à ce stade que le processus d'extinction débute rapidement, sans attendre la fin du contrat existant.."

Ça tombe assez bien, dans le sens où sur un même pylône il y a parfois Orange et Free. Une antenne Free couvrant parfois plus qu'une antenne Orange (pas de 900 chez Orange parfois), ce serait bête d'attendre 2 ans. Bien sûr, rien ne dit que Free éteindra l'itinérance avant 2018 dans les endroits concernés mais il y a une petite chance.

Bon après ne laisser que la 2G pour le service voix/sms c'est pas dénué de sens.

Le parc mobile compte-t-il encore beaucoup de téléphones 2G ?
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 14 janvier 2016 à 09:05:47
Le parc mobile compte-t-il encore beaucoup de téléphones 2G ?

Pour l'ARCEP, c'est 35% des cartes SIM en service.
Titre: PIF
Posté par: Paul le 14 janvier 2016 à 10:38:14
Outch. Ça comprend combien de % de pros, M2M, particuliers ?
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 14 janvier 2016 à 10:57:01
Demande à l'ARCEP, ou mieux épluche les documents. ;)
Titre: PIF
Posté par: turold le 14 janvier 2016 à 13:46:05
C'est 35% de 2G selon Univers Freebox, en fonction des données ARCEP hors MtM. ;)

Justement, je voulais vous montrer mon autre hypothèse de travail, qui mets la 2G actuelle à 9%... Et vous demander qui d'UF et de moi avions raison. Sachant que j'ai même fait des courbes d'évolutions par hypothèse de travail.
Je vous les montrerais plus tard, au moins pour vous montrer la tendance. ;)

Pour UF: 2G = 100%-(maxi entre 3G et 4G).
Pour moi: 2G=100%-3G-4G.

Pourquoi une telle différence? ARCEP...
Je suis resté dans leur méthodologie avant l'arrivée de la 4G: une carte SIM est considérée connectée uniquement au meilleur réseau mobile, où elle s'est connectée durant les 12 derniers mois.

Sauf qu'aujourd'hui, la durée et la méthodologie m'échappe dans le détail. Cela a changé. Seul truc que j'ai compris, c'est les 3 derniers mois désormais.

Voici le texte ARCEP de nos jours:
Citer
Notes :
- le parc actif 3G est défini comme le nombre de clients ayant accédé au cours des trois derniers mois
(en émission ou en réception) à un service mobile (voix, TV mobile, transfert de données…) utilisant la
technologie d’accès radio 3G.
- le parc actif 4G est défini comme le nombre de clients ayant accédé au cours des trois derniers mois
(en émission ou en réception) à un service mobile de transfert de données utilisant la technologie
d’accès radio 4G. L’ARCEP comptabilise ici uniquement des clients actifs qui disposent donc à la fois
d’une offre 4G et d’un terminal compatible. L’ARCEP attire l’attention du lecteur sur le fait que cette
définition peut différer de celles des publications financières des opérateurs, dont certains
comptabilisent, par exemple, les offres 4G commercialisées. Un client peut en effet souscrire à une
telle offre mais ne pas disposer pour autant du terminal adapté, ou de la couverture 4G.
Citer
Les ratios sont calculés en excluant les cartes MtoM du total.
Source T3 2015: http://www.arcep.fr/fileadmin/reprise/observatoire/3-2015/obs-marches-T3-2015_070116.pdf#page=20 (méthodologie en partie sur la page précédente).

Alors? Qui a raison? UF ou moi?
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 14 janvier 2016 à 15:24:22
C'est pas Univers Freebox (c'est pas la Bible...), c'est carrèment l'ARCEP qui le dit et l'écrit. 35% pour la 2G.
J.F. Hernandez est le responsable de la communication de l'ARCEP.

(http://nsa37.casimages.com/img/2016/01/14/160114033053169167.png) (http://www.casimages.com/i/160114033053169167.png.html)
Titre: PIF
Posté par: turold le 14 janvier 2016 à 16:36:54
Ok, je vais donc corriger mes stats 2G.

Mais ce chiffre n'apparait nulle part dans le site http://arcep.fr/ !
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 14 janvier 2016 à 17:26:20
Si dans le document de l'ARCEP. La 4G est incluse dans la 3G, et regarde comment est calculé la 4G, on peut en déduire la 2G.  :)
Titre: PIF
Posté par: turold le 14 janvier 2016 à 17:35:02
Dès le lendemain, l'ARCEP l'a aussi indiqué sur son compte officiel Twitter:

(https://alexou.fr.cr/email/files/twitter-arcep-2G-2015t3.png)

Et le lien raccourci va au pdf que j'ai déjà linké: http://www.arcep.fr/fileadmin/reprise/observatoire/3-2015/obs-marches-T3-2015_070116.pdf
Dans ce pdf, le terme 2G apparait... 0 fois!
Le chiffre 35 apparaît 60 fois, mais jamais pour la 2G (je les ai tous regardé...)!

C'est ce que je déplore avec les réseaux sociaux: de plus en plus d'admin délaissent leur site officiel au niveau de l'info, que ce soit totalement (notamment pour des petits jeux php ou flash), ou partiellement comme l'ARCEP.
Mais c'est un autre sujet, voir même un débat.

Si dans le document de l'ARCEP. La 4G est incluse dans la 3G, et regarde comment est calculé la 4G, on peut en déduire la 2G.  :)
C'est une régression de l'info!
La 2G y était aussi clairement que la 3G avant l'arrivée de la 4G, dans les docs de l'ARCEP!
La mémoire collective est courte, mais quand même, c'était en 2013...
Je pari sur la disparition de la 3G dans les docs de l'ARCEP, avec l'arrivée de la 5G, prévue à l'horizon 2020.

Pour revenir au sujet, j'ai mis en ligne les stats, avec la 2G, pour que l'on puisse voir la tendance.
Et elle est lente pour la 2G...

Voilà:

(https://alexou.fr.cr/email/files/2g-3g-4g-2015t3.png)
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 14 janvier 2016 à 17:59:21
Merci pour ton travail.  :)

Oui, la 2G baisse lentement. L'extinction n'est pas pour tout de suite. Est-ce que 2016 verra la 4G et la 2G se croiser ?
Titre: PIF
Posté par: turold le 14 janvier 2016 à 18:12:42
Merci.

Et mon travail ne fait que mettre en évidence une incohérence sur la position de l'ARCEP, sur l'itinérance 2G pour Free.

La dernière consultation "publique" (plutôt privée car presque tout a été stabiloté en noir...), montrait que Orange et SFR ne voyaient pas du tout d'extinction 2G pour 2021. Date de fin de licences 2G, toutefois renouvelable. BT était plutôt réservé, et Free était scandalisé que les autres proposaient encore des téléphones 2G only en bas de gamme subventionné.

Alors pourquoi l'ARCEP va imposer une extinction de la 2G chez Free pour 2020-2022 ?
Lobbying des autres pour récupérer les clients 2G only à ce moment là ? Il n'y a pas de petits profits dans le business... De plus, Free n'a aucune licence 2G pour déployer...
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 14 janvier 2016 à 18:16:30
Pour l'extinction de la 2G, de mémoire la date pour Free est la même que pour les autres. N'y voit pas un complot.
Si Il reste de la 2G à cette data, tu penses bien, que l'extinction glissera. Et c'est normal.
Titre: PIF
Posté par: turold le 14 janvier 2016 à 18:28:18
Oui, petite correction de ma part. Free n'a pas de licence 2G, mais a une licence "neutre" en 1800.
Toutefois, une licence 2G/neutre et un contrat d’itinérance, ce n'est pas pareil.

Pour les 3 autres, leurs licences 2G va très probablement être renouvelées au-delà de 2021. Mais l'ARCEP mettra bien fin à l’itinérance 2G pour Free entre 2020 et 2022. Et je vois mal Free déployer en très grande vitesse pour mettre du 1800 à 99.9% de la population d'ici là, pour y mettre de la 2G/4G (choix qui est fait par BT, et prochainement Orange et SFR sur le 1800).
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 14 janvier 2016 à 18:31:52
2022 c'est dans 6 ans. On fera un point en 2020.  :)
Titre: PIF
Posté par: eruditus le 18 janvier 2016 à 18:52:27

Notamment, cela ne veut pas dire que la ligne rouge tracée exclut les autres domaines.

Citer
Il ne faut pas que cette transaction, si elle se fait, résulte en un renforcement de la position d’Orange, particulièrement sur les marchés où il est leader.

Vous connaissez des marchés où Orange n'est pas leader ?  ;D

Prenons l'exemple des clients mobile. Passer de 40% à 50% de part de marché, c'est exclu.
Passer de 40% à 40% (ou un peu plus, en distribuant les clients entre les acteurs) c'est possible.

Mais en même temps, que valent des clients sans engagement ? La facilité pour eux à changer d'opérateurs par un simple appel au 3179 ne doit pas aider à les valoriser.

Par contre, sur le marché des entreprises, c'est niet, voir il est possible que l'adlc en profite pour imposer des mesures pour réduire l'hégémonie d'OBS.
 
Titre: PIF
Posté par: mattmatt73 le 18 janvier 2016 à 21:03:42
Enfin quand tu vois les pinpins genre completel qu se positionnent contre obs.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 19 janvier 2016 à 07:58:44
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°156

Telecom Italia
Stéphane Richard lors de la présentation de ses vœux à la presse est revenu sur les rumeurs concernant un intérêt d’Orange pour l’opérateur historique italien. Stéphane Richard a d’abord rappelé qu’il ne "discutait pas avec Vincent Bolloré et Xavier Niel", mais que " à moyen terme devenir un des champions européens des télécoms et prendre sa part dans la consolidation, ce qui peut passer par Telecom Italia" (Les Echos (http://www.lesechos.fr/tech-medias/hightech/021613221401-cest-martin-bouygues-qui-est-a-linitiative-des-discussions-dit-le-pdg-dorange-1191901.php?UG7phYi5ucVUbF1D.99), 12/01).
De son côté, le président du CA du groupe italien lui a répondu qu’il n’avait pas de contact avec Orange : "Ce ne sont que des spéculations" (Le Figaro (http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2016/01/13/97002-20160113FILWWW00158-telecom-italia-nie-tout-contact-avec-orange.php), 13/01).

Ce serait quand même étonnant qu'Orange vienne manger dans les plates-bandes de Vivendi. Une bataille franco-française pour prendre le contrôle d'un opérateur européen serait du plus mauvais effet.

Orange en Afrique
Orange poursuit son développement en Afrique. Il vient d’annoncer l'acquisition de deux filiales de son concurrent indien Airtel au Burkina Faso et en Sierra Leone. Orange réalisera ces opérations en partenariat avec ses filiales en Côte d'ivoire et au Sénégal. Le montant de la transaction pour Orange sera construit sur un multiple de 7,9 fois l'Ebitda de ces deux filiales d'Airtel à la fin de leur exercice annuel au 31 mars 2016.
Orange Côte d’Ivoire va également acquérir Cellcom le deuxième opérateur mobile au Liberia. Orange est présent dans dix-sept pays d’Afrique et deux au Moyen-Orient.

(http://nsa37.casimages.com/img/2016/01/14/160114010553531064.png) (http://www.casimages.com/i/160114010553531064.png.html)

Free Mobile
Selon Le Monde (http://www.lemonde.fr/economie/article/2016/01/13/le-regulateur-des-telecoms-organise-la-fin-de-l-accord-entre-free-et-orange_4846450_3234.html#AAGOb51MlsaHFxKH.99) (13/01) : "Selon nos informations, 43 % d’entre eux ont contracté des forfaits à 20 euros et 57 % ont souscrit à l’offre à deux euros par mois". Au 30 septembre, Free comptait 11,315 millions de clients. Soit 6,450 millions sur un forfait à 0/2€ et 4,865 millions à 16/20€.

Si Free veut que son activité mobile finance ses investissements mobiles (ce qui n'est pas une obligation), il va lui falloir convertir ses clients vers le forfait premium.
Titre: PIF
Posté par: Optrolight le 19 janvier 2016 à 08:15:29
le ratio est je crois de plus en plus équilibrée
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 19 janvier 2016 à 08:18:00
Des chiffres ? Un peu plus de concret ?
Titre: PIF
Posté par: alain_p le 19 janvier 2016 à 08:22:45
Ce serait une déclaration du directeur financier d'Iliad, Thomas Raynaud, selon Universfreebox, qui aurait dit lors de la présentation des résultats d'Iliad du 1er semestre 2015 en Septembre, que les forfaits 16/20 euros représentaient maintenant plus de 50% des nouveaux abonnements. Freemobile cherche à pousser ses abonnés vers ces forfaits, en particulier avec son offre de 50 Go de data en 4G, accessible seulement aux abonnés qui ont ce forfait

http://www.universfreebox.com/article/31487/Davantage-d-abonnes-a-19-99-que-d-abonnes-a-2-Free-apporte-des-precisions
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 19 janvier 2016 à 08:47:37
Si ce n'est que cela, cela montre qu'il y a encore beaucoup de chemin pour trouver un équilibre. Ce qui en soit n'est pas un souci, car Free peut compter sur son activité fixe pour financer son activité mobile. Un autre problème est de savoir si les investissements dans le fixe/ftth ne sont pas freinés, mais là, c'est d'abord le problème de Free, sa "popote" !
Par contre, il serait aussi bon de connaitre la propoertion de clients Free sur chaque forfait et pas le "truc à la louche" classique d'environ 50%.
Titre: PIF
Posté par: Optrolight le 19 janvier 2016 à 09:24:56
Oui on est d'accord mais c'est un secret bien gardé.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 25 janvier 2016 à 07:56:24
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°157

Deezer
Deezer a annoncé avoir levé 100 millions d'euros auprès de ses actionnaires dont Orange et Access Industries, la société de l'homme d'affaires russo-américain Len Blavatnik (propriétaire de Warner Music) se donnant ainsi les moyens d'étendre son offre, après l'échec de son entrée en Bourse l'an dernier ou il avait l’ambition de lever 300 millions d’euros.
Deezer revendique 6 millions d’abonnés payants dont la moitié sont actifs, Spotify 20 millions et Apple Music comptait 6,5 millions à fin octobre 2015. 

British Telecom
L’ex British Telecom (BT) va-t-il renaître de ses cendres ? BT vient d’obtenir l’aval des autorités de la concurrence pour racheter définitivement EE (propriété d’Orange et de Deutsche Telekom) pour 16,5 milliards d’euros. BT va pouvoir lancer des offres convergentes mêlant internet fixe et téléphonie mobile. Orange va recevoir un joli chèque de 3,4 milliards de livres (4,5 milliards d'euros), ainsi que 4% de l'opérateur historique britannique.
Ce qui pourrait permettre à Orange de payer Bouygues Telecom sans puiser dans ses réserves. Cela va surtout lui permettre de diminuer mécaniquement la part de ses revenus européens par rapport à ceux réalisés en France ce qui augmente la probabilité que ce rapprochement soit examiné par l’Autorité De La Concurrence française.

Consolidation in UK
Autre mouvement : Telefonica cède l’opérateur britannique O2 pour 13,9 milliards d’euros à Hutchison Whampoa. Déjà propriétaire de Three Mobile, 3e opérateur du Royaume-Uni.
Le marché britannique va passer de 4 à 3 opérateurs, actuellement il était avant ces rachats : EE (filiale d’Orange et de Deutsche Telekom) 27 millions de clients, O2 (filiale de Telefonica) 22 millions de clients, Vodafone 19 millions de clients, « 3 » (filiale de Hutchison Whampoa) 8 millions de clients. Après consolidation, il sera le suivant : O2 + "3" : 30 millions de clients, BT : 27 millions de clients, Vodafone : 19 millions de clients.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 01 février 2016 à 07:53:27
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°158

Vivendi
Vivendi poursuit sa montée au capital de Telecom Italia et vient de prendre 0,89% du capital pour 134 milions d’euros. Cela porte le total à 21,39% (La Tribune (http://www.latribune.fr/technos-medias/telecoms/telecom-italia-vivendi-est-encore-monte-dans-le-capital-543156.html), 15/01). Vivendi a vendu également ce qui lui restait dans Activision pour 1,1 milliard d’euros. En Octobre 2013, Vivendi avait vendu 85 % du capital d’Activision pour 8,2 milliards de dollars puis 5,8 % du capital pour la somme de 850 millions de dollars en mai 2014 (Le Monde (http://www.lemonde.fr/pixels/article/2016/01/15/vivendi-solde-son-aventure-avec-activision-blizzard_4847808_4408996.html#BehwrVI3xGCJzZ7C.99), 15/01).

Vivendi et Telecom Italia
Lors d'une audition devant une commission sénatoriale, le représentant de Vivendi - Arnaud de Puyfontaine – a réaffirmé que Vivendi n’agissait pas pour le compte d’un tiers comme Orange : "Nous sommes un investisseur industriel et de long terme, nous sommes en Italie pour réaliser un projet ambitieux en accord avec d'autres actionnaires, parties prenantes et le gouvernement que nous tenons en estime"

Ftth chez Orange
Orange (http://www.orange.com/fr/Presse-et-medias/communiques-2016/Deja-un-million-de-clients-a-la-Fibre-Orange-en-France) vient d’annoncer avoir atteint le millionième client en Ftth. Orange était à 827 000 clients à fin septembre. Sur 4 mois - et en enlevant la période des fêtes de fin d’année – cela donne une moyenne de 47 200 par mois, soit entre 125 et 126 000 nouveaux clients supplèmentaires sur le T4 et donc un total de 953 000 à fin décembre. Ce qui porte le total à 390 000 nouveaux clients sur l’année 2015
A confirmer lors de la publication des résultats du quatrième trimestre.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 03 février 2016 à 07:47:28
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°159

Consolidation au Royaume-Uni
Alors qu’Orange et Deutsche Telekom ont pu vendre EE à British Telecom, le régulateur britannique a publié une (La Tribune (http://www.latribune.fr/technos-medias/telecoms/royaume-uni-le-regulateur-s-alarme-d-un-retour-a-trois-operateurs-547623.html), 01/02) tribune dans le Financial Times dans laquelle il se montre critique sur la fusion entre Three et O2 : "Le groupe combiné contrôlerait plus de quatre connexions mobiles sur dix", et pour l’OFCOM : "L'opération pourrait signifier des prix plus élevés pour les particuliers et les entreprises"
A ce jour, c’est la Commission Européenne qui examine ce projet de fusion et Bruxelles pourrait imposer d'importantes cessions d'actifs (des antennes, des boutiques ou des clients).
O2 est propriété de l’espagnol Telefonica et l’acheteur est le conglomérat hongkongais Hutchinson Whampoa qui est propriétaire de Three. La vente pourrait se réaliser pour 14 milliards d’euros.
Le marché britannique pourrait passer de 4 à 3 opérateurs. Avant consolidation : EE (filiale d’Orange et de Deutsche Telekom) 27 millions de clients, O2 (filiale de Telefonica) 22 millions de clients, Vodafone 19 millions de clients, « 3 » (filiale de Hutchison Whampoa) 8 millions de clients.
Après consolidation,  O2 + "3" : 30 millions de clients, BT : 27 millions de clients, Vodafone : 19 millions de clients.

Free chez les anglais ?
C’est dans ce contexte que selon une indiscrétion du Financial Times (Le Figaro (http://www.lefigaro.fr/societes/2016/01/25/20005-20160125ARTFIG00370-free-s-interesse-au-marche-anglais.php), 21/01), Xavier Niel souhaiterait rentrer sur le marché des télécoms britanniques et aurait pris contact avec le régulateur local. De quoi lever le inquiétudes de l'OFCOM ?

A noter que la holding de Xavier Niel a déjà racheté Et est présent sous licence de marque sur l’archipel des Comores et vient de prendre 50% du capital des activités mobiles de l’ex-Outre-Mer Telecom anciennement propriété d’Altice sur l’Ile de la Réunion.
En décembre 2012, Xavier Niel s’était offert Orange Suisse pour 2,3 milliards d’euros et en avril 2014 Monaco Telecom pour 322 millions. Et qu’il vient de se mettre sur le marché pour acquérir 15,1% (et 2 milliards d’euros) du capital (via des options d’achat dépourvues de droits de vote et exerçables entre juin 2016 et novembre 2017. de Telecom Italia.
Ceci alors qu’il avait échoué à reprendre T-Mobile USA en août 2014 et n’avait pu reprendre une partie de Bouygues Telecom au printemps 2014 et au printemps 2015. Mais le rachat de Bouygues par Orange pourrait le remettre dans le jeu.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 04 février 2016 à 12:45:56
Rachat de Bouygues Telecom par Orange ? N°26
Sebastien Soriano qui redonne le point de vue de l’ARCEP sur un possible rachat de Bouygues par Orange et Stéphane Richard qui fait le point des négociations avec Free et SFR et qui déclare que l’Etat pourrait accepter de diluer sa part dans le capital de la future entité.

Sebastien Soriano est revenu sur les conditions que posera l’ARCEP en cas de rachat de Bouygues par Orange. C’était lors d’une audition par la Commission des affaires économiques du Sénat (La Tribune (http://www.latribune.fr/technos-medias/telecoms/mariage-orange-bouygues-telecom-l-arcep-se-montrera-vigilante-548315.html), 03/02).
Même si c’est l’ADLC qui sera en avant, l’ARCEP sera là en tant qu’expert et aura son mot à dire " Et ce qu'on veut absolument éviter, c'est un retour en arrière dans l'ouverture à la concurrence, dont on a constaté les bénéfices".

Biensur, c'est tout naturel, mais est-ce vraiment un risque réel ? A trois ou à quatre, le risque est le même...Il saut simplement qu'un opérateur ait un peu plus faim que les autres.

Transferts de fréquences entre opérateurs
"On devra autoriser les transferts de fréquences entre les opérateurs (...) On devra d'abord examiner s'il y a bien un équilibre entre les acteurs. Mais aussi s'il n'y a pas une thésaurisation du spectre par le secteur mobile. En clair, on se demandera s'il n'y aurait pas intérêt [...] à ce que certaines fréquences retournent à l'Etat pour être, peut-être, attribuées différemment par la suite".

Rien d'irréalisable dans les principes. Orange Free et SFR vont devoir faire un effort pour présenter un package acceptablle.

Ne pas renforcer Orange
L’ARCEP sera "particulièrement vigilante aux situations de marché dans lesquels la concurrence est limitée (ou)  dans celles où la position de l'opérateur historique est demeurée très forte". Lors d’une interview au quotidien Les Echos (http://www.lesechos.fr/tech-medias/hightech/021624195922-s-soriano-la-regulation-dans-les-telecoms-est-un-sport-de-combat-1192938.php?pXSZXd1Jyji3qoBD.99) (18/01),il avait rappelé que : "Nous serons particulièrement attentifs aux marchés où la concurrence est encore limitée, notamment auprès de la clientèle des entreprises et dans les zones rurales".
Enfin, L’ARCEP sera "vigilant au fonctionnement des marchés de gros, c'est-à-dire les marchés intermédiaires, notamment ceux qui permettent aux MVNO, les opérateurs mobiles virtuels, d'être présents sur le marché".

A ce niveau, c'est du classique et c'est quasiment demandé à chaque consolidation.

Dilution de l’Etat actionnaire
Le JDD (http://www.lejdd.fr/Economie/Rachat-d-Orange-l-Etat-calme-les-ardeurs-de-Bouygues-770599) (31/01) relatait qu’une des difficultés restait la part de Bouygues qui demandait 15% et l'Etat qui voulait pas plus de 11% et garder une minorité de blocage (votes doubles loi Florange). Orange souhaitant une part de 20% pour soutenir la note financière.
Selon Bloomberg, l’Etat serait prêt à accepter une dilution de sa part tout en restant actionnaire de référence et qu’il maintienne sa minorité de blocage. C’est ce qu’a rappelé Stéphane Richard : "C’est une opération qui peut présenter une augmentation de capital, donc une dilution pour l’Etat qui est soucieux de limiter cette dilution comme tous les actionnaires  (...) L’Etat veut avoir un certain niveau de capital pour garder sa représentation au board et aussi sa capacité à influer sur les assemblées générales" (Les Echos (http://www.lesechos.fr/tech-medias/hightech/021669725009-stephane-richard-impossible-daller-dans-les-discussions-jusqua-lete-pour-le-rapprochement-orangebouygues-telecom-1197430.php?HKWiFasrSdSvOX04.99), 03/02).

Si cela se confirme, cela devrait permettre de lever un obstacle au projet de rachat.

Négociations avec Free et SFR
Ajoutant au sujet des négociations avec Free et SFR : "Ce sont des discussions serrées, mais je tiens à souligner la dynamique d’ensemble. Car il n’y a pas un acteur qui se met en travers. Tout le monde a envie qu’on trouve une solution. C’est une opération majeure, une mutation très radicale (...) On a fait des propositions, on a eu des contre-propositions, on négocie, tout cela est compliqué. C’est une entreprise dont personne ne peut garder l’entièreté donc il va y avoir répartition. Et il faut que les autres parties proposent une valorisation qui soit compatible avec la valorisation d’ensemble".
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 09 février 2016 à 07:47:02
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°160

Consolidation au Brésil
Telecom Italia et Oi discutent fusion au Brésil. Oi a le premier réseau de téléphonie fixe au Brésil alors que Tim est le deuxième opérateur de téléphonie mobile. Ensemble, ils auraient 44% du marché national de la téléphonie mobile, devançant l'actuel leader Telefonica Brasil et la filiale locale d'America Movil SAB, qui ont des parts de marché respectives de 29 et 25%.

Consolidation au Royaume Uni
Le PDG de Three tente son va-tout pour sauver sa fusion avec O2. Canning Kof a promis de substantielles concessions pour gagner le feu vert de la Commission européenne. Il a indiqué être prêt à garantir un blocage des prix pendant cinq ans, tout en ouvrant son réseau à des concurrents, et à investir 6,5 milliards d’€ (Revue de Presse de l’ARCEP – 05/02).
Cela suffira-t-il à attendrir la Commission Européenne ?

ARCEP : chiffres de la convergence
L’ARCEP vient de publier (http://www.arcep.fr/fileadmin/reprise/observatoire/3-2015/obs-marches-T3-2015_070116.pdf) ses chiffres définitifs concernant le haut et très haut débit. Ils sont arrêtés à fin septembre 2015.

Ces statistiques permettent de faire le point sur le quadruple-play par rapport au segment mobile.  Ce sont des offres qui sont en constante augmentation.

