La Fibre

Télécom => Télécom => ARCEP ARCEP => Discussion démarrée par: vivien le 14 juillet 2021 à 21:43:01

Titre: L’Arcep publie l’édition 2021 de son rapport sur l’état d’internet en France
Posté par: vivien le 14 juillet 2021 à 21:43:01
L’Arcep a publiée la semaine dernière son rapport sur l’état d’internet en France, édition 2021

Voici le lien vers le communiqué de presse de l'Arcep (https://www.arcep.fr/actualites/les-communiques-de-presse/detail/n/internet-ouvert-070721.html) qui intègre, il me semble que c'est la première fois, directement les vidéos de la présentation.

Je vais ci-dessous reprendre des éléments et les contributions des différents thèmes traités. Une sorte de résumé, sans avoir la prétention d'être un vrai résumé, j'ai en effet écarté des points abordés dans le rapport qui dépasse les 100 pages. Il y a également des éléments supplémentaires issues d'autres publication de l'Arcep. Les différentes contributions extérieures à l'Arcep sont également mis en avant dans ce sujet, on y trouve des éléments intéressants. Les contributions peuvent servir à donner des informations que l'Arcep ne pourrait pas donner directement.

Dans ce rapport, l’Arcep expose les évolutions marquantes des différentes composantes des réseaux internet fixes et mobiles pour 2020 : qualité de service, interconnexion de données, transition vers IPv6, neutralité du net, ouverture des terminaux et rôle des plateformes.

L’objectif de ce suivi : s’assurer, à travers la régulation, qu’internet continue à se développer comme un bien commun où l’utilisateur est l’arbitre en dernier ressort.

Le rapport de 109 pages :
(cliquez sur la miniature ci-dessous - le document est au format PDF)
(https://lafibre.info/images/doc/202107_arcep_rapport_etat_internet_2021.png) (https://lafibre.info/images/doc/202107_arcep_rapport_etat_internet_2021.pdf)

Introduction de la Laure de La Raudière :
https://lafibre.info/videos/arcep/202107_arcep_rapport_etat_internet_2021_introduction.mp4
Titre: L’Arcep - Les réseaux pendant la crise sanitaire (Covid-19)
Posté par: vivien le 14 juillet 2021 à 21:43:47
Lien directs sur les différents sujets du rapport :
- Les réseaux pendant la crise sanitaire (Covid-19) (https://lafibre.info/arcep/rapport-etat-internet-2021/msg881185/#msg881185)
- Chapitre 1 : Améliorer la mesure de la qualité d’internet (https://lafibre.info/arcep/rapport-etat-internet-2021/msg881190/#msg881190)
- Chapitre 2 : Superviser l’interconnexion de données (https://lafibre.info/arcep/rapport-etat-internet-2021/msg881200/#msg881200)
- Chapitre 3 : Accélérer la transition vers IPv6 (https://lafibre.info/arcep/rapport-etat-internet-2021/msg881210/#msg881210)
- Chapitre 4 : Garantir la neutralité d’internet (https://lafibre.info/arcep/rapport-etat-internet-2021/msg881218/#msg881218)
- Chapitre 5 : Terminaux et plateformes, maillons structurants de l’accès à internet (https://lafibre.info/arcep/rapport-etat-internet-2021/msg881228/#msg881228)
- Chapitre 6 : Intégrer l'empreinte environnementale des réseaux à la régulation (https://lafibre.info/arcep/rapport-etat-internet-2021/msg881234/#msg881234)
- Les faits marquants de l'Arcep en 2020 (https://lafibre.info/arcep/rapport-etat-internet-2021/msg881248/#msg881248)

Les réseaux pendant la crise sanitaire (Covid-19) :

À retenir :
- Les usages ont été fortement modifiés pendant la crise sanitaire avec une hausse du trafic d’environ 30% pendant le confinement du printemps 2020.
- Les réseaux internet fixe et mobile ont montré leur résilience, puisqu’aucune congestion majeure n’a été observée pendant la période de crise sanitaire.
- Un dialogue avec les opérateurs a été ouvert par l’Arcep pour s’assurer du respect du principe de neutralité de net malgré les conditions exceptionnelles.


La mise en place d’un dialogue proactif entre les opérateurs et les principaux fournisseurs de contenu et d'applications s’est avéré plus que jamais nécessaire pour favoriser l’anticipation des événements pouvant avoir un impact sur la charge des réseaux.

Présentation vidéo par Aurore Tual :
https://lafibre.info/videos/arcep/202107_arcep_rapport_etat_internet_2021_0_crise_sanitaire.mp4

Lien vers la première page du rapport traitant de la crise sanitaire :

(cliquez sur la miniature ci-dessous - le document est au format PDF)
(https://lafibre.info/images/doc/202107_arcep_rapport_etat_internet_2021_0_crise_sanitaire.png) (https://lafibre.info/images/doc/202107_arcep_rapport_etat_internet_2021.pdf#page=10)
Titre: L’Arcep - Les réseaux pendant la crise sanitaire (Covid-19)
Posté par: vivien le 14 juillet 2021 à 21:44:03
Les usages ont été fortement modifiés pendant la crise sanitaire, notamment en raison de l’augmentation des visioconférences liées au recours au télétravail, mais aussi à l’augmentation du streaming vidéo et des jeux en ligne, fortement consommateurs en bande passante.

Cela a entraîné une très forte augmentation du trafic internet au niveau des fournisseurs d’accès à internet, avec une hausse d’environ 30% pendant le confinement du printemps 2020, d’après plusieurs estimations. Une modification importante du profil de trafic a par ailleurs été observée : le pic de trafic habituellement constaté en soirée a été « étalé » sur toute la journée. La qualité de service internet a connu une légère baisse lors de ce confinement tandis que le nombre de tests de QoS par les utilisateurs a augmenté, d’après certains outils en crowdsourcing.

(https://lafibre.info/images/doc/202107_arcep_rapport_etat_internet_2021_reseau_crise_sanitaire_1.png)

(https://lafibre.info/images/doc/202107_arcep_rapport_etat_internet_2021_reseau_crise_sanitaire_2.png)

Malgré cette augmentation importante des usages et du trafic internet, les réseaux internet fixe et mobile ont montré leur résilience lors du premier confinement puisqu’aucune congestion majeure n’a été observée pendant la période de crise sanitaire.
Titre: L’Arcep - Les réseaux pendant la crise sanitaire (Covid-19)
Posté par: vivien le 14 juillet 2021 à 21:44:46
Contribution de Luca BELLI, “The Value of Internet Openness in Times of Crisis” :

(https://lafibre.info/images/doc/202107_arcep_rapport_etat_internet_2021_luca_belli.png)
Titre: L’Arcep - Les réseaux pendant la crise sanitaire (Covid-19)
Posté par: vivien le 14 juillet 2021 à 21:44:52
Contribution de la CNIL sur données personnelles & API :

(https://lafibre.info/images/doc/202107_arcep_rapport_etat_internet_2021_cnil.png)
Titre: L’Arcep - Chapitre 1: Améliorer la mesure de la qualité d’internet
Posté par: vivien le 14 juillet 2021 à 21:45:29
Lien directs sur les différents sujets du rapport :
- Les réseaux pendant la crise sanitaire (Covid-19) (https://lafibre.info/arcep/rapport-etat-internet-2021/msg881185/#msg881185)
- Chapitre 1 : Améliorer la mesure de la qualité d’internet (https://lafibre.info/arcep/rapport-etat-internet-2021/msg881190/#msg881190)
- Chapitre 2 : Superviser l’interconnexion de données (https://lafibre.info/arcep/rapport-etat-internet-2021/msg881200/#msg881200)
- Chapitre 3 : Accélérer la transition vers IPv6 (https://lafibre.info/arcep/rapport-etat-internet-2021/msg881210/#msg881210)
- Chapitre 4 : Garantir la neutralité d’internet (https://lafibre.info/arcep/rapport-etat-internet-2021/msg881218/#msg881218)
- Chapitre 5 : Terminaux et plateformes, maillons structurants de l’accès à internet (https://lafibre.info/arcep/rapport-etat-internet-2021/msg881228/#msg881228)
- Chapitre 6 : Intégrer l'empreinte environnementale des réseaux à la régulation (https://lafibre.info/arcep/rapport-etat-internet-2021/msg881234/#msg881234)
- Les faits marquants de l'Arcep en 2020 (https://lafibre.info/arcep/rapport-etat-internet-2021/msg881248/#msg881248)

Chapitre 1 : Améliorer la mesure de la qualité d’internet

À retenir :
- À l’été 2021, les opérateurs devront effectuer auprès de l’Arcep la démonstration d’une box de développement avec l’API « carte d’identité de l’accès ». L’API sera ensuite déployée progressivement dans les box des utilisateurs.
- 10 acteurs de la mesure se sont déclarés conformes à la version 2020 du Code de conduite de la qualité de service d’internet.
- La qualité du service de données mobiles continue de progresser : le débit moyen en France métropolitaine atteint 49 Mbit/s en 2020.

Présentation vidéo par Vivien Géant :
https://lafibre.info/videos/arcep/202107_arcep_rapport_etat_internet_2021_1_qos.mp4

Lien vers la première page du rapport traitant de la qualité de service :

(cliquez sur la miniature ci-dessous - le document est au format PDF)
(https://lafibre.info/images/doc/202107_arcep_rapport_etat_internet_2021_1_qos.png) (https://lafibre.info/images/doc/202107_arcep_rapport_etat_internet_2021.pdf#page=20)
Titre: L’Arcep - Chapitre 1: Améliorer la mesure de la qualité d’internet
Posté par: vivien le 14 juillet 2021 à 21:45:53
Qualité des services mobiles

Sur le mobile, l’Arcep mène, depuis 1997, une campagne annuelle d’évaluation de la qualité des services mobiles des opérateurs sur le terrain. Ces données sont présentées sur monreseaumobile.fr, qui permet aux consommateurs de visualiser simplement, en un point donné, quel opérateur sera susceptible de lui proposer la meilleure qualité de service.

En métropole, la qualité des services de l’internet mobile continue de s’améliorer globalement pour tous les opérateurs, et ce dans toutes les zones : rurales, intermédiaires et denses. On note toutefois que le rythme d’amélioration est moindre que les années précédentes. Cela peut s’expliquer notamment par le contexte sanitaire, et un durcissement des protocoles de mesure pour être au plus proche de l’expérience utilisateur.

(https://lafibre.info/images/doc/202107_arcep_rapport_etat_internet_2021_qos_mobile_1.png)

Pour compléter l’information apportée par le débit moyen, l’Arcep a introduit en 2020 un nouvel indicateur : le taux de débits dépassant 3 Mb/s. Un débit supérieur à 3 Mbit/s permet, dans la plupart des cas, d’assurer les usages internet mobile « standards » comme naviguer sur le web, lire ses mails, et de regarder la majorité des vidéos en 720p sans ralentissement majeur. Ce seuil est de 91% en zones denses, 74% en zone intermédiaires et 81% en zone rurales. En outre-mer, il varie de 92% pour la Martinique à 55% pour Saint-Barthélemy.


(https://lafibre.info/images/doc/202107_arcep_rapport_etat_internet_2021_qos_mobile_2.png)
Titre: L’Arcep - Chapitre 1: Améliorer la mesure de la qualité d’internet
Posté par: vivien le 14 juillet 2021 à 21:46:28
SpeedTest et API dans les box

Le Code de conduite de la qualité de service internet, mis à jour en septembre 2020, a fixé un niveau minimal de transparence et de robustesse.  Plusieurs axes sont renforcés dans cette nouvelle version. Par exemple afficher des indicateurs simples et similaires pour pouvoir mieux comparer les débits entre outils : les outils qui se sont déclarés conformes et qui publient un baromètre vont afficher les résultats aux heures chargées (de 18 heures à 23 heures) avec des débits médians et la médiane des latences mesurées.

Le code de conduite de la qualité de service d’internet 2020 :
(cliquez sur la miniature ci-dessous - le document est au format PDF)
(https://lafibre.info/images/doc/202009_arcep_code_de_conduite_qos.png) (https://lafibre.info/images/doc/202009_arcep_code_de_conduite_qos.pdf)

Le Code de conduite 2020 a également fixé une capacité minimale à 1 Gb/s pour les « mire de test ». Alors une mire, c’est un serveur avec lequel les mesures de débit sont réalisées. Cette capacité minimale permet de réduire le nombre de mesures où la connexion à Internet de la mire est l’élément limitant (notamment dans le cas où plusieurs clients FttH effectuent un test simultanément).

Aujourd’hui, 10 acteurs de la mesure se sont déclarés conformes à la version 2020 du Code de conduite. Les évolutions vont continuer avec de nouvelles versions qui introduiront des obligations sur la façon de gérer les données de l’API. Le duo ainsi formé par l’API et le code de conduite permettra aux outils de mesure de fiabiliser non seulement les tests de qualité de service, mais aussi les publications agrégées des résultats.

Les outils conforme au code de conduite publié en décembre 2020 par l'Arcep :

(https://lafibre.info/images/doc/202107_arcep_rapport_etat_internet_2021_1_qos_1.png)

La conformité au code de conduite 2022 ouvrira la porte de l’accès à l'API « carte d’identité de l’accès » dans les box. Sollicitée uniquement lorsque l'utilisateur initie un test de débit, et sous son contrôle, l'API renseignera l’outil de mesure sur une série d’indicateurs techniques, tels que la technologie d’accès à internet, les débits montant ou descendant contractuels, la qualité du Wi-Fi, etc.
Les données recueillies par l’API ne sont pas transmises à l’Arcep. Aucune donnée liée à l’identification de l’utilisateur (identifiant, nom, localisation etc.) ne sera par ailleurs transmise par l’API aux outils de mesure, dans un objectif de protection de la vie privée des utilisateurs.

Schéma de fonctionnement de l'API qui sera mis en place dans les box :
(https://lafibre.info/images/doc/202006_arcep_rapport_etat_internet_2020_1_qos_2.png)

Attention, cette API ne réalise pas de test de débit, mais elle caractérise l’environnement de la mesure. Elle sera sollicitée uniquement lorsque l'utilisateur initie un test de débit, et sous son contrôle, l'API renseignera l’outil de mesure sur une série d’indicateurs techniques, tels que la technologie d’accès à internet, les débits montants et descendants contractuels.

En juillet 2022, l’API sera implémentée et activée dans toutes les box proposées aux nouveaux clients, et dans une grande partie des box déjà mises à disposition des clients.

Planning de déploiement de l'API :

(https://lafibre.info/images/doc/202006_arcep_rapport_etat_internet_2020_1_qos_3.png)
Titre: L’Arcep - Chapitre 1: Améliorer la mesure de la qualité d’internet
Posté par: vivien le 14 juillet 2021 à 21:48:49
Les points possible de saturation des réseaux et les biais existant pour la mesure de débit :

(https://lafibre.info/images/doc/202107_arcep_rapport_etat_internet_2021_point_saturation.png)

Si quand on a un mauvais débit on pense tout de suite a un de nombreux points sur le réseau qui peut être congestionné, il existe d’autres biais qui peuvent dégrader le débit affiché. Sur de nombreux tests de débit réalisés sur une connexion fibre à 1 Gbit/s, la limitation de débit n’est pas liée au réseau de l’opérateur ou à la mire utilisée, mais au PC de test. Ce phénomène est encore plus présent sur des connexions à 10 Gbit/s, où les équipements utilisés par le client sont généralement limitants.

L’Arcep a réalisé un comparatif, sur un PC d’entrée de gamme de 2015, connecté à un réseau de 1 Gb/s symétrique. Dans ces conditions, on observe que l’élément limitant est le processeur du PC. Ces tests montrent, que pour réaliser un test sur un PC limité en performance, l’outil installable est le meilleur choix pour fiabiliser la mesure.

Ci-dessous l'Arcep n'a pas nommé les deux outils testés, mais il est dit que "les deux outils de test de débit multi-hébergeurs les plus utilisés en France pour tester sa connexion internet (« outil n° 1 » et « outil n° 2 » ci-après) et de les comparer à la version installable sous Windows 10 et Ubuntu de ces mêmes outils (respectivement « outil installable n° 1 » et « outil installable n° 2 » ci-après)."

Avec ces informations et les spécificités des outils (l'outil N°1 propose un test mono-connexion et la version installable de l'outil n°2 est disponible uniquement en version bêta). Il sera facile à l'utilisateur averti de retrouver qui est qui dans ces deux outils. Un indice: [Beta-test] Application nPerf pour Windows, Mac, Linux (https://lafibre.info/tester-son-debit/beta-test-application-nperf-pour-windows-mac-linux/).


