Auteur Sujet: Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français)  (Lu 48305 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hammett

  • Client Orange Fibre
  • *
  • Messages: 2 624
  • Bois Colombes (92)
PIF
« Réponse #12 le: 05 avril 2014 à 18:24:58 »
Vivendi va devenir riche ! Pour rappel :   
Vivendi a vendu Activision pour 6 milliards d'euros,
Vivendi a vendu Maroc Telecom pour 4,2 milliards d'euros, 
Vivendi vendrait SFR pour 17 milliards d'euros,
Vivendi a racheté les parts de Lagardère dans Canal+ pour 1 milliard d'euros.   
Vivendi se retrouverait alors à la tête d'une trésorerie nette de 10,1 milliards d'euros ! De quoi rendre du cash aux actionnaires et/ou de faire quelques emplettes.

Hammett

  • Client Orange Fibre
  • *
  • Messages: 2 624
  • Bois Colombes (92)
PIF
« Réponse #13 le: 07 avril 2014 à 08:15:50 »
Jean-René Fourtou le pédégé de Vivindi donne une interview au quotidien Les Echos du jour et donner les raisons du choix de Numericable pour reprendre SFR.

Pour lui : "La faisabilité de l’opération. Un rapprochement avec Bouygues aurait créé un groupe avec 47% de part de marché en valeur dans le mobile, ce qui était intenable au plan de la concurrence. Le régulateur aurait demandé des remèdes très importants afin de rééquilibrer le marché. La proposition de Bouygues de vendre son réseau mobile et des fréquences à Free allait dans le bon sens, mais il aurait probablement fallu aussi céder des clients. Par conséquent, dans le cas d’un mariage entre Bouygues et SFR, on se serait retrouvé avec une société en décroissance face à un concurrent surarmé, Free. Les risques d’exécution d’un tel projet étaient vraiment trop importants.".

Bouygues pour l’emporter aurait dû payer entièrement le risque que le projet ne passe auprès de l’Autorité de la Concurrence, d’autre il souligne (main sur le cœur...) que : "Il y aurait eu 4.000 à 6.000 personnes en trop, sans compter les sous-traitants. La situation aurait été difficile à gérer, alors même que Bouygues s’était engagé à ne pas licencier pendant trois ans.".  

Au sujet de Numericable : " C’est un projet porteur de croissance. Les activités sont très complèmentaires. Il y a très peu de recouvrement et donc très peu de doublons en terme d’effectifs. Il s’agit de développer la convergence entre le fixe et le mobile, en s’appuyant sur la croissance du très haut débit et la génération de nouveaux services. C’est la stratégie gagnante dans les télécoms. C’est la vision du gouvernement et de son plan France Très Haut Débit.".  

Pour lui, le groupe Vivendi a terminé ses cessions et la trésorerie devrait atteindre 5 milliards d’euros et même 10 en revendant les parts minoritaires dans Activision (1 milliard), et SFR (4 milliards). Le groupe va se recentrer sur les médias, mais ce sera pour des activités globales.  

Un accord entre Bouygues et Free ?
Enfin, le même quotidien annonce que parallèlement à son offre de rachat de SFR, Bouygues aurait prospecté du coté de Free…Un banque aurait proposé une fusion entre égaux ou chacun aurait possédé 35% (le reste en flottant), mais Xavier Niel aurait refusé, car il souhaite rester maître du navire ou alors en préfère-t-il attendre que le fruit Bouygues soit plus mûr et rende les armes pour moins cher.

Pour Free, le mot d'ordre reste : "nul doute que d’autres opportunités se présenteront dans les prochains mois pour Iliad". Iliad espère certainement peut-être pousser son avantage et attendre que Bouygues Telecom rende les armes.

Bouygues envisagerait de sortir de l’accord de mutualisation signé il y a quelques semaines avec SFR mais également de ne plus louer de la fibre à Numericable (par qui passer dans ce cas ?). L’avenir s’annonce incertain pour Bouygues Telecom. Le rachat de SFR va vraiment remodeler le paysage de l'internet français.

Hammett

  • Client Orange Fibre
  • *
  • Messages: 2 624
  • Bois Colombes (92)
PIF
« Réponse #14 le: 08 avril 2014 à 08:09:18 »
Et si une partie de l’avenir de Bouygues Telecom passait par une alliance avec Orange ?