(http://nsa37.casimages.com/img/2016/01/19/160119060553262989.png) (http://www.casimages.com/i/160119060553262989.png.html)

Du coté des opérateurs, peu de statistiques. A part Orange qui chiffre via ses offres Open. C’est 4,530 millions de clients soit 42,7% de sa base clientèle fixe. SFR/NC était à 50,2% à fin décembre 2014, soit 3,288 millions. Free ne dit pas grand chose sauf que +/- 50% de ses clients du segment fixe auraient également une offre mobile, soit 3,041 millions.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 10 février 2016 à 07:56:25
Qui a dit que la Culture et l’Economie n’étaient pas liées ? C’est ce que montre un rapport (http://www.ey.com/Publication/vwLUAssets/EY-2e-panorama-de-l-economie-de-la-culture-et-de-la-creation-en-France/%24FILE/EY-2e-panorama-de-l-economie-de-la-culture-et-de-la-creation-en-France.pdf) d’octobre 2015 publié par le cabinet EY et France Créative, une organisation réunissant des acteurs de la culture comme la Sacem pour la musique, le CNC pour le cinéma ou le SPQN pour la presse.
Les secteurs de la musique, du cinéma, du théâtre, de la presse et du jeu vidéo ont enregistré une croissance de 1,2% entre 2011 et 2013 contre 0,9% pour le reste de l’économie. L’industrie culturelle génère 83,6 milliards d’euros de revenus et 1,3 million d’emplois, soit plus du double des emplois liés à la production automobile. Les exportations représentent 2,7 milliards d’euros.

Poids de la Culture en France
Un rapport de mars 2014, publié conjointement par le ministère de l'Economie et celui de la Culture (La Tribune (http://www.latribune.fr/actualites/economie/france/20140103trib000807739/la-culture-contribue-sept-fois-plus-au-pib-que-l-industrie-automobile.html), 03/2014) donnait aussi des chiffres intéressants. La culture contribue 7 fois plus au PIB français que l'industrie automobile avec 57,8 milliards d'euros de valeur ajoutée par an. Son coût total pour la collectivité approche 21,5 milliards d'euros. Les seules entreprises culturelles emploient quelque 670.000 personnes, que leur profession soit culturelle ou non, soit 2,5% de l'emploi dans le pays.
A cela s'ajoutent les 870.000 professionnels de la culture qu'emploient les entreprises non culturelles. Pour l’Etat c’est une dépense de 13,9 milliards d'euros par an, et de 7,6 milliards pour les collectivités territoriales. Les activités culturelles ont aussi un effet d'entraînement sur le reste de l'économie de l'ordre de 46,7 milliards d'euros grâce aux activités induites comme les matériaux utilisés, les loyers, l'électricité etc...Au total, l'apport de la culture à l'économie, y compris ces effets d'entraînement, atteint donc les 104,5 milliards d'euros, selon l'étude. Soit 5,8% de la somme de toutes les valeurs ajoutées (ce qu'est, par définition, le PIB).
Le rapport établit en outre "une corrélation positive" entre la présence d'une implantation culturelle et le développement socio-économique d'un territoire.

Poids de la Culture en Europe
En 2012, le Groupement européen des sociétés d'auteurs et de compositeurs (GESAC), avait demandé à E&Y d'évaluer le poids économique du secteur culturel pour mieux démontrer qu'il fallait le protéger.
Les industries culturelles et créatives au sens large, du livre à la publicité en passant par les arts visuels ou le spectacle vivant, pèseraient, selon les consultants d'E&Y, 536 milliards d'euros de revenus, soit 4,2 % du PIB européen.
Elles emploient 7,1 millions de personnes, ce qui en fait le troisième employeur de l'Union européenne (hors secteur public), derrière le secteur de la construction et celui des services de restauration. 90 % de la création de valeur provient du secteur privé. Il fait ensuite remarquer que le secteur a continué à voir le nombre de ses emplois croître de 0,7 % pendant les années de crise (de 2008 à 2012), alors que l'Union dans son ensemble perdait des emplois au même rythme.
Une infographie publiée par Les Echos de décembre 2013 permettait de mesurer le poids de plusieurs secteurs économiques. Les télécoms pèsent peu.

(http://nsa33.casimages.com/img/2014/12/06/141206025956948358.png) (http://www.casimages.com/i/141206025956948358.png)
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 25 février 2016 à 07:44:55
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°161

Fin du RTC
Orange prépare la fin du téléphone fixe RTC à partir de 2021. Le réseau sera peu à peu remplacé par des technologies issues du numérique. Près de 13 millions de lignes téléphoniques sont concernées et il faudra s’équiper d’une box pour continuer de bénéficier d’une ligne fixe. Reste à définitivement régler les services qui fonctionne sur une ligne RTC : téléalarmes d’ascenseurs, alarmes, fax, systèmes de télésurveillance, terminaux de paiement, affranchisseuses, badgeuses. L'Arcep a assuré qu'elle ne s'opposerait pas à la fermeture du réseau RTC tant que l'opérateur respectera "un certain nombre de préavis", parmi lesquels l'annonce au moins cinq ans à l'avance de l'arrêt pour chaque zone géographique.

Consolidation aux Pays-Bas
Convergence entre la TV et les Télécoms : l'américain Liberty Global va se marier à Vodafone. L'opération va donner naissance au numéro deux des télécoms néerlandais, derrière KPN qui n’est pas au mieux de se forme et qui pourrait se voir racheter par SFR ou Orange. Au-delà de l'aspect commercial, la nouvelle entité valorisée 19 milliards d'euros, vise des synergies d'un montant de 3,5 milliards d'euros. En juin 2013, Liberty Global a racheté Virgin Media en Grande-Bretagne. En avril 2015,Liberty Global a racheté Base en Belgique. 

Telecom Italia
Lors de la présentation des résultats d’Orange, Stéphane Richard est revenu sur le sujet lors d’une discussion avec les journalistes. Selon Les Echos (http://www.lesechos.fr/tech-medias/hightech/021700478150-orange-bouygues-t-stephane-richard-na-pas-encore-laccord-de-letat-1200604.php#xtor=RSS-38) (16/02) : "Je n’ai aucun contact avec Vivendi ou Xavier Niel sur Telecom Italia. Je n’ai aucun plan de rachat de Telecom Italia  (...) on (Orange) a des relations professionnelles et d’estime réciproque, on échange sur les métiers et les projets".
Vivendi va avoir du boulot. Telecom Italia a vu son bénéfice net s'effondrer en 2015, à 150 millions d'euros contre 1,35 milliard l'année précédente. Son CA est en recul de 8,6%, à 19,718 milliards d'euros. TI annonce une accélération de ses investissements dans les réseaux fixes et mobiles en Italie, où il s'attend à renouer avec une croissance de son bénéfice brut à partir de 2017.
Titre: PIF
Posté par: Hammett le 07 mars 2016 à 07:58:19
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°163

La Poste Mobile
La Poste Mobile vient de présenter ses résultats pour l’année 2015. Au total, c’est 1,2 million de clients et 588 000 nouvelles cartes sim. Mais en enlevant les résiliations, c’est juste un gain de 50 000 clients. L’objectif des 2 millions de clients est vraiment très loin. Le Mvno est puissant, mais stagne.   

Telecom Italia
Vivendi se renforce dans Telecom Italia et détient désormais 23,8% de la société italienne. Le groupe se rapproche du seuil des 25%, qui déclencherait le lancement d'une offre obligatoire sur la totalité du capital de Telecom Italia.
Parallèlement, Telecom Italia a décidé d'interrompre les négociations pour une éventuelle fusion entre sa filiale brésilienne Tim Participacoes et l'opérateur Oi.
Vivendi n’est pas le seul français. Xavier Niel est lui  aussi propriétaire d’options d’achat (dépourvues de droits de vote) exerçables entre juin 2016 et novembre 2017. JP Morgan a aussi pris 4,5 % du groupe et dispose d’options pour monter à 10,1 %,la part de la Caisse des dépôts et consignations est de 1,42%. Orange - par la voix de Stéphane Richard - n'est officiellement pas interessé.

Martin Bouygues
Martin Bouygues prépare sa succession et devrait quitter la présidence de son groupe dans 2 ans. Il va nommer son fils ainé et son neveu au conseil d’administration de Bouygues pour qu'ils se fassent les dents, afin de le remplacer dans quand ils seront prêts. En attendant, Olivier Roussat le pédégé de Bouygues Telecom pourrait assurer l’intérim après le départ de Martin Bouygues.   
Dans son cv Martin Bouygues pourra toujours rappeler qu’il y a un an - à l’égal de quelques vedettes sportives, politiques et du show-business - sa mort avait été annoncée par erreur.
Avec le rachat de Bouygues Telecom par Orange, il pourrait rentrer au Conseil d'Administration d'Orange.
Titre: Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français)
Posté par: Hammett le 25 mars 2016 à 07:54:46
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°164
Telecom Italia
Lors d’un déplacement au Caire (Le Figaro (http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2016/03/09/97002-20160309FILWWW00003-orange-pourrait-regarder-telecom-italia.php), 09/03),  Stéphane Richard a déclaré qu'il pourrait réfléchir à l'opportunité d'un rapprochement avec Telecom Italia si Vincent Bolloré lui en faisait la proposition mais il pense qu'un tel scénario ne se concrétisera pas.
"Si un jour M. Bolloré me dit 'le bon truc c'est qu'il y ait accord entre nous et qu'Orange reprenne Telecom Italia', alors nous verrons (…)J e ne crois pas que cela fasse partie de ses intentions".
De son coté (Le Figaro (http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2016/03/11/97002-20160311FILWWW00283-vivendi-acquiert-a-249-telecom-italia.php), 11/03), Vivendi a porté sa participation dans Telecom Italia à 24,9% des actions ordinaires, donc juste en dessous du seuil des 25% qui l'obligerait à lancer une offre publique d'achat.
Enfin, Vivendi, pourrait se porter acquéreur du pôle de TV payante de Mediaset et ainsi de créer un acteur capable de rivaliser avec SKY au niveau européen.

Niel au Royaume-Uni ?
Selon l’agence Reuters un représentant de la maison mère de Free aurait participé à une réunion entre les acteurs du marché britannique et la Commission européenne dans le cadre de la fusion des opérateurs britannique O2 et 3UK. Plusieurs opérateurs britanniques seront également présents à Bruxelles comme Sky, VirginMedia, TalkTalk, Vodafone et BT.
Une indiscrétion du Financial Times (Le Figaro (http://www.lefigaro.fr/societes/2016/01/25/20005-20160125ARTFIG00370-free-s-interesse-au-marche-anglais.php), 21/01), Xavier Niel souhaiterait rentrer sur le marché des télécoms britanniques et aurait pris contact avec le régulateur local.
A noter que la holding de Xavier Niel a déjà racheté et est présent sous licence de marque sur l’archipel des Comores et vient de prendre 50% du capital des activités mobiles de l’ex-Outre-Mer Telecom anciennement propriété d’Altice sur l’Ile de la Réunion.
En décembre 2012, Xavier Niel s’était offert Orange Suisse pour 2,3 milliards d’euros et en avril 2014 Monaco Telecom pour 322 millions. Et qu’il vient de se mettre sur le marché pour acquérir 15,1% (et 2 milliards d’euros) du capital (via des options d’achat dépourvues de droits de vote et exerçables entre juin 2016 et novembre 2017. de Telecom Italia.
Ceci alors qu’il avait échoué à reprendre T-Mobile USA en août 2014 et n’avait pu reprendre une partie de Bouygues Telecom au printemps 2014 et au printemps 2015. Mais le rachat de Bouygues par Orange pourrait le remettre dans le jeu.
Titre: Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français)
Posté par: Hammett le 11 avril 2016 à 06:39:20
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°165

Marché du streaming 2015
Le Syndicat national de l’édition phonographique a publié quelques chiffres sur les ventes de l’année 2015. Une infographie de l'AFP permet d’en résumer les principaux points

(http://nsa38.casimages.com/img/2016/03/28/160328095900812865.png) (http://www.casimages.com/i/160328095900812865.png.html)

Le marché global est toujours en baisse, mais selon le SNEP, les français sont désormais 3 millions à s'être abonnés à des sites de streaming dont 1,7 via un bundle opérateur. Les revenus générés par ce modèle ont connu l'an dernier une hausse spectaculaire de 45% par rapport à 2014. Le chiffre d'affaires du streaming a dépassé pour la première fois les 100 millions d'euros, une somme multipliée par cinq en cinq ans.
En France, 71% des revenus du streaming proviennent des abonnés (pour moitié inscrits à un site, pour l'autre moitié abonnés indirectement via leur forfait téléphonique). Le reste vient des modèles "gratuits" financés par la publicité.

Consolidation du secteur mobile en Italie
CK Hutchinson Holding Limited, la maison-mère Hongkongaise de 3 Italia et la néerlandaise VimpelCom, maison-mère de Wind, qui veulent fusionner sont toujours sous une enquête approfondie de la Commission Européenne. Une décision est attendue pour le 10 août 2016. La Commission craint que la fusion n'entraîne une hausse des prix et une réduction du choix et de l'innovation
Si l’opération se réalise, cela donnera naissance à un groupe fort de plus de 31 millions de clients dans la téléphonie mobile auxquels s'ajouteraient 2,8 millions de clients dans la téléphonie fixe. Le nouvel opérateur pourra revendiquer 33,5% du marché du mobile, devant les 32,3% de Telecom Italia et les 27% de Vodafone.

Niel au Royaume-Uni ?
Selon l’L’Express (http://lexpansion.lexpress.fr/high-tech/angleterre-xavier-niel-a-rencontre-la-commissaire-europeenne-a-la-concurrence_1777442.html) (29/03), Xavier Niel s'est entretenu avec Margrethe Vestager à Bruxelles pour parler du marché des télécoms au Royaume-Uni. La Commissaire européenne doit rendre un avis le 18 avril sur le rapprochement entre les opérateurs mobiles O2 et Three. Xavier Niel pourrait se porter candidat si le rapprochement devait déboucher sur une ouverture du marché britannique.
Titre: Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français)
Posté par: Hammett le 15 avril 2016 à 06:33:32
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°166

Vivendi en Italie
Pour 700 millions d’euros, Vivendi vient de racheter 89% du capital de Mediaset Premium, le bouquet payant italien de Silvio Berlusconi. Cela s’accompagne d’une prise de participation croisée de 3,5% entre les deux groupes. Reste 11% de Mediaset Premium que pourrait acquérir Vivendi auprès de Telefonica pour 100 millions d’euros. L’accord prévoit que Vivendi ne pourra pas monter à plus de 5% au capital de Mediaset pendant 3 ans.
Mediaset Premium compte 2 millions d’abonnés et 600 000 abonnés à son service de SVOD Infinity. Un des objectifs de Vivendi est de developper un Netflix européen. Pour cela Vivendi pourrait passer des alliances avec Telefonica - l’opérateur historique espagnol - via son bouquet de chaines payantes : Movistar+. Ce bouquet compte 3,6 millions d’abonnés et 1 million d’abonnés à son service de Svod.
Au début des années 2000 – à l’époque de J2M – Canal+ était présent en Italie et en Espagne. Bolloré est-il en train de reconstituer le groupe ? 

Orange en Afrique
Orange, qui a fait de l'Afrique une priorité stratégique, a annoncé sa prise de participation dans le groupe de e-commerce Africa Internet Group, pour un montant de 75 millions d'euros. Avec cet investissement, Orange poursuit son développement en Afrique qui comprend un partenariat stratégique avec Google. Orange a aussi acquis en janvier 2016 deux filiales africaines, au Burkina Faso et en Sierra Leone, de son concurrent indien Airtel. C'est aussi en Afrique que l'opérateur a développé depuis 2008 Orange Money, son service de transfert d'argent et de paiement mobile. En Afrique et au Moyen-Orient fin 2015, Orange comptait au total 110,2 millions de clients mobiles dans 19 pays. (Revue de presse de l’ARCEP (http://www.arcep.fr/index.php?id=13164&L=-1) du 06/04).
Titre: Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français)
Posté par: Hammett le 21 avril 2016 à 06:24:33
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°167

Netflix
Netflix aurait 600 000 abonés dont 500 000 payants selon le blog (http://www.zdnet.fr/actualites/600000-abonnes-pour-netflix-en-france-39835644.htm) "Digital Home Revolution". Pour rappel, à fin 2015, CanalPlay revendiquait 610 000 abonnés. Dur, dur pour la Svod dans l’Hexagone.

SFR
SFR va lancer SFR Presse. Cela va permettre à une partie de ses abonnés d’avoir un accès illimité aux médias du groupe, comme "Libération", "L'Express", "L'Etudiant", "Studio Ciné Live", "Point de vue", "Lire" "L'Expansion". Cette option sera facturée 19,90€, mai sera offerte aux forfaits Premium. Convergence, convergence…
Patrick Drahi pourrait revendre Altice Media Group (Libération, L'Express, Stratégie...), qu'il détient via sa holding personnelle, à SFR, ce qui va lui permettre de désendetter (un peu) la maison mère.

Consolidation des télécoms au R.U
L'autorité britannique des marchés et de la concurrence (CMA) a exprimé de sérieuses inquiétudes concernant le projet de rachat de la filiale mobile de Telefonica en Grande-Bretagne par Hutchison et a appelé la Commission européenne à éviter de provoquer "des dégâts durables" pour le marché britannique de la téléphonie mobile. Pour l’Autorité, la fusion déboucherait sur une augmentation des prix et/ou sur une baisse de la qualité des services offerts aux clients britanniques.
La Commissaire européenne doit rendre un avis d'ici à fin avril sur le rapprochement entre les opérateurs mobiles O2 et Three. Xavier Niel pourrait se porter candidat si le rapprochement devait déboucher sur une ouverture du marché britannique.
Titre: Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français)
Posté par: Hammett le 28 avril 2016 à 06:33:58
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°168

Orange Bank
Orange vient d’annoncer l’acquisition de Groupama Banque à hauteur de 65%. Le non devrait être Orange Bank d’ici début 2017 et permettre à Orange de lancer une offre bancaire sur mobile début 2017. Orange compte attirer 2 millions de clients en France (Le Figaro (http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2016/04/22/97002-20160422FILWWW00061-orange-rachete-groupama-bank.php), 22/04). Cette diversification est inscrite dans le plan "Challenge 2020".

Orange Afrique
Orange vient également d'annoncer (Jeune Afrique (http://www.jeuneafrique.com/319909/economie/orange-finalise-rachat-de-tigo-rdc/)) l’acquisition de l'opérateur mobile Tigo en République démocratique du Congo-Kinshasa pour 160 millions de dollars. Tigo compte 6 millions de clients. Orange qui est déjà présent en RDC et compte 5,27 millions de clients devrait détenir environ 26 % de part de marché, derrière Vodacom et Airtel (avec 33 % et 32 %), mais devant Africell (9 %).
Orange est très actif en Afrique et vient d’acquérir des opérateurs au Burkina Faso, au Liberia et en Sierra Leone et devrait rebrander sa filiale Orange en Egypte.
Fin 2015, Orange comptait 110 millions d’abonnés dans la région Afrique et Moyen-Orient, pour un chiffre d’affaires de 4,89 milliards d’euros.

Consolidation en Israel
L’autorité de concurrence israélienne a indiqué qu’elle s’opposait à la reprise de l’opérateur mobile Golan Telecom qui est numéro quatre (sur cinq) avec environ 0,9 million de clients. C’est Cellcom opérateur mobile le plus important du pays,  (environ 3,1 millions de clients) qui avait lancé l’opération en novembre 2015. Golan Telecom a été fondé par l’ancien dirigeant d’Iliad, Michael Boukobza, et Xavier Niel est actionnaire à hauteur de 30% de Golan Telecom, au travers de son holding personnel (NJJHolding).
Titre: Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français)
Posté par: Hammett le 02 mai 2016 à 06:17:42
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°169

Orange
Lors de la présentation de ses résultats, Orange est revenu (http://fr.reuters.com/article/businessNews/idFRKCN0XN0EA) (Reuters, 26/04) sur quelques sujets d’actualité. Une fois de plus, Orange a dèmenti tout rachat ou projet d’alliance avec un autre opérateur européen : "Il n'y a absolument aucun projet sur lequel nous travaillons en ce moment concernant un opérateur historique en Europe"  en estimant que les conditions n'étaient pas réunies pour des opérations transfrontalières : "Il n'existe pas de marché unique européen aujourd'hui, que ce soit en termes de fréquences, de réseau ou d'internet".

Enfin,la baisse de son chiffre d’affaire de 0,7% est dû en grande partie à la baisse des revenus en provenance du contrat d’itinérance avec Free. Sur le T1, c’est 25 millions d’euros et pour Orange cette diminution devrait se poursuivre au même rythme au cours du reste de l’année.
Cela devait bien arriver un jour ou l’autre…

SFR
SFR vient de présenter son plan de convergence Télécoms/médias en annonçant le regroupement du pôle presse et tv. Pour SFR : "La convergence médias télécoms est la réponse d’avenir aux besoins de nos clients".
Tout d’abord, par une offre presse. SFR va lancer un service afin de permettre à une partie de ses abonnés d’avoir un accès illimité aux médias du groupe comme "Libération", "L'Express", "L'Etudiant", "Studio Ciné Live", "Point de vue", "Lire" "L'Expansion". Cette option sera facturée 19,99€, mais serait offerte aux forfaits Premium SFR.

Ensuite en confirmant le lancement d’un Pack Sport de 5 chaines. Il s’agit d’un relookage des chaines MCS et d’une mise en musique des droits tv du championnat de foot anglais acquis pour 3 ans pour 360 millions d’euros. Le pack sport ne sera pas une exclusivité SFR et devrait être proposé aux autres opérateurs et à CanalSat. A ce jour, les tarifs ne sont pas connus.

SFR n’est pas le seul opérateur en Europe à développer la convergence Télécoms/Médias. Téléfonica en Espagne et BT en Angleterre le font aussi. Mais SFR la pousse au maximum.
Orange s’y était essayé avant d’arrêter les frais au vu du manque de rentabilité dans la valorisation de sa chaine Sport. Depuis seul OCS est resté et Studio Orange a réduit la voilure. Orange Sport a fermé et Dailymotion a été vendu à Canal+. Pour SFR le pari est rude.

Iliad
Iliad vient de faire connaitre la date de publication de ses résultats du T1 : ce sera le 17 mai avant bourse.
Sur le fixe, Free avait recruté 56 000 nouveaux clients sur le T4 soit 20,3% en parts de conquête et 270 000 sur l'année 2015 soit 26,7%.
Sur les forfaits mobiles, Free avait recruté 370 000 nouveaux clients soit 29,2% en parts de conquête dur le T4 et 1,580 000 pour l'année 2015 soit 34,4%.
Titre: Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français)
Posté par: Paul le 02 mai 2016 à 10:12:20
Orange
Enfin,la baisse de son chiffre d’affaire de 0,7% est dû en grande partie à la baisse des revenus en provenance du contrat d’itinérance avec Free. Sur le T1, c’est 25 millions d’euros et pour Orange cette diminution devrait se poursuivre au même rythme au cours du reste de l’année.
Cela devait bien arriver un jour ou l’autre…

Ah bah oui, et c'est même une excellente nouvelle.
Titre: Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français)
Posté par: Hammett le 09 mai 2016 à 07:01:15
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°170

les chiffres de la 2G, 3G et 4G
L’ARCEP vient de publier (http://www.arcep.fr/fileadmin/reprise/observatoire/4-2015/obs-marches-T4_2015-070416.pdf) ses chiffres définitifs Observatoire des marchés des communications électroniques en France au 4ème trimestre 2015. Ces statistiques permettent de faire le point sur cartes SIM en service en 3G et 4G et d’en déduire la 2G.

La proportion de la 2G baisse et a beaucoup baissé en 12 mois, mais son extinction n’est pas pour tout de suite. La baisse est de 7 points sur les douze derniers mois. La 3G et la 4G représentent 67% des cartes SIM contre 60% à fin 2014. La 4G représente 31% du parc total contre 15% à fin 2014.
Par déduction la 2G représente donc 33% contre 40% à fin 2014. Très rapidement la 4G devrait passer devant la 2G. La montée en gamme vers la 4G, permet de comprendre pourquoi les revenus des opérateurs baissent moins sur l’année 2015 par rapport à l’année 2014.

Consolidation des télécoms au R.U.
Comme annoncé (Le Figaro (http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2016/05/04/97002-20160504FILWWW00129-la-vente-d-o2-a-hutchinson-devrait-etre-bloquee.php), 05/04), la Commission Européenne devrait interdire le rachat de O2 (deuxième opérateur du pays et filiale de Telefonica) par Three UK (quatrième opérateur du pays et filiale de Hutchinson). La décision doit être rendu au plus tard le 19 mai.
Fin octobre 2015, la Commission européenne avait annoncé l'ouverture d'une enquête approfondie pour déterminer si ce projet nuirait à la concurrence en Grande-Bretagne. Bruxelles avait déclaré "craindre que l'opération entraîne une hausse des prix, une réduction de l'offre et une baisse de l'innovation pour les clients des services de télécommunications mobiles au Royaume-Uni".
L'autorité britannique des marchés et de la concurrence (CMA) avait exprimé de sérieuses inquiétudes concernant ce projet de rachat. Pour l’Autorité, la fusion déboucherait sur une augmentation des prix et/ou sur une baisse de la qualité des services offerts aux clients britanniques.

Roaming européen
Utiliser son mobile en Europe coûte moins cher depuis le 30 avril 2016. C'est l'ultime baisse des tarifs imposée aux opérateurs avant la fin des frais d'itinérance, prévue le 15 juin 2017. À partir du 15 juin 2017, les clients en itinérance mobile internationale ne devront plus payer de frais supplèmentaires, dans la limite d'une utilisation "raisonnable". Il était temps.  (Revue de presse de ARCEP - 26/04).
Titre: Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français)
Posté par: Hammett le 10 mai 2016 à 08:17:14
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°171

Xavier Niel & Telecom Italia
D'après un document de l'autorité italienne des marchés financiers, la Consob, Xavier Niel a modifié la date d'expiration d'options liées à 4,9% du capital de Telecom Italia, pour la faire passer de juin 2016 au 1er septembre 2017. Ce qui est interprété comme le signe d'un engagement de long terme. En Octobre 2015, Xavier Niel a acquis des options susceptibles de lui permettre de mettre la main sur 15,1% de Telecom Italia. italien.(Zonebourse (http://www.zonebourse.com/barons-bourse/Xavier-Niel-93/actualites/Niel-repousse-la-date-d-expiration-d-options-dans-Telecom-Italia--22297314/), 04/05).

Xavier Niel au R.U. ?
Selon la presse britannique (Sunday Times (http://votreargent.lexpress.fr/bourse-de-paris/iliad-envisagerait-un-rachat-d-o2-an-royaume-uni_1790222.html)) Iliad envisagerait de proposer un rachat d'O2, la filiale britannique de l'opérateur télécoms ibérique Telefonica. Comme annoncé (Le Figaro (http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2016/05/04/97002-20160504FILWWW00129-la-vente-d-o2-a-hutchinson-devrait-etre-bloquee.php), 05/04), la Commission Européenne devrait interdire le rachat de O2 (deuxième opérateur du pays et filiale de Telefonica) par Three UK (quatrième opérateur du pays et filiale de Hutchinson). Three proposait 14 milliards pour ce rachat.
Combien pour Free ?