(https://lafibre.info/images/doc/202107_arcep_rapport_etat_internet_2021_biais_1.png)
Titre: L’Arcep - Chapitre 1: Améliorer la mesure de la qualité d’internet
Posté par: vivien le 14 juillet 2021 à 21:49:07
(https://lafibre.info/images/doc/202107_arcep_rapport_etat_internet_2021_biais_2.png)
(https://lafibre.info/images/doc/202107_arcep_rapport_etat_internet_2021_biais_3.png)
Titre: L’Arcep - Chapitre 1: Améliorer la mesure de la qualité d’internet
Posté par: vivien le 14 juillet 2021 à 21:49:31
(https://lafibre.info/images/doc/202107_arcep_rapport_etat_internet_2021_biais_4.png)
Titre: L’Arcep - Chapitre 1: Améliorer la mesure de la qualité d’internet
Posté par: vivien le 14 juillet 2021 à 21:50:19
Contribution de Ookla (éditeur de SpeedTest.net) et SpeedChecker (éditeur de TestADSL.net) :

(https://lafibre.info/images/doc/202107_arcep_rapport_etat_internet_2021_ookla_speedchecker.png)
Titre: L’Arcep - Chapitre 1: Améliorer la mesure de la qualité d’internet
Posté par: vivien le 14 juillet 2021 à 21:50:33
Contribution de SamKnows et Tutela :

(https://lafibre.info/images/doc/202107_arcep_rapport_etat_internet_2021_samknows_tutela.png)
Titre: L’Arcep - Chapitre 1: Améliorer la mesure de la qualité d’internet
Posté par: vivien le 14 juillet 2021 à 21:50:49
L'Arcep a mis à jour son tutoriel pour améliorer sa connexion Wi-Fi :

(https://lafibre.info/images/doc/202107_arcep_rapport_etat_internet_2021_wifi_1.png)

(https://lafibre.info/images/doc/202107_arcep_rapport_etat_internet_2021_wifi_2.png)
Titre: L’Arcep - Chapitre 1: Améliorer la mesure de la qualité d’internet
Posté par: vivien le 14 juillet 2021 à 21:51:05
J’alerte l’Arcep

Lancée en octobre 2017, la plateforme https://jalerte.arcep.fr/ est à disposition de chaque citoyen, de chaque entreprise ou de chaque collectivité qui souhaite remonter du terrain tout problème lié à l’internet mobile, à l’internet fixe ou aux services postaux. L’Arcep a dressé le bilan le bilan 2020 de son action au profit des consommateurs et de sa plateforme de signalement « J’alerte l’Arcep »*. En 2020, plus de 33 000 signalements ont été transmis à l’Arcep. De ces signalements, 40 % concernent un problème lié à qualité et la disponibilité des services fixes ou mobiles.

https://lafibre.info/videos/arcep/201806_jalerte_arcep.mp4

Ces remontées constituent un élément important dans la capacité de diagnostic de l’Arcep. En effet, elles permettent de quantifier et identifier les difficultés rencontrées par les utilisateurs afin d’orienter ses actions vers les solutions les plus appropriées possible. Les signalements sont notamment une source utile aux services de l’Autorité pour identifier les infractions potentielles au règlement internet ouvert et son principe de neutralité du net (cf. chapitre 4 de ce rapport). La plateforme a aussi été mobilisée pendant la crise sanitaire, notamment en transmettant aux opérateurs les alertes identifiées comme prioritaires (profession médicale ou paramédicale, collectivité territoriale, services de l’Etat). Une cinquantaine d’alertes concernant ces profils ont été transmises. Les opérateurs ont assuré un suivi individuel de ces alertes.

L’Arcep a lancé en novembre 2020 une nouvelle version de « J’alerte l’Arcep », en tirant profit des trois années d’expérience et de recul pour améliorer et enrichir le fonctionnement de cette plateforme de signalement. La plateforme est désormais ouverte à de nouveaux publics qui pourraient alerter le régulateur (marché de la distribution de la presse, profils développeurs, opérateurs, associations de consommateurs). Le parcours utilisateur a aussi été fluidifié et rendu accessible aux publics porteurs de handicaps. Une intégration aux autres outils de régulation par la donnée développés par l’Arcep est également prévue (Mon réseau mobile, Carte fibre, Ma connexion internet et Wehe). Enfin, le traitement des données par l’Arcep a été repensé pour gagner en efficacité.

Exemple datant de 2018 :

(https://lafibre.info/images/presse/201812_arcep_anniversaire_j-alerte_l-arcep_18.png)

(https://lafibre.info/images/presse/201812_arcep_anniversaire_j-alerte_l-arcep_19.png)
Titre: L’Arcep - Chapitre 2: Superviser l’interconnexion de données
Posté par: vivien le 14 juillet 2021 à 21:51:50
Lien directs sur les différents sujets du rapport :
- Les réseaux pendant la crise sanitaire (Covid-19) (https://lafibre.info/arcep/rapport-etat-internet-2021/msg881185/#msg881185)
- Chapitre 1 : Améliorer la mesure de la qualité d’internet (https://lafibre.info/arcep/rapport-etat-internet-2021/msg881190/#msg881190)
- Chapitre 2 : Superviser l’interconnexion de données (https://lafibre.info/arcep/rapport-etat-internet-2021/msg881200/#msg881200)
- Chapitre 3 : Accélérer la transition vers IPv6 (https://lafibre.info/arcep/rapport-etat-internet-2021/msg881210/#msg881210)
- Chapitre 4 : Garantir la neutralité d’internet (https://lafibre.info/arcep/rapport-etat-internet-2021/msg881218/#msg881218)
- Chapitre 5 : Terminaux et plateformes, maillons structurants de l’accès à internet (https://lafibre.info/arcep/rapport-etat-internet-2021/msg881228/#msg881228)
- Chapitre 6 : Intégrer l'empreinte environnementale des réseaux à la régulation (https://lafibre.info/arcep/rapport-etat-internet-2021/msg881234/#msg881234)
- Les faits marquants de l'Arcep en 2020 (https://lafibre.info/arcep/rapport-etat-internet-2021/msg881248/#msg881248)

Chapitre 2 : Superviser l’interconnexion de données

À retenir :
- Le trafic entrant vers les principaux FAI en France à l’interconnexion a augmenté de plus de 50% en un an pour atteindre 27,7 Tbit/s à fin 2020.
- Le trafic provenant des CDN internes au réseau des principaux FAI en France a augmenté de 82% en un an pour atteindre 7,1 Tbit/s à fin 2020.
- 50% du trafic vers les clients des principaux FAI en France provient de quatre fournisseurs : Netflix, Google, Akamai et Facebook.

Présentation vidéo par Samih Souissi :
https://lafibre.info/videos/arcep/202107_arcep_rapport_etat_internet_2021_2_interconnexion.mp4

Lien vers la première page du rapport traitant de l’interconnexion de données :

(cliquez sur la miniature ci-dessous - le document est au format PDF)
(https://lafibre.info/images/doc/202107_arcep_rapport_etat_internet_2021_2_interconnexion.png) (https://lafibre.info/images/doc/202107_arcep_rapport_etat_internet_2021.pdf#page=38)
Titre: L’Arcep - Chapitre 2: Superviser l’interconnexion de données
Posté par: vivien le 14 juillet 2021 à 21:52:26
Depuis 2012, l’Arcep exerce un suivi vigilent de l’écosystème internet en France grâce à une collecte d’information semestrielle sur les conditions techniques et tarifaires de l’interconnexion.

Ce dispositif nous permet d’une part de donner une vue d’ensemble du marché de l’interconnexion en France et d’autre part de détecter des signaux faibles sur d’éventuelles situations de tension.

Le trafic entrant vers les quatre principaux FAI en France à l’interconnexion est passé de plus 18,4 Tbit/s à fin 2019 à 27,7 Tbit/s à fin 2020, marquant ainsi une augmentation de plus de 50 % en un an (l’augmentation était de 29% entre 2018 et 2019). Le trafic provient environ pour la moitié des liens de transit. Ce taux de transit assez élevé est dû en grande partie au trafic de transit entre Open Transit International (OTI), Tier 1 appartenant à Orange, et le Réseau de Backbone et de Collecte Internet d’Orange (RBCI), qui permet d’acheminer le trafic vers les clients finals de ce FAI. Ce taux de transit est beaucoup moins élevé chez les autres FAI qui, n’ayant pas en parallèle une activité de transitaire, font davantage appel au peering.
On observe une augmentation importante du trafic de +26% au premier semestre 2020, qui pourrait en partie refléter l’augmentation des usages lors du premier confinement en France.

(https://lafibre.info/images/doc/202107_arcep_rapport_etat_internet_2021_2_interconnexion_1.png)

À fin 2020, le trafic sortant du réseau des quatre principaux FAI en France à l’interconnexion atteint environ 2,6 Tbit/s, soit une augmentation de 46% par rapport à fin 2019. Entre 2012 et 2020, ce trafic a été multiplié par cinq. On observe une augmentation particulièrement marquée entre le deuxième semestre 2019 et le premier semestre 2020, qui pourrait notamment être liée au début de la crise sanitaire et du confinement du printemps 2020.


(https://lafibre.info/images/doc/202107_arcep_rapport_etat_internet_2021_2_interconnexion_2.png)
Titre: L’Arcep - Chapitre 2: Superviser l’interconnexion de données
Posté par: vivien le 14 juillet 2021 à 21:52:51
Taux d'asymétrie entre flux descendant (internet vers client) et montant (client vers internet)

(https://lafibre.info/images/doc/202107_arcep_rapport_etat_internet_2021_2_interconnexion_3.png)

(https://lafibre.info/images/doc/202107_arcep_rapport_etat_internet_2021_2_interconnexion_4.png)
Titre: L’Arcep - Chapitre 2: Superviser l’interconnexion de données
Posté par: vivien le 14 juillet 2021 à 21:53:44
Entre fin 2019 et fin 2020, le trafic provenant des CDN internes a presque doublé pour atteindre plus de 7 Tbit/s (soit 21% du trafic vers les clients finaux des principaux FAI en France. Cette augmentation pourrait en partie s’expliquer par la modification des usages lors de la crise sanitaire, notamment l’augmentation de la vidéo à la demande qui recourt principalement à des CDN internes dans le réseau des différents opérateurs.

(https://lafibre.info/images/doc/202107_arcep_rapport_etat_internet_2021_2_interconnexion_5.png)

En ce qui concerne la décomposition du trafic par origine en France, à l’instar des années précédentes, on remarque une concentration du trafic entre un petit nombre d’acteurs. Ainsi, 50% du trafic provient principalement de 4 fournisseurs de contenu : Netflix, Google, Akamai et Facebook. On remarque aussi la présence des plusieurs CDN dans la décomposition du trafic, confirmant ainsi le rôle important de ces acteurs dans l’acheminement du trafic internet.


(https://lafibre.info/images/doc/202107_arcep_rapport_etat_internet_2021_2_interconnexion_6.png)
Titre: L’Arcep - Chapitre 2: Superviser l’interconnexion de données
Posté par: vivien le 14 juillet 2021 à 21:54:16
Contribution de Sami Slim, directeur adjoint de Telehouse France :

(https://lafibre.info/images/doc/202107_arcep_rapport_etat_internet_2021_telehouse.png)
Titre: L’Arcep - Chapitre 2: Superviser l’interconnexion de données
Posté par: vivien le 14 juillet 2021 à 21:54:39
Contribution de Franck Simon, président de France-IX :

(https://lafibre.info/images/doc/202107_arcep_rapport_etat_internet_2021_france-ix.png)
Titre: L’Arcep - Chapitre 2: Superviser l’interconnexion de données
Posté par: vivien le 14 juillet 2021 à 21:55:10
Contribution de Raphaël Nicoud, président d'Aqua Ray :

(https://lafibre.info/images/doc/202107_arcep_rapport_etat_internet_2021_aqua_ray.png)
Titre: L’Arcep - Chapitre 3: Accélérer la transition vers IPv6
Posté par: vivien le 14 juillet 2021 à 21:58:18
Lien directs sur les différents sujets du rapport :
- Les réseaux pendant la crise sanitaire (Covid-19) (https://lafibre.info/arcep/rapport-etat-internet-2021/msg881185/#msg881185)
- Chapitre 1 : Améliorer la mesure de la qualité d’internet (https://lafibre.info/arcep/rapport-etat-internet-2021/msg881190/#msg881190)
- Chapitre 2 : Superviser l’interconnexion de données (https://lafibre.info/arcep/rapport-etat-internet-2021/msg881200/#msg881200)
- Chapitre 3 : Accélérer la transition vers IPv6 (https://lafibre.info/arcep/rapport-etat-internet-2021/msg881210/#msg881210)
- Chapitre 4 : Garantir la neutralité d’internet (https://lafibre.info/arcep/rapport-etat-internet-2021/msg881218/#msg881218)
- Chapitre 5 : Terminaux et plateformes, maillons structurants de l’accès à internet (https://lafibre.info/arcep/rapport-etat-internet-2021/msg881228/#msg881228)
- Chapitre 6 : Intégrer l'empreinte environnementale des réseaux à la régulation (https://lafibre.info/arcep/rapport-etat-internet-2021/msg881234/#msg881234)
- Les faits marquants de l'Arcep en 2020 (https://lafibre.info/arcep/rapport-etat-internet-2021/msg881248/#msg881248)

Chapitre 3 : Accélérer la transition vers IPv6

À retenir :
- 105 participants à la task-force iPv6 co-pilotée par l'Arcep et Internet Society France.
- Les opérateurs qui se sont vus attribuer des fréquences 5G sont tenus de rendre leur réseau mobile compatible à compter du 31 décembre 2020.
- Le taux d’utilisation d’IPv6 progresse en France pour atteindre plus de 42% en décembre 2020.


Présentation vidéo par Samih Souissi :
https://lafibre.info/videos/arcep/202107_arcep_rapport_etat_internet_2021_3_ipv6.mp4

Lien vers la première page du rapport traitant d'IPv6 :

(cliquez sur la miniature ci-dessous - le document est au format PDF)
(https://lafibre.info/images/doc/202107_arcep_rapport_etat_internet_2021_3_ipv6.png) (https://lafibre.info/images/doc/202107_arcep_rapport_etat_internet_2021.pdf#page=48)
Titre: L’Arcep - Chapitre 3: Accélérer la transition vers IPv6
Posté par: vivien le 14 juillet 2021 à 21:58:50
L'essentiel des données du rapport viennent de baromètre IPv6, publié en décembre 2020 : En effet, il y a une collecte annuelle auprès des opérateurs. L'Arcep ne dispose pas de nouveaux chiffres pour le rapport.

Je reprend ci-dessous la synthèse que j'avais réalisé, mais pour les données complètes, je vous renvoi sur le sujet du forum "Baromètre IPv6 Arcep 2020 (https://lafibre.info/ipv6/ipv6-barometre-2020/)"

(https://lafibre.info/images/ipv6/202012_arcep_barometre_ipv6_podium.png)

Les conclusions :

Sur le réseau fixe, en ce qui concerne les principaux opérateurs télécom en France, l’Arcep constate des progrès mais appelle les opérateurs à poursuivre et renforcer encore plus leurs efforts :
- Le taux de clients activés en IPv6 sur le réseau de SFR toutes technologies confondues a diminué en passant de 6,7% à mi-2019 à 1,6% à mi-2020. Cette régression, principalement liée à la diminution des clients activés en FttH, est préoccupante en raison de la pénurie d’IPv4. Les activations à venir demeurant également insuffisantes (entre 5% et 15% à mi-2022 et entre 10% et 20% à mi-2023), SFR est invité à accélérer fortement sa transition vers IPv6 sur son réseau fixe, en particulier sur le FttH, et à entamer cette transition sur le câble. Une grande majorité des clients n’activant pas IPv6 manuellement, SFR est encouragé à réaliser cette activation par défaut de façon systématique.
- Malgré une progression du nombre de clients activés en IPv6 et des prévisions encourageantes (entre 75% et 85% à mi-2023), le rythme de déploiement d’IPv6 par Bouygues Telecom reste insuffisant pour faire face à la pénurie. Bouygues Telecom est à nouveau encouragé à poursuivre et accélérer les efforts de déploiement d’IPv6 sur leur réseau fixe.
- Sur les réseaux fixes, les taux actuels de clients activés de Free et d’Orange sont relativement élevés (environ respectivement 99% et 75%) et ont progressé. Les projections à mi-2023 sont encourageantes (100% pour Free et entre 85% et 95% pour Orange).
- Bouygues Telecom, Free et SFR sont invités à entamer au plus vite la transition sur la 4G fixe. Orange, ayant l’intégralité de ses clients 4G fixe IPv6-ready, est en particulier invité à réaliser l’activation d’IPv6 par défaut sur cette technologie.

Sur le mobile :
- Bouygues Telecom a mené un déploiement notable sur les réseaux mobiles, avec 87% de clients Android et 98% de clients iPhone activés en IPv6 à mi-2020.
- Le déploiement d’IPv6 sur le réseau mobile d’Orange est aussi à noter (35% de clients Android et 60% de clients iPhone activés en IPv6). Orange est invité à poursuivre les activations en IPv6 des terminaux mobiles.
- SFR a activé 100% de clients IPv6-ready en novembre 2020. Tous les clients SFR titulaires d’un iPhone sont passés en IPv6 activé avec la mise à jour iOS 14.3, diffusée en décembre 2020. Au premier semestre 2021, SFR a commencé à activer IPv6 avec les mises à jour de certains terminaux Android récents. SFR est encouragé à accélérer les activations des terminaux Android en IPv6.
- Il est particulièrement regrettable que Free Mobile n’en soit qu’au début de la transition de son réseau mobile à ce jour et n’ait pas été en mesure de transmettre des prévisions.
- Les opérateurs sont invités à accélérer le déploiement d’IPv6 sur l’intégralité de leurs offres, notamment « data uniquement ».
Titre: L’Arcep - Chapitre 3: Accélérer la transition vers IPv6
Posté par: vivien le 14 juillet 2021 à 21:59:21
Il y a quand même des nouveautés dans le rapport, comme les explications sur les accès IPv6 et le mécanisme de 464XLAT :

(https://lafibre.info/images/ipv6/202107_arcep_rapport_etat_internet_2021_ipv6_only_1.png)

(https://lafibre.info/images/ipv6/202107_arcep_rapport_etat_internet_2021_ipv6_only_2.png)
Titre: L’Arcep - Chapitre 3: Accélérer la transition vers IPv6
Posté par: vivien le 14 juillet 2021 à 22:00:12
Le BEREC, l'Organe des régulateurs européens des communications électroniques a lancé un Workshop sur IPv6 :

Face à la pénurie d’adresses IPv4 que connait l’Europe depuis plus d’un an, la transition vers IPv6 s’est imposée comme un enjeu majeur d’innovation et de compétitivité. Dans ce contexte, le BEREC a organisé le 7 octobre dernier un workshop interne afin de faire un état des lieux du déploiement d’IPv6 en Europe. Les principaux objectifs de ce workshop étaient de donner un aperçu de l'état d'IPv6 en Europe, mettre en évidence les problèmes liés au retard du déploiement d'IPv6, recueillir des informations sur les actions des États membres / ARN pour favoriser la transition vers IPv6, partager les bonnes pratiques et échanger sur les actions qui pourraient être menées au niveau du BEREC pour favoriser le déploiement d'IPv6 en Europe.