Il y a 15 jours lors d’une interview au quotidien Les Echos(24/03), Stéphane Richard le pédégé d’Orange proposait ses services dans le cas d’un rachat de SFR par Numericable : "Il devrait aussi vraisemblablement conduire Bouygues Telecom à revoir ses partenaires stratégiques, par exemple sur le très haut débit, aujourd’hui avec Numericable, ou sur le partage de réseau mobile, aujourd’hui avec SFR. Orange a rétabli un dialogue de qualité avec Bouygues depuis quelques mois. Nous pourrions renforcer ce dialogue dans cette hypothèse."   

Aujourd’hui, le même quotidien (08/04) fait état de discussions autour d’une mutualisation entre Bouygues Telecom et Orange. Certains chez Bouygues avancent l’idée que l’accord de mutualisation signé il y a quelques semaines avec SFR est caduc du fait du rachat. D’autant que la relative position de faiblesse de Bouygues Telecom pourrait amadouer l’Autorité de la Concurrence.

Même si la bataille avec Numericable va laisser des traces, le plus simple pour Bouygues serait de rester dans l’orbite de SFR/Numericable. Les accords qui existent ne vont pas être faciles à détricoter. Au niveau mobile il y a l’accord de mutualisation des zones non-denses. D’autre part, Bouygues loue du très haut débit à Numericable, Bouygues loue de l’ADSL à SFR.   

Et si il s’agissait pour Bouygues de brandir Orange afin de renégocier les contrats existants à la baisse ? Une alliance avec Orage serait la grosse côte, alors que l’option la plus envisagée est celle d’une fusion avec Free.

Mais Martin Bouygues veut-il se retrouver en tête à tête avec Xavier Niel ou veut-il s’assurer une plus grande tranquillité s’amarrant au havre de paix que représente Orange ? Le rachat de SFR par Numericable pourrait changer la donne autour de la table.

Hammett

  • Client Orange Fibre
  • *
  • Messages: 2 624
  • Bois Colombes (92)
PIF
« Réponse #15 le: 10 avril 2014 à 08:03:41 »
La bataille qui a opposé Numericable à Bouygues a permis de clore des contentieux juridiques entre Bouygues et Orange. Bouygues ayant besoin de cash, il aurait demande 1,5 milliard d’euros à Orange, mais celui n’a accepté l’accord que pour 300 millions d’euros.
C’est ce que révèle l’hebdomadaire Le Canard Enchaîné du 9 avril.

Est-ce une volonté de remettre les compteurs à zéro avant une possible collaboration comme le laisse entendre certaines hypothèses dans le cas ou Bouygues Telecom voudrait se séparer de la nouvelle galaxie SFR/NC ? 

Pour rappel, avant de signer leur accord d’itinérance en mars 2011, Orange et Free avait signé un accord en août 2010 afin de régler à l’amiable une longue série de procès et plaintes (Le Monde, 08/2010). L’histoire va-t-elle se répéter ?

En creux, cela démontre aussi que la proposition de rachat de Bouygues Telecom a vraiment été montée à "l’arrache" et une relative "impréparation" avec une liste d'investisseurs qui évoluait quasiment au jour le jour, le relatif bradage du réseau à Free, la signature de cet accord avec Orange, et le montage du dossier financier  avec une seule banque.

Bouygues n'aurait-il été là que pour faire payer un peu plus cher à Numericable ? Si cette impression domine chez Bouygues, le retour de bâton devrait être sévère. P.Drahi, le nouveau nabab des télécoms a rencontré A.Montebourg afin de repartir sur de nouvelles bases. Selon un porte-parole de Numericable la rencontre était "constructive et détendue. Les polémiques sont derrière nous".


Des rencontres constructives, des conflits qui se règlent à l'amiable, un acteur qui voulait brader son réseau. En voilà un monde formidable. ;)

vivien

  • Administrateur
  • *
  • Messages: 27 071
    • Twitter LaFibre.info
PIF
« Réponse #16 le: 10 avril 2014 à 08:24:19 »
Attention : N'avoir une banque peu aussi signifier que le dossier est solide et qu'une seule banque est prés a t’accompagner.