Xavier Niel et la consolidation des télécoms
A noter que la holding de Xavier Niel a déjà fait quelques achats. Il y a quelques mois, une licence de marque sur l’archipel des Comores et vient de prendre 50% du capital des activités mobiles de l’ex-Outre-Mer Telecom anciennement propriété d’Altice sur l’Ile de la Réunion. En décembre 2012, Xavier Niel s’était offert Orange Suisse pour 2,3 milliards d’euros et en avril 2014 Monaco Telecom pour 322 millions. Et qu’il vient de se mettre sur le marché pour acquérir 15,1% (et 2 milliards d’euros) du capital (via des options d’achat dépourvues de droits de vote et exerçables entre juin 2016 et novembre 2017. de Telecom Italia.
Ceci alors qu’il avait échoué à reprendre T-Mobile USA en août 2014 et que le deal avec Martin Bouygues n'a pas pu se faire.
Titre: Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français)
Posté par: Hammett le 20 mai 2016 à 06:34:07
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°172

Consolidation au R.U.
Comme annoncé (Le Figaro (http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2016/05/04/97002-20160504FILWWW00129-la-vente-d-o2-a-hutchinson-devrait-etre-bloquee.php), 05/04), la Commission Européenne a interdit  le rachat de O2 (deuxième opérateur du pays et filiale de Telefonica) par Three UK (quatrième opérateur du pays et filiale de Hutchinson). Three proposait 14 milliards pour ce rachat.
L'UE a pointé les conséquences probables de cette fusion : un choix plus limité, hausse des prix, ralentissement de l’innovation dans le secteur.
Toutefois Telefonica et sa filiale ne manque pas de prétendants. Selon la presse britannique (Sunday Times (http://votreargent.lexpress.fr/bourse-de-paris/iliad-envisagerait-un-rachat-d-o2-an-royaume-uni_1790222.html)) Iliad envisagerait de proposer un rachat. Il y aurait aussi des poids lourds : (Liberty Media (http://www.lesechos.fr/tech-medias/medias/021922805795-liberty-media-sur-les-rangs-pour-racheter-o2-1221235.php?vpsDHqHqZDpFE761.99#xtor=CS1-6), 12/05) qui possède Virgin Media (présent dans le haut débit) et Sky (n°1 de la tv payante et présent dans le haut débit). Telefonica doit vendre, car il est très endetté et espère récupérer 13 milliards de l’opération.

Livebox4
A l’occasion de la sortie de sa Livebox4 et de son nouveau décodeur, Orange va revoir à la hausse ses tarifs de ses offres associées. Les clients premium suivront-ils ? Cette nouvelle Livebox est clairement orientée Fibre et Orange espère avoir 1,6 million de clients à fin 2016 sur ce segment ou l’ARPU est nettement plus rémunérateur. Bouygues et SFR ont également augmenté (en partie ou en totalité) leurs tarifs.

Virgin Mobile
La marque va disparaître deux ans après le rachat par Altice des 1,670 000 clients de Virgin Mobile pour 325 millions d’euros. Une migration vers RED va être proposée.
Titre: Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français)
Posté par: vivien le 24 mai 2016 à 13:54:24
Je me permet de donner la vision du syndicat Sud PTT :

(https://lafibre.info/images/presse/201605_sudptt_tract_secteur_telecom_1.jpg)


(https://lafibre.info/images/presse/201605_sudptt_tract_secteur_telecom_2.jpg)
Titre: Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français)
Posté par: Hammett le 30 mai 2016 à 06:19:28
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°173

SFR
Lors de la présentation de ses résultats à fin mars, SFR a fait un point sur son endettement. C’est un élèment très surveillé, car c’est l’opérateur hexagonal le plus endetté. Entre janvier 2015 et janvier 2016, son ratio d’endettement est passé de 3,3x à 3,8x.
En avril 2016, le groupe a refinancé une partie de sa dette et à prolongé de trois ans une partie de celle-ci. Cela n’entraine aucun remboursement majeur avant 2022, par contre sa charge augmente à 750 millions d’euros par an.
Pour rappel SFR est endetté de 14,5 milliards. 

Free
"lIliad envisagerait de récupérer des actifs des opérateurs mobiles Wind et 3 Italia, qui cherchent à se marier en Italie. Pour mener cette opération à bon port, Xavier Niel pourrait bénéficier d'un coup de pouce de Bruxelles. Pour avoir l'accord de fusion de la Commission européenne, les opérateurs italiens pourraient être forcés à concéder une partie de leurs actifs. Une aubaine pour Xavier Niel ainsi que pour les autres acteurs intéressés". (Revue de presse de l’ARCEP du 26/05).
Iliad serait également actif en Angleterre, selon la presse britannique (Sunday Times (http://votreargent.lexpress.fr/bourse-de-paris/iliad-envisagerait-un-rachat-d-o2-an-royaume-uni_1790222.html), 09/05) Iliad envisagerait un rachat de O2 – filiale de Vodafone - . Il ne serait pas le seul, (Les Echos (http://www.lesechos.fr/tech-medias/medias/021922805795-liberty-media-sur-les-rangs-pour-racheter-o2-1221235.php?vpsDHqHqZDpFE761.99#xtor=CS1-6), 12/05) Liberty Media qui possède Virgin Media (présent dans le haut débit) et Sky (n°1 de la tv payante et présent dans le haut débit). Telefonica doit vendre, car il est très endetté et espère récupérer 13 milliards de l’opération.

Itinérance mobile
Sebastien Soriano le président de l’ARCEP vient de taper le poing sur la table ! Il donne jusqu’au 15 juin aux opérateurs télécoms pour que des modifications soient apportées aux différents contrats de partage de réseaux existants et vient de publier des Lignes directrices (http://www.arcep.fr/index.php?id=8571&no_cache=1&tx_gsactualite_pi1%5Buid%5D=1825&tx_gsactualite_pi1%5Bannee%5D=2016&tx_gsactualite_pi1%5Btheme%5D=0&tx_gsactualite_pi1%5Bmotscle%5D=itinerance&tx_gsactualite_pi1%5BbackID%5D=2122&cHash=3041702cedb71d37421af38990077221).
Depuis janvier 2016, l'Arcep veut que l'itinérance 3G de Free soit complètement éteinte entre fin 2018 et fin 2020, et entre 2020 et 2022 pour la 2G et veut donc qu’un calendrier soit monté. L’ARCEP souhaite une sortie du contrat entre 2016 et 2018 sur l'itinérance 4G de SFR chez Bouygues Telecom (le premier utilise le réseau du second)
Le calendrier de l’ARCEP prévoyait une dead-line pour fin mars, mais la négociation du rachat de Bouygues Telecom avait retardé le processus.

Pour rappel, cette feuille de route de l’ARCEP fait suite à l’avis de l’Autorité de la Concurrence rendu en mars 2013 qui jetait les fondements (Communiqué de presse (http://www.autoritedelaconcurrence.fr/user/standard.php?id_rub=482&id_article=2061), l’avis (http://www.autoritedelaconcurrence.fr/pdf/avis/13a08.pdf)) sur l'itinérance et la mutualisation en général et sur l’accord d’itinérance entre Free et Orange. L’ADLC avait donné quelques pistes, mais pas de méthode tout en poussant Free à déployer un réseau 3G et 4G, car en mars 2013, il y avait des craintes pour l’ADLC que Free joue la montre dans ses investissements.   
En 3G, Free doit de toute façon être à 90% de couverture de la population en janvier 2018 et son contrat avec Orange se terminait en décembre 2017.
Titre: Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français)
Posté par: Hammett le 02 juin 2016 à 06:28:50
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°174

Orange & l’Etat actionnaire
Le 25 mai dernier, Emmanuel Macron a été interrogé par la commission des Finances du Sénat sur d'éventuelles cessions de participations dans des entreprises dont l’Etat est au capital. A propos d’Orange, il a déclaré : "Nous n'avons pas vocation, de manière pérenne, à rester au capital".
Mais, ce n’est pas le moment industriellement : "Il y a aujourd'hui une politique d'aménagement rapide et de déploiement d'un investissement d'infrastructures qui fait que nous sommes aidés en tant qu'actionnaire d'Orange, donc ce n'est peut-être pas le meilleur moment".
Et ni le moment non plus financièrement : "quand on regarde la valorisation des opérateurs après l'agrèment d'une quatrième licence, il y a eu plutôt une baisse (…) Dès que les conditions de marché sont plus propices, il faut savoir céder".
Le Ministre suivant héritera de la patate chaude !

Fréquences Télécom
Depuis quelques jours, il est théoriquement possible d’avoir une neutralité technologique pour les bandes de fréquences Télécoms. Pour avoir la possibilité de faire de la 4G sur une fréquence dévolue à la 2G un opérateur devra en faire la demande au régulateur.
En France le refarming existe pour le 1800 MHz pour faire de la 4G. Et depuis le 25 mai, il est en possession d’un bloc de 15 MHz dans cette bande, ce qui devrait lui permettre d’améliorer la qualité de sa 4G. (Les Echos (http://www.lesechos.fr/tech-medias/hightech/021960738755-telecoms-leurope-libere-les-frequences-2001067.php?tduz0p3QvsS1vBo7.99#xtor=RSS-38), 25/05).

Le quotidien économique publie également une répartition des fréquences par opérateur en France
(http://nsa38.casimages.com/img/2016/05/25/160525123957742226.png) (http://www.casimages.com/i/160525123957742226.png.html)

Wimax
Finalement ce ne sera pas un accident industriel ! L’ARCEP (Les Echos du 25/05) devrait lancer une consultation pour définir de nouveaux usages des fréquences Wimax et sa bande de fréquences 3,5 GHz. Free et Bolloré avait acquis des licences en 2006. La 4G pourrait être une reconversion possible pour Free. Mais Bolloré devrait finir par céder ces fréquences, finalement inutiles pour le groupe Vivendi.
Titre: Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français)
Posté par: Hammett le 14 juin 2016 à 06:31:25
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°175
Quelques semaines après l’échec du rachat de Bouygues Telecom par Orange, trois acteurs se sont exprimés sur le sujet.

Orange
Lors de l’assemblée générale des actionnaires d’Orange, Stéphane Richard a estimé que la consolidation du marché des télécoms en France semblait peu probable à court terme : "Est-ce que l'occasion peut se représenter ? Oui bien sûr. Je ne crois pas dans le court terme. Mais les raisons de fond qui peuvent conduire à une consolidation en France (...) demeurent (…) Cela dépendra essentiellement de la stratégie et de l'évolution des différents acteurs en cause, je dirais en dehors d'Orange".
Au niveau européen, là aussi rien de bien neuf, il a juste répété qu'Orange pourrait avoir "une belle carte à jouer" (Le Figaro (http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2016/06/08/97002-20160608FILWWW00121-consolidation-drahi-ne-veut-pas-jouer-un-role-actif-en-france.php), 07/06).
Pour Gervais Pellissier, PDG adjoint d’Orange, la consolidation européenne des télécoms est bloquée par Bruxelles. Selon lui, de nouvelles fusions-acquisitions d’opérateurs ne sont plus à l’ordre du jour en Europe (Silicon (http://www.silicon.fr/la-consolidation-du-marche-europeen-des-telecoms-au-point-mort-149211.html), 03/06).

SFR
Lors d’une audition devant la Commission Economique du Sénat, Patrick Drahi a déclaré : "Est-ce que le marché peut rester comme ça à quatre ? Oui bien sûr. Est-ce qu'il va rester à quatre pour les dix prochaines années cela m'étonnerait mais ce n'est pas moi qui vais m'activer sur ce dossier (...) La consolidation elle est plus indispensable pour ceux dont la France représente 100% du chiffre d'affaires dans le métier". Vise t-il Bouygues Telecom ? (Le Figaro (http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2016/06/08/97002-20160608FILWWW00121-consolidation-drahi-ne-veut-pas-jouer-un-role-actif-en-france.php), 08/06).

Bouygues Telecom
Olivier Roussat s’est exprimé devant la Commission des Affaires Economiques de l’Assemblée Nationale : "un marché à 4 opérateurs est parfaitement soutenable (...) Il y a eu dans les 4 acteurs un acteur en particulier qui a mis des conditions pas possibles" Vise t-il Free ?
Titre: Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français)
Posté par: Hammett le 22 juin 2016 à 06:16:34
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°176

Orange et les zones rurales
A l’occasion de l’inauguration par François Hollande d'Orange Gardens le nouveau centre dédié à l'innovation en région parisienne, , Stéphane Richard a fait quelques annonces.
Une amélioration des débits internet pour 1 million de foyers en zones rurales d'ici à un an et pour 2,5 millions de foyers en 2019. Dans le cadre du programme «Orange territoires connectés», Orange va également étendre à 5 millions de foyers l'expérience qu'il a menée dans la 4G. lorsque le débit fixe est trop faible, la 4G peut venir le suppléer. Les consommateurs créent alors des réseaux Wifi en utilisant la connexion mobile. Stéphane Richard a aussi annoncé le lancement de la voix sur Wifi à la rentrée prochaine.
Mais pour financer ces investissements, Stéphane Richard demande un cadre fiscal stable. Le président de la République lui a répondu favorablement : "d'un côté, vous investissez pour le long terme et dans des territoires qui ne sont pas les plus favorisés de la République et, de l'autre côté, l'Etat doit vous assurer une sécurité, une stabilité législative, réglementaire et fiscale (…) Nous y veillerons".

Il n’y plus qu’à ! Le travail est immense et les efforts devront être poursuivis : par Orange, les collectivités locales et l’Etat.

Orange et l’Etat actionnaire
D’autre part François Hollande assure que l’Etat «est un des principaux actionnaires d’Orange et entend le rester. Nous considérons qu'il est nécessaire pour l'entreprise qu'il y ait cet actionnariat public, même s'il y a une diversité dans le capital».
Le 25 mai dernier, Emmanuel Macron avait été interrogé par la commission des Finances du Sénat sur d'éventuelles cessions de participations dans des entreprises dont l’Etat est au capital. A propos d’Orange, il avait déclaré : "Nous n'avons pas vocation, de manière pérenne, à rester au capital".
Mais, ce n’est pas le moment industriellement : "Il y a aujourd'hui une politique d'aménagement rapide et de déploiement d'un investissement d'infrastructures qui fait que nous sommes aidés en tant qu'actionnaire d'Orange, donc ce n'est peut-être pas le meilleur moment".
Et ni le moment non plus financièrement : "quand on regarde la valorisation des opérateurs après l'agrèment d'une quatrième licence, il y a eu plutôt une baisse (…) Dès que les conditions de marché sont plus propices, il faut savoir céder".
Entre le niveau actuel de 23% et être un des principaux actionnaires, il y a de la marge…Cela pourrait évoluer après les élections présidentielles de 2017.
Titre: Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français)
Posté par: Hammett le 24 juin 2016 à 06:14:48
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°177

4G
Ce que laisse entrevoir les résultats trimestriels des opérateurs télécoms depuis quelques trimestres se vérifie à l’échelle européenne : la monétisation de la 4G a juste permis de limiter la baisse du chiffre d’affaire. Selon une note du broker Raymond James, les 50 premiers opérateurs ont affiché en moyenne une baisse de 0,5 % de leur chiffre d'affaires mobile au premier trimestre.
Pour le broker, cela reste décevant, car le taux de pénétration de la 4G est en augmentation constante. En France, trimestre après trimestre, sur fond de concurrence exacerbée, es opérateurs affichent des résultats en baisse, même si pour certains cela se rapproche du zéro. Sur le moyen terme, cela stabilisera les revenus. (Revue de presse de l’ARCEP du 06/06).

Orange Cash
Pour la fin de l’année 2016, le système de paiement sans contact Orange cash va devenir compatible avec celui d’Apple Apple Pay. Pour Orange : "Une fois l’application Orange Cash téléchargée sur un smartphone Apple compatible (iPhone 6, iPhone 6 Plus, iPhone SE et Apple Watch), les clients n’ont plus qu’à se laisser guider. Quelques clics suffisent pour créer son compte Orange Cash et activer, directement depuis l’application, le paiement mobile avec Apple Pay et ce, quelle que soit la banque du client". 
Selon le communiqué (http://www.orange.com/fr/Presse-et-medias/communiques-2016/Apple-Pay-disponible-en-France-pour-les-clients-Orange-Cash-avant-la-fin-de-l-annee) d’Orange : "Orange Cash compte 200 000 utilisateurs et est disponible dans 400 000 points de vente en France".

Orange et Skyrock
Orange et Skyrock, c’est terminé. Orange aura investi 22,5 millions d'euros dans la radio. Fin 2014, Orange a déprécié à zéro l'intégralité de cet investissement. Pour rappel, à la demande du gouvernement, Orange était rentré au capital de la radio en 2011 pour 22,5 millions d’euros, alors qu’il souhaitait se désengager des contenus. Depuis Orange n’avait strictement rien fait de ce rachat. 
Titre: Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français)
Posté par: Hammett le 27 juin 2016 à 08:25:29
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°178

Stéphane Richard a donné une interview à La tribune (http://www.latribune.fr/technos-medias/telecoms/orange-a-plein-de-choses-a-echanger-avec-vivendi-stephane-richard-581427.html) ou il est revenu sur le déploiement de la Fibre Optique et des relations d’Orange avec Vivendi.

Fibre Optique
Il rappelle qu’Orange a investi 500 millions en 2015 et que ce sera entre 550 et 600 millions en 2016 et que le niveau d’investissements sera le même jusqu’en 2020 afin d’atteindre 20 millions de logements raccordables.
Ces investissements devant lui permettre de regagner des parts de marché et de faire augmenter l’ARPU de ses clients : "Nous estimons que la différence de revenus moyenne par abonné entre l'ADSL et la fibre est aujourd'hui d'environ 5 euros par mois. L'objectif de notre plan, c'est de monter ce différentiel à 7 euros par mois, mais pour plus de services.".
Mais pour tenir la distance, Orange demande : "une stabilité du cadre de régulation et du cadre fiscal. On ne peut pas demander à une entreprise de s'engager sur une période aussi longue et avec des moyens pareils si elle est à la merci d'un changement de régulation qui viendrait modifier son modèle économique.".

Pour lui : "Sur la zone très dense, c'est le jeu de la concurrence par les infrastructures. On n'est plus dans la situation où l'opérateur historique construit un réseau sur lequel tous les autres se greffent après-coup, moyennant un prix d'accès fixé par le régulateur. Ce temps-là est terminé. Nous sommes tous partis sur la même ligne de départ. Du coup, l'incitation à investir est plus forte, et c'est valable pour tous les opérateurs. Ce cadre concurrentiel nouveau a été décidé après des mois de débats avec tous les acteurs. Tout le monde le connaît. Et chaque opérateur a fait ses propres choix. Rien n'empêchait Bouygues Telecom de consacrer beaucoup d'argent au FTTH s'il le voulait. Rien n'empêchait Free ou SFR d'en faire plus.".

Pour Stéphane Richard, pas de problèmes d’unOrange trop puissant qui écrase la concurrence et il lance une pique à la concurrence : "ces opérateurs ne sont ni petits, ni pauvres. Messieurs Niel [propriétaire de Free], Bouygues et Drahi font partie des grandes fortunes mondiales. Ils ont régulièrement de grands projets d'acquisitions partout dans le monde. Qu'est-ce qui les empêche d'investir un ou deux milliards de dollars en France pour faire de la fibre ? Ils ont parfaitement les moyens de rivaliser avec Orange. Cela dit, on sait bien que le déploiement de la fibre va être une bagarre. Dès qu'on prendra un peu d'avance, ça va couiner. D'ailleurs, ça couine déjà !".

Sa crainte est de voir l’ARCEP imposer de nouvelles règles afin qu’Orange ne domine pas le marché du Ftth, alors que la concurrence ne joue pas le jeu en investissant. Ou plus simplement de faire monter les contreparties ?

Vivendi
Stéphane Richard a fait preuve d’amabilité envers Vivendi, en rappelant que Orange : "a plein de choses à échanger avec Vivendi parce qu'ils sont dans les contenus, et que nous, nous sommes des distributeurs". Et que : "Ceci dit, nos relations avec Vivendi peuvent-elles déboucher sur quelque chose de plus ambitieux? Il n'en est pas question pour l'instant. Mais il y a une forme d'intérêt réciproque à plutôt intensifier nos relations".
Preuve de sa bonne volonté : "Je mets totalement de côté le dossier Telecom Italia: c'est un projet de Vivendi dans lequel nous n'avons pas notre place. Nous n'avons aucune discussion à ce sujet".
Il y a quelques jours, lors d’une audition ay Sénat V .Bolloré avait déclaré : "En tant qu'actionnaire de référence, je pense qu'il n'est pas souhaitable de faire le téléphone et les contenus. Je pense que c'est très difficile et très coûteux et que c'est plus simple de faire ce qu'on fait nous".
Bref chacun chez soi et pas de guerre ouverte entre les deux groupes. Pour Orange : les tuyaux, pour Vivendi : les contenus.
Titre: Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français)
Posté par: Hammett le 29 juin 2016 à 09:08:01
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°179

SFR
P.Drahi commence à parler de sureffectif chez SFR : "On a donné une garantie sur l'emploi de trois ans donc il reste encore un an. Aujourd'hui on est dans une situation où les gens savent que la garantie s'arrête dans un an. C'est un peu comme chez Darty quand vous avez une garantie de trois ans. Au bout de trois ans la machine à laver tombe en panne on fait comment ? On paie. Ils savent qu'on est en sureffectifs" (Les Echos (http://www.lesechos.fr/tech-medias/hightech/0211053491801-sfr-est-en-sureffectif-selon-patrick-drahi-2008683.php?oeZPWhQilz62Pmpi.99), 22/06).
SFR a perdu 500 personnes en quinze mois. Il est passé de 9 400 à 8 900 salariés. Sur l’ensemble du groupe, qui comprend aussi l’ex-Numericable et l’intégrateur de réseau Telindus, les effectifs ont maigri de 1 200 personnes, et sont tombés à 15 800 salariés.
Vu la taille de la dette de SFR, la diminution de la masse salariale ne sera qu’une goutte d’eau. SFR a d’abord perdu beaucoup de clients, pas sur que comparer les salariés de SFR à une garantie Darty soit une très bonne chose. Le coté Nanard des Guignols ne durera qu’un temps.

Fin du RTC chez Orange
Pour préparer l'arrêt du RTC en France à partir de 2018, Orange va tester la transition de la téléphonie fixe traditionnelle (RTC/RNIS) vers la téléphonie fixe IP (VoIP) dans 14 communes du Finistère.
La téléphonie passera donc par une box ou un boîtier DSL pour le service universel de téléphonie. Orange va donc tester ce changement sur 14 communese : Bénodet, Clohars-Fouesnant, Concarneau, Elliant, Ergué-Gabéric, Fouesnant, Gouesnach, La Forêt-Fouesnant, Melgven, Pleuven, Rosporden, Saint-Evarzec, Saint-Yvi et Tourch (Communiqué (http://www.orange.com/fr/Presse-et-medias/communiques-2016/Orange-experimente-la-transition-de-la-telephonie-fixe-traditionnelle-RTC-vers-la-telephonie-fixe-IP-dans-14-communes-du-Finistere)).

Brexit dans les Télécoms
La sortie de la Grande-Bretagne de l’UE va avoir des conséquences sur le roaming. Se dirige-t-on vers la signature d’un accord spécifique comme pour d’'autres pays, qui ne sont pas membres de l'UE, comme pour la Norvège, de l'Islande et du Liechtenstein, qui font partie de l'Espace Economique Européen. Il va donc falloir attendre avant que cela soit fixé.

De son coté, Orange qui a encore de l’activité en Grande-Bretagne et entend y garder ses bureaux, pour Orange : " Orange croit fermement aux bénéfices de l'Union européenne et à la possibilité de créer un véritable marché digital unique (…) Depuis la vente de EE - notre joint-venture avec DT (Deutsche Telekom - à BT, nous n'opérons plus sur le marché britannique en tant qu'opérateur B2C ("business to consumer"). Mais nous y avons plusieurs bureaux qui y emploient environ 900 personnes (innovation, technologie, communication ou B2B ("business to business") et nous prévoyons de les conserver" (Reuter (http://fr.reuters.com/article/frEuroRpt/idFRL8N19G6L8), 24/06).
Titre: Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français)
Posté par: obinou le 01 juillet 2016 à 23:23:35
Nous sommes tous partis sur la même ligne de départ.

Hum....
Même à Paris, Orange dispose encore de toute une infra de fourreaux (sans compter les catacombes...) que n'ont pas les autres , sans compter les NRA qui se transforment en NRO (vu le prix du foncier & de l'élec à paris c'est loin d'être un patrimoine négligeable).
Même ligne de départ, vraiment ?


Citer
Du coup, l'incitation à investir est plus forte, et c'est valable pour tous les opérateurs.
Bien sur...
Alors effectivement , si pas "tous" il n'entends que Free/Bouygues/SFR-NC , OK.
Mais il y a des milliers d'autres opérateurs de taille inférieure, qui pourtant servent des tas de clients (pro, certes pour la majorité) qui ne se reconnaissent pas dans les offres des 4 compères.

Or le cadre légal à ce sujet reste pour le moins assez orienté similairement à celui de l'ADSL (4 gros qui revendent à la découpe aux petits)

Citer
Pour Stéphane Richard, pas de problèmes d’unOrange trop puissant qui écrase la concurrence et il lance une pique à la concurrence : "ces opérateurs ne sont ni petits, ni pauvres. Messieurs Niel [propriétaire de Free], Bouygues et Drahi font partie des grandes fortunes mondiales. Ils ont régulièrement de grands projets d'acquisitions partout dans le monde. Qu'est-ce qui les empêche d'investir un ou deux milliards de dollars en France pour faire de la fibre ? Ils ont parfaitement les moyens de rivaliser avec Orange.
La dessus il n'a pas tout à fait tord; mais ça m'énerve quand même qu'il ignore complètement le fait qu'énormèment de gens ont des boutons à la vu de la couleur Orange , que leurs offres très orienté + de 50 ans restent très en-deça de l'attente de la génération Y, et qu'il persiste à ne pas l'entendre.

Citer
La téléphonie passera donc par une box ou un boîtier DSL pour le service universel de téléphonie. Orange va donc tester ce changement sur 14 communese : Bénodet, Clohars-Fouesnant, Concarneau, Elliant, Ergué-Gabéric, Fouesnant, Gouesnach, La Forêt-Fouesnant, Melgven, Pleuven, Rosporden, Saint-Evarzec, Saint-Yvi et Tourch

Ces communes seront-elles intégralement couvertes en FTTH même dans les coins les plus isolés ?
Car sinon, c'es à mon sens dangereux : C'est la porte ouverte au fait que de plus en plus de maisons relativement isolées ne disposerons plus que de solutions radio pour leurs communication. Et on sait comment ca continue: Plus ca va , plus les critère 'de caractère isolé' vont aller en s'élargissant.
A terme seuls les centres-bourgs auront encore une ligne fixe, le reste ce sera 3/4/5G (vive les forfaits bloqués) ou rien.

=> Énormes économies de structures pour orange, et tentative de forcer à l'habitat regroupé même en campagne , alors que très clairement c'est à l'encontre de la recherche des accédants actuellement dans les villages (à commencer par moi  ;D )
Pourquoi pas , mais ca mérite à minima un débat public & national, pas la décision d'un groupe privé (mais subventionné) pour sa propre vision stratégique.