En plus des témoignages des régulateurs belge (BIPT), finnois (Traficom) et français (Arcep) sur leurs actions pour favoriser le déploiement, le RIPE NCC, Internet Society et Europol ont apporté leur expertise sur le sujet tout en soulignant l’objectif commun qui est de généraliser le déploiement d’IPv6 pour garantir les évolutions futures d’internet. Le workshop était l’occasion de présenter les résultats du questionnaire interne auquel les différents membres du BEREC ont répondu en amont du workshop. Ce questionnaire concernait l’impact de la pénurie d’IPv4 au niveau national, les actions nationales mises en place, les différents cadres juridiques pour encadrer le déploiement d’IPv6, ainsi que des propositions d’action à mener au sein du BEREC pour accélérer la transition vers IPv6.

Lors du workshop, le BEREC a rappelé l'importance de l'IPv6 pour internet et son rôle en tant que condition préalable essentielle à une Europe numérique. Cependant, actuellement, les trois quarts de la population de l'Espace économique européen (EEE) n'ont pas accès à IPv6 et il existe de grandes différences entre les pays dans le déploiement d'IPv6. En effet, certains pays ont environ la moitié de leurs utilisateurs en IPv6 (Belgique, Allemagne, Grèce, Suisse, France), tandis que d’autres n’ont pas commencé le déploiement de ce protocole (Malte, Monténégro, Serbie, etc.). Par ailleurs, des disparités importantes entre les pays sont observées en ce qui concerne la collecte de données, les effets de la pénurie d'IPv4, les compétences des autorités dans la transition vers l'IPv6 ou encore les mesures prises au niveau national pour favoriser cette transition.

Plusieurs propositions d’actions à mener au sein du BEREC ont émergé suite au workshop notamment sensibiliser davantage les Etats membres / ARN sur les avantages de la transition vers l'IPv6 ou mettre en place une plateforme de partage d'expériences et de bonnes pratiques.

A la suite de ce workshop, deux autres workshops ont été planifié pour alimenter le plan de travail du BEREC de 2022 : un workshop externe rassemblant les acteurs IPv6 au niveau européen en mai 2021 et un workshop interne en juin 2021.

Les différentes actions entreprises par le BEREC sur IPv6 visent à partager les bonnes pratiques et à encourager les acteurs à accélérer la transition, afin qu'internet continue de fonctionner comme un moteur d'innovation et de croissance.
Titre: L’Arcep - Chapitre 3: Accélérer la transition vers IPv6
Posté par: vivien le 14 juillet 2021 à 22:00:58
Il y a également des contributions intéressantes, comme celle où Alexandre Petrescu explique pourquoi un /64 est trop petit pour l'IPv6 sur le mobile :

(https://lafibre.info/images/doc/202107_arcep_rapport_etat_internet_2021_cea.png)
Titre: L’Arcep - Chapitre 3: Accélérer la transition vers IPv6
Posté par: vivien le 14 juillet 2021 à 22:01:20
Contributions des opérateurs sur IPv6 :

Contribution de Bouygues Telecom et Orange :

(https://lafibre.info/images/doc/202107_arcep_rapport_etat_internet_2021_bouygues_orange.png)
Titre: L’Arcep - Chapitre 3: Accélérer la transition vers IPv6
Posté par: vivien le 14 juillet 2021 à 22:01:37
Contribution de Blue Networks Technologies (opérateur qui exploite une Boucle Locale Numérique en fibre optique dans les régions Rhône Alpes et Occitanie) et Vialis (opérateur FTTH et du câble sur la région de Colmar)

(https://lafibre.info/images/doc/202107_arcep_rapport_etat_internet_2021_bnt_vialis.png)
Titre: L’Arcep - Chapitre 3: Accélérer la transition vers IPv6
Posté par: vivien le 14 juillet 2021 à 22:01:51
Contribution d'iBloo (opérateur qui propose du FttH sur es réseaux d'initiative publique Altitude Infrastructure, Axione, Covage, Gironde Haut Méga, SFR Collectivités, TDF et THD Bretagne) et K-Net (opérateur qui propose du FttH sur les réseaux d'initiative publique Altitude, Covage, Axione, TDF et sur RESO-LIAIN)

(https://lafibre.info/images/doc/202107_arcep_rapport_etat_internet_2021_ibloo_k-net.png)
Titre: L’Arcep - Chapitre 4: Garantir la neutralité d’internet
Posté par: vivien le 14 juillet 2021 à 22:02:39
Lien directs sur les différents sujets du rapport :
- Les réseaux pendant la crise sanitaire (Covid-19) (https://lafibre.info/arcep/rapport-etat-internet-2021/msg881185/#msg881185)
- Chapitre 1 : Améliorer la mesure de la qualité d’internet (https://lafibre.info/arcep/rapport-etat-internet-2021/msg881190/#msg881190)
- Chapitre 2 : Superviser l’interconnexion de données (https://lafibre.info/arcep/rapport-etat-internet-2021/msg881200/#msg881200)
- Chapitre 3 : Accélérer la transition vers IPv6 (https://lafibre.info/arcep/rapport-etat-internet-2021/msg881210/#msg881210)
- Chapitre 4 : Garantir la neutralité d’internet (https://lafibre.info/arcep/rapport-etat-internet-2021/msg881218/#msg881218)
- Chapitre 5 : Terminaux et plateformes, maillons structurants de l’accès à internet (https://lafibre.info/arcep/rapport-etat-internet-2021/msg881228/#msg881228)
- Chapitre 6 : Intégrer l'empreinte environnementale des réseaux à la régulation (https://lafibre.info/arcep/rapport-etat-internet-2021/msg881234/#msg881234)
- Les faits marquants de l'Arcep en 2020 (https://lafibre.info/arcep/rapport-etat-internet-2021/msg881248/#msg881248)

Chapitre 4 : Garantir la neutralité d’internet

À retenir :
- 12 mois de suivi pour l’Arcep et ses homologues européens sur la résilience des réseaux pendant la crise sanitaire.
- Décembre 2020 : lancement d’une nouvelle version de Wehe comprenant un test de différenciation amélioré et un nouveau test de détection de blocage de port.
- 304 signalements remontés en 2020 via la plateforme J’alerte l’Arcep.


Présentation vidéo par Emmanuel Leroux :
https://lafibre.info/videos/arcep/202107_arcep_rapport_etat_internet_2021_4_neutralite.mp4

Lien vers la première page du rapport traitant de la neutralité d'internet :

(cliquez sur la miniature ci-dessous - le document est au format PDF)
(https://lafibre.info/images/doc/202107_arcep_rapport_etat_internet_2021_4_neutralite.png) (https://lafibre.info/images/doc/202107_arcep_rapport_etat_internet_2021.pdf#page=71)


Le règlement européen n°2015/2120 garantit l’accès pour tous à un internet ouvert. L’Arcep est chargée de sa mise en œuvre en France et veille au respect de la neutralité du net par les fournisseurs d’accès à internet (FAI). Pour assurer sa mission, l’Autorité dispose d’une pluralité d’outils techniques, réglementaires et collaboratifs, qu’elle mobilise dans cet objectif.

Les principes fondateurs d’internet, notamment l’ouverture « by design », font d’internet un espace de liberté d’expression, de communication, d’accès au savoir et de partage, mais aussi d’innovation. L’émergence du concept de neutralité du net a pour objectif de protéger l’exercice de ces libertés fondatrices d’internet. En effet, le principe de neutralité du net exclut la création d’accès à internet « à plusieurs vitesses », par une gestion favorisant certains flux d’information au détriment d’autres (pratiques discriminantes), ou la création d’accès à internet limités (à certains contenus ou certaines plateformes). Ainsi, le principe de neutralité du net vise à assurer que le fonctionnement d’internet reste en accord avec les principes fondateurs qui le gouvernent.

Internet est un réseau ouvert, dont le fonctionnement repose sur une architecture stratifiée en différentes couches, appelées couches réseaux. Chaque couche réseau fonctionne de manière autonome et répond à une fonctionnalité propre d’internet, comme par exemple l’accès au réseau, le transport des données ou encore le fonctionnement d’une application. La séparation effective des couches réseaux provient de l’utilisation de standards de communication propres à chaque couche réseau, appelées protocoles réseaux, qui assurent la communication entre les éléments d’une même couche. In fine, l’architecture d’internet repose sur un modèle théorique commun : le modèle TCP/IP, nommé d’après ses deux principaux protocoles.
Titre: L’Arcep - Chapitre 4: Garantir la neutralité d’internet
Posté par: vivien le 14 juillet 2021 à 22:03:00
Le DPI (Deep packet inspection) est interdit, même pour catégoriser le trafic :

Extrait de la du rapport 2020 (page 66) (https://lafibre.info/images/doc/202006_arcep_rapport_etat_internet_2020.pdf#page=66) : Le règlement Internet ouvert permet aux FAI d’accéder qu’aux informations contenues dans l’en-tête du parquet IP et dans l’en-tête du protocole de la couche transport (par exemple l’en-tête TCP ou l’en-tête UDP) dont les noms de domaine et URL sont exclus. Par ailleurs, dans une lettre rendue publique (https://edpb.europa.eu/sites/edpb/files/files/file1/edpb_letter_out2019-0055_berecnetneutrality2.pdf), le Comité européen de la protection des données (EDPB) qui a été saisi pour avis, précise que le nom de domaine et l’URL peuvent être qualifiés de données à caractères personnels et à ce titre sont protégées par les dispositions de la directive vie privée et communications électroniques et du règlement général sur la protection des données. Ainsi, les FAI qui utiliseraient le nom de domaine ou les URL à des fins de catégorisation de trafic ou de facturation s’exposeraient non seulement à une violation potentielle du règlement internet ouvert, mais aussi à une possible violation de la protection des données à caractère personnel de leurs clients.

Cette année, en 2021, l'Arcep nous propose de nouveaux schémas explicatif sur TCP/IP, ce qui est neutre ou pas :

Plusieurs principes intrinsèques au fonctionnement d’internet découlent du modèle TCP/IP : le fonctionnement autonome des couches réseaux (layering principle), le principe du « meilleur effort » dans l’acheminement des données (best effort principle), le principe de bout-en-bout (end-to-end principle) ou encore le principe de transparence du réseau (network transparency).
Chaque couche réseau fonctionne de manière autonome : la segmentation des différentes fonctionnalités d’internet implique que les couches réseaux inférieures se concentrent sur l’acheminement des données utiles qui leur sont confiées (adressage et routage de l’information transmise), laissant la responsabilité des autres fonctionnalités (traitement et présentation des données acheminées) à la couche supérieure, dite applicative (cf. schéma synthétique du modèle TCP/IP). Pour éviter que les données transmises ne se perdent lorsqu’elles passent successivement les couches réseaux, chaque couche réseau ajoute des informations essentielles aux données transmises, qui sont regroupées dans un en-tête positionné au début de chaque paquet de données transféré par la couche précédente (cf. schéma synthétique du mécanisme d’encapsulation).


(https://lafibre.info/images/doc/202006_arcep_rapport_etat_internet_2020_4_neutralite_2.png)

Seules les informations contenues dans l’en-tête destinée à une couche réseau sont utilisées par cette dernière. A titre d’exemple, la couche transport utilise les informations de l’en-tête « transport » pour acheminer les données reçues, mais n’est théoriquement pas en mesure de savoir si les données reçues de la couche applicative sont celles d’un email, d’une vidéo ou d’une page web. Cela implique de facto la circulation des données transmises de manière indifférenciée et de la meilleure manière possible dans les différentes couches traversées, conformément au principe du « meilleur effort ». Selon le principe de « bout-en-bout », seuls les services de la couche applicative, s’assurent de vérifier de l’intégralité et de la conformité des données transmises. Enfin, la segmentation des différentes fonctionnalités d’internet en couches réseaux rend le fonctionnement des couches réseaux inférieures transparent pour les services appartenant à la couche applicative. Ainsi, l’utilisateur final est en théorie libre d’utiliser le terminal ou le système opérateur de son choix, car leur fonctionnement reste indépendant du fonctionnement des couches réseaux inférieures.

(https://lafibre.info/images/doc/202107_arcep_rapport_etat_internet_2021_4_neutralite_1.png)

L’architecture d’Internet selon le modèle TCP/IP permet une segmentation de ses fonctionnalités et le recours à des conventions communes de fonctionnement que sont les protocoles réseaux. Cette uniformisation offre un cadre homogène au sein duquel les utilisateurs finaux disposent d’une égalité de traitement dans l’accès ou la diffusion par les réseaux de leurs contenus, de leurs services ou de leurs applications. En effet, internet incite les utilisateurs finaux à avoir une participation active dans la création de nouveaux contenus au niveau de la couche applicative, en disposant d’un cadre connu et en leur évitant de prendre en compte le fonctionnement des couches réseaux inférieures (cf. le principe de transparence du réseau). De plus, le recours à des protocoles réseaux, communément admis au sein d’une même couche, réduit les coûts de création d’un nouveau service par l’utilisateur final, favorisant de facto l’innovation. Ainsi, internet reste un environnement moteur de l’innovation.


(https://lafibre.info/images/doc/202107_arcep_rapport_etat_internet_2021_4_neutralite_2.png)
Titre: L’Arcep - Chapitre 4: Garantir la neutralité d’internet
Posté par: vivien le 14 juillet 2021 à 22:04:52
Le principe de neutralité du net protège les principes fondateurs d’internet

Les principes fondateurs d’internet, explicités brièvement ci-dessus, innervent le principe même de neutralité du net : garantir la circulation des contenus, des services et des applications de la meilleure manière possible, indépendamment de l’origine et du contenu des paquets en circulation ; n’utiliser que les en-têtes de données nécessaires à l’acheminement des paquets en circulation  ou encore assurer le libre recours à l’équipement de son choix par l’utilisateur final. In fine, la neutralité du net est un cadre réglementaire qui préserve l’ouverture « by design » d’internet, offrant aussi des externalités positives importantes en matière d’innovation et de protection des droits des utilisateurs finaux.

(https://lafibre.info/images/doc/202107_arcep_rapport_etat_internet_2021_4_neutralite_3.png) (https://lafibre.info/images/doc/202107_arcep_rapport_etat_internet_2021_4_neutralite_3.svg)

Les principes essentiels au fonctionnement d’Internet promeuvent un acheminement non discriminatoire des flux de données, assurant en conséquence un accès et une diffusion indifférenciée des contenus, des services et des applications en ligne. Cette liberté permet à chaque utilisateur final de décider librement la manière dont il utilise internet. Cette capacité de recevoir et de communiquer librement contribue directement à promouvoir certains droits des utilisateurs finaux : le maintien de la diversité et du pluralisme des contenus médiatiques, la liberté d’expression ou encore le droit d’accès à l’information. Préserver la neutralité d'internet, c’est aussi préserver l’exercice effectif des droits fondamentaux des utilisateurs finaux.
Titre: L’Arcep - Chapitre 4: Garantir la neutralité d’internet
Posté par: vivien le 14 juillet 2021 à 22:06:41
L’année 2020 a pourtant été marquée par de nombreuses limites à la neutralité du net dans plusieurs pays du monde, au risque de restreindre les droits fondamentaux des populations concernées.

En Asie, plusieurs États mettent en œuvre continuellement des pratiques dénoncées comme limitant l’ouverture d’internet, en contrôlant l’accès aux contenus ou aux informations par leur population. En Chine, l’accès à internet est filtré par le « Grand Firewall chinois » qui contrôle les informations qui entrent et qui sortent du pays. En Birmanie, les autorités au pouvoir ont ordonné à plusieurs reprises des coupures d’internet et l’usage restreint des réseaux sociaux afin de limiter les échanges entre manifestants et soutiens de la précédente dirigeante du pays. Au Vietnam, les autorités brident les débits d’accès à certains réseaux sociaux afin qu’ils acceptent leurs demandes de censure.

(https://lafibre.info/images/doc/202107_arcep_rapport_etat_internet_2021_4_neutralite_4.png) (https://lafibre.info/images/doc/202107_arcep_rapport_etat_internet_2021_4_neutralite_4.svg)

Au Moyen Orient, différentes pratiques ont été décriées : certains Etats restreignent l’accès à la totalité d’internet pour leur population. En Iran, seul un internet « national » dont le contenu est approuvé par le gouvernement sera prochainement accessible aux iraniens. Au Qatar, certains services sont interdits d’accès, tels que les services de communication VoIP . Enfin aux Emirats Arabes Unis, plusieurs contenus jugés politiquement sensibles ne sont pas accessibles, ainsi que les services de communication VoIP ou encore les services VPN  dont l’usage est pénalement répréhensible.

Les Etats-Unis font également l’objet de vives critiques concernant la restriction de l’accès à certains services en ligne. Le 6 août 2020, l’administration américaine a pris un décret bannissant deux applications chinoises, TikTok et WeChat, des magasins d’applications au motif d’un risque pour la sécurité nationale. Toutefois, la juridiction fédérale américaine a suspendu ce décret estimant qu’un tel acte administratif posait de sérieuses questions au regard de la liberté d’expression, illustrant à nouveau le lien étroit entre droits fondamentaux et neutralité d’accès à internet. De plus, la nomination de la nouvelle présidente par intérim de la Federal Communications Commission (FCC), Madame Jessica Rosenworcel,  favorable à la neutralité du net, pourrait conduire une politique réglementaire très différente de celle mise en œuvre par la FCC ces dernières années.