Quand il y a un risque, tu es obligé de demander a plusieurs banques de supporter le risque donc c'est un argument qui a tendance a se retourner contre le dossier Numericable / Altice.

Hammett

  • Client Orange Fibre
  • *
  • Messages: 2 624
  • Bois Colombes (92)
PIF
« Réponse #17 le: 10 avril 2014 à 10:10:34 »
Oui, mais vu les montants et la taille de l'opération, c'est forcement un risque et dans ce cas la mutualisation est plutôt positive. 

Hammett

  • Client Orange Fibre
  • *
  • Messages: 2 624
  • Bois Colombes (92)
PIF
« Réponse #18 le: 11 avril 2014 à 13:00:11 »
Le rachat de SFR par Numericable restera un problème franco-français a déclaré jeudi Joaquin Almunia, le commissaire européen à la Concurrence : "De prime abord, l'opération relève des autorités françaises" (La Tribune, 10/04).

Il y a quelques jours (La Tribune, 28/03), l'ARCEP et l'Autorité de la Concurrence avaient déjà déclaré que l'examen du dossier par la Commission Européenne n'était pas si évident que l’acheteur soit Bouygues ou Numericable. Pour l’Arcep "doute que l'Union européenne ait des arguments pour transférer le dossier à Bruxelles : à première vue, le critère de chiffre d'affaires paneuropéen n'est pas rempli.", et pour l'ADLC, c'était circulé, il n'y a rien à voir : "Il n'y a aucun fondement juridique au renvoi (à la Commission)".

Lors d’une interview au quotidien Les Echos (24/03), Stéphane Richard le pédégé d’Orange évoquait trois problèmes liés à la concurrence :
"- il ne semble pas normal d’avoir un câble qui ne serait soumis à aucune régulation tandis que le cuivre et la fibre sont totalement régulés. Nous poserons donc la question de l’accès régulé à la boucle locale du câble au régulateur. C’est un sujet d’actualité partout en Europe et la Belgique a d’ores et déjà décidé la régulation du câble à l’instar du cuivre.
- Ensuite cette opération pose la question de l’accès aux contenus et la télévision payante. Vivendi sera dans un premier temps le principal actionnaire du groupe avec une participation de 32% (20% aujourd’hui). J’espère que l’Autorité de la concurrence sera aussi stricte qu’elle l’a été avec nous quand nous avions nos chaînes Orange Cinéma Series et Orange Sport.
- Par ailleurs, il n’y aura plus de raison que Numericable soit le seul autorisé à dégrouper les chaînes de CanalSat pour faire des bouquets sur mesure.
"

Jusqu’où ira l’Autorité De La Concurrence ? L’examen du dossier pourrait prendre entre 6 et 9 mois, rendant le rachat effectif pour début 2015. Nonobstant toutes poursuites judiciaires diverses et variées.

Hammett

  • Client Orange Fibre
  • *
  • Messages: 2 624
  • Bois Colombes (92)
PIF
« Réponse #19 le: 12 avril 2014 à 08:02:26 »
Le monde des télécoms n'est pas insensible aux tourments de l'âme humaine. Un exemple avec deux des 7 péchés capitaux, la Colère avec Martin Bouygues et l'Envie avec Xavier Niel.

La Colère
Martin Bouygues - le pédégé du groupe Bouygues - vient d'accorder une interview au Figaro du jour. Il est très colère contre Jean-René Fourtou le pédégé de Vivendi au sujet de la vente de SFR à Numericable.

"Des appels d'offres compliqués, tordus, bizarres, j'en ai vu beaucoup. Mais je n'imaginais pas de telles pratiques dans un tel dossier… à Paris de surcroît! (...) Les anomalies se sont multipliées. (...) Pour paraphraser Michel Audiard, ‘je n'accuse pas… j'évoque'." En gros, Bouygues pense avoir été utilisé par Vivendi pour faire monter l'offre de Numericable, il va donc très loin dans les accusations, ce qui n'est vraiment pas le genre de la maison.