(La encore, yaurais eu séparation fonctionnelle on en serait pas là...)



Titre: Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français)
Posté par: eruditus le 01 juillet 2016 à 23:39:35
Combat d'arrière garde pour la dernière partie. Cela ne sert à rien de regarder le rétroviseur, Orange (ou les collectivités) ne viendra pas fibrer la France entière et donc les technologies radios se substitueront à l'adsl si nécessaire.

Par contre intéressé pour que tu développes cette partie

Citer
La dessus il n'a pas tout à fait tord; mais ça m'énerve quand même qu'il ignore complètement le fait qu'énormèment de gens ont des boutons à la vu de la couleur Orange , que leurs offres très orienté + de 50 ans restent très en-deça de l'attente de la génération Y, et qu'il persiste à ne pas l'entendre.

C'est quoi l'attente de la génération Y ?
Titre: Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français)
Posté par: Breizh 29 le 02 juillet 2016 à 06:22:37
Ça doit être les - de 50 ans  :)
Titre: Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français)
Posté par: Hammett le 02 juillet 2016 à 09:18:21
(La encore, yaurais eu séparation fonctionnelle on en serait pas là...)
Avec des "Si" on met Paris en bouteille. Bon, de toute façon pas la peine de fantasmer, cela n'est pas prêt de se faire...De plus, il reste à démontrer que cela serait le paradis pour faire mieux qu'actuellement. Autant compter les nuages.

Mais il y a des milliers d'autres opérateurs de taille inférieure, qui pourtant servent des tas de clients (pro, certes pour la majorité) qui ne se reconnaissent pas dans les offres des 4 compères.
Et pourquoi ne bossent-ils pas ensemble ou ne passent-ils pas des alliances ? Ou "dénoncer" le "système" permet juste de gérer tranquillement son rond de serviette ?

mais ça m'énerve quand même qu'il ignore complètement le fait qu'énormèment de gens ont des boutons à la vu de la couleur Orange , que leurs offres très orienté + de 50 ans restent très en-deça de l'attente de la génération Y, et qu'il persiste à ne pas l'entendre.
Oui, Orange doit vendre des produits pour les boutonneux acneiques (et si possible pas trop cher) ?  :)
Titre: Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français)
Posté par: Hammett le 08 juillet 2016 à 07:30:50
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°180

Iliad en Italie
Alors que Xavier Niel cherche à s’implanter en Italie, que représente le marché mobile en Italie ? Une infographie du quotidien Les Echos (07/07) :

(http://nsa37.casimages.com/img/2016/07/07/160707091824449460.gif) (http://www.casimages.com/i/160707091824449460.gif.html)

Iliad partant de zéro (pas d’internet fixe, marque inconnue et prix déjà bas), il va devoir taper fort et certainement s’allier avec un acteur du fixe afin de proposer des offres convergentes. La « recette » française ne pourra pas être appliquée. En attendant, faut déjà que ce deal soit accepté par la Commission Européenne.

Altice
Altice cherche à sortir du marché belge. Selon la presse financière, Altice travaille avec Lazard sur la vente potentielle de SFR Belgium (110.000 clients), une opération qui pourrait valoriser cette filiale jusqu'à 500 millions d'euros. SFR rationalise ses actifs.

4G
L’AFNR a publié son observatoire (http://www.anfr.fr/fileadmin/mediatheque/documents/Observatoire/0716/Observatoire_2G-3G-4G_1er_juillet_2016_v2.pdf)  2G, 3G et 4G au 1er juillet. Le cumul des supports autorisés et en service en 4G augmente de 3 %,avec 23.127 sites. Orange reste leader (8.988 sites contre 8348 sites au 1er janvier, soit +7,7%) devant Bouygues (8346 sites contre 7184 sites au 01/01, soit +16,2%) et SFR (6.828 sites contre 4587 sites au 01/01, soit +48,9%) et Free (6.571 sites contre 5636 sites au 01/01, soit +16,6%).
SFR rattrape sont retard et est repassé devant Free, Bouygues poursuit sa route et Orange « gère ».
Titre: PIF
Posté par: turold le 09 juillet 2016 à 17:43:40
Merci pour ton travail.  :)

Oui, la 2G baisse lentement. L'extinction n'est pas pour tout de suite. Est-ce que 2016 verra la 4G et la 2G se croiser ?
Salut,

Et mon travail continue. Et j'ai la réponse à cette question! :P

D'abord,et en devançant ta future analyse, que je ne remplacerai jamais pour cette partie du travail, voici les derniers résultats de l'ARCEP sur l'évolution des usages en 3G/4G:
(http://www.arcep.fr/fileadmin/reprise/observatoire/1-2016/marches-t1-2016-06.gif)
7 juillet 2016, http://www.arcep.fr/index.php?id=13277

Et maintenant, une grosse mise à jour de mon graphe, avec la 2G. En effet, la dernière fois, j'avais tous les trimestres de T4 2011 à T3 2015.
Désormais, je remonte jusqu'en T4 2007, pas longtemps après les 1ers réseaux 3G. Uniquement les T4 de 2007 à 2009, puis tous les trimestres depuis T4 2009. Et je garde le tableau dans la capture d'écran, pour vous montrer que le changement dans la tendance n'est pas dû à des omissions de trimestres de ma part.

Il a fallu que je change les plus anciennes données, pour prendre en compte les changements de méthodologie sur les dates.
Et pour ceux qui vont comparer avec la dernière fois, c'est l'ARCEP qui a changé toutes les valeurs sur la 3G pour l'intégralité de 2015.

Voilà le résultat:
(https://alexou.fr.cr/email/files/2g-3g-4g-2016t1.png)

Donc la 4G et la 2G se croise en fin 2015/début 2016, avec les chiffres actuels. Ceci dit, les changements à posteriori, chez l'ARCEP, se font généralement à la marge.
Titre: Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français)
Posté par: Hammett le 13 juillet 2016 à 08:13:03
Encore merci pour le taf ;)
Titre: Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français)
Posté par: Hammett le 13 juillet 2016 à 08:13:11
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°181

Orange
Alors que les rumeurs prédisent un échange capitalistique entre Orange et Vivendi autour de Télécom Italia, Vivendi souhaiterait voir Orange inclure une offre packagée sur les jeux. Vivendi vient de racheter l’éditeur de jeux pour mobile Gameloft (Revue de Presse Arcep du 06/07).

Deutsche Telekom
La décision serait surprenante, mais Deutsche Telekom se prépare à vendre son réseau d'antennes mobiles en Allemagne pour un montant qui pourrait atteindre cinq milliards d'euros, dans le but de financer la modernisation de son réseau à haut débit européen. L'opérateur allemand a mandaté les banques Goldman Sachs et Morgan Stanley en vue d'organiser des enchères qui pourraient débuter à l'automne. (Revue de Presse Arcep du 06/07).

Streaming musical
Une infographie (statista (https://fr.statista.com/infographie/5171/streaming-musical-_-la-guerre-est-declaree/)) sur le nombre d’abonnés payants un service de service de streaming musical. Autant dire que là aussi la course à la taille est importante, Apple Music est en train de racheter Tindal. Il manque un tableau sur la rentabilité de ces services. Avec seulement 3 millions de clients, Deezer peut se faire du souci.

(http://nsa37.casimages.com/img/2016/07/08/160708122105654557.gif) (http://www.casimages.com/i/160708122105654557.gif.html)
Titre: Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français)
Posté par: Hammett le 20 juillet 2016 à 06:34:49
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°182

Bouygues Telecom
Pour trouver du cash, Bouygues Telecom poursuit la vente d'actifs non-stratégique et vient de vendre 230 pylônes à l'opérateur d'infrastructures espagnol Cellnex qui, à terme, pourrait récupérer jusqu’à 500 points hauts. "Le produit de cette transaction permettra à Bouygues Telecom de poursuivre le développement de ses activités Mobile et Fixe", explique Bouygues Télécom. En 2012, Bouygues Telecom avait déjà vendu  2.000 pylônes au fonds Antin, appuyé par BNP Paribas, pour 205 millions d'euros. Il y a un an Bouygues Telecom avait vendu pour 30 millions d’euros les 15 % du capital qu'il détenait encore de FPS Towers, une société spécialisée dans l'hébergement d'équipements télécoms pour opérateurs.
Cela doit être mis en lien avec la mutualisation du réseau avec SFR qui prévoit la mise en commun d'antennes mobiles des deux opérateurs dans les zones peu denses du territoire.

Iliad
Xavier Niel ne détient plus qu’une participation potentielle de moins de 7% dans Telecom Italia, a indiqué le gendarme boursier italien. A l’automne, Xavier Niel avait pris une participation potentielle de 15,143% dans Telecom Italia.
Il y a quelques jours Iliad (http://www.iliad.fr/presse/2016/CP_050716_.pdf) indiquait avoir : "signé un accord avec les groupes Hutchison et VimpelCom, dans le cadre du projet de fusion de leurs filiales H3G et Wind, afin d’acquérir les actifs composant l’ensemble de remèdes proposé à la Commission Européenne dans le contexte du processus d’examen de cette fusion.(...) Cet accord est soumis à l’approbation de la Commission Européenne ainsi qu’à l’autorisation par la Commission Européenne de la fusion H3G/Wind ". L'opération devrait lui couter 1,5 milliard d'euros. Mais Xavier Niel doit complètement se désengager de Telecom Italia.

Parts de marché du téléphone mobile
Le quotidien Les Echos (11/07) a publié une infographie sur les parts de marché des constructeurs de téléphone mobile. Samsung et Apple poursuivent la course en tête. Derrière le trio de poursuivants est assez loin, mais ont beaucoup grignotés sur Samsung et dans une proportion moindre sur Apple. Il manque la répartition pour 44,8%.

(http://nsa37.casimages.com/img/2016/07/17/160717113112425017.png) (http://www.casimages.com/i/160717113112425017.png.html)

Il y a deux ans les résultats étaient les suivants :

(http://nsa33.casimages.com/img/2014/08/13/140813085135630793.gif) (http://www.casimages.com/img.php?i=140813085135630793.gif)
Titre: Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français)
Posté par: Nico le 20 juillet 2016 à 07:16:05
Cela doit être mis en lien avec la mutualisation du réseau avec SFR qui prévoit la mise en commun d'antennes mobiles des deux opérateurs dans les zones peu denses du territoire.
A première vue, les 500 dont on parle sont le reliquat de pylônes qui appartiennent à ByTel après les ventes précédentes. Du coup ça n'a pas l'air de concerner uniquement les pylônes qui ne seraient pas utilisés par le réseau mutualisé...
Titre: Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français)
Posté par: Hammett le 29 juillet 2016 à 06:37:58
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°183

Consolidation en Belgique
Lors de la présentation des résultat du T2 d’Orange, G.Pelissier (le directeur des opérations d’Orange) a déclaré que : "l'opérateur télécoms regarde le dossier SFR Belgium, mis en vente par son propriétaire Altice mais aucune décision n'a été prise à ce stade.". Selon la presse financière, Altice travaille avec Lazard sur la vente potentielle de SFR Belgium (110.000 clients), une opération qui pourrait valoriser cette filiale jusqu'à 500 millions d'euros. Orange est lui déjà présent en Belgique.

Orange et Vivendi
A cette occasion, Stéphane Richard a réaffirmé qu’il n’y avait pas de discussions avec Vivendi autour d’un accord capitalistique pour Telecom Italia, comme cela est évoqué par la presse depuis quelques mois. Alors qu’Orange annonce un accord avec Vivendi sur la distribution de CanalSat Panorama à un prix attractif pour ses client Fibre (communiqué (http://www.orange.com/fr/Presse-et-medias/communiques-2016/Orange-et-le-Groupe-Canal-annoncent-le-lancement-prochain-d-une-offre-innovante-reservee-aux-abonnes-Fibre)), Stéphane Richard a déclaré que : "C'est une première étape avec Vivendi, (…)  il y a une complèmentarité assez naturelle entre nous." (Les Echos (http://www.lesechos.fr/tech-medias/hightech/0211158655516-orange-decoit-en-france-au-deuxieme-trimestre-2017112.php?md7hDUb3Uelpr6cd.99#xtor=RSS-38), 26/07).

Ce ne sont pas les premières amabilités entre les deux groupes : Il a rappelé lors d’une interview à La Tribune (http://www.latribune.fr/technos-medias/telecoms/orange-a-plein-de-choses-a-echanger-avec-vivendi-stephane-richard-581427.html), 23/06) que Orange : "a plein de choses à échanger avec Vivendi parce qu'ils sont dans les contenus, et que nous, nous sommes des distributeurs". Et que : "Ceci dit, nos relations avec Vivendi peuvent-elles déboucher sur quelque chose de plus ambitieux? Il n'en est pas question pour l'instant. Mais il y a une forme d'intérêt réciproque à plutôt intensifier nos relations".

Cela suppose donc que Orange ne sera pas un adversaire de Vivendi sur le dossier Telecom Italia : "Je mets totalement de côté le dossier Telecom Italia: c'est un projet de Vivendi dans lequel nous n'avons pas notre place. Nous n'avons aucune discussion à ce sujet".

Iliad en Italie
Xavier Niel s’est complétement désengagé de Telecom Italia (Le Figaro (http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2016/07/27/97002-20160727FILWWW00196-xavier-niel-se-desengage-de-telecom-italia.php), 27/07). A l’automne dernier, Xavier Niel avait pris une participation potentielle de 15,143% dans Telecom Italia. Il y a quelques semaines, Iliad (http://www.iliad.fr/presse/2016/CP_050716_.pdf) indiquait avoir : "signé un accord avec les groupes Hutchison et VimpelCom, dans le cadre du projet de fusion de leurs filiales H3G et Wind…". L'opération devrait lui couter 1,5 milliard d'euros. Mais Xavier Niel devait complètement se désengager de Telecom Italia. C’est fait.

D’autre part, selon 'La Repubblica', Xavier Niel aurait entamé des des discussions avec Enel Open Fiber afin de rentrer sur le marché du fixe et de proposer du 4P (Boursier.com (http://www.boursier.com/actions/actualites/rumeurs/iliad-consulte-en-italie-693658.html), 27/07).
Titre: Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français)
Posté par: Hammett le 03 août 2016 à 06:29:17
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°184

Orange et Canal+
Via un communiqué (http://www.orange.com/fr/Presse-et-medias/communiques-2016/Orange-et-le-Groupe-Canal-annoncent-le-lancement-prochain-d-une-offre-innovante-reservee-aux-abonnes-Fibre), Orange vient d’annoncer qu’il va lancer une offre commune avec Canal+ pour les clients Fibre. Cette offre sera basé sur CanalSat Panorama et sera proposé à prix exceptionnel.
Fin juin, Stéphane Richard avait donné une interview à La Tribune (http://www.latribune.fr/technos-medias/telecoms/orange-a-plein-de-choses-a-echanger-avec-vivendi-stephane-richard-581427.html) ou il affirmait que Orange : "a plein de choses à échanger avec Vivendi parce qu'ils sont dans les contenus, et que nous, nous sommes des distributeurs". De son coté Vivendi souhaite segmenter ses offres afin de relancer les abonnements.
Reste à connaître le détail. Et question subsidiaire : Orange pourrait-il remplacer ses propres offres tv par celles de CanalSat ? A Vivendi les contenus, à Orange la distribution.

Orange et M6
Orange va arrêter d’exploiter M6 sous marque de licence. Contre un chèque de 114 millions d’euros, Orange va arrêter les offres M6 qui avaient été lancées en 2005. Même si ces offres réunissaient 2,6 millions de clients, Orange ne les poussait plus en avant, préférant se recentrer sur ses offres et sur Sosh. Les contrats M6 courent encore trois ans. Cela va être une bonne opération financière pour M6.

La Poste Mobile
La Poste (http://legroupe.laposte.fr/content/download/27679/213836/version/1/file/CP_2016_07_28.pdf) vient de publier ses résultats semestriels et donne le nombre de clients de sa filiale mobile : 1,3 million : "La Poste Mobile a vu son chiffre d’affaires progresser de 6,4% à fin juin 2016 avec un parc de lignes en croissance de 9,35% totalisant plus de 1,3 million de clients.". Il y a un an La poste Mobile comptait 1,150 million de clients.
C’est donc une croissance est de 13%. Joli, toutefois, La Poste ne donne pas de détails sur le chiffre d’affaire et sur les forfaits vendus.
Titre: Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français)
Posté par: Hammett le 10 août 2016 à 06:23:16
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°185

SFR
SFR vient de lancer un plan de suppression de 5000 emplois d’ici à 2019, ceux-ci devraient se faire sur la base du volontariat. Ce plan devrait coûter entre 600 à 800 millions et permettre d’économiser environ 400 millions par an dès 2018.
Cela représente un tiers de l’effectif de SFR, ce qui fait beaucoup de volontaires à trouver. Attention à ne pas reproduire la politique désastreuse d’Orange au moment du plan Next. 
Quand il s'est offert SFR en novembre 2014, Patrick Drahi s'était engagé à ne pas licencier pendant trois ans. Un engagement qui arrive à échéance le 1er juillet 2017. Mais, au mois de juin dernier, P.Drahi avait commencé à parler de sureffectif chez SFR : "On a donné une garantie sur l'emploi de trois ans donc il reste encore un an. Aujourd'hui on est dans une situation où les gens savent que la garantie s'arrête dans un an. C'est un peu comme chez Darty quand vous avez une garantie de trois ans. Au bout de trois ans la machine à laver tombe en panne on fait comment ? On paie. Ils savent qu'on est en sureffectifs" (Les Echos (http://www.lesechos.fr/tech-medias/hightech/0211053491801-sfr-est-en-sureffectif-selon-patrick-drahi-2008683.php?oeZPWhQilz62Pmpi.99), 22/06).
Vu la taille de la dette de SFR, la diminution de la masse salariale ne sera qu’une goutte d’eau. SFR a d’abord perdu beaucoup de clients, C’est plutôt de ce coté que SFR doit porter ses efforts.

Orange
Lors de la présentation de ses résultats, Orange a fait le point sur sa présence à l’international. Entre cessions, acquisitions et passages à la marque Orange, l’actualité est assez riche.
(http://nsa38.casimages.com/img/2016/08/09/16080909253220333.png) (http://www.casimages.com/i/16080909253220333.png.html)
Titre: Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français)
Posté par: Hammett le 17 août 2016 à 06:42:03
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°186

Presse Numérique
L’alliance pour les chiffres de la presse et des médias ACPM (http://www.acpm.fr/) (ex OJD) publie des statistiques sur la diffusion de la presse et notamment des  chiffres (http://fr.slideshare.net/ojd_pp/acpm-plaquette-du-26eme-observatoire) pour l’année 2015.
Quelques chiffres pour les sites Grand Public où l’on retrouve naturellement Le Monde, Le Figaro et l’Equipe en tête sur le nombre de visiteurs et de pages vues. Naturellement, car ce sont les trois quotidiens nationaux qui diffusent le plus. A noter que l’étude montre que 49% de la lecture se fait soit sur ordinateur, mobile et tablette. La même étude permet de voir le nombre de visiteurs pour les applications pour mobile et tablette pour la presse Grand Public.

Lecture sur mobile
(http://nsa38.casimages.com/img/2016/05/07/160507080843539973.png) (http://www.casimages.com/i/160507080843539973.png.html)

Lecture sur tablette
(http://nsa37.casimages.com/img/2016/05/07/160507080911758305.png) (http://www.casimages.com/i/160507080911758305.png.html)
Titre: Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français)
Posté par: Hammett le 18 août 2016 à 06:32:14
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°187

Le marché de la VOD et de la SVOD
Le Centre National du cinéma et de l’image animée a publié son rapport (http://www.cnc.fr/web/fr/publications/-/ressources/9217573) annuel 2015. L’occasion de faire une synthèse sur le marché de la VOD et SVOD.

Orange fait toujours la course en tête suivi de très prés par TF1 Vidéo. Netflix se classe déjà troisième et pourrait vite prendre la tête du classement. Le marché est très concurrentiel. Le classement de 2016 pourrait voir Netflix devant.

La méthode du CNC est la suivante : "Les données qui suivent sont issues d’un baromètre sur les pratiques des internautes en matière de vidéo à la demande mis en place par le CNC. Cette enquête est administrée en ligne par l’institut Harris Interactive auprès de 15000 individus âgés de 15 ans et plus (13 vagues successives par an).".

Bouygues, Free, Orange et SFR ne donnent pas de chiffres sur l’utilisation de ces services. Vivendi publie le nombre d’abonnés de Canalplay, Netflix ne le fait pas pour la France. Il faudrait pouvoir comparer via le chiffre d’affaire également.
 
(http://nsa37.casimages.com/img/2016/05/07/160507081308926105.png) (http://www.casimages.com/i/160507081308926105.png.html)
Titre: Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français)
Posté par: Hammett le 23 août 2016 à 06:16:55
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°188

Il y a quelques mois, le Centre National du cinéma et de l’image animée a publié son  rapport (http://www.cnc.fr/web/fr/publications/-/ressources/8953548) annuel 2015 sur la production de films en France. L’occasion de faire une synthèse sur ce que font Canal+ et OCS au regard de leurs obligations réglementaires et légales. Pour avoir une vue globale pour Orange, il faut aussi y ajouter l’activité des maisons de production comme Orange Studio.
Tout d’abord, un état sur la production de films en France. Les télévisions entrent pour 35,5% dans le budget de la production des 300 films (30,4% pour les producteurs, apports étrangers 9,8%, distributeurs 13,7%, etc…), dont 234 films d’initiatives française (FIF) pour un investissement total de 1,224 milliard.   
Pour en savoir un peu plus sur qui finance quoi, lire cet article de Rue89 (http://rue89.nouvelobs.com/2013/01/12/au-fait-comment-finance-un-film-238229) (01/2013)

Canal+
Les investissements de Canal+ représentent 178,8 millions du total soit 14,6% du total et en rajoutant  Ciné+, c’est 199 millions, soit 16,3%. Ils sont en augmentation par rapport à l’année 2014.

(http://nsa38.casimages.com/img/2016/08/23/160823062821926202.png) (http://www.casimages.com/i/160823062821926202.png.html)

OCS
Coté OCS, c’est plus modeste, c’est un total de 21 millions, soit 1,7% du total. Orange a réduit la voilure, car en 2014, le montant des investissements était 27,2 millions pour 2,9% du total. Réglementairement et au vu de son nombre d’abonnés, OCS doit pourtant investir 179 millions d'euros sur 5 ans (depuis 2015) dans les films français et européens.
Par convention, le financement d’Orange dépend du nombre d’abonnés. Jusqu’à 1,5 million abonnés, le prix est au plus bas, le deuxième palier est à 3 millions. Actuellement OCS serait à +/- 2,4 millions de clients.

(http://nsa37.casimages.com/img/2016/08/23/160823062906703013.png) (http://www.casimages.com/i/160823062906703013.png.html)
Titre: Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français)
Posté par: Hammett le 05 septembre 2016 à 06:16:51
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°189

Iliad en Italie
Iliad va devenir le quatrième opérateur mobile en Italie. Le 1er septembre, la Commission européenne a autorisé le rapprochement entre les opérateurs Wind et 3 Italia qui avait signé un accord avec Iliad pour lui céder des actifs nécessaires pour se lancer. La Commission Européenne craignait qu'un passage à trois acteurs n'accouche  "d'une diminution du choix et de la qualité de services pour les consommateurs, ainsi qu'une augmentation des prix  (...) pratiquée par tous les opérateurs".

L'opération devrait lui couter 1,5 milliard d'euros. Mais Iliad partant de zéro (pas d’internet fixe, marque inconnue et prix déjà bas), il va devoir taper fort et certainement s’allier avec un acteur du fixe afin de proposer des offres convergentes. La « recette » française ne pourra pas être appliquée.
Courant juillet, La Repubblica, Xavier Niel aurait entamé des discussions avec Enel Open Fiber afin de rentrer sur le marché du fixe et de proposer du 4P. Iliad s’est fixé un objectif de 15% de parts de marché (Boursier.com (http://www.boursier.com/actions/actualites/rumeurs/iliad-consulte-en-italie-693658.html), 27/07).

Quel est le marché mobile en Italie ? Une infographie du quotidien Les Echos (07/07) :

(http://nsa37.casimages.com/img/2016/07/07/160707091824449460.gif) (http://www.casimages.com/i/160707091824449460.gif.html)

Orange
Orange est en discussions préliminaires pour entrer au capital du plus grand opérateur iranien de téléphonie mobile, MCI. "Nous conduisons des études de faisabilité pour comprendre et évaluer ce qui est possible dans cet environnement complexe, en particulier étant donné certaines sanctions économiques qui s'appliquent à l'Iran", a indiqué un porte-parole d'Orange au Wall Street Journal.
Plusieurs autres sociétés européennes auraient aussi discuté d'une éventuelle prise de participation dans MCI. Si l'opération se concrétisait, ce serait la première fois qu'une entreprise occidentale prend une participation dans une grande société iranienne depuis la levée des sanctions liées au dossier nucléaire.

Bouygues
La semaine dernière,  lors de la présentation de ses résultats, Martin Bouygues a annoncé que Bouygues Telecom avait atteint 3 millions de clients sur le fixe. Ce qui ferait déjà un gain de 90 000 nouveaux clients et probablement un excellent trimestre pour Bouygues Telecom.
Titre: Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français)
Posté par: Hammett le 15 septembre 2016 à 06:31:11
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°190

Bouygues et l’itinérance
L’itinérance mobile est vraiment le sujet favori de Bouygues Telecom. Alors que l’ARCEP a entériné le nouvel accord d’itinérance entre Orange et Free, Bouygues Telecom a attaqué cet accord pour « entente » devant l’Autorité De La Concurrence. Bouygues a également formé deux recours devant le Conseil d'Etat à l'encontre de l'ARCEP et souhaite faire annuler les lignes directrices énoncées par l’ARCEP au printemps.

Enfin Bouygues Telecom Bouygues réclame toujours 2,3 milliards d'euros à l’Etat pour le préjudice financier subi depuis l'arrivée de Free en 2012. En novembre 2014, Bouygues a également assigné Free devant le Tribunal de Commerce pour concurrence déloyale concernant les pratiques de Free avec l’itinérance Orange. Bouygues estimait le préjudice à 411 millions d’euros.

Pour rappel,
Mi-juin, Orange (http://www.orange.com/fr/Presse-et-medias/communiques-2016/Orange-et-Free-signent-un-accord-portant-sur-la-fin-de-l-itinerance) et Free (http://www.iliad.fr/presse/2016/CP_150616.pdf) avait annoncé la signature d’un accord en vue d’une fin progressive de l’itinérance 2G/3G à partir de début 2017 pour se terminer à la fin de l’année 2020. A l’origine, l’accord d’itinérance a été signé en 2012 et devait se terminer initialement en décembre 2017.