(https://lafibre.info/images/doc/202107_arcep_rapport_etat_internet_2021_4_neutralite_5.png) (https://lafibre.info/images/doc/202107_arcep_rapport_etat_internet_2021_4_neutralite_5.svg)
Titre: L’Arcep - Chapitre 4: Garantir la neutralité d’internet
Posté par: vivien le 14 juillet 2021 à 22:07:06
WeHe

(https://lafibre.info/testdebit/android/202012_logo_wehe.png)

Parmi l’étendu des outils mobilisés, l’Arcep met à la disposition du grand public depuis 2018 l’application Wehe, qui permet de détecter un traitement différencié de certains services en ligne par les FAI. Vous pouvez d’ailleurs télécharger Wehe sur iOS (https://apps.apple.com/fr/app/wehe/id1309242023), Android (https://play.google.com/store/apps/details?id=mobi.meddle.wehe&hl=fr) et récemment sur l’app-store F-droid (https://f-droid.org/fr/packages/mobi.meddle.wehe/).

(https://lafibre.info/testdebit/android/202012_wehe_android.png)

Afin d’encore améliorer cette application, une nouvelle version de Wehe a été lancée fin 2020, après un an de travaux menés par les équipes de l’Arcep et de la Northeastern University. Elle intègre une liste étendue des services testés afin de mieux correspondre aux usages des français, crée de nouvelles catégories de tests, afin de faciliter la sélection des services testés et offre une présentation optimisée des résultats de tests.


(https://lafibre.info/images/doc/202006_arcep_rapport_etat_internet_2020_4_neutralite_3.png)
Titre: L’Arcep - Chapitre 4: Garantir la neutralité d’internet
Posté par: vivien le 14 juillet 2021 à 22:08:24
(https://lafibre.info/testdebit/android/202012_wehe_fonctionnement_1.png)

L’Arcep a également souhaité que la nouvelle version de Wehe comporte un test de détection d’éventuels blocages de ports, qui pourraient affecter les modalités d’accès à certains services par les utilisateurs.

(https://lafibre.info/testdebit/android/202012_wehe_fonctionnement_2.png)

Enfin, en cas de dissemblance détectée, la nouvelle version de Wehe permet aux utilisateurs de relayer leurs difficultés directement sur la plateforme « J’alerte l’Arcep », offrant ainsi à l’Autorité la possibilité d’examiner au cas par cas les situations rencontrées.
Titre: L’Arcep - Chapitre 4: Garantir la neutralité d’internet
Posté par: vivien le 14 juillet 2021 à 22:08:47
Contribution de Dave CHOFFNES, Professeur associé à la Northeastern University, sur la nouvelle version de Wehe :

(https://lafibre.info/images/doc/202107_arcep_rapport_etat_internet_2021_wehe.png)
Titre: L’Arcep - Chapitre 4: Garantir la neutralité d’internet
Posté par: vivien le 14 juillet 2021 à 22:09:05
Contribution de Wiston Maxwell, Professeur à Telecom Paris sur les évolutions de la neutralité du net aux états-unis :

(https://lafibre.info/images/doc/202107_arcep_rapport_etat_internet_2021_winston_maxwell.png)
Titre: L’Arcep - Chapitre 4: Garantir la neutralité d’internet
Posté par: vivien le 14 juillet 2021 à 22:10:04
Contribution de Véronique NEY et Klaus NIEMINEN, co-chair Berec, sur la gestion de la crise sanitaire au niveau BEREC :

(https://lafibre.info/images/doc/202107_arcep_rapport_etat_internet_2021_berec.png)
Titre: L’Arcep - Chapitre 4: Garantir la neutralité d’internet
Posté par: vivien le 14 juillet 2021 à 22:10:30
Contribution de Thomas SCHREIBER, sur la décision de RTR relative à la notion d’IP publique et à la VoD :

(https://lafibre.info/images/doc/202107_arcep_rapport_etat_internet_2021_rtr.png)
Titre: L’Arcep - Chapitre 5: Terminaux et plateformes
Posté par: vivien le 14 juillet 2021 à 22:11:08
Lien directs sur les différents sujets du rapport :
- Les réseaux pendant la crise sanitaire (Covid-19) (https://lafibre.info/arcep/rapport-etat-internet-2021/msg881185/#msg881185)
- Chapitre 1 : Améliorer la mesure de la qualité d’internet (https://lafibre.info/arcep/rapport-etat-internet-2021/msg881190/#msg881190)
- Chapitre 2 : Superviser l’interconnexion de données (https://lafibre.info/arcep/rapport-etat-internet-2021/msg881200/#msg881200)
- Chapitre 3 : Accélérer la transition vers IPv6 (https://lafibre.info/arcep/rapport-etat-internet-2021/msg881210/#msg881210)
- Chapitre 4 : Garantir la neutralité d’internet (https://lafibre.info/arcep/rapport-etat-internet-2021/msg881218/#msg881218)
- Chapitre 5 : Terminaux et plateformes, maillons structurants de l’accès à internet (https://lafibre.info/arcep/rapport-etat-internet-2021/msg881228/#msg881228)
- Chapitre 6 : Intégrer l'empreinte environnementale des réseaux à la régulation (https://lafibre.info/arcep/rapport-etat-internet-2021/msg881234/#msg881234)
- Les faits marquants de l'Arcep en 2020 (https://lafibre.info/arcep/rapport-etat-internet-2021/msg881248/#msg881248)

Chapitre 5 : Terminaux et plateformes, maillons structurants de l’accès à internet

À retenir :
- L’année 2020 a marqué une évolution des débats : la question n’est plus de savoir si les grands acteurs du numérique posent des problèmes, mais comment les résoudre.
- A travers le monde, plusieurs propositions ont été faites pour mettre en place une régulation économique ex ante des grands acteurs du numérique. En Europe, la Commission Européenne a publié le Digital Markets Act le 15 décembre 2020.
- La proposition de la Commission est une avancée majeure, mais mérite d’être renforcée sur plusieurs aspects, en particulier l’ajout d‘outils plus proactifs pour le régulateur.



Présentation vidéo par Arthur Dozias :
https://lafibre.info/videos/arcep/202107_arcep_rapport_etat_internet_2021_5_plateformes.mp4

Lien vers la première page du rapport traitant des plateformes :

(cliquez sur la miniature ci-dessous - le document est au format PDF)
(https://lafibre.info/images/doc/202107_arcep_rapport_etat_internet_2021_5_plateformes.png) (https://lafibre.info/images/doc/202107_arcep_rapport_etat_internet_2021.pdf#page=87)
Titre: L’Arcep - Chapitre 5: Terminaux et plateformes
Posté par: vivien le 14 juillet 2021 à 22:11:23
Le Digital Markets Act

En Europe, la Commission européenne a publié le 15 décembre 2020 une proposition de Règlement dit Digital Markets Act dont je vais résumer les grandes lignes.

Ce texte entend mettre en place une régulation économique des grands acteurs du numérique avec pour objectifs de rendre les marchés numériques ouverts et équitables. Il est composé de deux blocs principaux : un processus de désignation d’acteurs et une liste d’obligations à respecter par les acteurs désignés.

Comment les acteurs sont-ils désignés ? Il y a d’abord une liste de services numériques dit essentiels où on retrouve les systèmes d’exploitation ou les réseaux sociaux. Ensuite, si un acteur est suffisamment grand – on parle d’au moins 6,5 milliards d’euros de chiffres d’affaires – et qu’il constitue un point de passage important entre utilisateurs d’un service numérique essentiel – par exemple un magasin d’application entre des développeurs et des utilisateurs- l’acteur est alors désigné comme gatekeeper.

À ces gatekeepers, la Commission impose une liste de 18 obligations analogues à 18 commandements. Un exemple est l’obligation de permettre à des utilisateurs de désinstaller les applications préinstallées sur son téléphone. C’était d’ailleurs une des recommandations de l’Arcep dans le rapport Terminaux publié en 2018.

(https://lafibre.info/images/doc/202107_arcep_rapport_etat_internet_2021_5_plateformes_1.png)

Que pense l’Arcep de ce texte ?

C’est une avancée notable que l’Arcep défend depuis longtemps. Elle ne vise en effet qu’une poignée d’acteurs structurants, elle est européenne et s’appuie sur des outils pratiques pour identifier les acteurs.

Cependant, le texte pourrait être renforcé pour s’assurer de son adaptabilité à la variété des situations actuelles et futures. Deux exemples de propositions :

- La première est d’ajouter la possibilité d’individualiser des obligations pour s’adapter aux spécificités de chaque acteur et service. Le caractère évolutif du numérique rend essentiel ce dispositif plus flexible.

- La deuxième proposition est de compléter la liste des services essentiels avec les navigateurs web et les assistants vocaux qui constituent, eux aussi, des portes d’entrées aux services et contenus disponibles via internet.
Titre: L’Arcep - Chapitre 5: Terminaux et plateformes
Posté par: vivien le 14 juillet 2021 à 22:11:55
Renouvellement des terminaux mobiles et pratiques de distribution

Le travail détaillé sur le renouvellement des terminaux mobile a été fait dans un document à part :

Le rapport "Renouvellement des terminaux mobiles et pratiques de distribution" du 3 juin 2021 et sa synthèse de 3 pages à droite :

(cliquez sur les miniatures ci-dessous - les documents sont au format PDF)
(https://lafibre.info/images/doc/202107_arcep_rapport_renouvellement_terminaux_mobiles.png) (https://lafibre.info/images/doc/202107_arcep_rapport_renouvellement_terminaux_mobiles.pdf) (https://lafibre.info/images/doc/202107_arcep_rapport_renouvellement_terminaux_mobiles_synthese.png) (https://lafibre.info/images/doc/202107_arcep_rapport_renouvellement_terminaux_mobiles_synthese.pdf)

Sur les 16 millions de smartphones vendus neufs en France, la moitié (49%) a été commercialisée par les opérateurs en 2020.En intégrant les téléphones mobiles classiques vendus neufs, téléphones mobiles reconditionnés ou vendus d’occasion, l’Arcep estime que la part de téléphones vendus en 2020 par les opérateurs sur le marché grand public est comprise entre 35%et 40%.

Avec l’arrivée des offres forfaitaires découplées de l’achat d’un téléphone à partir de 2011, la proportion de forfaits avec subvention du terminal n’a cessé de diminuer. En 2020, ils ne représentent que 21%3de l’ensemble des contrats forfaitaires souscrits par la clientèle grand public. En revanche, le subventionnement représente encore une part significative (50%) des achats de terminaux effectués auprès des opérateurs, correspondant à moins de 20% de l’ensemble des ventes de téléphones mobiles (neufs ou reconditionnés).


(https://lafibre.info/images/doc/202107_arcep_rapport_renouvellement_terminaux_mobiles_1.png)
Titre: L’Arcep - Chapitre 5: Terminaux et plateformes
Posté par: vivien le 14 juillet 2021 à 22:12:10
L’analyse de la durée d’utilisation totale des téléphones mobiles pose la question d’une part de la durée d’usage individuel des terminaux mobiles et d’autre part du reconditionnement. Ces deux dimensions sont complémentaires et répondent à différents profils et comportements d’utilisateurs, mis en avant par plusieurs acteurs. Certains utilisateurs ont en effet tendance à garder longtemps le même téléphone tandis que d’autres, souhaitant accéder aux derniers modèles et innovations, préfèrent en changer fréquemment tout en recourant, le cas échéant, aux filières du réemploi et en alimentant le marché du reconditionné.

En fonction des sources, en France, la durée d’utilisation individuelle des smartphones est évaluée entre 23 mois et 37 voire 40 mois : une durée pour laquelle la disparité des chiffres et l’évolution des usages rendent les conclusions difficiles. Néanmoins, sur la période allant de 2013 à 2019, quelles que soient les sources, le rythme de renouvellement des terminaux mobiles semble avoir ralenti : la durée d’usage individuel se serait allongée de 6 à 12 mois. Ces durées, bien qu’en progression, semblent toujours éloignées des 5 voire10ansque plusieurs des acteurs rencontrés par l’Arcep ont estimée comme une durée de vie potentielle des terminaux mobiles, à condition que l’obsolescence logicielle et l’obsolescence culturelle ne la limitent pas.

(https://lafibre.info/images/doc/202107_arcep_rapport_renouvellement_terminaux_mobiles_2.png)

La nature du contrat (avec ou sans subvention) semble avoir un lien limité avec la durée de détention des smartphones. En effet, selon le Baromètre du numérique, si 63% des détenteurs de smartphones déclarent posséder leur téléphone depuis moins de 2 ans, ce taux atteint 69% pour les détenteurs d’un smartphone subventionné5. Néanmoins, 83% à 86% des utilisateurs déclarent détenir leur smartphone depuis moins de 3 ans, quel que soit le contrat ou le distributeur, ce qui semble indiquer que si la durée moyenne d’utilisation des détenteurs d’un contrat subventionné est plus faible que celles des autres utilisateurs, l’écart reste limité. L’analyse des données, partielles, transmises par les opérateurs interrogés corrobore ce résultat et tend également à souligner que si cet effet existe, il semble limité en termes de durée d’utilisation: l’ancienneté de l’ensemble des smartphones actifs sur les réseaux serait, en moyenne, de 32 mois contre 29 mois pour les smartphones subventionnés. En tout état de cause, ces résultats ne permettent pas de conclure quant à la durée totale d’utilisation des smartphones. En effet, les terminaux mobiles peuvent changer de propriétaire au cours de leur vie et certains des acteurs que l’Arcep a rencontrés ont souligné que les opérateurs jouaient un rôle important dans la collecte des terminaux, notamment en vue de leur reconditionnement.

Certains éléments classiques jouant sur la durée d’usage individuel peuvent être listées comme par exemple: le revenu des consommateurs, les cycles d’innovation et le marketing ou la publicité, la sensibilisation des consommateurs, la transparence des prix,les services de réparation des terminaux. Sur ces incitations, la plupart concernent tous les distributeurs, d’autres sont plus directement affiliées à un mode de distribution ou à un type d’acteur, sans pour autant qu’il soit possible de conclure objectivement sur les effets de chacun.

Au-delà de la durée d’usage individuel, la durée d’utilisation totale des téléphones mobiles est un élément essentiel à appréhender. En effet, les pratiques de vente d’occasion, ou de reconditionné semblent se développer, ne faisant plus reposer la durée de vie du terminal uniquement sur la durée de sa première utilisation mais aussi sur le nombre de personnes qui feront usage de l’appareil et sur la somme des durées d’utilisation de celui-ci. L’ensemble des données disponibles publiquement indiquent que les marchés de l’occasion et du reconditionné se développent. De plus en plus de consommateurs ont ainsi recours au marché du reconditionné pour acquérir un téléphone de seconde main tout en bénéficiant de certaines garanties techniques ou de qualité de service. Ce marché permet également à ceux qui le souhaitent de donner ou revendre un téléphone (collecte ou reprise) encore en état de fonctionner et de lui donner ainsi la possibilité d’une seconde vie, sans se soucier personnellement des éventuelles interventions que cela nécessite.

(https://lafibre.info/images/doc/202107_arcep_rapport_renouvellement_terminaux_mobiles_3.png)

Là encore les types d’acteurs intervenant sur ce segment de marché sont variés et la plupart des distributeurs de téléphones mobiles développent des offres de reconditionné. Concernant les terminaux reconditionnés vendus, les acteurs rencontrés par l’Arcep ont souligné que le marché se concentrait autour d’un nombre réduit de terminaux, principalement des terminaux haut de gamme et principalement produits par les marques Apple et Samsung. Ces terminaux conserveraient une valeur élevée plus longtemps. A titre d’illustration, et d’après les échanges réalisés et les données collectées, l’iPhone 8 reconditionné serait le terminal reconditionné qui se serait le plus vendu en 2020. Enfin, selon certains acteurs rencontrés, l’écart entre le nombre de téléphones collectés en France et les ventes de téléphones reconditionnés reste très important, les acteurs évoquant même une tension entre la faible offre et la demande grandissante. Les échanges ont par ailleurs laissé entendre qu’une grande partie du marché du reconditionné serait alimentée par des terminaux mobiles provenant de l’étranger.

A priori, même si certains acteurs soulignent qu’il ne peut fonctionner pleinement que dans un monde de surconsommation de produits neufs, le modèle du reconditionnement permet d’allonger la durée de vie des téléphones mobiles. Il s’inscrit dans une logique de réparabilité et de durabilité des terminaux qui, remis en état, peuvent passer d’un utilisateur à un autre, multipliant ainsi les durées d’usage individuel et augmentant la durée d’utilisation totale de l’équipement. D’après le Baromètre du numérique, 53% des personnes interrogées déclarent avoir conservé leur smartphone usagé. De nombreux freins paraissent ainsi encore à lever pour permettre une généralisation de cette pratique, que ce soit sur la collecte des terminaux, mais aussi sur leur réparation et leur remise sur le marché.