Concernant l'avenir de Bouygues Telecom, il assure que : "Bouygues Telecom peut rester seul car il peut compter sur le groupe Bouygues, qui peut lui fournir des moyens importants pour gagner la rude bataille qui s'annonce" Enfin sur des discussions avec Free ou Telefonica : "Je ne commente pas les rumeurs"

La question de l'avenir des relations entre Bouygues et le nouvel SFR n'est pas posé. Que va devenir l'accord de mutualisation signé en février entre SFR et Bouygues ? A terme, l’accord de mutualisation entre SFR et Bouygues Telecom devrait permettre de faire des économies de 300 millions d’euros. 200 pour SFR et 100 pour Bouygues, mais pas avant 2017, une fois le regroupement effectué.

Autre victime collatérale du rachat de SFR par Numericable : Free,  L’accord de mutualisation prévoit le démantèlement de 7000 sites en zones non-denses, avec une possibilité de rachat par Free, si l'accord n'avance plus, Free va forcement perdre du temps sur le déploiement de son réseau. Et de ce coté, il n'y a vraiment rien de trop...

Suite à cette interview Vivendi a publié un communiqué : "Vivendi affirme que la procédure qui l’a conduit à choisir l’offre d’Altice/Numericable en dépit des pressions, des mises en cause déplaisantes dont ses équipes n’ont cessé d’être l’objet, l’a été en toute transparence et avec le souci constant de l’intérêt social de l’entreprise, de ses salariés et de ses actionnaires. Vivendi se refuse, dès lors, à polémiquer, mais réserve tous ses droits."

Difficile de savoir ce que vont devenir les relations entre les deux groupes, mais il va falloir un peu de temps à Bouygues pour digérer.

L'envie
Après la colère froide de Martin Bouygues, la crise de jalousie de Xavier Niel qui vient de faire quelques déclarations à 01Net. C'est au sujet du règlement des contentieux judiciaires entre Orange et Bouygues. Pour solde de tout compte, Orange aurait réglé 300millions à Bouygues, alors que ce dernier réclamait 1,5 milliard.

Ame sensible s'abstenir, on se rapproche du "sublime" : "Cela me paraît bizarre. J'espère, juste, que ce n'est pas nous, Free, premier client d'Orange, qui allons finir par payer cette indemnisation, au travers de nos contrats avec Orange. J'espère aussi que ce n'est pas moi, en tant que citoyen français, au travers de la part de l'Etat dans Orange, qui vais payer un bout de ce montant".
Pour rappel, avant de signer leur accord d’itinérance en mars 2011, Orange et Free avait signé un accord en août 2010 afin de régler à l’amiable une longue série de procès et plaintes (Le Monde, 08/2010). Il parait que le citizen Niel en est encore toute chose...

Au delà du montant, Free voit une menace, car si Bouygues et Orange se rapproche, Free pourrait en faire les frais, alors que la fin de l'itinérance entre Orange et Free se rapproche. Enfin, le rachat de SFR par Numericable, prive Free d'un accord de cession du réseau de Bouygues pour 1,8 milliard et comme évoqué plus haut, si l'accord de mutualisation entre SFR et Bouygues patine, c'est également une possibilité de racheter des antennes qui s'éloigne pour Free.

Le rachat de SFR par Numericable n'a pas fini de faire de grosses vagues.

Hammett

  • Client Orange Fibre
  • *
  • Messages: 2 624
  • Bois Colombes (92)
PIF
« Réponse #20 le: 16 avril 2014 à 07:59:12 »
La fin du roaming en Europe pour la fin 2015 ?

Le Parlement européen vient de voter, à 534 voix pour, 25 contre et 58 abstentions, la proposition de règlement sur le marché unique des télécoms, baptisée « continent connecté. » Parmi ces mesures, la fin du « roaming », les frais d'itinérance facturés par les opérateurs lorsque nous appelons ou surfons à l'étranger.
Ces surcoûts seront supprimés au sein des pays de l'Union d'ici au 15 décembre 2015.

La balle est dans le camps des États membres de l'UE qui vont désormais poursuivre leur examen du règlement. La  Commission espère obtenir leur accord final d'ici à la fin de 2014. Ce qui n'est pas gagné.
En France, Orange, Bouygues et SFR et Free ont progressivement ajouté dans leurs forfaits des heures d'appels et une quantité de données plus ou moins importantes utilisables en Europe plusieurs jours par an.