Fin juin, L’ARCEP mettait  un terme aux longues discussions sur la fin de l’itinérance mobile : "Partage de réseaux mobiles : l'Arcep salue les modifications des contrats qui confortent le modèle de déploiement de l'industrie mobile (…) L'Arcep a reçu des avenants relatifs à deux contrats de partage de réseaux mobiles :
- le contrat d'itinérance 2G/3G conclu entre Free Mobile et Orange ;
- le contrat de mutualisation 2G/3G/4G et d'itinérance 4G conclu entre Bouygues Telecom et SFR.
L'Arcep en a conclu qu'il n'apparaissait pas nécessaire de demander aux opérateurs de modifier à nouveau leurs contrats (…) L'Arcep souligne qu'elle sera très attentive à ce que les opérateurs informent clairement leurs clients quant à l'incidence de ces contrats sur la qualité du service qui leur est fourni.
"

SFR
Selon le quotidien Les Echos (http://www.lesechos.fr/tech-medias/hightech/0211284176481-sfr-pourrait-ecoper-dune-lourde-amende-a-noel-2027039.php#xtor=CS1-33), SFR pourrait se voir infliger un très lourde amende par l’Autorité de la Concurrence. L’ADLC reproche à Patrick Drahi d’avoir pris trop tôt le contrôle effectif de SFR. Il aurait dû attendre la notification formelle de l’ADLC avant de mettre en place de nouvelles équipes. Le rapport de l’ADLC "est rempli d'anecdotes croustillantes. Des mails rendent compte d'instructions données directement par Patrick Drahi. Il y a beaucoup de preuves que Numericable a bien pris le contrôle de SFR avant l'heure ".

SFR doit répondre au rapport et la décision finale est attendue pour la fin de l’année, si SFR est condamné, l’amende pourrait atteindre jusqu’à 500 millions. Ce serait un record. Altice est vise par une enquête du même type par la Commission Européenne pour la prise de contrôle de Portugal Télécom.

La loi, c'est la loi, mais au vu du nombre de clients perdus par SFR depuis le rachat, on ne peut pas dire que cette prise de contrôle précoce a été un gros succès…
Titre: Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français)
Posté par: Paul le 16 septembre 2016 à 09:43:17
Au moins ils respectent leur engagement de ne pas licencier jusqu'en 2017 (encore heureux, ceci dit). Après, autant Drahi me sort par les trous de nez, autant l'amende me fait mal pour SFR parce que vu où ils en sont ça n'arrangera pas leur affaire.
Titre: Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français)
Posté par: Hammett le 19 septembre 2016 à 06:32:16
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°191

Orange et Canal+
Le Figaro (édition papier du 17/09) annonce que Orange dans un premier temps, Free dans un second, va lancer un mini bouquet d’une trentaine de chaines exclusives CanalSat à moins de 10€ et qu’il serait gratuit pour les clients Fibre. Autre grosse nouveauté, les abonnements seront gérés par Orange et plus par Canal+. L’objectif pour Canal est d’élargir sa palette d’offre afin de reconquérir des clients.
Orange avait annoncé cet accord fin juillet, via dans un communiqué (http://www.orange.com/fr/Presse-et-medias/communiques-2016/Orange-et-le-Groupe-Canal-annoncent-le-lancement-prochain-d-une-offre-innovante-reservee-aux-abonnes-Fibre).  Reste à connaître le détail de ces chaines et savoir si Orange va abandonner la commercialisation de ses propres bouquets.

Orange et SFR Sport
Toujours dans le même quotidien, Stéphane Richard refuse la présence de cette chaine sur le décodeur Orange. Hors de question pour lui de voir la marque au carré rouge débarqué. Pour lui, la Premier League ne serait pas le produit différenciant. Enfin le prix demandé par SFR serait trop élevé.

Iliad en Italie
Les informations concernant l’activité de Iliad en Italie commencent à filtrer. Selon l’agence Bloomberg (http://www.latribune.fr/technos-medias/niel-toilette-sa-recette-low-cost-pour-s-implanter-en-italie-599098.html). Iliad ne commercialisera ses offres qu’en ligne et se fixe un objectif de 10 à 15% du marché italien.
Le 1er septembre, la Commission européenne a autorisé le rapprochement entre les opérateurs Wind et 3 Italia qui avait signé un accord avec Iliad pour lui céder des actifs nécessaires pour se lancer. L'opération devrait lui couter 1,5 milliard d'euros.
Du coté de Telecom Italia (propriété de Vivendi) on est prêt : "Iliad ne peut pas profiter de l'effet de surprise et de notre côté, il y aura des contre-mesures adaptées et cohérentes avec notre positionnement sur le marché" a déclaré Flavio Cattaneo son pdg.

Quel est le marché mobile en Italie ? Une infographie du quotidien Les Echos (07/07) :

(http://nsa37.casimages.com/img/2016/07/07/160707091824449460.gif) (http://www.casimages.com/i/160707091824449460.gif.html)
Titre: Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français)
Posté par: Hammett le 29 septembre 2016 à 06:19:56
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°192

Zones blanches 2G
L’ARCEP vient de taper du poing sur la table en prononçant une sanction contre Orange et SFR car, au 1er janvier 2016, ils n‘ont pas respecté leurs engagements en matière de couverture mobile 2G dans une cinquantaine de centres-bourgs. L’amende est symbolique : 27.000 euros pour Orange et 380 000 euros pour SFR. 
La  dernière fois que l’ARCEP avait infligé une amende, c’était en 2011 contre Numericable et le montant avait été de 5 millions d’euros.

Roaming en Europe
Enfin une bonne nouvelle ! C’est en quasiment terminé des frais d’itinérance en Europe. C’est au 15 juin prochain que s’appliqueront les nouvelles règles : tout est ouvert, sauf que pour limiter les abus, trois critères sont prévus : 
- Vérifier que la consommation d’appels téléphoniques et de data dans le pays d’origine est « insignifiant » par rapport à la consommation en roaming ;
- Une carte SIM rarement utilisée et principalement voire exclusivement utilisée en roaming ;
- L’abonnement à de multiples offres et l’utilisation de cartes SIM différentes et de façon alternée en roaming ;

Si ces conditions sont remplies et qu’une fraude est donc avérée, les opérateurs auront le droit d’appliquer des frais de roaming de l’ordre de 0,04 € par minute en appel, de 0,01 € par SMS ou de 0,0084 € par Mo de data consommé.
Après de dernières concertations, le projet doit être définitivement adopté pour le 15 décembre.

SFR
Le groupe SFR vient d’annoncer un plan de relance et compte sur les investissements pour y arriver (Les Echos (http://www.lesechos.fr/tech-medias/hightech/0211314636163-sfr-echafaude-son-plan-de-relance-2029171.php?79lT6khK2Gt57Aew.99) (21/09). Soit "2 milliards par an sur la période 2017-2019". En 2016, les investissements totaux devraient atteindre un peu plus de 2 milliards. Ces investissements devraient aller à l'amélioration du réseau mobile, dans le très haut débit et pour se renforcer sur le marché entreprise.
Titre: Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français)
Posté par: Hammett le 30 septembre 2016 à 06:24:02
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°193

Canal+ chez Free et Orange
Free et Canal+ viennent de lancer une nouvelle offre concernant CanalSat. Au final, cette offre coutera 2€ de plus aux 3 millions clients Free potentiels (ceux ayant la dernière Freebox).
Canal+ poursuit le renouvellement de ses offres après le lancement d’une offre OTT à 20€ pour sa seule chaine C+ et en attendant la sortie d’une offre avec Orange. En Octobre sera dévoilé de nouvelles offres avec des thématiques au niveau du cinéma, du sport et de la jeunesse. Ces offres devraient être un mélange entre le bouquet Canal+ et celui de CanalSat. 
Le calcul pour Canal+ est de vendre ses offres le plus largement possible quitte à perdre du chiffre d’affaire au début. Selon BFM (http://bfmbusiness.bfmtv.com/entreprise/pourquoi-canal-plus-se-lance-dans-le-low-cost-avec-free-1041569.html) : "(Canal+) doit par exemple verser 50 millions d'euros par an à Eurosport. Ensuite, il abandonne au fournisseur d'accès toute la relation avec le client (facturation...), une prestation appelée auto-distribution. Or cette prestation justifiait que CanalSat touche une commission élevée (environ 20% du prix HT). Au final, la rentabilité généreuse de CanalSat (250 millions de profits sur 1,5 milliard d'euros de chiffre d'affaires) va assurèment en pâtir.".

BFM donne également la répartition des abonnements à Canal Plus et CanalSat (en 2015, en milliers). Cela laisse de la marge pour une meilleure pénétration chez les opérateurs.
Canal Plus
Satellite: 1.660 ; TNT: 670 ; Orange: 530; Free: 490 ; SFR: 250 ; Numericable: 220 ; Bouygues Télécom: 160. Total : 3,980
CanalSat
Satellite: 2.200 ; Orange: 390 ; Free: 320 ; TNT: 310 ; SFR: 170 ; Bouygues: 110. Total : 3,500.

Autorité De La Concurrence
Bruno Lasserre le président de l’Autorité De La Concurrence (ADLC) va quitter sa fonction et intégrer le Conseil d’Etat dès début octobre. Il était président depuis 2004 et sous sa présidence, l’ADLC a infligé pas moins de 5,8 milliards d'euros d'amende dont 534 millions d'euros d'amende en 2005 à SFR, Bouygues Telecom et Orange coupables d'entente. Dans le secteur Télécom, il avait aussi beaucoup œuvré afin de pousser à la concurrence à travers s réseaux et dans la télévision payante en limitant le poids de Canal+.
C’est Isabelle Da Silva qui devrait lui succéder. Elle a été nommée par le président de la République. Sa nomination devra être approuvée par l’Assemblée Nationale et le Senat. 
Elle aura rapidement en charge le maintien ou la levée (totale ou partielle) des obligations qui pèsent sur Canal+ suite au rachat de TPS, mais également la fin du rachat de SFR par Altice et déterminer s’il convient d’infliger une amende à SFR pour en avoir pris trop tôt les rênes.
Titre: Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français)
Posté par: Hammett le 17 octobre 2016 à 06:22:19
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°194

Orange et les contenus
Lors de rencontres Télécoms organisées par le quotidien Les Echos, Stéphane Richard est revenu sur quelques sujets d’actualité.
Il est revenu sur la convergence entre les médias et les télécoms. Alors que Stéphane Richard n’a jamais été un chaud partisan de cette convergence : "dépenser des milliards pour acheter des actifs dans les contenus, je ne pense pas que cela apporte quoi que ce soit", il a déclaré qu’il voulait quand même : "regarder à une allocation de ressources plus importante pour Orange Studio pour que l’on ait un volet de participation à la production de séries". Actuellement Orange Studio (crée en 2007) a un budget d‘une vingtaine de millions d’euros et coproduit essentiellement des films et quelques documentaires. 

D’autre part, il a annoncé que OCS avait un peu plus de 2,5 millions d’abonnés.

La convergence entre les médias et les télécoms a été relancée par SFR avec l’achat de droits et le lancement de SFR Sport et d’un pôle presse : "SFR entend devenir un irrigateur majeur de contenus en France pour ses clients, mais également pour les clients de ses concurrents". (Les Echos (http://www.lesechos.fr/tech-medias/hightech/0211314636163-sfr-echafaude-son-plan-de-relance-2029171.php?79lT6khK2Gt57Aew.99) (21/09). SFR veut se différencier par des contenus haut de gamme (presse, télévision, fictions) souvent inclus dans l'abonnement box et mobiles, pour convaincre les clients de l'opérateur de rester. En juin dernier, son PDG avait déclaré : "Si je me mets à produire des séries, Orange va se mettre à produire des séries un an après".

Orange s’y était essayée avant d’arrêter les frais au vu du manque de rentabilité dans la valorisation de sa chaine Sport. Depuis seul OCS est resté et Studio Orange a réduit la voilure. Orange Sport a fermé et Dailymotion a été vendu à Canal+. Skyrock a été vendu et Orange ne possède plus que 10% de Deezer.

SFR
Michel Combes le PDG de SFR a donné une interview à La Tribune (http://www.latribune.fr/technos-medias/telecoms/chez-sfr-si-nous-ne-bougeons-pas-nous-sommes-condamnes-combes-pdg-de-sfr-607541.html) (14/10). Il y revient sur la consolidation du secteur : " Ce que je peux vous dire, c'est que oui, on a souhaité cette consolidation. On a été leader sur deux des trois dernières tentatives. Avant même d'arriver chez SFR, j'ai toujours dit que ce retour à trois opérateurs était nécessaire. Cela dit, la troisième tentative a échoué il y a quelques mois. À ce moment là, j'ai été très clair : maintenant, on passe à autre chose. Et on se concentre sur l'exécution opérationnelle de notre projet industriel. Et pour ce faire, nous n'avons pas besoin de cette consolidation".

Pour lui  : Je pense que pour Orange, c'est la même chose. En revanche, est-ce que les autres acteurs du marché en ont un besoin plus important ? Ma réponse est oui, en raison de la taille des investissements à consentir et à réaliser à la fois dans la fibre, mais aussi dans le mobile puisque demain, il faudra bien déployer la 5G. Il est donc probable que la question d'une consolidation se posera à nouveau en France. Si tel est le cas, nous verrons bien".

Le modèle de Free, c'est de ne pas investir. Ils veulent faire dans la fibre ce qu'ils ont fait dans le mobile et l'ADSL à merveille, c'est à dire la revente du réseau d'un tiers[celui d'Orange] à des conditions avantageuses pour être commercialement agressifs. Moi, ma stratégie, c'est d'investir.
Il souhaite revenir sur l’accord passé entre l’ancienne direction de SFR avec Orange sur l’investissement dans le THD sur le partage des zones moyennement denses : "Je souhaite qu'on nous laisse la liberté d'investir au moins autant qu'Orange. Si deux acteurs veulent y déployer de la fibre, qu'on les laisse faire ! Sinon, on risque de reconstituer un monopole dans la fibre, comme on l'a eu avec le cuivre". En 2011, Orange et SFR se sont partagé 9,8 millions de logements. Orange s'est engagé à en couvrir 7,5 millions, contre 2,3 millions pour SFR.
Titre: Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français)
Posté par: Hammett le 19 octobre 2016 à 06:31:58
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°195

4G
L’AFNR a publié son observatoire (http://www.anfr.fr/fileadmin/mediatheque/documents/Observatoire/1016/2016-10-04_communique_de_presse_observatoireoctobre_V3.pdf)  2G, 3G et 4G au 1er octobre. Le cumul des supports en service en 4G augmente de 6,4% avec 24.614 sites par rapport au T1, contre une augmentation de 3% sur le trimestre précédent. Bouygues repasse leader : 9464 sites contre 7184 sites au 01/01, soit +31,7%. Orange est deuxième : 9392 sites contre 8348 sites au 1er janvier, soit +12,5%. SFR remonte et SFR (8056 sites contre 4587 sites au 01/01, soit +75,6%) et Free (6.910 sites contre 5636 sites au 01/01, soit +22,6%).
SFR (via la mutualisation avec Bouygues) rattrape son retard et a distancé Free. Bouygues (via la mutualisation avec SFR) poursuit fortement sa route et est repassé devant Orange qui « gère », trop ?

ADLC
Isabelle de Silva a passé le cap des auditions de l’Assemblée Nationale et du Sénat et est devenue la nouvelle présidente de l'Autorité de la Concurrence. Elle a indiqué qu’une réflexion était en cours afin d’élaborer une directive sur les pouvoirs des autorités de concurrence. Le but est de créer un socle commun, qui puisse amener toutes les autorités à un niveau équivalent de celui des grands pays comme la France (revue de presse de l’ARCEP du 13/10).

Convergence des médias
Mediapart (https://www.mediapart.fr/journal/economie/051016/presse-l-etat-subventionne-d-abord-les-milliardaires?utm_source=twitter&utm_medium=social&utm_campaign=Sharing&xtor=CS3-67) a publié un récapitulatif sur les aides de l’Etat à la presse. On y retrouve les patrons d’Iliad et celui d’Altice qui touchent presque 7 millions d’euros chacun. Ce qui ne les empêchent pas (comme d'autres) d’user d’optimisation fiscale sur leurs offres tv et/ou presse. Le beurre et l’argent du beurre…

(http://nsa38.casimages.com/img/2016/10/08/161008082416217333.png) (http://www.casimages.com/i/161008082416217333.png.html)
Titre: Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français)
Posté par: Hammett le 20 octobre 2016 à 06:27:36
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°196

Taxe Telecom
Combien a-t-elle rapporté entre 2009 et 2015 ? Selon les chiffres rendus publics par le gouvernement, cette taxe a permis à l’Etat de récolter 181 millions d’euros en 2009, 251 M€ en 2010, 258M€ en 2011, 180 M€ en 2012, 268M€ en 2013, 199M€ en 2014 et 201M€ en 2015 (données provisoires pour cette dernière année). Le gouvernement a en revanche indiqué qu’il ne lui était pas possible de communiquer la répartition de cette taxe par opérateur comme l’avait demandé Lionel Trady, "en raison des règles liées au secret fiscal" (Satellifax via la revue de presse de l’ARCEP du 06/10).

De son coté la Fédération française des télécoms (FFT), s’inquiète du projet d’augmentation de cette taxe annoncé pour le budget 2017. La Commission des finances a approuvé la hausse de 1,3% du chiffre d'affaires des opérateurs à 1,4%. Cela devrait couter de 350 à 360 millions d'euros des ventes des opérateurs, contre 320 millions en 2016, selon la FFT. Cette taxe a été portée de 0,9% à 1,2% en 2015, puis à 1,3% en 2016, soit une collecte totale de 1,8 milliard d'euros depuis son instauration en 2009 (Le Figaro (http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2016/10/14/97002-20161014FILWWW00151-les-operateurs-s-inquietent-d-une-hausse-de-la-taxe-telecoms.php) 14/10).

4G en Egypte
Orange va passer à la 4G en Egypte, devenant le second opérateur du pays, après le groupe public Telecom Egypt, à proposer du très haut débit mobile. Le groupe français va devoir signer un chèque d'un peu plus de 495 millions de dollars pour obtenir le sésame, soit environ 450 millions d'euros. La moitié du prix sera honoré en dollars américains et l'autre en livres égyptiennes. Orange, Vodafone et Etisalat avaient refusé il y a quelques semaines les modalités proposées par les autorités égyptiennes, les jugeant trop restrictives. Depuis, les lignes ont suffisamment bougé pour que le groupe français se lance. Ses deux rivaux n'ont pas encore sauté le pas mais n'ont que jusqu'au 23 octobre pour se décider.
Fin 2015, l'opérateur comptait 33,4 millions de clients dans ce pays dont la population est évaluée à plus de 94 millions de personnes (Boursier.com (http://www.boursier.com/actions/actualites/news/orange-s-offre-finalement-la-4g-en-egypte-702709.html?rss#), 14/10).

4G en Outre-Mer
L’ARCEP vient d’annoncer les lauréats des fréquences 4G en Outre-Mer. Free fait son entrée sur l’ensemble de ces territoires :  " La procédure a conduit l'Arcep à sélectionner un nouvel opérateur entrant sur plusieurs territoires :
- Free Mobile en Martinique, en Guadeloupe, en Guyane et à Saint Barthélemy et Saint Martin ;
- ZEOP Mobile (Groupe Océinde) à La Réunion
".

(http://nsa37.casimages.com/img/2016/10/14/161014125403427084.png) (http://www.casimages.com/i/161014125403427084.png.html)

"L'Arcep ouvre aujourd'hui la dernière phase de la procédure, qui consiste en un échange avec les opérateurs dans le but de positionner précisèment les fréquences de chacun dans les bandes. Elle durera quelques semaines. L'Arcep attribuera ensuite les fréquences aux opérateurs en vue de permettre une ouverture commerciale de la 4G au 1er décembre 2016".
Titre: Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français)
Posté par: Philoutix le 25 octobre 2016 à 10:00:12
https://www.youtube.com/watch?v=DLSS1VnLpUI (https://www.youtube.com/watch?v=DLSS1VnLpUI)
Titre: Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français)
Posté par: Hammett le 31 octobre 2016 à 07:55:25
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°197

Orange
Lors de la présentation de ses résultats, Orange est revenu sur quelques points d’actualité. (Reuters (http://fr.reuters.com/article/frEuroRpt/idFRL8N1CV2YJ), 25/10).

D’abord sur la consolidation, Orange : "estime que les conditions ne sont pas réunies à l'heure actuelle pour relancer une consolidation du marché français des télécoms même s'il existe un consensus parmi ses acteurs en faveur d'une réduction du nombre d'opérateurs (…) Qu'à sa connaissance, il n'y a pas de discussion en cours en vue d'une consolidation (…) Que les acteurs français des télécoms se parlent aujourd'hui davantage qu'au début de l'année car "ils ont appris à se connaître".

Et sur l’itinérance avec Free : "Orange juge correct le consensus du marché estimant à 150 millions d'euros la baisse en 2016 des revenus en provenance du contrat d'itinérance conclu avec Free (Iliad ) dans le mobile".

SFR
Sauvons les clients de SFR, noyés sous un déluge de problèmes  techniques ou tarifaires. Selon l'Afutt, sur les 8 premiers mois de l'année, les plaintes d'abonnés ont augmenté de 72% pour la téléphonie mobile et de 165%  pour les abonnements internet. Suite à tous ces dysfonctionnements, la répression des fraudes aurait décidé de placer l'opérateur « sous haute surveillance », tandis que Bercy convoquerait régulièrement l'opérateur. Enquête sur les raisons d'une chute et les moyens pour les consommateurs de ne pas se laisser entraîner (Revue de presse de l’ARCEP du 25/10 via 60 millions de conso).

Orange
La Cour de justice de l'Union européenne (CJUE) a débouté France Télécom qui contestait un jugement du Tribunal de l'UE du 26 février 2015. La Cour s'aligne sur la décision du Tribunal qui a jugé que "l'avantage économique conféré (...) était sélectif dans la mesure où la loi de 1996 ne concernait qu'une seule entreprise".
La CJUE estime aussi que le Tribunal a entériné, "à bon droit l'appréciation de la Commission selon laquelle l'avantage économique constaté par cette dernière était susceptible de fausser la concurrence" (LE Figaro (http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2016/10/26/97002-20161026FILWWW00110-france-telecom-deboute-par-la-justice-europeenne.php), 26/10)

En 1996 lors de sa transformation en Société Anonyme, Orange avait aligné partiellement ses cotisations retraite sur celle du secteur privé et versé une soulte à l’Etat de 5,7 milliards. Orange ayant transféré à l’Etat le paiement des retraites de ses fonctionnaires. 
En 2008, suite à une plainte de Bouygues Telecom, la Commission Européenne a ouvert une enquête pour savoir si la prise en charge de la retraite des fonctionnaires était conforme au droit communautaire et que cela ne constituait pas une aide d’Etat.
A l’issue de cette enquête la Commission Européenne avait donné raison à l’Etat et à Orange. Toutefois, la Commission avait  imposé à Orange un système de retraite identique à celui de ses concurrents, c’est à dire qu’Orange devait assumer pour les fonctionnaires les mêmes charges sociales (perte d’emploi et chômage) que la concurrence.
En 2012, la loi a changé et depuis Orange est soumis aux mêmes charges que la concurrence. Par ailleurs, Orange et l’Etat contestent l’alignement des cotisations sur la concurrence.
En février 2015, Le TUE (Tribunal de l’Union Européenne)  a confirmé la décision de la Commission.
En mai 2015, Orange a fait appel devant la CJUE (Cour de Justice de l’Union Européenne). Le surcoût est estimé par Orange à 900 millions qui indique avoir provisionné cette somme.

Free en Italie
Iliad n’a pas encore un pied en Italie, qu’une «surprise » pourrait se présenter : "Free pourrait reconsidérer son offre s’il doit débourser jusqu’à 300 millions d’euros pour les licences, comme semble le prévoir le projet de budget italien (Contexte)" (Revue de Presse ARCEP du 26/10).
Titre: Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français)
Posté par: Hammett le 04 novembre 2016 à 13:41:08
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°198

Convergence des médias et des télécoms
P.Drahi a lancé le mouvement en France, mais cela pourrait être petit bras. ATT l’operateur télécom us a racheté pour 86 milliards de dollars le groupe Time Warner qui possède notamment les réseaux câblés TBS, TNT et CNN, la très convoitée chaîne premium HBO et le studio de cinéma Warner Bros. AT&T, valorisé autour de 238 milliards de dollars, s'est déjà renforcé dans les médias l'an dernier en rachetant l'opérateur de télévision par satellite DirecTV pour 48,5 milliards de dollars. Au cours actuel, Time Warner est valorisé près de 65 milliards de dollars (59,8 milliards d'euros) (Les Echos (http://www.lesechos.fr/tech-medias/medias/0211420146712-time-warner-bondit-en-bourse-sur-des-rumeurs-de-rachat-par-att-2037014.php?iWBsKGADcZAvVKBl.99), 21/10). Le nouvel ensemble va se retrouver avec une dette de 150 milliards de dollars pour un chiffre d’affaire annuel de 175 milliards de dollars.
Le FCC (le régulateur américain des télécoms) doit maintenant donner son vis. 

Altice
Un article de La Tribune (http://www.latribune.fr/technos-medias/les-douze-travaux-d-altice-pour-reechelonner-sa-dette-608456.html) (17/10) a fait le point sur la politique de rééchelonnement de la dette du groupe Altice. Dette qui atteint le niveau de près de 50 milliards.
Altice profite des taux d'intérêt bas, le groupe multiplie les opérations de refinancement. L'objectif est double repousser les échéances de remboursement tout en diminuant, au passage, les frais financiers.

Après une opération mi-octobre, dans un communiqué (http://altice.net/wp-content/uploads/2016/10/161017-alt-pr-sfr-credit-pool.pdf), Altice précise que l'opération va porter la maturité moyenne de la dette de l'opérateur de 7,3 à 7,6 ans, en réduisant son coût moyen pondéré de 5,3 à 5,2%.
Altice sera confronté à de grosses échéances à compter de 2022. A cette date, il devra rembourser environ 9 milliards d'euros. Et l'année suivante, il devra sortir quelques 7 milliards d'euros. L’objectif va être de rééchelonner cette partie de la dette. 

Parallèlement, un an et demi après son entrée aux Etats-Unis, Patrick Drahi songe sérieusement à coter ses activités américaines. Altice USA, est valorisé de 25 à 30 milliards de dollars, pourrait être introduit en bourse début 2017, affirme Reuters. Cela lui permettrait de financer sa croissance.
Titre: Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français)
Posté par: Hammett le 09 novembre 2016 à 06:16:30
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°199

Iliad en Italie
Selon l’agence Reuters, Free aurait eu des contacts préliminaires avec Enel en vue d’utiliser le le réseau optique que l'énergéticien transalpin prévoit de déployer. Le patron d'Enel a précisé que des contacts avaient eu lieu mais qu'il ne fallait pas encore parler de discussions réelles (Boursier.com (http://www.boursier.com/actions/actualites/news/iliad-pourrait-s-appuyer-sur-enel-en-italie-705338.html), 04/11).
Courant juillet, le quotidien La Repubblica, Xavait indiqué que Xavier Niel avait entamé des discussions avec Enel Open Fiber afin de rentrer sur le marché du fixe et de proposer du 4P. Iliad s’est fixé un objectif de 15% de parts de marché (Boursier.com (http://www.boursier.com/actions/actualites/rumeurs/iliad-consulte-en-italie-693658.html), 27/07).