Peu d’informations ont été fournies à l’Arcep sur un éventuel lien entre les pratiques de reconditionnement et les modes de distributions. Sur le sujet de la collecte, les acteurs interrogés, notamment les acteurs du reconditionné,ont souligné le rôle joué par les boutiques et magasins dans les opérations de collecte. En ce sens, les opérateurs de communications électroniques se positionnent comme des acteurs qui disposent d’un grand nombre de points de ventes pour collecter des terminaux en France. Orange, Bouygues Telecom, Free et SFR ont collecté environ 700 000 terminaux destinés au reconditionnement en 2020 et tous développent des programmes (par exemple de reprise) pour augmenter ces volumes dans les prochaines années.
Titre: L’Arcep - Chapitre 5: Terminaux et plateformes
Posté par: vivien le 14 juillet 2021 à 22:12:45
Contribution de Ian Brown :

(https://lafibre.info/images/doc/202107_arcep_rapport_etat_internet_2021_ian_brown.png)
Titre: L’Arcep - Chapitre 5: Terminaux et plateformes
Posté par: vivien le 14 juillet 2021 à 22:13:43
Contribution d'Henri Verdier :

(https://lafibre.info/images/doc/202107_arcep_rapport_etat_internet_2021_henri_verdier.png)
Titre: L’Arcep - Chapitre 6: Empreinte environnementale des réseaux et régulation
Posté par: vivien le 14 juillet 2021 à 22:14:35
Lien directs sur les différents sujets du rapport :
- Les réseaux pendant la crise sanitaire (Covid-19) (https://lafibre.info/arcep/rapport-etat-internet-2021/msg881185/#msg881185)
- Chapitre 1 : Améliorer la mesure de la qualité d’internet (https://lafibre.info/arcep/rapport-etat-internet-2021/msg881190/#msg881190)
- Chapitre 2 : Superviser l’interconnexion de données (https://lafibre.info/arcep/rapport-etat-internet-2021/msg881200/#msg881200)
- Chapitre 3 : Accélérer la transition vers IPv6 (https://lafibre.info/arcep/rapport-etat-internet-2021/msg881210/#msg881210)
- Chapitre 4 : Garantir la neutralité d’internet (https://lafibre.info/arcep/rapport-etat-internet-2021/msg881218/#msg881218)
- Chapitre 5 : Terminaux et plateformes, maillons structurants de l’accès à internet (https://lafibre.info/arcep/rapport-etat-internet-2021/msg881228/#msg881228)
- Chapitre 6 : Intégrer l'empreinte environnementale des réseaux à la régulation (https://lafibre.info/arcep/rapport-etat-internet-2021/msg881234/#msg881234)
- Les faits marquants de l'Arcep en 2020 (https://lafibre.info/arcep/rapport-etat-internet-2021/msg881248/#msg881248)

Chapitre 6 : Intégrer l'empreinte environnementale des réseaux à la régulation

À retenir :
- 2020 a été l’occasion pour l’Arcep de lancer sa plateforme « Pour un numérique soutenable » : 9 ateliers, 127 participants, 42 contributions écrites d’acteurs qui ont permis la publication du rapport « Pour un numérique soutenable » le 15 décembre 2020.
- Le feuille de route du Gouvernement sur le numérique et l’environnement publiée en février 2021 identifie plusieurs chantiers pour l’Arcep comme la réalisation d’une baromètre environnemental, l’analyse des pratiques de distribution de terminaux et de leur effet sur le renouvellement des terminaux, l’amélioration, conjointement avec l’ADEME, de l’estimation de l’empreinte environnementale du numérique.
- La proposition de loi visant à réduire l’empreinte environnementale du numérique en France ainsi que le projet de loi de lutte contre le dérèglement climatique et le renforcement de la résilience face à ses effets seront structurants dans la mise en œuvre des propositions identifiées dans les rapports publiés sur le sujet en 2020.


Présentation vidéo par Laurent Toustou :
https://lafibre.info/videos/arcep/202107_arcep_rapport_etat_internet_2021_6_environnement.mp4

Lien vers la première page du rapport traitant de l’environnement :

(cliquez sur la miniature ci-dessous - le document est au format PDF)
(https://lafibre.info/images/doc/202107_arcep_rapport_etat_internet_2021_6_environnement.png) (https://lafibre.info/images/doc/202107_arcep_rapport_etat_internet_2021.pdf#page=97)
Titre: L’Arcep - Chapitre 6: Empreinte environnementale des réseaux et régulation
Posté par: vivien le 14 juillet 2021 à 22:16:21
(https://lafibre.info/images/doc/202012_arcep_rapport_pour_un_numerique_soutenable_01.png)

Le travail détaillé sur l'empreinte environnementale des réseaux a été fait dans un document à part :

Le rapport "Pour un numérique soutenable" publié le 15 décembre 2020 :

(cliquez sur les miniatures ci-dessous - les documents sont au format PDF)
(https://lafibre.info/images/doc/202012_arcep_rapport_pour_un_numerique_soutenable.png) (https://lafibre.info/images/doc/202012_arcep_rapport_pour_un_numerique_soutenable.pdf)   (https://lafibre.info/images/doc/201907_arcep_empreinte_carbone_numerique.png) (https://lafibre.info/images/doc/201907_arcep_empreinte_carbone_numerique.pdf)

Présentation vidéo du rapport d'étape "Pour un numérique soutenable" le 15 décembre 2020 :
https://lafibre.info/videos/arcep/202012_arcep_rapport_pour_un_numerique_soutenable.mp4
Titre: L’Arcep - Chapitre 6: Empreinte environnementale des réseaux et régulation
Posté par: vivien le 14 juillet 2021 à 22:16:39
L’impact des réseaux de communications électroniques, des terminaux, des centres de données et des usages du numérique sur l’environnement est un sujet d’attention croissant dont se saisissent peu à peu un nombre grandissant de parties prenantes. La convention citoyenne pour le climat  note d’ailleurs que si le numérique est un levier essentiel pour la transition écologique et la lutte contre le réchauffement climatique, ce dernier ne doit pas contribuer davantage à la hausse des émissions.

Pour mieux comprendre et appréhender les enjeux liés à l’empreinte environnementale du numérique, et conformément au mode d’action du régulateur, l’Arcep a décidé d’amorcer la construction de ce nouveau chapitre de la régulation en dialoguant avec l’ensemble des parties prenantes. Au moyen de rencontres avec des experts engagés sur la thématique, mais surtout, afin de décloisonner les débats et recueillir la parole d’un plus grand nombre d’acteurs, en développant un espace de dialogue, au sein de la plateforme collaborative « Pour un numérique soutenable ». Le 11 juin 2020, l’Arcep lançait ainsi la plateforme de travail : « Pour un numérique soutenable ». Elle appelait associations, institutions, opérateurs, entreprises du numérique, personnalités intéressées à y contribuer, dans une série d’ateliers. Dans le cadre de cette plateforme, les participants se sont intéressés aux réseaux télécoms dans leur ensemble (fixes et mobiles), mais aussi aux terminaux et aux usages, véritables moteurs de la consommation numérique et de son empreinte environnementale. Un premier échange, le 9 juillet 2020, avait permis de définir les thèmes de ces ateliers techniques jusqu’à la production d’un premier rapport, annoncé pour la fin de l'année. Tout au long du 2ème semestre 2020, une série d’ateliers thématiques et deux grandes discussions, rassemblant 127 participants, ont permis de partager les visions, pratiques, outils et compétences de chacun, afin d’alimenter la réflexion collective.
Un rapport d’étape, fruit de ces échanges, et alimenté par 42 contributions écrites d’acteurs participants, a été publié le 15 décembre 2020.

Les propositions du rapport

Dans ce rapport d’étape, l'Arcep formule 11 propositions pour conjuguer développement des usages et réduction de l’empreinte environnementale du numérique. Constatant qu’une prise de conscience est déjà à l’œuvre, les propositions de l’Arcep se donnent pour objectif d’amplifier cette mobilisation, et de s’assurer qu’elle permette effectivement de dépasser le seul registre des bonnes intentions, pour s’inscrire dans une trajectoire ambitieuse de réduction de l’empreinte environnementale. Il s’agit d’inventer une régulation environnementale du numérique, intégrant non seulement les opérateurs de communications électroniques mais aussi les fabricants de terminaux, les fournisseurs de contenus et d’application en ligne, les exploitants de centres de données… Les consommateurs peuvent aussi jouer un rôle plus actif à condition de disposer des informations utiles, dans une logique de régulation « par la donnée ».

(https://lafibre.info/images/doc/202107_arcep_rapport_etat_internet_2021_6_environnement_1.png)

L’analyse de l’Autorité, met en lumière la nécessité de disposer de davantage de données pour définir plus finement l’empreinte environnementale du numérique pour toutes les composantes de son écosystème, dépasser l’étape de la prise de conscience et ainsi être à même de prendre les mesures appropriées.
Le rapport souligne la dimension « écosystémique » du numérique qui sollicite des acteurs divers et donc des expertises variées telles que la connaissance d’ingénierie des réseaux et des centres de données, celle des terminaux, mais aussi par exemple de développement des services et applications en ligne, etc. nécessitant chacune des expertises complexes d’origines distinctes. Une analyse de l’empreinte environnementale du numérique exige ainsi une collaboration poussée entre experts de l’environnement et experts du numérique, sur l’ensemble de l’écosystème et pour toutes les phases de la vie des produits en cause (production, usage, fin de vie). En conséquence, le rapport de l’Arcep établi des propositions pour l’ensemble de l’écosystème du numérique.
Titre: L’Arcep - Chapitre 6: Empreinte environnementale des réseaux et régulation
Posté par: vivien le 14 juillet 2021 à 22:17:01
Les passages que j'ai sélectionné dans le rapport "Pour un numérique soutenable" et "L’empreinte carbone du numérique" :

L'Arcep explique que les réseaux représentent 5% de l'emprunte environnemental du numérique :

(https://lafibre.info/images/doc/202012_arcep_rapport_pour_un_numerique_soutenable_05.png)

Dans ces 5%, 70 à 80% est utilisé dans le réseaux d’accès :

(https://lafibre.info/images/doc/202012_arcep_rapport_pour_un_numerique_soutenable_04.png)
Titre: L’Arcep - Chapitre 6: Empreinte environnementale des réseaux et régulation
Posté par: vivien le 14 juillet 2021 à 22:17:26
Toutes les technologies ne sont pas à égalité pour l'impact environnemental : La fibre est la technologie qui consomme le moins avec 0,5 watts par ligne coté réseau (la box coté client est du coté terminal, pas du coté réseau), suivit de l'ADSL 1,8 watts par ligne et du mobile.

Pour la fibre ou l'ADSL la consommation est fixe, que la ligne soit utilisée ou non, l'opérateur consomme 0,5 watts ou 1,8 watts (et c'est même 2,1 watts pour une ligne du réseau téléphonique commuté).

Pour les réseaux cellulaires, la consommation est liée aux usages : 600 watts-heures par Go transférés.

En moyenne, un usage mobile à 30 fois plus d'impact environnemental que la fibre.


(https://lafibre.info/images/doc/202012_arcep_rapport_pour_un_numerique_soutenable_03.png)

(https://lafibre.info/images/doc/201907_arcep_empreinte_carbone_numerique_1.png)
Titre: L’Arcep - Chapitre 6: Empreinte environnementale des réseaux et régulation
Posté par: vivien le 14 juillet 2021 à 22:17:40
Le trafic de donnée sur le réseau mobile augmente fortement chaque année, mais on fait en même temps de gros progrès sur l'efficacité énergetique.

(https://lafibre.info/images/doc/202012_arcep_rapport_pour_un_numerique_soutenable_02.png)
Titre: L’Arcep - Chapitre 6: Empreinte environnementale des réseaux et régulation
Posté par: vivien le 14 juillet 2021 à 22:17:55
Le rapport de l'Arcep comporte une partie 3, "Agir, concrétiser et porter des propositions"

En premier, arrive la mesure. l'Arcep parle de régulation par la donnée, afin de créer un choc de transparence afin de mobiliser les utilisateurs. C'est ce que l'on appelle du name and shame en pointant du doigt les bon et mauvais acteurs.

Voici les indicateurs mentionnés :

(https://lafibre.info/images/doc/202012_arcep_rapport_pour_un_numerique_soutenable_06.png)

(https://lafibre.info/images/doc/202012_arcep_rapport_pour_un_numerique_soutenable_07.png)
Titre: L’Arcep - Chapitre 6: Empreinte environnementale des réseaux et régulation
Posté par: vivien le 14 juillet 2021 à 22:18:21
En second, on parle d'intégration de l'enjeu environnemental dans les actions de l'Arcep.

Certains se demandent pourquoi on rajoute des technologies, 3G, 4G et maintenant 5G, sans éteindre la 2G.

Voici la réponse :


(https://lafibre.info/images/doc/202012_arcep_rapport_pour_un_numerique_soutenable_08.png)
Titre: L’Arcep - Chapitre 6: Empreinte environnementale des réseaux et régulation
Posté par: vivien le 14 juillet 2021 à 22:18:43
En troisièmement, on parle de renforcer les incitations des acteurs économiques et des utilisateurs.

Bien entendu, on parle d'inciter les fabricants à accroître la durabilité des terminaux mis en circulation :


(https://lafibre.info/images/doc/202012_arcep_rapport_pour_un_numerique_soutenable_09.png)
Titre: L’Arcep - Chapitre 6: Empreinte environnementale des réseaux et régulation
Posté par: vivien le 14 juillet 2021 à 22:21:07
On parle également des centres de données et du trafic qui augmente, réparti de plus en plus entre quelques gros acteurs.

(https://lafibre.info/images/doc/202012_arcep_rapport_pour_un_numerique_soutenable_10.png)
Titre: L’Arcep - Chapitre 6: Empreinte environnementale des réseaux et régulation
Posté par: vivien le 14 juillet 2021 à 22:21:22
Le refroidissement des centres de données est abordé, de même que les serveurs capable de fonctionner avec une température en allée froide à 40 degrés, limitant ainsi les besoins pour refroidir l'air :

(https://lafibre.info/images/doc/202012_arcep_rapport_pour_un_numerique_soutenable_12.png)
Titre: L’Arcep - Chapitre 6: Empreinte environnementale des réseaux et régulation
Posté par: vivien le 14 juillet 2021 à 22:21:42
Contribution de Barbara Pompili et Cédric 0 sur la feuille de route du gouvernement :

(https://lafibre.info/images/doc/202107_arcep_rapport_etat_internet_2021_pompili_o.png)
Titre: L’Arcep - Chapitre 6: Empreinte environnementale des réseaux et régulation
Posté par: vivien le 14 juillet 2021 à 22:22:39
Contribution de Patrick Chaize sur la PPL réduire l’empreinte environnementale du numérique
et de Arnaud Leroy, le président de l'ADEME sur les travaux de métrologie :


(https://lafibre.info/images/doc/202107_arcep_rapport_etat_internet_2021_chaize_ademe.png)
Titre: L’Arcep - Chapitre 6: Empreinte environnementale des réseaux et régulation
Posté par: vivien le 14 juillet 2021 à 22:22:58
Contribution de la Fédération Française des Télécoms :

(https://lafibre.info/images/doc/202107_arcep_rapport_etat_internet_2021_fft.png)
Titre: Les faits marquants de l'Arcep en 2020
Posté par: vivien le 14 juillet 2021 à 22:23:35
Lien directs sur les différents sujets du rapport :
- Les réseaux pendant la crise sanitaire (Covid-19) (https://lafibre.info/arcep/rapport-etat-internet-2021/msg881185/#msg881185)
- Chapitre 1 : Améliorer la mesure de la qualité d’internet (https://lafibre.info/arcep/rapport-etat-internet-2021/msg881190/#msg881190)
- Chapitre 2 : Superviser l’interconnexion de données (https://lafibre.info/arcep/rapport-etat-internet-2021/msg881200/#msg881200)
- Chapitre 3 : Accélérer la transition vers IPv6 (https://lafibre.info/arcep/rapport-etat-internet-2021/msg881210/#msg881210)
- Chapitre 4 : Garantir la neutralité d’internet (https://lafibre.info/arcep/rapport-etat-internet-2021/msg881218/#msg881218)
- Chapitre 5 : Terminaux et plateformes, maillons structurants de l’accès à internet (https://lafibre.info/arcep/rapport-etat-internet-2021/msg881228/#msg881228)
- Chapitre 6 : Intégrer l'empreinte environnementale des réseaux à la régulation (https://lafibre.info/arcep/rapport-etat-internet-2021/msg881234/#msg881234)
- Les faits marquants de l'Arcep en 2020 (https://lafibre.info/arcep/rapport-etat-internet-2021/msg881248/#msg881248)

Les faits marquants de l'Arcep en 2020 :

(https://lafibre.info/images/doc/202107_arcep_rapport_etat_internet_2021_faits_marquants_1.png)
Titre: Les faits marquants de l'Arcep en 2020
Posté par: vivien le 14 juillet 2021 à 22:23:50
(https://lafibre.info/images/doc/202107_arcep_rapport_etat_internet_2021_faits_marquants_2.png)
Titre: Les faits marquants de l'Arcep en 2020
Posté par: vivien le 14 juillet 2021 à 22:23:59
(https://lafibre.info/images/doc/202107_arcep_rapport_etat_internet_2021_faits_marquants_3.png)
Titre: Les faits marquants de l'Arcep en 2020
Posté par: vivien le 14 juillet 2021 à 22:24:07
(https://lafibre.info/images/doc/202107_arcep_rapport_etat_internet_2021_faits_marquants_4.png)
Titre: L’Arcep publie l’édition 2021 de son rapport sur l’état d’internet en France
Posté par: vivien le 14 juillet 2021 à 22:25:10
J'ai terminé.

Si vous avez des questions ou remarques, n'hésitez pas.