Pour rappel, l’abandon du roaming fait partie du paquet Telecom 2014/2019 lancée par la Commission Européenne qui a fixé un objectif l’abandon des frais de roaming (data et voix) à l’intérieur des frontières européennes.

Reste à ce que ces offres ne soient pas limitées en nombre de jours et qu’elles soient intégrés avec un surcoût minimum et deviennent complètement ouvertes. Cela devrait permettre aux offres des opérateurs de rentrer un peu plus dans la modernité à l’heure ou l’utilisation d’un Smartphone devient courant, ou les opérateurs vante la 4G et à l’heure où les citoyens européens circulent de plus en plus à l’intérieur des frontières de l’Union.

Hammett

  • Client Orange Fibre
  • *
  • Messages: 2 624
  • Bois Colombes (92)
PIF
« Réponse #21 le: 17 avril 2014 à 10:49:21 »
Dernières nouvelles du rachat de SFR par Numericable. Une interview du président de l'Autorité De La Concurence et du président du comité de suivi chargé de faire le tri des offres pour Vivendi.

L'Autorité autoritaire ?
C'est ce que laisse entrevoir le président lors d'une interview au quotidien Les Echos (16/04) : "Je vous le confirme : nous ferons un examen approfondi, le dossier sera soumis au collège à l’issue d’une procédure contradictoire qui permettra aux parties de réagir au diagnostic concurrentiel qui sera porté par l’Autorité (...) Nous consulterons aussi les régulateurs sectoriels : l’Arcep et le CSA et nous ferons un, deux, voire plusieurs tests de marché si c’est nécessaire".

Comme prévu, l'accord final ne devrait pas intervenir avant la fin de l'année. Les Echos du jour annonce que "L'opérateur historique va demander un allégement de la régulation de sa fibre dans les zones où le câble est présent. Peut-être exigera-t-il de pouvoir sortir du co-investissement avec SFR (dans un peu moins de 200 communes) si ce dernier tarde à déployer. Bouygues, déjà client de Numericable, pourrait de son côté demander une régulation du câble."

L'effet domino de ce rachat pourrait être significatif...

On refait le rachat
Le président du comité chargé par Vivendi de faire le tri dans les offres re chat de SFR s'est exprimé (Le Parisien, 16/04 ) sur les coulisses du rachat.
 
Il parle "des pressions spectaculaires et choquantes (...) aussi bien du côté de Bouygues (...) que des pouvoirs publics"

Pour lui : "Le refus de l’autre, le sectarisme de tout l’establishment ont certainement joué aussi en faveur de Drahi (Patrick Drahi, patron d'Altice, ndlr). Ce dossier, poursuit-il, est l’illustration de l’ostracisme dont est capable l’establishment français quand on n’est pas des leurs."

Enfin, il a  : "finalement moins vu M. Drahi que Martin Bouygues et ceux qui soutenaient sa candidature (...) J’ai vu Martin Bouygues deux fois deux heures, j’ai vu Roussat (président de Bouygues-Telecom, ndlr) deux heures, j’ai même vu deux heures Xavier Niel et Maxime Lombardini, chercher à me vendre Bouygues dans l’espoir de récupérer ses réseaux...".

Pour lui, c'est le pédégé de Numericable qui en voulait le plus : "Ca faisait trois ans qu’il frappait à la porte de Vivendi, avec à chaque fois une offre qu’il a dû revoir. Il voulait SFR et il avait un vrai projet industriel de développement, contrairement à Bouygues qui cherchait une consolidation de la situation".

Bref, le pédégé de Bouygues télécom a joué les utilités et n'a même pas été à la hauteur ! C'est agréable...Les rancoeurs diverses et variées des uns envers les autres ne vont pas être simples à mettre de coté.

Hammett

  • Client Orange Fibre
  • *
  • Messages: 2 624
  • Bois Colombes (92)
PIF
« Réponse #22 le: 21 avril 2014 à 09:37:59 »
Jean-Yves Charlier le pédégé de SFR a accordé une interview au quotidien Le Figaro (19/04). Retour sur le futur de la nouvelle entité qui va naitre après le rachat de Numericable.
Il annonce un accord important avec Vodafone qui devrait porter sur de nombreux points. D'autre part, un "come-back" commercial. Le dossier de rachat a été déposé auprès de l'Autorité de la Concurrence le 16 avril.
Quelques points à retenir. 