Fusion 3 Italia/Wind
La fusion est effective depuis lundi et elle permettra de "réaliser des synergies en termes de coûts et d'investissements pour un montant annuel de 700 millions d'euros" et Le nouveau groupe comptera plus de 31 millions de clients dans le mobile et 2,7 millions dans le fixe, et se positionnera sur le marché comme "un opérateur intégré", en collaboration avec Enel Open Fiber, la filiale du géant de l'énergie Enel dans la fibre optique (Le Figaro (http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2016/11/07/97002-20161107FILWWW00124-telecoms-naissance-de-la-co-entreprise-entre-wind-et-3-italia.php), 07/11).

Iliad
Iliad publiera ses résultats du troisième trimestre le 16 novembre (avant bourse).

SFR
SFR devra payer une amende modique de 80 millions d’euros. C’est l’Autorité (http://www.autoritedelaconcurrence.fr/user/standard.php?id_rub=629&id_article=2895&lang=fr–) De La Concurrence qui le punit pour n’avoir pas attendu la notification formelle de prise de contrôle de SFR. L’amende pouvait atteindre 500 millions. Le coût de l’opération du rachat de SFR de 17 milliards.  Mais comme Altice a reconnu tous les faits, cela a contribué à alléger l'addition.
Titre: Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français)
Posté par: Hammett le 15 novembre 2016 à 06:21:38
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°200
Histoire de "célébrer" le n°200 de cette rubrique, retour sur une brève publiée lors du premier numéro, le 11/04/2011, sur une brève du numéro 50, publiée le 11 juillet 2013 et sur une brève du numéro 150 publiée le 8 décembre 2015. Le numéro 100 a été publié le 11 décembre 2014.

Free – N°1, le 11 avril 2011
Maxime Lombardini (Les Echos (http://www.lesechos.fr/journal20110310/lec2_high_tech_et_medias/0201208730221-avec-free-mobile-et-sa-box-revolution-iliad-veut-doubler-de-taille-d-ici-a-2015.htm), 03/2011)., le directeur général du groupe, est serein : "Nous avons atteint un point bas de 15 % des recrutements nets dans l'ADSL au quatrième trimestre. Ce n'est pas déshonorant, d'autant que le lancement de la Freebox nous rend optimistes quant au retour vers notre part de marché historique de 24-25 %".

Au 30 juin 2016, Free est à 23% de parts de marché sur le fixe. A son maximum, Iliad a atteint 25,5% fin 2008. Une éternité. Il reste donc du taf...

Vivendi – N°50, le 11 juillet 2013
Vivendi est toujours dans la réflexion quant à l'avenir du groupe. Dernièrement, une réunion a juste confirmé que le conglomérat se séparerait d'une manière ou d'une autre du pôle télécom. Dans ce cadre, SFR prendrait petit à petit son autonomie pour aller jusqu'à une introduction en bourse en 2014. Reste à Vivendi à vendre sa filiale marocaine (Maroc Télécom) et sa filiale brésilienne (GVT).
Ne resterait chez Vivendi que le pôle "loisirs" : la télé avec Canal+, les jeux avec Activision et la musique avec Universal.

36 mois plus tard, Vivendi a vendu ce qui devait l’être et lorgne du côté de l’Italie en ayant pris la majorité du capital de Telecom Italia et dans l’attente d’une prise de participation dans le groupe Médiaset. Par contre, en France, Canal+ se porte pas très bien, mais Vivendi a 2,5 milliards d'euros de cash...
 
Rachat de Bouygues Telecom par Orange - N°1 ? N°150, le 8 décembre 2015
Le rachat de Bouygues par Orange signifierait une part de marché de 50,1% sur le fixe (42% sur le THD) et 55,1% dans le mobile et 60,3% du CA du secteur (avec Free et SFR). Impossible à faire passer auprès des autorités de régulation. Il faudrait un gros délestage pour rendre la copie acceptable. Tout est toujours possible, mais, là, cela semble très compliqué. Sauf à imaginer un très gros deal avec un tiers.

Finalement, le rachat ne s’est pas effectué, mais pourrait être relancé après les élections présidentielles.

Vivement le numéro 300 !
Titre: Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français)
Posté par: Hammett le 23 novembre 2016 à 06:34:12
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°201

Plan Très haut débit
La Commission autorise le «Plan Très Haut Débit» français. La Commission européenne a conclu que le plan national français pour le haut débit était compatible avec les règles de l'UE en matière d'aides d'État. Ce plan prévoit des investissements à hauteur de 13 milliards d'euros. Il vise à amener le très haut débit partout en France sans fausser indûment la concurrence (Revue de presse ARCEP le 07/11).

OCS
Orange a sauté le pas…Et va proposer OCS (http://www.orange.com/fr/Press-Room/communiques-2016/OCS-se-lance-des-aujourd-hui-en-distribution-directe-sur-internet-OTT) (communiqué de presse) en version OTT. Avec cette version, Orange compte toucher de nouveaux publics et fait le pari que ce sera complèmentaire par rapport à une distribution via sa boxe.
Selon Les Echos (http://www.lesechos.fr/tech-medias/medias/0211481305860-ocs-les-chaines-cinema-dorange-desormais-en-acces-direct-sur-le-net-2041754.php?PHrE6up3SbxMQhgL.99) (09/11), 4 millions de Français n'ont pas de téléviseur et consomment les programmes sur ordinateur, mobile ou tablette. OCS compte actuellement 2,5 millions d’abonnés.
Orange va lancer deux offres : une à 9,99€/mois sur mobile, tablette et ordinateur (promotion de lancement à 7,99€/mois pendant 6 mois) et une à 11,99€/mois qui permet également de profiter d’OCS sur la TV avec Chromecast (et prochainement Xbox One, Android TV et Apple TV).

Iliad en Italie
Selon Bloomberg (http://www.boursier.com/actions/actualites/news/telecom-italia-songerait-a-une-marque-low-cost-pour-contrer-iliad-en-italie-706429.html?fil5), Telecom Italia devrait lancer une offre low-cost dès le premier trimestre 2017. Iliad doit se lancer à l’été 2017.
Titre: Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français)
Posté par: Hammett le 25 novembre 2016 à 06:24:46
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°202

Itinérance
Bouygues Telecom a retiré, fin octobre, sa plainte contre Free et Orange avec demande de mesures conservatoires, déposée en juin auprès de l'Autorité de la concurrence. Le dossier devrait être instruit malgré tout, mais sur le fond, et devrait donc traîner en longueur. Bouygues Telecom accusait Free et Orange d'entente après la signature d'une prolongation du contrat d'itinérance qui les lie de 2018 à 2020. (Les Echos (http://www.lesechos.fr/tech-medias/hightech/0211500942127-itinerance-bouygues-retire-sa-plainte-2043501.php#xtor=CS1-3046), 17/11)

Il reste d’autres plaintes dans la besace de Bouygues :

En novembre 2014, Bouygues a assigné Free devant le Tribunal de Commerce pour concurrence déloyale concernant les pratiques de Free avec l’itinérance Orange. Bouygues estimait le préjudice à 411 millions d’euros. Le procès est en cours, mais depuis l’ARCEP a publié un carnet de route pour mettre fin à l’utilisation du réseau d’Orange par Free.

Bouygues Telecom a demandé  – via un courrier en décembre 2015 au Premier Ministre - un dédommagement de 2,285 milliards d’euros à l’Etat pour absence d’encadrement d’itinérance. Il n’est pas certain que Bouygues obtienne une réponse…

SFR
Alors que SFR s’est vu infliger une amende modique de 80 millions d’euros par l’Autorité (http://www.autoritedelaconcurrence.fr/user/standard.php?id_rub=629&id_article=2895&lang=fr–) De La Concurrence, qui le punit pour n’avoir pas attendu la notification formelle de prise de contrôle de SFR, Bouygues, Free et Orange pourraient eux attaquer SFR, car ils estiment que cela aurait perturbé le marché (La Tribune (http://www.latribune.fr/technos-medias/orange-free-et-bouygues-telecom-vont-attaquer-sfr-en-justice-617986.html), 18/11). L’amende pourrait donc être plus lourde, il va juste démontrer comment en perdant des millions de clients, SFR a-t-il pu perturber le marché ?
A l’origine, l’amende pouvait atteindre jusqu’à 500 millions. Le coût de l’opération du rachat de SFR de 17 milliards.  Mais comme Altice a reconnu tous les faits, cela a contribué à alléger l'addition.
Titre: Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français)
Posté par: Hammett le 12 décembre 2016 à 06:20:47
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°204

SFR et les contenus
SFR poursuit son développement dans les contenus. Après le sport et les news, il devrait lancer lors du premier semestre 2017 une offre de documentaires, de séries et de cinéma (Le Figaro (http://www.lefigaro.fr/medias/2016/12/07/20004-20161207ARTFIG00261-sfr-souffle-discovery-et-nbcuniversal-a-canal.php), 07/12).
Pour les documentaires et les séries, il vient d’acheter en exclusivité la distribution des chaines Discovery (Discovery Channel , Discovery Science, Discovery Investigation et Discovery Family) et de NBC Universal (13ème Rue, SyFy et E ! Entertainment). De quoi créer une chaine SFR+ qui serait alimenté également par les séries produite par la chaine Hot (filiale du groupe) et le catalogue de NBC.

Michel Combes – Directeur Général d’Altice – a donné une interview au quotidien Le Figaro (édition papier du 08/12) et ou il donne la vision du groupe dans les médias : "Nous pensons qu’à terme les gagnants dans le monde des médias ne seront plus les éditeurs mais les grands distributeurs. Ce seront soit des acteurs venant d’Internet comme Netflix, Google ou Facebook, soit des acteurs venant des télécoms ou du cable, comme ATT, qui va racheter Time Warner, ou Comcast qui a acquis NBC (…) C’est pourquoi Altice et SFR ont l’ambition de devenir l’un des grands distributeurs de contenus en Europe et dans le monde sur nos marchés".

Entre l’achat de droits et la création de chaines, le groupe Altice aurait dépensé 3 milliards dans l’acquisition de contenus en 2016. L’ambition est de venir marcher sur les plates-bandes de Canal+. L’embauche de Bertrand Meheut – l’ex boss de Canal+ - en est clairement le signe. Canal+ continue donc se faire piller, mais au prix fort. L’exclusivité de Discovery lui couterait 30 millions d’euros par an. Reste que pour rivaliser avec Canal+, il va lui falloir vraiment une offre avec des contenus premium.

Orange et Canal+
Orange s’engage également dans la voie des contenus mais en investissant sur l’existant. Selon un porte-parole de Vivendi  (Le Figaro (http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2016/12/10/97002-20161210FILWWW00104-vivendi-pas-au-menu-de-potentielles-discussions-orange-canal.php), 10/12) : "Si discussions il y a, c'est entre Orange et Canal+". Un accord capitalistique plus global entre Vivendi et Orange n’est donc pas (encore ?) à l’ordre du jour. Selon deux sources au fait du dossier, les échanges entre Orange et Canal+ portent à ce stade sur une possible prise de participation d'Orange dans le groupe de télévision mais aucun schéma n'a pour l'instant été arrêté.

Orange va-t-il récupérer 1,9 milliard du Fisc ?
Orange a obtenu du Conseil d'Etat le renvoi devant la cour d'appel de Versailles d'un litige fiscal de 1,9 milliard d'euros qui l'oppose à l'Etat français (Le Figaro (http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2016/12/07/97002-20161207FILWWW00023-orange-remporte-une-manche-dans-un-litige-fiscal-avec-l-etat.php), 07/12). Orange conteste une décision du Fisc de 2008 concernant la non prise d’importantes moins-values fiscales. Le Fisc a imposé un redressement à Orange de 1,9 milliard. La Cour d’appel de Versailles lui avait donné tort en février dernier et le Conseil d’Etat vient de donner raison à Orange (Bfm (http://bfmbusiness.bfmtv.com/entreprise/redressement-fiscal-a-19-milliards-orange-gagne-le-proces-contre-bercy-1067452.html), 06/12).

En 2013, Orange avait versé les 1,9 milliard d'euros dû au fisc. Son PDG, Stéphane Richard avait alors fait la grimace: "Ces 2 milliards d'euros, c'est 0,1 point de déficit public [en moins] que j'ai apporté en gants blancs sur un plateau d'argent au gouvernement".

Orange reste prudent et l’argent n’est toujours pas dans la popoche : "être satisfait de cette décision du Conseil d’Etat. L’affaire est maintenant renvoyée devant la Cour administrative d’appel de Versailles, et donc le contentieux n’est pas terminé".
Titre: Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français)
Posté par: Hammett le 14 décembre 2016 à 06:35:33
--
Titre: Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français)
Posté par: Hammett le 16 décembre 2016 à 07:54:07
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°205

SFR
Altice poursuit son rachat d’actions de SFR (Le Figaro (http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2016/12/13/97002-20161213FILWWW00212-altice-a-84-du-capital-de-sfr.php), 13/12) et vient de monter à 84% du capital et 90% des droits de vote. Cet automne, Altice avait tenté de racheter le solde du capital de SFR, mais cela avait été refusé par l’Autorité des Marchés Financiers (AMF). Altice avait ensuite racheté hors marché 5,21% supplèmentaires de SFR, ce qui lui assurait 82,94% du capital et 82,93% des droits de vote de la société.
Lorsqu’il restera mois de 5% des titres de SFR sur le marché, Altice pourra radier SFR de la côte et ne plus verser de dividendes aux actionnaires, mais simplement de faire remonter du cash de SFR vers la maison mère. Altice n’en est plus très loin…

Secteur Télécoms
A l’occasion de la présentation de son rapport annuel, la FFT (Fédération Française des Télécom) est revenu sur la situation du secteur (Les Echos (http://www.lesechos.fr/tech-medias/hightech/0211591576499-les-operateurs-telecoms-denoncent-les-risques-fiscaux-et-reglementaires-2050209.php#2AqORF7GVO40Outf.99), 13/12).
Cette étude rappelle que les investissements des opérateurs se maintiennent à des niveaux très élevés depuis dix ans, et qu'un record a même été atteint en 2015, à 8 milliards d'euros. En 2016, le montant devrait encore tourner autour des 7 milliards, sans compter les achats de fréquences.
A titre de comparaison, cela correspond à la construction de cinq centrales nucléaires, une commande de 18 Airbus A380 ou encore l'achat de 235 rames de TGV. L'investissement représente en moyenne 20 % du chiffre d'affaires.

Et donc, tout à fait classiquement, la FFT souhaite une stabilité du cadre réglementaire et fiscal et malgré les engagements du président de la République, pris en juin lors d'une visite chez Orange, les opérateurs estiment que le compte n'y est pas. La fiscalité spécifique au secteur devrait augmenter de 100 millions d'euros cette année pour s'élever à environ 1,3 milliard.

Sur la période 2010-2015, le secteur a perdu 13% de ses emplois (sans prise en compte du plan de 5000 départs de SFR). Sur la même période, le revenu a reculé de 5%, passant de 41,2 à 39,1 milliards d'euros. Pour la FFT, pour assurer la survie d'un opérateur, il faut une marge d'Ebitda supérieure à 20% (Bouygues est limite). Parallèlement, la FFT plaide pour une régulation plus forte au niveau européen, afin de de tendre vers l’équité fiscale.

Bref, le cocktail : hausse des investissements et baisse du chiffre d’affaire dans un monde ou les règles ne sont pas les même pour l’ensemble des opérateurs = consolidation du secteur.
Titre: Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français)
Posté par: Hammett le 20 décembre 2016 à 06:31:42
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°206

Téléphonie mobile au Royaume-Uni
Sky – l’opérateur de télévision payante - va se lancer dans la téléphonie mobile au Royaume-Uni. Mais ne va pas casser les prix. Sky vise 3 millions de clients en 2020. Sky louera le réseau de l'opérateur O2 et commercialisera ses offres en ligne. C’est un nouveau relais de croissance pour Sky, qui est déjà devenu deuxième acteur sur le marché du fixe. Les clients de la télévision payante s’offriront-ils un forfait mobile ? (Les Echos (http://www.lesechos.fr/tech-medias/hightech/0211548040150-sky-se-lance-dans-le-telephone-mobile-au-royaume-uni-2046932.php#y7FVow2qKiu1hAY2.99),30/11).

(http://nsa37.casimages.com/img/2016/12/03/161203094553259536.png) (http://www.casimages.com/i/161203094553259536.png.html)

Arcep : à votre bon cœur !
L’Arcep abdique et renonce à faire ses propres mesures dans l’internet fixe et il soumet à consultation un projet de refonte de ses indicateurs. Dans un communiqué (http://www.arcep.fr/index.php?id=8571) (28/11) l'ARCEP indique vouloir : "faire appel aux nouveaux outils numériques afin de permettre à chaque utilisateur d'évaluer de manière fiable, objective et reproductible les performances de son accès individuel. Les outils de production collaborative ou crowdsourcing permettront également à l'ARCEP de disposer d'informations collectives riches permettant d'identifier d'éventuels dysfonctionnements du marché". Quand même terrible de ne pas avoir les moyens de remplir ses missions...

4G outre-mer
L'ARCEP a adopté les décisions d'autorisations d'utilisation de fréquences pour la 4G en Martinique et en Guadeloupe à Digicel, Free Mobile, Orange Caraïbe et Outremer Telecom. Orange ouvre la 4G et la 4G+ à tous ses clients de la zone Antilles-Guyane tout de suite, Digicel dans quelques mois, SFR Caraïbe le 1er décembre, Free Mobile avait annoncé dès le mois d'octobre 2016, un investissement de 100 millions d'euros afin de s'installer sur le réseau outre-mer et un déploiement du réseau 4G lancé sans délai dès le début de l'autorisation de l'ARCEP (Revue de presse de l’ARCEP du 29/11).
Titre: Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français)
Posté par: Hammett le 26 décembre 2016 à 10:38:56
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°207

SFR France
L’Autorité De La Concurrence vient de publier son avis sur la condamnation d’Altice à payer 80 millions d’euros pour n’avoir pas attendu la notification formelle de prise de contrôle de SFR en 2014. L’amende pouvait atteindre 500 millions. Le coût de l’opération du rachat de SFR de 17 milliards. Mais comme Altice a reconnu tous les faits, cela a contribué à alléger l'addition.
A partir de là, Bouygues, Free et Orange pourraient attaquer SFR et demander des dédommagements, si ils estiment que cette prise de contrôle précoce a perturbé le marché. C’est une possibilité qu’envisageait (La Tribune (http://www.latribune.fr/technos-medias/orange-free-et-bouygues-telecom-vont-attaquer-sfr-en-justice-617986.html), 18/11). Il va juste falloir démontrer comment en perdant des millions de clients, SFR a-t-il pu perturber le marché ?
En cas de consolidation du marché, nul doute, que tout cela serait considéré comme des pécadilles et autres billevesées.

SFR Belgique
P.drahi a fini par vendre SFR Belgique et SFR Luxembourg qui étaient en vente depuis quelques mois. Altice les avait acheté pour 82 millions d’euros en 2003 et en espérait 500 millions, c’est finalement au prix de 400 millions que Telenet a enlevé le morceau selon un communiqué (http://altice.net/wp-content/uploads/2016/12/Alt-PR-agreemet-sell-belgium-luxembourg-161222.pdf) d’Altice. SFR Belgique n’a qu’une part de marché de 1,5% et compte 110.000 clients. En 2015, Telenet (propriété de Liberty Global) avait acheté Base le troisième opérateur du pays.
Comme d’habitude cela reste conditionné à l’approbation des autorités de régulation.

Orange
Orange refinance auprès de 24 banques une ligne de crédit de 6 milliards d’euros. Cette ligne de crédit jamais utilisée était utilisable jusqu’en janvier 2018 est reportée en décembre 2021avec un taux annuel de crédit de 0,25% au lieu de 0,50%. Un rapport avec les bruits de rachat de Ca,nal+ ou pure opportunité de marché ? Le Figaro (http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2016/12/21/97002-20161221FILWWW00258-orange-a-renegocie-un-credit-de-6-milliards-d-euros.php) (22/12).
Titre: Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français)
Posté par: Hammett le 05 janvier 2017 à 06:22:03
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°208

France : début de la fin de l’itinérance
L’accord d’itinérance entre Orange et Free est entré en vigueur depuis début janvier. Il prévoit un débit maximum de 1 Mbit/s pour les clients de Free passant par le réseau Orange.

Cet accord avait été annoncé par Orange (http://www.orange.com/fr/Presse-et-medias/communiques-2016/Orange-et-Free-signent-un-accord-portant-sur-la-fin-de-l-itinerance) et par Free (http://www.iliad.fr/presse/2016/CP_150616.pdf) mi-juin 2016 et portait sur la fin progressive de l’itinérance 2G/3G à partir de début 2017 pour se terminer à la fin de l’année 2020. A l’origine, l’accord d’itinérance a été signé en 2012 et devait se terminer initialement en décembre 2017. Fin juin 2016, l’accord avait été validé par l’ARCEP.

Ce bridage est valable pour 2017 et 2018. Pour 2019, il passe à 768kbit/s et à 384kbit/s en 2020. Même si il n’a pas le couteau sous la gorge, Free va devoir continuer à investir massivement afin de garder ses clients. Pour Orange, la perte de revenus va s’accélérer. La perte est prévue à 150 millions pour l’année 2016.

Coté judiciaire, Bouygues Telecom a retiré, fin octobre, sa plainte contre Free et Orange avec demande de mesures conservatoires, déposée en juin auprès de l'Autorité de la concurrence. Le dossier devrait être instruit malgré tout, mais sur le fond, et devrait donc traîner en longueur. Bouygues Telecom accusait Free et Orange d'entente après la signature d'une prolongation du contrat d'itinérance qui les lie de 2018 à 2020. (Les Echos (http://www.lesechos.fr/tech-medias/hightech/0211500942127-itinerance-bouygues-retire-sa-plainte-2043501.php#xtor=CS1-3046), 11/2016).

Toutefois, ce contrat d’itinérance est toujours attaqué par Bouygues : en novembre 2014, Bouygues a assigné Free devant le Tribunal de Commerce pour concurrence déloyale concernant les pratiques de Free avec l’itinérance Orange. Bouygues estimait le préjudice à 411 millions d’euros. Le procès est en cours, mais depuis l’ARCEP a publié un carnet de route pour mettre fin à l’utilisation du réseau d’Orange par Free.
Bouygues Telecom a demandé  – via un courrier en décembre 2015 au Premier Ministre - un dédommagement de 2,285 milliards d’euros à l’Etat pour absence d’encadrement d’itinérance. Il n’est pas certain que Bouygues obtienne une réponse…

Europe : fin des frais d’itinérance
Pour supprimer les frais d'itinérance en Europe, la Commission proposait d'abord une limite fixe de 90 jours par an, qui a convenu à peu d'acteurs. Depuis trois mois, cela négociait et si les frais d'itinérance seront bien supprimés pour les clients, les opérateurs continueront de se facturer la navigation de leurs clients sur le réseau d'un autre. Les opérateurs pourront contrôler les abus et parfois plafonner le volume des données. Il reste à définir précisèment la notion d’abus. Mais cela consistera à mettre un utilisateur sous surveillance pendant 14 jours afin de connaitre le lien entre un utilisateur et son pays de résidence.

Avec les mouvements de touristes, les opérateurs du nord de l’Europe étant avantagés par rapport à ceux du sud,  Il reste à régler précisèment le règlement des prix de gros que se facturent les opérateurs lorsque un mobile est utilisé à l'étranger.

Le texte a été adopté de façon définitive le 14/12 et la fin de l’itinérance est fixée pour le 15 juin 2017. Selon le quotidien Les Echos (édition papier du 04/01), chez Orange, ce sont 150 millions d’euros d’Ebitda qui pourraient faire défaut cette année par rapport à 2016 (soit 1,2 % de l’Ebitda 2015).
Titre: Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français)
Posté par: Hammett le 13 janvier 2017 à 06:28:53
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°209

Orange Maroc
Orange poursuit le déploiement de sa marque. 2016 aura vu ses filiales en Egypte, en Belgique et au Maroc passer sous la marque Orange. Lors du déplacement au Maroc, Stéphane Richard a déclaré : « Pour nous, la marque, c'est un actif essentiel. Dans le monde digital, caractérisé par une grande profusion d'acteurs, il est important d'avoir des points de repère. Il n'y a qu'un seul Google, qu'un seul Orange».

En Afrique et au Proche-Orient, où Orange fait 15% de son chiffre d'affaires (soit un peu plus de 4 milliards) et totalise 110 millions d'abonnés, le Maroc est, après l'Egypte, le deuxième pays de l'opérateur, avec 14 millions de clients. Le revenu par abonné y est bien moins élevé qu'en France : 4 à 5 euros par abonné, contre 27 euros dans l'hexagone. Au Maroc, Orange ne détient que 49% du capital.

Il reste à Orange à « rebrander » ses dernières acquisitions en république démocratique du Congo, au Libéria, au Burkina Faso et en Sierra Leone (Les Echos (http://www.lesechos.fr/tech-medias/hightech/0211576294147-orange-deploie-sa-marque-au-maroc-2049090.php#qjOD0EBxJPx9sEVM.99), 08/12).

Free
Alors que SFR fait le forcing sur les contenus et que Orange regarde vers à Canal+, Free pourrait y rentrer par la bande. Xavier Niel via son Spac (Special Purpose Acquisition Company, compagnie fondé avec Matthieu Pigasse, et Pierre-Antoine Capton) serait intéressé par l’acquisition de AB Groupe dont le prix de vente pourrait atteindre entre 350 et 400 millions d’euros, mais le fond détenu par le trio peut mobiliser jusqu’à 1,5 milliard. AB Group dont le principal actionnaire approche des 70 ans pourrait s’en séparer et serait à la recherche d’un acquéreur. 
AB Group édite des bouquets payants avec les chaines comme AB Moteurs ou Sciences et vie TV et possède un bon catalogue de séries (Les Echos[/u] (http://www.lesechos.fr/tech-medias/medias/0211659664732-ab-groupe-le-producteur-dhelene-et-les-garcons-pourrait-changer-de-mains-2054549.php#L2Vjjs2sipQDovK6.99), 05/01).
A suivre…
Titre: Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français)
Posté par: K-L le 13 janvier 2017 à 10:01:17
Les chaînes AB.... :-D Free peut en prendre l'exclusivité, ça me fera pas boîter :)
Titre: Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français)
Posté par: Hammett le 25 janvier 2017 à 08:58:01
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°210

SFR
SFR va lancer sa chaine de cinéma et de séries le 1er juillet. La chaine pourra compter sur le catalogue de NBC-Universal et de l’exclusivité des chaines 13ème Rue, SyFy et E ! Entertainment et par les séries produite par la chaine Hot (filiale du groupe) afin de créer son bouquet de chaines.
Il y a quelques semaines, Bertrand Meheut, l’ancien patron de Canal+ a été engagé par SFR en tant que vice-président de son Conseil d’Administration. L’ambition de SFR est de proposer des contenus (cinéma, séries, sports) afin de recruter des abonnés ou du moins de faire monter en gamme (et donc l’ARPU) les clients actuels. SFR devrait donc continuer à être offensif sur les contenus (Libération (http://www.liberation.fr/direct/element/sfr-studio-chaine-de-cinema-et-de-series-sera-lancee-le-1er-juillet_56189/), 19/01).