Lien directs sur les différents sujets du rapport :
- Les réseaux pendant la crise sanitaire (Covid-19) (https://lafibre.info/arcep/rapport-etat-internet-2021/msg881185/#msg881185)
- Chapitre 1 : Améliorer la mesure de la qualité d’internet (https://lafibre.info/arcep/rapport-etat-internet-2021/msg881190/#msg881190)
- Chapitre 2 : Superviser l’interconnexion de données (https://lafibre.info/arcep/rapport-etat-internet-2021/msg881200/#msg881200)
- Chapitre 3 : Accélérer la transition vers IPv6 (https://lafibre.info/arcep/rapport-etat-internet-2021/msg881210/#msg881210)
- Chapitre 4 : Garantir la neutralité d’internet (https://lafibre.info/arcep/rapport-etat-internet-2021/msg881218/#msg881218)
- Chapitre 5 : Terminaux et plateformes, maillons structurants de l’accès à internet (https://lafibre.info/arcep/rapport-etat-internet-2021/msg881228/#msg881228)
- Chapitre 6 : Intégrer l'empreinte environnementale des réseaux à la régulation (https://lafibre.info/arcep/rapport-etat-internet-2021/msg881234/#msg881234)
- Les faits marquants de l'Arcep en 2020 (https://lafibre.info/arcep/rapport-etat-internet-2021/msg881248/#msg881248)
Titre: L’Arcep - Chapitre 1: Améliorer la mesure de la qualité d’internet
Posté par: kgersen le 15 juillet 2021 à 08:47:25

La conformité au code de conduite 2022 ouvrira la porte de l’accès à l'API « carte d’identité de l’accès » dans les box.

on a une doc vers le "Code de conduite 2022" ?

Si "curl" est conforme au code de conduite 2022 on pourra donc  avoir accès a l'API sur simple demande si on veut juste utiliser "curl" pour mesurer son débit ?
Titre: L’Arcep publie l’édition 2021 de son rapport sur l’état d’internet en France
Posté par: vivien le 15 juillet 2021 à 09:31:43
La concertation sur le prochain code de conduite n'a pas encore démarré. Comme cela prend un certain temps, il est illusoire d'attendre un code 2021 et il est important d'en sortir un peu de temps après l'API, d'où ma mention de code de conduite 2022, mais ce n'est pas officiel.

La version officielle : "les travaux pour améliorer encore les pratiques et renforcer le Code de conduite se poursuivront lors de la mise en place effective de l’API. La prise en compte des fonctionnalités proposées par cette API aux outils de mesure permettra en effet de fiabiliser non seulement les tests de QoS mais aussi les publications agrégées. Ces évolutions se feront bien évidemment en concertation avec les acteurs impliqués"

Sinon, le prochain code de conduite sera une évolution du code de conduite actuel sur quelques points. Le gros est déjà là :

Le code de conduite de la qualité de service d’internet 2020 :
(cliquez sur la miniature ci-dessous - le document est au format PDF)
(https://lafibre.info/images/doc/202009_arcep_code_de_conduite_qos.png) (https://lafibre.info/images/doc/202009_arcep_code_de_conduite_qos.pdf)

Pour l'API, il y a la problématique de la confidentialité des données, les opérateurs ne souhaitent pas que n'importe qui récupère certaines données, il faut donc  bien sécuriser la chose. L'Arcep n'a pas accès aux donnée de l'API, c'est uniquement le client, l'outil et éventuellement plus si il y a un consentement (c'est demandé par la CNIL)

La meilleur façon de dialoguer avec les différents acteurs, c'est de faire une demande pour assister aux différents groupes de travail.
Titre: L’Arcep publie l’édition 2021 de son rapport sur l’état d’internet en France
Posté par: kgersen le 15 juillet 2021 à 09:46:14

Pour l'API, il y a la problématique de la confidentialité des données, les opérateurs ne souhaitent pas que n'importe qui récupère certaines données, il faut donc  bien sécuriser la chose. L'Arcep n'a pas accès aux donnée de l'API, c'est uniquement le client, l'outil et éventuellement plus si il y a un consentement (c'est demandé par la CNIL)


C'est la que je ne comprend pas qu'on demande aux opérateurs leur "avis"...Evidemment qu'ils vont sortir des âneries sur la confidentialité alors que ce n'est pas pour défendre la vie privée de leur clients mais leur business.

Chrome, Firefox, Safari, etc permettent de savoir mon OS, sa version, la taille de mon écran, etc  pourtant on n'a pas demandé a Microsoft, Apple ou tout les Linux leur "avis". Meme le RGPD n'a aucun problème avec ca.

Je peux autoriser n'importe quelle application que je veux à avoir la position de mon smartphone/PC , sa marque, son modele, le type de connection (3G ou 4G ou Wifi , Ethernet) sans demander a mon opérateur son "avis".

Mon IP public renseigne qui est mon opérateur sans lui demander son "avis".

N'importe quel bout de code peut savoir la vitesse de connection de ma carté réseau, sa marque, son adresse MAC, etc sans demander a Intel ou autre marque son "avis".

etc je peux continuer des heures comme ca.

Les BBox permettent déja d'avoir ses informations via leur API ouverte et simple.

C'est juste incompréhensible que l'ARCEP se fasse mener en bateau par les FAI comme ca. Si c'est le cas pour tout les sujets qu'elle traite avec eux, c'est plus qu'inquiétant pour une autorité censée être indépendante et "autoritaire".

/fin de ma ralerie , je reviendrai sur ce sujet en juillet 2022 pour voir le résultat de cette API.


Titre: L’Arcep publie l’édition 2021 de son rapport sur l’état d’internet en France
Posté par: vivien le 15 juillet 2021 à 10:14:00
Les indicateurs les plus sensibles sont :
- débit commercial souscrit auprès de ton opérateur
- compteur de données sur le port WAN pour estimer si il y a du cross-trafic
- éléments qui assemblés entre-eux permettent de deviner le modèle de box souscrit par le client

Cela nécessite une sécurisation. La CNIL était présent à certains points, avec les équipes juridique et techniques des opérateurs, on sait maintenant ce qu'il est possible ou pas de faire et dans quel cas le consentement de l'utilisateur est nécessaire.

La Bbox permet d'avoir le débit commercial ou le compteur de donnée WAN en libre accès sans intervention de l'utilisateur ?
Titre: L’Arcep publie l’édition 2021 de son rapport sur l’état d’internet en France
Posté par: underground78 le 15 juillet 2021 à 11:13:18
Est-ce que chaque abonné pourra utiliser l'API librement sur sa propre box ? J'ai l'impression que c'est ça que souhaiterait kgersen et dans ce cas particulier je ne vois pas trop quel pourrait être le problème.
Titre: L’Arcep publie l’édition 2021 de son rapport sur l’état d’internet en France
Posté par: xp25 le 15 juillet 2021 à 11:24:04
Je vais passer 2 nuits à 100m du siège de l'Arcep à Bercy  ::)

Un message à leur faire passer ?  :P
Titre: L’Arcep publie l’édition 2021 de son rapport sur l’état d’internet en France
Posté par: vivien le 15 juillet 2021 à 11:30:15
Il y a un hôtel à 30 mètres de l'Arcep effectivement: Hôtel Kyriad Paris Bercy. Tu souhaites un autocollant IPv6 ?

Est-ce que chaque abonné pourra utiliser l'API librement sur sa propre box ? J'ai l'impression que c'est ça que souhaiterait kgersen et dans ce cas particulier je ne vois pas trop quel pourrait être le problème.
La réponse est non, car cela permettrait à outil de récupérer des informations, par exemple pour faire du ciblage publicitaire, un peu comme le "Battery Status API" des navigateurs (des navigateurs comme Firefox ont depuis retirés cet API, permettant à un site de connaitre le niveau de charge de la batterie).

Un des risque est d'alimenter un « relevé d'empreinte » (ou fingerprinting en anglais). L’empreinte est la concaténation de dizaines et dizaines d’informations non nominatives qui, une fois associées, permettent de créer un profil presque unique de chaque Internaute.

Les données de l'API étant protégées, il y a une authentification « OAUTH2 Client Credentials » qui ne fonctionne pas en local, mais avec une infrastructure back-end chez le fournisseur de l'outil de test. Cette plateforme chez l'outil de test est en relation avec les serveurs d'authentification de l'opérateur. L'API est une obligation, elle doit être irréprochable.
Titre: L’Arcep publie l’édition 2021 de son rapport sur l’état d’internet en France
Posté par: kgersen le 15 juillet 2021 à 14:19:02
Les indicateurs les plus sensibles sont :
- débit commercial souscrit auprès de ton opérateur
- compteur de données sur le port WAN pour estimer si il y a du cross-trafic
- éléments qui assemblés entre-eux permettent de deviner le modèle de box souscrit par le client

Cela nécessite une sécurisation.

c'est la ou ce n'est pas compréhensible. En quoi cela nécessite une sécurisation. Qu'est-ce que ca peut faire si on connait le modele de la box ?

La Bbox permet d'avoir le débit commercial ou le compteur de donnée WAN en libre accès sans intervention de l'utilisateur ?

oui depuis longtemps.

https://api.bbox.fr/doc/apirouter/index.html#api-Device-GetDevice
https://api.bbox.fr/doc/apirouter/index.html#api-WAN-GetWANIPStats
Titre: L’Arcep publie l’édition 2021 de son rapport sur l’état d’internet en France
Posté par: vivien le 15 juillet 2021 à 15:17:19
Si on connait le modéle de box, on peut faire des statistiques sur l'ensemble du parc (pour les test d e débit qui ont un nombre suffisant de demandes), ce que ne souhaitent pas les opérateurs.

En débit commercial, je parle du débit souscrit (300 Mb/s ; 500 Mb/s ; 1 Gb/s ; 2 Gb/s en descendant selon les offres et 200 Mb/s ; 300 Mb/s ; 400 Mb/s ; 600 Mb/s en montant selon les offres)

L'API actuelle n'est pas accessible pour un site web, contrairement à celle qui est en cours de développement.
Titre: L’Arcep publie l’édition 2021 de son rapport sur l’état d’internet en France
Posté par: kgersen le 15 juillet 2021 à 15:33:49
Si on connait le modéle de box, on peut faire des statistiques sur l'ensemble du parc (pour les test d e débit qui ont un nombre suffisant de demandes), ce que ne souhaitent pas les opérateurs.

donc ca va a l'encontre de la transparence et du but du projet quoi ?!
et on est bien d 'accord que ce n'est pas absolument pour un raison de privacy/tracking des clients.

En débit commercial, je parle du débit souscrit (300 Mb/s ; 500 Mb/s ; 1 Gb/s ; 2 Gb/s en descendant selon les offres et 200 Mb/s ; 300 Mb/s ; 400 Mb/s ; 600 Mb/s en montant selon les offres)

L'API actuelle n'est pas accessible pour un site web, contrairement à celle qui est en cours de développement.

on n'en demandais pas plus. une simple api ,un simple 'get' des débit souscrits/montants et descendant' et du crosstalk. rien de plus. pas besoin du modele de la box.
ca prend 1 journée à mettre en oeuvre.

Le problème c'est celle en cours de développement ne sera pas accessible de nulle part si on est pas dans le club fermé des FAI et leur fournisseurs de mesures (cf l'éco-systeme des mesures de débit et qui vend quoi a qui ...).

En plus c'est franco-francais, meme pas EU et encore moins un projet de RFC pour proposer un standard a la planète entière. C'est l'illustration parfaite de la bureaucratie a la française qui a tué une belle idée en l'enfermant dans de la complexité pour satisfaire a la pression d'un lobby de FAI. Franchement ca m'énerve tellement que je vais m'arreter la sur ce sujet.


Titre: L’Arcep publie l’édition 2021 de son rapport sur l’état d’internet en France
Posté par: xp25 le 15 juillet 2021 à 16:00:56
Il y a un hôtel à 30 mètres de l'Arcep effectivement: Hôtel Kyriad Paris Bercy. Tu souhaites un autocollant IPv6 ?

Tu travailles là bas ?  :)
Titre: L’Arcep publie l’édition 2021 de son rapport sur l’état d’internet en France
Posté par: vivien le 15 juillet 2021 à 16:03:49
L'Arcep c'est petit, un seul site et l'Arcep loue deux étages du 14 rue Gerty Archimède.
Titre: L’Arcep publie l’édition 2021 de son rapport sur l’état d’internet en France
Posté par: maximushugus le 15 juillet 2021 à 23:34:30
Rapport très intéressant, notamment sur la partie IPv6.
Concernant la neutralité du net, ce sujet n'est peut être pas le plus approprié pour cette demande mais est ce que ceux qui développent l'application Wehe auraient la possibilité d'implémenter une fonction de test en choisissant un port spécifique librement (typiquement concernant le blocage du port 53 chez SFR mobile) ?
Titre: L’Arcep publie l’édition 2021 de son rapport sur l’état d’internet en France
Posté par: vivien le 16 juillet 2021 à 09:08:47
Le système utilisé par Wehe est complexe et il ne permet pas de choisir son port, cela faisait parti de ma demande d'avoir un champ libre pour tester le port de son choix.

Concernant le port 53, il devait être testé par Wehe, mais AWS, un des hébergeurs utilisé, ne permet pas d'utiliser le port 53, il n'est donc pas présent dans l’application a mon regret, car c'est un des ports les plus problématiques.

La problématique avec SFR ne serait pas détecté par Wehe : Wehe ne fait le test que en TCP et la problématique avec SFR est en UDP.

=> Neutralité du net et blocage port 53 chez SFR (https://lafibre.info/4g-sfr/neutralite-du-net-et-blocage-port-53-chez-sfr/)
Titre: L’Arcep publie l’édition 2021 de son rapport sur l’état d’internet en France
Posté par: jeff06am le 19 juillet 2021 à 13:18:40
Bonjour,

Merci pour la publication de ce dossier très instructif !

Je suis impressionné de constater que chaque Go de données consommées sur le réseau mobile équivalent à ≈ 600 Wh  :o
Les anti-5G devraient lire ça avant de critiquer le déploiement d’une techno + efficiente.
Titre: L’Arcep - Chapitre 6: Empreinte environnementale des réseaux et régulation
Posté par: vivien le 19 juillet 2021 à 14:47:23
Oui, et on voit que sur le fixe, la consommation est fixe et dépend très peu des usages.

Le but serait d'avoir également des données diable sur le coté hébergement / fournisseur de contenu vidéo.

Ce n'est pas simple et il y a de grosses différences entre les acteurs, certains sachant gérer beaucoup de trafic avec peu de watts et d'autres étant plus consommateurs.

Certains sont proches des clients, tandis que d'autres obligent à passer par un AS tiers, ce qui augmente le nombre d'équipements.


(https://lafibre.info/images/doc/201907_arcep_empreinte_carbone_numerique_1.png)
Titre: L’Arcep - Chapitre 6: Empreinte environnementale des réseaux et régulation
Posté par: jeff06am le 19 juillet 2021 à 18:43:53
Certains sont proches des clients, tandis que d'autres obligent à passer par un AS tiers, ce qui augmente le nombre d'équipements.

Il doit donc y avoir une très grosse différence entre Netflix et Disney+, bâtis différemment pour acheminer les paquets vers les clients finaux  :)
Titre: L’Arcep publie l’édition 2021 de son rapport sur l’état d’internet en France
Posté par: Mat753 le 20 juillet 2021 à 09:49:01
Pour ce qui est de la partie conso électrique, il aurait été inintéressant de prendre en compte l'évolution de la consommation des box Tv ou internet car avec de plus en plus de materiel à l'interieur la consomation à du augmenter selon certaines boxs
Titre: L’Arcep publie l’édition 2021 de son rapport sur l’état d’internet en France
Posté par: vivien le 20 juillet 2021 à 13:28:23
Et surtout pousser a baisser la consommation en veille, aussi bien coté routeur Wi-Fi que coté box TV.

Pourquoi ne pas éteindre le Wi-Fi 5 Ghz quand il y a peu d'usages et le rallumer a la volée (les WiFi derrière génération savent déplacer les clients entre 2,4 Ghz et 4 Ghz sans la moindre latence )
Titre: L’Arcep publie l’édition 2021 de son rapport sur l’état d’internet en France
Posté par: tutosfaciles48 le 08 août 2021 à 19:47:47
Et surtout pousser a baisser la consommation en veille, aussi bien coté routeur Wi-Fi que coté box TV.

Pourquoi ne pas éteindre le Wi-Fi 5 Ghz quand il y a peu d'usages et le rallumer a la volée (les WiFi derrière génération savent déplacer les clients entre 2,4 Ghz et 4 Ghz sans la moindre latence )

C'est ce que j'avais proposé sur le bugtracker de Free, en commentaire, mais il ne semble pas qu'il y ai des gens qui s'intéressent à ça
Titre: L’Arcep publie l’édition 2021 de son rapport sur l’état d’internet en France
Posté par: vivien le 08 août 2021 à 20:31:49
L'Arcep s'intéresse à ça, donc cela va intéresser les opérateurs.

Par contre, l'Arcep n'est pas une stratup : chaque chose nécessite des concertations, des validations,...

Maintenant j'ai l'habitude, mais les délais sont long. Je suis donc persuadé qu'un baromètre qui donne de nombreuses information sur la consommation des opérateurs va arriver, mais cela va prendre encore quelques années et la première version sera probablement assez limitée. L'Arcep a déjà les données de consommation des box transmises par les opérateurs, mais il faut s'assurer que c'est strictement comparable dans les tests pour récupérer cette consommation et là c'est problématique.

Le baromètre IPv6 donnait très peu d'informations (pas d'information détaillée par opérateur, juste un pourcentage global récupéré par Google). Il fait maintenant 35 pages et chaque années il y a des choses supplémentaires (les light MVNO cette année, les offres pro l'année dernière, les hébergeurs il y a deux ans,...).
Titre: L’Arcep publie l’édition 2021 de son rapport sur l’état d’internet en France
Posté par: Myck205 le 09 août 2021 à 12:52:58
Et surtout pousser a baisser la consommation en veille, aussi bien coté routeur Wi-Fi que coté box TV.

Pourquoi ne pas éteindre le Wi-Fi 5 Ghz quand il y a peu d'usages et le rallumer a la volée (les WiFi derrière génération savent déplacer les clients entre 2,4 Ghz et 4 Ghz sans la moindre latence )

Ca doit être possible chez Free avec le planificateur. Suffit de créer un réseau wifi pour chaque fréquence, et désactiver l'une pendant un créneau horaire.
Titre: L’Arcep publie l’édition 2021 de son rapport sur l’état d’internet en France
Posté par: kgersen le 09 août 2021 à 13:16:36
Couper ou diminuer le wifi la nuit ... j'ai du mal a voir le gain a l'échelle nationale ou mondiale. D'autant que quand on coupe le wifi la nuit les smartphones qui étaient en wifi+4G  repassent qu'en 4G...(et VoWifi ne marche plus si on ne capte pas bien le cellulaire).
et il y a plein d'usages domotiques qui requiert le wifi 24/7.