Sur le maintien de l'investissement
"Numericable a prévu un financement sur le long terme, sans contraintes pendant sept ans, sans remboursement du principal pendant la même période (...) L'endettement du nouvel ensemble me semble donc approprié, et sans conséquences sur l'investissement. Nous nous sommes engagés avec Patrick Drahi à déployer 12 millions de prises très haut débit d'ici à 2017 et 15 millions en 2020, contre 8 millions actuellement chez Numericable. Le déploiement de la 4G se fait, lui, par paliers et nous le poursuivons."

Mutualisation avec Bouygues
"Cet accord est toujours pertinent pour SFR et reste stratégique pour nous deux entreprises (...) nous avons signé un contrat pour vingt ans qui ne comprend pas de clause de sortie pour cause de changement de contrôle capitalistique" La question d'u paiement d'une pénalité de sortie par Bouygues "n'est pas un sujet aujourd'hui"

Sur la guerre des prix dans le mobile
"La guerre des prix va continuer, pendant un certain temps. Mais ce n'est pas tenable sur le long terme. La France doit choisir entre des prix bas et résorber la fracture numérique. Nous avons atteint un point de bascule".

Sur le papier, SFR/Numericable a des atouts commerciaux et industriels pour devenir un opérateur complet. Mais SFR devra maintenant réussir la fusion et surtout garder Bouygues Telecom dans sa sphère d'influence. Les défis sont énormes.

Hammett

  • Client Orange Fibre
  • *
  • Messages: 2 624
  • Bois Colombes (92)
PIF
« Réponse #23 le: 24 avril 2014 à 08:13:29 »
Dernières nouvelles du rachat de SFR par Numericable (6)

Des conditions financières favorables pour Numericable et quelques chiffres sur les évolutions financières futures.

Conditions financières
Le rachat de SFR par Numericable plait bien au marché. Numericable et Altice doivent lever environ 12 milliards d’euros en obligations, pour financer le rachat de SFR. La demande aurait atteint 70 milliards d’euros. Devant ce succès, l’émission a été revue en hausse, Numericable va lever environ 8 milliards, alors qu’au départ il ne devait emprunter que quelques 6 milliards sur le marché obligataire, au côté d’un financement bancaire de 5,6 milliards d’euros. Le prêt bancaire a donc été réduit. Altice doit lever, de son côté, presque 4 milliards d’euros.

Le rapprochement fixe/mobile a le vent en poupe. Cela va permettre à Numericable de diversifier ses sources de financement, et d’avoir des conditions moins strictes de remboursement.   

Evolutions financières
Le business plan de Numericable commence à être précisé. Selon Bfm qui en publie les grandes lignes.
 
Les investissements du nouvel ensemble vont diminuer de 150 millions d'euros, passant de 1,93 à 1,78 milliard entre 2013 et 2016. Il n'y a pas de précisions sur les investissements touchés.

Numericable prévoit de "migrer le réseau de SFR vers le réseau de fibre à l'immeuble de Numericable" dans les zones couvertes par le câblo-opérateur -soit 50% du réseau de SFR. Dans ces cas-là, "les coûts de dégroupage auprès d'Orange seront éliminés". De ce fait, Numericable espère de voir augmenter la facture de 7 euros par client. 
Cela va demander de gros efforts de la part de Numericable, d’autant que les prévisions de résultats pour SFR devrait se dégrader jusqu’en 2015/2016. Le poids de la clientèle actuelle de Numericable n’est pas assez fort pour peser.

L’accord de mutualisation entre Bouygues et SFR va permettre à SFR va recevoir (pour compensation) de Bouygues un total de 460 millions d’euros, soit 23 millions par an et pendant 20 ans. 
Si Bouygues veut voguer vers d’autres horizons et remettre en cause cet accord, il va lui falloir soit payer un dédommagement, soit attaquer en justice afin de casser l’accord.

 

Mobile View