Bouygues Telecom
Comme ses petits camarades (Orange en partenariat avec Epresse et SFR via son kiosque), histoire de faire monter ses clients en gamme, Bouygues Telecom va proposer prochainement de la presse gratuitement via un kiosque à certains de ses abonnés. Le quotidien L’Equipe devrait en faire partie. Il sera intéressant de voir si la presse du groupe SFR sera également présente (Les Echos (http://www.lesechos.fr/tech-medias/hightech/0211710396144-comme-sfr-bouygues-telecom-devrait-bientot-proposer-de-la-presse-a-ses-abonnes-2058563.php#13rGKhMPsPvdxiJm.99), 20/01).

SFR
Lors d’une conférence de presse (Le Figaro (http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2017/01/23/97002-20170123FILWWW00249-sfr-reaffirme-ses-ambitions-dans-le-tres-haut-debit.php), 23/01), SFR est revenu sur sa stratégie sur le très haut débit fixe et mobile. Concernant le mobile : "Nous couvrons aujourd'hui 50% des zones rurales et souhaitons poursuivre cette tendance afin d'arriver à plus de 90% avant fin 2017 et 99% de la population fin 2018, soit 7 ans avant nos obligations contractuelles".
Concernant le fixe, SFR veut poursuivre le déploiement du FTTH et la modernisation de son réseau câble. SFR revendique 9,3 millions de foyers connectables au très haut débit fin 2016 (sur ses 9,3 millions de prises, 1,2 millions sont en FTTH) et prévoit 2 millions de nouvelles prises pour cette année, alors que l’objectif était de 12 millions de prises connectables. La modernisation de son réseau est la condition première pour SFR ne perde plus de clients.
Concernant le déploiement de la fibre dans les zones moyennement denses (dites zone AMII) SFR a rappelé la volonté de son groupe d’en obtenir une part plus importante, alors que Orange devrait en assurer 80% de la couverture.
"Il faut une répartition plus équilibrée, différente, autrement l'objectif de 2020 ne sera pas atteint, Orange tout seul n'y arrivera pas", en référence à l'objectif de déploiement de la fibre sur 100% de la zone AMII fixé par l'Etat : "Deux opérateurs investissent sur le déploiement, l'équilibre parfait serait un 50-50 mais actuellement c'est un déséquilibre trop fort". Faisant ainsi échos au mesures envisagées par l’ARCEP afin de rééquilibrer le marché du FTTH. Orange va-t-il se montrer ouvert à un rééquilibrage et si oui jusqu’ou ?
Titre: Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français)
Posté par: mattmatt73 le 25 janvier 2017 à 10:41:20
par l’ARCEP afin de rééquilibrer le marché du FTTH. Orange va-t-il se montrer ouvert à un rééquilibrage et si oui jusqu’ou ?

Orange devrait proposer de moins investir pour ré-équilibrer la concurrence.
Les élus iront expliquer aux pleureuses pourquoi ils n'ont toujours pas de débit et que l'hypothétique plan fibre ne servira vraiment à rien.

Titre: Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français)
Posté par: Nico le 25 janvier 2017 à 10:56:13
Orange devrait proposer de moins investir pour ré-équilibrer la concurrence.
C'est juste qu'un concurrent veut plus investir, faut pas être si négatif.
Titre: Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français)
Posté par: Hammett le 25 janvier 2017 à 11:40:50
Cela va se terminer avec un 65/35... Après, SFR devra aussi faire ses preuves. Mais ceux qui vont tomber dans l'escarcelle de SFR vont forcement perdre du temps.
Titre: Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français)
Posté par: Hammett le 01 février 2017 à 06:23:15
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°211

FTTH/FTTB
Alors que l'ARCEP et la Cour des Comptes se sont penchés sur le déploiement du FTTH et du très haut débit, petit rappel sur les objectifs de déploiement de nos 4 opérateurs.
Orange a prévu le raccordement de 12 millions de foyers pour fin 2018 et 20 millions à fin 2022.
SFR, un plan prévoit de desservir 11 millions de prises en 2017 (contre 12 millions précédemment),18 millions en 2020 et 22 millions en 2022.
Bouygues déclarait 1,5 million de prises FTTH à fin 2015 et prévoyait 2,0 millions à fin 2016, 20 millions de prises en 2022.
Free prévoyait (en 2006) 4 millions de prises pour 2012, pour 2,8 millions de prises raccordables déclarées et vient de revoir ses objectifs à 4 millions pour fin 2016, à 9 millions de prises fin 2018 et à 20 millions pour 2022.

Free
Mediawan (le fonds crée par Matthieu Pigasse, Xavier Niel et Pierre-Antoine Capton) va racheter le groupe de télévision français AB pour 270 millions d'euros, afin de construire un leader européen des contenus, a annoncé Mediawan : "Nous allons utiliser AB comme plateforme de départ pour créer le premier groupe indépendant de contenus en Europe. Nous allons réaliser un certain nombre d'acquisitions dans quelques semaines ou quelques mois, dont la valeur cumulée sera facilement supérieure à 1 milliard d'euros", a expliqué Matthieu Pigasse à l'AFP.
Pour Free, cela pourra-t-il être un moyen de venir mordre les mollets de SFR et Patrick Drahi et Vincent Bolloré et Canal+ ? Car AB Group édite des bouquets payants avec les chaines comme AB Moteurs ou Sciences et vie TV et possède un bon catalogue de séries (Les Echos (http://www.lesechos.fr/tech-medias/medias/0211659664732-ab-groupe-le-producteur-dhelene-et-les-garcons-pourrait-changer-de-mains-2054549.php#L2Vjjs2sipQDovK6.99), 05/01).

Convergence aux Etats-Unis
Selon le « Wall Street Journal », Verizon le leader du marché mobile aux USA envisagerait de s’offrir le numéro deux du câble Charter. Une transaction, qui répondrait au rachat de l'opérateur satellite DirecTv par ATT en 2015 pour 49 milliards de dollars, et à celui de Time Warner (CNN, HBO, Warner Bros) pour 85 milliards (Les Echos (http://www.lesechos.fr/tech-medias/hightech/0211734238221-a-la-peine-les-geants-americains-du-mobile-misent-sur-trump-2060515.php#xtor=RSS-38), 26/01).
Titre: Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français)
Posté par: Hammett le 07 février 2017 à 06:22:02
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - n°212

Bouygues Telecom
Bouygues Telecom va engranger 854 millions d’euros grâce à deux accords avec Cellnex. D’abord en vendant 1 800 pylônes à l’espagnol Cellnex pour 500 millions d’euros et ensuite construire pour 354 millions d’euros de nouveaux pylônes toujours pour Cellnex. Bouygues a déjà vendu 200 pylônes pour 150 millions d’euros en 2016. 
Bouygues Telecom avait déjà vendu 2.000 pylônes à TDF au début des années 2000, puis à nouveau 2.000 à FPS en 2012. Les montants gagnés vont permettre à Bouygues d’investir dans la Fibre Optique. Pour arriver à suivre le rythme, Bouygues vend ses actifs non stratégiques. Et ensuite ?

Très haut débit
Le rapport de la Cour des Comptes «Les réseaux fixes de haut et très haut débit : un premier bilan» fait quelques vagues à l’ARCEP, Lors d’une audition par la commission des affaires économiques de l'Assemblée nationale Sebastien Soriano a répondu que : "Ce que nous partageons avec la Cour des comptes, c'est que l'ambition du secteur privé sur la fibre n'est pas encore suffisant, toute l''action que nous mettons en  place vise à la stimuler", sous-entendant que d’autres sujets n’étaient pas partagés. Les recommandations prônées par la Cour des Comptes mettent ouvertement l’ARCEP et l’Etat et les collectivités locales sur le grill dénonçant aussi un manque de moyens du pilotage.
Sebastien Soriano précisant : "Sur le marché entreprises, nous sommes déterminer à développer la concurrence sur ce marché, qui est le parent pauvre de la régulation. Des documents de régulations seront publiés la semaine prochaine", a-t-il précisé. "Ce que nous voulons, c'est un marché de masse, notamment de la fibre pour les PME"

Pantouflage
Le Directeur Général de l’ARCEP comptait aller pantoufler chez Google et à sa direction des affaires publiques de Google France. Sauf que la Commission de déontologie a décidé de réexaminer le dossier (La Tribune (http://www.latribune.fr/technos-medias/le-transfert-du-directeur-de-l-arcep-chez-google-suspendu-633967.html), 27/01). C’est le 14 février qu’elle devrait faire connaitre sa décision.
La pratique de Google – débauchage pour lobbying en France et en Europe – est une pratique courante. Il y aurait 65 cas depuis 2005 (source : www.googletransparencyproject (https://www.googletransparencyproject.org/articles/googles-european-revolving-door)). Même si l’ARCEP ne s’occupe pas de réguler les géants du net comme Google, Amazon ou Apple, il est reproché beaucoup de choses à Google : optimisation fiscale pour éviter le fisc, gestion abusive des données personnelles, abuse de sa position dominante, évitement de la régulation. Un bon connaisseur des arcanes de la régulation (dossiers, données, contacts) sera donc un bel atout pour Google France.
Titre: Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français)
Posté par: atai le 07 février 2017 à 10:05:41
Citer
Sebastien Soriano précisant : "Sur le marché entreprises, nous sommes déterminer à développer la concurrence sur ce marché, qui est le parent pauvre de la régulation. Des documents de régulations seront publiés la semaine prochaine", a-t-il précisé. "Ce que nous voulons, c'est un marché de masse, notamment de la fibre pour les PME"
Pour les PME, il faut des offres commerciales moins chères qu'une offre pro.
Une PME n'a pas forcement les moyens de se payer une offre pro.
Il faut recréer des offres  à un prix adapté.
Titre: Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français)
Posté par: Kaelhan le 07 février 2017 à 11:36:18
Pour les PME, il faut des offres commerciales moins chères qu'une offre pro.
Une PME n'a pas forcement les moyens de se payer une offre pro.
Il faut recréer des offres  à un prix adapté.
Parles-tu des PME ou des TPE ?
Titre: Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français)
Posté par: atai le 07 février 2017 à 13:12:09
PME = 250 salarié.
Une  offre pro  c'est  quand même  60 euros.
Titre: Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français)
Posté par: Kaelhan le 07 février 2017 à 13:26:25
Non, la catégorisation  PME va de 10 à 249 salariés. (je ne suis pas Corrector  ;))
Tu as écrit "Pour les PME, il faut des offres commerciales moins chères qu'une offre pro.", en indiquant plus tard qu'une offre pro est à 60e.
Moins chères par rapport à ?
Je pense qu' l'ARCEP indique plutôt une régulation et une dynamique à trouver sur le marché entreprises afin de favoriser la concurrence.
Le prix n'est qu'un des facteurs pour dynamiser un secteur ....
Titre: Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français)
Posté par: atai le 07 février 2017 à 13:31:55
Oui  c'est vrai  249.
Pas  possible de  créer une offre pro low coast.
Je  pense  à  une  offre  10  euros  moins  chères.
Titre: Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français)
Posté par: Nico le 07 février 2017 à 13:53:34
Non mais y a méprise là, je doute fortement que les PME rechignent à payer une fibre à 60€ ! Pour moi tu confonds les offres pro (<100€) et les offre entreprise (>500€). C'est ces secondes qui sont inaccessibles aux PME, si une PME ne peut pas mettre 60€ dans son accès à Internet, qu'ils prennent un fax !
Titre: Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français)
Posté par: turold le 07 février 2017 à 16:49:35
+1 avec Nico.

Et les offres pros sont réservées exclusivement aux TPE.

Autre élèment, il y a une discrimination technologique côté tarifs sur les offres entreprises (PME et plus gros).
C'est pour cela que malgré une éligibilité Fibre/VDSL d'un côté, et 3G/4G de l'autre pour du M2M, la majorité de ces 2 marchés se font respectivementen ADSL (éventuellement en symétrique), et en 2G encore aujourd'hui.
Titre: Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français)
Posté par: mattmatt73 le 12 février 2017 à 23:52:29
Non mais y a méprise là, je doute fortement que les PME rechignent à payer une fibre à 60€ ! Pour moi tu confonds les offres pro (<100€) et les offre entreprise (>500€). C'est ces secondes qui sont inaccessibles aux PME, si une PME ne peut pas mettre 60€ dans son accès à Internet, qu'ils prennent un fax !

Je connais a Lyon pas mal de PME voir de tpe qui paient dans les 500€ leur connectivité.

Exemple les notaires. Sans connexion ils enfilent des perles de nos jours.
Donc il faut que ça marche
Titre: Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français)
Posté par: Hugues le 12 février 2017 à 23:56:53
Les notaires, espèce étrange prète à payer 500€/mois pour une SDSL 2Mbit/s fournie par une boite certifiée par chépukoi  ::)
Titre: Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français)
Posté par: mattmatt73 le 12 février 2017 à 23:58:39
Les notaires, espèce étrange prète à payer 500€/mois pour une SDSL 2Mbit/s fournie par une boite certifiée par chépukoi  ::)

À Lyon, ils passent bien par un opérateur fibre de Villeurbanne que tu connais bien
Titre: Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français)
Posté par: Hugues le 13 février 2017 à 00:12:02
Tiens, pas tous à lyon visiblement, j'ai souvenir d'un autre opé (mais je n'ai plus le nom en tête)
Titre: Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français)
Posté par: mattmatt73 le 13 février 2017 à 00:17:11
Tiens, pas tous à lyon visiblement, j'ai souvenir d'un autre opé (mais je n'ai plus le nom en tête)

Mais je pense que ça doit tourner autour des 500€ HT
Titre: Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français)
Posté par: Hammett le 14 février 2017 à 06:22:34
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - N°213

Rapprochement Orange Canal+
Selon le quotidien (Les Echos (http://www.lesechos.fr/tech-medias/medias/0211793515098-le-cadre-des-discussions-se-precise-entre-orange-et-canal-2064278.php#WtstsDtm3DEiFqjC.99), 13/03), Orange et Canal+ continuent de phosphorer afin d’enclencher un rapprochement au-delà d’un accord commercial. En décembre, Stéphane Richard déclarait (Les Echos (http://www.lesechos.fr/tech-medias/medias/0211577541211-orange-interesse-par-un-rachat-de-canal-si-la-chaine-etait-a-vendre-2049111.php#sA6MCvukKXuIehrV.99)) : "Si Canal+ était à vendre, c'est certain qu'Orange s'y intéresserait (…) Beaucoup de raisons poussent à une alliance beaucoup plus prononcée entre Orange et Canal+ dont la forme et l'importance restent à définir".

Depuis, les équipes de C+ et d’Orange discutent en en ayant en tête SFR qui se renforce dans les contenus. D’un coté, Orange ne peut plus ignorer la bataille sur les contenus et de l’autre C+ doit faire face aux moyens mis par SFR pour se développer sur le marché des contenus. 
Selon le quotidien, qui cite un proche d’Orange : "Aujourd'hui, nous avons des discussions avec Canal+ sur les appels d'offres de sport, pour voir comment on pourrait les aider, y compris financièrement", et ce alors que se profile le renouvellement des droits de la F1 et la Champion’s League.

Reste à trouver la bonne formule, sachant que pour Orange, il est hors de question que Vivendi rentre au capital d’Orange et d’être un minoritaire chez C+ et que pour Vivendi il est hors de question de vendre C+. Et c’est sans compter les blocages anti-concurrentiels que soulèveraient l’ADLC. Pour Les Echos : "Pour aligner les intérêts des deux groupes, l'une des pistes évoquées consisterait à créer une nouvelle société de commercialisation pour Canal+ en France. Une société dont Orange serait l'actionnaire majoritaire. En parallèle, les deux groupes qui sont présents en Pologne comme en Afrique pourraient imaginer d'autres collaborations.".

A suivre...
 
Orange
Orange est en discussion pour renouveler son partenariat avec HBO, qui reste la principale source d’approvisionnement en programme d’OCC la chaine cinéma et séries d’Orange. Les droits arrivent à échéance début 2018 et Orange paye actuellement 10 millions d’euros afin d’avoir accès au catalogue en exclusivité.
Sans ce partenariat, les 2,5 millions d’abonnés à OCS pourraient fondre comme neige au soleil. Sauf que Orange n’est pas seul. SFR est aussi sur le coup, mais également Canal+. Sauf que ce dernier et Orange sont en discussions pour se rapprocher et que Canal+ est actionnaire « dormant » à 33% dans OCS.
Bref, comment être concurrent tout en étant partenaire ? (Les Echos[/u] (http://www.lesechos.fr/tech-medias/medias/0211793968420-les-droits-tv-de-games-of-thrones-remis-en-jeu-2064302.php#USzmd6SWkAtDSIiY.99), 13/02).
Titre: Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français)
Posté par: Hammett le 20 février 2017 à 06:16:58
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - n°214

SFR
Michel Combes, président de SFR, et Alain Weill, patron des activités média de SFR étaient invités de l’Association des journalistes médias (cbnews (http://www.cbnews.fr/medias/sfr-michel-combes-et-alain-weill-font-leur-bilan-d-etape-a1033425), 12/02). Ils sont revenus sur la non-distribution du bouquet SFR Sport par la concurrence. Pour SFR, les concurrents "ont voulu se donner le temps de voir pour juger", toutefois, d’autres freins existent selon SFR : "conditions économiques proposées" et "le naming des chaines".

Dans l’attente, SFR se positionne sur l’OTT. Si SFR remporte des droits majeurs comme la Champion’s League et/ou la Ligue1, on peut supposer que les uns et les autres reverraient leur attitude. Sur SFR Presse, c’est entre 80 000 et 100 000 téléchargements de journaux par jour. Les plus téléchargés sur SFR Presse sont Libération, Public et Le Parisien/Aujourd'hui en France. Le JDD y vend plus de 10 000 exemplaires par semaine.

TF1
Afin d’augmenter sa rentabilité, TF1 veut recevoir une rénumération nettement plus importante de la part des opérateurs, en cas de refus, TF1 pourrait couper le signal ! Les discussions en ce sens ont commencé il y a plusieurs mois mais n’ont pas encore débouchées (Le Figaro (http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2017/02/16/97002-20170216FILWWW00275-tf1-insiste-pour-faire-payer-les-operateurs-et-menace-de-couper-son-signal.php), 16/02). 

"Le signal de TF1 est rémunéré en Belgique par Orange et Altice" a déclaré Régis Ravanas, directeur général adjoint de TF1 chargé de la publicité et de la diversification, lors de la conférence de présentation des résultats annuels du groupe. Pour ce faire TF1 va proposer une offre premium enrichie de nouvelles fonctionnalités.
De son coté, Orange : "n'envisage pas de rémunérer la distribution d'une chaîne TNT gratuite mais continue à travailler avec TF1 à la recherche de nouveaux services créateurs de valeur au bénéfice des deux entreprises". Pas de réactions publiques des autres opérateurs.

Il serait quand même surprenant que TF1 aille jusqu’à la coupure qui serait également une source de pertes publicitaires. Selon une information publiée par BFM Business en juillet, TF1 voudrait obtenir une centaine de millions d'euros par an pour la diffusion de ses chaînes par les opérateurs, contre quelque 10 millions facturés à présent pour des services de replay. A quel niveau se situera l’accord ?

Orange et Deutsche Telekom
L’alliance entre Orange et Deutsche Telekom va-t-elle franchir un nouveau palier ? Selon la revue de presse de l’ARCEP du 13/02, Orange et Deutsche Telekom chercherait un accord avec l’Union Européenne afin d’étendre leur joint-venture sur les achats d’équipements. Cette société commune a été créée mi-2011 et visait un montant annuel d’économies sur les achats de 1,3 milliard d’euros après trois ans d’activité. Reste à trouver le pourquoi de cette extension ?

Les accords sont nombreux entre les deux sociétés. Il y a un accord de coopération (02/2011) dans le domaine du M2M et le partage du wifi, et le partage (03/2011) du réseau mobile en Pologne. Les deux entités se sont également associés dans l’aide aux jeunes pousses (06/2014). Régulièrement, la presse évoque un rapprochement entre les deux sociétés. Sauf que les entreprises n’étant pas d’un poids égal, la fusion se ferait au détriment d’Orange. Une fusion des deux opérateurs créerait un mastodonte de plus de 100 milliards d'euros de chiffre d'affaires.

Début 2016, les deux sociétés ont finalisé la vente de EE (filiale commune au Royaume-Uni) pour 16,7 milliards d’euros et dans le cadre de cette opération, Orange et Deutsche Telekom prennent respectivement une participation de 4 % et 12 % dans BT, l’acquéreur de EE.
Titre: Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français)
Posté par: Hammett le 27 février 2017 à 06:32:53
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - n°215

Rapprochement Orange Canal+
La présentation des résultats d’Orange et de Vivendi ont permis de faire le point sur les rumeurs de rachat au moins d’un solide rapprochement évoqué par la presse.
Du coté de Vivendi, Arnaud de Puyfontaine - Le président du directoire de Vivendi – a répondu au quotidien Les Echos (http://www.lesechos.fr/tech-medias/medias/0211825932888-arnaud-de-puyfontaine-vivendi-2017-sera-une-annee-de-croissance-2067337.php#kIAOl1qIDdmwhPTT.99) (24/02) pour préciser : "Orange est notre premier distributeur. Nous sommes prêts à étudier tout nouveau développement avec eux (…) les relations sont excellentes, mais, à ce stade, il n'y a aucune discussion structurante" Et que rentrer au capital d’Orange "n'est pas à l'ordre du jour".
Stéphane Richard (Les Echos (http://www.lesechos.fr/tech-medias/hightech/0211823967392-orange-benefice-net-2016-en-hausse-de-107-2067223.php#m0M4WmZ23YUqSQok.99), 23/02) a dèmenti les rumeurs de rachat ou d’une prise de participations de Canal+ par Orange : "Il n'y a pas de volonté de racheter Canal Plus", pour lui, Canal+ n’est pas à vendre. Par contre des accords restent possibles : "Orange et Canal+ sont des partenaires importants (..) Est-ce qu'il y a plus de choses qu'on peut faire ensemble ? Sûrement mais, on est sur un domaine industriel, commercial, pas capitalistique."
Pour Orange, le but va être que SFR ne se renforce pas en achetant les droits tv qui vont être mis sur le marché (Champion’s League, Ligue 1,Formule 1). Reste à trouver la bonne formule d’association. Sachant que le marché pourrait bouger car l’ADLC est en train de revoir les conditions imposées à Canal+, lors du rachat de TPS.

OTT
Le quotidien Les Echos (http://www.lesechos.fr/tech-medias/hightech/0211782865093-bruxelles-trouve-un-accord-sur-la-portabilite-des-contenus-numeriques-2063266.php#HbGQKFJxRh7oy8u5.99) (07/02) signale que "les services numériques payants devront rester accessibles lors des déplacements temporaires à l’étranger.". En clair, à partir du 1er janvier 2018, il va devenir possible de regarder son match de football via MyCanal, de reprendre sa série sur Netflix ou d'écouter un morceau sur Spotify lors d’un déplacement en Europe.
La portabilité ne sera obligatoire que pour les services payants. Les gratuits, du type sites Internet de chaînes publiques, seront libres de l'offrir ou pas. La portabilité n'est expressèment prévue que pour les « séjours temporaires » : il n'est pas question d'autoriser par exemple un Belge à s'abonner à Canal Plus en France pour ensuite le regarder tout le temps du Plat pays. Afin de vérifier qu’un séjour est vraiment temporaire, les FAI pourront vérifier le pays de résidence d'un utilisateur via son adresse IP, mais aussi, pour éviter les contournements via des logiciels truquant l'IP, ses moyens de paiement ou son abonnement Internet, et suspendre le service en cas d'abus.
Ce modèle de contrôle est le même que celui pour l’itinérance dont le texte a été adopté de façon définitive le 14/12 et la fin de l’itinérance est fixée pour le 15 juin 2017.

La Poste Mobile
Le groupe La Poste a présenté ses résultats pour l'année 2016 dont ceux de La Poste Mobile qui compte 1,3 millions d'abonnés à ses offres, soit une hausse de 550 000 clients sur l'année. Toutefois, le nombre total de clients est identique à celui de juin dernier. D’autre part, l’offre fixe compte 21 000 clients.
Titre: Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français)
Posté par: Hammett le 02 mars 2017 à 06:24:35
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - n°216

Presse numérique
Quelques journaux ont publié des chiffres sur leur abonnés numériques. L’Equipe revendique 53 000 abonnés numériques (dont 43 000 payants selon l’OJD, soit 18,5% du total de ses ventes), Mediapart compte 130 000 abonnés, Le Monde compte 75 000 abonnés numériques (28,1% de ses ventes en France), Le Figaro 47 000 (15,2% de ses ventes), Libération 8 400 (11% de ses ventes) et Les Echos 33 500 (26% de ses ventes).
Pour d'autres chiffres, voir le site de OJD (http://www.acpm.fr/). 

Dailymotion
Quel avenir pour Dailymotion ? Pour rappel, Vivendi l'a racheté à Orange en juin 2015 pour 280 millions d’euros. 18 mois après, Vivendi voudrait éditorialiser la plate-forme avec des contenus premiums sur la musique, l’information, le sport et le divertissement en mettant en valeur les contenus générés par le groupe (Le Monde (http://www.lemonde.fr/economie/article/2017/02/08/dailymotion-la-difficile-reconquete_5076398_3234.html#LKQYRloSTHhqzv62.99), 08/02). 
Sauf que depuis le rachat, 70% du personnel est parti, les pertes s’accumulent et le déficit est de 85 millions d’euros.
A l’international, le groupe compte 300 millions de fidèles. Mais, en France, l’audience de Dailymotion a dégringolé en dix-huit mois de 43 %, tombant à 5,2 millions de visiteurs uniques. Le site est passé de la 22e à la 58e place des sites Internet français, selon Médiamétrie. Dans le même temps, YouTube gagnait 3,4 millions de fidèles, atteignant 26,7 millions de visiteurs uniques. La baisse d’audience s’explique par la chasse aux contenus violents et sexuels.
Bref, il y a du travail...