En terme de priorité, je mettrais ca a 1 sur une échelle de 1 a 10...
Car il y a plein d'autres endroits ou faire des économies d'énergie est plus direct et facile , cela ne demande qu'un effort 'humain' donc de la pédagogie et une prise de conscience.

Apres si c'est juste pour faire de la communication 'green' ...
Titre: L’Arcep publie l’édition 2021 de son rapport sur l’état d’internet en France
Posté par: tutosfaciles48 le 09 août 2021 à 13:31:18
Couper ou diminuer le wifi la nuit ... j'ai du mal a voir le gain a l'échelle nationale ou mondiale. D'autant que quand on coupe le wifi la nuit les smartphones qui étaient en wifi+4G  repassent qu'en 4G...(et VoWifi ne marche plus si on ne capte pas bien le cellulaire).
et il y a plein d'usages domotiques qui requiert le wifi 24/7.

En terme de priorité, je mettrais ca a 1 sur une échelle de 1 a 10...
Car il y a plein d'autres endroits ou faire des économies d'énergie est plus direct et facile , cela ne demande qu'un effort 'humain' donc de la pédagogie et une prise de conscience.

Apres si c'est juste pour faire de la communication 'green' ...

Le wifi 5GHz est-il obligatoire la nuit ? tu es toujours en 4g ? Cela n'est pas très écolo

Personnellement, je trouve pas bête en effet l'idée de Myck, même si je pensais faire ça, j'ai toujours un pc connecté en ethernet si j'ai besoin de Gigabit en plein milieu de la nuit
Titre: L’Arcep publie l’édition 2021 de son rapport sur l’état d’internet en France
Posté par: vivien le 09 août 2021 à 13:31:25
On ne parle pas de couper le Wi-Fi, mais de basculer sans la moindre coupure les client 5 Ghz vers le 2,4 Ghz puis d'éteindre le 5 Ghz quand les usages sont faibles (pas que la nuit) et de rallumer les fréquences hautes (5 Ghz et 6 GHz avec le Wi-Fi 6e) quand il y a un trafic significatif (avec là aussi bascule des clients automatique et sans coupure grâces aux fonctions Band steering des box modernes).

Le gain serait de plusieurs watts une bonne partie de la journée (et de la nuit).

Wi-Fi intelligent : "Band steering" et "Client steering"

La Bbox Fibre Wi-Fi 6 intègre le "Band steering" et le "Client steering", une technologie qui est déjà disponible avec certaines box Wi-Fi 5 et commercialisée par Orange sous le nom "Wi-Fi intelligent".

- Sélection du meilleur canal en 2,4 Ghz et 5 Ghz : Contrairement au mode "auto" disponible depuis longtemps sur toutes les box qui choisit le canal Wi-Fi en fonction d'un scan effectué lors du démarrage de la box, là le Band steering le fait régulièrement en tache de fond et il est en mesure de changer le canal pour tous les appareils Wi-Fi, sans introduire de pertes de paquets ou de latence, afin d'avoir un canal qui permet un meilleur débit. La fonctionnalité permet aussi utiliser des canaux DFS, permettant une plus grande portée, sous réserve qu'elle ne soit pas utilisée par un radard.

- Choix du point d’accès de connexion : Le Client steering sera en mesure de sélectionner la box ou le répéteur (lui aussi compatible Wi-Fi 6) de manière a optimiser la transmission.

- Forcer un terminal en 2,4 ou 5Ghz en fonction de la situation : Aujourd'hui avec un Wi-Fi standard, ce sont les terminaux qui choisissent entre le 2,4 et le 5 Ghz. Problème ce choix est souvent mal fait et beaucoup d'équipements se retrouvent sur le 2,4 Ghz (faible débit) alors que leur éloignement de la box ne justifie pas ce choix. Avec le Band steering, la Bbox impose la bande de fréquence au terminal, de façon a optimiser la bande passante dont il va disposer.

(https://lafibre.info/images/bbox_fibre/202001_bbox_fibre_wi-fi6_wifi04.jpg)

Ces optimisation du Wi-Fi fonctionnent parfaitement avec les périphériques Wi-Fi 6 mais aussi tous les périphériques Wi-Fi 5 : Vous bénéficierez donc d'une amélioration significative du Wi-Fi avec des terminaux Wi-Fi 5 et une amélioration plus faible avec les anciennes norme de Wi-Fi tels que le 802.11n.

(https://lafibre.info/images/bbox_fibre/202001_bbox_fibre_wi-fi6_wifi05.jpg)

Bouygues Telecom livre, sur demande, mais gratuitement un répéteur Wi-Fi 6 avec le forfait Bbox Ultym Fibre.

Cela permet dans les maison à étage ou appartements avec de gros murs de pierre d'avoir une couverture dans toutes les pièces.


(https://lafibre.info/images/bbox_fibre/202001_bbox_fibre_wi-fi6_wifi06.jpg)
Titre: L’Arcep publie l’édition 2021 de son rapport sur l’état d’internet en France
Posté par: kgersen le 09 août 2021 à 14:06:53
On ne parle pas de couper le Wi-Fi, mais de basculer sans la moindre coupure les client 5 Ghz vers le 2,4 Ghz puis d'éteindre le 5 Ghz quand les usages sont faibles
....
Le gain serait de plusieurs watts une bonne partie de la journée (et de la nuit).

J'avais bien compris tout cela. C'est que je n'en vois pas le gain par rapport a la complexité / source de bugs/ dysfonctionnements que cela peut engendrer.

Le wifi 5GHz est-il obligatoire la nuit ? tu es toujours en 4g ? Cela n'est pas très écolo

"toujours en 4G" ? je ne comprend pas la question.

ma définition "d'écolo" n'est peut pas la meme que la tienne ;)

quelques watts par maison a comparer au simple geste de mettre  son chauffage électrique a 19° ou son programme lave-linge a "rapide"...(on parle de kilowatt la)

Bref je veux bien qu'on fasse de "l'écolo" mais faut chiffrer et relativiser sinon c'est que du greenwashing.
Titre: L’Arcep publie l’édition 2021 de son rapport sur l’état d’internet en France
Posté par: tutosfaciles48 le 09 août 2021 à 14:13:42
J'avais bien compris tout cela. C'est que je n'en vois pas le gain par rapport a la complexité / source de bugs/ dysfonctionnements que cela peut engendrer.

"toujours en 4G" ? je ne comprend pas la question.

ma définition "d'écolo" n'est peut pas la meme que la tienne ;)

quelques watts par maison a comparer au simple geste de mettre  son chauffage électrique a 19° ou son programme lave-linge a "rapide"...(on parle de kilowatt la)

Bref je veux bien qu'on fasse de "l'écolo" mais faut chiffrer et relativiser sinon c'est que du greenwashing.

Tu a tout à fait raison. Dans mon entourage je ne connais que une de mes tante qui éteint sa box la nuit, et ma mère désactive le wifi le soir jusqu'au petit matin.
Le truc c'est qu'il y a des millions de personnes qui ne doivent rien faire, de part en France (principaux intéressés) et ce qui peut être des mW multipliés par des centaines de millier de fois; car il ne faut pas oublier que la majorité des gens bossent en France, et qui du coup (sauf cas de télétravail) ne sont pas chez eux
Titre: L’Arcep publie l’édition 2021 de son rapport sur l’état d’internet en France
Posté par: Nico le 09 août 2021 à 14:24:15
Couper le WiFi, entre les smartphones qui vont probablement plus consommer en 4G et les box qui ne font que couper l'affichage du SSID, ça me semble avoir un intérêt assez limité quand même.
Titre: L’Arcep publie l’édition 2021 de son rapport sur l’état d’internet en France
Posté par: tutosfaciles48 le 09 août 2021 à 14:25:47
Couper le WiFi, entre les smartphones qui vont probablement plus consommer en 4G et les box qui ne font que couper l'affichage du SSID, ça me semble avoir un intérêt assez limité quand même.

Moi je parle de la nuit, tu connais des gens qui doivent laisser la 4g allumé 24h/24 7/7 ? C'est pas plus écolo de faire ça que de le laisser "branché" au wifi
Titre: L’Arcep publie l’édition 2021 de son rapport sur l’état d’internet en France
Posté par: Nico le 09 août 2021 à 14:31:54
Moi je parle de la nuit
Moi aussi.

Citer
tu connais des gens qui doivent laisser la 4g allumé 24h/24 7/7 ? C'est pas plus écolo de faire ça que de le laisser "branché" au wifi
Je connais peu de gens qui mettent leur téléphone en mode avion ou même en coupant la data perso.
Titre: L’Arcep publie l’édition 2021 de son rapport sur l’état d’internet en France
Posté par: kgersen le 09 août 2021 à 15:46:12
sans parler des problèmes de voisinages dans la selection des canaux: j'allume ma box, elle voit que le canal X en 5Ghz est libre et le choisi. pas de pot c'est le meme canal que le voisin dont le wifi 5Ghz était en veille basse conso...donc faut un composant wifi qui rechoisi un canal wifi au réveil avec tout les répercutions que ca peut avoir sur les voisins et le manque de stabilité que ca va générer. Ajouter DFS la dessus.

Bref la théorie en 5minutes en discussion de forum c'est bien mais la réalité et la mise en oeuvre pratique c'est tout autre chose...
Titre: L’Arcep publie l’édition 2021 de son rapport sur l’état d’internet en France
Posté par: PhilippeMarques le 09 août 2021 à 20:05:32
Il y a de l' usine à gaz là derrière.
Si le propos c'est d'économiser de l'énergie, c'est bien sur les appareils électroniques le dernier endroit ou faire cette économie.
Tout ce qui a une impédance résistive produisant de la chaleur, type chauffage électrique consomme beaucoup plus.
A évolution de consommation d'énergie, elle est en constante augmentation, le propos n'est pas de l'économiser, mais d'en produire plus, ou tout du moins en convertir plus pour pouvoir la consommer.
Les dernières recherches prometteuses, proviennent de la modification atomique des actinides pour recycler les déchets nucléaires.
Eteindre une fréquence pour éviter de consommer, c'est aussi intelligent que si l'homme de cromagnon arrétait de faire du feu et arrétait de se chauffer pour économiser du bois.
Titre: L’Arcep publie l’édition 2021 de son rapport sur l’état d’internet en France
Posté par: tutosfaciles48 le 09 août 2021 à 20:20:51
Il y a de l' usine à gaz là derrière.
Si le propos c'est d'économiser de l'énergie, c'est bien sur les appareils électroniques le dernier endroit ou faire cette économie.
Tout ce qui a une impédance résistive produisant de la chaleur, type chauffage électrique consomme beaucoup plus.
A évolution de consommation d'énergie, elle est en constante augmentation, le propos n'est pas de l'économiser, mais d'en produire plus, ou tout du moins en convertir plus pour pouvoir la consommer.
Les dernières recherches prometteuses, proviennent de la modification atomique des actinides pour recycler les déchets nucléaires.
Eteindre une fréquence pour éviter de consommer, c'est aussi intelligent que si l'homme de cromagnon arrétait de faire du feu et arrétait de se chauffer pour économiser du bois.

Après ça dépend de l'échelle: Orange et Free le font bien sur leurs antennes, et ça a l'air de produire des résultats plutôt positifs
Titre: L’Arcep publie l’édition 2021 de son rapport sur l’état d’internet en France
Posté par: Myck205 le 09 août 2021 à 20:43:56
Après ça dépend de l'échelle: Orange et Free le font bien sur leurs antennes, et ça a l'air de produire des résultats plutôt positifs

Entre une antenne et le wifi de madame Michu, ou sa TV Oled (oui, elle est moderne), il y a un océan.
Titre: L’Arcep publie l’édition 2021 de son rapport sur l’état d’internet en France
Posté par: oupsman le 10 août 2021 à 08:23:01
L'API est une obligation, elle doit être irréprochable.

Quid de ceux qui remplacent leur box par autre chose. Sont-ils tenus à avoir cette API quand même ?
Titre: L’Arcep publie l’édition 2021 de son rapport sur l’état d’internet en France
Posté par: underground78 le 10 août 2021 à 09:03:28
Non, c'est une obligation qui s'applique aux box de FAI.
Titre: L’Arcep publie l’édition 2021 de son rapport sur l’état d’internet en France
Posté par: vivien le 10 août 2021 à 10:18:13
Et cela s'applique aux FAI qui ont plus de 1 millions de clients pour les modèles de box qui sont commercialisés aux nouveaux clients (je résume, c'est plus complexe)
Titre: L’Arcep publie l’édition 2021 de son rapport sur l’état d’internet en France
Posté par: Ftty le 11 août 2021 à 14:55:54
Entre une antenne et le wifi de madame Michu, ou sa TV Oled (oui, elle est moderne), il y a un océan.
Oui mais entre le NOMBRE de M. & Mme Michu en France et le NOMBRE d'antennes Orange ou Free il y a un océan dans l'autre sens.

Donc, à minima, pour tenir ce genre de raisonnement il faut le pondérer par le multiplication d'échelle qui s'impose (et que je ne connais pas). Juste une remarque sur la méthode  ;)
Titre: L’Arcep publie l’édition 2021 de son rapport sur l’état d’internet en France
Posté par: vivien le 11 août 2021 à 16:36:39
Prés de 31 millions de box en France.

Je prend les données publiées par les opérateurs au T1 :
- Orange : 12,288 millions de clients fixe
- Free : 6,765 millions de clients fixe
- SFR : 6,112 millions de clients fixe
- Bouygues : 4,260 millions de clients fixe
- Autre : 1,212 millions de clients fixe (cf stats de Hammett)

Pour le nombre de sites mobiles, on a environ 40 000 sites.

Les donnée Arcep au 31 mars 2021 par opérateur :
- Orange : 26 288 sites
- SFR : 22 771 sites
- Bouygues : 21 738 sites
- Free : 19 663 sites
Titre: L’Arcep publie l’édition 2021 de son rapport sur l’état d’internet en France
Posté par: vivien le 30 août 2021 à 22:34:07
J'ai séparé la question de untel et sa réponse dans un autre sujet :

Bonsoir.
Une petite question. Qu'en est il exactement, de l'état du réseau fibre en général, en France ? Je parle des raccordements physiques vers l'abonné, et des sous répartitions. Dans notre rue, c'est le grand n'importe quoi. J'espère que ça n'est pas partout pareil, sinon c'est à pleurer. Y a t-il des inspections par les autorités compétentes, avec notation des prestations des opérateurs et de leurs intervenants ? Faites des petites visites incognito, par curiosité, pour voir ou notre argent s'en va. N'ayant jamais visité un NRO, je ne peux en juger ni critiquer, mais quelques témoignages n'en reflètent pas une réalité très brillante.
 Y a t-il un document qui répertorie les réclamations pour coupure fibre des abonnés à cause de l'état du réseau et de l'incompétence de certains intervenants ?
Y a t-il un numéro unique "bureau des plaintes" ? Il risque d'y avoir saturation.

=> Assurer la bonne exploitation des réseaux FttH sur le long terme (https://lafibre.info/arcep/arcep-assurer-lexploitation-des-reseaux-ftth)
Titre: L’Arcep publie l’édition 2021 de son rapport sur l’état d’internet en France
Posté par: obinou le 31 août 2021 à 01:38:52
Vivien, je viens de lire le document de l'ARCEP, et notamment la partie sur l'API dans les box pour mesurer la qualité de service.

Je ne sais pas si ça s'applique au sat, mais en tous cas, pour avoir cet été repris un abonnement Ka-Sat (donc viasat/eutelsat) - contraint et forcé par une qualité ADSL en berne et un réseau 4G sur-saturé - je peux te dire que ce que j'ai constaté est pas triste en terme d'atteinte à la neutralité:
* Bricolage dans les paquets TCP au niveau du modem - le modem ACK les connections TCP à la place du serveur, ce qui provoque tout un tas de soucis avec certaines implémentations
* Certaines cibles sont blacklisté, et pas des moindres, par exemple play.google.com - rendant impossible les maj d'appli via le wifi de la maison. Idem avec les maj microsoft, mais uniqueent à certaines heures de la journée.

Ce que je comprends pas trop vu que le nombre d'usagers particulier est censé avoir chuté.
Est-ce que l'arcep peux avoir des données chiffrés de la part d'eutelsat ?
Je sais que le sat n'est ni une priorité ni une technologie d'avenir , mais bon, devoir en passer par starlink et lacher 100€/m à Elon juste pour pouvoir faire des maj , c'est quand même un peu déplorable.

Je parle pas bien sur de la latence , inhérente au géostationnaire et dont les conséquences sont connus avant abonnement.

Titre: L’Arcep publie l’édition 2021 de son rapport sur l’état d’internet en France
Posté par: Nico le 31 août 2021 à 07:37:51
Je sais que le sat n'est ni une priorité ni une technologie d'avenir ,
Bah quand même on a lancé un nouveau satellite dans ce but l'an dernier.
Titre: L’Arcep publie l’édition 2021 de son rapport sur l’état d’internet en France
Posté par: vivien le 31 août 2021 à 09:03:30
Les entraves a la neutralité du net qui ont été remontées sur ce forum ont été traitées ou sont en cours de traitement (c'est assez long).

Obinou, ce que je te propose c'est de faire. un sujet dédié où tu détaille les différentes entraves à la neutralité.