Rapprochement Orange Canal+
Gervais Pellissier - le directeur général délégué d’Orange – a déclaré à Bloomberg : "Nous pourrions nous associer à un partenaire fournisseur de contenus, y compris Canal Plus, s'ils ont besoin de notre soutien pour accéder au contenu (…) Nous pourrions pré-acheter des droits si nécessaire, mais il ne s'agira pas d'un investissement dans une société de contenu, il s'agit plus de pré-acheter certains droits si c'est une façon d'aider un partenaire à remporter un appel d'offres" (Boursier.com (http://www.boursier.com/actions/actualites/news/orange-une-alliance-avec-canal-pour-les-droits-de-la-ligue1-718864.html?rss), 27/02).

Lors de la présentation des résultats d’Orange, Stéphane Richard (Les Echos (http://www.lesechos.fr/tech-medias/hightech/0211823967392-orange-benefice-net-2016-en-hausse-de-107-2067223.php#m0M4WmZ23YUqSQok.99), 23/02) avait dèmenti les rumeurs de rachat ou d’une prise de participations de Canal+ par Orange : "Il n'y a pas de volonté de racheter Canal Plus", pour lui, Canal+ n’est pas à vendre. Par contre des accords restent possibles : "Orange et Canal+ sont des partenaires importants (..) Est-ce qu'il y a plus de choses qu'on peut faire ensemble ? Sûrement mais, on est sur un domaine industriel, commercial, pas capitalistique."
Titre: Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français)
Posté par: Hammett le 13 mars 2017 à 06:22:00
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - n°217

Rapprochement Orange Canal+
Lors des Rencontres de l'Udecam (Union des entreprises de conseil et achat média), jeudi 2 mars, Stéphane Richard est revenu sur le possible rapprochement entre Canal+ et Orange. Pour lui, Orange : "ne pourra aborder [cette question] comme [l'entreprise] l'a fait la dernière fois (…) il va y avoir une bataille extraordinaire, en particulier dans le foot, redevenu attractif pour la télévision payante. A l'évidence, on se prépare à toutes les échéances".
Sur la Ligue 1, Orange : "essaye d'anticiper qui sera autour de la table" et de voir s'il existe "un partenaire avec qui il serait possible d'anticiper". Pour lui ce partenariat pourrait s’étendre en Afrique, continent ou les deux groupes sont très présents. Enfin, il estime que les droits de la Ligue 1 seront renouvelés fin 2017-début 2018 (Satellifax du 03/03).   

Orange en Afrique
Lors du Mobile World Congress à Barcelone (Zonebourse (http://www.zonebourse.com/ORANGE-SA-4649/actualite/Orange-compte-au-moins-egaler-la-croissance-2016-en-Afrique-23949375/)), Orange a fait le point sur ses activités en Afrique. Orange, qui compte 120,7 millions de clients mobiles dans la région, y a vu ses revenus progresser de 2,6% à données comparables l'an dernier pour atteindre 5,25 milliards d'euros. Le résultat d'exploitation ajusté (Ebitda) a par ailleurs reculé de 1,0% à 1,66 milliard.
Entre deux petits fours, la performance a été jugée plutôt décevante par certains analystes. Toutefois, pour Orange : "En 2017, nous pensons que nous allons retrouver une croissance au moins équivalente, voire supérieure". Pas de rachat dans les tuyaux. Seul dossier public sur la table, celui d’un éventuel accord avec l'iranien MCI, mais Orange est "très loin" d’un éventuel accord.

ARCEP
Cécile Dubarry est nommée directrice générale de l’Arcep. Première femme directrice générale de l’Autorité, cette ingénieure des télécoms, passée par l'Arcep lors de l'ouverture à la concurrence du marché des télécoms, puis  à la direction du développement des médias et à la Direction générale des entreprises du Minefi est une fine connaisseuse du secteur des Télécoms. Elle remplace à ce poste Benoît Loutrel (Revue de presse ARCEP du 03/03).
Ce dernier a été autorisé par la Commission de Déontologie au pantouflage comme lobbyiste (direction des affaires publiques) chez Google. Il devra s’abstenir de contact avec l’ARCEP pendant trois ans. La pratique de Google – débauchage pour lobbying en France et en Europe – est une pratique courante. Il y aurait 65 cas depuis 2005 (source : www.googletransparencyproject (https://www.googletransparencyproject.org/articles/googles-european-revolving-door)).
Titre: Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français)
Posté par: Hammett le 17 mars 2017 à 06:20:13
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - n°218

Stéphane Richard
Selon Le Monde (http://www.lemonde.fr/police-justice/article/2017/03/08/affaire-tapie-le-parquet-requiert-le-renvoi-en-proces-de-bernard-tapie-et-stephane-richard_5091207_1653578.html#mMZKtJo3cUVMTRrr.99) (08/03), l’affaire Tapie a franchi une nouvelle étape, car le parquet de Paris a requis, dans un réquisitoire définitif signé le 6 mars, le renvoi devant le tribunal correctionnel de Bernard Tapie, pour escroquerie en bande organisée et détournement de fonds publics, mais également de Stéphane Richard (à l’époque directeur de cabinet de Christine Lagarde). C’est désormais aux juges d’instruction que revient la décision finale sur la tenue éventuelle d’un procès au pénal.

C’est une grosse épine dans le pied pour le renouvellement de son mandat prévu en mai 2018, soit au moment ou pourrait commencer un procès.

Xavier Niel et la Suisse
Via son holding NJJ Capital, Xavier Niel est propriétaire de Salt opérateur suisse L’Agefi (http://www.agefi.fr/corporate/actualites/quotidien/20170308/xavier-niel-ponctionne-gros-dividende-operateur-213040) relate que Salt est en train d’èmettre 400 millions de francs suisses de dettes supplèmentaires pour faire remonter un dividende de 500 millions de francs à son actionnaire. Salt avait déjà payé 150 millions de francs suisses de dividendes lors du refinancement de sa dette en août 2015. L’opérateur porte 1,9 milliard de francs suisses de dette.

Avec cette nouvelle émission, le ratio de dette pourrait atteindre 5,3x, soit beaucoup plus que l’endettement d’Altice...Selon les analystes de CreditSights, Salt a réduit de 45% ses dépenses commerciales en 2016 et de 30% ses investissements, ce qui "pourrait conduire à un sous-investissement dans le réseau et la marque, au risque de nuire au maintien des cash-flows à moyen terme", qui plus est sur un marché concentré et dominé par Swisscom et Sunrise. Le chiffre d’affaires de Salt a baissé de 12,2% en 2016. Contractuellement, c’est maintenant aux créanciers de se prononcer sur cette nouvelle émission de dettes. 

SFR
L'Autorité de la concurrence avait posé quatre conditions pour autoriser le rachat de SFR par Numericable. Après avoir écopé d'une sanction de 15 millions d'euros dans le cadre de la cession d'Outremer Télécom à la Réunion et à Mayotte, puis 80 millions pour avoir anticipé le feu vert de l'Autorité à la fusion, SFR se voit infliger une nouvelle sanction de 40 millions d'euros, pour n'avoir pas respecté les engagements commerciaux pris auprès de Bouygues Telecom. Soit un total de 135 millions d'euros !

Avant le rachat de SFR par Numericable, SFR avait un accord avec Bouygues portant sur le déploiement de la Fibre Optique. Après le rachat, SFR n’a pas tenu ses engagements. L’ADLC s’était auto-saisie en octobre 2015. Au delà de l’amende, l’ADLC impose "à Altice/SFR Group un nouveau calendrier d'exécution comprenant des paliers de réalisation, assortis d'astreintes progressives, afin de la contraindre à procéder à l'adduction de l'ensemble des points de mutualisation non effectivement adductés. Ainsi, dans un délai de douze mois, Altice/SFR Group devra avoir adducté l'ensemble des points de mutualisation (de « stock » et de « flux »), sauf difficultés dûment justifiées. Un mandataire indépendant sera chargé de suivre les conditions de la maintenance ainsi que l'avancée des adductions et présentera tous les 3 mois à l'Autorité un rapport faisant état de l'exécution des injonctions.".
SFR va faire appel de la décision (Le Figaro (http://www.lefigaro.fr/secteur/high-tech/2017/03/09/32001-20170309ARTFIG00121-l-autorite-de-la-concurrence-inflige-40-millions-d-euros-d-amende-supplementaires-a-sfr.php), 09/03).
Titre: Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français)
Posté par: eruditus le 17 mars 2017 à 07:12:57
alain_p, ne le prends pas mal, mais je crois que tu vas pouvoir enfourcher ton fier et beau destrier, et aller combattre aussi les vils capitalistes usant d'artifices douteux en Suisse    ;)
Titre: Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français)
Posté par: edmond le 17 mars 2017 à 10:52:56
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - n°218

Xavier Niel et la Suisse
Via son holding NJJ Capital, Xavier Niel est propriétaire de Salt opérateur suisse L’Agefi (http://www.agefi.fr/corporate/actualites/quotidien/20170308/xavier-niel-ponctionne-gros-dividende-operateur-213040) relate que Salt est en train d’èmettre 400 millions de francs suisses de dettes supplèmentaires pour faire remonter un dividende de 500 millions de francs à son actionnaire. Salt avait déjà payé 150 millions de francs suisses de dividendes lors du refinancement de sa dette en août 2015. L’opérateur porte 1,9 milliard de francs suisses de dette.

Avec cette nouvelle émission, le ratio de dette pourrait atteindre 5,3x, soit beaucoup plus que l’endettement d’Altice...Selon les analystes de CreditSights, Salt a réduit de 45% ses dépenses commerciales en 2016 et de 30% ses investissements, ce qui "pourrait conduire à un sous-investissement dans le réseau et la marque, au risque de nuire au maintien des cash-flows à moyen terme", qui plus est sur un marché concentré et dominé par Swisscom et Sunrise. Le chiffre d’affaires de Salt a baissé de 12,2% en 2016. Contractuellement, c’est maintenant aux créanciers de se prononcer sur cette nouvelle émission de dettes. 


On nous aurait menti   :o

Le chevalier blanc, le robin des bois des télécoms ne serait qu'un affreux capitaliste avide d'argent......
Titre: Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français)
Posté par: Philoutix le 17 mars 2017 à 11:40:01
Absolument pas, Xavier est vexé par Patrick (Drahi). C'est juste une réponse du berger à la bergère  ;D
Titre: Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français)
Posté par: alain_p le 17 mars 2017 à 11:52:00
alain_p, ne le prends pas mal, mais je crois que tu vas pouvoir enfourcher ton fier et beau destrier, et aller combattre aussi les vils capitalistes usant d'artifices douteux en Suisse    ;)

Ouai, après il faudrait peut-être recouper, mais en tout cas, on ne peut pas dire que Xavier Niel soit à court d'argent, ou ait des montagnes de dettes à rembourser. A Monaco, il fait du câble et des hauts tarifs, en Suisse des tarifs élevés aussi, et la Suisse n'est pas incluse dans le roaming Freemobile. Là le discours sur "les pigeons" n'est plus de mise.
Titre: Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français)
Posté par: Hammett le 17 mars 2017 à 12:04:37
Il doit avoir des frais (faux ?) en Italie ? Mais en tout cas, c'est un joli comportement de prédateur. Il se paye sur la bête.
Titre: Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français)
Posté par: eruditus le 17 mars 2017 à 12:10:07
Ouai, après il faudrait peut-être recouper, mais en tout cas, on ne peut pas dire que Xavier Niel soit à court d'argent, ou ait des montagnes de dettes à rembourser. A Monaco, il fait du câble et des hauts tarifs, en Suisse des tarifs élevés aussi, et la Suisse n'est pas incluse dans le roaming Freemobile. Là le discours sur "les pigeons" n'est plus de mise.

Si on regarde Salt et les chiffres publiés ... tu ne trouves pas cela inquiétant ?
Titre: Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français)
Posté par: alain_p le 17 mars 2017 à 14:04:53
Selon les chiffres publiés par l'AGEFI, oui, c'est inquiétant, et tu remarqueras que cela limite l'investissement possible pour Salt et donc son développement. Et que le chiffre d'affaires aurait baissé de 12.2% en 2016. Mêmes causes, mêmes conséquences. On va voir si les créanciers acceptent de prêter et de porter l'endettement à 5.3%...
Titre: Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français)
Posté par: eruditus le 17 mars 2017 à 14:11:52
Pas vraiment, je n'ai pas l'impression que les investissements soient en baisse chez le carré Rouge (même si tu l'avais prédis quand Altice avait remontė de gros dividendes de chez SFR).

A suivre...
Titre: Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français)
Posté par: alain_p le 17 mars 2017 à 14:14:00
Tiens une autre référence qui confirme les autres :

Citer
Après avoir supprimé 60 emplois en 2015, Salt a encore biffé 29 postes l’an passé. A fin décembre 2016, la firme employait au total 804 collaborateurs à temps plein.
...
Le recul reflète pour l’essentiel la perte de clients dans le domaine des abonnements à prépaiement, leur effectif se tassant de 23,3% à 669 000 abonnés.

Donc là aussi, les emplois sont touchés, pour faire remonter du cash à l'acheteur. Bon, on est encore loin du 1/3 de l'effectif.

https://www.letemps.ch/economie/2017/03/06/salt-renoue-chiffres-noirs-2016
Titre: Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français)
Posté par: alain_p le 17 mars 2017 à 14:24:54
Pas vraiment, je n'ai pas l'impression que les investissements soient en baisse chez le carré Rouge (même si tu l'avais prédis quand Altice avait remontė de gros dividendes de chez SFR).

Cela va venir. Tu remarqueras dans une copie des résultats de SFR que j'avais présenté que les créanciers ont imposé à SFR une limitation de ses investissements. Je ne vois pas comment SFR peut perdre de l'argent, payer plus d'1 milliards d'intérêts de dette par an, payer 600 millions d’indemnités pour ses 5000 départs "volontaires" prévus en 2017, et augmenter ses investissements. A un moment, on est face à une impossibilité.

En 2016, les 600 millions investis dans le rachat d'Altice Media, ont surtout été une remontée de cash chez Altice, doublée d'une opération sur la TVA. Pour la 4G, SFR est bien aidé par son accord Crozon de mutualisation avec Bouygues Telecom.

Pour le FTTH, SFR a certainement fait mieux en 2016 qu'en 2015 (77.000 prises), mais il est loin de ce que fait Orange. L'augmentation de prises THD qu'il revendique, c'est surtout du à l'upgrade de ses zones câbles, et un peu à son coinvestissement dans les zones AMII Orange. De toute façon, Orange a plus de 80% des zones AMII (en comptant les zones câbles délaissées par SFR).
Titre: Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français)
Posté par: eruditus le 17 mars 2017 à 14:27:42
Cela va venir.
...

Si tu le dis...par contre ce n'est pas exactement ce que disent Combes ou Drahi.
Titre: Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français)
Posté par: Hammett le 17 mars 2017 à 14:32:58
Et ce que disent les chiffres de 2016...Mais bon, à un moment donné, cela va bien finir par baisser, à un moment donné.   
Titre: Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français)
Posté par: Hammett le 24 mars 2017 à 06:20:01
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - n°219

Free
Free vient de rendre illimité le fair-use 4G de son forfait à 16€. Comme le souligne Berenberg (BFM (http://bfmbusiness.bfmtv.com/entreprise/comment-free-pousse-ses-abonnes-a-migrer-vers-son-offre-la-plus-chere-1126453.html), 21/03) : "le forfait à 2 euros, qui représentait 55,2% des abonnés en 2014, est tombée à 50,6% en 2016, et ne devrait plus représenter que 32,6% en 2021. Cette migration fait évidemment grimper le revenu engrangé par abonné, qui devrait passer sur la période de 12,40 à 14,80 euros par mois (…) la migration vers l'offre à 19,99 euros est la priorité de Free, étant donné la sensibilité du chiffre d'affaires au mix entre les deux offres: la migration de 1% des clients rapporte 13 millions d'euros de chiffre d'affaires supplèmentaire, pour un coût très réduit.".

Cela pourrait permettre également à Free de continuer à conquérir des parts de marché, même si cela ne devrait bénéficier qu’aux très gros consommateurs mais aussi à essayer de faire monter en gamme ses propres clients. En réplique, SFR vient également de proposer de l’illimité sur de ces offres. Pour rappel, pour l'Arcep, la consommation moyenne s'élevait en effet à 1,8 Go par mois, chez Free, elle ne dépasse pas les 5 Go.

OCS
Selon le quotidien Les Echos (https://www.lesechos.fr/tech-medias/medias/0211882808817-game-of-thrones-reste-chez-orange-2072686.php#ymezZfVEr7RkxMAu.99) (15/03) Orange vient de renouveler son partenariat avec HBO. Les droits arrivaient à échéance début 2018. Orange paye actuellement 10 millions d’euros, devrait débourser nettement plus pour avoir un accès intégral et exclusif au catalogue.
Avec les séries phares de HBO, Orange a construit une offre qui lui permet d’avoir 2,6 millions (Satellifax (http://www.satellifax.com/lettre/gratuit/015ddc523b4d6ab6643b3e955520fca7b2b354b1/2017-02-27.pdf), 27/2) de clients, cela lui permet de garder ses distances avec SFR sur la bataille des contenus.

Orange et Deutsche Telekom
Buyln, l’entreprise commune d’Orange et Deutsche Telekom pourra vendre ses services aux tiers grâce à une autorisation de a Commission européenne. La Commission a estimé que "l'acquisition envisagée ne soulèverait pas de problèmes de concurrence, puisqu'elle n'impliquera l'apport d'aucun actif additionnel ou d'activités à BuyIn, mais elle permettra simplement à BuyIn de commencer à offrir ses services à des parties tierces".
A ce jour, cette société commune fournissait des services qu’aux sociétés mères. Les accords sont nombreux entre les deux sociétés. Il y a un accord de coopération (02/2011) dans le domaine du M2M et le partage du wifi, et le partage (03/2011) du réseau mobile en Pologne. Les deux entités se sont également associés dans l’aide aux jeunes pousses (06/2014).
Titre: Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français)
Posté par: Hammett le 27 mars 2017 à 09:09:48
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - n°220

Rapprochement Orange Canal+
Cela se précise un peu plus pour un rapprochement entre Orange et Canal+. A l’occasion de la présentation de l’accord d’exclusivité entre HBO et OCS, Stéphane Richard a annoncé un "renforcement dans quelques semaines". Ce rapprochement pourrait prendre la forme d'un "partenariat industriel et commercial, il n'y a aucun volet capitalistique avec Canal+" (Le Figaro (http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2017/03/21/97002-20170321FILWWW00378-vers-un-rapprochement-entre-orange-et-canal.php), 21/03).

Début mars, lors des Rencontres de l'Udecam (Union des entreprises de conseil et achat média), jeudi 2 mars, Stéphane Richard est revenu sur le possible rapprochement entre Canal+ et Orange. Pour lui, Orange : "ne pourra aborder [cette question] comme [l'entreprise] l'a fait la dernière fois (…) il va y avoir une bataille extraordinaire, en particulier dans le foot, redevenu attractif pour la télévision payante. A l'évidence, on se prépare à toutes les échéances".
Sur la Ligue 1, Orange : "essaye d'anticiper qui sera autour de la table" et de voir s'il existe "un partenaire avec qui il serait possible d'anticiper". Pour lui ce partenariat pourrait s’étendre en Afrique, continent ou les deux groupes sont très présents. Enfin, il estime que les droits de la Ligue 1 seront renouvelés fin 2017-début 2018 (Satellifax du 03/03).   

Selon Les Echos (https://www.lesechos.fr/tech-medias/medias/0211900575960-orange-a-loffensive-dans-les-contenus-audiovisuels-2074358.php), 22/03) qui interroge une source proche du dossier : "La Formule 1 ce n'est pas un enjeu pour Orange (…) Cela ne génère pas suffisamment d'abonnés. Ce qui est le plus important, c'est le foot. Et Orange va être très attentif à ce que Canal+ conserve la Ligue des Champions dont les droits vont être renégociés d'ici l'été, ainsi que ceux de la Ligue 1 ". 
Enfin, pour se mettre en ordre de bataille, Orange va regrouper toutes ses activités « contenus » dans Orange Content. soit OCS, Orange Studio et la nouvelle structure de production séries télé. Actuellement, les dépenses dans les contenus sont de 550 millions par an et elles devraient augmenter de façon significative.

Orange et le « Netflix à la française »
Lors des Rencontres de l'Udecam (Union des entreprises de conseil et achat média), jeudi 2 mars, Stéphane Richard est revenu sur son projet avorté de « Netflix à la française » : "Je suis triste que nous n'ayons pas été capables de créer, en Europe, un service de type Netflix (…) Il y a quelques mois, avec deux patrons de chaîne, nous sommes allés au ministère de la Culture.". Mais il fallait d’abord faire évoluer la chronologie des médias.
Orange a travaillé, il y a deux ans, sur un tel projet avec les groupes France Télévisions, M6 et TF1. De son coté, France Télévisions travaille à lancer une offre de SVOD pour cet automne. (Satellifax du 03/03).
Titre: Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français)
Posté par: Cochonou le 01 avril 2017 à 07:58:15
["Je suis triste que nous n'ayons pas été capables de créer, en Europe, un service de type Netflix (…) Il y a quelques mois, avec deux patrons de chaîne, nous sommes allés au ministère de la Culture.". Mais il fallait d’abord faire évoluer la chronologie des médias.

En quoi la chronologie des médias est-elle un problème pour concurrencer Netflix ? Ce dernier suit les mêmes règles que les autres...
Titre: Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français)
Posté par: Hammett le 03 avril 2017 à 06:19:30
Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - n°221

Altice
Fin mars, Altice a une nouvelle fois refinancé une partie de sa dette. La maturité moyenne de la dette du groupe est de 6,8 ans, et son coût moyen pondéré passe de 6,1% à 6%. Pour le Directeur Financier : "Avec cette dernière opération [...], Altice a refinancé 30 milliards d'euros de dettes depuis un an, a-t-il affirmé dans le communiqué. Cela démontre clairement l'engagement d'Altice à gérer activement ses passifs [...], et à réduire ses coûts d'intérêts.". (Le Tribune (http://www.latribune.fr/technos-medias/altice-continue-de-refinancer-son-enorme-dette-669373.html), 23/03).
Courant octobre, Michel Combes – le DG d’Altice avait déclaré : "on n'a pas de remboursements majeurs avant 2022 et on continue à repousser la maturité de nos emprunts(...) Nous n'avons que les intérêts à payer pendant sept ans et nous pouvons y faire face seulement grâce à nos cash-flow massifs".

A partir de 2022, SFR devra rembourser environ 9 milliards d'euros. Et l'année suivante, il devra sortir quelques 7 milliards d'euros. L’objectif va être de rééchelonner cette partie de la dette.  La dette totale du groupe s’élève à 50,36 milliards.
Si Altice et SFR sont à l’aise sur la dette, il va maintenant falloir démontrer la capacité à reconquérir des clients. Depuis le rachat, SFR a perdu 3,329 millions de clients : 2,873 millions sur le mobile et 456 000 sur le fixe.

ARCEP et la consolidation
Lors d’un entretien au quotidien Le Figaro (édition papier du 31/03) Sébastien Soriano est revenu sur la consolidation des télécoms. Pour lui : "La consolidation n'est ni nécessaire, ni souhaitable. Une fenêtre se referme. Il y a deux acteurs forts qui investissent beaucoup : Orange va bien, SFR tend à se renforcer. La situation est un peu différente pour Bouygues Telecom et Free. Le premier est entré tardivement dans le fixe, et le second, dans le mobile. Lorsque sur un marché à quatre, deux avaient un handicap, la consolidation pouvait avoir du sens. Mais la part de marché de Bouygues Telecom a dépassé les 10 % dans le fixe et Free Mobile affirme avoir atteint ses objectifs de déploiement de la 3G avec un an d'avance et poursuit ses efforts dans la 4G".

Si les acteurs sont d’accord, il n’est pas certain que ces arguments de l'ARCEP puissent être un frein à une éventuelle consolidation.

Sébastien Soriano poursuit : "Alors que le marché trouve enfin sa dynamique à quatre, j'ai du mal à comprendre ce que les Français auraient à gagner d'une consolidation. Le seul intérêt des actionnaires n'est pas suffisant. Et un tel cas de figure pourrait être très dangereux pour l'investissement. Un nouveau cycle de négociations entre opérateurs ferait à nouveau perdre deux ans au secteur. Or c'est le moment d'investir dans la fibre. Si des négociations devaient reprendre, l'Arcep serait très vigilante et exigeante".

Par crainte d’une baisse des investissements mais sans donner de chiffres, ni citer d’études, le président de l’ARCEP est également contre la convergence entre les télécoms et les médias. En début d’année, il déclarait : "Je ne veux pas dicter leur stratégie aux opérateurs. Si Orange se développe dans la banque, et SFR dans les médias, c’est leur droit. Mais il ne faut pas se tromper de boussole. La 5G, par exemple, il faut la préparer dès aujourd’hui. Ma crainte, c’est que par effet de mode, les opérateurs télécoms soient moins focalisés sur les réseaux".
Reste à connaitre l’impact des déclarations du régulateur sur les opérateurs. Sachant que cet aspect ne rentre pas directement dans le cadre de ses attributions réglementaires.
Titre: Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français)
Posté par: Philoutix le 03 avril 2017 à 08:44:41
L'ARCEP cherche à limiter et répartir la part de marché des opérateurs au nom de l'égalitarisme et non de l'égalité, normal que ces acteurs cherchent des relais de croissance là où cet organisme n'intervient pas. En économie de marché, la stratégie est dictée par la croissance, non par les incantations où la technologie.
Titre: Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français)
Posté par: Hammett le 03 avril 2017 à 09:50:33
Ce qui surprenant, c'est la volonté du président de l'ARCEP se se mêler d'un peu trop près à ce que devrait faire les uns ou les autres. Il parle beaucoup et parfois un peu trop. Bon, en même temps, une carrière doit se construire...
Qu'il pousse les investissements, pourquoi pas. Mais dans ce cas, que l'Etat montre l'exemple. Et pour quelle efficacité ?
D'autre part, il serait bon de démontrer en quoi un éventuel passage de 4 à 3 opérateurs serait globalement néfaste aux investissements. Il y a des exemples en Europe, il serait interessant de mesurer les impacts après consolidation. Pourquoi 4 serait le chiffre magique ? Le passage à 5 devrait être envisagé dans ce cas...

Titre: Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français)
Posté par: Rom 1 le 03 avril 2017 à 17:17:25
On pourrait faire le raisonnement inverse, pourquoi 3 serait le chiffre magique ? Pourquoi cette insistante volonté à la consolidation de la part des analystes financiers ? Il faudrait des études dans les pays d'Europe où un passage de 4 à 3 opérateurs a eu lieu, voir si un impact positif significatif sur les investissements a été constaté, de même sur la qualité de service fournie et sur les prix.
Titre: Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français)
Posté par: Hammett le 03 avril 2017 à 17:34:43
On est d'accord, cela manque de sérieuses études. Ceci dit, il n'y a pas que les analystes financiers. Début 2016, il y avait un vendeur et des acheteurs. À partir de là, il n'en reste pas moins que ce n'est pas au régulateur de fixer un nombre dans une économie ouverte. C'est quand même la limite...
Titre: Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français