Bloquer ou réduire le débit sur un port TCP/UDP, un site web (via DPI ?), c'est clairement inacceptable pour un fournisseur d’accès à internet, comme pour une société qui propose du Wi-Fi a ses clients. C'est inacceptable en France, mais aussi dans toute l’Europe.

Il me faudrait si possible des captures Wirehark, tu es la seule connaissance que j'ai qui a une connexion satellite géostationnaire (il y a peu de clients aujourd'hui aux offres satellite en France)

Par contre, il me semble que les connexions TCP sont coupées non pas au niveau du modem, mais au niveau du téléport, L'objectif est d'améliorer les débits, notamment quand il y avait des serveurs avec une Rwin très limitée (c'est une pratique ancienne, je ne suis pas sr que aujourd'hui cela apporte un gain énorme). Cette optimisation n'est pas clairement illégale. C'est réalisé par des opérateurs mobiles sur le port TCP 443 pour améliorer les performances avec les vieux serveurs.


Le DPI (Deep packet inspection) est interdit, même pour catégoriser le trafic :

Extrait de la du rapport 2020 (page 66) (https://lafibre.info/images/doc/202006_arcep_rapport_etat_internet_2020.pdf#page=66) : Le règlement Internet ouvert permet aux FAI d’accéder qu’aux informations contenues dans l’en-tête du parquet IP et dans l’en-tête du protocole de la couche transport (par exemple l’en-tête TCP ou l’en-tête UDP) dont les noms de domaine et URL sont exclus. Par ailleurs, dans une lettre rendue publique (https://edpb.europa.eu/sites/edpb/files/files/file1/edpb_letter_out2019-0055_berecnetneutrality2.pdf), le Comité européen de la protection des données (EDPB) qui a été saisi pour avis, précise que le nom de domaine et l’URL peuvent être qualifiés de données à caractères personnels et à ce titre sont protégées par les dispositions de la directive vie privée et communications électroniques et du règlement général sur la protection des données. Ainsi, les FAI qui utiliseraient le nom de domaine ou les URL à des fins de catégorisation de trafic ou de facturation s’exposeraient non seulement à une violation potentielle du règlement internet ouvert, mais aussi à une possible violation de la protection des données à caractère personnel de leurs clients.

Cette année, en 2021, l'Arcep nous propose de nouveaux schémas explicatif sur TCP/IP, ce qui est neutre ou pas :

Plusieurs principes intrinsèques au fonctionnement d’internet découlent du modèle TCP/IP : le fonctionnement autonome des couches réseaux (layering principle), le principe du « meilleur effort » dans l’acheminement des données (best effort principle), le principe de bout-en-bout (end-to-end principle) ou encore le principe de transparence du réseau (network transparency).
Chaque couche réseau fonctionne de manière autonome : la segmentation des différentes fonctionnalités d’internet implique que les couches réseaux inférieures se concentrent sur l’acheminement des données utiles qui leur sont confiées (adressage et routage de l’information transmise), laissant la responsabilité des autres fonctionnalités (traitement et présentation des données acheminées) à la couche supérieure, dite applicative (cf. schéma synthétique du modèle TCP/IP). Pour éviter que les données transmises ne se perdent lorsqu’elles passent successivement les couches réseaux, chaque couche réseau ajoute des informations essentielles aux données transmises, qui sont regroupées dans un en-tête positionné au début de chaque paquet de données transféré par la couche précédente (cf. schéma synthétique du mécanisme d’encapsulation).


(https://lafibre.info/images/doc/202006_arcep_rapport_etat_internet_2020_4_neutralite_2.png)

Seules les informations contenues dans l’en-tête destinée à une couche réseau sont utilisées par cette dernière. A titre d’exemple, la couche transport utilise les informations de l’en-tête « transport » pour acheminer les données reçues, mais n’est théoriquement pas en mesure de savoir si les données reçues de la couche applicative sont celles d’un email, d’une vidéo ou d’une page web. Cela implique de facto la circulation des données transmises de manière indifférenciée et de la meilleure manière possible dans les différentes couches traversées, conformément au principe du « meilleur effort ». Selon le principe de « bout-en-bout », seuls les services de la couche applicative, s’assurent de vérifier de l’intégralité et de la conformité des données transmises. Enfin, la segmentation des différentes fonctionnalités d’internet en couches réseaux rend le fonctionnement des couches réseaux inférieures transparent pour les services appartenant à la couche applicative. Ainsi, l’utilisateur final est en théorie libre d’utiliser le terminal ou le système opérateur de son choix, car leur fonctionnement reste indépendant du fonctionnement des couches réseaux inférieures.

(https://lafibre.info/images/doc/202107_arcep_rapport_etat_internet_2021_4_neutralite_1.png)

L’architecture d’Internet selon le modèle TCP/IP permet une segmentation de ses fonctionnalités et le recours à des conventions communes de fonctionnement que sont les protocoles réseaux. Cette uniformisation offre un cadre homogène au sein duquel les utilisateurs finaux disposent d’une égalité de traitement dans l’accès ou la diffusion par les réseaux de leurs contenus, de leurs services ou de leurs applications. En effet, internet incite les utilisateurs finaux à avoir une participation active dans la création de nouveaux contenus au niveau de la couche applicative, en disposant d’un cadre connu et en leur évitant de prendre en compte le fonctionnement des couches réseaux inférieures (cf. le principe de transparence du réseau). De plus, le recours à des protocoles réseaux, communément admis au sein d’une même couche, réduit les coûts de création d’un nouveau service par l’utilisateur final, favorisant de facto l’innovation. Ainsi, internet reste un environnement moteur de l’innovation.


(https://lafibre.info/images/doc/202107_arcep_rapport_etat_internet_2021_4_neutralite_2.png)
Titre: L’Arcep publie l’édition 2021 de son rapport sur l’état d’internet en France
Posté par: obinou le 31 août 2021 à 09:22:21
OK j'essaie de te qualifier ça.

J'ai UN test à faire avant : Installer la box nordnet (sagemcom) pour voir si ça change quelque chose. (En ce moment je suis en direct derrière le modem sat).

Mais OK je ferais un rapport sur un sujet dédié.

Pour la partie TCP ACK, je te confirme que la réponse se fait au niveau du modem , à cause du timing . J'ai pas pris la capture , mais on voit que le 1er SYNC-ACK arrive en quelques millisecondes , impossible en sat. Le sentiment que j'ai c'est que ça impacte certaines applications, ptet mal codée je l'admets.

J'essaie de faire ça rapidement.
Titre: L’Arcep publie l’édition 2021 de son rapport sur l’état d’internet en France
Posté par: vivien le 31 août 2021 à 10:02:21
Ah je comprends, il coupe la connexion entre le PC et le modem.

La latence est nulle (un câble Ethernet). Peut-être le but est d'éviter que les paquets perdu par le Wi-Fi nécessitent une retransmission réseau (là c'est le modem qui va renvoyer le paquet perdu)

Oui, cela peut avoir un impact : TCP se sert de la latence SYN SYN-ACK pour certains time-out.

Par contre je pense que la connexion TCP est également coupée au niveau du teleport.

Pour voir une connexion coupée, je regarde coté serveur et coté client le numéro d'identification sur 16 bits permettant d'identifier les fragments d'un même paquet. Si ce numéro change entre le client et le serveur, il y a forcément une coupure (ou plus d'une coupure).
Titre: L’Arcep publie l’édition 2021 de son rapport sur l’état d’internet en France
Posté par: MoXxXoM le 01 septembre 2021 à 17:14:03
Les connections TCP sont quasi-systématiquement coupées en 3 sur les accès satellite GP GEO : appli client<>modem<>teleport<>dest.
Selon les fabriquant d'équipement ils appellent ça PEP (performance enhancement proxy) ou TCP Acceleration. Certaines solutions gardent les numéros de ports intacts et le range de numéro de séquence pour être plus "discrète".

Xiplink est un fournisseur assez connu de ce genre de *********. Il me semble que Viasat fait son propre truc. Il y avait un acteur français a un moment (UDcast) mais le rachat successif par OneAccess puis Ekinops a probablement tué leur produit (le site existe toujours http://www.udcast.com/ mais on dirait que c'est juste pour le support). Newtec si tu checkes ce flyer (https://www.idirect.net/wp-content/uploads/2020/03/ProductSheet-HUB6000-SatelliteHub3.pdf) pour un hub complet ça mentionne direct un PEP. Il y a un truc open source (https://github.com/danielinux/pepsal) assez vieux aussi. Pour info ça se fait aussi sur certain réseau de téléphonie mobile mais de ce que j'en sais avec des produits un chouilla moins merdique. La comme ça j'ai le MSP -multi service proxy- d'Ericsson en tête, openwave mobility fait aussi de la patouille dégueu avec les connexions TCP (https://owmobility.com/traffic-management/mobile-data-optimization/tcp-optimization/), et certains opérateur (Verizon (https://legacy.netdevconf.info/2.2/session.html?chung-highscalablepep-talk)...) font des publications sur le sujet.

Même les produits les plus discrets recopient pas tout le header TCP, la ou j'ai réussi à mettre en évidence des trucs pas clair lorsque les ports semblaient intact c'est en ajoutant une option TCP alacon (Et j'ai appris que certains produits utilisent aussi des options TCP non standard pour la nego entre le coté modem et le coté téléport). Tu peux aussi regarder avec certaines solutions coté émetteur tu vas recevoir des zero window si t'envoie un beaucoup de trafic, et si t'a la main de l'autre coté magie aucun paquet zero window n'aura été émis...

Il y a une vieille RFC (https://datatracker.ietf.org/doc/html/rfc3135#section-5.1) qui contextualise bien ça. L'ETSI a pas mal de ressources sur le sujet y compris des des exemples de produits qui embarquent ce genre de techno (Hughes Annex D/p31 ici (https://www.etsi.org/deliver/etsi_tr/102600_102699/102676/01.01.01_60/tr_102676v010101p.pdf)).
Titre: L’Arcep publie l’édition 2021 de son rapport sur l’état d’internet en France
Posté par: vivien le 01 septembre 2021 à 17:21:21
Oui, les ports source / destination sont recopiés (heureusement), mais pas le numéro d'identification sur 16 bits d'un paquet IP, non ?
Cela me semble encore plus simple pour détecter la présence.
On note aussi que les Rwin négociés ne sont pas les mêmes (sinon cela n'aurait aucun impact bénéfique que les performances)

Dés fois je suis content que tout l'internet soit passé en https, cela limite sensiblement le terrain de jeux de ces boites qui aiment bien triturer les paquets.
Titre: L’Arcep publie l’édition 2021 de son rapport sur l’état d’internet en France
Posté par: MoXxXoM le 01 septembre 2021 à 17:24:56
Dés fois je suis content que tout l'internet soit passé en https, cela limite sensiblement le terrain de jeux de ces boites qui aiment bien triturer les paquets.

Pareil. Fort heureusement ces solutions que j'adorent sont rarement compatibles IPv6 et pourront rien faire avec du QUIC.

Après coté satellite (enfin GEO) ils ont pas les moyens. Mais coté réseau mobile, j'ai vu du très très moche qui marche très bien en HTTPS, et même QUIC en fait, avec du matching+scoring de flow pour savoir si c'est du youtube ou autre service de video (en fonction des IP src/dst, du débit moyen, de la presence de burst de buffering, de la réaction à un packet drop volontaire pour QUIC, de la reaction a un paquet vide/un paquet avec du garbage, de la corrélation avec des requêtes DNS si lisible, et plein d'autres trucs pas con du tout), et dans l'esprit de TCP-RNA (radio network aware) ça te shape le flow a un débit SD sans aucune autre forme de procès... Et le pire dans l'histoire c'est que c'est même pas si compliqué que ça à faire avec du DPDK/VPP & co et des dev un minimum compétents.
Titre: L’Arcep publie l’édition 2021 de son rapport sur l’état d’internet en France
Posté par: vivien le 01 septembre 2021 à 21:21:41
Certains opérateurs pensent bien faire.

Il triture les paquets pour améliorer les performances sir l'utilisateur a un vieux PC, il bloque les site de hameçonnage (phishing) pour éviter que ses clients tombent dans le piège.

Maintenant, ce qu'ils ne comprennent pas c'est que ce n'est pas leur rôle. Le rôle d'un opérateur c'est de transporter les paquets, c'est tout.

Le blocage de site de hameçonnage (pour reprendre mon exemple) est toutefois possible (les navigateurs le font déjà, mais un opérateur a le droit de proposer une double protection), mais en option, pas activée par défaut et en utilisant un serveur DNS spécifique, pas avec du DPI qui va vérifier le contenu des paquets.
Titre: L’Arcep publie l’édition 2021 de son rapport sur l’état d’internet en France
Posté par: MoXxXoM le 02 septembre 2021 à 10:36:28
Certains opérateurs pense bien faire, mais pas tous. Après les vendeurs de DPI ne se cachent pas de dire qu'ils te libèrent de la capa sur ton RAN en tapant sur la vidéo, suffit de regarder les produits d'ENEA (combinés avec ceux d'openwave depuis le rachat) qui est quasiment dans ce qui se fait de mieux dans le pire https://www.enea.com/products-services/traffic-management.
Titre: L’Arcep publie l’édition 2021 de son rapport sur l’état d’internet en France
Posté par: vivien le 02 septembre 2021 à 11:12:00
La plupart des acteurs qui faisaient du DPI ne bloquaient pas du tout les usages vidéos ni ne réduisent le débit sur la vidéo.

Le DPI servaient pour bloquer du contenu nuisible (ex:phishing), du contenu adulte ou identifier du trafic à ne pas compter dans le fair use.

Pour certains, c'est uniquement pour remonter des statistiques.

Je rappelle que le DPI est interdit pour un accès à internet public même si c'est du WiFi gratuit (mais le message n'est pas encore compris partout)
Titre: L’Arcep publie l’édition 2021 de son rapport sur l’état d’internet en France
Posté par: MoXxXoM le 02 septembre 2021 à 11:37:58
La plupart des acteurs qui faisaient du DPI ne bloquaient pas du tout les usages vidéos ni ne réduisent le débit sur la vidéo.

Le DPI servaient pour bloquer du contenu nuisible (ex:phishing), du contenu adulte ou identifier du trafic à ne pas compter dans le fair use.

Pour certains, c'est uniquement pour remonter des statistiques.

Je rappelle que le DPI est interdit pour un accès à internet public même si c'est du WiFi gratuit (mais le message n'est pas encore compris partout)

Après c'est pas forcément clair dans ce que je raconte, mais au final je connais assez mal les opérateurs français étant donné que j'ai longtemps travaillé dans les réseaux mobiles mais très peu sur la zone EMEA, et si c'est vrai qu'on semble relativement épargné en France et globalement en Europe de l'ouest, dans d'autres régions du monde les opérateurs n'ont pas beaucoup de limite dans le traffic management intrusif. Après il faut reconnaitre que le problème de scheduling radio dans son ensemble (c'est vrai en accès satellite, encore plus récemment avec le beam hopping en GEO et les constellations) est loin d'être trivial et que finalement taper sur le trafic en dehors du RAN c'est extrêmement facile et surtout pour un opérateur qui n'a pas ou peu de compétence radio c'est beaucoup plus facile de faire cela que de déployer du scheduling avec coordination multi-cell/multi-band/multi-ran et moins cher aussi à court terme.
Titre: L’Arcep publie l’édition 2021 de son rapport sur l’état d’internet en France
Posté par: vivien le 02 septembre 2021 à 14:39:10
La Cour de Justice de l’Union européenne (CJUE) vient de rendre trois arrêts historiques en matière de neutralité du net relatifs à des pratiques de zéro rating.

Ces arrêts répondent aux différentes questions préjudicielles posées par les juridictions allemandes à la CJUE portant sur la légalité des obligations contractuelles qui entourent l’utilisation d’une option dite de zéro-rating mises en œuvre par deux opérateurs allemands (Vodafone  et Telekom Deutschland).

La conclusion de la Cour de Justice de l’Union européenne est que le zéro-rating est contraire au règlement internet ouvert (qui concerne la neutralité d’internet). Ainsi, les questions préjudicielles n’ont pas besoin d’être examinés par la Cour, dès lors que la pratique est en elle-même illicite.

Une pratique de zéro-rating « opère, sur la base de considération commerciale, une distinction au sein du trafic Internet, en ne décomptant pas du forfait de base le trafic à destination d’applications partenaires [de l’opérateur]. Par conséquent, une telle pratique commerciale ne satisfait pas à l’obligation générale de traitement égal du trafic, sans discrimination ou interférence, énoncé à l’article 3, paragraphe 3, premier alinéa, du règlement [internet ouvert] ». La Cour ajoute que ce « manquement (…) persiste, indépendamment de l’éventuelle possibilité de continuer, ou non, d’accéder librement au contenu fourni par les partenaires du fournisseur d’accès à Internet, après épuisement du forfait de base ». Ainsi, la Cour conclut qu’ « une telle pratique commerciale est contraire aux obligations découlant de l’article 3, paragraphe 3, du règlement 2015/2120, [et que] cette contrariété subsiste, indépendamment de la forme ou de la nature des conditions d’utilisation attachées aux options tarifaires proposée ».

Cela pourrait mettre fin aux offres de zéro-rating en Europe. En France elles sont peu développés, cela devrait se faire sans problème, mais dans d'autres pays, cela sera plus compliqué.

Sources :
- https://curia.europa.eu/juris/document/document.jsf?text=&docid=245531&pageIndex=0&doclang=FR&mode=req&dir=&occ=first&part=1&cid=3187434
- https://curia.europa.eu/juris/document/document.jsf?text=&docid=245535&pageIndex=0&doclang=FR&mode=req&dir=&occ=first&part=1&cid=3190087
- https://curia.europa.eu/juris/document/document.jsf?text=&docid=245537&pageIndex=0&doclang=FR&mode=req&dir=&occ=first&part=1&cid=3193391